Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le contact franco-vietnamien

 | 
Charles Fourniau
, 
Trinh Van Thao

Deuxième partie

Chapitre 2 : Thèmes de recherche

Texte intégral

1Aucun travail scientifique récent n’a été consacré spécialement à l’ensemble de l’histoire de l’implantation française en Indochine et de ses différents aspects. Derrière les faits connus et abondamment exposés s’ouvrent de nombreuses et grandes questions.

I - LES RAPPORTS DE LA FRANCE AVEC LA PENINSULE INDOCHINOISE AVANT LA CONQUETE DE LA COCHINCHINE

2À partir du xviie siècle, des rapports, assez espacés, se nouent entre la France et plusieurs états de la péninsule indochinoise, notamment avec le Siam (une abondante bibliographie existe pour ce sujet) ou la Birmanie.

3PRECHEZ

1967 Les relations entre la France et la Birmanie, 1723-1896, France Asie/Asia N° 189 - 190, décembre 1967, 115 p.

4En ce qui concerne les rapports de la France avec le Việt Nam, c’est-à-dire les domaines des Trinh, (Tonkin) et des Nguyễn (Cochinchine), un ensemble de problèmes serait à étudier plus profondément.

5Le premier d’entre-eux concerne le Việt Nam de la première moitié du xixe siècle. Malgré plusieurs travaux récents de haute valeur, nous ne disposons pas encore d’études sur chacun des quatre règnes qui couvrent la période qui s’étend de 1802 à 1859-1883. L’historiographie vietnamienne, jusqu’à récemment très hostile aux Nguyễn, entreprend une relecture plus favorable de cette période, en particulier du règne de Minh Mạng. De même les travaux vietnamiens en cours sur le cadastre établi sous Minh Mạng devraient permettre de voir dans quel milieu social et économique s’insèrent les premiers pas de la colonisation française.

6Par ailleurs, il serait indispensable de déterminer quel était l’état des connaissances de l’Occident sur l’Indochine. Une étude d’ensemble serait à réaliser pour préciser comment évolue cette connaissance du xviie au xixe siècle, qui permettrait de déterminer les centres d’intérêt, les mythes qu’elle charrie, et qui répondrait à une question d’importance : que savaient du pays les officiers de marine qui ont établi la domination française en arrivant dans le delta du Mékong dans les années 1859-1860 et dont Fould, ministre des Finances de Napoléon III disait qu’il ne savait pas où il se trouvait ? [G. Taboulet, B1, 1956, T. I, p. 413]. Une telle étude, succincte, existe en ce qui concerne la Chine :

7BROC N.

1986 “Les voyageurs français et la connaissance de la Chine (1860-1914)”, Revue historique, n°559, p.85-131.

8Enfin, l’expansion antécoloniale par les missionnaires et par les commerçants, est assez mal connue. L’action missionnaire, abondamment exposée, l’a été dans une optique catholique plus ou moins apologétique. L’étude serait à reprendre, non plus du point de vue de l’expansion de la “vraie foi”, mais sous l’angle du contact des civilisations, des intérêts diplomatiques et commerciaux qui ont sous-tendu l’expansion missionnaire, dans leur permanence ou variations du xviie au xixe siècle, des formes matérielles de l’implantation missionnaire, des conflits sur place et en Europe, au niveau des États, du Saint Siège, des congrégations. Il manque aussi une étude sociologique des chrétientés de Cochinchine du xviie au xixe siècle.

9BUREL L.

1997 Le contact protocolonial franco-vietnamien au centre et Nord Vietnam (1856-1883), Thèse NR, Paris VII, trois volumes dactylographiés.

10L’étude synthétique du commerce français avec le Việt Nam est amorcée, pour le xviie et le xviiie siècle par :

11MANTIENNE F.

1998 Les relations entre la France et la péninsule indochinoise au xviie et xviie siècles, Doctorat NR, École Pratique des Hautes Études.

12Ce problème soulève de nombreuses interrogations, sur le rôle des compagnies à charte, de l’interlope, du commerce d’Inde en Inde, de ses rapports avec l’expansion missionnaire. Ces études s’inscriraient dans l’ensemble déjà développé des travaux sur la V.O.C. hollandaise, sur le commerce cantonnais [Dermigny, B1, 1964], le trafic en mer de Chine [D. Lombard, Bl, 1988]. La question posée par ce dernier, à savoir la permanence, avant, pendant et après l’époque coloniale, d’un tissu de relations à travers la mer de Chine méridionale, est valable pour les rapports commerciaux de la Cochinchine et de l’ensemble de l’empire des Nguyễn. On se reportera ici à P.-B. Lafont [Bl, 1990], à Claudine Salmon et Tạ Trọng Hiệp [Bl, 1994 et 1996].

II - L’IMPLANTATION FRANÇAISE EN COCHINCHINE

A - Les aspects militaires

13L’histoire de la résistance vietnamienne en Cochinchine reste à faire : elle est mentionnée et mal comprise par les documents français, exaltée par la littérature vietnamienne (œuvres de Nguyễn Ðịnh Chiểu comme Chạy giặc/ fuir l’ennemi et l’oraison funèbre de Trýõng Dinh et d’autres résistants du Sud sans oublier les récits historiques de madame Nguyễn Nhýõc Thị Bích, 1830-1909). Les apports de l’historiographie vietnamienne contemporaine ont été perturbés par le parti pris d’accuser la Cour, jugée capitularde.

  • 1 Originaire de la province de Long An, Nguyễn Thông (1827-1894) fut reçu Cý nhân en 1849. Il est co (...)

14Malgré les travaux de Nguyễn Thế Anh et de Tsuboï, les logiques internes et externes des politiques monarchiques notamment sous le règne de Tự Ðức restent largement ignorées de même que les lignes de fracture entre les clans et fractions à la Cour et en provinces. Quelles ressemblances et quelles différences avec le Cần Výõng, au Tonkin et en Annam, dans les années 1880 et 1890 ? La faiblesse supposée des structures villageoises en Cochinchine par rapport au Tonkin a-t-elle facilité la conquête française ? Quel rôle ont joué les minorités, non seulement les Chinois mais les Khmers ? Quelles relations avec les révoltes cambodgiennes, dont en particulier celle de Pukambo ? Quel fut le rôle réel des mandarins repliés au Bình Thuận, et quel fut précisément celui de la Cour ? Des personnages comme Phan Thanh Gian, Nguyễn Thông1 qui joua un rôle très important auprès des modernistes de la génération de 1907 et Petrus Ky, sur lesquels on a déjà beaucoup écrit, n’ont pas encore fait l’objet de biographies solides, tandis que Nguyễn Tri Phýõng, que les Français retrouvent en face d’eux au début de la conquête du Tonkin, est encore ignoré de l’historiographie française.

15Sur la vision des choses par les Français, la bibliographie semble plus abondante, mais elle est souvent ancienne et partiale. La stratégie employée par les amiraux paraît fort coûteuse en hommes et en argent, et se révèle à l’usage assez peu efficace contre la guérilla. Des comparaisons avec l’Algérie ou le Mexique d’une part, avec les Indes anglaises d’autre part, lesquelles sortent à peine de la révolte des Cipayes, seraient éclairantes en la matière. Par ailleurs, la question du coût humain et financier serait à étudier de près. Pour le coût humain, Pallu de la Barriere [B2, 1863] fournit des indications intéressantes pour les années 1860-1861. Quant au coût financier, le chiffre de 200 millions est avancé dans les documents de l’époque, mais il faudrait pouvoir le vérifier.

16Enfin, la conquête de la Cochinchine permet d’aborder la question des communications à la jonction de l’époque de la marine à voile et de la marine à vapeur, des deux routes par le Cap ou par Alexandrie et la mer Rouge, ou après 1869 par le canal de Suez. Non seulement, la conquête de la Cochinchine peut fournir un éclairage intéressant sur cette mutation, mais elle y a sans doute joué un rôle, tant il est vrai qu’elle obligeait les marins à résoudre un certain nombre de problèmes techniques, vu l’éloignement de la nouvelle colonie. Une étude de ces problèmes, centrés sur la conquête de la Cochinchine, aurait de multiples intérêts, de même que, sous le même angle, l’étude des liaisons télégraphiques locales puis avec la métropole, par le fil aérien, où Auguste Pavie joue un rôle pionnier, ou par le câble sous-marin, pour lequel les Français dépendent étroitement des Anglais, comme en Afrique. Sur cette question des communications, il manque une étude comparable à celle de Jean-Marie Mancini [B3, 1992] pour le début du xxe siècle.

B - Les aspects politiques

17Peut-on parler, tout d’abord, d’un “lobby cochinchinois” ? Certains historiens l’évoquent clairement, par exemple Marc Meuleau [B1, 1990, p. 20] : « Missionnaires catholiques persécutés depuis 1833, marins et militaires à la recherche d’un point d’appui naval en Extrême-Orient, armateurs, commerçants et industriels, intelligemment représentés par les Chambres de commerce des grands ports, principalement celles de Marseille et de Bordeaux, les politiques partisans de l’expansion outre-mer de la France ou élus des intérêts coloniaux se retrouvent pour faire valoir leur vue ; sans aller jusqu’à créer une organisation commune, ils forment un petit noyau influent, adaptant certes leurs revendications aux circonstances mais témoignant d’une grande constance quant aux buts poursuivis ». Il faudrait y regarder de plus près, au moyen d’études de détails. En tous cas, se trouve définie toute une recherche sur ce qu’on pourrait appeler les “causes” de la conquête de la Cochinchine, ensemble complexe de questions dont les convergences ne doivent pas masquer les contradictions.

18Les rapports entre les Missions et les marins sont par exemple plus complexes qu’il pourrait sembler. Si les missionnaires collaborent à la politique des amiraux-gouverneurs, ils critiquent aussi beaucoup [R.P. Louvet, B2, 1885], à propos notamment de la recrudescence des persécutions dans l’empire d’Annam, du fait même de la conquête de la Cochinchine. Ces critiques sont-elles sincères ou bien ne servent-elles qu’à faire pression sur les marins afin d’obtenir quelques avantages ? Y-eût-il un “lobby” missionnaire, en Cochinchine et surtout à Paris ? Inversement les officiers de marine sont souvent très amers en parlant des missionnaires, comme le montrent les ouvrages écrits par les acteurs de la conquête, en particulier L. Pallu de la Barrière [B2, 1864]. Il faudrait revenir sur les divergences à propos notamment de l’enseignement et plus généralement sur le sens de la colonisation [Trịnh Văn Thảo, Bl, 1995]. Comme l’écrivait le R.P. Artif en 1906 : « les missionnaires ont précédé de deux siècles les soldats dans ce pays. Ceux-ci disparus, les premiers resteront » [G. de Gantès, B3, 1994, p. 123].

19Il faudrait d’ailleurs étudier l’esprit dans lequel ont agi les officiers de marine, la psychologie et les ambitions de ce groupe social si particulier. Apparemment, ce sont eux qui ont voulu et fait cette conquête. Pourtant certains d’entre-eux, tels les amiraux de la Grandière (au début), Aude ou Page, le ministre Chasseloup-Laubat lui-même, étaient loins d’être enthousiastes. Au niveau des officiers, on a des traces d’une “grogne” [L. Cadière, B2, 1928], qu’il faudrait pouvoir mesurer.

20De sérieuses biographies manquent souvent, ainsi qu’une étude d’ensemble de cette pléiade d’hommes remarquables que furent Luro, Philastre ou Aubaret. En ce qui concerne Aubaret, une étude scientifique, au-delà de l’insuffisante biographie d’Oudin [B2, 1897], aurait à remettre en cause les attaques très violentes qui l’ont visé et que l’historiographie coloniale a répercutées jusqu’à présent : la politique qu’il soutenait et qui aboutit au traité de 1864 n’était pas une politique d’abandon. Ouvrait-elle une autre voie ? Comment sa pensée avait-elle évolué ? Qui le soutenait ?

21Les contradictions ne manquent pas non plus quant à l’aspect économique : à côté des forces qui sont favorables à la conquête et notamment certains membres de chambres de commerce [G. Durand, B1, 1988], la haute banque semble hostile, comme en témoigne l’attitude du ministre Fould. Le pourquoi et le comment de ces attitudes opposées serait à éclairer dans le contexte à la fois du triomphe du libéralisme et de l’influence des idées saint-simoniennes. Une telle recherche contribuerait à l’étude plus générale des mouvements contradictoires qui ont marqué la renaissance de l’expansion coloniale dans la deuxième moitié du xixe siècle.

22Un aspect étonnant de la politique gouvernementale française est son indécision. Les hésitations du gouvernement sont notamment soulignées par Paulin Vial [B2, 1874]. Quelles en sont les causes, au delà du caractère général très souvent contradictoire et flottant, de la politique de Napoléon III ? Quelles influences ont agi sur lui ? L’impératrice Eugénie a-t-elle été, comme elle s’en est vantée beaucoup plus tard, l’inspiratrice de la conquête de la Cochinchine ? Quel a été le rôle précis de Chasseloup-Laubat, que ne cernent qu’insuffisamment les études qui lui sont consacrées [B2 : Delarbre, 1874 ; Favre, 1888 ; Duchêne, 1932 ; Boudet, 1947] ? Dans quelle mesure les décisions de l’Empereur en faveur de la conquête n’ont-elles pas été prioritairement inspirées par le besoin de donner des gages à l’opinion catholique, notamment en liaison avec les affaires italiennes ? D’où l’utilité d’une étude de la conquête de la Cochinchine ayant pour objet de replacer cette conquête dans le contexte général de la politique de Napoléon III au moment où celui-ci engage la France dans de graves affaires en Europe et de nombreuses affaires extra-européennes (Mexique, Syrie, Chine, Corée, Sénégal, sans compter le marasme économique aux Antilles et la prolongation de la répression en Algérie], et dans l’ensemble du contexte mondial.

C - Les aspects diplomatiques

  • 2 Note s.d. du MAE, Asie Vol 27 fol 525-534.

23Les rapports franco-espagnols au moment de la conquête puis de l’organisation de l’Indochine demanderaient à être étudiées de plus près. « On a uniquement proposé à l’Espagne de l’associer à l’expédition parce que l’attentat qui la motivait avait frappé un missionnaire espagnol »2 [Cao Huy Thuần, B1, 1969, p. 46]. Comment s’est nouée l’entente entre les cabinets de Paris et de Madrid ? Quel fut le rôle des autorités espagnoles de Manille dans ce rapprochement politique et dans la participation militaire ? Quelles furent les ambitions espagnoles sur le Tonkin et les rapports des autorités françaises de Paris et de Sài Gòn avec leurs homologues de Madrid et de Manille après le traité de 1862 ? Il faut souligner, et les ouvrages français évoquent rarement ce point, que, du côté espagnol, on ne s’est pas résigné tout de suite à laisser totalement le Việt Nam à la France. D’un autre côté, il faut rappeler que dans les années 1840, les Français avaient renoncé à un projet d’achat d’une des îles philippines, par souci d’apaisement vis-à-vis de l’Espagne [Y.G. Paillard, Bl, 1994, p. 125] : cette concession française, encore récente au moment de la conquête de la Cochinchine a-t-elle joué un rôle dans la relative abstention de Madrid ? Le dépouillement des archives espagnoles, esquissé dans la maîtrise de Caroline Debras [Bl, 1993], serait indispensable. Sur ce sujet, comme sur bien d’autres, le dépouillement des archives des dominicains, à Manille, serait notamment du plus haut intérêt.

24Le schéma de “l’escalade” est-il valable pour la conquête de la Cochinchine comme il a été décrit pour plusieurs autres guerres coloniales, c’est-à-dire un engagement de plus en plus important du conquérant, bien au-delà des prévisions initiales, entraîné par des échecs successifs qu’il s’agit de dépasser ? Pour la conquête de la Cochinchine, les paliers successifs seraient : Tourane, 1858-1859 ; l’isolement de la troupe franco-espagnole à Sài Gòn, 1860-1861 ; l’insurrection générale de 1863 et la continuation de la résistance avec pour base la Cochinchine orientale ; les résultats de la mission Doudart de Lagrée – Garnier, débouchant sur l’affaire du Tonkin où le même schéma pourrait être utilisé. Voir à ce sujet le discours du gouverneur général Richaud devant le Conseil colonial de Cochinchine en novembre 1888.

D - L’administration et la mise en valeur de la nouvelle colonie

25Des polémiques très vives au sein des mondes politiques saigonnais et métropolitain ont, soit loué, soit critiqué la gestion et l’héritage des amiraux, puis la gestion du régime civil. Une large part de la bibliographie contemporaine de la période envisagée, puis de l’historiographie coloniale traditionnelle exalte l’œuvre des amiraux ; par contre Blancsubé [B2, 1879], Jean-Louis de Lanessan [B2, 1889] et même Le Myre de Vilers [B2, 1908] dressent un bilan critique, parfois très acerbe. Cependant, les rapports de Constans en 1887, Richaud en 1888, et a posteriori les rapports de Doumer, sont sévères sur la gestion des gouverneurs civils. Il paraît donc utile de mener l’étude de chaque question particulière dans la continuité, avant et après 1879.

26En premier lieu, il conviendrait d’étudier l’évolution de l’organisation politique et administrative, en dégageant, pour chaque période, à quels besoins et intérêts elle correspond et ceci, en prenant en compte, à la fois les controverses à Sài Gòn et celles de métropole.

27En second lieu, il faudrait étudier, plus en détail que ce qui a été fait jusqu’à présent, l’évolution de la fiscalité, la gestion des budgets et le fonctionnement de l’appareil fiscal. En ce qui concerne la ferme de l’opium, on peut se reporter à l’ouvrage de Chantai Descours-Gatin [B1, 1992, chap. 2 et 4], mais il n’y a rien sur les autres fermes et régies sauf quelques détails épars dans des ouvrages plus généraux et encore moins sur la fiscalité directe, que des études de détail devraient permettre de chiffrer. Pour le reste, trois questions principales se posent : de quelle charge pesait le régime fiscal sur la population autochtone ? À qui va le profit, quelle part revenait aux fonctionnaires et aux entrepreneurs, quelle part pour les Chinois, quel profit pour la métropole ? En quoi les dépenses correspondent-elles aux besoins réels ?

28Ceci amènerait à dégager quelques réponses à deux autres problèmes. Tout d’abord, la gestion du Conseil colonial après 1880 est-elle contradictoire à celle qu’avaient menée les amiraux ou bien se situe-t-elle dans la continuité de celle-ci ? D’autre part, en quoi cette fiscalité a-t-elle influencé l’affaire du Tonkin : espoirs de ressources gigantesques, modèle d’organisation ? Enfin, la vie politique à l’intérieur du microcosme colonial de Sài Gòn, pour l’essentiel à l’époque du régime civil est fort mal connue : l’étude de la presse et des élections, pour décevant que soit le niveau des débats, serait très utile pour la connaissance de cette société coloniale en formation et pour les répercussions que les campagnes politiques purent avoir dans le monde politique parisien.

29Sur le plan économique et social, d’importantes études seraient à réaliser quant à l’évolution économique et sociale des premières trente-cinq années (1862-1897) de la Cochinchine coloniale :

  • au niveau théorique, les saint-simoniens ont joué un rôle important dans beaucoup de colonies françaises avant 1870 et notamment en Algérie ou en Nouvelle-Calédonie [Marcel Emerit, B2, 1975 ; Magali Morsy, B2, 1990 ; Michel Reuillard, Bl, 1995]. On ne sait à peu près rien sur la vision qu’ils avaient de la colonisation de la Cochinchine et s’ils ont eu une influence sur la première mise en valeur de la nouvelle colonie ;
  • au plan démographique, il serait indispensable d’avoir une idée de l’évolution des différents groupes sociaux qui occupaient la Cochinchine (Vietnamiens, Cambodgiens, Chams, Chinois, Européens) ;
  • au plan agricole, à l’exception de P. Brocheux [Bl, 1995] on a encore peu de choses sur le début de l’extension des terres cultivées, notamment par les travaux de drainage, et par conséquent le développement de la production du riz, d’où l’accroissement de l’exportation [pour la période 1859-1867, Philippe Masse, B2, 1990]. Ceci pose notamment deux problèmes : l’activité des commerçants chinois et le début de l’attribution des concessions de terres ;
  • au plan du commerce extérieur, les principales questions qui se posent sont l’évolution de l’import – export, la place du pavillon français et des échanges avec la France. Les conséquences du tarif douanier de 1892 n’ont pas été étudiées en détail en ce qui concerne l’Indochine. La plupart des articles s’intéressent en effet aux lobbies en métropole. Pour une première approche de l’action de ceux-ci, on peut se référer cependant à P. Barrai [B2, 1974] et P. Guillen [Bl, 1974].

30Pour revenir au Việt Nam, considéré à propos de son commerce extérieur, le rôle des commerçants chinois y apparaît tout aussi fondamental que pour le commerce intérieur. Cela ouvre une série de questions : le développement de l’immigration chinoise, ses liens avec les autres lieux de la diaspora que sont Singapour, Hong Kong ou Batavia [Claudine Salmon et Tạ Trong Hiệp, B1, 1994] ; la monographie sur Cholon depuis ses débuts serait à reprendre ;

  • les problèmes bancaires sont assez largement couverts par les études récentes sur la Banque de l’Indochine [Meuleau, Bl, 1990 ; Gonjo, Bl, 1994] et la Hong Kong and Shanghai Banking Corporation [Frank H. H. King, Catherine E. S. King, David J. S. King, Bl, 1988] ;
  • la ville de Sài Gòn, sur laquelle la bibliographie en français et en vietnamien (Výõng Hờng Sển, Son Nam) n’est pas négligeable, attend encore une étude d’ensemble qui constituerait en outre une contribution indispensable à l’étude de l’urbanisme colonial. Sur le fonctionnement municipal, une première approche dans le travail de Marie-Corine Rodriguez [B2, 1993] ;
  • la vie de la société européenne mériterait aussi quelques études qui rejoindraient les questions évoquées au sujet de la vie politique, en y associant l’observation de la culture et de l’idéologie si particulières de ce milieu colonial naissant. De nombreuses pistes sont suggérées par Charles Meyer [B1, 1985] ;
  • des monographies de provinces seraient un utile complément ;
  • enfin la société vietnamienne, à peu près totalement oubliée dans la bibliographie existante, alors que de multiples questions se posent : quelles furent les conséquences de la domination française sur la masse rurale ; la création d’une minorité vietnamienne urbaine ; la place et le rôle des Catholiques cochinchinois ; l’impact des premières mesures sur l’enseignement ; l’essor (et ses limites) du quớc ngũ ; les réactions des Lettrés dans ce milieu cochinchinois qui ne fournit encore que 18 % de la “génération de 1862” des Lettrés vietnamiens [Trịnh Văn Thảo, B1, 1990]. Les rapports avec les Cambodgiens, qui ne sont pas partout une minorité, seraient également à étudier.

III - EN CE QUI CONCERNE LE TONKIN

A - Les problèmes de l’expansionnisme cochinchinois et du rôle de la Cochinchine dans la genèse de l’affaire du Tonkin

31Cet expansionnisme cochinchinois, réalité évidente constatée dès les années 1880 par des hommes aussi différents que de Lanessan ou Richaud, s’est exercé sur le Cambodge, dont le protectorat était dominé par Sai Gòn ; une étude précise de ce fait reste encore à faire. De même, à propos de la mainmise française sur le Laos à partir de 1893, on ne sait trop quelle fut la part des pressions cochinchinoises ? Pour ce qui concerne le Tonkin, le rôle de la Cochinchine est prépondérant, mais des études manquent à la fois sur l’évolution de la question du Tonkin à partir de 1872 et sur un certain nombre de points précis : action en ce sens de maisons commerciales comme celles de Denis frères ou de Roque, biographies scientifiques de Jean Dupuis, la politique des amiraux depuis 1872 (c’est-à-dire entre l’aventure de Garnier et celle de Rivière), le rôle de Le Myre de Vilers, quels avantages les “saigonnais” comptaient ils retirer de la mainmise sur le Tonkin ?

B - L’instabilité tonkinoise : les bandes chinoises et la révolte de Lê Duy Phụng

32Un des phénomènes majeurs de toute la période considérée fut, pour le Tonkin, la présence des bandes chinoises dans la Haute région.

33À la fin des années 1860, ces bandes, composées des derniers Taiping et de bandits des provinces méridionales, refluèrent sur le Tonkin devant les armées des Qing. Fragmentées en groupes rivaux, elles furent connues par les Français sous le nom de Pavillons jaunes, rouges, noirs, et parfois groupées sous le vocable “Hékis”. Les ouvrages français de l’époque – en particulier ceux de Dupuis qui s’allia aux Pavillons jaunes -en donnent une vision très suspecte et tous les romans et récits écrits en France dans les années 1870 à 1890 autour des Pavillons noirs n’ont aucune valeur historique. C’est encore Auguste Pavie qui en donne les descriptions les plus fiables dans les compte-rendus de sa fameuse mission. Par ailleurs, les sinologues ont apporté des études précieuses, aussi bien sur les Pavillons noirs et leur chef Lýu Vĩnh Phúc (Liu Yongfu en chinois), que sur les suites de l’immense drame des révoltes de la Chine du Sud et du Sud-ouest dans les années 1850, 1860 et 1870 [Ðặng Huy Vận, B2, 1962 ; H. Mc Aleavy, B2, 1968 ; E. Laffey, B2, 1970]

34En 1885, après le traité de Tianjin, les Pavillons noirs rentrèrent en Chine où Lýu Vĩnh Phúc poursuivit une longue carrière. Cependant, la misère et les désordres de la Chine du sud continuèrent de provoquer le passage de bandes dans la Haute région du Tonkin et jusqu’au Laos ; ce sont elles que les Français désignent généralement sous le nom de Hô. La lutte menée contre elles se confond le plus souvent avec les efforts pour l’abornement de la frontière [Famin, B2, 1895 ; Gallieni, B2, 1899 et 1941 ; Lyautey, B2, 1920].

35Quant à la révolte de Lê Duy Phụng, son importance réelle, ainsi que l’attitude des missions catholiques et de la France à son égard sont peu connues. Dans l’état actuel de la recherche, il semblerait que ce catholique, baptisé au séminaire de Pinang (Malaisie), fomenta en 1854 un premier soulèvement dans la région de Quảng Yên. Réfugié à Hong Kong, il récidiva en 1858 avec l’espoir d’obtenir l’appui du corps expéditionnaire franco-espagnol. Il offrit à l’amiral commandant l’escadre de Chine un traité de protectorat, sans obtenir son appui. En 1862, contacté par le sergent Duval afin d’obliger Tự Ðúc à se battre sur deux fronts, il reprit les armes. Cependant, une fois le traité de 1862 signé, qui consacrait la prise de possession de la Cochinchine occidentale par la France, celle-ci se désintéressa de son allié. Lê Duy Phụng fut alors contraint, pour survivre, de s’associer avec les bandes chinoises du Tonkin. En 1865, sa flotte fut jetée à la côte par une tempête lors d’une expédition sur Huê. Reconnu et arrêté, il fut exécuté à Hà Nội. Une étude serait à faire, car l’ouvrage de Charles Duval [B2, 18] est à manier avec précaution, pour préciser le rôle réel de ce personnage, qui accompagna Guillaume Aubaret en 1864.

C - Les hésitations de la politique française dans les années 1870

  • 3 L’Avenir du Tonkin, du 23 janvier 1914.

36Bien que beaucoup ait été écrit sur l’aventure de Francis Garnier, de nombreuses zones d’ombre subsistent. L’affaire Dupuis-Garnier et la conclusion du traité de 1874 par Philastre ont été obscurcies par les nombreux ouvrages écrits par Dupuis lui même ou les personnages liés à lui (Millot, etc.) : un marchand d’armes est transformé en héros et l’équipée de Garnier qui conduisait au désastre est devenue une épopée. Il a fallu attendre les ouvrages de Marquet et Norel [B2, 1938] pour que soit pris le contre pied de cette littérature. L’historiographie contemporaine apporte désormais une vue plus claire sur cette affaire [Cao Huy Thuấn, B1, 1969 ; Mark Mac Leod, B2, 1991 ; J. Valette, B2, 1971]. Plusieurs études restent à faire sur Dupuis et les “hommes Dupuis”, ce qui non seulement éclairerait les événements de 1872/73, mais apporterait une contribution indispensable à l’étude de ce qu’ont été les “Tonkinois”, donc à tout un aspect de l’histoire des gambettistes, exemple d’un lobby efficace. Ces nommes perpétuèrent soigneusement leur “légende” comme le montrèrent les manifestations amicales au moment de la visite au Tonkin de Jean Dupuis ou, après sa mort, les souscriptions pour lui élever un monument peu avant la Grande Guerre3.

37Un autre groupe est encore moins connu, celui des “annamitophiles”. Il faudrait s’interroger sur leurs motivations, ce qu’ils ont représenté dans le contact franco-vietnamien, et leurs destins contrastés.

38La période des représentations françaises au Tonkin est également fort peu étudiée à l’exception de L. Burel [B2, 1983] et G. Raffi [Bl, 1993] dans la mesure où elle semble incohérente par rapport à la période qui l’a précédée et à celle qui l’a suivie. Les lacunes dans la connaissance de cette période concernent, outre l’insuffisance des monographies régionales, provinciales ou de maisons de commerce, les rapports de la Cour de Hué avec les Pavillons noirs, avec le gouvernement chinois et les gouverneurs des provinces de la Chine méridionale, avec le gouvernement français par l’intermédiaire de ses représentants à Sài Gòn, Huê ou dans les consulats.

39L’aventure de Henri Rivère a été, par contre, racontée à satiété, mais il serait intéressant d’avoir une biographie complète du personnage, replaçant cette aventure militaire dans la carrière d’officier de marine – homme de lettres, fréquentant quelques uns des grands salons littéraires parisiens. De même il reste à mieux connaître sous quelles influences cet officier-littérateur, envoyé pour une mission pacifique, a réédité l’aventure funeste de Garnier.

D -La conquête et la pacification : aspects militaires et politiques (1883 -1895)

1 - La guerre franco-chinoise, 1883-1885

40Il manque de solides études sur la politique de la France vis-à-vis de la Chine, spécialement en ce qui concerne cette période. Plusieurs directions de recherche seraient à explorer plus particulièrement :

  • les forces réelles dont disposent les autorités chinoises et leurs rivalités ; leur capacité d’intervention contre la politique française ;
  • les contradictions dans les évaluations qui étaient faites côté français de la force de la Chine. Étudier l’origine de ces divergences de vues, liées à la diversité d’intérêts mal connus, permettrait d’éclairer la politique de Jules Ferry en Extrême-Orient, qui manque actuellement ;
  • l’imbroglio français vis-à-vis des affaires d’Extrême-Orient pour lequel C. Fourniau [B2, 1971] a fourni une première analyse pour l’année 1883 ;
  • les rivalités des ministères (Marine – Affaires étrangères – Guerre), doublant les rivalités politiques entre droite monarchiste et catholique contre républicains opportunistes au pouvoir. Il reste par exemple à étudier le rôle et l’utilisation politique de l’amiral Courbet ou les rapports entre Harmand et Bouët.

41À noter l’absence de biographies scientifiques de tous ces personnages, Courbet, Harmand, et même Ferry ou Paul Bert. L’étude du jeu de Ferry vis-à-vis du parlement permettrait d’éclairer la signature précipitée de la convention de Tianjin en 1884 par Rieunier et l’origine de l’affaire de Bắc Lê et Lạng Sõn. En effet, paradoxalement, les principaux épisodes de l’affaire du Tonkin de 1883 à 1885, qui joua un si grand rôle dans la vie politique française n’ont pas fait l’objet d’études scientifiques. L’affaire Bắc Lê a été traitée dans l’ouvrage du capitaine Lecomte [B2, 1890], mais cet ouvrage est un plaidoyer partisan qui ne peut être utilisé que comme une source à critiquer. La bataille de Lang Son attend encore la mise au point des événements militaires et de leurs suites, notamment le procès Herbinger. L’ouvrage du capitaine Lecomte [B2, 1895] n’est que l’exposé de la thèse officielle.

42Le traité de Tianjin (1885) n’a pas été étudié dans ce qu’il représente d’originalité dans la série des traités de la Chine avec les Occidentaux : une “paix blanche”, alors que tous les autres traités signés à l’époque entraînent de lourdes concessions chinoises. À étudier également, le processus qui mène au mythe du sergent Bobillot, ou comment on fabrique a posteriori un héros de légende. De même, le rôle de Brière de l’Isle dans l’affaire de Lang Son et au cours de l’enquête de la Commission des 33, sont mal connus. Enfin, il resterait à reprendre les monographies sur les troupes françaises en Indochine en général, et plus particulièrement en Annam et au Tonkin à l’époque de la conquête, une biographie du général Roussel de Courcy serait utile.

43Dans le domaine politique, il manque surtout un gros travail de synthèse sur les gambettistes, ce qu’ils représentaient, leur rôle dans l’affaire du Tonkin, les connections avec les problèmes intérieurs, parlementaires ou économiques (le marché du Métropolitain). Là encore, manquent des études biographiques. Par exemple, rien sur Constans ou de Lanessan, qui intéresseraient autant l’histoire intellectuelle [D. Deschamps, B2, 1996] que politique. La vie et les débats parlementaires ont été bien étudiés, par la thèse de Brötel [B2, 1971], les travaux de A. Prost et Ch. Rosenzweig [B2, 1971 et 1973] ou de E. Schmieder [B2, 1966]. L’étude serait à continuer au delà de 1889 pour suivre l’affaiblissement progressif du thème “Tonkin” dans les débats parlementaires, ce qui rejoindrait deux autres directions de recherche : d’une part l’attitude des radicaux vis-à-vis du Tonkin, et plus généralement de l’expansion coloniale et en particulier celle de Georges Clémenceau ou de Gaston Doumergue, dont il reste à montrer l’ambiguïté ; d’autre part, le processus de formation du Parti colonial et l’augmentation de son influence, étudiées sur le plan général par S. Kanya-Forstner et Ch. Andrew [B1, 1974 et 1975], seraient à observer sur le plan indochinois.

2 - Le Cần Výõng et la pacification

  • 4 Trần Văn Giàu, Sự phát triển của tý týờng â Việt Nam từ the ky xix đến cách mạng tháng Tám, L’évol (...)

44Sur le Cần Výõng, au delà de la thèse de Charles Fourniau [B2, 1983 et 1989], des travaux de David Marr [Bl, 1971] ou de Trịnh Văn Thảo [Bl, 1990], il reste de nombreuses études à mener, en utilisant les recherches faites sur le terrain par les historiens vietnamiens : sur les Lettrés tout d’abord ; sur les aspects locaux du mouvement ensuite ; sur la participation paysanne enfin, ce qui rejoint l’ensemble des recherches sur le village, menées par les historiens vietnamiens et français. En dépit d’un regain observé au Việt Nam (Trằn Văn Giàu)4 et à l’étranger des études tant historiques que sociologiques sur rôle des lettrés confucéens dans la résistance vietnamienne prise comme une totalité de la perte de l’indépendance à la révolution d’Août 1945, l’histoire culturelle du Việt Nam moderne notamment dans le domaine de la pensée et de la vie idéologique reste à faire.

45Sur la pacification de la Haute région, trois directions de recherche seraient particulièrement utiles :

  • la critique du témoignage de Gallieni et de Lyautey, en large partie responsables d’orientations très contestables de l’historiographie coloniale. Sur la carrière tonkinoise de Lyautey, on dispose de la thèse de Pascal Venier [B2, 1994] et sur celle de Gallieni, on peut trouver quelques éléments dans sa biographie par Marc Michel [B2, 1989]. Par contre, la recherche actuelle est très insuffisante sur la carrière de Pennequin, moins brillante globalement que celle des deux précédents, mais plus importante sur le plan vietnamien. Le personnage fait l’objet d’appréciations contrastées pour la suite de sa carrière [M. Lê Van Hô, B2, 1988].
  • les soumissionnaires, comme Ba Ky ou Luong Tam Ky, n’ont jamais fait l’objet d’études particulières. Il y aurait également encore beaucoup à dire sur le Ðê Thám, malgré Paul Chack [B1, 1933], Bouchet [B2, 1934] et même Hugues Villiers [B1, 1980].
  • les problèmes posés par les bandes chinoises, ces “réfugiés”, au moins à l’origine, méritent d’être étudiés en tant que tels. Cette étude servirait en outre aux recherches sur la frontière sino-vietnamienne, à celles des ethnies montagnardes du haut Tonkin, et au delà de la frontière, aux recherches sur la misère et l’anarchie dans les provinces méridionales de la Chine, ainsi que la pression de la sinisation sur les confins sino-vietnamiens, s’inscrivant dans l’étude de l’écoulement millénaire des populations venues des terres chinoises vers la péninsule indochinoise.

3 - Les minorités ethniques

46L’intérieur de la péninsule indochinoise était quasi inconnue des européens au moment de la conquête française. Des années 1860 à la fin du xixe siècle, et même au delà, eurent lieu de nombreux voyages d’exploration : Pavie, Harmand, Neiss, le Comte d’Orléans, Yersin, pour ne citer que quelques uns. Un travail serait à faire ; recensement méthodique de ces explorations, étude de leur apport scientifique, de leurs conséquences politiques et sociales. Sur ce sujet, on ne dispose aujourd’hui, pour l’essentiel, que de l’étude de J.-P. Gomane [B2, 1994] sur la mission du Mékong. Ceci-dit, certaines de ces missions étaient le fait de fantaisistes ou de coloniaux métropolitains aussi bien soutenus que mal informés [N. Petersson, B2, 1993] : ce serait un tout autre sujet d’étude, pas moins intéressant.

47L’étude ethnographique des populations montagnardes a été active dès l’époque coloniale et s’est depuis beaucoup développée. Les deux principaux auteurs de l’époque coloniale, parmi beaucoup d’autres sont Léopold Cadière (se référer à ses nombreux ouvrages en Bl, B2 et B3) et le lieutenant-colonel Bonifacy [L. Grisoni, B1, 1988]. Les écrits des explorateurs, en particulier Pavie, apportent aussi une très riche moisson de renseignements ethnographiques. Parmi les nombreux ouvrages de la deuxième moitié du xxe siècle on aura intérêt à consulter en priorité les travaux de : J. Cuisinier sur les Muong, de J. Dournes sur les Jörai, de Condominas sur les Mnong Gar ou de Hickey [B1, 1982]

48À côté des travaux des ethnologues, les historiens de l’époque coloniale ont devant eux un vaste champ de recherche, peu défriché encore, qui est l’étude de la politique coloniale vis-à-vis des ethnies montagnardes et l’implantation graduelle de l’autorité coloniale dans la Haute région, au Nord, sur le rebord de la Cordillière annamitique (Truòng Sõn) et sur les Hauts plateaux relevant de l’Annam et de la Cochinchine, l’action des autorités françaises prolongeant le plus souvent la politique menée antérieurement par les empereurs. Plus généralement, la question des frontières (conceptions, tracés, contestations actuelles) serait à réévaluer aujourd’hui. À signaler quelques cas particuliers : les relations avec Ðèo Văn Trì en pays thái ou l’affaire Mayrena, connue entre autre grâce à l’écho littéraire que lui a donné Malraux (La voie royale). De nombreux ouvrages ont été consacrés à ce personnage, parmi lesquels celui de Gerald Hickey [B2, 1989] ainsi qu’une superbe étude, déjà ancienne, de Jean Marquet dans le BAVH [B2, 1927]. Beaucoup d’aventuriers se risquaient, il est vrai, sur ces hauts-plateaux, tel Georges Bloy, frère du célèbre Léon Bloy, qui ne réussit pas aussi bien que Mayréna [M. Dubourg, B1, 1950].

Notes

1 Originaire de la province de Long An, Nguyễn Thông (1827-1894) fut reçu Cý nhân en 1849. Il est considéré comme une des figures les plus représentatives du modernisme lettré.

2 Note s.d. du MAE, Asie Vol 27 fol 525-534.

3 L’Avenir du Tonkin, du 23 janvier 1914.

4 Trần Văn Giàu, Sự phát triển của tý týờng â Việt Nam từ the ky xix đến cách mạng tháng Tám, L’évolution de la pensée au Việt Nam du xixe siècle à la Révolution d’Août 1945, 2 vol., Hà Nội, 1973-1975. Un document très utile malgré une perspective très schématique de l’histoire des idées.

© Presses universitaires de Provence, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter