Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le contact franco-vietnamien

 | 
Charles Fourniau
, 
Trinh Van Thao

Troisième partie. Le Việt Nam de la période 1897-1911

Chapitre premier : les faits et leur périodisation

Texte intégral

1Le 27 décembre 1896 le gouvernement Méline nommait Paul Doumer gouverneur général de l’Indochine, en remplacement de Rousseau, mort à son poste dix sept jours plus tôt. Le 13 février Doumer arrivait à Saì Gòn : vu la durée du voyage (un mois), le nouveau gouverneur n’avait donc pas perdu de temps après sa désignation. La forte personnalité de ce jeune (40 ans) et dynamique proconsul allait marquer la période nouvelle qui s’ouvrait en Indochine et qui allait durer, au delà de son proconsulat, jusqu’en 1911.

2Après la période de la conquête, que clôt pratiquement la mort de Phan Ðình Phùng (fin décembre 1895), commence une nouvelle phase de la domination coloniale au Việt Nam, celle de l’exploitation. Elle s’amorce dès 1896, donc avant Doumer, par l’emprunt des 80 millions, destiné à liquider l’ère des déficits et à commencer les grands travaux de mise en valeur. La fin du Cần Výõng signifie un affaiblissement considérable du mouvement national, qui mettra une dizaine d’années à se reconstituer, sous d’autres formes. Les autorités coloniales purent donc croire qu’elles pouvaient agir comme sur une page blanche, sans avoir à prendre en compte des réactions nationalistes de la population, qu’on estimait définitivement soumise. Cette situation cesse en 1905 avec la victoire japonaise qui sonne le réveil des nationalismes dans toute l’Asie, ce qui, en Indochine, remet en cause les données de la politique coloniale. Dès lors, l’administration coloniale est amenée à tenter d’adapter le cadre fixé par Paul Doumer pour tenir compte des problèmes politiques nouveaux qui se posent. Notons-le, ces tentatives sont infructueuses et il appartiendra à Albert Sarraut, après 1911, de tenter de trouver un compromis entre les aspirations vietnamiennes et les nécessités, notamment fiscales, induites par le système administratif mis en place par Paul Doumer. À l’intérieur de l’Indochine, cette période de 1897-1911 présente donc une grande homogénéité et elle est décisive puisque c’est au cours de ces années qu’est mis en place le système d’exploitation fiscale qui dura jusqu’à la fin. Doumer en fut le talentueux initiateur ; Paul Beau, puis Anthony Klobukowski, essuyèrent les plâtres de sa mise en pratique, de plus ou moins bon gré.

3Par contre, entre 1897 et 1911, l’histoire de l’Extrême-Orient et de la politique que la France y pratiqua est marquée par une série de drames violents et de retournements de situation dans lesquels l’Indochine est évidemment impliquée. Il y a donc un contraste entre, d’une part, la cohésion dans la durée de l’œuvre intérieure et, d’autre part, la discontinuité des conditions de l’action extérieure des gouverneurs généraux qui se succèdent. Or, non seulement les deux faces de cette réalité ne peuvent être disjointes, mais elles sont étroitement liées entre elles, notamment par ce qui fut la grande ambition de Doumer : le chemin de fer du Yunnan, auquel aboutissait la principale ligne indochinoise construite sur l’emprunt des 200 millions. Or cet emprunt n’était proposable et possible que par une refonte du système financier indochinois qui devait dès lors faire face à de grosses annuités, ce qui supposait une consolidation de tout l’appareil administratif. A l’intérieur de l’Indochine, cette politique se développe sans heurt majeur jusqu’en 1908 alors que, du fait de l’évolution rapide sur le plan international, la politique de Doumer connaît de violentes oppositions et une cassure que concrétise la nomination de Beau en 1902.

4Malgré l’imbrication des faits à l’intérieur et à l’extérieur, la clarté de l’exposé exige qu’ils soient présentés séparément, et c’est d’abord le vaste théâtre de l’ensemble de l’Extrême-Orient où s’inscrit la politique indochinoise qu’il faut examiner, avant de suivre, à l’intérieur de l’Indochine, l’édification de l’appareil d’exploitation.

I - L’INDOCHINE ET L’EXTRÊME-ORIENT DE 1897 À 1905

5Ce qui domine toute l’histoire en Extrême-Orient, à partir de 1895, c’est le déclin de l’Empire du Milieu après sa défaite devant le Japon. Après les effroyables années 60-70, la crise chinoise avait connu un palier relatif au cours des années 80 et début des années 90 ; la conquête française du Tonkin correspond à cette période de rémission, ce qui explique les difficultés inattendues qu’elle rencontra, notamment en 1883-85. Mais après Simonoseki il semble que l’on va vers la dislocation politique de l’empire chinois, ce qui excite bien des convoitises.

6Or précisément, au même moment, après une pause, elle aussi relative, les conquêtes coloniales s’accélèrent, les années 1890 correspondant à ce que l’on a pu appeler “le second souffle de l’expansion coloniale” [J. Thobie, B1, 1992, p. 639]. L’Angleterre et la France arrondissent leurs possessions, en Afrique principalement, et aussi en Asie. Mais la Chine déliquescente, qui s’offre alors à leurs appétits, intéresse aussi le Japon, la Russie ou l’Allemagne : commence alors un jeu fort complexe de rivalités, d’alliances et de complicités qui modifie constamment les données du problème. La France s’y trouve impliquée de trois façons : par son implantation en Indochine d’abord, mais aussi par ses précédents acquis en Chine (concessions à Shanghai, Tianjin, etc.) et désormais par son alliance russe. Or il n’y a pas automatiquement convergence entre les ambitions qu’impliquent ces trois centres d’intérêt. Ainsi la politique française en Extrême-Orient ne se résume pas à une politique d’expansion indochinoise, qui est évidemment essentielle, et il peut même y avoir contradiction entre ces divers théâtres d’action.

7De plus, les rapports entre les quatre grands protagonistes européens varient rapidement au cours de cette période. Ce qui domine jusqu’en 1899, c’est l’opposition violente de l’Angleterre et de la France, partout dans le monde, en Extrême-Orient comme ailleurs. Deux hommes incarnent cette tension, Joseph Chamberlain en Angleterre et, en France, Gabriel Hanotaux qui détint le portefeuille des Affaires étrangères de 1894 à 1898 sauf pendant les six mois du cabinet Bourgeois (novembre 1895 à avril 1896) où Marcellin Berthelot exerce cette responsabilité. Le paroxysme de l’affrontement est atteint à l’automne 1898 avec l’affaire de Fachoda : la perspective d’une guerre franco-anglaise pèsera sur la politique internationale jusqu’en 1900. En Extrême-Orient cette rivalité se manifeste à la fois dans la péninsule indochinoise et en Chine.

8En effet deux courants expansionnistes se sont toujours manifestés dans l’Indochine française : vers le Nord en direction de la Chine et, vers l’Ouest, au delà du Cambodge, vers le Laos méridional et le Siam. Si les réalistes, tel Jules Harmand, estimaient qu’il était impossible matériellement de courir tous les lièvres à la fois, les expansionnistes, tel François Deloncle, visaient tout à la fois et faisaient campagne pour cela. Le contrôle du Mékong qui avait été une des premières visées de l’implantation française en Cochinchine restait un objectif de l’expansionnisme cochinchinois. Il se doublait du souci d’établir une zone tampon devant la poussée des Anglais, installés en Birmanie et fort influents au Siam. Plusieurs contentieux en résultaient : revendications auprès du Siam au sujet des provinces cambodgiennes perdues, problèmes du Mékong comme frontière, question de Muong Xin, remise en question de l’accord franco-anglais de 1893 après l’annexion du Laos. Cependant le 15 janvier 1896 un accord entre les deux puissances gelait ces problèmes et même prévoyait un équilibre dans leurs avancées en Chine.

9Pourtant Doumer s’efforça de marquer des points en direction du Siam où il fit un rapide voyage en avril 1899, et en 1901 la nomination de Klobukowski à Bangkok contribua à renforcer les tensions. Mais dès 1902, le départ de l’un et de l’autre, s’ajoutant à l’acheminement vers l’Entente Cordiale eurent pour corollaire la signature avec le Siam du traité du 7 octobre 1902. Il n’empêche que certains milieux métropolitains, avec le député de Cochinchine François Deloncle, perçurent cet apaisement sur le flanc ouest de l’Indochine comme une reculade et qu’ils firent pression sur les gouvernements successifs pour en obtenir davantage de fermeté. Il faudra attendre 1907 pour que l’essentiel des problèmes du côté du Siam soient réglés.

10En fait, depuis 1895, l’essentiel de l’attention des Puissances était polarisé sur l’Empire du Milieu. Or, en Chine l’Angleterre disposait d’une très forte position, notamment dans la vallée du Yangzi, grâce à son écrasante supériorité navale et commerciale. La France, quant à elle, avait des positions beaucoup plus modestes, surtout sur le plan commercial. Cependant entre 1895 et 1897, avec son allié russe, elle joua en Chine un rôle considérable. En effet, au lendemain de Simonoseki, la France et la Russie, rejointes par l’Allemagne, étaient intervenues auprès du Japon et celui-ci tenant compte de “la recommandation amicale des trois puissances” renonça à l’acquisition de la presqu’île du Liao Toung. La “touchante expression de l’infinie gratitude” de la Chine valut à la France et à la Russie de devenir “les deux puissances les plus écoutées à Pékin” [Gérard, B2, 1918, p. 48 et 59], doublant ainsi l’Angleterre qui avait refusé d’intervenir au près du Japon. Les avantages de cette situation se concrétisèrent rapidement, d’autant plus que la France et la Russie avaient noué des rapports privilégiés avec Li Hong Tchang, alors au faîte de sa puissance (Cf. son voyage en Europe avec la signature d’un accord secret avec la Russie). L’Indochine en fut la première bénéficiaire : le 20 juin 1895 était signée la “Convention Gérard”, deux textes qui complétaient en y ajoutant de sérieux avantages les conventions de 1887, réglant la question des frontières et des relations commerciales entre l’Indochine et la France, mais de plus prévoyaient le prolongement des voies ferrées indochinoises en Chine. Par ailleurs, c’était un syndicat de banques françaises qui, avec la garantie russe, obtenait l’emprunt chinois de 400 millions de francs destiné principalement à payer l’indemnité de guerre exigée par le Japon. De là naquit la Banque russo-chinoise, mais en fait aux capitaux majoritairement français. Après entente entre Hanotaux et Witte, cette banque allait étendre dans toute la Chine du Nord, jusqu’au Yangzi, l’influence des capitaux français. Enfin, le 30 septembre 1896, la Russie obtenait de la Chine le passage à travers la Mandchourie du transsibérien, de Tchita à Vladivostok, la Banque russo-chinoise fournissant l’assise financière à cette construction. Ainsi la Chine était poussée dans l’ère des chemins de fer et les capitaux français, se taillaient rapidement une part considérable, seuls, comme Fives-Lille pour la ligne Lạng Sõn – Ðờng Ðăng, ou associés à des capitaux belges pour le Hankéou-Pékin.

11La rivalité franco-anglaise ne pouvait qu’en être avivée. Certes le sud-ouest de la Chine et sa frontière avec l’Indochine aurait du rester en dehors de la compétition. La déclaration franco-anglaise du 15/1/1896 stipulait en effet que « tous les privilèges et avantages commerciaux ou autres concédés dans les deux provinces chinoises du Yunnan et du Se Tchouan, soit à la France, soit à la Grande Bretagne, en vertu de leurs conventions respectives avec la Chine du 1/3/1894 et du 20/6/1896, et tous les privilèges et avantages qui pourront être concédés par la suite dans les deux mêmes provinces (...) seront étendus et rendus communs aux deux puissances ». Mais les années 1897/98 allaient apporter d’importants changements dans les relations internationales relatives à la Chine.

12D’une part tout un cycle de négociations franco-chinoises se terminait avec l’achèvement de l’abornement de la frontière sino-indochinoise. « L’ordre et la paix s’étaient ainsi rétablis sur notre frontière au moment où cette frontière s’ouvrait plus largement au commerce et aux relations des deux pays... La Chine avait renoncé à nous gêner dans la tranquille possession des territoires dont les conventions de 1885, 1887, et 1895 nous en assuraient la souveraineté ou la suzeraineté » concluait Gérard au terme de son séjour à Pékin [Gérard, B2, 1918, p. 203].

13D’autre part et surtout, l’échiquier international en Chine était bouleversé par l’irruption de l’Allemagne qui s’emparait de Kiao Tchéou dans le Shandong en décembre 1897 et se faisait donner cette zone à bail par une convention de mars 1898. Les conséquences en furent considérables. Les avantages obtenus par l’Allemagne relancèrent la surenchère de demandes des autres puissances auxquelles la Chine était incapable de résister ; ce fut le break up. Bien que le principe de l’unité de l’empire du Milieu ne fut pas précisément remis en question, ces concessions provoquèrent une profonde réaction nationaliste dans la population : l’affaire des Boxers, en 1900, en fut la manifestation la plus grave mais ne fut pas la seule. Par ailleurs les deux impérialismes les plus nantis se trouvaient confrontés à un concurrent commun, l’Allemagne, sur le théâtre chinois comme sur tous les autres. En Extrême-Orient comme dans le reste du monde, s’accumulaient les raisons qui poussaient à un rapprochement franco-anglais. Cette évolution s’amorça en 1899 et, d’une situation proche d’un conflit, amena la France et l’Angleterre à l’Entente Cordiale. Ce fut l’œuvre de Delcassé qui remplaça Hanotaux en juin 1898.

14Parallèlement, comme le notait Paul Cambon dès le milieu de l’année 1899, apparaissait “le désir d’une entente financière” dans les milieux d’affaires en Angleterre et en France. On vit alors se former, pour exploiter le Yunnan et les régions environnantes un Anglo-french Syndicate qui annonce l’époque des vastes associations internationales de capitaux pour l’exploitation conjointe – ce qui n’empêche pas les rivalités – du Céleste Empire. Dès lors, le principe de la “porte ouverte” dans une Chine dont on devait respecter l’intégrité territoriale fut admis par toutes les puissances, selon la volonté formulée dans leur note du 6 septembre 1899 par les États-Unis, devenus puissance asiatique par leur acquisition des Philippines sur les Espagnols. On était ainsi entré dans ce que Paul Beau, dans un discours de 1901

  • 1 L’Asie Française n°1, (1901) reproduisant les discours prononcés au cours du banquet du 2 avril 19 (...)

151, traduisant le mot allemand de weltpolitik, appelait la “politique mondiale”, néologisme qui recouvre les pratiques de ce qu’il est convenu de désigner depuis longtemps par le terme d’impérialisme.

16Comment, dans cet ensemble en évolution rapide, s’insère la politique du gouverneur général de l’Indochine ? En fait, il faut constater que, de 1897 à 1899, il n’y eut pas une politique Doumer mais l’application par Doumer, avec tout son talent et toute son énergie, de la politique de Hanotaux, celle du parti colonial, largement soutenue dans la presse et l’opinion. En effet, quand Doumer devient gouverneur général, il trouve largement engagée en Indochine et en Extrême-Orient une politique d’expansion, en particulier en direction de la Chine.

17Après Simonoseki la politique française en Extrême-Orient était dominée par deux certitudes, celle du prochain écroulement de l’empire chinois, et celle de la nécessité d’arracher les avantages de la France par une lutte sévère contre l’Angleterre :

  • Puisque la Chine était vouée à l’écroulement il fallait que la France soit prête à recueillir sa part de cet héritage pour conserver sa place de très grande puissance, même si ses intérêts économiques n’étaient pas très considérables dans l’espace chinois. Ribot, président du Conseil, déclarait en 1895 : « Un pays comme le notre, qui oublierait la place qu’il a toujours exercée dans les mers lointaines et qui laisserait se régler en dehors de lui ces questions qui s’élèvent à la suite de la guerre récente, perdrait quelque chose de son autorité et de son patrimoine moral »2. Il fallait donc, sans perdre de temps, poser les jalons permettant de délimiter les zones que la France pourrait revendiquer, et c’est naturellement les provinces méridionales de la Chine, voisines de l’Indochine, qui étaient visées.
  • En Chine, comme ailleurs dans le monde, les avantages que pourra obtenir la France ne peuvent être arrachés qu’en opposition aux intérêts anglais et il faut accepter le risque d’une confrontation. Cette volonté du gouvernement de s’implanter beaucoup plus fortement en Chine se manifeste notamment par la pression exercée sur la Banque de l’Indochine pour qu’elle installe des succursales en Chine. L’ouverture le 5 juillet 1898 de la succursale de Shanghai inaugure une nouvelle phase du développement de la banque qui va devenir la “pierre angulaire des opérations financières françaises en Chine” [Meuleau, B1, 1990, p. 223].

18Ce sont là les bases de la politique de Hanotaux, mais ces idées sont celles de l’ensemble du parti colonial, de l’ensemble du personnel gouvernemental, y compris Thếophile Delcassé, Paul Doumer ou Marcellin Berthelot. Ces idées s’expriment de plus en plus largement et vigoureusement dans la presse, d’autant plus que les grands intérêts industriels et financiers se mettent à se préoccuper des affaires chinoises. Ainsi, le 15 septembre 1895, s’ébranlait la “Mission lyonnaise” pour un périple à travers toute la Chine jusqu’au Yangzi, qui devait lui permettre de ramener des rapports au total alléchants pour les commerçants français. En 1897 se fondait à Paris une “Société d’études industrielles en Chine” composée de la plupart des membres du Comité des Forges et du Comité des Houillères de France. Enfin la défaite chinoise s’étant traduite par une énorme indemnité de guerre, les marchés financiers furent sollicités pour un emprunt de 400 millions. Dès le 10 juin 1895 le gouvernement français acceptait qu’il soit lancé sur la place de Paris, et les négociations entre le gouvernement russe, la Banque de Paris et des Pays-Bas, le Crédit Lyonnais et la banque Hottinguer donnèrent naissance à la Banque Russo-Asiatique qui implantait le grand capital français en Chine du Nord. Ainsi se forma entre 1895 et 1897 un très puissant groupe de pression, où se trouvaient la grande banque, le Comité des Forges et les nommes du parti colonial.

  • 3 ANSOM Indo AF 30 (103). Rousseau à ministre des Colonies, 6/3/1895.

19En même temps la diplomatie française était très présente dans toute la Chine et arrachait, comme on l’a vu, au gouvernement chinois, une série d’avantages substantiels : tandis qu’au nord la Banque Russo-Chinoise obtenait la première grande concession ferroviaire avec le transmandchourien ; un groupe franco-belge enlevait la concession du Hankéou-Pekin grâce à l’aide efficace du jeune consul Paul Claudel. Mais c’est évidemment sur les provinces méridionales qu’allaient surtout se polariser les appétits français, utilisant en particulier les résultats de la Mission lyonnaise. La voie était donc toute tracée pour Doumer dans le sens qu’indiquait déjà son prédécesseur : “Ouvrir la Chine par le Tonkin aux entreprises de l’industrie française”3.

  • 4 ANSOM Indo AF Al 1 (9). Instructions à Doumer.

20Ses instructions étaient très explicites : Il devait lancer des voies ferrées en direction de la Chine, en particulier du Guangxi. « Nous amènerions ainsi en quelques heures au port du Tonkin une part considérable des produits du Yunnan et du Kouang Si qui mettent plusieurs jours pour gagner Canton par le Si Kiang. D’autre part nous pénétrerions vers les provinces du Kouei Tchéou et du Szeu Tchouan qui sont très peuplées et très riches et sur lesquelles l’attention des industriels et des capitalistes se portent en ce moment »4 et les instructions renvoient à la documentation de la mission lyonnaise. Le parti colonial allait encore plus loin. La Quinzaine Coloniale du 25 août 1898 écrivait : « L’île de Hainan, une partie du Quảng Toung, du Kouang Si et du Yunnan doivent nous appartenir »... afin de donner à l’Indochine « de solides frontières naturelles, constituées par le Si Kiang et une ligne le reliant au Yang Tse puis au Mekong ».

  • 5 Outre le fait que l’échec de cette timide entreprise d’auto-réforme de l’état mandchou illustre l’ (...)
  • 6 Ceci montre que, en réalité, on ne se fait pas trop d’illusion sur les prétendues richesses de la (...)

21L’année 1897, quand Doumer prend en main le gouvernement de l’Indochine, correspond à la période où s’accélère le dépeçage de la Chine et l’irrémédiable déclin du pouvoir impérial (épisode des Cent Jours5, en 1898). C’est donc dans l’orientation même fixée par Paris que Doumer, dès son premier grand rapport, en mars 1897, donne une place importante à la politique d’expansion à partir de l’Indochine et se fixe comme programme, en particulier de « construire des chemins de fer de pénétration partout où nous aurons le moyen de le faire. Nous arriverons ainsi à drainer vers le Tonkin tout le commerce chinois qu’on y peut attirer, et, à supposer que le total en soit faible, nous aurons fait du moins une œuvre politique d’un puissant intérêt pour la France »6 et il précise un peu plus loin que le but est de « créer à notre pays de grands intérêts et lui faire une situation politique prépondérante dans les provinces du sud de la Chine ». Le programme de Doumer vise donc à la réalisation du programme du parti colonial, suivant la voie balisée par les concessions que la diplomatie française, à Pékin, arrache au gouvernement chinois.

22Mais à partir de 1899, comme nous l’avons vu, les conditions locales et les orientations de la politique du gouvernement et des grands intérêts français subissent une inflexion importante, alors que Doumer s’obstine à continuer la même politique. Étudier la politique de l’Indochine sous Doumer en direction de la Chine c’est donc examiner comment le gouverneur général a mis en œuvre cette politique d’expansion dans les provinces méridionales de la Chine, dans le cadre de la politique offensive des années 1895/1898, sous Hanotaux, et comment il a essayé de la maintenir, de 1899 à 1902, dans le contexte nouveau qu’il refusait d’admettre.

23Les visées politiques sur les trois provinces méridionales de la Chine prennent pour base, et prétexte, un projet économique que les instructions de Doumer avaient clairement explicité : faire basculer vers le Sud les flux commerciaux du Sichuan et du Yunnan, au détriment de la vallée du Yangzi, la plus directe, que dominent les Anglais. Pour cela deux routes sont possibles : la vallée du fleuve Rouge menant tout droit sur Hải Phòng, ou, en territoire chinois, la vallée du Xijiang. Pour dominer les flux commerciaux passant par celle-ci, il faut soit les capter au travers du Guangxi, soit les accaparer au débouché de la vallée sur la mer, sur les côtes du Guangdong. Ainsi s’articulent les trois directions de la politique de Doumer :

  • intervention au Yunnan ;
  • prolongement de la voie ferrée Lạng Sõn - Ðờng Ðăng à travers le Guangxi, en direction de Longzhou et Bese qui se trouve sur le Xijiang ;
  • occupation de Guangzhou Wan, dans le Guangdong.

24Au cours de la réalisation de cette politique dans ces trois directions va se manifester l’évolution signalée plus haut, le passage de l’exécution d’une politique voulue par Paris à sa poursuite en contradiction avec les ordres du Quai d’Orsay. Bien que les événements se déroulent en même temps dans ces trois directions, la clarté de l’exposé exige qu’ils soient examinés séparément.

A - L’action en direction de la Chine du Sud

  • 7 Gérard, ministre de France à Pékin, lettres à Hanotaux, 17/8/1895 et 9/6/1896 in L. de Reinach, Re (...)
  • 8 idem, lettre du 9/6/1896.

25C’est dans la direction du Guangxi que depuis la convention Gérard (1895) porte le principal effort français. Le chemin de fer à voie de un mètre allant de Phủ Lạng Thýõng à Lạng Sõn, une fois achevé, en 1894, la compagnie Fives-Lille avait obtenu, sous les auspices du gouvernement français, un contrat avec le gouvernement chinois pour en construire le prolongement jusqu’à Longzhou, ce qui fut considéré comme “une date dans l’ouverture de la Chine”7. On se réjouit de cette « mise en relation directe de Haiphong avec des marchés les plus importants du Kouang Si méridional. C’est la réalisation des buts économiques du chemin de fer de Lạngson »8.

26Les instructions que reçut Doumer à son départ allaient plus loin : il devait hâter l’exécution de cette voie car elle était l’amorce d’une ligne « beaucoup plus importante qui devrait se prolonger dans la direction du grand marché de Pésé ». Ainsi donc Doumer n’eut pas à inventer la politique d’intervention active en Chine du Sud ni les visées extravagantes sur le détournement du commerce du Sichuan vers Hải Phòng. Le gouvernement, où Hanotaux était ministre des Affaires étrangères, lui en faisait obligation, en signalant comme premier objectif la ligne vers le Guangxi et le Xijiang, les mêmes instructions ne parlant, à propos de la voie du fleuve Rouge que d’un service de touage ou de route. Mais on dut rapidement se rendre compte de la pauvreté du Guangxi, de l’insignifiance du marché de Longzhou, si bien que Fives-Lille abandonna les droits qu’elle avait obtenus. Doumer dut se contenter d’achever le programme modeste du prolongement jusqu’à la frontière et d’en inaugurer l’arrivée à Ðờng Ðăng dans les derniers jours de son gouvernement indochinois, le programme en territoire chinois étant remis en question : ce n’était pas par le Guangxi que l’on pourrait capter les flux commerciaux qui se dirigeaient vers Canton et Hong Kong.

27Mais déjà Doumer avait obtenu un avantage, qu’il pensait plus décisif, pour lutter contre Hong Kong. Cette position anglaise dominait en fait le trafic de Hải Phòng puisque la très grosse partie du commerce du port du Tonkin se faisait vers le port anglais qui s’interposait ainsi entre l’Indochine et le reste de l’Extrême-Orient. Il se lança donc dans cette direction, celle du Guangdong. En mars, puis mai 1898, la France avait obtenu de la Chine, au moment où celle-ci était obligée de céder à toutes les exigences des puissances européennes, une double concession : la promesse de non aliénation de l’île de Hainan et des trois provinces méridionales, ce qui était à la fois reconnaître ces provinces comme une zone d’influence française et une garantie que l’entrée du golfe du Tonkin ne tomberait pas dans les mains d’une puissance concurrente (déclaration du gouvernement chinois du 10 avril 1898 confirmant celle du 15 mars 1897). D’autre part la France obtenait la cession à bail pour 99 ans de la baie de Guangzhou Wan (Kouang Tchéou Wan), au nord de la presqu’île de Leizhou (Lei Tchéou).

28C’est l’île de Hainan qui avait d’abord attiré les convoitises françaises, comme le moyen de protéger le golfe du Tonkin mais il était apparu que si la France voulait mettre la main sur ce gros morceau, l’Angleterre pourrait exiger des compensations dans la région, notamment dans la basse vallée du Xijiang, ce qu’il fallait éviter absolument ; de plus on apprenait que cette île était très pauvre. On se contenta donc, dans la déclaration du 10 avril 1898, de s’assurer qu’aucune autre puissance ne s’y installerait, mais pour surveiller le détroit passant entre le continent et Hainan, la France se fit céder à bail Guangzhou Wan. Installés au Nord-est de la péninsule de Leizhou, les Français pouvaient surveiller le passage dans le détroit de Hainan et, par conséquent, tenir la route maritime entre Hải Phòng et Hong Kong. De plus la convention passée avec la Chine prévoyait l’installation d’un dépôt de charbon. En fait, il fut vite évident qu’avec ses passes qui s’ensablaient, la baie de Guangzhou Wan ne pouvait pas constituer une base maritime importante. Mais Doumer et la diplomatie française voyaient beaucoup plus loin.

Carte de la Chine méridionale

Carte de la Chine méridionale

© JM. MANCINI d’après :
BERGERE M.-CL. (sous la directionn de)
1989 La Chine au xxe siècle, d’une révolution à l’autre 1895-1949, Paris, Fayard, tome 1, 441 p.

  • 9 AOM GGI d. 21849
  • 10 AOM GGI d. 5615. Consul de Pakhoi à Doumer, le 2/6/1898.

29Dès le 30 mai Doumer écrivait à son ministre : « la prise de possession de Kouang Tchéou Wan ne vaut qu’en ce qu’elle fait entrer le golfe du Tonkin tout entier et une partie au moins du Kouang Toung dans la sphère d’influence exclusive de la France »9, et le 2 mai Hanotaux écrivait à Pichon, ministre de France à Pékin : « les récents rapports consulaires font ressortir l’intérêt que nous avons à développer nos voies de pénétration dans la région du Kouang Toung et du Kouang Si » et l’on envisageait une ligne ferrée de Pakhoi à la vallée du Xijiang, ce qui fut accordé mais jamais réalisé, ainsi qu’une autre ligne traversant la péninsule de Leizhou. On rêva aussi de mines de fer dans le Guangdong, et on obtint les autorisations d’exploitation. Ainsi « notre influence serait alors établie de façon réelle et définitive sur toute la région qui sépare le protectorat du Tonkin de Kouang Tchéou Wan »10, c’est-à-dire tout l’ouest de la côte du Guangdong. Et puis il y avait la question de l’opium, le but étant de récupérer la contrebande de l’opium qui avait pour théâtre le golfe du Tonkin en direction de la Chine, Guangzhou Wan devenant le grand dépôt de ravitaillement illicite d’opium à destination de la Chine et de Hong Kong.

30Encore fallait-il, pour réaliser ces rêves, occuper effectivement le territoire cédé sur le papier par la convention signée à Pékin. Doumer s’impliqua fortement dans cette phase de mainmise concrète sur le territoire à bail, d’autant plus qu’on se trouva tout de suite en face d’une résistance des populations et un mauvais vouloir des autorités locales à procéder à la délimitation du territoire. Certes le gouvernement français, en pleine affaire de Fachoda, ne voulait pas d’opérations militaires dans ce coin de Chine mais Doumer envoyait quelques renforts à l’amiral de Beaumont qui commandait les navires ancrés dans la baie et il se chargea de défendre une politique beaucoup plus énergique, à Paris où il se rendit, en septembre 1898 pour faire voter son emprunt des 200 millions. Il réussit effectivement à obtenir le renforcement des moyens militaires, espérant l’éventualité d’une action offensive dans le Guangdong. On se trouvait en effet en face d’une véritable insurrection dans tout le Guangdong occidental et Hong Kong était mise en état de défense. Mais là, comme au Yunnan, l’optique de Paris changea à la fin de l’année 1898, et le bras de fer entre Delcassé et Doumer commença, à propos de Guangzhou Wan, comme il allait se produire à propos du Yunnan.

31Par ailleurs, et comme au Yunnan, des heurts violents avec la population chinoise se renouvelaient, occasionnant des morts du côté français. La délimitation du territoire était donc difficile et traînait en longueur. Finalement, le 16 novembre, une convention était signée, précisant les limites du territoire, réduit à une étroite bande de terre autour de la baie. Au même moment l’île de Hainan se souleva contre la présence des étrangers (il y avait un consulat français à Hoi Hao). Doumer proposa alors d’envoyer des forces d’Indochine. Mais, en 1900, en pleine affaire des Boxers, Paris ne voulait pas multiplier les conflits et le corps consulaire de Hainan quitta Hoi Hao, fin août 1900 ; ce furent des missionnaires français, désormais en charge de l’île, qui eurent la tâche d’y maintenir une influence française. Restait la question : de qui devait dépendre le territoire, du ministre de France à Pékin ou devait il être rattaché à l’Union indochinoise ? Finalement Guangzhou Wan fut laissé à l’Indochine par le décret du 5 janvier 1900 et Doumer par l’arrêté du 27 janvier en établissait l’administration. Ainsi les vastes ambitions de Doumer en direction du Guangdong aboutissaient à un bien maigre résultat. Guangzhou Wan ne devint tête de pont d’aucune voie de pénétration dans son arrière pays, fut une station navale sans grand intérêt, ne connut jamais qu’une activité économique fort réduite. Le territoire n’eut qu’un rôle important : celui de plaque tournante de la contrebande de l’opium [P. Le Failler, B3, 1993].

32Ceci dit, de toutes les provinces de la Chine du Sud, ce fut vers le Yunnan que fut déployé l’effort de loin le plus important et qui laissa les traces les plus durables avec le fameux chemin de fer du Yunnan, s’intégrant comme prolongement de l’ensemble ferroviaire indochinois, au delà de la ligne Hải Phòng - Hà Nội - Lào Cai. Cette province était l’objet de trois mythes superposés : celui d’un accès commercial avantageux au Sichuan par le Sud, celui de la richesse minière exceptionnelle du Yunnan, celui de la navigabilité du fleuve Rouge. Aussi avait-elle suscité les convoitises françaises et anglaises depuis la fin des années 60, ce qui avait conduit à la conquête du Tonkin par la France et à la mainmise anglaise sur la Haute Birmanie. Le mythe de la navigabilité du fleuve Rouge s’écroula le premier, laissant place au projet de chemin de fer, justifié par les deux autres mythes qui, eux, subsistaient.

33Comme pour l’affaire de Guangzhou Wan, Doumer trouvait des jalons déjà posés, mais allait faire sienne et marquer de sa forte empreinte la réalisation de cette politique. L’affaire du Yunnan est complexe et longue, débordant largement la période du gouvernement de Doumer. Engagée dès 1898, elle ne trouve son premier achèvement qu’en 1910 quand le train arrive à Yunnan-sen, et est imbriquée dans l’ensemble ferroviaire indochinois projeté par Doumer dès son arrivée [Bruguière, B3, 1963]. Une vaste opération de ce genre comporte trois étapes : le montage financier, les études de faisabilité et le tracé de la voie, ces deux étapes étant partiellement simultanées, enfin la construction elle même.

Tableau chronologique n°7. Période 1898-1904

Tableau chronologique n°7. Période 1898-1904

Tableau chronologique n°8. Période 1905-1911

Tableau chronologique n°8. Période 1905-1911

Nota : Les 8 tableaux par Gilles de Gantès.

B - Le chemin de fer du Yunnan

34Le principe de la voie ferrée allant de Lào Cai à Yunnan-sen avait été acquis dès 1897, par une convention avec la Chine. Dès 1898 les premières études commençaient. Il revenait à Doumer de mettre sur pied le montage financier nécessaire. L’énorme affaire des chemins de fer indochinois et du Yunnan ne pouvait être financée que par l’emprunt. Dès son arrivée Doumer fit en sorte que l’Indochine pût le prendre en charge par des réformes fiscales qui devaient assurer des excédents budgétaires. Il fallut donc faire voter une loi par le Parlement pour l’y autoriser et Doumer, en tant que commissaire de la République, participa au débat et malgré l’opposition de Gaston Doumergue et de nombreux radicaux, ses anciens compagnons politiques, il fit adopter le projet gouvernemental au cours d’un débat mené à la hussarde.

  • 11 Intervention de Doumer en tant que commissaire du gouvernement, lors du débat de la Chambre, 27/6/ (...)
  • 12 Comptoir d’Escompte, Société Générale, Crédit Industriel et Commercial, Banque de l’Indochine.

35La loi du 25 décembre 1898 approuvait l’emprunt des 200 millions destinés aux chemins de fer d’Indochine et à la ligne du Yunnan dont elle approuvait en même temps le projet, selon les dernières conventions qui venaient d’être conclues avec le gouvernement chinois (avril 1898). Mais « le ministère des affaires étrangères n’avait pas cru pouvoir accepter que la colonie assumât elle même la construction et plus tard l’exploitation du chemin de fer en territoire chinois » [P. Doumer, B3, 1902, p. 340], ce qui se comprend aisément : cela aurait ressemblé à un prélude d’annexion. Ainsi la voie du Yunnan, contrairement aux voies indochinoises construites en régie, devait être construite par une société créée à cet effet. Après avoir convaincu le Parlement, Doumer dut convaincre les banques. S’il fut facile d’obtenir la formation d’un consortium bancaire pour se charger de l’emprunt qui procurait de gros profits sans faire courir de dangers, il en fut tout autrement pour la formation de la société qui devait se charger de la construction de la ligne et de son exploitation. « Cela n’a pas été fort aisé de constituer une compagnie avec le concours des grands établissements auxquels nous avons tenu à nous adresser » [P. Doumer, B3, 1902, p. 340]. En effet Doumer pensait « qu’il y avait intérêt à ce que ces grands établissements fussent amenés dans ces régions... [car]. Il est préférable qu’ils drainent une partie de l’épargne française plutôt que de la drainer au profit d’emprunts ou d’affaires industrielles à l’étranger »11. Paul Doumer proposait donc le développement d’un marché des fonds coloniaux, concurremment aux emprunts étrangers, ce que recommandaient certains économistes comme Leroi-Beaulieu. Mais les grandes banques parisiennes, qui prenaient les emprunts russes et s’intéressaient à d’autres lignes ferrées chinoises, plus prometteuses que celle du Yunnan, ne se laissèrent pas convaincre facilement de s’engager dans une société chargée de la construction et elles envoyèrent une mission d’études en mars 1899. Or en juin 1899 des troubles éclataient au Yunnan, suivis en 1900, par l’affaire des Boxers : ni le contexte général, ni la province visée ne pouvaient soulever l’enthousiasme. Quelques banques se retirèrent donc des négociations (Crédit Lyonnais), d’autres ne s’engageant que de façon symbolique (Banque de Paris et des Pays-Bas) Quant aux quatre établissements12 qui finirent par suivre Doumer, ils se servirent de ces difficultés comme d’un levier pour obtenir des « avantages considérables, extravagants même, pour les adversaires du projet » [M. Meuleau, B1, 1990, p. 213].

36Par la convention du 15 juin 1901, le gouvernement de l’Indochine rétrocédait à ce consortium la concession faite par la Chine à la France du chemin de fer de Lào Cai à Yunnan-sen et le consortium s’engageait à créer une société qui prenait en charge la construction de la dite voie ferrée. Un second volet financier s’ouvrait alors, celui de la construction. Le capital nécessaire était évalué, d’après les études faites au départ, à 101 millions de francs sur lesquels le consortium ne versait que 12,5 millions, le gouvernement de l’Indochine en versait autant sous forme de subvention, le reste étant placé en obligations. Et pour cette mise initiale de 12,5 millions le consortium recevait l’exploitation de la ligne du Yunnan à construire, la remise de la voie Hải Phòng – Lào Cai en construction aux frais du gouvernement de l’Indochine, plus une garantie d’intérêt annuel de 3 millions. Après quoi le consortium créa la Compagnie des chemins de fer d’Indochine et du Yunnan à qui étaient transmis toutes les obligations et droits de la convention du 15 juin 1901. A ces avantages extraordinaires s’en ajoutèrent quelques autres (fourniture du matériel roulant, exclusivité de l’entretien du matériel, etc.). Dès 1901, le capitaine Bernard calculait que « la somme dont sera grevé le budget de l’Indochine ne sera pas inférieure à 180 millions de francs par an » [F. Bernard, B3, 1901]. Effectivement les dépassements de crédits allaient être énormes, 65 millions au delà de la somme prévue, soit un surcoût de 63 %, la somme totale de la construction atteignant, en chiffres ronds et officiellement 165 millions. Après de multiples péripéties, versements de gros ajouts par le gouvernement de l’Indochine, liquidation judiciaire de la compagnie de construction, à qui la Compagnie des chemins de fer avait confié la réalisation de la ligne, etc. Un nouvel emprunt, dit de liquidation, apura, en 1909 les comptes de l’opération de construction.

  • 13 Pour tout ce qui concerne la construction de la voie ferrée : “Historique de la ligne du Yunnan”, (...)
  • 14 Jugement d’un membre de la Mission lyonnaise qui avait longuement enquêté en Chine les années préc (...)

37Parallèlement aux opérations financières se déroulaient les actions sur le terrain13. Dès le 9 juillet 1897, le conseil des ministres avait décidé d’envoyer au Yunnan une mission d’études, dirigé par l’ingénieur-chef des Ponts et Chaussées Guillemoto. Or, ce dernier fut recruté l’année suivante par Paul Doumer comme directeur du nouveau service de travaux publics d’Indochine et il boucla le plus rapidement possible son rapport pour prendre au plus vite son poste à Hà Nội. Son travail, “fait dans un temps trop cour” avait en réalité « un seul but, fournir au gouverneur général la base dont ce dernier avait besoin pour réussir son emprunt »14, comme l’estimait un des membres de la mission lyonnaise [Bruguière, B3, 1963]. De fait, Doumer engagea toute l’affaire du Yunnan sur cette base technique insuffisante et il parvint même à convaincre les députés français, il est vrai fort ignorants des réalités topographiques yunnanaises.

38En même temps d’autres missions avaient été envoyées au Yunnan, se confondant partiellement avec celle de Guillemoto (mission Leclère, mission des Comités des Forges et des Houillères). Cette convergence, non exempte de confusion, montre quels intérêts (et de quel poids !) poussaient à la réalisation de cette voie ferrée, sans trop se préoccuper de sérieuses études préalables. En quelques mois le tracé de la future ligne était établi, confirmé par une nouvelle mission en 1899. Cependant il fallut changer le tracé à partir de 1901, quand il s’agit concrètement d’ouvrir les chantiers. C’est donc par la vallée de la Nam Ti, qui devait se révéler particulièrement meurtrière pour les malheureux coolies chinois chargés de la construction, que la voie s’engagea dans la montée sur les plateaux du Yunnan. Mais, à travers ces missions, où Guillemoto, l’homme du gouverneur général, jouait un rôle primordial, Doumer poursuivait un autre but, à savoir l’implantation politique de l’administration indochinoise au Yunnan. Ce qui allait provoquer d’une part des réactions de la population et des autorités du Yunnan, puis à partir de 1899 celles des Affaires étrangères, à Paris au Ministère, à Pékin où Delcassé avait envoyé Paul Beau comme ministre de France, et à Yunnan-sen où Auguste François venait d’être nommé consul.

39Doumer affichait avec beaucoup de désinvolture ses volontés d’emprise politique sur le Yunnan. En juin 1899 il fit brusquement et quasiment seul un véritable raid, à cheval, à travers le Yunnan jusqu’à Yunnan-sen.

  • 15 ANSOM Indo A.F. B 11 (28). Télégramme du 8/3/1899.

40Il l’avait annoncé en ces termes au ministre des Colonies « Je compte que nous allons apprendre à connaître le Yunnan et ses ressources, nouer des relations avec la population et les mandarins, nous les attacher, étendre notre sphère d’influence sans bruit et prendre pied dans le pays grâce aux facilités que nous donne l’étude et la construction du chemin de fer »15. Le résultat en fut une réaction indignée du vice-roi du Yunnan, et quelques jours après un soulèvement des mineurs d’étain de Ko Tiou (12 juin 1899).

  • 16 AOM GGI d. 20598. Télégramme du 6/7/1899.

41La ville de Mengzi fut envahie par les mineurs d’étain, le consulat français pillé et les Français durent se réfugier dans le yamen du taotai qui les protégea. Doumer sauta alors sur l’occasion et proposa d’envoyer quelques forces d’Indochine pour protéger nos nationaux, permettant ainsi l’entrée des troupes de l’Indochine au Yunnan. Mais le Quai d’Orsay, alerté par le consul de Mengzi, intima fort sèchement l’ordre à Doumer de n’en rien faire et de veiller à ce que rien ne soit engagé qui puisse permettre à l’Angleterre de dire que la convention du 15 janvier 1896 avait été violée16. L’incident de Fachoda ne datait que de six mois et, à Londres, Chamberlain évoquait alors la possibilité d’une nouvelle Triplice formée de l’Angleterre, des États Unis et de l’Allemagne. L’incident de Mengzi mettait en lumière les risques que faisaient courir à la paix les grandes manœuvres de Doumer au Yunnan, alors que la province était en pleine instabilité sociale, particulièrement dans la région des mines de Ko Tiou. Notons de plus qu’à ce stade, la voie ferrée n’avait encore aucune réalité sur le terrain.

42Il est vrai que Doumer n’était pas le seul à s’intéresser de près au Yunnan. Dès 1897, nous l’avons vu, le Comité des Forges et les Houillères de France avaient fondé la Société d’études industrielles en Chine et avaient envoyé des missions au Yunnan. En 1899 était fondé le Syndicat minier du Yunnan, sous l’impulsion de Célérier, ancien membre du cabinet de Doumer, et présidé par le comte de Bondy, une personnalité influente du Comité des Forges. Ce syndicat demandait tous les gisements d’étain et de charbon alors inexploités dans un périmètre de 200 km autour de Ko Tiou, ce qui ne fut peut être pas sans conséquence sur le soulèvement des mineurs. En tous cas assez rapidement le Syndicat, peu encouragé par le Quai d’Orsay, abandonna la partie et prononça sa dissolution (9/11/1899).

  • 17 AOM GGI d.7943. Lettre de Célérier, 29/1/1900.
  • 18 AOM GGI d.7943. Lettre de Pila à Doumer, 25/8/1900.
  • 19 A. François raconte dans différents textes (Fonds François du Musée Guimet) que Doumer lui fit cet (...)

43En fait une orientation différente s’était amorcée : dès octobre s’était fondé, avec la participation active du même Célérier, un Anglo-French Syndicate, constituant « un groupement très puissant par ses moyens d’action politique et financier »17. On y retrouve les hommes du syndicat minier qui allait disparaître, auxquels s’ajoutent Ulysse Pila et la Cie Lyonnaise Indochinoise qu’il avait fondée, la Banque de l’Indochine, ainsi que des Anglais, et tout cela « au su du Quai d’Orsay et à l’approbation de M. Cambon »18. Cette conjonction de la haute banque parisienne, avec en tête la Banque de Paris et des Pays-Bas, la Banque Ottomane et leur groupe, des autorités françaises et anglaises indique qu’une autre stratégie était en train de s’imposer au Yunnan : à la volonté de domination exclusivement française et à finalité politique, dans la logique de la politique coloniale, se substituait le rapprochement des deux grands impérialismes rivaux qui s’unissaient pour développer avant tout les investissements de capitaux dans une Chine où s’imposait la politique de la porte ouverte [C. Fourniau, B3, 1992]. À une logique coloniale succédait une logique impérialiste, c’était l’affirmation de ce que Paul Beau, envoyé par Delcassé comme ministre de France à Pékin, venait d’appeler d’un mot alors nouveau, la politique mondiale. Mais Doumer n’entendait sacrifier sa politique ni aux nouvelles orientations d’intérêts parisiens, ni aux prémices de l’Entente Cordiale. Aussi poursuivit il les mêmes projets, en conflit ouvert avec Delcassé et son représentant à Yunnan-sen, Auguste François. Doumer se laissa aller à d’étonnants excès de langage qui restèrent cependant couverts par le secret officiel19. Il est vrai que Doumer disposait d’une trop grande puissance à Paris pour qu’il puisse être sanctionné et rappelé, si bien qu’il continua la même politique jusqu’à son départ, c’est-à-dire en 1902.

44Or ces années furent particulièrement tragiques en Chine. C’est l’époque de la guerre des Boxers, des Cent Jours de Pékin, et c’est aussi une période de grands troubles au Yunnan qui obligèrent les Français à évacuer momentanément cette province. Contre les ordres formels de Paris, Doumer envoyait pourtant une commission au Yunnan, en juillet 1899, la commission Masse, du nom de celui qui la dirigeait, composée en fait de militaires qu’on implantait ainsi dans la province chinoise, sous prétexte de régler avec les autorités chinoises de la province les questions que soulevait la construction du chemin de fer. Ce qui ne fut pas sans conséquence puisque, de nouveau au printemps 1900, la situation à Yunnan-sen se tendit au point que le consul François dut prendre la décision, à la mi-juin, d’évacuer tous les Français de la ville et de replier tout le monde sur Mengzi, avant de gagner le Tonkin. Doumer proposa alors d’envoyer des troupes d’Indochine pour protéger les Français dans Mengzi, ce qu’Auguste François, suivant l’esprit des instructions de son ministre, parvint à éviter en évacuant rapidement le Yunnan, évitant ainsi une effusion de sang et préservant, vis-à-vis des autorités chinoises, la possibilité d’un retour honorable.

45Effectivement, dès 1901, François revint s’installer au Yunnan avec les excuses des autorités chinoises pour les violences de l’année précédente. Il put alors agir concrètement pour développer, pacifiquement, l’influence française (centres médicaux, cours de français, etc.). Mais à l’inverse, Doumer poursuivait au même moment sa politique d’implantation militaire. Une autre mission, la mission Blim, était envoyée à Lào Cai avec un matériel considérable, comprenant force fusils et cartouches bien que son objectif officiel ait été d’établir une ligne télégraphique de Lào Cai à Yunnan-sen. Mais, sur ordre du Quai d’Orsay, elle fut bloquée à Lào Cai et elle y resta des mois. Naturellement, les autorités du Yunnan étaient au courant et une curieuse connivence s’établit, contre la politique de Doumer, entre les autorités chinoises, Auguste François à Yunnan-sen, Paul Beau à Pékin et le ministère des Affaires étrangères à Paris [C. Fourniau, B3, 1992]. Tout cela n’empêchait pas les négociations financières de suivre leur cours et entre juin et juillet 1901 fut signée la convention qui remit à la Compagnie des chemins de fer d’Indochine et du Yunnan les droits et la charge de la construction de la ligne Lào Cai – Yunnan-sen.

  • 20 R. de Billy à A. François, le 23/3/1901. Fonds François.

46Quelques mois après, Paul Doumer quittait l’Indochine, remplacé par ce même Paul Beau qui représentait un courant si différent de la diplomatie française. Le consensus s’établit rapidement là où avaient éclaté les rivalités : le chemin de fer voulu par Doumer, mais qui ne l’avait pas vu construit (la voie ferrée n’atteindra Lào Cai qu’en 1906), se fera et atteindra Yunnan-sen en 1910 ; la France aura une large influence au Yunnan ; l’administration de l’Indochine, tellement plus proche que celle du ministre de France à Pékin, pourra intervenir fréquemment auprès des représentants consulaires au Yunnan. Mais les capitaux français ne se seront pas enfermés dans ce pauvre sud-ouest de la Chine, ils seront présents dans tout l’immense empire chinois que les Puissances se sont plus ou moins partagé mais qu’elles ont renoncé à démembrer. D’ailleurs, en ces premières années du siècle l’impérialisme français regarde en priorité ailleurs. Dès 1901 un membre du cabinet de Delcassé écrivait à A. François : « Doumer s’intéresse à l’Indochine et à ses annexes plus ou moins naturelles et le ministre s’intéresse au Maroc »20. Pour établir les droits de la France sur le Maroc, Delcassé sera enclin, bien davantage encore qu’auparavant, à mener une politique pacifique en Extrême-Orient, vis-à-vis des Anglais, des Chinois et même des Siamois.

47Dans un autre univers que celui des calculs de politique internationale ou de spéculation financière, la construction de la voie ferrée fut elle aussi une singulière aventure. Le tronçon Hải Phòng - Lào Cai fut réalisé entre 1903 et 1906, par des coolies chinois et surtout vietnamiens, recrutés dans le Delta avec le concours de l’administration (20 000 entre 1904 et 1906). En même temps étaient démarrés les travaux du tronçon yunnanais, qui ne fut donc ravitaillé par le chemin de fer qu’à partir de 1906. Pour cette partie de la voie, et tout particulièrement dans le 75 premiers km dans la vallée de la Nam Ti, les difficultés que durent surmonter les constructeurs furent gigantesques : relief passant de 80 à plus de 2 000 mètres d’altitude, vallées encaissées de plusieurs centaines de mètres en à-pic, nature des roches, secousses sismiques, climat souvent meurtrier. Les conditions humaines n’étaient pas moins défavorables : très faible population sur la majorité du parcours, d’où d’énormes difficultés de recrutement de la main d’œuvre, amenée de toute la Chine, y compris du Nord-est ; violentes convulsions politiques et sociales (révolte de Ko Tiou en 1903 et 1908 ; absence de ravitaillement local pour la partie méridionale de la ligne, etc.). Or ce fut un chantier énorme employant entre 1906 et 1909 jusqu’à 40 000 coolies et 1 500 européens d’encadrement. La mortalité y fut effroyable : 12 000 hommes dont 10 000 pour la seule vallée de la Nam Ti.

48Des prouesses techniques furent réalisées en grand nombre (par exemple le fameux pont en arbalétrier), mais qui nécessitèrent un effort humain exceptionnel (acheminement à dos d’hommes de pièces métalliques de 600 kg ou de chaînes de 355 mètres de long pesant plus de deux tonnes et demie). Cette voie ferrée de 464 km de Lào Cai à Yunnansen comportait 3 422 ponts, viaducs et aqueducs, 155 tunnels d’une longueur totale de 18 km. Elle fut inaugurée le premier avril 1910.

  • 21 L’Asie Française, juillet 1909, article de R. de Caix.

49Pour quels résultats ? Avant même l’achèvement des travaux les critiques furent nombreuses. Dès 1909, l’Asie française dressait un constat sévère : « l’idée d’un trafic sérieux Haiphong – Setchouan est de la pure fantasmagorie [le projet] fut étudié avec une préoccupation insouciante de l’argent, ce qui était le fait d’une politique inquiète mais nullement d’un esprit calculateur et précis de l’homme d’affaires » et l’on dénonçait « la vieille illusion qui considérait moins l’Indochine pour elle même que comme une base commerciale de la Chine dont les richesses paraissaient fabuleuses » et l’on s’apercevait enfin « qu’en raison de l’orographie la Chine tourne le dos à l’Indochine »21. Par la suite les chiffres de l’exploitation ne devaient pas infirmer tellement ce jugement.

50Mais ces critiques, contemporaines de la vague de dénonciation de la gestion indochinoise après les événements de 1908 s’estompèrent par la suite ; les problèmes étaient autres et des ambitions de Doumer subsistaient des réalités, le chemin de fer de Hải Phòng au Yunnan et le territoire à bail de Guanzhou Wan. Par ses agences chinoises la Banque de l’Indochine étaient désormais en position de devenir “la pierre angulaire des opérations financières en Chine” [M. Meuleau, B1, 1990]. Par ailleurs les finances de l’Indochine fonctionnaient dans le cadre que leur avait donné Doumer : le poids de la dette imposée par les emprunts des chemins de fer, celui du Yunnan et ceux de l’Indochine, et le système des recettes fondé sur les impôts indirects. Mais la mémoire coloniale et l’historiographie eurent trop tendance à ne pas faire le lien entre les visées extérieures de Doumer, qui échouèrent parce qu’elles étaient à contre-courant de l’évolution de l’impérialisme français, et l’énorme œuvre d’organisation intérieure qui, elle, perdura jusqu’à la fin de la domination française en Indochine.

II - L’ŒUVRE INTÉRIEURE DE 1897 À 1905

51En débarquant le 13 février 1897 à Sài Gòn, Doumer avait déjà dans ses cartons un programme précis et complet de réforme intérieure. Dès le 22 mars, dans son premier grand rapport, il l’exposait en sept points :

  1. Organiser le gouvernement général et les administrations locales ;
  2. Remédier à la situation financière présente et constituer des ressources pour l’avenir en créant un régime fiscal approprié au pays, à son état social, aux mœurs des ses habitants comme aux besoins de son budget ;
  3. Donner à l’Indochine le grand outillage économique, chemins de fer, routes, canaux, ports, nécessaires à sa mise en valeur ;
  4. Accroître la production et le commerce de la colonie en développant la colonisation française et le travail indigène ;
  5. Assurer la défense de l’Indochine par la constitution de points d’appui de la flotte, par une organisation plus puissante de son armée et de ses stations navales ;
  6. Achever la pacification du Tonkin ; garantir la paix et la tranquillité de ses frontières ;
  7. Étendre l’influence de la France, développer ses intérêts en Extrême-Orient et plus particulièrement dans les pays voisins de la colonie.

52Et dans son rapport final, en 1902, Doumer concluait fièrement, et avec quelques raisons : « C’est ce programme, arrêté dès le début, qui fut exactement suivi pendant cinq ans ».

53Dès son arrivée, le jeune gouverneur général avait lancé en quelques mois l’ensemble de sa politique, tant extérieure qu’intérieure, faisant l’étonnement souvent, mais pas toujours admiratif, du monde colonial.

54Car la situation dont héritait le nouvel arrivant était loin d’être facile : aux insuffisances de l’appareil politico-administratif, s’ajoutaient les deux faiblesses permanentes du protectorat de l’Annam-Tonkin, le déficit et l’insécurité. Il le dit lui même, dans son grand rapport de 1902 : « Au début de l’année 1897 (...), l’achèvement de la pacification du Tonkin était une des tâches les plus urgentes parmi celles qui s’imposaient au gouverneur général ». Certes, en 1897 il tenait un autre langage disant que « la situation politique n’est pas inquiétante ni même mauvaise » et qu’il n’y avait que « quelques vestiges restant de la rébellion et de la piraterie anciennes ». La réalité est entre les deux : le Cấn Výõng était défait, définitivement, et l’époque de la conquête était bien close, mais, au cours des années 1897 et 1898, des troubles non négligeables eurent lieu au Tonkin, écho attardé et déformé de la résistance antérieure.

  • 22 Sur l’histoire peu ordinaire de Kỳ Ðờng (de son vrai nom, Nguyễn Văn Cầm 1875-1929, voir Nghiên Cú (...)
  • 23 Lettre de Le Mỹre à ministre des Colonies, 26/5/1898. ANSOM Indo A.F. d. 37 (série A00).
  • 24 ANSOM Indo A.F. d.37
  • 25 lettre du 16/8. ANSOM Indo A.F. d.37
  • 26 De son nom Hoàng Hoa Thám, il est né à Bắc Giang. Avec ses partisans dont certains se sont révélés (...)
  • 27 AOM GGI d. 20287

55Le Kỳ Ðờng, l’enfant miraculeux des années 80, revenu de son exil en Algérie, entreprit d’exploiter une concession dans le Yên Thế, la région du Ðê Thám dont la soumission était précaire. Très vite près de 3 000 personnes, beaucoup plus de lettrés que de paysans, accoururent sur la concession du Kỳ Ðờng. Doumer fit alors arrêter le Kỳ Ðờng et finalement le déporta à Tahiti22. Mais en décembre 1897, des troubles éclataient, des groupes de quelques centaines d’hommes, mal armés, attaquaient à Hải Phòng, Hải Dýõng, Thái Bình. C’était évidemment plus que des échauffourées sans gravité dont parlèrent les rapports officiels mais l’ordre fut rétabli immédiatement. Cependant, un an plus tard, en décembre 1898, des attaques du même type furent menées dans les faubourgs de Hà Nội. La répression fut terrible ; quelques dizaines de condamnations à mort furent prononcées mais surtout les exécutions sommaires se montèrent à “plusieurs centaines, sans jugement, sans même une constatation d’identité” d’après Le Mỹre de Vilers, inquiet parce qu’il comparait la violence de cette répression à celle qu’au même moment les États-Unis menaient à Cuba et aux Philippines23. Il y eut quelques échos dans la presse parisienne : “Il y a là bas un homme qui joue au satrape asiatique” écrivait un publiciste du journal L’Autorité le 13 août 1898. Pourtant le directeur d’Asie au Quai d’Orsay, Roume, affirmait : « Tout s’est passé conformément à la loi »24 et Doumer précisait à son ministre25 « Les exécutions de rebelles après jugement sommaire a été d’une centaine pour les trois provinces. J’ai fait rechercher le chiffre exact ». L’affaire était close et on l’oublia. Cependant les autorités avaient été inquiétées par cette agitation partie du Yên Thế, aussi, dès octobre 1897, une opération était elle lancée contre le Ðê Thám. Le Yên Thế fut encerclé et le Dé Thám26, fidèle à sa tactique habituelle, offrit sa soumission que le gouverneur général, pressé d’annoncer la pacification totale du Tonkin, lui accorda à des conditions assez généreuses. Dès février 1898 Doumer proclamait, un peu prématurément : “la paix et la sécurité règnent partout”27. Cette affirmation était nécessaire au moment où l’on s’apprêtait à faire voter au Parlement l’emprunt des 200 millions qui commandait tout le plan ferroviaire de Doumer, en particulier le projet de chemin de fer du Yunnan ; elle était renforcée par le fait que le gouverneur général résolvait au même moment le problème des déficits budgétaires qui avait tant fait pour l’impopularité de l’Indochine en métropole.

A - La réorganisation politique et administrative

56Le premier point du programme annoncé par Doumer était : “organiser le gouvernement général et les administrations locales”. Pour disposer d’un appareil politique et administratif efficace Doumer réorganisa l’Union indochinoise qui avait été beaucoup affadie depuis 1888, et ceci dans quatre domaines : le renforcement du gouvernement général, la reprise en main de la Cochinchine, le glissement de plus en plus accentué vers l’administration directe dans la gestion du Protectorat de l’Annam et une nouvelle organisation des pouvoirs au Tonkin.

57Dès juin/juillet 1897, deux mesures redistribuaient les pouvoirs au Tonkin :

  • Le poste de résident supérieur, un moment supprimé, était rétabli. À la période de la pacification, l’essentiel de l’activité du gouverneur général avait été accaparé par la lutte au Tonkin. À partir de 1897, le chef de toute l’Indochine entendait laisser à un fonctionnaire sous ses ordres la tâche de la gestion au jour le jour du protectorat. Cette disposition garda toute sa signification, même lorsque Doumer eut transféré le siège du gouvernement général de Sài Gòn à Hà Nội ;
  • La fonction de Kinh lýõc fut supprimée, Paul Bert, pour enlever en fait au pouvoir direct de l’empereur l’autorité sur les mandarins tonkinois, avait mis en place un Kinh lýõc (vice-roi), haut mandarin dans la main de la puissance coloniale et à qui était transmis théoriquement la puissance impériale. Mais, à l’époque de Doumer, ce personnage apparut au contraire comme un écran entre l’administration coloniale et les mandarins du Tonkin, désormais parfaitement soumis. Ce masque de la domination française ne semblait plus nécessaire. Ainsi disparaissait le dernier vestige du pouvoir impérial sur le Tonkin, et les mandarins se trouvèrent dès lors directement sous les ordres des résidents, et furent réduits à n’être que des agents d’exécution, à faible salaire, des autorités coloniales. Un pas de plus, et d’importance, était donc franchi dans la chute de prestige du mandarinat, et dans le long glissement du protectorat vers l’administration directe.
  • 28 Déchu de son titre de Kinh lýõc qui venait d’être supprimé, Hoàng Cao Khải avait été récompensé de (...)

58De plus, Doumer institua des “commissions consultatives des notables”. Reprenant une idée de Paul Bert, allant aussi dans le sens de l’abaissement du mandarinat, Doumer créa, en 1898, des commissions consultatives des notables dans les provinces. Sous l’apparence de donner à des représentants de la population voix au chapitre dans la gestion des affaires on s’assurait une approbation sans danger des décisions de l’administration tout en élevant une nouvelle catégorie sociale qui ne tenait son rang et, la plupart du temps, sa fortune, que de l’accord avec l’occupant. L’élite traditionnelle des mandarins recrutés au concours était évidemment nettement plus hostile aux Français. Ceci correspondait au lent bouleversement de la société vietnamienne qui, à l’époque coloniale, passait peu à peu à une économie monétarisée où les distinctions se fondaient désormais moins sur le savoir que sur la richesse privée. L’équilibre du pouvoir fut également réorganisé en Annam. Jugeant anormal que le gouvernement annamite continuât à fonctionner comme à l’époque de la conquête, Doumer voulut imposer des procédés d’administration et des moyens d’action économique de type moderne. Le moment était favorable. Les grands mandarins, qui étaient déjà en place avant la conquête et qui avaient gardé, sous la minorité de Thành Thái, au moins l’apparence d’un reste de pouvoir impérial, avaient disparu. Comme Thành Thái atteignait sa vingtième année, il fut déclaré majeur et du coup disparaissait le Conseil de régence ; le Co mât était paralysé par l’opposition entre Nguyễn Thân et Hoàng Cao Khải28. La Reine mère Tù Dũ, qui était la dernière grande autorité morale à la Cour, était trop âgée (elle avait près de 90 ans et allait mourir en mai 1901) ; quant au roi il apparaissait de plus en plus comme un monstre sadique incapable d’une autorité personnelle. Le pouvoir de cette Cour appauvrie et qui quêtait des subsides auprès du résident supérieur était donc réduit à néant. Comme le résident supérieur présidait le Conseil de la famille royale et que les décisions du n’était exécutoires qu’après l’approbation du même résident supérieur, on arrivait ainsi à l’extrême de ce qu’avait tendu à faire la politique coloniale depuis l’instauration du protectorat, à savoir enlever toute réalité au pouvoir impérial dont le traité de 1884 avait laissé subsister au moins une apparence.

59En conséquence, en 1898 la complète gérance de l’Annam était remise à l’administration coloniale : désormais ce fut cette administration qui perçut l’impôt, disposa des recettes ; dès lors les services de la résidence supérieure versèrent au Trésor annamite une somme pour l’entretien du roi et de la Cour et l’Annam n’eut plus qu’un budget local, dans les mêmes conditions que les autres pays de l’Union. Enfin, sur le plan économique, Doumer fit sauter le dernier verrou qui gênait l’appropriation du sol en Annam par les colons européens ; les conditions restrictives insérées dans l’ordonnance de 1888 étaient levées et les colons purent dès lors posséder de plein droit la terre des concessions qui leur étaient accordées. La différence entre Tonkin et Annam, qui était un des caractères majeurs du traité Patenôtre, tendait donc à s’effacer mais c’était pour se rapprocher toujours plus de l’administration directe, dont le modèle était l’administration cochinchinoise. Pourtant cette administration cochinchinoise n’avait rien d’un modèle. Doumer disait « qu’il n’était pas possible d’avoir une conception plus curieuse, plus absurde d’un gouvernement colonial ». La toute puissance du Conseil colonial, rétabli dès 1888, aboutissait d’abord à écraser la population indigène : impôt dix fois plus lourd qu’au Tonkin, affaiblissement des communes, pièces de base du système administratif du pouvoir, culture traditionnelle dangereusement ébranlée. Et comme les gouverneurs généraux tentaient, plus ou moins timidement, de limiter ces excès commis au profit de la petite minorité européenne, les Cochinchinois en étaient venus à demander l’autonomie et par conséquent la sortie de la Cochinchine de l’Union indochinoise. Influents à Paris grâce à leur député, ils venaient de faire déposer un projet de loi en ce sens sur le bureau du ministre des Colonies. Doumer n’accepta le poste de gouverneur général que sur l’assurance que ce texte ne serait pas présenté à la Chambre avant que, sur place, il ait pu donner son avis. Et celui-ci fut tout de suite catégorique. Dans le renforcement du gouvernement général, non seulement la Cochinchine devait rester dans l’Union, mais Doumer allait rogner assez sensiblement les moyens du Conseil colonial et ses réformes prirent souvent l’apparence d’une lutte entre lui et Blanchy, le patron incontesté de la Colonie.

60C’est en renforçant l’autorité du gouvernement général que Doumer limita le caractère parfois extravagant du fonctionnement de la Colonie. La création des grands services généraux enlevèrent à la Cochinchine ses principaux moyens d’aspirer à l’autonomie. La création du budget général ne laissa à gérer au Conseil colonial qu’un budget local auquel échappait une partie des grands travaux ; de plus ce budget local devait verser de fortes sommes au budget général, c’est-à-dire participer, bon gré, mal gré, à des financements profitant aux autres parties de l’Indochine. La création du service unifié des Douanes supprima l’autonomie des douanes cochinchinoises ; du même coup Blanchy perdait un de ses moyens électoraux. Son “système” consistait en effet à embaucher comme agents des douanes, mais aussi de la mairie, quelques centaines de pauvres hères, notamment des Pondichériens, qui votaient pour lui sous peine de renvoi, lui procurant ainsi un volant de voix qui lui assurait une majorité stable [S. Reig, B3, 1995].

61Au delà de ses aspects administratifs, ou personnels, cette reprise en main, partielle, de la Cochinchine montre la dualité, à la fois contradictoire et complémentaire des intérêts coloniaux, à savoir les intérêts locaux et ceux de la métropole. Avec Doumer, c’est du point de vue des intérêts métropolitains qu’on veut désormais la mise en valeur ; il faut donc créer les moyens d’entreprendre celle-ci sur une échelle beaucoup plus vaste qu’auparavant, ce qui suppose de renforcer les pouvoirs du gouverneur général, notamment par le biais d’un budget auquel seraient affectées la plus grosse part des ressources de l’Indochine.

62Doumer explique qu’à son arrivée « il n’y avait pas de gouvernement, il y avait un gouverneur général. (...) Le gouverneur général administrait personnellement le Tonkin, il ne gouvernait pas l’Indochine » [P. Doumer, B3, 1902]. En revenant aux formes et à l’esprit de l’Union indochinoise, telle qu’elle avait été mise en place en 1887 avant d’être affaiblie dés 1888, et en en renforçant sensiblement la centralisation, Doumer allait mettre sur pied cet instrument de domination qui va perdurer jusqu’en 1945, quelles qu’en aient été les modifications ultérieures, et qui va faire ses preuves en tant qu’efficace instrument d’exploitation.

63« À la tête de la colonie et gouvernant en son nom est le gouverneur général. Il est dépositaire de tous les pouvoirs qui, en France, sont attribués aux différents ministres. » [P. Doumer, B3, 1902, p. 78]. À ce pouvoir quasi absolu était toujours durement ressenti par la population indigène et parfois mal supporté par les fonctionnaires européens qui ne s’accommodaient pas de l’état d’exception permanent qui privait le citoyen des droits les plus élémentaires. La seule véritable limite, d’importance il est vrai, est la dépendance vis-à-vis du gouvernement métropolitain qui fixe la politique à suivre, par les instructions données au départ du gouverneur général, par les ordres et les demandes d’explication très fréquentes, par l’approbation du budget et des projets d’emprunts, et enfin par la possibilité de rappel ou de révocation immédiate. Les rapports complexes que Doumer entretint avec Paris, où il se rendit à plusieurs reprises pour obtenir le succès de ses propositions, montrent à la fois cette dépendance et ses limites (on vient de le voir dans l’affaire du Yunnan), la personnalité du gouverneur général et son poids politique en métropole jouant un grand rôle.

64À partir du 20/1/1899, le gouverneur général fut secondé par un directeur des Affaires civiles, qui pouvait le remplacer en cas d’absence et le déchargeait des tâches purement administratives ; c’était en quelque sorte le ministre de l’Intérieur du gouvernement général. A l’époque de Paul Beau, un secrétaire général jouait un rôle similaire d’intermédiaire entre les basses réalités administratives (réorganisation des services, déplacement de fonctionnaires) et le gouverneur général, en principe chargé des grandes orientations politiques. Ce haut fonctionnaire dépendait en principe étroitement du gouverneur général, mais, à l’époque de Paul Beau, on put voir le secrétaire général Stanislas Broni, un fidèle de Paul Doumer, prendre des orientations différentes de son supérieur hiérarchique. Quoi qu’il en soit, la création de la fonction avait une signification centralisatrice évidente.

65À côté du gouverneur général siégeait un Conseil supérieur de l’Indochine composé des directeurs des services généraux dont Doumer créait ou renforçait l’autorité, des résidents supérieurs et du lieutenant-gouverneur de Cochinchine, des chefs militaires, des présidents de chambres de commerce et d’agriculture. Doumer leur adjoignit en 1898 deux notables indigènes, choisis par l’administration. Cet organe consultatif avait pour tâche principale d’examiner le budget général que venait de rétablir Doumer. Les sessions étaient ouvertes par un grand rapport d’activité du gouverneur général, ce qui était l’occasion d’une mise au point des problèmes par les chefs des administrations centrales et régionales, tenus ainsi de fournir un bilan annuel des affaires leur incombant. Ainsi les décisions du gouverneur général, arrêtées après l’approbation du Conseil supérieur, ne pouvaient être contestées au nom des intérêts locaux de chacun des pays de l’Union, entendons par là les particularismes administratifs et les intérêts parfois quelque peu divergents de la population européenne installée dans chacun des cinq “pays” et non les intérêts des populations indigènes dont les réalités nationales étaient depuis toujours niées dans l’Union indochinoise.

  • 29 ANTYPA Uranie, Économies occidentales et économie cambodgienne dans le cadre colonial Indochinois (...)

66La volonté de voir, diriger et exploiter l’Indochine comme un ensemble unique supposait une traduction administrative. Celle-ci est effectuée par la création ou le renforcement des grands services centraux. Le premier et le plus important de ces grands services fut celui des Douanes et régies, unifiant les deux services jusque là séparés, celui de l’Axinam-Tonkin et celui de la Cochinchine-Cambodge29, et dont l’importance devint primordiale du fait de la création des trois grandes régies devenues la base essentielle des ressources du budget général. De même le décret du 8 août 1898 unifia le système judiciaire en ramenant à l’unité les deux cours d’appels et les deux procureurs généraux qui existaient antérieurement. Pour accélérer la mise en valeur du pays étaient créés le service des travaux publics, dont l’importance devint considérable avec la construction des voies ferrées, et la Direction de l’agriculture et du commerce. Ces services connurent évidemment au cours du demi-siècle de leur existence de multiples remaniements mais la structure d’ensemble de cette administration centrale était désormais fixée et dura aussi longtemps que la domination coloniale. De plus l’exemple ainsi donné en Indochine allait avoir de fortes répercussions dans l’administration de l’ensemble colonial français, puisqu’il servit de modèle à des institutions analogues en Algérie, AOF ou Madagascar.

  • 30 Rapport au gouverneur général, AOM GGI d. 20477.

67La rationalité et l’efficacité de la gestion et de l’exploitation du pays en furent accrues mais deux conséquences en découlèrent : la contradiction qui apparut tout de suite entre les exigences des services centraux et les réalités locales, notamment les conflits entre les régies et les résidents locaux. Dès mars 1898, Boulloche, résident supérieur en Annam proteste : « Des individus parcourent les provinces et les résidents ne les connaissent pas. On appose des affiches que les résidents n’ont pas visées, on applique des mesures au sujet desquelles les résidents non seulement ne sont pas consultés mais parfois ne sont pas prévenus... peut on réduire le rôle du résident à celui d’un agent d’exécution et de répression ? »30.

68D’autre part la création de ces services pléthoriques entraîna une augmentation très sensible du nombre de fonctionnaires. Entre le “protectorat léger” dont on avait rêvé pour le Tonkin et la lourde administration directe de la Cochinchine, c’était ce dernier modèle qui tendait à l’emporter selon une des pesanteurs typiques, souvent dénoncées et jamais surmontées, de l’administration coloniale française. Mais cette évolution était avant tout la conséquence de la politique fiscale qui est au centre de la politique de Doumer.

B - La réorganisation financière

69Avant d’entreprendre la vaste réorganisation financière de l’Indochine qui fut l’un des aspects les plus marquants de son œuvre, Doumer dut, en 1897, faire face à la situation budgétaire très obérée du Protectorat. « La menace de faillite se dressait de nouveau devant le protectorat, aussi imminente qu’en 1891 et 1895 » rappelle-t-il dans son rapport final de 1902. Et le résident Fourès, alarmé, notait qu’il était « impossible de créer de nouveaux impôts ou d’augmenter les impôts existants » [P. Doumer, B3, 1902]. En effet 1897 fut une année de disette et pour certaines régions de famine et l’administration avait du importer du riz pour le distribuer aux populations. Cependant c’est à l’augmentation de l’impôt indigène que Doumer demanda tout de suite les sommes nécessaires au redressement de la situation financière du Tonkin. Par la réforme de l’impôt foncier et personnel (arrêté du 2 juin 1897) et par une surveillance plus étroite des résidents sur les mandarins, les recettes du Tonkin augmentèrent sensiblement dès 1898 et en cinq ans s’accroissaient d’un million de piastres, soit 30 % en plus [F. Bernard, B3, 1901]. Cependant Doumer proclamait que ces augmentations “ne soulèvent aucune difficulté, aucun incident”. Ainsi l’exercice 1897 se clôtura non plus par un déficit mais par un léger excédent qui dépassait, dès 1898, 1 765 000 $. Durant la même période le gouverneur général brisait la résistance de la Cochinchine qui venait de refuser les crédits inscrits pour l’étude du projet de chemin de fer. Dès lors Doumer pouvait affirmer que l’Indochine pourrait faire face au service de l’emprunt qu’il proposait pour ses chemins de fer, et entreprendre la réorganisation d’ensemble du système financier indochinois.

70Le nouveau système fut fondé sur deux principes de base : la distinction entre un budget général de l’Union et des budgets locaux, pour chacun des “pays”. Et d’autre part la répartition précise des recettes et des dépenses.

1 - le Budget général

  • 31 Doumer, rapport du 22 mars 1897.

71Le budget général crée en 1887 et supprimé dès 1888, fut rétabli : il devait permettre, selon l’expression même de Doumer, de donner à l’Union Indochinoise « une personnalité propre, faisant un État de ce qui n’avait été jusque là qu’une entité géographique. Il rendait nécessaire l’institution gouvernementale que l’institution en 1897 d’un conseil supérieur avait seulement préparée »31.

72Le budget général était alimenté par les impôts indirects, c’est-à-dire pour l’essentiel par le produit des douanes et régies. Il avait à sa charge l’entretien des services de l’Union, les travaux d’intérêt général et le service de la dette considérablement augmentée par l’emprunt pour les chemins de fer. Les budgets locaux avaient pour ressources les impôts directs et leur incombaient l’entretien des services locaux et les travaux d’intérêt local. Ainsi un financement particulier était dégagé et affecté aux grands travaux. La mise en valeur avait enfin, et pour la première fois mais de façon définitive, une base permanente et importante.

  • 32 Situation de l’Indochine en 1902.

73La place prépondérante était donnée à l’impôt indirect, en fait aux trois régies que Doumer mit sur pied au même moment, celle du sel, de l’alcool et de l’opium. Les droits de douanes avaient un but plus économique que fiscal comme l’écrivait le directeur des Douanes et Régies : « l’Indochine est un pays de consommation réservé à l’industrie et au commerce français » écrivait en 1902 le directeur du service des douanes32. Comme la plupart des produits importés, trop chers, ne pouvaient être destinés à la masse de la population indigène, leur volume était relativement limité, ainsi que, par conséquent, les revenus des douanes. C’était donc sur les trois régies que reposait l’essentiel du système financier créé par Doumer, et partant les grands travaux initiés par lui et le service de la dette qui en découlait. Le décret du 6 octobre 1897 créait le service unique des Douanes et Régies, unifiant les deux services régionaux existants. Apparaissait ainsi le premier et le plus important des services généraux de l’Union, avec notamment les trois régies du sel, de l’alcool et de l’opium.

2 - Les régies : opium, alcool et sel

74La place de l’opium en Indochine est assez nettement circonscrite : en dehors du Laos, qui n’est qu’un producteur secondaire, l’Indochine n’en produit presque pas et doit donc l’importer, de l’Inde (le Bénarès) puis, de plus en plus, au cours du temps, du Yunnan. D’autre part les paysans vietnamiens fument peu l’opium. Parmi les Vietnamiens, les fumeurs ne se trouvent que chez les riches et dans les masses urbaines les plus pauvres. Ainsi que dans quelques minorités du Haut Tonkin : la consommation était donc essentiellement limitée à la minorité chinoise et cet impôt indirect apparaissait comme un taxe frappant cet élément étranger qui, par ailleurs, semblait exploiter largement le pays. Ce fut un des arguments constants que les autorités coloniales opposèrent aux critiques multiples lancées contre la régie de l’opium.

75L’usage de l’opium était officiellement interdit dans l’Empire d’Annam jusqu’au moment où Tự Ðức avait du, pour payer l’indemnité de guerre imposée par le traité de 1862, établir le monopole. Les Amiraux en Cochinchine avaient hérité de ce droit, puis le protectorat en Annam-Tonkin. En fait l’essentiel du système était aux mains des Chinois qui étaient tout à la fois les consommateurs, les importateurs, les fabricants du produit (le chandoo) et les vendeurs, étant les fermiers exploitant le monopole. La domination coloniale avait institué, pour la gestion de ce monopole qui portait sur l’importation du produit brut, la fabrication du chandoo et sa vente, en gros et en détail, des régimes établis successivement en Cochinchine, en Annam et au Tonkin. Quand Doumer arriva c’était effectivement l’État colonial qui se chargeait directement de l’importation de l’opium brut, et de la fabrication du chandoo, (à partir de 1901, il n’y eut plus que la bouillerie de Sài Gòn). Par contre le système de vente, en gros et au détail variait selon les trois “pays” sous la forme de contrats de ferme ou d’exploitation en régie. Ce système était morcelé, donc peu rationnel. Doumer en instituant la régie unique de l’opium visait à obtenir le maximum d’efficacité et surtout à drainer vers les caisses publiques le revenu du monopole, ou plutôt une partie car dans la pratique on ne put se passer des commerçants chinois. L’institution de la régie de l’opium par Doumer fut donc, en un sens, un partage qui perdura jusqu’au bout, entre le budget général et les commerçants chinois qui, là comme ailleurs, étaient un échelon incontournable.

  • 33 Mémoire sur les monopoles par M. Lauret, 1911 ANSOM Indo NF c. 33. d. 459

76Du fait de l’hétérogénéité des systèmes de régie ou de ferme pratiqués dans chacun des trois “pays”, l’unification du monopole et de la régie généralisée se fit en une série d’étapes qui s’échelonnèrent de 1897 à 1904, se terminant ainsi avec Paul Beau. Le 6/10/1897 c’est la suppression des barrières douanières entre les pays de l’Union. Le 7/2/1899, la réglementation du régime de l’opium est édictée pour toute l’Union mais en fait ne put être appliquée immédiatement qu’en Cochinchine et au Cambodge où la Régie exerçait déjà le monopole de la vente. En Annam-Tonkin l’administration insuffisamment outillée avait passé des contrats avec des débitants généraux au Tonkin, et avec un fermier (Saint Mathurin) en Annam. Bien que ces « débitants généraux n’aient été que des intermédiaires inutiles et coûteux entre la régie et les sous-traitants chinois »33, il fallut attendre la fin des contrats pour que le monopole de la vente soit établi dans toute l’Union, ce qui eut lieu en janvier 1904. Il fallait néanmoins passer par des débitants privés pour le commerce de gros, et les Chinois restaient encore les chevilles ouvrières du système. Pour le commerce de détail, de petits débitants privés étaient munis d’une licence, ce que prouvait le drapeau tricolore en fer blanc qu’ils arboraient sur leurs établissements, en un symbole qui choqua plus d’un voyageur métropolitain. En 1906, la Compagnie générale du Tonkin et du Nord Annam, dirigée par le commerçant Raoul Debeaux, obtenait de la régie un contrat, sans concession de monopole, qui transférait à ses agents les prérogatives des agents de la régie.

77Parallèlement se développa une contrebande importante. Elle s’exerçait au niveau de l’importation de la matière brute en provenance du Yunnan, et le chemin de fer allait en devenir une des voies, ou au niveau de la vente de la drogue élaborée. Elle devint de plus en plus une part considérable, et souterraine, de la vie économique et sociale. La Régie multiplia les efforts pour la combattre, sans succès décisifs, et fut souvent amenée à transiger avec elle (tarifs dégressifs de vente dans les zones frontalières, etc.). En fait, il semble que la part de marché maîtrisée par la Régie tendit à n’être qu’une partie, peut être minoritaire, de l’énorme mouvement d’échanges (opium, armes etc.) dont l’opium était le pivot et qui intéressait l’ensemble du Tonkin et des provinces méridionales de la Chine, jouant un rôle, important dans l’activité de Hải Phòng et fondamental pour Guangzhou Wan [C. Descours-Gatin, B1, 1992 et P. Le Failler, B3, 1993].

78L’institution de la régie du sel toucha bien davantage les Vietnamiens que celle de l’opium, non seulement en tant que consommateurs (la consommation du sel, universellement nécessaire, est particulièrement forte au Việt Nam, notamment avec le nýớc mắm) mais aussi en tant que producteurs, certains villages côtiers vivant presque exclusivement des salines, notamment en Annam. Si l’impôt sur le sel était pratiquement inexistant avant 1897, le commerce du sel était aux mains de puissants commerçants chinois qui tenaient sous leur coupe les consommateurs et les sauniers. Payé fort peu aux sauniers, le sel était revendu cher aux consommateurs, les commerçants chinois drainant une partie des capitaux vietnamiens au profit des puissantes compagnies de Canton et de Shanghai. C’est cette situation que trouva Doumer et, là comme ailleurs, il tenta, en imposant le monopole de la régie, de dériver vers les caisses de l’État les bénéfices accaparés par les Chinois.

79L’arrêté du 20/10/1899, approuvé par le décret du 21/12/1899 procéda à une refonte de toute la réglementation en unifiant le système. Il posait trois principes : liberté de production, monopole de la Régie achetant aux sauniers toute leur production, prélèvement par la Régie d’une taxe sur le sel livré à la consommation. Mais la mise en pratique s’avéra difficile : résistance très forte des commerçants chinois, impossibilité technique pour la régie d’organiser le stockage du sel livré par les sauniers et difficultés d’organiser la vente. L’exercice du monopole de vente varia donc suivant les régions mais, dans l’ensemble, le recours à des entrepreneurs français s’imposa. Pour le Tonkin et Nord-Annam, par exemple, Raoul Debeaux, déjà distributeur exclusif d’alcool et d’opium, obtint en 1900 le monopole de l’achat du sel et bientôt de la vente puisque l’Administration lui loua ses magasins de vente qu’elle avait. Qui dit monopole, dit évidemment tentation d’élever les prix artificiellement, et la fourniture du sel fut souvent déficiente, notamment dans la Haute Région tonkinoise.

80La question des alcools indigènes fut sans doute encore plus difficile à régler administrativement et les choix de Paul Doumer provoquèrent, un peu partout au Việt Nam, des tensions avec les producteurs et avec les consommateurs. Les alcools européens qui entraient en quantités non négligeables acquittaient, quant à eux, les droits de douane inscrits au tarif général et ne donnaient lieu à aucun problème particulier. Tout autre était la question de l’alcool indigène. Pour la population autochtone, l’alcool était un produit de première nécessité puisqu’il était lié aux rites qui structuraient la vie sociale et spirituelle des Vietnamiens. Il était traditionnellement distillé dans les villages où il se complétait par l’élevage de porcs avec les déchets. C’est tout cet ensemble économico-culturel qu’allaient perturber le monopole et la régie de l’alcool.

81Si les Amiraux avaient institué en Cochinchine le monopole de l’importation, de la fabrication, du transport et de la vente de l’alcool en 1872, Paul Bert n’avait pas osé faire de même en Annam-Tonkin, reculant “devant un impôt presque sûrement impopulaire, d’un rendement assez faible et que la nécessité de déjouer les fraudes fera accompagner de formes inquisitoriales et vexatoires” [M. Monier, B3, 1913]. La question de l’alcool se présentait donc sous des aspects différents suivant les régions lorsque Doumer arriva en Indochine, avec cependant deux points communs : la fabrication était libre et la vente assurée par des fermiers asiatiques. Là comme ailleurs, Doumer voulut unifier, rationaliser et fortement augmenter le rendement fiscal. L’application de cette politique s’étala sur plusieurs années étant donné la diversité des régimes existant à travers l’Indochine et fut achevée par Paul Beau. Elle s’organisa autour de trois axes principaux :

  • l’augmentation des droits ;
  • la transformation et l’unification de la production. Aux procédés traditionnels était substituée une fabrication industrielle selon un procédé inventé par Calmette, de l’Institut Pasteur. Ce procédé permettait des rendements beaucoup plus élevés, donc un prix de revient plus bas, mais n’était applicable que dans de grosses unités de production. On assista alors à une rapide concentration de cette production aux mains de grandes sociétés où domina l’entreprise Fontaine qui détint à peu près le monopole de la fabrication de l’alcool industriel pour le Tonkin, associé à quelques concurrents français (contrat Fontaine et Fischer, 10 mars 1903, pour dix ans, sans clause de rachat anticipé !). En 1905, Fontaine chercha à obtenir le même privilège pour la Cochinchine, mais il s’y heurta à l’opposition des Chinois qui, utilisant les résidus des décortiqueries de riz dont ils avaient pratiquement le monopole, s’estimaient lésés par l’industriel français et par l’administration. Ils parvinrent à susciter des campagnes de presse jusqu’en métropole et organisèrent une sorte de boycott de l’alcool Calmette/Fontaine, au point qu’il fallut trouver des compensations à leur donner. Quant à la production en Annam, et c’est là qu’elle suscitait le plus de protestations des producteurs indigènes, elle fut monopolisée par l’affairiste Lombard, que Doumer avait déjà favorisé pour sa Compagnie des Thếs de l’Annam, en obtenant des tarifs douaniers intéressants et en incitant la Cour de Hué à y placer de l’argent. Cette question de production de l’alcool en Annam est tout à fait symbolique des pratiques en affaires à l’époque de Paul Doumer. L’entrepreneur à qui l’on a hâtivement confié le monopole n’est pas assez puissant et à partir de 1905, il n’arrive plus à satisfaire à ses obligations de production. Dès lors, il est obligé de s’associer à d’autres hommes d’affaires (Henri de Monpezat) et à des Chinois. Pendant ce temps, le gouverneur Beau continue de lui octroyer des faveurs pour éviter une déconfiture qui toucherait la Cour. En tous cas, la concentration de la production avait pour l’administration le gros avantage de rendre simple la perception de droits qui se faisait à la source, mais elle entraîna une double conséquence négative : la ruine de nombreux villages qui vivaient de la distillation du riz et de l’élevage des porcs ; d’autre part la population n’aimait pas cet alcool industriel, d’où l’incitation, en plus de la cherté du produit de la régie, à recourir à la contrebande ;
  • quant à la vente, ce fut là encore le système des débitants généraux qui s’imposa, avec, comme pour les deux autres régies, des accommodements de ceux-ci avec des Chinois. Au Tonkin, la Cie générale du Tonkin et du Nord-Annam de Raoul Debeaux, que nous avons déjà vue dans les mêmes activités pour le sel et pour l’opium, reçut le monopole de la vente d’alcool. En Cochinchine, par contre, la vente s’effectua en régie directe jusqu’en 1907 où des débitants régionaux chinois se virent accorder des monopoles de vente, sans doute pour compenser l’abandon de leurs activités de distillation au profit de Fontaine.

3 - Bilan des impôts indirects

  • 34 Ce climat de corruption et de délation induit par la répression de la contrebande a fait l’objet d (...)

82Au total, que ce soit sous la forme de la Régie ou que ce soit sous celle de monopoles livrés à des entrepreneurs privés, les résultats furent excellents sur le plan budgétaire : prenons l’exemple des bénéfices budgétaires générés par l’alcool : de 416 000 $ (piastes) en 1896 les recettes de l’alcool atteignaient, dès 1900, un peu plus de 3 millions $ et dépassaient 4 millions en 1905. Mais à quel prix économique, social et politique ? L’augmentation des prix fut telle que la consommation recula, avec tout ce que représentait ce fait au niveau de la vie journalière de la masse des gens. Le revers économique et social était, également très lourd : graves perturbations de l’économie de nombreux villages et surtout conséquences, comme l’avait prévu Paul Bert, de la lutte contre la contrebande : violences des agents de la Régie, vengeances et rancunes au sein des villages, emprisonnements, troubles fréquents furent en effet les conséquences rapidement constatantes34. Les administrateurs locaux des Services civils critiquaient eux-mêmes ces pratiques : il est vrai qu’ils subissaient personnellement les conséquences des troubles éventuels, alors que les agents des Douanes & Régies s’en préoccupaient fort peu. Des critiques s’élevèrent très vite [P. Bernard, B3, 1901], mais, sous Doumer et Beau, l’attitude officielle fut de se louer des ressources abondantes procurées par la Régie de l’alcool, qui par ailleurs permit l’édification de quelques grosses fortunes de résidents français. La révolte de 1908 devait remettre en lumière les inconvénients de cette fiscalité.

  • 35 Mémoire Lauret, 1911, note 48. ANSOM Indo NF d. 459.
  • 36 Mémoire Lauret, 1911. ANSOM Indo NF d. 459.

83Même phénomène en ce qui concerne le sel : l’augmentation du produit fiscal était le résultat du triplement de la taxe perçue par la Régie et des considérables bénéfices des commerçants chinois se superposant à ceux des intermédiaires européens, ce qui se traduisit, comme pour l’opium et l’alcool, par un développement de la contrebande. Ceci entraîna tout un système de répression qui perturba gravement la vie des villages et des paysans, avec la multiplication de lourdes condamnations de pauvres gens poursuivis comme faux-sauniers. De plus, ce furent des régions entières des côtes de l’Annam qui furent ruinées. En effet pour pouvoir contrôler la production du sel afin de lever la taxe « l’administration a entrepris méthodiquement la suppression d’un grand nombre de salines exploitées, sans autre raison que la convenance du service »35. Lourd bilan social face aux bénéfices budgétaires, qui restaient néanmoins intangibles aux yeux de l’administration : « la logique impitoyable des faits nous oblige à nous prononcer en faveur du maintien du monopole »36.

84Néanmoins, du point de vue du rendement fiscal, les régies furent un remarquable succès et surtout un succès arrivant au moment opportun. Devant le Conseil Supérieur de l’Indochine, Beau, en 1905, soulignait : « Coïncidant avec l’établissement du budget général et l’émission d’un grand emprunt, l’organisation des régies en particulier s’est ressentie de la nécessité d’en obtenir rapidement un rendement considérable et d’accroître chaque année ce rendement pour faire face à des besoins croissants. L’esprit de fiscalité a prévalu sur toute autre considération ».

  • 37 Renseignement communiqué par Guy Durand.

85Effectivement « les recettes des régies ont suivi une progression vertigineuse. De 5 162 000 $ en 1894 leur produit passait en 1900 à 10 097 623 $ pour doubler cinq ans après. Elles atteignaient 19 530 000 $ en 1905 » [Breton, B3, 1907, p. 146]. Très rapidement les chiffres et la part des régies dans les recettes augmentèrent, plus vite que le revenu des douanes : la ponction sur la population allait plus vite que le développement économique, comme le prouvent la comparaison des comptes administratifs du budget général de l’Indochine en 1901 et en 190837.

86Les résultats budgétaires des réformes financières de Doumer, et principalement de la mise en place des régies furent en effet spectaculaires. A partir de 1899 les finances de l’Indochine qui n’avaient connu jusque là, presque tout le temps, que des déficits, affichèrent dès lors des excédents de recettes quasi permanents.

[M. Breton, B3, 1907, p. 132]* ajout d’une recette extraordinaire de 19 837 piastres.

87Si les déficits réapparurent en 1905, s’aggravant en 1906, la “Caisse de réserve et de prévoyance”, créée en 1900, permit de faire face sans difficultés majeures aux obligations de l’Indochine. Ainsi le budget indochinois, excédentaire pendant six années de suite, et doté désormais d’une caisse de réserve, pouvait faire face au paiement du service de la dette contractée pour la construction des chemins de fer et à la réalisation de l’énorme programme de grands travaux que Doumer mit en route, outil indispensable de l’exploitation économique qui est, avec les tentatives d’expansion en Chine et la réorganisation administrative et politique, le troisième volet de l’œuvre de Doumer.

88Vue du côté vietnamien, l’introduction de cette forme de modernité occidentale, fiscalité indirecte et monopole de l’État dans l’exploitation des produits de base (sel) et l’incitation aux “vices” (opium, alcool, tabac) de la population indigène est très mal vécue par l’opinion et unanimement dénoncée comme effets pervers de la “mission civilisatrice”, au même titre que la destruction de l’école confucéenne, de Phan Bội Chấu (Việt Nam vong quớc sic) à Nguyễn Ài Quớc (Procès de la colonisation française). Ainsi, dans sa “Lettre de sang d’outre-mer” (Hải ngoại huyết thý), Phan Bội Chấu dénonce les deux formes d’aliénation coloniale qui menacent le peuple vietnamien sous le joug colonial : la première, pernicieuse et d’autant plus redoutable qu’elle masque la volonté génocide de l’occupant (âm toan) sous le couvert de la fiscalité, en se contentant de pressurer la population vietnamienne par l’impôt, la seconde, plus ouverte (dýõng bác) en appliquant purement et simplement une politique de salariat à bas prix.

C - L’exploitation économique

89« On peut dire que l’œuvre économique, but principal de la colonisation, est à peine ébauchée » constatait Doumer à son arrivée, dans son rapport du 22 mars. La décennie précédente, consacrée à la conquête n’avait guère construit, malgré les premiers efforts de Lanessan et de Rousseau. « Il paraissait possible – explique Doumer dans son rapport-bilan de 1902 – en terminant la période des opérations militaires de la conquête et de la pacification matérielle du pays d’inaugurer la période de sa mise en valeur et par là même de sa pacification morale ». C’est donc sans exagération majeure que l’historiographie coloniale a pu affirmer que la mise en valeur de l’Indochine commence avec Doumer. En 1897, pratiquement tout était à faire : un seule voie ferrée, celle de Lạng Sõn mais qui s’arrêtait en face de Hà Nội, ne pouvant traverser le fleuve Rouge, pas de bonnes routes et presque rien de fait en ce qui concerne l’hydraulique.

90Pour faire face à ces besoins il fallait un outil : ce fut le service des travaux publics, un de ces grands services centraux étendant leur action à tous les pays de l’Union et qui permit de disposer d’un personnel nombreux, cohérent et plus ou moins compétent. C’est lui qui va prendre en charge les grands travaux lancés par Doumer. Mais tout ne pouvait être fait en même temps : l’essentiel des efforts, et de l’argent fut consacré à l’énorme programme d’un réseau ferré, presque rien à l’hydraulique, assez aux routes et ports.

91Le 14 septembre 1898 le Conseil supérieur de l’Indochine approuvait le plan de réseau ferré que lui soumettait le gouverneur général. On avait du attendre en effet un an et demi après l’arrivée de Doumer pour qu’on puisse en arriver là, car il avait fallu obtenir l’autorisation de l’énorme emprunt de 200 millions, ce qui supposait qu’auparavant les réformes financières aient permis d’assurer que le budget indochinois pourrait faire face de façon durable au service de la dette ainsi contractée.

92Ce plan du réseau s’organisait sur deux grands axes : un axe Sud-Nord, afin de relier Sài Gòn à Hà Nội et au delà jusqu’à la frontière chinoise, et un axe Est-Ouest allant de Hải Phòng – Hà Nội à Lào Cai, et cet axe était le tronçon indispensable à la construction du chemin de fer du Yunnan. Les dates de réalisation de ces différentes lignes, lancées par Doumer et qui ne seront achevées que bien après lui, indiquent les priorités du plan Doumer. La ligne Hải Phòng - Lào Cai fut achevée dès 1906 et le chemin de fer du Yunnan en 1910. Par contre il fallut attendre 1937 pour achever la liaison Hà Nội - Sài Gòn. Le plan ferroviaire de Doumer fut bien, avant tout, l’instrument de la pénétration en Chine, axe majeur de sa politique. Les modes de gestion d’autre part furent différents : la ligne Hải Phòng -Lào Cai était la propriété de la Compagnie des chemins de fer de l’Indochine et du Yunnan, tandis que les successifs tronçons de la ligne Hà Nội -Sài Gòn furent construits et exploités en régie. Enfin Doumer acheva la ligne de Lạng Sõn, qu’il prolongea à ses deux bouts, vers la frontière Ðờng Ðăng, et vers Hà Nội en réalisant sur le fleuve Rouge le pont qui a porté son nom et qui resta longtemps une des réalisations techniques les plus remarquables de l’Asie.

93Les travaux furent engagés simultanément, en plusieurs tronçons, autour de Hà Nội, en direction de Hải Phòng, de Việt Trì, de Vinh et de Lạng Sõn avec la construction du pont Doumer. Ainsi s’ouvrirent d’énormes chantiers qui mobilisèrent pendant des années plusieurs dizaines de milliers d’hommes, recrutés au Việt Nam et en Chine, ce qui eut d’importantes conséquences sociales sur le plan local (recrutement de coolies, grosses concentrations de travailleurs vivant dans des conditions souvent très pénibles) et sur le plan économique (rôle non négligeable des salaires des coolies dans la vie paysanne). Quant à ce qu’y gagnèrent les entreprises métropolitaines, les sidérurgistes obtenaient des commandes pour l’Indochine (Doumer les estimait à 60 millions de francs) tandis que la marine marchande se voyait garantir l’exclusivité du transport des matériaux nécessaires, ce qui faisait partie des conditions posées pour autoriser l’emprunt de 200 millions. En 1905, l’Indochine disposait déjà de 800 km de voies ferrées formant une étoile autour de Hà Nội, la voie Sài Gòn -Mỹ Tho exceptée, et constituant l’amorce d’un réseau complet. C’était là un résultat remarquable. Cependant, très tôt, des critiques s’élevèrent (capitaine Bernard, débats parlementaires, etc.) que l’avenir devait vérifier : la voie ferrée était elle la priorité à choisir pour développer les communications dans l’ensemble indochinois et servir le développement économique ? En fait les deux grands produits d’exportation, le riz et le charbon, ne s’en servirent jamais, et le trafic voyageurs l’emporta très longtemps sur le trafic marchandises. De ce fait, la voie ferrée fut plus importante sur les plans social, culturel et même national, que sur le plan économique. En tous cas, de 1900 à 1925, les crédits des travaux publics furent consacrés majoritairement aux chemins de fer, de l’ordre de 40 %, ce qui, ajouté au poids de la dette contractée pour le programme ferroviaire, empêchait de donner l’extension suffisante aux autres chapitres, en particulier, à l’hydraulique dont le besoin allait s’avérer de plus en plus vital. Comme le soulignait l’Asie Française dès 1909, n’avait on pas sacrifié, en fait, l’Indochine à la volonté d’expansion en Chine, renouant ainsi avec les rêves de Dupuis et Garnier et du vieux lobby tonkinois des années 80 ?

1 - L’essor de l’économie coloniale

94“Lancer résolument la Colonie dans la voie du développement agricole, industriel et commercial” était le programme de Doumer, tel que le rappelle Frézouls, directeur des douanes et régies en 1902, pour mieux glorifier l’action accomplie.

95L’essor du commerce extérieur de 1897 à 1905 parait justifier ce triomphalisme. Par rapport à 1896 la valeur globale du commerce général de l’Indochine en 1905 fut multiplié par 2,5 et le commerce avec la France par 3. Quels que soient les correctifs qu’il faille apporter aux statistiques douanières, et la prise en compte de la baisse constante de la valeur de la piastre par rapport au franc-or, le démarrage du commerce extérieur au tournant du siècle est indéniable [Dauphinot, B3, 1909]. Quelles étaient les exportations et vers qui allaient elles ?

96C’est le riz qui l’emporte de très loin : 1896 : 790 000 tonnes ; 1 200 000 en 1901, pour retomber à 741 000 en 1906 (Cf. L’Indochine en 1906), après plusieurs années de mauvaises récoltes, Doumer ayant eu la chance de bénéficier pendant la plus grande partie de son gouvernement indochinois d’une série d’années de bonnes récoltes, à la différence de ce qui attendait son successeur. En fait il s’agit pour la plus grosse part de l’exportation de Sài Gòn, écoulant le riz disponible de Cochinchine et du Cambodge, le Tonkin ne fournissant au commerce extérieur qu’une centaine de milliers de tonnes et l’Annam presque rien. Cet excédent exportable s’explique par la densité démographique moindre de la Cochinchine, le développement de la production grâce aux drainages qui ouvrent des terres nouvelles dans la Cochinchine occidentale, et par la faible consommation intérieure liée à la misère paysanne qu’aggrave l’alourdissement de la fiscalité. D’autre part, ce commerce, depuis la rizière jusqu’à l’embarquement du paddy ou du riz blanc, est aux mains des commerçants chinois dont la puissance n’a guère été entamée par les réformes financières de Doumer. Les Chinois de Sài Gòn vendent ce riz cochinchinois aux Chinois de Singapour, de Hong Kong ou des ports de la Chine du Sud, qui sont demandeurs, ce qui explique la tendance à la hausse des prix en piastres dans ce monde de l’argent métal.

97Le riz représentant environ les 2/3 en valeur des exportations de l’Indochine, le reste est représenté par le charbon qu’exporte l’ensemble portuaire Hải Phòng – Hong Gai, et pour des valeurs bien moindre, du poivre, de la cannelle, du tabac, du café. De tout cela la France n’achète presque rien ; l’exportation indochinoise reste dans le cadre de la mer de Chine. « Pour des raisons de voisinage, de tradition, et aussi par suite de la nature des produits échangés, notre grande colonie asiatique fait les 4/5 de son trafic avec la Chine, l’Inde, Hong Kong, Singapour et il en sera longtemps ainsi » constate avec mélancolie L’expansion coloniale (1/8/1908).

98Du côté des importations aussi les progrès furent remarquables à l’époque de Doumer, passant de 81 à 215 millions de francs de 1896 à 1902, mais ces chiffres faiblissent en 1903 et 1904 à cause des désastres climatiques de ces années. Un cinquième de ces importations est destiné à la population indigène, pour l’essentiel ce sont des tissus et des filés, puis du pétrole, etc. Les 4/5 correspondent aux besoins des Européens, notamment des boissons, et surtout avec l’ouverture des grands chantiers, des produits métallurgiques, mais ce débouché s’amenuise après l’achèvement du chemin de fer du Yunnan. La doctrine officielle voudrait que ces importations viennent avant tout de France. Le directeur des douanes écrit en 1902 : « on peut dès maintenant entrevoir le jour où l’Indochine sera devenue définitivement une riche cliente de l’industrie française ». Depuis le décret du 29/11/1892 le tarif douanier frappe de droits de douanes les produits étrangers et laisse entrer en franchise les produits français arrivés de France en droiture. En 1898 (29/12) le tarif A pour l’importation et le tarif B pour l’exportation s’efforce de diminuer les franchises qui avaient été consenties aux produits asiatiques qui n’avaient pas de similaires français. Malgré ce carcan protectionniste dont on avait entouré l’Indochine, les importations françaises restaient minoritaires, bien qu’en progrès à cause de l’entrée du matériel ferroviaire, et c’était les produits chinois qui occupaient la première place.

99Deux faits majeurs peuvent être retenus en ce qui concerne le commerce de l’Indochine à l’époque de Doumer. D’une part il est entré dans une phase nouvelle, croissance importante du chiffre global et de la part de la France : le monde colonial, sur place et en métropole, commençait à tirer bénéfice de sa domination de l’Indochine. D’autre part ces succès sont en partie conjoncturels (suites de bonnes années agricoles, gros chantiers ferroviaires), et butent sur des limites, la part de la Chine et des Chinois dans les échanges de l’Indochine et la pauvreté de la grande masse de la population qui ne peut pas absorber beaucoup de produits métropolitains, ni fournir grand chose à la métropole. C’est bien la fiscalité qui reste la base de l’exploitation du pays.

100Du côté de la production l’ère doumérienne lance deux développements importants : l’attribution massive de concessions agricoles à des colons européens et un début d’industrialisation.

2 - La colonisation agricole

101Le problème de la colonisation agricole se présente sous des formes et avec des conditions différentes en Annam-Tonkin d’une part, en Cochinchine d’autre part.

102En Cochinchine la colonisation agricole consiste essentiellement, jusqu’à la première guerre mondiale, à creuser des canaux de drainage, ce qui est relativement simple et peu coûteux, pour ouvrir à la culture les très vastes espaces de marécages de l’Ouest cochinchinois. Ce travail a commencé tôt, dès l’époque des Amiraux, et s’est accéléré à partir des années 90. L’époque de Doumer a vu se continuer cette entreprise en la développant mais n’a pas marqué une rupture décisive. D’autre part les bénéficiaires des concessions accordés ont été évidemment des Européens mais aussi de riches Vietnamiens de l’est cochinchinois, les uns et les autres installant des fermiers qui commencent à former la masse très pauvre des tá điền, caractéristique de la société paysanne cochinchinoise.

103En Annam-Tonkin, où il fallut dépasser le droit éminent sur la terre qui appartenait au roi, la totalité des terres directement exploitables était déjà occupée par une population de très forte densité ; de plus la période de la conquête rendait difficile l’installation des colons si bien qu’il fallut attendre la fin de cette période de conquête, c’est-à-dire à peu près l’époque de Doumer pour que le mouvement de colonisation prenne un essor important. « De 1888 à 1894, soit l’époque où les concessions étaient accordées sous l’application de l’arrêté du 5 septembre 1888 (le premier texte de réglementation des concessions au Tonkin) 62 concessions avaient été établies sur 69 865 ha » [Tạ Thị Thúy, B1, 1993, p. 169]. À partir de 1895 deux arrêtés (24 avril 1895 et 18 août 1896) suppriment les limitations en matière de superficie qu’avait imposées la première réglementation, au moment où la pacification quasi complète du pays permet l’installation des colons. Quand Doumer arriva, il y avait au Tonkin 106 concessions sur 91 459 ha. Pendant quatre ans le pouvoir colonial en multiplia le nombre ; en 1900 on comptait 183 concessions sur 238 000 ha, soit près de 150 000 ha distribués, multipliant par 2,5 environ la superficie passée aux mains de propriétaires européens, français pour la plupart. Le mouvement se ralentit à partir de 1901 et ne reprendra plus jamais au Tonkin avec cette intensité. D’autre part, les limites de cet essor apparent étaient apparues très vite et avaient été dénoncées, notamment par Fernand Bernard [B3, 1901]. Non seulement beaucoup des concessionnaires étaient absentéistes, et n’exploitaient d’ailleurs que très partiellement les milliers d’hectares attribués, mais de plus il ne s’agissait pas, la plupart du temps, de mise en valeur de terres nouvelles. Beaucoup de concessions furent en effet attribuées dans le Delta où leurs bénéficiaires se contentaient de pratiquer le métayage, ce qui ne pouvait contribuer à apporter des améliorations techniques et contribuait à l’aggravation du malaise foncier. Ce phénomène se développa tout au long de la période coloniale, une fois que les colons eurent remarqué que le riz était, de tous les produits agricoles, celui qui fournissait le revenu le plus stable. Une autre partie des concessions fut attribuée à la périphérie du Delta et sur les approches de la Moyenne Région, sur des zones encore récemment cultivées mais qui avaient été abandonnées durant la période précédente du fait de la guerre et des troubles, ce qui rapidement amena à des contestations avec les villageois quand, à la faveur de la paix revenue, ces paysans voulurent retrouver leurs villages et leurs terres. Encore dans ces régions de colline, contrairement à ce qui se passait dans le cœur du delta, certains colons, tels les frères Borel, furent-ils à l’origine d’innovations culturales, comme l’introduction du caféier ou la pratique d’un élevage rationnalisé.

104En Annam le droit de pleine propriété accordé aux concessionnaires fut plus tardif (ordonnance du 27/9/1897) les surfaces concédées moins importantes, et les colons y pratiquèrent surtout la culture du thé (Lombard) et l’élevage (Henri de Monpezat), sur des échelles assez modestes même si ces activités fournirent une part non négligeable des faibles exportations de cette région. « Contrairement au mythe du colon défricheur, ce n’est pas dans le domaine rural qu’au Tonkin (ni en Annam) la domination coloniale fournit son apport essentiel » [Tạ Thị Thúy, B1, 1993, p. 169].

3 - Les débuts de l’industrialisation

  • 38 L’expansion coloniale, n° 1 septembre 1908, p. 194.
  • 39 Brochure officielle “La réglementation minière” (1888 à 1905). AOM GGI d. 6929.

105Dans ce domaine, l’ère doumérienne marque un essor décisif bien que le résultat global soit demeuré quantitativement et qualitativement, très limité. Caractéristique de ce fait est la production du charbon : commencée en 1890, elle était de 100 000 tonnes en 1896 et avait triplé en 1902 (316 000 tonnes), mais la production baissa de nouveau entre 1903 et 1906 pour être de l’ordre de 250 000 tonnes38. La société des charbonnages qui régnait sur toute cette région de Hong Gai vendait une partie de la production sous forme de briquettes à la Marine Nationale, et exportait la plupart du reste vers la Chine, car le débouché intérieur était faible. On était loin du mythe charbonnier qui avait été un des arguments des “Tonkinois” vingt ans auparavant. D’ailleurs la réglementation fut tardive ; il fallut attendre l’instruction du gouverneur général Beau, du 22/11/1904, pour « indiquer les règles de procédure administrative à suivre pour l’application du décret du 25/2/1897 »39. Aussi de nombreuses concessions minières furent elles alors demandées et accordées, pour le charbon ou quelques métaux : “l’essor minier prend de l’ampleur depuis 1905” constatait Paul Beau dans son rapport officiel de 1907.

106Quant à l’industrie proprement dite, elle ne pouvait guère avoir de grandes perspectives car les producteurs métropolitains, comme le soulignait Doumer dans son rapport final « demandent qu’on ne leur crée pas, dans les pays acquis par la France, souvent à grands frais, des concurrences insoutenables et désastreuses » et le gouverneur général concluait « l’industrie coloniale est à créer pour faire ce que l’industrie française ne peut pas faire ». La liste des entreprises industrielles est donc courte, mais c’est sous Doumer que furent créées les deux principales, qui restèrent jusqu’à la fin de la période coloniale les deux piliers industriels de l’Indochine, la cimenterie de Hải Phòng, mise en chantier en 1900, et la cotonnière de Nam Ðịnh. Si l’on y ajoute, à Sài Gòn, l’arsenal et, à Hà Nội, une autre filature de coton, beaucoup plus petite, la distillerie Fontaine, la fabrique d’allumettes, plus ancienne, à Hải Phòng les ateliers maritimes, on voit à la fois que le Tonkin était, et resta, le pole industriel de l’Indochine et qu’au total l’industrialisation de l’Indochine était extrêmement faible. En 1907, on recensait, dans toute la colonie, 82 entreprises industrielles, avec un capital versé de 41,6 millions de francs, en très grande majorité français. Cette faiblesse, qui persista jusqu’au bout, est une des caractéristiques de l’économie de l’Indochine coloniale, avec toutes ses conséquences qui sont aussi sociales : le prolétariat, au sens classique du terme, ne représenta jamais une part importante de la population vietnamienne.

  • 40 L’enseignement n’a pas fait l’objet des préoccupations majeures de Paul Doumer. Aucune innovation (...)

107Néanmoins en ce domaine, comme dans la plupart des autres, l’ère doumérienne fut capitale : elle est à l’origine de l’essentiel des installations industrielles et a fixé une répartition géographique au profit du Tonkin qui n’est pas encore effacée. Enfin l’œuvre de Doumer se complète par quelques créations importantes sur le plan scientifique ; création de l’École Française d’Extrême-Orient40, publication du Bulletin économique de l’Indochine, etc. Par contre sur le plan de la politique indigène il faudra attendre 1904-1905 pour avoir quelques mesures significatives, la suppression de l’indigénat en Cochinchine en 1903 étant compensé par des mesures sécuritaires nouvelles. Il est vrai qu’après 1905, l’administration française eut à gérer, en même temps que l’héritage financier de Paul Doumer, le renouveau d’un mouvement national vietnamien fort affaibli depuis 1895.

III - RENOUVEAU DU MOUVEMENT NATIONAL VIETNAMIEN ET ADAPTATIONS COLONIALES

A - 1905-1907, une nouvelle donne

108La guerre russo-japonaise, engagée dans la nuit du 8 au 9 février 1904, devait bouleverser les rapports de force en Extrême-Orient, en se terminant par une défaite rapide et totale de la puissance occidentale : reddition de Port-Arthur le 2 janvier 1905, écrasement de l’armée russe à Moukden (21 février-10 mars), anéantissement de l’escadre de secours à Tsoushima (27 mai). À 3 000 km au sud de la Mandchourie, son retentissement touche le Việt Nam.

109Alors que la plupart des Français n’avaient jamais envisagé la victoire du Japon, ils craignent désormais que l’Indochine n’en soit la proie future. La richesse de leur possession, l’aide qu’ils ont apportée à leur allié russe en ravitaillant clandestinement l’escadre de l’amiral Rojdestvenski en rade de Cam Ranh et la faiblesse de leurs moyens navals pourraient inciter la nouvelle puissance asiatique à se jeter sur les côtes du Việt Nam. Aussi élaborent-ils des plans de défense qui font passer la priorité de la frontière terrestre sino-tonkinoise à la côte méridionale du Việt Nam.

110Au contraire, cette première victoire d’un peuple jaune sur un peuple blanc, dont les péripéties ont été suivies par les indigènes grâce aux nouvelles transmises par les commerçants chinois, enthousiasme les Vietnamiens : à ceux qui rêvent de se défaire de la domination étrangère, le modèle japonais fournit un modèle qu’il faut étudier et adapter, face à laquelle il faut prendre position.

1 - Les Vietnamiens et la victoire du Japon

  • 41 Si la biographie politique de Phan Bội Chấu et Phan Chấu Trinh est relativement connue, il n’en es (...)
  • 42 Nguyễn Thân (1840-1914) figure avec son collègue et rival Hoàng Cao Khải, Trần Bá Lộc et Lê Hoan d (...)

111En ce début de siècle, le mouvement national est placé sous l’égide des lettrés modernistes, avec pour porte-parole des lauréats des grands concours triennaux du Nord et du Centre, Lýõng Van Can41, Phan Chấu Trinh et Phan Bội Châu. Il s’agit de fortes personnalités aux tempéraments contrastés, ce qui explique qu’ils élaborent des stratégies différentes pour un même objectif de reconquête de l’indépendance nationale. Mais ils se distinguent encore plus nettement des parvenus du pouvoir mandarinal, tels que Hoàng Cao Khải, Nguyễn Thân42 ou Trần Bá Lộc, qui investissent en force l’appareil d’État avec le soutien de la puissance coloniale.

  • 43 Lýõng Khải Siêu, rescapé du mouvement réformiste chinois des Cent Jours, exilé au Japon.
  • 44 Văn minh tân học sử / Nouvelles études des civilisations, ouvrage anonyme publié en 1904.

112Face à la Cour de Huê, frappée de léthargie depuis l’écrasement du Cấn Výõng, le mouvement moderniste (Duy Tân) s’inspire de l’idéologie et des méthodes d’action du Meiji japonais et surtout du néo-confucianisme chinois de Kang Yéou-wei et de Liang Qichao43. Fatigués d’une résistance stérile et doutant de leur savoir traditionnel, les lettrés se tournent d’autre part vers l’Occident. Découvrant la pensée libérale et démocratique de Montesquieu et Jean-Jacques Rousseau, l’histoire des nations européennes et le génie créateur de la culture gréco-romaine grâce aux traductions de Yan Fu, ils passent d’une attitude de méfiance à un engagement dans la modernité suivant les principes d’un humanisme de progrès et de fraternité qu’ils croient découvrir dans la révolution française44.

  • 45 De son vrai nom Nguyễn Phúc Hờng Dân (1882-1951), il est désigné durant son exil au Japon et en Ch (...)

113Dès 1905, Phan Bội Chấu quitte donc son pays pour le Japon [Phan Bội Chấu /Boudarel, B3, 1968], visitant au passage Hong Kong et Shanghai. A Tokyo, il entre en contact avec Liang Qichao auquel il dédie son Việt Nam vong quớc sử (histoire de la perte du Việt Nam) et les chefs du parti constitutionnel libéral japonais. Un bref voyage au Việt Nam lui permet de rencontrer Phan Chu Trinh et de convaincre Cửờng Ðê45, un prince de la famille des Nguyễn, de le rejoindre à Tokyo où, à son retour, il fonde en 1906 le Việt Nam duy tân hội (association pour la modernisation du Việt Nam) Son programme est fortement influencé par le modèle japonais, proposant la libération du pays des occupants coloniaux, la restauration de la monarchie et l’élaboration d’une constitution. Il est popularisé au Việt Nam par la diffusion clandestine de la Hải ngoại huyết thý (lettre de sang envoyée d’outre-mer) qui fait de son auteur une des personnalités les plus reconnues du mouvement national vietnamien. Aussi, plusieurs centaines de jeunes Vietnamiens le rejoignent-ils au Japon en passant par Hong Kong, mouvement connu sous le nom de Ðờng Du [exode vers l’Est]. Les années 1906-1907 sont marquées par un activisme : rencontre avec Sun Yat Sen, entrée de jeunes Vietnamiens à l’École militaire du Japon, création d’une association commerciale servant de paravent à l’action politique (Việt Nam thýõng đoàri công hội à Hong Kong), etc.

  • 46 Voir Trịnh Văn Thảo, La modernité des lettrés du Duy Tân, Approches Asie n°113, Economica, 1996.

114Mais le mouvement s’essouffle, victime de l’évolution économique d’un Japon endetté à la suite de la guerre avec la Russie. En mars 1907, l’Empire du Soleil levant se voit autorisé à emprunter 300 millions de francs sur la place de Paris, moyennant, par l’accord du 10 juillet 1907, le respect des possessions et zones d’influence françaises en Extrême-Orient. L’accord induit la mise en sommeil de l’aide apportée aux partisans de Phan Bội Chấu qui leur est signifié immédiatement par les ministères japonais de l’Intérieur et des Affaires étrangères. La volte face japonaise oblige Phan Bội Chấu et ses compagnons à se replier sur la Chine, puis le Siam [C. Goscha, B3, 1991] pour continuer la lutte et poursuivre l’actions moderniste compromise momentanément46.

115Parallèlement, en Cochinchine, l’administration se préoccupe des activités des sociétés secrètes, dont la plus active semble avoir été celle dite “du Ciel et de la Terre”, qui, dans certaines provinces s’efforcent d’investir les principaux emplois publics. S’y développe notamment l’action de Gilbert Chiếu, citoyen français et fonctionnaire, grand propriétaire foncier, publiciste, gérant de sociétés et de plusieurs hôtels [P. Brocheux, B3, 1992). En 1904, l’homme possède plus de 1 300 hectares de rizières autour de Rach Giá et 14 lots urbains dans le chef-lieu de la province, ainsi que deux hôtels (Mỹ Tho et Sài Gòn), le tout grevé de dettes diverses et d’hypothèques. Les autorités françaises soupçonnent rapidement les entreprises de Gilbert Chiếu d’être uniquement un moyen de financer les frais des participants au Ðờng Du. De fait, l’homme d’affaires est en relations avec Phan Bội Chấu par son fils, Jules, étudiant à Hong Kong. On sait peu de choses sur ses activités politiques, sauf que ses hôtels servent de lieux de rencontres. Son œuvre de publiciste permet de connaître ses idées fondées sur l’émancipation économique vue comme un préalable nécessaire à l’indépendance politique. Il estime donc que les Vietnamiens doivent se lancer dans les entreprises économiques, et chasser Indiens et Chinois du commerce du riz. Grâce aux bénéfices ainsi réalisés, les Vietnamiens pourraient financer les études en France de leurs compatriotes les plus doués qui, à leur retour, s’engageraient à instruire leurs frères restés au pays, contribuant ainsi à l’apparition d’une élite technicienne.

  • 47 Voir Nguyễn Hiến Le, Ðờng kinh nghĩa thục, Sài Gòn, 1968 et Nguyễn Văn Xuân, Phong trào Duy Tân, S (...)

116L’exemple de Gilbert Chiếu n’est pas unique, et la période est caractérisée par une floraison d’associations éditoriales et de sociétés industrielles ou commerciales groupées autour de l’action de Phan Chu Trinh47, parmi lesquelles l’entreprise de fabrication de nýớc mam, Liên Thành (Phan thiết), subsista jusqu’en 1975. Comme en Chine, le cercle réformiste confucéen se referme sur lui-même. L’asiocentrisme dans le communisme vietnamien qui prend en 1925 la relève des modernistes confucéens après la mort de Phan Chu Trinh et la semi-retraite de Phan Bội Chấu constitue le point-limite de l’ouverture confucéenne dans la matrice mise au point par Léang Qi-Chao pour la Chine : étatisme, communautarisme paysan et le duo entre intellectuel et État/parti.

117Cette effervescence du mouvement national vietnamien, perceptible du nord au sud, rencontre une certaine sympathie du côté du ministère des Colonies où Clémentel vient de lancer la politique d’association.

2 - La politique d’association

118La nouvelle politique concerne toutes les colonies françaises, mais c’est surtout à l’Indochine que pensent les tenants de l’association : les Vietnamiens ne sont-ils pas considérés en métropole comme le plus “évolué” des peuples dominés, le plus susceptible donc d’être intéressé à sa propre gestion ?

  • 48 Depuis le 24 janvier 1905.

119En 1905, c’est la gauche affairiste et anticléricale qui relance une idée qu’avaient défendue en leur temps Saussure, Le Bon ou d’Estournelles de Constant : les partisans en métropole de la politique d’association veulent aussi l’application des lois laïques en Indochine (Pressensé, Lanessan...) et la mise en valeur des colonies. Notons d’ailleurs au passage que la nécessité d’assurer le succès de l’émission de la troisième tranche de l’emprunt de 200 millions, prévue pour octobre, a peut-être joué son rôle : les 172 000 obligations à 465 Francs furent d’ailleurs souscrites trente fois. Enfin, la victoire japonaise y ajoute une préoccupation militaire. L’exemple des Philippines avait été médité en Indochine et beaucoup estiment que les Espagnols les ont perdues très vite face aux Américains, parce qu’ils n’avaient pas su associer l’indigène à la défense de l’archipel. Etienne Clémentel, responsable des Colonies dans le cabinet Rouvier48, lance donc officiellement la nouvelle politique en février 1905 à un banquet parisien de la presse coloniale, en déclarant qu’il faut s’attacher à “mieux connaître l’indigène et l’associer à nos intérêts”.

120Le lancement de la nouvelle politique ne dispense pas le ministre de s’occuper des traditionnelles “affaires” indochinoises. L’année 1905 est tout d’abord marquée par le problème du monopole de fabrication de l’alcool en Cochinchine, qu’une maladresse du directeur des Douanes & Régies a attribué trop libéralement à la maison Fontaine : les distillateurs chinois protestent, l’administration se rend coupable de provocations à leur encontre, Fontaine lance une campagne de presse contre le gouverneur qui ne tient pas ses promesses, les concurrents lancent une contre-campagne, etc. Beau est alors convoqué en métropole où la question est réglée au Ministère par un arrangement à l’amiable (Fontaine rachète 32 distilleries chinoises de Cochinchine) et le renvoi du directeur incompétent, Crayssac.

  • 49 Elle attribuait au gouvernement général une responsabilité quant au retard pris dans la constructi (...)

121D’autre part, le problème de la Compagnie du Yunnan continue d’empoisonner l’atmosphère. Il faut rappeler qu’une des raisons du choix de Paul Beau comme gouverneur général en 1902 avait été la volonté de revenir sur la politique annexionniste de Paul Doumer. Ce changement se traduisait, en ce qui concerne le chemin de fer, par le choix de la concession à une société privée, en éliminant la solution de la Régie, prônée par Doumer et son directeur des Travaux publics, Guillemoto. Or ce dernier est resté en poste, malgré les tentatives de Paul Beau pour s’en débarasser, d’où une grave divergence dans l’administration : la Compagnie sait très bien en profiter pour obtenir des avantages. En même temps qu’il règle à Paris le dossier Fontaine, Beau obtient du ministre de prêter des capitaux à la Compagnie du Yunnan pour éviter sa chute. Cette solution n’est que très provisoire puisque deux ans plus tard, la Compagnie fait appel au Conseil d’État pour qu’il impute à l’administration la responsabilité des retards dans la construction et en obtient le 13 avril 1908 une sentence arbitrale49 qui oblige le gouvernement général à lui verser un dédommagement. Le Parlement, qui refusait d’accorder à Paul Beau et à son successeur l’autorisation de lancer un emprunt destiné à améliorer les infrastructures, donnera son accord au lancement d’un emprunt destiné à “dédommager” la Compagnie du Yunnan.

122Quant à l’aspect indigène de la nouvelle politique, le gouverneur général Beau s’y rallie d’enthousiasme : il s’est préoccupé dès son arrivée, à ses dires, de connaître les Vietnamiens et d’assurer leur bien-être.

  • 50 Y compris des Laotiens et surtout des Cambodgiens. Il n’y eut que trois voyages : 1906, 1907 et 19 (...)

123Une des premières mesures liée à la politique d’association est la création de la Mission permanente indochinoise en France qui permet à une vingtaine de fonctionnaires indigènes par an d’étudier quelques mois en métropole la civilisation française50. Dans le domaine scolaire, Paul Beau crée d’autre part une direction de l’Instruction publique le 14 novembre 1905, qu’il confie à Henri Gourdon, un partisan de la rénovation de l’école confucéenne. La mesure ne relève de l’association que pour ses conséquences futures car, dans un premier temps, elle constitue un acte de centralisation. Le problème de l’enseignement était devenu brûlant en Annam sous le poids d’une double contingence : d’une part, face à la perte de l’indépendance nationale, l’instruction était devenu une “valeur-refuge”, comme en témoigne l’augmentation du nombre des candidats aux concours traditionnels ; d’autre part, l’échec patent de l’enseignement franco-indigène en Cochinchine obligeait à trouver des solutions différentes. Le Conseil de perfectionnement de l’enseignement indigène chargé par la nouvelle direction d’élaborer un programme de réformes s’efforce de tenir compte des aspirations modernistes d’une partie des élites vietnamiennes : il propose de rapprocher les systèmes scolaires franco-indigène et traditionnel en décomposant l’enseignement confucéen en trois degrés, élémentaire (ấu học), primaire (tiéu học) et secondaire (trung học). Cette répartition, copiée sur le modèle français, se trouve décalée du fait de la nécessité, pour les jeunes Vietnamiens, d’acquérir au préalable une maîtrise convenable de la langue française : le 1er degré (ấu học) correspond au primaire, le second (tiêu học) au secondaire et le troisième (trung học) au supérieur, au terme desquels les diplômés ont le droit de se présenter aux concours triennaux. L’introduction de la langue française, du quớc ngũ et des sciences occidentales est préconisée par le Conseil de perfectionnement ce qui sera suivi par les dispositions de l’ordonnance royale du 31 mai 1906, qui applique la réforme à l’Annam.

124Par ailleurs, le 4 novembre 1907, l’université indochinoise ouvre ses portes à Hà Nội, destinée aussi bien aux élites chinoises modernistes qu’on espérait séduire qu’aux élites vietnamiennes. Mais le nombre d’enseignements prévus est limité et l’« Université » fermera avant même la fin de la première année scolaire : elle restera cependant un symbole important pour les Vietnamiens. L’année 1905 marque donc l’amorce d’un changement, mais l’enseignement traditionnel reste vivace malgré la perte du prestige mandarinal.

125Parallèlement à l’effort porté sur l’enseignement, la politique d’association se traduit par la création de la Chambre consultative indigène du Tonkin. Il semble que les élections entraînèrent des rivalités entre les notables des villages et les mandarins qui percevaient la nouvelle institution comme une atteinte à leur rôle traditionnel. Paul Beau fondait quelques espoirs sur cette divergence : une de ses idées de base, en effet, est que l’influence des mandarins étant désormais affaiblie, il faut s’appuyer sur les élites économiques. Une fois élue, la nouvelle institution se réunit pour la première fois le 14 novembre 1907, dans les locaux de l’Université indochinoise qui avait ouvert ses portes dix jours plus tôt. Pour les adversaires comme les partisans de Paul Beau, toute l’œuvre de ce dernier sera résumée à ces deux créations. Le projet de Paul Beau était il est vrai cohérent, puisqu’il voulait utiliser la fierté nationale rénovée des nouvelles élites vietnamiennes non seulement à la défense de l’Indochine contre toute agression extérieure (chinoise ou japonaise...), mais aussi à la reprise de l’expansion territoriale contre les Siamois, notamment au Laos, mais aussi au Cambodge et à la mise en valeur. Il est possible qu’il ait ainsi mésestimé le potentiel anti-colonial des mouvements réformistes, qui apparut au printemps 1908. De la même façon, le gouverneur général sous-évalue le prestige relatif de la monarchie nationale lorsqu’il se laisse convaincre par le résident supérieur en Annam, Fernand Levecque de la nécessité de déposer Thành Thái [Nguyễn Thế Anh, B1, 1992]. Les turpitudes du souverain indisposaient depuis longtemps les autorités, mais un modus vivendi avait été trouvé à l’époque où Auvergne présidait aux destinées de l’Annam : la responsabilité de Levecque est évidente dans le déclenchement de la crise qui aboutit à la déposition du monarque. Le résident supérieur l’avait proposé dès novembre 1906, mais Paul Beau ne donna son accord qu’en avril de l’année suivante et le ministre en juillet 1907. Une fois Thành Thái déposé, début août, et le pouvoir délégué à un Conseil de régence, les Français hésitent cependant près d’un mois, découvrant un peu tard le malaise causé par leur action dans la population. Finalement, ce dernier abdique officiellement le 3 septembre 1907 en faveur d’un de ses fils, le prince Vinh San, âgé de huit ans, auquel les autorités du protectorat firent choisir le nom de règne de Duy Tân. À l’origine, le mot veut dire “rénovation” et fait référence à la restauration de Meiji. En l’occurrence, il est possible qu’il fut choisi pour séduire les réformistes vietnamiens qui poursuivaient de leur côté cette œuvre de rénovation... sans l’aide des Français. La politique d’association n’a donc pas empêché les Français de s’ingérer dans les affaires les plus évidemment réservées à l’administration indigène, ce qui en montre les limites : ils souhaitent s’associer aux colonisés, mais uniquement à ceux qu’ils ont choisis.

126D’ailleurs, l’administration indochinoise est partagée face à la nouvelle politique officielle. Si le secrétaire général Broni qui assure l’intérim, un homme de Paul Doumer, se montre farouche partisan de l’assimilation, le lieutenant-gouverneur Rodier est très intéressé par une formule qui devrait se traduire par le rétablissement de l’indigénat. Dans la même veine, sous l’influence de Henri Gourdon, le gouverneur Beau envisagera en 1906, le rétablissement de l’étude des caractères qui permettrait la réintroduction de la morale confucéenne du respect. Ces ambiguïtés et ces débats limitent le pouvoir de séduction de la nouvelle politique sur les réformistes vietnamiens.

3 - développement du courant réformiste vietnamien

  • 51 Il est originaire de Quảng Nam dans le centre du pays, au sud de Hué. Son prénom est le même que c (...)

127La figure la plus marquante du mouvement réformiste est Phan Chu Trinh51. Brillant lettré issu d’une famille qui a participé au Cấn Výõng, il est doté d’un poste au ministère des Rites à Hué lorsqu’il fait connaissance de Phan Bội Chấu en 1905 : rencontre décisive, puisqu’elle l’amène à démissionner et à entreprendre des tournées de propagande réformiste à travers l’Annam. L’année suivante, il rejoint Phan Bội Chấu à Tokyo d’où, le 15 août 1906, il adresse au gouverneur Beau un mémoire critiquant en termes mesurés le régime colonial, texte qu’on peut considérer comme le manifeste du mouvement réformiste.

128Sa stratégie diffère sur deux points essentiels de celle de l’autre Phan, en ce sens qu’il appelle à une collaboration avec les Français pour moderniser le pays et établir la démocratie, en rejetant notamment l’aide étrangère comme celle du Japon. La diffusion du texte s’accompagne d’une floraison de journaux en quớc ngû, d’associations d’études et de sociétés commerciales, en une campagne pour le “renouveau” (duy tân). Inspirés par l’expérience des néo-confucéens chinois, les lettrés modernistes circulent de village en village proposant des changements pacifiques, tels que l’adoption du vêtement européen, les cheveux courts et prônent le développement du commerce comme moyen de l’indépendance économique. S’ils évoquent rarement les problèmes concrets que sont les corvées et l’impôt, leur passage s’accompagne pourtant d’une certaine agitation.

  • 52 Nguyễn Quyền (1869-1941), reçu Tú tài, exerça la fonction de Huấn dao (directeur d’étude) avant de (...)
  • 53 Vũ Văn Sạch, Vũ Thị Minh Hýõng, Papin P., Văn thõ Ðờng kinh nghĩa thục [B3, 1997].

129Mais la manifestation la plus spectaculaire du mouvement est la multiplication des écoles qui rencontrent un succès populaire massif et immédiat. La plus célèbre d’entre-elles se trouve à Hà Nội : ouverte en mars 1907 par Lýõng Van Can et Nguyễn Quyền52, l’école Ðông kinh nghĩa thục propose, à l’institut bénévole du Tonkin, un enseignement gratuit, en trois langues (chinois, vietnamien, français), sur des sujets “modernes” (cours de quớc ngũ, d’hygiène, d’histoire du Việt Nam...) à un millier d’élèves, garçons et filles53. Disposant d’une imprimerie, elle a les moyens de diffuser largement son enseignement et aura, de ce fait, une grande influence dans l’évolution de la langue vietnamienne. Sur son modèle s’ouvrent de nombreux autres établissements, surtout en Annam où, par exemple, la seule province du Quâng Nam en rassemble quatre, pour un total de 300 élèves environ.

B - L’année 1908

130Dopés par la conjoncture asiatique de 1905 et inspirés par les homologues néo-confucéens chinois grâce à la diffusion des nouveaux écrits (Tân thý) diffusés au Việt Nam, les mouvements réformistes en Annam et en Cochinchine étaient probablement parvenus à un degré de développement tel qu’à la fois ils ne pouvaient s’en arrêter à un état de latence apolitique et qu’en même temps, les autorités ne pouvaient plus ignorer les dangers qu’ils faisaient peser sur la sécurité intérieure. En ce qui concerne les événements de Hà Nội, le mouvement sembla évoluer spontanément du terrain culturel à l’action politique, voire insurrectionnelle, contre les Français.

1 - L’embrasement du Việt Nam

131Les sociétés secrètes de Cochinchine inquiétaient depuis longtemps les autorités, car leurs activités mêlaient souvent une action commerciale, le grand banditisme, la propagande nationaliste et les aspects religieux. Mais l’« affaire Chiếu » (cf. infra) n’éclate qu’en 1908 (arrestation en février, procès en octobre) : pour l’administration comme pour la population française elle s’inscrira donc comme une des pièces d’un vaste complot. Mais, dans l’immédiat, la Cochinchine reste calme en 1908.

132En Annam, les troubles commencent dans le Quảng Nam. Le 9 mars, 300 villageois du huyền de Ðai Lộc marchent sur le chef-lieu, Hội An, réclament la relaxe de trois prévenus, évoquant également le problème de la corvée et de sa répartition. Ne recevant aucune réponse, ils se rendent à Faïfo, chef-lieu de la province auprès du résident français dont ils obtiennent après quatre jours de manifestation pacifique au cours desquels leur nombre aurait grossi jusqu’à plusieurs milliers, la promesse du renvoi prochain du mandarin en cause et de la stabilisation des impôts. Conséquence de ce succès relatif ou de la lenteur du dénouement, les événements de Hội An sont bientôt connus de toute la province où les troubles s’étendent, chaque fois sur le même modèle : les manifestants “convainquent” les mandarins locaux de les accompagner auprès des résidents Français pour protester contre les impôts et la corvée ; les Français tentent de “libérer les otages”. Le scénario se répète à Quảng Nam le 20 mars, à Ðiện Bàn le 21, à Thăng Bình et à Tam Kỳ le 26 ; le 7 avril, un fonctionnaire autochtone soupçonné de vouloir s’opposer au mouvement, est assassiné. Début avril, diverses manifestations ont lieu aux alentours de Huê.

133Malgré le contrôle des déplacements, les Français ne parviennent pas à empêcher l’extension du mouvement dans d’autres provinces. Le 28 mars, dans la province de Quảng Ngải, les paysans du district de Bình Hoà envoient des délégués au résident local pour demander une réduction d’impôt et, comme à Faïfo, la lenteur des négociations fait que, trois jours plus tard, c’est une foule de 1 000 personnes qui assiège la résidence. Début avril, quelques réformistes parviennent à passer du Quảng Ngải au Bình Ðịnh, où les troubles s’étendent aussitôt. Les principales manifestations ont lieu entre le 15 et le 17 avril, devant la citadelle de Qui Nhõn, avec des tentatives d’incendie et le molestage des agents indigènes de l’administration française auxquels on coupe les cheveux. La province de Phú Yên est touchée au mois de mai, avec un complot pour prendre la forteresse de Tuy An.

134Dans le reste de l’Annam, et notamment au nord du Quảng Nam, le mouvement est moins puissant. Le Quảng Trị et le Quảng Bình sont peu touchés, de même que le Nghệ An et le Thanh Hóa où des arrestations préventives ont sans doute empêché les troubles de s’étendre. Tout au plus note-t-on, fin mai, dans le Hà Tĩnh des manifestations dans les districts de Mỹ Ðức et de Cần Lộc. L’originalité du Nghệ An est que le réformisme y fut le fait de certains catholiques : trois prêtres indigènes dépendant du vicariat du Tonkin méridional furent ainsi condamnés, malgré la puissante protection de leur ordre, pour avoir envoyé leurs ouailles rejoindre Phan Bội Chấu et Cýờng Dé au Japon. L’administration accusait d’ailleurs les Missions étrangères d’avoir attisé la révolte dans le but notamment de faire pièce à la promulgation des lois laïques en Indochine.

135En même temps, mais sans liaison avec les événements d’Annam, a lieu la tentative d’empoisonnement de la garnison de Hà Nội, le 27 juin 1908. Envisagé de longue date, par des contacts entre des soldats indigènes, des émissaires du Ðê Thám et des enseignants liés à Phan Bội Châu, le complot était prêt depuis novembre 1907, mais diverses hésitations en avaient fait remettre l’exécution. En tous cas, il se solde par un échec, du fait du dosage trop faible du poison, et aussi parce qu’un conjuré catholique pris de remords s’est confessé à un prêtre français qui a immédiatement alerté les autorités. Au total, 200 soldats sont légèrement intoxiqués, sans dommage pour leurs vies. Devant la tournure des événements, trois groupes armés du Ðê Thám, supposés intervenir, y renoncent.

Carte sur les révoltes de 1908

Carte sur les révoltes de 1908

© G. de Gantès et JM. Mancini

2 - Réactions des coloniaux

  • 54 Trần Quý Cáp (1870-1908), originaire de Quảng Nam, est reçu 1er au concours du palais en 1904. Il (...)

136Les autorités se contentent dans un premier temps d’une répression désordonnée où l’on verra même le résident supérieur Levêcque se laisser aller à rouer de coups de pieds un manifestant pacifique étendu à terre, réaction qui révèle leur degré de surprise. Dans certains cas, elles font tirer sur la foule : le 21 mars à Ðiện Bàn (Quảng Nam : trois morts), le 26 mars à Tam Kỳ (un mort), début avril dans le Bình Ðịnh (quinze morts), etc. Dans d’autres cas, il y a des exécutions sommaires, comme dans le Quảng Ngăi à la mi-avril (deux morts) et dans le village de Ái Nghĩa (district de Ðai Lộc, Quảng Nam) où six personnes sont exécutées sur la place du marché. Les mandarins locaux secondent puissamment les Français, pour des raisons diverses : furent-ils totalement contraints par les fonctionnaires français, cherchaient-ils à se faire pardonner leur inaction voire leur complicité ou bien, tout simplement détestaient-ils les modernistes ? La question de leurs motivations fait encore l’objet de débats aujourd’hui. Les soldats européens présents à Qui Nhõn témoigneront d’exécutions au coupe-coupe et à NhaTrang le mandarin local fait exécuter sauvagement le lettré Trần Quý Cáp54, ami de Phan Chấu Trinh, sorti premier au concours de 1904.

  • 55 La peine fut ensuite commuée puis Phan Chu Trinh élargi.

137Dans un deuxième temps, diverses juridictions instruisent les affaires et prononcent des condamnations. Dans chaque province de l’Annam ayant été troublée, des tribunaux mixtes (mandarins / résidents français) siègent, comme à Huê où Phan Chu Trinh est condamné à mort55 en mai 1908. À la fin de l’année, de nombreuses peines de prison sont distribuées, ce qui a pour effet de rassembler les principaux intellectuels vietnamiens, de Phan Chu Trinh à Huýnh Thúc Kháng, sans oublier Ngô Ðức Kế, Lê Văn Huân, Nguyễn Thanh et bien d’autres, sur l’île de Côn Lôn (Poulo Condore) pour de longues années. La plus connue des juridictions spéciales est la Commission criminelle, institution créée en 1898, réactivée contre les comploteurs de Hà Nội qui siège durant l’été 1908 et prononce treize condamnations à mort et quatre à la prison à vie.

138Les réactions des Français du Việt Nam sont conditionnées par leur proximité ou non des événements : en Cochinchine, on n’en remarque pas de particulière. Au contraire, dans l’Annam central et à Hà Nội, la panique gagne la population européenne puis, le danger immédiat passé, une répression exemplaire est exigée. A Qui Nhõn, la population européenne civile a si peur qu’elle se prépare à embarquer pour fuir, avant qu’une compagnie de soldats européens ne vienne la rassurer en rétablissant l’ordre. À Hà Nội, la panique est aggravée par des campagnes de presse alarmistes, les journaux se faisant d’autant plus l’écho de troubles dont certains sont imaginaires (ainsi la nouvelle d’une deuxième tentative d’empoisonnement le 30 juin), que l’administration, peut-être sous-informée elle-même, ne fournit aucune nouvelle. D’autre part, l’assassinat du lieutenant Weygand à la frontière de Chine laisse croire un moment à une connivence entre les partisans de Phan Bội Chấu et les Chinois. Il faut également insister sur la lenteur de la circulation des informations, les Français de Hà Nội n’apprenant par exemple les détails des événements de Qui Nhõn que trois semaines seulement après qu’ils se furent produits. Toute cette agitation débouche en tous cas le 30 juin 1908, sur une manifestation où 300 à 400 Français investissent le palais du gouverneur général intérimaire Bonhoure pour exiger une politique de fermeté.

3 - Réactions de la métropole

139Pendant toute la crise, le gouvernement est très mal informé des événements car, d’une part, Bonhoure minimise les troubles et, d’autre part, le gouverneur intérimaire prend du retard dans l’envoi de ses rapports. Par contre les lettres d’Indochine et l’arrivée du journaliste de Hà Nội, Ernest Babut, venu plaider la grâce de Phan Chu Trinh, convainquent les milieux dirigeants de l’ampleur du mouvement. La surprise est d’autant plus grande que les rapports de Beau décrivaient une population vietnamienne gagnée à la France par la politique d’association. À la suite d’articles du Temps, les troubles de l’Annam sont généralement attribués aux impôts indirects, surtout à ceux qui pèsent sur l’alcool et le sel : sont notamment accusés les procédés vexatoires de l’Administration et les profits des concessionnaires de monopoles. De son nouveau poste à Bruxelles, Paul Beau répond par voie de presse que, loin d’être dirigée contre les Français, la révolte vise avant tout les mandarins. Le ministre des Colonies Milliès-Lacroix s’interroge, quant à lui, sur la nature du mouvement : soulèvement national ou jacquerie ? En juin 1908, il nomme une commission d’étude, composée des directeurs de son département et du nouveau gouverneur général, Klobukowski. Après avoir entendu Paul Beau et l’inspecteur Méray, de retour de mission en Indochine, ces experts estiment que l’explication des troubles réside dans une centralisation excessive, la lourdeur de la fiscalité et l’inadaptation de la justice ; ils proposent la décentralisation administrative. Milliès donne donc pour programme à Klobukowski d’étudier soigneusement l’état d’esprit des indigènes, de supprimer le monopole du sel et de réduire l’influence des grandes directions attachées au gouverneur général ce qui revient à proposer comme première tâche à un haut fonctionnaire nouvellement nommé de réduire l’influence des services qui dépendent de lui.

C - Les tentatives de réformes de Klobukowski

1 - Un mouvement national vietnamien affaibli

140L’échec de 1908 a des conséquences profondes sur le mouvement national vietnamien. Le mouvement réformiste est décapité par les arrestations et déportations ; d’où s’en suit un hiatus entre cette génération de 1908 et celle des années 1925, amenée à définir de nouveaux types d’actions [D. Marr, B1, 1971 et Trịnh Văn Thảo, B1, 1990]. En attendant, on assiste à un déclin de l’anticolonialisme, tant la présence française semble inéluctable. Aussi, beaucoup de jeunes vietnamiens acceptent-ils désormais, au contraire de leurs aînés, d’essayer d’obtenir des diplômes français.

141Quant aux partisans de Phan Bội Châu, non seulement le travail de la Commission criminelle permet aux Français d’anéantir leurs réseaux à l’intérieur du Việt Nam, mais leur chef se voit expulsé du Japon en 1910, avec plusieurs centaines de ses compagnons. Après une période d’errance, il s’établit quelques mois au Siam pendant lesquels ses activités politiques sont très réduites, avant de rejoindre Canton dès l’annonce de la révolution chinoise [C. Goscha, B3, 1991].

2 - L’association nouvelle

142Le changement essentiel de politique en 1908 est que le nouveau gouverneur général s’appuie désormais sur les mandarins dont ses deux prédécesseurs avait préféré se passer. Il semble toutefois qu’en règle générale, le mandarinat était si affaibli, surtout en Cochinchine, qu’il fut difficile aux Français de s’appuyer sur lui. En Annam, cela se traduit par un rétablissement des prérogatives de la Cour et de la puissance des mandarins provinciaux, les Français contrôlant cependant tout cela d’assez près. Au Tonkin, c’est un haut fonctionnaire vietnamien, Lê Hoan, qui est chargé de l’anéantissement des bases du Ðê Thám dans le Yên Thế, tâche qu’il mène à bien en quelques mois.

143De plus, Klobukowski supprime, un mois à peine après son arrivée, l’université indochinoise, qu’il remplacera par des cours de droit à Hà Nội, destinés aux fonctionnaires annamites employés dans les tribunaux, et la Chambre consultative indigène devient une commission où siègent des mandarins et des notables villageois.

144Il s’attache également à réaliser la part administrative de son programme en supprimant un certain nombre de grandes directions : la première touchée est celle de l’Instruction publique, suivie de celle des Postes. Mais, dès que le gouverneur s’attaque aux Travaux publics, le Ministère intervient pour l’en empêcher. D’autre part, comme il ne peut envisager de supprimer les Douanes & Régies, dont les recettes garantissent le remboursement des emprunts, ce sont les deux services les plus critiqués que la métropole lui impose de conserver.

3 - La lutte contre les monopoles

  • 56 20 juillet 1909. Dans le nouveau cabinet Briand, Trouillot remplace Milliès comme ministre des Col (...)

145Par ailleurs, les actes de Klobukowski sont étroitement surveillés par le Département, au sein duquel le directeur du contrôle, Picquié, exerce une influence déterminante. A la Chambre des députés, les interventions du député du Rhône et président de la Ligue des Droits de l’Homme, Francis de Pressensé, en avril 1909 notamment, attirent l’attention des milieux dirigeants sur les injustices et les abus de la colonisation en Indochine. Enfin, la lutte que le gouverneur général entreprend en juin 1909 contre le monopole de la vente de l’alcool de la Compagnie Générale de Raoul Debaux, alors dirigée par Guermeur, lui vaut des campagnes de presse hostiles localement et en métropole. Avec la chute du cabinet Clemenceau56 en juillet 1909, le gouverneur général perd en Milliès-Lacroix, remplacé par Trouillot, son plus ferme soutien ; il est rappelé en métropole et remplacé par son censeur, Picquié. L’œuvre de ce dernier est mal connue, mais il semble avoir voulu revenir sur les mesures de décentralisation car il suscite l’hostilité des administrateurs locaux. D’autre part, il se préoccupe de très près du fonctionnement de la justice indigène et crée un service de Sûreté générale.

146Entendu par la Chambre puis par le Sénat, Klobukowski parvient à démontrer qu’il est victime d’une campagne injuste et revient à son poste en juin 1910. La deuxième partie de son proconsulat est marquée par la résiliation du contrat de la Compagnie Générale : la vente de l’alcool est désormais assurée au Tonkin, comme elle l’était déjà en Annam, par plusieurs débitants régionaux. Par contre, les monopoles de fabrication dont les contrats ne comportent pas de clause de résiliation anticipée, restent inchangés. Le gouverneur général a cependant été affaibli par la succession des critiques et des affaires, parmi lesquelles celle du renouvellement contesté du contrat des Messageries fluviales de Cochinchine en 1910. De plus les indemnités livrées à la Compagnie du Yunnan à la suite de la sentence arbitrale d’avril 1908, grèvent le budget général, ce qui l’empêche de mettre en œuvre le programme d’équipement hydraulique qu’il envisage. En février 1911, il retourne donc en métropole négocier un emprunt. Il y rencontre un climat nouveau. Le nouveau titulaire du portefeuille des colonies, Messimy, a été, l’année précédente, un des rapporteurs du budget des Colonies les plus acerbes contre l’absence de politique indigène en Indochine. Sa volonté de voir prises en compte les critiques parlementaires passe par le choix, en mai 1911, d’un homme nouveau : Albert Sarraut. Au même moment débutent en Chine les troubles qui aboutissent à la proclamation de la république quelques mois plus tard.

147Si l’année 1905 avait été marquée pour les Vietnamiens par les débuts du Ðờng Du, l’année 1911 se caractérise par un double mouvement d’exil, vers une Chine désormais républicaine, mais aussi vers la France où Phan Chu Trinh va chercher les moyens d’infléchir, là où elle se décide, la politique menée au Việt Nam.

CONCLUSION

148La période 1897-1911 représente un moment décisif de l’histoire du Việt Nam colonial. Après la phase de la conquête elle ouvre celle d’une mise en valeur voulue rationnelle ; d’autre part elle correspond au moment où l’Indochine “pacifiée” devient effectivement un tremplin pour l’expansion française en Chine.

149Cette expansion en Chine ne prit pas la forme que Doumer s’efforça de lui donner, du fait de l’irréalisme de ces ambitions, du changement qui intervint en 1898/99 dans les visées des puissances occidentales quant à la façon dont elles allaient profiter de l’extrême faiblesse de l’Empire du Milieu et de la réorientation de la politique extérieure française. Mais cette époque marque la mise en place de trois des formes les plus importantes de l’intervention de la France en Chine dans la première moitié du xxe siècle : l’influence prépondérante au Yunnan, les concessions de voies ferrées, celle du Yunnan tout particulièrement puisque la France y était seule partenaire, la présence bancaire avec la Banque russo-chinoise et surtout avec la Banque de l’Indochine, qui l’une et l’autre apparaissent à ce moment en Chine. L’importance que prendront en Chine les succursales de la Banque de l’Indochine sera considérable, par la place qu’elles vont tenir dans les affaires françaises en Chine et par le fait que c’est sur la base d’une partie de la richesse produite en Indochine, c’est-à-dire essentiellement au Việt Nam, que repose l’essor des bénéfices faits en Chine par la banque. Les successeurs de Doumer se contenteront de soutenir cet impérialisme, tout en abandonnant les rêves de conquête. Paul Beau se préoccupera davantage des questions siamoises afin de consolider l’Indochine française en tant qu’ensemble géopolitique cohérent.

150Sur le plan de l’organisation intérieure de l’Indochine, l’œuvre de Doumer est fondamentale ; elle fixe pour le cadre politico-administratif définitif de la domination française, son système fiscal, son organisation budgétaire et les contraintes qui vont peser sur elle. Cette armature durera, avec quelques aménagements, jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale. On peut donc souscrire à l’opinion généralement partagée selon laquelle l’Indochine française a été véritablement créée par Paul Doumer.

151Cependant, dès le début, les “erreurs et dangers” [F. Bernard, B3, 1901] de cette construction, apparurent très lourds et notamment la contradiction entre le centralisme du gouvernement général et les intérêts réels des différents “pays” de l’Union. La difficulté majeure était le blocage budgétaire : malgré l’envolée des recettes et la création des caisses de réserve, le budget général se trouva définitivement prisonnier de deux handicaps majeurs : les recettes reposant prioritairement sur les impôts de consommation, le développement économique, dont il faut apprécier l’ampleur réelle, ne pouvait que peu profiter aux finances publiques. D’autre part ces finances publiques étaient, dès le départ et pour longtemps, grevées par le poids de la dette (l’emprunt des 200 millions auxquels il faut ajouter les obligations et les suites de la construction des chemins de fer), ce qui limitera la politique de mise en valeur.

152Celle-ci commence pourtant avec Doumer et les grandes usines créées à cette période seront jusqu’au bout les fleurons de l’économie indochinoise. Mais l’orientation donnée à cette mise en valeur va avoir de nombreuses conséquences négatives. D’une part elle reposa sur les chemins de fer ; or l’utilité de ces voies d’un mètre, dont hérite le Việt Nam contemporain, s’avéra contestable : la part du trafic voyageurs, beaucoup plus importante que le trafic marchandises, souligne leur faible utilité économique. La construction des routes fut négligée, alors qu’après la première guerre mondiale le développement automobile allait leur donner une importance décisive. Mais surtout l’accaparement des crédits par la voie ferrée allait contribuer à l’insuffisance criante des crédits affectés à l’hydraulique qui était cependant vitale pour la population et par là même pour la justification de la domination coloniale aux yeux des populations. Il est vrai qu’un emprunt destiné à l’amélioration de l’agriculture vietnamienne n’aurait sans doute pas été facilement plaçable auprès des souscripteurs métropolitains.

153Quant à la mise en valeur agricole, elle fut marquée par la multiplication des concessions, particulièrement nombreuses entre 1898 et 1902. Or, au Tonkin, ces concessions attribuées à des européens se firent souvent au détriment des villages vietnamiens, sources de conflit. Accordées avec beaucoup de libéralité, elles étaient souvent trop grandes et ne furent que partiellement mises en valeur. Si certaines d’entre elles initièrent des cultures nouvelles, en particulier le café, la majorité se contenta de pratiquer la riziculture traditionnelle par le système du métayage dont les inconvénients sociaux n’étaient compensés par aucun avantage économique. En Cochinchine, la mise en valeur du delta du Mékong s’accéléra au cours de cette période mais rien ne fut changé aux formes sociales désastreuses de l’exploitation par des fermiers (tá điến), ce qui augurait des déséquilibres futurs.

154Le système fiscal mis en place par Doumer était très lourd, non seulement par le poids même des impôts levés sur une population pauvre, mais aussi par les conséquences qu’il entraînait (ruine de nombreuses salines et villages spécialisés dans la distillation de l’alcool) et les exactions de la chasse à la contrebande amenant le désordre et la rancœur au sein des villages. Dès 1908, des révoltes graves montrèrent le revers du système, mais les charges pesant sur le budget et la puissance des intérêts mis en place empêchèrent les réformes tentées d’aboutir.

155Enfin la quasi absence de politique indigène avant 1905 souligne l’erreur d’optique fondamentale sur laquelle reposait l’œuvre de Doumer. Le Cần Výõng ayant été écrasé, le gouverneur général postulait un mouvement national définitivement éteint. Si Doumer espérait, à ses dires, une “pacification morale”, il ne fit donc rien pour l’obtenir, au contraire, sa politique ayant été dominée par un “esprit de fiscalité”. Le choc général provoqué en Asie par la victoire japonaise en 1905 remit en cause, dans les faits, les bases mêmes de l’édifice construit par Doumer et les autorités coloniales furent alors amenées à trouver des accomodements plus ou moins efficaces, notamment avec Clémentel ou Paul Beau, avant Albert Sarraut. Mais les fondements même du système administratif érigé entre 1898 et 1902 perdurèrent un demi-siècle. En 1902, dans son dernier rapport qui fait le bilan, ou plutôt exalte la réussite de son gouvernement, Doumer écrivait : « Depuis cinq ans l’Indochine n’a plus d’histoire ; ou mieux elle n’a d’autre histoire que celle de son organisation politique et de son développement économique ». Peu d’années suffirent pour le démentir.

Notes

1 L’Asie Française n°1, (1901) reproduisant les discours prononcés au cours du banquet du 2 avril 1901, où Doumer et Paul Beau exposèrent, en termes voilés, leurs deux conceptions opposées de la poursuite de l’expansion française en Asie. Le terme de politique mondiale renvoie évidemment au terme allemand de Weltpolitik.

2 L’année politique, 1895.

3 ANSOM Indo AF 30 (103). Rousseau à ministre des Colonies, 6/3/1895.

4 ANSOM Indo AF Al 1 (9). Instructions à Doumer.

5 Outre le fait que l’échec de cette timide entreprise d’auto-réforme de l’état mandchou illustre l’incapacité de la classe dirigeante chinoise de se redresser à l’instar du Japon de Meiji, il marque surtout la rupture interne des réformateurs néoconfucéens et la radicalisation de l’opposition anti-monarchique. (Voir Trịnh Văn Thảo, Viet Nam du confucianisme au communisme).

6 Ceci montre que, en réalité, on ne se fait pas trop d’illusion sur les prétendues richesses de la Chine du Sud, le but est essentiellement politique, l’implantation politique étant considérée comme la condition permettant, ensuite, aux entreprises françaises de s’implanter et de réaliser des profits.

7 Gérard, ministre de France à Pékin, lettres à Hanotaux, 17/8/1895 et 9/6/1896 in L. de Reinach, Recueil des traités conclus par la France en Extrême-Orient, Tome 1. Ce contrat fut entériné par la convention franco-chinoise du 12/6/1896.

8 idem, lettre du 9/6/1896.

9 AOM GGI d. 21849

10 AOM GGI d. 5615. Consul de Pakhoi à Doumer, le 2/6/1898.

11 Intervention de Doumer en tant que commissaire du gouvernement, lors du débat de la Chambre, 27/6/1901. Remarquons que, plus tard, en contradiction avec ces patriotiques théories, Doumer devint un des gros investisseurs français dans la sidérurgie russe ! [J. Estèbe, B1, 1982].

12 Comptoir d’Escompte, Société Générale, Crédit Industriel et Commercial, Banque de l’Indochine.

13 Pour tout ce qui concerne la construction de la voie ferrée : “Historique de la ligne du Yunnan”, 69 p. Tapuscrit de 1927, rédigé probablement par un ingénieur de la compagnie, Archives du Việt Nam, dépôt n° 1, Hà Nội, fonds Archives de la Cie française des chemins de fer de l’Indochine et du Yunnan.

14 Jugement d’un membre de la Mission lyonnaise qui avait longuement enquêté en Chine les années précédentes, in Bruguière, op. cit.

15 ANSOM Indo A.F. B 11 (28). Télégramme du 8/3/1899.

16 AOM GGI d. 20598. Télégramme du 6/7/1899.

17 AOM GGI d.7943. Lettre de Célérier, 29/1/1900.

18 AOM GGI d.7943. Lettre de Pila à Doumer, 25/8/1900.

19 A. François raconte dans différents textes (Fonds François du Musée Guimet) que Doumer lui fit cette sortie : “Ce Delcassé, c’est à votre ministre que j’en veux... mon Yunnan, mon Yunnan, je l’aurai”, et il menaçait d’aller à Paris faire un coup d’État.

20 R. de Billy à A. François, le 23/3/1901. Fonds François.

21 L’Asie Française, juillet 1909, article de R. de Caix.

22 Sur l’histoire peu ordinaire de Kỳ Ðờng (de son vrai nom, Nguyễn Văn Cầm 1875-1929, voir Nghiên Cúu Lịch Su des mois d’octobre 1980, avril 1982, les nos 208 (1983) et 219 (1984).

23 Lettre de Le Mỹre à ministre des Colonies, 26/5/1898. ANSOM Indo A.F. d. 37 (série A00).

24 ANSOM Indo A.F. d.37

25 lettre du 16/8. ANSOM Indo A.F. d.37

26 De son nom Hoàng Hoa Thám, il est né à Bắc Giang. Avec ses partisans dont certains se sont révélés d’excellents organisateurs tels Cả Trọng (son fils), Ca Ðịnh, Ca Huynh et sa troisième femme Ðặng Thị Nhu, il a tenu le maquis de Yên Thế face aux attaques françaises, obligeant l’armée coloniale de négocier plusieurs armistices (1894, 1898) avant d’être défait puis assassiné en 1913 par des hommes de Lýõng Tam Kỳ.

27 AOM GGI d. 20287

28 Déchu de son titre de Kinh lýõc qui venait d’être supprimé, Hoàng Cao Khải avait été récompensé des services considérables qu’il avait rendus aux Français par une nomination de ministre de la Guerre (Thýợng thý bộ Bình). Il accéda peu après à la Régence et devenait un des piliers de celle-ci sous Thành Thái. Le personnage est complexe, par ailleurs bon littérateur classique. On a même prétendu qu’il avait protégé le Cần Výõng parce qu’il aurait été le frère adultérin de Phan Ðình Phùng ANSOM Indo NF dossier 2922 : rapport sur les mandarins hostiles à la France, s.d. mais postérieur à 1905.

29 ANTYPA Uranie, Économies occidentales et économie cambodgienne dans le cadre colonial Indochinois (1863-1940), Thèse NR, Université Paris VIII, 1996.

30 Rapport au gouverneur général, AOM GGI d. 20477.

31 Doumer, rapport du 22 mars 1897.

32 Situation de l’Indochine en 1902.

33 Mémoire sur les monopoles par M. Lauret, 1911 ANSOM Indo NF c. 33. d. 459

34 Ce climat de corruption et de délation induit par la répression de la contrebande a fait l’objet des dénonciations vigoureuses d’écrivains comme Ngô Tất Tớ (Tắt đèn) et Nguyễn Công Hoan (Býớc ðýờng cùng).

35 Mémoire Lauret, 1911, note 48. ANSOM Indo NF d. 459.

36 Mémoire Lauret, 1911. ANSOM Indo NF d. 459.

37 Renseignement communiqué par Guy Durand.

38 L’expansion coloniale, n° 1 septembre 1908, p. 194.

39 Brochure officielle “La réglementation minière” (1888 à 1905). AOM GGI d. 6929.

40 L’enseignement n’a pas fait l’objet des préoccupations majeures de Paul Doumer. Aucune innovation significative à signaler sinon la consolidation de l’école de médecine de Hà Nội.

41 Si la biographie politique de Phan Bội Chấu et Phan Chấu Trinh est relativement connue, il n’en est pas de même de Lýõng Van Can (1854-1927), un des principaux chefs du mouvement moderniste vietnamien (phong trào Duy tân). Originaire de la province de Hà Ðờng, il fut reçu Cử nhân en 1874 mais refusa toute nomination au mandarinat. Enseignant dans une école privée, il s’associa en 1908 à la création de l’école de la juste cause du Tonkin (Ðờng kinh nghĩa thục). Lors des événements de 1914, il est condamnée à 10 ans de bannissement à Pnom Penh.

42 Nguyễn Thân (1840-1914) figure avec son collègue et rival Hoàng Cao Khải, Trần Bá Lộc et Lê Hoan dans la galerie des grands collaborateurs du mandarinat de la fin du siècle. Fils d’un grand mandarin militaire (Nguyễn Tân) sous Tý Ðúc, il est associé à toutes les opérations importantes destinées à écraser le mouvement Cần Výõng. Trần Bá Lộc (1839-1899) d’extraction plus plébéienne fut son exact homologue du Sud.

43 Lýõng Khải Siêu, rescapé du mouvement réformiste chinois des Cent Jours, exilé au Japon.

44 Văn minh tân học sử / Nouvelles études des civilisations, ouvrage anonyme publié en 1904.

45 De son vrai nom Nguyễn Phúc Hờng Dân (1882-1951), il est désigné durant son exil au Japon et en Chine par les mouvements patriotiques en rupture avec la Cour de Huê comme le prétendant au trône en cas de succès. E est désigné comme le chef du Việt Nam Quảng phục hội.

46 Voir Trịnh Văn Thảo, La modernité des lettrés du Duy Tân, Approches Asie n°113, Economica, 1996.

47 Voir Nguyễn Hiến Le, Ðờng kinh nghĩa thục, Sài Gòn, 1968 et Nguyễn Văn Xuân, Phong trào Duy Tân, Sài Gòn, 1970.

48 Depuis le 24 janvier 1905.

49 Elle attribuait au gouvernement général une responsabilité quant au retard pris dans la construction du chemin de fer. L’Indochine devait donc payer une indemnité.

50 Y compris des Laotiens et surtout des Cambodgiens. Il n’y eut que trois voyages : 1906, 1907 et 1908.

51 Il est originaire de Quảng Nam dans le centre du pays, au sud de Hué. Son prénom est le même que celui d’un prince (Nguyễn Phúc Châu), il ne peut donc l’utiliser, c’est la régie du kiêng huý. (il est, en effet, sacrilége que de porter le même prénom que celui d’un roi, cf. l’ouvrage de Ngô Ðức Thọ, Nghiên cúu chũ huý Việt-Nam qua các triêu đại, [Les caractères interdits au Việt Nam à travers l’Histoire], ouvrage bilingue, Hà Nội, NXB Văn Hoâ - EFEO, 1997).

52 Nguyễn Quyền (1869-1941), reçu Tú tài, exerça la fonction de Huấn dao (directeur d’étude) avant de rejoindre l’équipe enseignante du. Condamné à la prison à perpétuité en 1908, il fut envoyé au bagne de Poulo Condore. Amnistié en 1910, il vécut en résidence surveillée dans le Sud jusqu’à sa mort.

53 Vũ Văn Sạch, Vũ Thị Minh Hýõng, Papin P., Văn thõ Ðờng kinh nghĩa thục [B3, 1997].

54 Trần Quý Cáp (1870-1908), originaire de Quảng Nam, est reçu 1er au concours du palais en 1904. Il est avec Phan Châu Trinh et le Tiến sĩ Huýnh Thúc Kháng l’auteur des manifestes patriotiques célèbres, “Chi thành thông thánh” et “Danh lýõng sõn ngọc”.

55 La peine fut ensuite commuée puis Phan Chu Trinh élargi.

56 20 juillet 1909. Dans le nouveau cabinet Briand, Trouillot remplace Milliès comme ministre des Colonies.

Table des illustrations

Titre Carte de la Chine méridionale
Légende © JM. MANCINI d’après :BERGERE M.-CL. (sous la directionn de)1989 La Chine au xxe siècle, d’une révolution à l’autre 1895-1949, Paris, Fayard, tome 1, 441 p.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1288/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 597k
Titre Tableau chronologique n°7. Période 1898-1904
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1288/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 731k
Titre Tableau chronologique n°8. Période 1905-1911
Légende Nota : Les 8 tableaux par Gilles de Gantès.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1288/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 689k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1288/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Légende [M. Breton, B3, 1907, p. 132]* ajout d’une recette extraordinaire de 19 837 piastres.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1288/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Carte sur les révoltes de 1908
Légende © G. de Gantès et JM. Mancini
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1288/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 531k

© Presses universitaires de Provence, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter