Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le contact franco-vietnamien

 | 
Charles Fourniau
, 
Trinh Van Thao

Deuxième partie

Chapitre premier : Les faits et leur périodisation

Texte intégral

1Le 1er septembre 1858, l’escadre de l’amiral Rigault de Genouilly ouvrait le feu sur les forts de la baie de Tourane (Ðà Nẵng) puis débarquait ses hommes sur la plage : tel fut le premier contact véritablement colonial entre la France et le Việt Nam. C’était, personne ne s’en doutait à ce moment, le début de la conquête de ce qui allait devenir, après quarante années d’affrontements militaires, l’Indochine française (Việt Nam, Cambodge et Laos).

2Ce débarquement avait lieu à l’aube d’une période où, à tous points de vue, les rapports entre l’Europe et le reste du monde étaient en passe de se modifier radicalement. Il participe, tout d’abord du mouvement d’expansion coloniale tous azimuts qui marque la deuxième décennie du Second empire (Nouvelle-Calédonie, Sénégal) et dont il constitue un des premiers actes. En même temps, il est un des épisodes du renouveau de l’expansion européenne en direction de l’Extrême-Orient à la suite des guerres de l’opium. Il s’effectue enfin dans un contexte d’évolution rapide des communications. En 1858, un certain nombre de navires de guerre appartenaient encore à la marine à voile, devaient laborieusement contourner l’Afrique pour atteindre les mers de Chine et n’avaient que des contacts épisodiques avec leurs autorités de tutelle. Quinze ans plus tard, la vapeur l’avait emporté, le trafic se faisait par le canal de Suez (achevé en 1869) et le branchement de Sàì Gòn sur le réseau de câbles sous-marins anglais permettait la liaison presqu’immédiate entre la colonie et la métropole.

3Les premiers contacts véritables entre la France et le Việt Nam, avaient commencé au xviie siècle, sous des formes religieuse (fondation de la Société des Missions Étrangères, 1658-1663) et commerciale, étroitement imbriquées. Mais au début du xixe siècle, à un moment où chacun des deux partenaires émerge d’une période de bouleversements (perte par la France de son premier empire colonial, révolte et dynastie éphémère des Tây Son au Việt Nam), les relations commerciales s’étaient révélées un échec. Par contre, les prêtres français de la Société des Missions Étrangères avaient établi des chrétientés et formé un début de clergé indigène, au Siam, au Cambodge, au Laos et au Việt Nam, ne laissant aux Dominicains espagnols que le Tonkin oriental. L’action de l’évêque missionnaire Pigneau de Béhaine et d’un certain nombre d’officiers français qu’il avait recrutés, au cours des guerres civiles qui déchiraient le Việt Nam n’avait constitué qu’une reprise de contact éphémère. Après la victoire du candidat qu’il soutenait, le prince Nguyễn Ánh, devenu l’empereur Gia Long, fondateur de la dynastie des Nguyễn, en 1802, les relations de la France avec le Việt Nam avaient de nouveau été quasi-inexistantes jusqu’en 1823 : arrêt prolongé de toute relation commerciale, absence de relations politiques (alors qu’il y en avait avec le Siam), mais solide implantation missionnaire et une certaine tradition de contacts, notamment avec Tourane, telle était la situation au début des années 1820. Les tentatives, entre 1817 et 1830, des armateurs bordelais et des gouvernements de la Restauration, de rétablir les liens commerciaux et politiques s’étaient révélées vaines.

4Cependant, à partir des années 1820 et 1830, deux types de phénomènes contribuent à modifier cette situation :

  • tout d’abord, un essor missionnaire très vigoureux qui alla croissant jusqu’au début du xxe siècle, notamment en direction de l’Extrême-Orient, et où la France tint une place de choix ;

  • le début de la pression des puissances occidentales en direction du marché chinois. L’Angleterre, première puissance mondiale, y joue le rôle de pionnier : installée à Singapour dès 1819, elle mène contre la Chine la guerre de l’opium (1839-1842) dont le résultat lui permet d’exiger, pour elle d’abord, puis successivement pour les autres puissances, l’ouverture au commerce de quelques ports chinois (pour la France, traité de Whampoa en 1844). À la même époque, la Russie élargissait son emprise sur le Pacifique, puis en 1855 les États-Unis obligeaient les Tokugawa à ouvrir le Japon au commerce international, ce qui eut pour contrecoup quelques années plus tard (1860), la révolution de l’ère Meiji.

5Devant cette pression de l’Europe et des États-Unis, l’empereur du Việt Nam, Minh Mạng (1820-1840), fut amené à se prononcer sur les demandes commerciales des Occidentaux : non seulement sa réponse fut négative, mais il lança une persécution sanglante contre les chrétiens, considérés comme les adeptes de la religion des blancs. Ses successeurs Thiệu Trị et Tự Ðức continuèrent la même politique avec une intensité variable. Or, cette persécution, parallèle à celle qui sévissait en Chine, touchait un assez grand nombre de Vietnamiens, mais aussi quelques missionnaires français et espagnols : telle fut la cause (le prétexte ?) d’interventions de la marine royale sur les côtes du Việt Nam, sous la monarchie de Juillet, ce qui, à son tour, entraîna un redoublement de la persécution et des appels à la France de la part des missionnaires. Cependant, ni Guizot, ni la Seconde République, ni Napoléon III au début de son règne ne tentèrent d’opération militaire de quelque envergure. Ce n’est qu’à partir de 1855-1856 que des décisions furent prises, et encore de façon tâtonnante.

I - LA COCHINCHINE DE 1858 A 1887, DE LA CONQUÊTE A L’UNION INDOCHINOISE

A - La conquête de la Cochinchine orientale

1 - L’engrenage de la conquête

6Trois facteurs principaux expliquent l’installation des Français en Cochinchine à la fin des années 1850 :

  • l’ensemble de l’intervention, de plus en plus forte, dans un Extrême-Orient alors en plein bouleversement, des puissances occidentales, intervention qui vise, pour l’essentiel, à l’ouverture et à la conquête du marché chinois ;

  • les réactions de l’empire d’Annam et de ses populations devant l’agression étrangère ;

  • la politique générale de l’empire français.

7Pour celle-ci, les caractéristiques principales, de 1855 à 1864, sont :

  • l’entente avec l’Angleterre, qu’a scellée la guerre de Crimée, ce qui, en Extrême-Orient, aboutit à masquer la rivalité latente entre les deux puissances et se concrétise par leur coopération diplomatique et militaire dans les guerres de Chine.

  • les affaires italiennes (1859-1860 : guerre d’Italie ; 1864 : affaire romaine), avec deux conséquences : d’une part, en 1859-1860, au moment où commencent les opérations militaires contre la Chine et en Cochinchine, l’essentiel de l’effort militaire français est absorbé par l’Italie et peu disponible pour l’Extrême-Orient ; d’autre part, ces affaires italiennes suscitent de fortes critiques dans l’opinion catholique française, un des principaux piliers du régime ; l’Empereur est donc amené à chercher à donner des gages à cette opinion par des actions extérieures qui se multiplient entre 1860 et 1867 ; l’intervention contre l’empire d’Annam, en réponse aux appels des missionnaires, en est la manifestation principale avant la guerre du Mexique ; ces interventions extérieures couvrent par ailleurs d’autres intérêts de la politique impériale, économiques ou politiques ;

  • enfin en 1860, le triomphe du libre échange (traité de commerce avec l’Angleterre) stimule, dans une partie du monde économique français, la volonté d’ouvrir de nouveaux marchés.

8Les affaires de Cochinchine, pour importantes qu’elles soient, ne sont aux yeux du gouvernement qu’un problème parmi d’autres, souvent plus vitaux ; d’où les tensions entre les acteurs sur place et les instances dirigeantes parisiennes, elles-mêmes divisées sur l’opportunité de l’affaire cochinchinoise, ce qui reste valable tout au long de la conquête de l’Indochine.

Tableau chronologique n°1. 1857-1863.

Tableau chronologique n°1. 1857-1863.

Abréviations : Ctre-amiral : Contre-amiral
Pour les gouverneurs et les souverains, les dates correspondent aux prises de fonction.
Les intérimaires sont reportés en italiques.

Tableau chronologique n°2. 1864-1870.

Tableau chronologique n°2. 1864-1870.

9« La guerre de Crimée était à peine terminée lorsque le gouvernement songea à restaurer la puissance de la France. (...) Les yeux se portèrent naturellement sur les riches contrées de l’Extrême-Orient, que le percement probable de l’isthme de Suez rapprocherait tant, un jour, de l’Europe » [Coste, B2, 1862, p. 1]. Un officier de marine résumait ainsi les trois motifs qui inspiraient la politique française : « L’idée politique en Extrême-Orient doit se conformer à l’idée catholique dont les conséquences commerciales seront le prompt corollaire obligé » [Ph. Franchini, B2, 1951].

10C’est vers le Siam, qui avait déjà eu des relations avec la France, que fut envoyée la première mission diplomatique envoyée par Napoléon III dans la péninsule indochinoise. Montigny, qui la dirigeait, fut par ailleurs reçu par le Pape après son départ de Paris. L’essentiel de sa mission était d’obtenir pour la France les avantages commerciaux que le Siam venait de consentir à l’Angleterre et aux États-Unis, ce qui fut acquis par le traité franco-siamois du 15 août 1856. Mais, les instructions impériales ne s’arrêtaient pas là : Montigny était également chargé de négocier avec le Cambodge. Or, le Siam était occupé à ce moment-là à établir sa domination sur le Cambodge, en concurrence avec le Ðại-Nam. Le gouvernement de Bangkok ne pouvait qu’être irrité de la deuxième partie de la mission de Montigny, qu’il considérait comme une ingérence. Deuxième incohérence des instructions du chargé de mission français, il devait prendre contact avec la Cour de Huế pour lui faire connaître “le déplaisir de l’empereur” devant les persécutions des chrétiens, et, en même temps négocier cependant un traité de commerce.

11En outre, la difficile coordination de la marine avec la diplomatie fit que le navire de guerre le Catinat, chargé d’appuyer le plénipotentiaire français, arriva trois mois avant celui-ci devant Tourane, où il commença à l’attendre. S’estimant en danger devant l’attitude des forces vietnamiennes, le commandant du navire fit bombarder les forts de Tourane, le 25 septembre 1856, comme l’avait fait dix ans plus tôt le commandant Lapierre. Lorsque Montigny arriva enfin, il engagea les négociations avec une telle arrogance que les pourparlers furent rapidement interrompus. Il quitta Tourane le 7 février 1857.

12Pendant ce temps, les forces françaises s’étaient engagées aux côtés des Anglais dans l’intervention en Chine et, de Paris, Napoléon III relançait la question de la Cochinchine

  • 18 Le terme de Cochinchine, dont l’origine est discutée, prête à confusion. Jusqu’à la conquête frança (...)

1318, en avril 1857. L’Empereur faisait nommer une « Commission chargée d’examiner diverses questions relatives à la Cochinchine ». Composée de hauts fonctionnaires des Affaires étrangères et de la Marine, qui entendirent quelques missionnaires (l’abbé Huc et Mgr Pellerin notamment), elle conclut que le traité qu’avait obtenu Pigneau de Béhaine en 1787 ne donnait pas de droit sur la Cochinchine, mais que pour de multiples raisons, la France avait un droit nouveau de créer un établissement en Cochinchine, un droit envisagé de façon assez floue sous forme de protectorat [Võ Ðừc Anh, 1969, p. 82].

  • 19 Lettre de Walewski à Napoléon m, G. Taboulet [B2, 1956, t. I, p. 413].

14En juillet 1857, Walewski, ministre des Affaires étrangères, avertit donc le Conseil des ministres, très largement hostile, que « Sa Majesté avait mûrement pesé cette affaire (...) qu’il ne s’agissait pas de faire de grands préparatifs pour accomplir un plan de conquête absolument arrêté, mais d’une expédition relativement minime dont le chef aurait des instructions élastiques (...) pour obtenir le redressement de nos griefs et des engagements pour l’avenir. »19. Les griefs étaient « que le gouvernement de Cochinchine a renouvelé ses persécutions contre nos missionnaires et constamment refusé d’entrer en relations d’amitié et de commerce avec la France » [Võ Ðừc Anh, B2, 1969, T. II, n°39].

15En conséquence, ordre fut donné, le 25 novembre 1857, à l’amiral Rigault de Genouilly, « Commandant en Chef de la station navale de Sa Majesté en Chine, (...) d’occuper la baie et le territoire de Tourane (...) Maître de cette position, (il devait) tendre à réaliser l’établissement de la France sur la Cochinchine ou (...) se borner à la conclusion d’un traité d’amitié, de commerce et de navigation en stipulant les réparations convenables pour les persécutions exercées contre nos missionnaires » [Võ Ðừc Anh, B2, 1969, T.II, n°39]. Comme ces persécutions avaient aussi touché les missionnaires espagnols (exécution de Mgr José-Maria Diaz), proposition fut faite à Madrid de se joindre à cette initiative (décembre 1857). C’est ainsi qu’un corps de troupes constitué d’Espagnols et de Tagals, envoyé de Manille, participa aux premières phases de la conquête de la Cochinchine.

16Au même moment, depuis la fin de 1856, des forces françaises étaient engagées en Extrême-Orient dans la deuxième guerre de l’Opium (prise de Canton le 27 décembre 1857, prise des forts de Dagu, près de Tianjin, en mai 1858, ce qui amena immédiatement la signature du traité de Tianjin). L’intervention en Cochinchine était envisageable parce que la France avait déjà dépêché en Extrême-Orient une force de guerre ; mais en même temps, la volonté de rester activement aux côtés des Anglais dans les opérations de Chine retardait le déclenchement de l’intervention contre le royaume d’Annam. L’amiral ne put donc amener ses quatorze bâtiments devant Tourane que le 31 août 1858. Le lendemain, il bombardait les forts puis prenait position sur la côte.

Généalogie des empereurs du Việt Nam (dynastie des Nguyễn) jusqu’au 30/11/1883

Généalogie des empereurs du Việt Nam (dynastie des Nguyễn) jusqu’au 30/11/1883

2 - L’affaire de Tourane et la prise de Sàì Gòn (sept. 1858 - fév. 1861)

17Après la réussite, assez aisée, de ces premières opérations, les Français avaient compté marcher sur Huế pour négocier en position de force avec l’Empereur d’Annam. Ils ne purent dépasser les abords de Tourane devant la résistance des armées vietnamiennes commandées par Nguyễn Tri Phương. En effet, au grand dépit de Rigault de Genouilly qui l’exprime avec vigueur dans ses lettres, toutes les assurances préalables données par les missionnaires et sur lesquelles avait été conçue l’expédition se révélaient fausses : l’armée vietnamienne ne se débandait pas et les chrétiens sur qui l’on comptait pour le ravitaillement et les travaux de fortification n’accouraient pas en foule. De plus, les renforts demandés n’arrivaient pas, la France préparant son intervention en Italie, alors qu’au même moment la guerre reprenait en Chine. Pendant ce temps, les soldats franco-espagnols, installés dans des conditions fort mauvaises, mouraient dans des proportions inquiétantes. La situation étant bloquée devant Tourane, l’amiral, tout en refusant d’abandonner la position acquise, mais sentant la nécessité d’un succès militaire, en chercha un ailleurs.

18Des missionnaires (dont Mgr Pellerin) et les Espagnols le poussaient à s’engager au Tonkin où Lê Duy Phung, un prétendant au trône se réclamant de la dynastie des Lê, avait soulevé des révoltes, soutenues par des chrétientés. Mais Rigault de Genouilly avait mandat de négocier avec la Cour de Huế, non de renverser la dynastie. De plus, il se défiait aussi bien des objectifs des missionnaires que des ambitions des Espagnols, qui visaient le Tonkin parce qu’ils comptaient s’y appuyer sur leurs missionnaires dominicains. Il se décida donc pour le Sud où il envoya une partie de ses forces prendre Sàì Gòn, considérée comme la plus forte place de l’empire après la capitale et « l’entrepôt des riz qui nourrissent en partie Huế » écrit-il [G. Taboulet, B1, 1956, T. II, p. 439]. C’est donc de l’échec devant Tourane qu’est sortie la décision personnelle de l’amiral Rigault de Genouilly de s’emparer de Sàì Gòn, tout comme l’échec de la mission Montigny avait été suivi de la décision d’une action en Cochinchine. Le 17 février 1859, la citadelle de Sàì Gòn, mal défendue, fut prise et détruite, les énormes réserves de riz qu’elle contenait, incendiées.

19Cependant, à Sàì Gòn comme à Tourane, les forces franco-espagnoles étaient confinées dans un espace limité, alors que les renforts venus de France étaient envoyés sur Canton où la guerre se poursuivait et que les négociations tentées avec la Cour de Huế échouaient. Rigault de Genouilly demandait depuis longtemps d’être relevé de son commandement. Il fut remplacé le 1er novembre 1859 par l’amiral Page. Celui-ci était très critique sur toute cette affaire : « On a fait une sottise, on s’est lancé à corps perdu, on reconnaît son erreur, il faut liquider la folie le moins mal possible » [Võ Ðừc Anh, B2, 1969, T. I, p. 115]. Cependant, il n’est pas question d’abandon : Page dégage militairement le périmètre occupé autour de la citadelle de Sàì Gòn et surtout, selon sa propre expression, il « fonde l’établissement de Saigon qui fonctionne à merveille et rapporte 100 000 francs par mois » [G. Taboulet, Bl, 1956, T.II, p. 160]. En effet dès février 1860, il avait déclaré Sàì Gòn possession française et port franc, suscitant ainsi un courant commercial bénéfique. Il attendra jusqu’au 23 mars 1860 pour évacuer complètement Tourane où les troupes franco-espagnoles laissaient près d’un millier de morts.

20Page rallie ensuite la division Chaîner engagée en Chine, ne laissant à Sàì Gòn qu’un millier de soldats français et espagnols. De mars 1860 à février 1861, cette petite troupe, sous le commandement du capitaine de vaisseau d’Ariès, appuyée sur un certain nombre de catholiques vietnamiens, fut bloquée dans un espace de quelques kilomètres carrés ne couvrant même pas la superficie de l’actuelle HÔ Chi Minh Ville, mais gardant ses libres communications avec la mer.

3 - La conquête de la Cochinchine orientale (1861-1862)

  • 20 L’amiral Bonard fut le premier à porter le titre de Gouverneur et de Commandant en chef en Cochinch (...)

21La situation évolua favorablement pour les Français au cours de l’année 1860. Tout d’abord, l’issue victorieuse de la guerre de Chine (traité de Pékin du 25 octobre 1860) permettait de dégager des moyens d’action. Ordre fut donné à l’amiral Charner, commandant les escadres françaises d’Extrême-Orient, de débloquer Sàì Gòn. Il recevait les pleins pouvoirs pour mener les opérations et négocier la paix en Cochinchine. Il arriva le 7 février 1861 devant Sàì Gòn. Disposant d’environ 4 000 hommes, il put dès le 25 débloquer la ville en s’emparant, au prix d’un très dur combat, des retranchements vietnamiens de Kỳ Hoà. Puis il prit Mỹ Tho, et son successeur l’amiral Bonard20 prit Bien Hòa, Vĩnh Long et occupa les îles de Poulo Condore (Côn Ðảo) où il installa immédiatement un pénitencier. Malgré la présence à la tête de l’armée royale de Nguyễn Tri Phương, le vainqueur de Ðà Nẵng (Tourane), cette succession de revers, qui était aussi l’échec de la stratégie des camps retranchés, conjuguée avec le développement des révoltes du Tonkin (Lê Duy Phụng), amena la Cour de Huế à céder à l’ultimatum français lui enjoignant d’envoyer des plénipotentiaires pour traiter.

  • 21 Grand commis de l’État vietnamien sous le roi Tu Ðúc, Phan Thanh Giản était le premier lettré du Su (...)
  • 22 « Par ailleurs, les sujets du royaume qui désireront embrasser et suivre la religion chrétienne le (...)

22Les négociations avaient commencé dès le 21 juin 1859, rompues plusieurs fois, butant principalement sur la question religieuse. Finalement le 5 juin 1862, l’amiral Bonard, Phan Thanh Giản21 et Lâm Duy Hiệp, signèrent le traité de paix « entre l’empereur des Français et la reine d’Espagne d’une part et le roi d’Annam de l’autre » (préambule du texte). Le royaume d’Annam cédait à la France les trois provinces de Sàì Gòn, Mỹ Tho et Biên Hòa ; il s’engageait à payer en dix ans une indemnité de guerre de quatre millions de dollars (20 millions de francs) à la France et pour une part à l’Espagne. Trois ports, dont Tourane, étaient ouverts au commerce français et espagnol. Au point de vue religieux était reconnue aux Vietnamiens, non seulement la liberté du culte chrétien22 mais également le droit de se convertir, ce qui supposait la présence de missionnaires français et espagnols. Ainsi, commencée sous l’invocation de la protection des chrétiens et ne visant pas une conquête territoriale, l’affaire de Cochinchine, mal dominée par l’autorité gouvernementale française, se terminait par la création d’une colonie et par une formule peu précise en ce qui concerne la sauvegarde des catholiques vietnamiens, qui subirent en fait une persécution redoublée.

23Mais l’accord devait beaucoup au poids de la conjoncture. La partie vietnamienne n’avait accepté la perte des trois provinces du Sud que pour pouvoir écraser, au Nord, les révoltés du Tonkin soutenus, notamment, par les missionnaires espagnols. La France, quant à elle, n’avait d’ailleurs pas cherché à profiter de ces révoltes par crainte d’une aventure incontrôlable, préférant une paix avantageuse avec la dynastie en place. Rien n’était donc réglé et la ratification du traité ne fut arrachée par l’amiral Bonard à la Cour, sous la menace, que le 16 avril 1863, à la veille même de son retour en France.

4 - La conquête remise en cause (1863-1864)

  • 23 Trương Ðịnh ou Trương Công Ðịnh (1820-1864) a commandé sous les ordres du général Nguyễn Tri Phương (...)

24Sur le terrain, des milices avaient répondu dès le début de 1861 à l’appel à la lutte de Tự Ðức. Tandis que la Cour, après les défaites de l’armée royale, ordonnait le cessez-le-feu par la voix de Phan Thanh Giản, ces milices, sous la direction des notables et de mandarins, reprenaient le combat. Après la signature du traité, la Cour de Huế désavoua, en paroles, leur action, qui n’en continua pas moins et même s’amplifia sous la direction de différents chefs dont le plus important fut Trương Ðịnh, dit le Quản Ðịnh23. À partir du 16 décembre 1862, une insurrection générale bloqua presque tous les postes français. L’amiral Bonard n’avait pas les forces suffisantes pour résister et s’en plaignait vigoureusement [Marine Chợquenet, B2, 1995]. Il fut entendu et l’amiral Jaurès lui amena des renforts de la division des mers de Chine, ce qui permit de reprendre Gocong en février 1863. La répression fut féroce et si la mort au combat du Quản Ðịnh, le 20 août 1864, affaiblit la résistance, elle n’en marqua pas la fin.

25Dans ce contexte, qui rendait précaire la récente acquisition des trois provinces, la Cour de Huế’ entreprit de convaincre le gouvernement français de les rétrocéder contre une forte indemnité de guerre et Tự Ðức envoya dans ce but une ambassade à Paris. Conduite par le grand censeur Phan Thanh Giản assisté des grands mandarins Phạm Phú Thú et Ngụy Khắc Dản, cette délégation, nombreuse et active, séjourna en France puis en Espagne (4 juillet 1863 – 28 mars 1864). Elle fut notamment reçue en audience solennelle par Napoléon III (7 novembre 1863) et il semblait qu’elle avait obtenu ce qu’elle était venue chercher : la rétrocession des trois provinces contre une très forte indemnité.

26Le contexte français n’était pas, il est vrai, favorable à la poursuite de l’aventure cochinchinoise : commencée depuis un an et demi, la guerre du Mexique coûtait très cher et le gouvernement devait avouer au Corps législatif, où l’opposition était désormais active (élections de 1863), un déficit de 972 millions de francs. Les financiers et la haute banque, hostiles dès le début à l’aventure cochinchinoise, avaient donc de sérieux arguments pour faire triompher l’idée de la rétrocession : fin des crédits pour la Cochinchine et entrée dans les caisses du Trésor de l’indemnité offerte par les Vietnamiens. Le 12 novembre 1863, le Moniteur Officiel annonçait que le traité de 1862 allait être remanié.

27Par contre, ce qu’on peut appeler le lobby cochinchinois mena une très vigoureuse contre-attaque, dans les sphères gouvernementales d’une part, où il venait de recevoir l’appui du ministre de la Marine Chasseloup-Laubat, auprès de l’opinion publique d’autre part. De nombreuses brochures furent alors publiées, dont les deux plus retentissantes étaient signées – sous des pseudonymes transparents – par deux officiers de marine (G. Francis, alias Francis Garnier ; H. Abel, alias Adrien Rieunier). La presse évolua vers les mêmes positions. Finalement l’Empereur, qui avait, entre autres raisons, à se faire pardonner auprès des catholiques les affaires d’Italie (convention du 15 septembre 1864 à propos de Rome), se décida pour le maintien en Cochinchine.

28Cependant, la politique de rétrocession était déjà engagée. Le 9 janvier 1864, Aubaret, nommé consul à Bangkok et résident – éventuel – à Huế, fut chargé d’aller proposer à Tự Ðức un nouveau traité, fortement inspiré des idées que lui-même développait depuis plusieurs années. Arrivé le 15 juin à Huế, reçu personnellement par Tự Ðức, il signait le 16 juillet un nouveau traité qui stipulait notamment :

  • la restitution à l’empire d’Annam des trois provinces contre une indemnité de 80 millions de francs payable en 40 ans ;

  • la France gardait Sàì Gòn, Mỹ Tho et le cap Saint-Jacques ; elle obtenait le protectorat de tout le sud du Việt Nam (le Nam Kỳ), l’ouverture au commerce de Tourane et de deux ports au Tonkin ;

  • des consuls français étaient installés à Huế et dans les ports ouverts ;

  • enfin l’article 14, beaucoup plus précis que le traité de 1862, précisait que : « Nul Annamite ne sera poursuivi, inquiété ou puni pour le seul fait qu’il est chrétien ou qu’il exerce le ministère chrétien ».

29En fait, ce traité proposait une autre stratégie à la présence française au Việt Nam, il n’était en rien, comme le répéta la propagande hostile, une simple politique d’abandon.

30Pendant ce temps, Napoléon III s’était, comme on l’a vu, finalement prononcé pour le maintien, par le traité de 1862, dans les trois provinces de Cochinchine. Mais le contrordre, amené par la marine à voile, arriva peu après la signature du traité Aubaret. La lutte se concentra alors sur une question : allait-on ratifier le nouveau traité ou non ? Ce fut le moment le plus chaud de la polémique.

31En novembre 1864, un mémoire de Chasseloup-Laubat, synthétisant les arguments précédemment avancés, convainquit l’Empereur : on en restait au traité de 1862, par conséquent les trois provinces de Cochinchine restaient colonie française. La ratification, le 17 avril 1864, du traité de protectorat que le roi du Cambodge avait signé avec la France (représentée par Doudart de Lagrée) le 11 août 1863, allait d’ailleurs dans le même sens, en posant les bases de la future Indochine française et en rendant improbable la restitution. En tous cas, les chrétiens annamites que l’on était parti protéger furent les premières victimes de cette inflexion coloniale de la politique française. La persécution redoubla dans l’empire d’Annam, faisant des milliers de victimes, tandis qu’au Tonkin, la révolte de Lê Duy Phụng était écrasée par Nguyễn Tri Phương.

B - L’achèvement de la conquête et les premiers pas de l’installation coloniale en Cochinchine (1863-1873)

1 - La fin de la conquête et la lutte contre la résistance vietnamienne

32Malgré le traité de 1862 (traité Bonard), l’engrenage de la conquête avait continué. L’écrasement de la révolte de 1863 n’avait pas été totale, et de loin. Jusqu’en 1867 on attribua les troubles aux “bandits”, entendons les forces patriotiques vietnamiennes, qui trouvaient refuge en Cochinchine occidentale, dans la région de Vĩnh Long rendue à l’empire d’Annam et au delà. L’amiral de la Grandière demanda donc à la cour de Huế de lui remettre Vĩnh Long puisque le calme, requis par le traité de 1862, n’avait pas été obtenu. Évidemment Huế n’y consentit pas. Le 20 juin 1867, les forces françaises s’emparèrent de la ville, puis occupèrent toute la Cochinchine occidentale. Dès lors, la France tenait les six provinces (Lục Tỉnh) du delta du Mékong, qui resteront désignées sous le nom unique de Cochinchine.

  • 24 ANSOM Indochine A.F. c.5 d.14 : rapport du contre-amiral Dupré au ministre de la Marine et des Colo (...)
  • 25 Collectif d’auteurs, Thơ văn yêu nuớc nửa sau thế Kỳ XIX (1858-1900) (poésies et prose patriotique (...)

33Cependant les troubles devaient durer encore longtemps. En février 1872 éclatait dans la région de Trà Vinh – Bến Tre, aux bouches du Mékong, un « soulèvement qui prenait des proportions considérables (...) les chefs rebelles, qu’ils viennent de Huế, du Binh Thuan ou de nos provinces cherchant à obtenir un soulèvement national, les idées de patrie et de religion étant mises en jeu », comme l’écrivait le commandant militaire de la région. L’insurrection fut certes écrasée en quelques semaines par une répression très dure, mais en décembre des proclamations appelaient encore à la révolte. Aussi l’amiral Dupré prévoyait-il encore en 1873 « de longues années d’efforts pour consolider notre domination. (...) Il faudra une inébranlable fermeté dans la répression des désordres, dont le foyer permanent se trouve au cœur du delta du Mékong, dans un triangle formé par les villes de Ben-Tre, à l’Est, Vĩnh-Long, à l’Ouest, et Tra-Vinh, au Sud »24. On en accusa de plus belle la cour de Hue, qui refusait de reconnaître l’occupation des trois provinces annexées après le traité de 1862. « La résistance vietnamienne à la conquête militaire prit un caractère multiforme, militaire mais aussi culturel comme le refus de Do Chieu ou Nguyen Ðịnh Chieu, l’auteur de Luc Van Tien et des oraisons funèbres célébrant la mémoire des héros de la résistance et politique comme le mouvement de "ty dia", d’immigration intérieure pour échapper au contrôle des autorités coloniales »25

34Malgré cette insécurité, plus ou moins circonscrite, les amiraux dès le début s’efforcèrent de mettre sur pied la nouvelle colonie. Celle-ci se présentait avec des caractères particuliers :

  • Le delta du Mékong était encore, sur de vastes espaces, une terre quasiment vierge, avec d’immenses zones marécageuses et forestières, où abondaient tigres et buffles sauvages, faiblement peuplée par une ancienne implantation khmère et par des Vietnamiens arrivés à partir du xviie siècle, en nombre encore relativement limité, qu’avaient précédés quelques colonies chinoises.

    • 26 Lettre à Delarbre, 14/2/1862 [Duchêne, B2, 1932].

    Cependant, comparativement aux “vieilles colonies” tropicales, la Cochinchine était une conquête considérable, par sa surface et sa population, d’autant plus que le Cambodge en était, dans les faits, un véritable prolongement. Chasseloup-Laubat y voyait la création d’« un véritable empire dans l’Extrême-Orient, afin que notre civilisation chrétienne pût avoir dans notre nouvelle conquête un établissement formidable d’où elle rayonnerait sur toutes ces contrées »26. Placée sur la route de Chine, au moment où le canal de Suez allait ouvrir d’immenses perspectives, elle marquait le début d’une nouvelle phase de l’expansion coloniale française.

  • Pour asseoir cette conquête, un pouvoir quasi-absolu fut laissé aux amiraux-gouverneurs pendant près de vingt années. C’est donc un régime militaire qui mit en place les cadres politiques et administratifs, et prit les premières mesures de mise en valeur.

Carte des six provinces

Carte des six provinces

2 - Le démarrage économique

  • 27 Au cours de l’année 1872, il fut fréquenté par 4 700 jonques chinoises (soit 19 800 hommes d’équipa (...)

35L’essor économique du port de Sàì Gòn fut immédiat. Affaibli ensuite en 1863-1864 par l’insurrection générale, il s’affirma de nouveau jusqu’en 1873. Dès 1865, un Comité agricole et industriel publiait un bulletin, reflétant et activant cette expansion. En 1866 et 1867 des expositions regroupèrent jusqu’à près de 600 exposants. Saí Gòn, port franc depuis 1860, concentrait à peu près tout le commerce extérieur de la Cochinchine et du Cambodge27. L’ensemble du trafic était alors estimé à 100 millions de francs, dont moins de 5 % pour le pavillon français [Meuleau, B1, 1990, p. 25]. Le produit de base de l’exportation était le riz, collecté jusqu’au Cambodge par l’intermédiaire des Chinois.

36Cependant, très tôt s’installèrent de nombreux commerçants français, à l’origine le plus souvent des munitionnaires, comme les frères Roque ou Denis, ainsi que d’autres Européens (Speidel, Spooner...) ou Chinois (Wang Tai). Dès 1862, la Compagnie des Messageries Impériales (plus tard Compagnie des Messageries Maritimes) ouvrait la ligne Marseille -Saï Gòn – Shanghai, prolongée quelques années plus tard sur Yokohama. La même année, le Comptoir d’Escompte se faisait représenter à Sai Gòn, puis installait une succursale (1864) l’emportant nettement sur celles de la Hong Kong and Shanghai Banking Corporation et des deux autres banques anglaises présentes sur place. Cependant, les activités de ces banques se limitaient au change et à un peu d’escompte. Comme le souligna la crise de 1873, il manquait un solide établissement bancaire privilégié, que fut, à partir de 1875, la Banque de l’Indochine.

37Ces activités nécessitaient un système de communications qu’assuraient prioritairement les fleuves, desservis par de très nombreuses jonques et, à partir de 1872, par une compagnie de navigation à vapeur subventionnée créée par Marcellin Larrieu. D’autre part, un réseau télégraphique fut rapidement développé ; il assurait le contact de Sàì Gòn avec les provinces et aussi avec l’extérieur, jusqu’en Europe, par l’Inde ou la Chine ; à partir de 1871 un câble sous-marin relia Sàì Gòn à Singapour et par là au réseau anglais des câbles vers l’Europe et l’Extrême-Orient.

3 - Les mesures d’organisation.

38Très tôt, souvent avant même l’achèvement de la conquête et la mise en place d’un système administratif stable, les amiraux de la conquête avaient créé les organismes permettant l’exploitation fiscale et le développement économique : ferme de l’opium (1862) ; service de l’enregistrement et des domaines (1862), accompagnant la distribution quasi-gratuite du domaine foncier aux premiers colons, à Sàì Gòn et dans quelques chefs-lieux de province ; service des travaux publics (1863) chargé du drainage, du remblaiement des mares, de la réfection des routes, etc. ; jardin botanique, dès 1861, dans l’espoir d’un essor de l’agriculture coloniale ; service du télégraphe (1861-1862) ; tribunal de commerce (1864) ; chambre de commerce ; etc. En même temps étaient mises en place les bases d’un système de répression : prison centrale (1861), office général de police (1862), bagne de Poulo Condore (1862). En 1864 fut également ouvert l’hôpital indigène de Chợ Quán.

39Parallèlement était créé le système administratif. L’insurrection générale de 1863 avait ruiné la tentative de l’amiral Bonard d’organiser les trois provinces en gardant l’infrastructure administrative vietnamienne, encadrée par des officiers de marine. Comme devait le dire plus tard l’amiral Rieunier, ne s’étaient ralliés à la France que les chrétiens et les coquins. Le retrait à peu près total des mandarins hors des territoires occupés laissait ouverte la voie à l’administration directe, tendance naturelle des conquérants français se référant au seul modèle existant des “vieilles colonies” tropicales (Antilles, la Réunion, etc.). Le système cochinchinois prit sa forme stable en 1865-1866 sous le gouvernement de l’amiral de la Grandière. Dans ce régime militaire, confié à la Marine, tous les pouvoirs étaient concentrés entre les mains d’un amiral-gouverneur. Celui-ci était assisté d’un conseil, dit “consultatif” avant 1863, “privé” ensuite, regroupant les plus hauts chefs de service militaires et civils. L’arrêté du 9 avril 1864 institue une direction de l’Intérieur, placée sous l’autorité directe du gouverneur, qui prit en charge l’ensemble de l’appareil administratif.

40Les provinces, d’abord confiées au pouvoir discrétionnaire d’officiers de marine, furent administrées par des inspecteurs des affaires indigènes, trois par province dont l’un pour la collecte de l’impôt, l’autre pour la justice et le troisième pour l’administration. Formés par un “collège des administrateurs”, où Jean-Baptiste Elyacin Luro jouait un rôle important, ces inspecteurs virent leurs compétences se préciser et se restreindre par des mesures successives prises en 1873 et 1876.

41Le système judiciaire fut mis sur pied à partir de 1864. Il était fondé sur la distinction entre une justice européenne et une justice indigène appliquant le code annamite traduit par Paul Philastre et édité par l’Imprimerie du Gouvernement en 1865. En ce qui concerne l’enseignement, le soin en fut confié aux missionnaires car, comme l’écrivait un aide de camp de Bonard : « la propagation du catholicisme est certainement le moyen le plus sûr d’avoir un peuple complètement à nous ».

42Ainsi, en huit ans, on était passé d’un projet peu précis d’un simple protectorat, voire même d’un traité d’amitié et de commerce, à un établissement colonial fortement structuré, qui allait, à son tour, susciter de nouvelles ambitions et conquêtes.

43Cependant, cette réussite si rapide était encore fruste et fragile. Sàì Gòn, qui avait été une ville vietnamienne de plusieurs dizaines de milliers d’habitants, avant sa destruction au moment de la conquête, n’était plus en 1863 qu’un “gros bourg” informe [L. de Grammont, B2, 1863, p. 101] d’une dizaine de milliers d’habitants, auprès de la ville chinoise de Chợlon (Chợ Lớn). Elle concentrait pourtant déjà la très grande majorité des Européens résidents et une partie des “flottants” : les premiers étaient 594 en 1864 et 1174 en 1873, les seconds, c’est-à-dire, les militaires, les marins et les fonctionnaires en séjour colonial étaient 6409 en 1873, si bien que très tôt certains prévoyaient un essor exceptionnel. En 1862, le colonel Coffyn dressait sur les ordres de l’amiral Bonard un plan du Sàì Gòn futur prévoyant l’organisation de l’espace pour une ville de 500 000 habitants. Cependant, vers le milieu des années 1860, l’ensemble de la Cochinchine ne représentait que moins de 500 000 hectares de terres cultivées. On comprend qu’en octobre 1870, l’impératrice Eugénie, alors exilée en Angleterre, ait eu l’idée de proposer à Bismarck d’échanger une colonie si prometteuse contre l’Alsace-Lorraine.

44En 1870, le passage à la république en France ne provoqua pas de secousse à Sàì Gòn. L’animosité contre l’Allemagne tendit à exclure les ressortissants de ce pays de la vie économique de la Cochinchine, au moins pour un temps, et à essayer d’obtenir le monopole des profits que commençait à générer la Cochinchine aux seuls Français. Cependant, la seule tentative industrielle (sucrerie) s’était soldée par un échec et la nature des échanges faisait de Sàì Gòn une dépendance monétaire de Hong-Kong et de Singapour. Aussi, fin 1872 – début 1873, la Cochinchine française fut-elle frappée par la violente crise qui secouait l’économie de l’Asie, due à la dépréciation mondiale de l’argent-métal, étalon des monnaies asiatiques et dont la valeur commençait brutalement une baisse irrémédiable.

C - Le développement de la Cochinchine de 1873 à 1887

45La reprise économique, puis la création de la Banque de l’Indochine, enfin, le passage au régime civil jalonnent l’entrée de la Cochinchine dans une nouvelle phase de développement.

1 - L’essor économique et la Banque de l’Indochine

46La secousse de 1873 accéléra la formation, réclamée depuis plusieurs années, d’un nouvel organisme bancaire, plus spécifiquement adapté aux besoins du développement de la colonie : ce fut, en janvier 1875, la création de la Banque de l’Indochine. Elle devait jouer les rôles d’institut d’émission, mais aussi de banque de dépôts, de banque commerciale et de crédit agricole. Société anonyme, création des grandes banques par actions de Paris, la “Banque de l’Indochine” refusa toujours de se considérer comme un service public, mais du fait de son privilège d’émission de billets, l’État lui imposa quelques règles strictes, l’empêchant notamment de souscrire aux emprunts publics et d’entrer dans le capital d’entreprises industrielles ou commerciales : « Banque d’Outre-Mer, assise sur le monopole d’émission dans une colonie au potentiel économique certain, et d’autre part ouverte sur les autres pays d’Asie » la Banque de l’Indochine « est une conséquence directe de l’ambition des grandes banques par actions et des hauts fonctionnaires parisiens de jeter les fondations d’une institution capable de rivaliser avec les établissements financiers britanniques de l’Extrême-Orient » [Meuleau, B1, 1990].

47L’administration restait à Paris, l’établissement principal était fixé à Sàì Gòn, et une autre succursale fut immédiatement ouverte à Pondichéry. Dès janvier 1876 commençait l’émission des billets, facilement acceptés tout de suite par les Européens et les commerçants chinois, sans que pour autant la “piastre mexicaine” en argent cesse d’être la véritable monnaie internationale de l’Extrême-Orient. La politique de la banque fut, pendant longtemps, de privilégier le financement du commerce international, dont l’exportation du riz était la base, de préférence aux affaires locales sur lesquelles elle restait très prudente, en partie du fait de ses obligations statutaires. Le succès de cette implantation bancaire, promise à une éclatante fortune, traduisait et prenait pour assise le développement de la colonie, vu sous l’angle du commerce extérieur, au cours de la douzaine d’années qui précède l’inclusion de la Cochinchine dans l’Union indochinoise.

2 - La population et le système fiscal

48Dans les années 1880, la Cochinchine comptait probablement moins de deux millions d’habitants, dont environ 100 000 Khmers et Chams (surtout dans les provinces de l’Ouest) et 1 700 000 Vietnamiens. Parmi ces derniers, 50 000 catholiques, appartenant à 146 chrétientés, encadrés par 61 missionnaires, constituaient une minorité, faible numériquement, mais d’une réelle importance. Aux autochtones s’ajoutaient les “Asiatiques divers”, Malais, mais surtout Chinois, au nombre de 60 000, en croissance rapide, organisés depuis longtemps en “congrégations” (bang). Ils avaient à peu près le monopole du commerce, particulièrement du riz, des fermes (opium, alcool) et quelques uns d’entre-eux (Wang Tai) avaient déjà accumulé d’immenses fortunes. Quant aux Français installés à demeure, ils étaient à la fin des années 1880 un peu moins de 2 000, en comptant les “assimilés” (Indiens de Pondichéry et autres), auxquels s’ajoutaient encore, en 1885, 3 000 hommes de troupes. Les points communs de la plupart des membres de cette société très mêlée étaient, d’une part, le désir de faire fortune le plus rapidement possible et, d’autre part, l’absence de scrupules dans le choix des moyens d’y parvenir. C’est à leur profit que fonctionne le système fiscal et qu’est établi le budget de la colonie.

  • 28 ANSOM Indochine AF c. 50 d. 5.

49L’impôt foncier des villages, l’impôt personnel, les fermes de l’opium (transformées en régie en 1881), de l’alcool et des jeux (supprimée en 1874) auxquels s’ajoutaient les corvées (48 jours par an dont 20 rachetables), apportaient des ressources croissantes au budget cochinchinois, les patentes allant quant à elles au budget municipal. Les recettes, qui étaient de 1,3 million de francs en 1862, se trouvèrent multipliées par quatre dès 1866 (5 millions de francs), puis par trois en 1876 (15,5 millions de francs), pour atteindre 19 millions de francs en 1879. Elles doublent à nouveau jusqu’en 1887, 38 millions de francs : « on a atteint et même beaucoup dépassé la limite budgétaire » [Lanessan, B2, 1889, p. 753]. Si la colonie devait verser au Trésor français une redevance annuelle, les dépenses militaires, soit 8 à 9 millions de francs, étaient à la charge de la métropole, s’ajoutant ainsi chaque année aux quelques 200 millions qu’avaient coûté la conquête et les guerres de Chine28.

50En regard, les quelques millions de francs de produits français écoulés chaque année en Cochinchine apparaissent dérisoires, la France et ses colonies fournissant environ 15 % des importations et absorbant moins de 3 % des exportations. Si la mise en valeur du pays avait commencé (depuis la conquête, en un tiers de siècle, la superficie des rizières avait plus que doublé), la domination de la Cochinchine apparaissait décevante du point de vue métropolitain. Dans la mesure où, par sa fiscalité, elle écrasait la population autochtone, les seuls bénéficiaires étaient donc bien, outre les commerçants chinois, les 2 000 résidents français, pour qui la mainmise sur le pouvoir politique local, lequel décidait des impôts et des dépenses, était un enjeu capital.

Carte de Sàì Gòn /Chợ Lón

Carte de Sàì Gòn /Chợ Lón

[Doumer, 1905, B3, p. 64.]

3 - L’évolution administrative et politique

  • 29 ANSOM Indochine AF c. 50 d. 5.

51Concentré dans la main des amiraux qui menaient une politique financière prudente (caisses de réserve), le pouvoir militaire était vivement critiqué par certains milieux économiques métropolitains et par les colons. « Les maisons françaises et étrangères établies à Saigon sont unanimes à demander qu’un régime plus libéral, conciliant et favorable à l’émigration, succède maintenant au régime exclusivement militaire »29. Cette pression se fit particulièrement vive après 1870, aussi les amiraux durent-ils faire quelques concessions :

  • 1872, création d’une commission municipale à Sàì Gòn, en même temps qu’à Chợ Lón où l’on satisfait ainsi au vœu des grands commerçants chinois.

  • 1877, le décret du 8 janvier institue l’électivité du conseil municipal de Sàì Gòn, à l’exception des membres asiatiques qui restent nommés, le maire étant désigné par le gouverneur.

52En 1879 enfin, avec l’arrivée des républicains au pouvoir en métropole, c’est le régime militaire lui-même qui est supprimé, selon les vœux d’une campagne véhémente menée à Sàì Gòn, entre autres, par Blancsubé. Le 15 mai 1879, la nomination de Le Myre de Vilers marquait l’établissement du régime civil, et une réorientation politique générale fondée sur le principe de l’assimilation.

53Dès lors, les Saigonnais (entendons par là, selon l’usage de l’époque, les seuls habitants européens de Sàì Gòn, qui comprenaient la très grande majorité des Français établis en Cochinchine) purent imposer leurs volontés. Le 8 juin 1880 fut promulgué un décret instituant un conseil colonial de Cochinchine, composé de six Français élus par leurs concitoyens, six Asiatiques sujets français élus par un collège composé d’un délégué de chaque municipalité ou commune, deux membres délégués de la chambre de commerce, deux membres civils du conseil privé nommé par décret, soit dix Français et six Vietnamiens. Élu dès 1880 pour quatre ans, renouvelable par moitié tous les deux ans, il reçut une part décisive des pouvoirs antérieurement détenus par les amiraux et notamment la maîtrise du budget (fixation des impôts et engagement des dépenses), ce qui se traduisit par un doublement de la charge fiscale pesant sur la population entre 1879 et 1887 ainsi que par de nombreux scandales financiers.

54De plus, à partir de 1881, la Cochinchine élit également un député au Parlement. Du même coup, la vie politique saigonnaise devint fort active : développement d’une presse locale (trois ou quatre journaux hebdomadaires ou bihebdomadaires), fréquentes échéances électorales mettant aux prises des clans qui se disputaient la manne budgétaire sous le couvert d’options politiques (élection du conseil colonial, élection du député de la Cochinchine). Pour résumer, le débat politique se limitait à des « luttes d’influences et des rivalités de personnes », comme le jugeait Filippini, gouverneur de Cochinchine en 1887. N’empêche que, par le relais de la presse métropolitaine et par l’action du député de Cochinchine, les affaires de Sàì Gòn pouvaient avoir un impact sur la vie parlementaire parisienne, impact démesuré et déformé, mais suffisant à l’occasion pour mettre en danger tel ou tel ministère.

55Sur le plan juridique, le régime civil mit fin à l’application de la loi martiale, marquée par des abus et ne correspondant plus aux besoins d’une colonie où la pacification était à peu près faite, et où se multipliaient les affaires civiles. Dès le 9 octobre 1879, le gouverneur constitua par arrêté un tribunal supérieur d’appel, scindé le 3 avril 1880 en deux chambres, l’une européenne, l’autre indigène. Le 22 avril 1880, le code civil français fut déclaré applicable à la colonie. Le 25 mai, comme complément à ces mesures, les pouvoirs disciplinaires furent retirés aux administrateurs. Enfin, le 30 mai 1882, le décret métropolitain concernant la séparation des pouvoirs judiciaires et administratifs (17 août 1881) fut déclaré applicable en Cochinchine. Quant à l’administration des provinces, elle subit une double évolution :

  • des administrateurs civils remplacèrent les officiers de marine. Lesquels avaient cumulé les attributions de police, de justice, de finances et d’administration ;

  • la justice fut retirée à ces administrateurs au profit d’une hiérarchie judiciaire qui se mit en place. Cependant, dès 1881, par le système de “l’indigénat” qui devait durer jusqu’en 1903, la répression d’un grand nombre de délits ne relevait pas de la justice, mais de décisions administratives.

56Le régime civil fonctionna ainsi avec un personnel administratif qui était numériquement très supérieur aux besoins, mais qui constituait une masse de manœuvre décisive lors des élections. Il multiplia aussi les dépenses d’infrastructures, reprochant avec raison aux amiraux d’avoir surtout construit des bâtiments de prestige (palais du gouverneur, cathédrale, etc.). C’est donc dans les années 1880 que l’on s’occupa sérieusement de remettre les routes en état, de construire plusieurs centaines de ponts. Cependant beaucoup de ces travaux, comme le chemin de fer de Sàì Gòn à Mỹ Tho, semblaient correspondre davantage au souci d’offrir des bénéfices aux entrepreneurs qu’à celui de répondre à des besoins réels alors que rien de définitif n’avait été réalisé dans le port de Sàì Gòn.

57En fait beaucoup d’argent fut gaspillé pour le profit de quelques uns [J.-L. de Lanessan, B2, 1889].

4 - La politique d’enseignement

58Dans le domaine de l’enseignement, les amiraux avaient laissé s’effondrer le système d’enseignement traditionnel tout en imposant le quớc ngũ dans l’administration. Ils confièrent par la suite l’essentiel de la tâche scolaire aux missions (séminaire, école Taberd ; frères des écoles chrétiennes ; sœurs de Saint-Paul de Chartres). Le service de l’Instruction publique ne fut organisé que le 17 novembre 1877 (près de vingt ans après les débuts de la conquête) par Lafont, le dernier amiral-gouverneur (collège indigène Chasseloup-Laubat – 150 élèves – et quelques écoles primaires). Le régime civil fut tout de suite plus actif en créant un ensemble d’établissements scolaires avec pour objectif d’atténuer le quasi-monopole des missions.

59Dès le début de la colonisation, la Cochinchine a servi de laboratoire à la politique scolaire coloniale. La contradiction entre une vision pratique de l’école et l’idéologie assimilatrice de la période des amiraux se traduisit par la liquidation brutale du système scolaire confucéen sans que la reproduction au rabais du modèle métropolitain n’offre de compensation. Désertée par l’élite vietnamienne qu’effrayait la perspective d’une francisation forcenée – et de toute façon sabordée par un corps d’enseignants peu qualifiés et insuffisamment motivés-, l’école franco-indigène n’était fréquentée que par des éléments de basse extraction sociale qui cherchaient, parfois avec succès, dans les études franco-indigènes une promotion rapide dans les carrières administratives subalternes.

60Il n’est pas possible de présenter un tableau cohérent, encore moins exhaustif, des résultats de la démographie scolaire à l’aube de la dernière décennie du xixe siècle. On peut tout au plus commenter quelques zones de lumière susceptibles d’éclairer cette phase transitoire entre un système traditionnel refoulé mais non anéanti et un système nouveau dont on ne saisit pas toujours les lignes directrices cohérentes et encore moins la philosophie sous-jacente.

61À titre de comparaison, intéressons-nous à la situation de l’enseignement traditionnel : les élèves de l’école traditionnelle dans les provinces du sud auraient encore représenté quelques 6 000 personnes contre 15 000 qui fréquentent l’école franco-indigène. Rappelons que, contrairement au système éducatif colonial, c’est-à-dire l’école franco-indigène, le système éducatif traditionnel constitue à la fin du siècle dernier un tout allant du cycle d’initiation au cycle avancé pouvant déboucher – ce qui n’est pas le cas depuis la suppression des concours triennaux dans le Sud – sur les examens mandarinaux. Ces chiffres, simple estimation d’un enseignant, M. Mercier, qui a mené sa propre enquête [Trịnh Văn Thảo, B1, 1995], sont significatifs de la persistance du système éducatif traditionnel dans un terroir considéré pourtant comme peu favorable.

62Dans certains établissements rattachés au système éducatif colonial, certains maîtres de chinois continuent leur enseignement comme l’attestent ces documents, ainsi que les rapports d’inspection. Dans ces conditions, il est pour le moins prématuré de parler déjà de la mort de l’enseignement confucéen dans le Sud à l’horizon du xxe siècle. Parmi les provinces dont l’effectif des élèves des écoles confucéennes est supérieur à celui des écoles franco-indigènes, celles de Bà Rịa, Rạch Giá, Trà Vinh et Bến Tre ; le pourcentage de Sàì Gòn est parmi les plus faibles (20 %). Le tableau récapitulatif ci-dessous présente les premières statistiques officielles concernant la scolarisation en Cochinchine à la fin du siècle dernier :

Tableau des effectifs des établissements scolaires de Cochinchine au 1er mars 1899

Tableau des effectifs des établissements scolaires de Cochinchine au 1er mars 1899

Source : Gouvernement de la Cochinchine, document du 1er mars 1899. [Trịnh Văn Thảo, B1, 1995]

63Les chiffres des écoles tenues par les missionnaires ne doivent pas, d’ailleurs être considérés comme certains. Comme l’écrivait le gouverneur de la Cochinchine, au sujet des statistiques communiquées par les Missions, en particulier dans les “chrétientés” : “Le nombre d’élèves indiqué par la Mission s’écarte souvent à l’excès (note en marge) de beaucoup de celui qui est relevé au cours des inspections (...). L’étude du français y est très négligé. On y enseigne un peu de quôc ngu, la lecture du catéchisme, un peu de calcul ». On notera au passage la tension entre les fonctionnaires qui souhaitaient promouvoir la langue française dans l’enseignement et les Missions qui se cantonnaient au latin et au quôc ngu. La comparaison d’autre part des chiffres officiels avec le tableau “révisé” de Mercier incite également à la même prudence devant les incertitudes statistiques et les contradictions de l’administration en matière scolaire, y compris ceux concernant l’enseignement post-élémentaire et normal.

64Malgré leur caractère limité, ces chiffres indiquent bien la finalité professionnelle de l’enseignement post-élémentaire en Indochine durant cette période. L’administration apparaît comme le débouché naturel, sinon exclusif, des études. Une monographie effectuée dans le cadre de l’enquête de 1890 à la même époque sur le collège de Mỹ Tho (de 1885 à 1890) donne les mêmes résultats.

65Ainsi la colonie de Cochinchine avait pris forme en un quart de siècle : elle devait servir de matrice à la domination administrative coloniale sur le reste de l’Indochine française. En même temps que se réalisait cette construction de la colonie, deux autres soucis majeurs dominaient les milieux saigonnais.

Tableau des effectifs des établissements scolaires primaire-supérieur et normal de Cochinchine au 1er mars 1899

Tableau des effectifs des établissements scolaires primaire-supérieur et normal de Cochinchine au 1er mars 1899

Note 30 : Supprimé en 1890.
Note 31 : Ces chiffres englobent les élèves du primaire.

Source : Gouvernement de la Cochinchine, document du 1er mars 1899. [Trinh Van Thào, B1, 1995, p. 120]

66En premier lieu comptait celui de la sécurité. Les troubles, toujours renaissants bien que de moins en moins dangereux, étaient imputés aux excitations venues de la Cour de Huế, ce qui ne devait pas être toujours inexact. Cela avait été le prétexte de l’annexion des trois provinces occidentales en 1867. Parallèlement se développait un “annexionnisme cochinchinois”, convergence des intérêts et appétits de commerçants, de militaires et de hauts fonctionnaires. Dès les années 60, le Cambodge apparut comme une simple dépendance de Sàì Gò ; puis les ambitions visèrent la Chine du Sud-ouest. Mais la Commission d’exploration du Mékong de Doudart de Lagrée et Francis Garnier [J-P. Gomane, B2, 1994] montra que le Mékong ne pouvait pas être la grande voie commerciale dont on avait rêvé vers l’intérieur de la Chine. Par contre elle avait révélé la voie du fleuve Rouge : dès lors la mainmise sur le Tonkin devint la principale visée de l’annexionnisme cochinchinois.

67Ainsi se continuait l’engrenage de la conquête. D’une expédition annexe aux guerres de Chine on était passé à la conquête d’une colonie dans les bouches du Mékong, conquête qui allait se prolonger par la mainmise sur toute la partie orientale de la péninsule indochinoise vue comme un tremplin pour la pénétration en Chine continentale.

II - L’EXTENSION DE LA CONQUÊTE A L’ANNAM-TONKIN

A - Premières étapes

68La situation en Chine et au Việt Nam, à partir des années 70, favorisait les rêves expansionnistes. L’ensemble de la Chine était bouleversé par une gigantesque crise de 1850 à 1878, avec les révoltes des Taïping au sud du Yangzijiang, des Nian au Nord, des Musulmans au Xijiang et au Yunnan Les révoltes et les atroces répressions qui les écrasèrent firent des dizaines de millions de victimes et provoquèrent la ruine durable de régions entières, particulièrement dans les provinces méridionales. Il semblait donc facile de pénétrer dans cette Chine continentale du Sud-ouest qu’on atteignait si difficilement en partant de ports ouverts sur la côte Pacifique.

69Or parallèlement à la crise chinoise, et en liaison avec elle, le royaume d’Annam, déjà affaibli par la perte de ses provinces méridionales, sombrait, lui aussi, dans une situation désastreuse au Nord, dans l’ensemble du Tonkin. Une partie des Taiping vaincus cherchèrent refuge, par vagues successives, dans la Haute région et dans les principautés laotiennes, où l’autorité de la Cour de Huế s’exerçait difficilement. C’est l’origine des bandes appelées Pavillons noirs ou jaunes (les Pavillons rouges les ayant précédés). De plus, dans le delta du fleuve Rouge éclataient, comme nous l’avons vu, dès les années 1850-1860, des mouvements de révolte. Un pseudo-héritier de l’ancienne dynastie des Lê, Lê Duy Phung, s’était soulevé contre l’empereur Nguyễn en faveur d’une restauration de la dynastie précédente et au cours de plusieurs mouvements dont les derniers coïncidaient avec l’intervention française en Cochinchine, des chrétientés le rejoignirent. Après l’écrasement de la révolte, que les forces françaises ne vinrent pas soutenir et dont le dernier épisode fut l’exécution de Lê Duy Phung, en 1865, la persécution anti-chrétienne redoubla, fournissant, le moment venu, des prétextes à une intervention étrangère.

70Ainsi, dans la rivalité qui s’exacerbait entre la France et l’Angleterre pour s’emparer des richesses et des marchés de la Chine occidentale, les Anglais contrôlaient la voie du Yangzijiang et mettaient la main sur celle de Birmanie, par l’Irraouaddi, alors que les Français regardaient comme nécessaire de contrôler la voie du fleuve Rouge. Le Mythe d’un séparatisme tonkinois, propagé par les Missions, semblait devoir s’ajouter à l’affaiblissement réel de l’empire d’Annam pour faciliter une opération au Tonkin. De plus Sai Gòn voulait obtenir de Huế la reconnaissance officielle de l’annexion de la Cochinchine occidentale. C’est dans cet esprit que faisaient pression les Missions et des maisons de commerce, notamment celle de Denis frères, très influente dans l’administration de la Cochinchine.

1 - L’affaire Dupuis - Garnier (1872 - 1873)

  • 30 Han-keou.
  • 31 Originaire du Guangxi, Ma Rulong est un soldat sorti du rang. Musulman, il prend part à la révolte (...)

71S’il existait depuis longtemps de nombreuses raisons de s’attaquer à la partie septentrionale du Việt Nam, la guerre de 1870-1871 puis les incertitudes politiques de la période de l’Ordre Moral en métropole suspendirent tout pendant une décennie. Toutefois, dans l’intervalle, l’affaire Dupuis-Garnier avaient ouvert “l’affaire du Tonkin”. Jean Dupuis était un commerçant français installé à Hankou30. Au début des années 1870, il reprend à son compte l’idée esquissée dans le rapport de la mission Doudart d’une reconnaissance du fleuve Rouge depuis son embouchure dans le golfe du Tonkin jusqu’au Yunnan. L’exploration se doublerait d’une expédition commerciale. Une rapide reconnaissance du haut fleuve Rouge par voie de terre en 1871, lui avait permis de s’entendre avec le maréchal Ma Rulong31 pour une commande d’armes destinées à combattre la révolte musulmane. Si, à Paris, le ministre de la Marine lui refuse un soutien officiel, Dupuis obtient de pouvoir compter sur l’appui du gouverneur de la Cochinchine : l’amiral Dupré envoie une mission d’exploration nautique jusqu’à Hà Nội. D’autre part, Dupuis est soutenu par les maisons de commerce françaises installées en Cochinchine et en Chine : Denis frères, mais aussi Roque frères, Millot et Cie, entre autres.

  • 32 Yunnan-fou ou Yunnan-sen, aujourd’hui Kunming.

72Passant outre à l’interdiction de la Cour de Huế de remonter le fleuve Rouge, Dupuis amène un premier chargement d’armes à Yunnanfou32. Mais quand il tente un deuxième voyage il est immobilisé par les mandarins de Hà Nội et la Cour de Huế adresse une protestation au contre-amiral Dupré, gouverneur de la Cochinchine. Deux options s’offrent alors à ce dernier : soit Dupuis accepte de se retirer et Dupré enverra alors des troupes pour enquêter sur l’objet du litige ; soit Dupuis reste à Hà Nội et Dupré enverra ces mêmes troupes sous prétexte de contraindre le commerçant à quitter la place. Dans les deux cas, une intervention militaire française aura lieu au Tonkin, sans que le gouvernement français ait donné son accord formel ce qui, à tout le moins obligera le gouvernement de l’Annam à accepter la révision du traité de 1862, et à reconnaître ainsi l’annexion des trois provinces de la Cochinchine ocidentale.

  • 33 Instructions du contre-amiral Dupré à Francis Garnier, en date du 10 octobre 1873.

73Arguant du droit que lui donneraient les lettres d’accréditation de Ma Rulong, Dupuis refuse de quitter Hà Nội et s’y installe militairement. Dupré, d’ailleurs sollicité par Huế (22/9/1873), envoie alors Francis Garnier, à la tête de 83 hommes (puis 171 en novembre), officiellement pour régler le litige. En fait, Garnier a certes pour mission d’obtenir le départ de Dupuis, mais aussi d’ouvrir le fleuve Rouge au commerce, quitte à stationner plus longtemps à Hà Nội pour s’assurer de la pérennité de la décision33, en s’appuyant sur les missionnaires français et espagnols [Cao Huy Thuấn, B1, 1969, p. 162].

  • 34 Nguyễn Tri Phương (1800-1873) fut un des meilleurs chefs civils et militaires du royaume. Issu du r (...)

74Parvenu à Hảiphong le 23 octobre 1873 après avoir obtenu l’accord du gouvernement de Huế pour une mission de conciliation, Francis Garnier annonce l’ouverture du fleuve Rouge (18/11) et prend d’assaut dans la foulée la citadelle de Hà Nội (le 20 novembre, Nguyễn Tri Phương34 trouve la mort dans l’affaire). Puis, avec ses 110 hommes, il se lance à la conquête du delta tonkinois, où plutôt de ses principales citadelles, Hưng Yên, Nam Ðịnh, Ninh Bình et Hải Dương. Au passage, il reçoit l’aide de ces chrétientés qui avaient été persécutées pendant la période précédente. Par contre il se heurte aux Pavillons noirs, que la cour de Huế a pris à son service. Cependant, la mort de Francis Garnier, tué dans une escarmouche au pont de Papier, dans la périphérie de Hà Nội, le 21 décembre 1873, marque la fin de l’aventure.

  • 35 Sur cet épisode, lire un excellent témoignage du romancier Chu Thiên (Bóng nuớc hồ Gươm / Au miroir (...)

75Pendant ce temps, une négociation avait commencé à Sàì Gòn entre, côté français, Paul Philastre et côté vietnamien, Nguyễn Văn Tuờng et Lê Tuần. Devant la situation nouvelle créée par la mort de Garnier, alors que le Tonkin est désormais à feu et à sang du fait de la lutte entre chrétiens et lettrés35, Philastre se rend à Hà Nội avec Nguyễn Van Tuờng pour liquider cette aventure que Paris blâme nettement. Il obtient un cessez-le-feu et finalement le repli sur Hải Phòng des hommes engagés par Dupuis et Garnier. Bien qu’il ne soit plus en position de force, il négocie enfin le traité qui porte son nom (15 mars 1874) auquel s’ajoute le 31 août une convention commerciale.

Tableau chronologique n°3. Période 1873-1879

Tableau chronologique n°3. Période 1873-1879

Pour les gouverneurs et les souverains, les dates correspondent aux prises de fonction. Les intérimaires sont reportés en caractères italiques. Abbréviations : Ch. Dép. : Chambre des députés ; Gouv. : Gouvernement ; V.-Amiral : vice-amiral.

Tableau chronologique n°4. Période 1880-1886

Tableau chronologique n°4. Période 1880-1886

Note * : Tự Ðức, né en 1853, règne du 18 au 21 juillet 1883 ; Hiệp Hoà, né en 1846, règne du 21 juillet au 30 novembre 1883. Dục Ðúc est évincé le jour même de son intronisation, Nguyễn Van Tuờng, Nguyễn Trọng Hiệp et Tôn Thất Thuyết exercent la régence.
Note ** : Les prédécesseurs de Paul Bert furent Lemaire (1er octobre au 21 décembre 1884), les généraux Roussel de Courcy (31/5/85 au 2671/86) et Warnet (27/1 au 6/4/86).

2 - Traité Philastre et époque des représentations consulaires (1874-1882)

76Le traité Philastre fut présenté le plus souvent en France comme une capitulation. En fait il présentait pour la partie française le double avantage, d’une part de la sortir de l’impasse désastreuse à laquelle avaient abouti les entreprises de Dupuis et Garnier, et d’autre part d’obtenir plusieurs résultats importants :

  • L’empire d’Annam reconnaissait de jure la perte de toute la Cochinchine (article 5).

  • Le traité « annule toutes les prohibitions portées... contre la religion catholique » (article 9), la Cour de Huế prenant toute une série d’engagements précis.

  • La France obtient l’ouverture au commerce du fleuve Rouge ainsi que de trois villes (Hà Nội, Ninh Hải – le futur Hải Phòng – Thị Nại, c’est-à-dire Qui Nhơn) avec établissement, effectif au moins à Hà Nội et Hải Phòng, de consuls dotés de pouvoirs juridictionnels et disposant d’une petite force de protection (articles 11 et 13).

  • « S. M. le Roi d’Annam s’engage à conformer sa politique extérieure à celle de la France » (article 3). C’était, sans le mot, l’établissement d’un protectorat. Un résident « auprès de S.M. le Roi d’Annam... sera chargé de maintenir les relations amicales... » entre les deux États (article 20). Il allait être en fait, sous l’autorité du gouverneur de Cochinchine, le représentant de l’État protecteur.

77De son côté la convention commerciale codifie la circulation des biens et des personnes, institue les juridictions consulaires, précise le fonctionnement des services administratifs mixtes (ports, douanes, police) et les pratiques financières. La France est donc désormais implantée au Tonkin, bien que de façon encore limitée. Mais l’application du traité et de la convention commerciale se révéla difficile pour de multiples raisons :

  • Tout d’abord, il n’y a pas de volonté politique claire du côté français. Les gouvernements, de droite ou de centre droit, jusqu’en 1879, sont hostiles à l’expansion (politique dite de “recueillement”) ;

    • 36 Trương Bá Cần, Nguyễn Trường Tộ, con nguời và di thảo / Vie et écrits de N.T.T.), HCM Ville, 1988. (...)

    D’autre part la Cour de Huế, connaît des tiraillements internes. Elle est gênée en particulier par les engagements qu’elle avait pris au sujet des catholiques et où s’affrontent des clans. Les uns, tels Nguyễn Trường Tộ (1828-1871)36, Phạm Phú Thứ (1820-1883), et Ngụy Khắc Dan (1817-1914) ou Trần Tiến Thành (1813-1883) favorables sinon à une entente du moins à un compromis avec les Européens pour faciliter la modernisation du pays, les autres comme Tôn Thất Thuyết (1835-1913), Phan Ðình Phùng (1844-1895) et Hoàng Diệu (1828-1882) refusant l’enchaînement des capitulations devant les attaques françaises, sur fond de troubles violents au Tonkin et au Nord-Annam.

  • Enfin, refus des puissances, sous l’impulsion de l’Angleterre, d’accepter la réalité du protectorat français, du fait que le terme ne figure pas dans le traité. Du coup, c’est toute l’autorité juridictionnelle des deux consuls français qui se trouve remise en question.

78Cependant, on ne saurait négliger l’importance de la présence au Tonkin, entre 1875 et 1882, d’agents officiels français qui ont renseigné au jour le jour le gouverneur de Cochinchine, et qui ont commencé, dans des limites encore très étroites, à agir économiquement et politiquement, appuyés sur un peu plus d’une centaine de soldats français.

Généalogie des empereurs du Việt Nam
(dynastie des Nguyễn) de la mort de Tự Ðức jusqu’au 13/5/1916

Généalogie des empereurs du Việt Nam(dynastie des Nguyễn) de la mort de Tự Ðức jusqu’au 13/5/1916

79Il n’empêche qu’à la fin des années 1870, le compromis institué par le traité Philastre fonctionne de plus en plus mal :

  • L’empire d’Annam, s’efforce de rétablir ses propres relations internationales, avec l’Espagne et surtout avec la Chine, qui commence à se relever de la crise de la décennie précédente. L’empereur Tự Ðức fait appel à cette dernière pour que ses troupes chassent de la haute région du Tonkin le général chinois dissident Lý Hùng Chơi.

  • les bénéfices escomptés par les Français de leur implantation au débouché du fleuve Rouge se font attendre : d’une part, le transit avec le Yunnan ne représente que quelques dizaines de tonnes par an (étain et cunao), car il est bloqué par les Pavillons noirs installés dans la région de Lào Cai (il disparaît même complètement à partir de 1879) ; d’autre part, l’établissement français est concurrencé avec un certain succès par les ports tonkinois (Nam Ðịnh, Cát Bà). Dès lors, les douanes mixtes de Hải Phòng et de Hà Nội rapportent médiocrement, puisque leur activité est limitée aux relations avec l’arrière-pays immédiat de Hải Phòng et Hà Nội. Elles rapportent d’autant moins que l’exportation de la principale marchandise transitant par le fleuve Rouge, le riz, est fréquemment suspendue par les autorités vietnamiennes.

  • or à Paris et à Sàì Gòn, à partir de 1879, avec l’arrivée des Républicains au pouvoir, les groupes de pression qui veulent une mainmise plus ferme sur le Tonkin et sur le fleuve Rouge trouvent des oreilles plus attentives aux arguments qu’ils développent.

Le commerce extérieur du Tonkin 1875-1885. Importations et exportations, en milliers de francs courants et en tonnes

Le commerce extérieur du Tonkin 1875-1885. Importations et exportations, en milliers de francs courants et en tonnes

G. RAFFI [B1, 1995, p. 594-637].

80L’intervention au Tonkin passe à l’ordre du jour : projetée par le “Grand Ministère” de Gambetta, retardée par les péripéties de la politique intérieure française, elle débute finalement en 1882, sous la forme d’une mission confiée par le gouverneur de Cochinchine, Le Mỹre de Vilers, au commandant Henri Rivière.

B — La première phase de la conquête (1882-1885)

1 - L’affaire Rivière (janvier 1882 - mai 1883)

81Le commandant Rivière, officier et écrivain, reçoit le 7 janvier 1882 ses instructions pour conduire quelques renforts au Tonkin contre la piraterie.

  • 37 Lettre au ministre de la Marine du 19/1/1882 [Cao Huy Thuấn, B1, 1969].

82Il devait « relever le prestige de l’autorité française, amoindri par nos hésitations et nos défaillances, et cependant se garder, avant tout, de se lancer dans les aventures d’une conquête militaire qui entraînerait le pays dans de graves complications. C’est politiquement, pacifiquement, administrativement que nous devons affermir notre influence au Tonkin et en Annam » [A. Bouinais et A. Paulus, B2, 1885, p. 92]. Ce que Rivière traduisait : « il ne s’agissait que d’aller devant soi avec une persévérance de douceur »37. Il n’est donc pas, apparemment, question d’annexion.

83Cependant l’arrivée du commandant Rivière et de ses 450 hommes – soit 750 en tout, en comptant l’effectif des garnisons stationnées au Tonkin pour les gardes consulaires – à Hải Phòng le 2 avril 1882, puis le lendemain à Hà Nội, suscite localement des réactions diverses. Chez les rares Européens, c’est l’espoir ; chez les Vietnamiens, au contraire, la méfiance prévaut et la prise de la citadelle de Hà Nội le 25 avril leur donne raison. Quant aux Chinois, plutôt favorables, au départ, à une initiative française qu’ils réclament de longue date et qui pourrait servir leurs intérêts, ils sont déroutés par la saisie des caisses des douanes mixtes ordonnées par l’autorité militaire et quittent Hà Nội pour s’installer massivement à Hải Phòng, d’où il est plus facile de regagner la Chine. Celle-ci, sollicitée par Tự Ðức, commence, dès août, à infiltrer des troupes au Tonkin.

84Mais simultanément le commandant Rivière a pris d’autres initiatives. Il saisit des locaux et marchandises appartenant à la “China Merchants Steam Navigation Company” (appartenant à Li Hongzhang), sise à Hải Phòng ; il supprime les douanes intérieures ; il interdit à la navigation toute voie d’eau permettant la communication entre le réseau fluvial et la mer, à l’exception du Cửa Cấm (la rivière de Hải Phòng) et instaure un permis de navigation obligatoire ; confirme les deux douanes françaises à Hải Phòng et Hà Nội et ouvre celle de Nam Ðịnh. Au total, une tentative de mainmise totale sur le commerce extérieur du Tonkin.

85Le 15 mars 1883, Rivière envoie, sur les conseils du commerçant français Henri Roque, un détachement d’une centaine d’hommes prendre possession et garder le gisement houiller de Hồng Gai, reconnu de 1879 à 1881 par le géologue Philippe Fuchs. C’est du même coup engager la conquête du delta, ponctuée entre autres par la prise de Nam Ðịnh le 25 mars.

86Le 19 mai, la mort du commandant Rivière, tué par les Pavillons noirs au même endroit que Francis Garnier, au pont de Papier, près de Hà Nội, met un terme à une aventure qui n’a été fermement décidée ni par Paris, ni par Sàì Gòn. Cet épisode marque cependant une étape de plus dans l’engrenage de la conquête : Henri Rivière n’est pas désavoué, Paris décide l’envoi d’un corps expéditionnaire et la Chambre elle-même vote à l’unanimité un crédit de 5 300 000 francs. Cela représente une différence fondamentale avec ce qui s’était passé à l’époque de Francis Garnier.

87Le gouvernement Ferry a même un plan d’action prêt à l’emploi. La stratégie envisagée était de frapper directement Huế, la capitale et de désarmer le plus rapidement possible l’armée vietnamienne et les Pavillons noirs du Tonkin. Si l’effondrement de l’empire d’Annam était assez rapide, la Chine se trouverait devant le fait accompli et devrait s’incliner. Les capacités de résistance des forces vietnamiennes et celles de la Chine étaient ainsi sous-évaluées.

2 - Guerre franco-chinoise et protectorat sur l’Annam-Tonkin (1883-1885)

88L’histoire de la conquête de l’Annam et du Tonkin est à dominante militaire, mais elle est plus complexe qu’il pourrait sembler au premier abord. Elle peut, en effet, être considérée suivant trois points de vue différents : le plan indochinois, le plan intérieur français et le plan international.

  • l’action militaire et diplomatique française visant la Cour de Huế et aboutissant aux traités de protectorat ;

  • l’action militaire au Tonkin contre les forces vietnamiennes d’une part et les Pavillons noirs de l’autre ;

  • l’action diplomatique vis-à-vis de la Chine, qui se transforme en guerre non déclarée sur plusieurs fronts, au Tonkin contre les bandes et troupes chinoises, contre les côtes de Chine du Sud, sur mer, puis contre les îles dépendantes de la Chine, Formose et les Pescadores.

89Aussi, le crédit obtenu facilement dès le mois de mai 1883 par Jules Ferry, dans le climat d’émotion suscité par la mort de Rivière, s’avéra-t-il bientôt insuffisant devant l’ampleur des opérations. Il fallut demander d’autres renforts, mais pas trop en même temps, pour ne pas effaroucher les parlementaires. Ce fut la politique des “petits paquets”, selon l’expression consacrée de l’époque, qui fut d’ailleurs beaucoup reprochée à Ferry.

90Face aux Vietnamiens, les débuts avaient pourtant été prometteurs dans les affaires de l’Annam. Le 18 août 1883, la flotte de l’amiral Courbet bombarde les forts de Thuận An qui gardaient la route de Huế. Le 25 août 1883, Jules Harmand, Commissaire de la République, impose à la Cour de Huế le traité de protectorat qui porte son nom. Le texte reprend, en particulier, les principales décisions de Rivière sur le plan douanier.

91Ce traité sera remplacé, le 6 juin 1884, par une version légèrement modifiée, le traité Patenôtre, ratifié en 1886 et qui restera la base juridique de la domination française sur l’Annam et le Tonkin.

92Pour une part, cet effondrement de la Cour de Huế s’explique, il est vrai, par la crise dynastique que traverse l’empire d’Annam après la mort de Tự Ðức (17/7/1883) sans héritier direct. Le trône étant occupé par une série d’empereurs éphémères, des enfants pour la plupart, la Cour livrée aux factions, ne peut s’opposer efficacement à l’ultimatum des Français. Le but que ceux-ci s’étaient fixé sur ce théâtre semble atteint. Aux intrigues et rivalités entre les personnalités fortes comme Tôn Thất Thuyết et Nguyễn Van Tuòng s’ajoute l’affrontement entre les partisans du compromis comme Trần Tiễn Thành et Tuy Lý Vương et les tenants de la ligne dure de la lutte sans concession comme Phan Ðình Phùng, entre réformistes comme Nguyễn Lộ Trạch, Phạm Phú Thứ et la majorité des conservateurs. Bref, la Cour s’enfonça dans un imbroglio interminable et ne donna guère l’impression de pouvoir impulser un redressement rapide.

93Mais au Tonkin, les forces françaises commandées par le général Bouët contrôlé par Harmand, commissaire civil, comptent moins de 2 000 hommes au début de l’été 1884. Elles se heurtent aux forces vietnamiennes qui tiennent l’essentiel du Delta et de ses abords, appuyées par les Pavillons noirs. D’où la nécessité d’envois successifs de renforts (8 000 hommes au cours de l’été) ce qui provoque la demande de nouveaux crédits que la Chambre ne vote qu’avec beaucoup de réticence. Dès lors, l’opération engagée dépasse très vite les limites étroites dans lesquelles Ferry avait cru pouvoir la réussir.

  • 38 Cette expression est employée dans un article paru dans La République Française du 25 octobre 1883, (...)

94La Chine n’est plus, ou pas encore, la “quantité négligeable”38 qu’imaginait le gouvernement Ferry. Répondant à l’appel de l’empire d’Annam, elle a envoyé des troupes régulières qui occupent des places au Tonkin, dans la Haute région (Lang Son) et autour du delta (Sơn Tây, Bắc Ninh).

95La prise de ces deux dernières villes par le corps expéditionnaire français renforcé (16/12/1883 et 12/3/1884), parallèlement à une action diplomatique “musclée”, aboutit à la signature d’un accord, la Convention Fournier (18 mai 1884), par lequel la Chine accepte le protectorat français sur l’Annam et le retrait de ses troupes. Mais l’application maladroite de cet accord, hâtivement conclu pour des raisons intérieures françaises, entraîne le sanglant incident de Bac Lê (23 et 24/6/1884). Ferry en profite alors pour exiger de la Chine une énorme indemnité (250 millions) qui aurait permis de régler les frais de l’expédition du Tonkin sans demander de nouveaux crédits. La guerre contre la Chine s’étend, le but étant de prendre des gages territoriaux à échanger contre l’indemnité financière.

96Sur le plan des opérations navales, l’amiral Courbet bombarde l’arsenal de Fou Tchéou (août 1884) – construit par des Français -, s’empare de Kelung dans l’île de Formose (octobre 1884), puis de l’archipel des Pescadores (mai 1885) et impose le blocus du riz que la Chine du Sud envoie à la Chine du Nord. Il se voit, par contre, interdire toute action en direction de Tianjin, par crainte des réactions internationales.

  • 39 À noter l’importance sur le long terme, de cette chute de Ferry dans la politique intérieure frança (...)

97Parallèlement, sur terre, les forces françaises s’efforcent de contrôler les routes qui mènent de la frontière du Guangxi vers Hà Nội : siège de Tuyên Quang par les Chinois (sergent Bobillot), opération sur Lang Son, occupé le 13 février par le général de Négrier. Mais la poursuite de cette opération en territoire chinois échoue. Ramenées sur le territoire vietnamien, les troupes françaises essuient un échec devant Lang Son, elles battent précipitamment en retraite de peur d’être encerclées (28 mars) : c’est ce que la presse française a qualifié de “désastre de Lang Son”. En fait de désastre, il s’agit plutôt d’un échec militaire mineur, qui illustre simplement la précarité de la situation d’une colonne que ses chefs ont eu l’imprudence de lancer trop loin de ses bases, échec grossi, en l’occurence, par l’affolement du commandant en chef, Brière de l’Isle. Par contre, par le biais de son amplification démesurée dans l’opinion publique métropolitaine, l’épisode a une conséquence politique énorme puisqu’il entraîne la chute de Ferry le 30 mars39. En tous cas, au soir du retrait des affaires de celui qui en avait été le promoteur, l’affaire du Tonkin, lancée au printemps 1883 comme une opération de police d’envergure limitée, était devenue, sans l’aval du Parlement, une guerre s’étendant du Tonkin à Formose.

98Cependant, cette guerre non déclarée s’était toujours doublée de tractations diplomatiques. Après la prise de Sơn Tây (16/12/1883) et de Bắc Ninh (18/5/1884), la Chine avait même signé une convention de paix le 18/5/1884 (la Convention Fournier), avant que l’incident de Bắc Lê (22/6/1884) n’entraîne la reprise des hostilités. Parallèlement, le britannique Campbell, sous les ordres de Robert Hart, qui dirigeait les douanes impériales chinoises, négociait discrètement entre les deux parties. Ces tractations aboutirent le 4 avril 1885 à une convention mettant fin aux hostilités, et le 9 juin au traité de Tianjin, qui reprend pour l’essentiel les stipulations de la Convention Fournier. La Chine, cessant de revendiquer ce qu’elle prétendait être ses droits sur l’empire d’Annam, y reconnaissait la domination française sur le Việt Nam, mais ne perdait en fait aucun territoire et n’avait à payer aucune indemnité, ce qui peut apparaître comme un succès relatif, si on compare ce traité avec tous ceux que la Chine avait dû consentir depuis les années 1840, lorsqu’elle était aux prises avec des puissances occidentales. Les Français trouvaient, quant à eux, certains avantages dans cette “paix blanche”, puisqu’ils avaient désormais les mains libres au Việt Nam vis-à-vis de la Chine.

3 - Les Français aux prises avec la résistance vietnamienne : L’affaire de Huế et l’appel de Hàm Nghi (juillet 1885)

99La totale incompréhension des adversaires les uns vis-à-vis des autres rend fort complexe l’étude de la période qui suit le traité de Tianjin. Du côté français, le gros des renforts n’arrive au Tonkin qu’après la signature de la paix avec la Chine, alors que troupes chinoises et Pavillons noirs évacuent la région. Ces renforts portent le corps expéditionnaire à 35 000 hommes (chiffre qui ne sera dépassé qu’après 1945) sous le commandement du général Roussel de Courcy. Par ailleurs, les Français, ayant cru qu’ils n’avaient en face d’eux qu’un adversaire sérieux, la Chine, estimaient que la fin de la guerre franco-chinoise leur assurait la domination sur le pays, puisque le protectorat avait été imposé à l’empereur d’Annam par les traités Harmand puis Patenôtre. Constatant une résistance dans la population, les autorités françaises crurent, comme elles l’avaient fait vingt ans auparavant en Cochinchine, que tout s’expliquait par les intrigues de hauts mandarins et de la Cour, qu’il fallait par conséquent briser. C’est l’origine de l’affaire de Huế.

100Amputé déjà du Nam Bộ (Cochinchine), l’empire d’Annam était depuis 1883 en pleine crise dynastique et nationale. À la Cour et dans le pays on peut schématiser la situation par l’opposition entre un parti de l’accommodement avec les Français et un parti de la résistance. C’est ce dernier qui tend de plus en plus à l’emporter sous l’autorité des deux régents, Nguyễn Văn Tuờng et Tôn Thất Thuyết.

101Au Tonkin des forces vietnamiennes résistent depuis 1883, avec l’appui des Pavillons noirs, qui ne rentrent en Chine qu’après le traité de Tianjin. C’est pour briser cette résistance dont la tête est à la Cour que le général Roussel de Courcy, qui n’avait plus à combattre les Chinois, mit à exécution un plan préparé à Hà Nội, en particulier par Silvestre, directeur des affaires civiles et politiques au Tonkin, consistant en un coup de force à Huế pour s’emparer de la personne des régents. Mais Tôn Thất Thuyết prit les devants le 5 juillet et déclencha l’attaque contre les 1 100 hommes dont disposait Roussel de Courcy aux abords de la citadelle de Huế.

102Grâce à un armement et à une science militaire très supérieurs, les Français l’emportèrent, malgré leur infériorité numérique, au cours d’une nuit de combats fort sanglants pour la population de la ville, finalement occupée ainsi que le palais impérial, qui fut pillé. En fait, cette courte bataille de Huế, à laquelle la presse française accorda peu d’importance, parlant du “guet-apens de Huế”, allait être lourde de conséquences.

103Épouvantée par l’attaque de la capitale, la Cour s’enfuit et, en une débandade tragique, alla se réfugier à Quảng Trị à 50 km au nord. Rapidement, la majorité de cette cohue de princes et de femmes arrachés brutalement aux splendeurs de la Cour allait capituler et, sous l’impulsion de la vieille reine-mère Từ Dũ et du régent Nguyễn Văn Tường, rentrer à Huế. Une minorité cependant, conduite par Tôn Thất Thuyết et qui gardait le jeune empereur Hàm Nghi, choisit de se retirer dans la montagne et de combattre l’envahisseur, dans la tradition de l’histoire vietnamienne. Deux appels successifs à la résistance furent immédiatement lancés. C’était le début du mouvement Cần Vương (aider le roi).

104Dès lors, les événements vont être vécus et perçus dans deux registres opposés : pour la majorité de la population vietnamienne, l’appel du roi ouvre une période de lutte armée de dix années ; les autorités françaises affectaient, quant à elles, de croire qu’il ne s’agissait que de troubles provoqués par des bandits, incités par de nombreux mandarins. Aussi donnèrent-elles la priorité à la répression militaire et à la mise en place d’un appareil administratif colonial, empiétant sur les pouvoirs laissés par le traité de protectorat à la Cour et aux mandarins.

105Dès septembre 1885, le jeune empereur Hàm Nghi refusant de faire soumission, le général Roussel de Courcy mit sur le trône un autre prince, sous le nom de règne de Ðồng Khánh, privé de toute liberté d’action. La dynastie des Nguyễn, qui allait perdurer jusqu’en 1945, avait dès lors perdu la réalité du pouvoir qui passait en fait au Résident général. Celui-ci, en 1885 et au début 1886 fut en même temps le commandant en chef du Corps expéditionnaire (Roussel de Courcy, puis par intérim le général Warnet). Un régime militaire tendait ainsi à s’établir. Le gouvernement français était cependant de plus en plus réticent devant cette évolution :

  • au moment où il proclamait “la fin des aventures”, la guerre s’était étendue à tout l’Annam et, malgré son énorme effectif, le général Roussel de Courcy ne remportait aucun succès militaire, les lourdes colonnes se révélant inefficaces contre la tactique de guérilla pratiquée par les Vietnamiens ;

  • le régime militaire signifiait que la conquête n’était pas achevée, alors que le Parlement rechignait à voter de nouveaux et importants crédits pour le corps expéditionnaire du Tonkin.

Plan de Huế

Plan de Huế

[Masson, 1892, B2]

106Le gouvernement (ministère Brisson) annonça donc que la pacification était suffisamment avancée pour qu’une partie du corps expéditionnaire puisse être rapatriée et que l’on passât au régime civil. Dès lors, et pour une dizaine d’années, la réalité du “Tonkin” (entendons par là les problèmes de l’Annam-Tonkin) va présenter une étrange dualité qu’exprimait le général Brière de l’Isle arrivant à Paris en décembre 1885 et qui constatait qu’il semblait qu’il y eût deux Tonkin : le réel où il dirigeait la guerre et celui de Paris. Pour Paris, et pour les autorités civiles sur place à partir de 1886, la pacification était faite, grosso modo, seules quelques opérations de police contre des bandits étaient sporadiquement nécessaires. Il était donc possible de mettre sur pied et de faire fonctionner un appareil politico-administratif. Cette mise en place était d’autant plus nécessaire qu’il fallait trouver des recettes fiscales sur place pour dégager la métropole des crédits annuels destinés au Tonkin, ce que le Parlement votait de plus en plus difficilement.

107Sur le terrain cependant, et parallèlement à l’établissement de l’appareil colonial, la lutte menée par les forces du Cần Vương et les difficultés de la pacification persistaient. La large emprise de cette situation sur la population des campagnes, et les conséquences sur le plan militaire, financier et économique font que, jusqu’en 1895, dans le protectorat de l’Annam-Tonkin, on restait dans l’époque de la conquête.

108Dans chacune de ces deux faces de la réalité existait un discours et une logique propres, malgré leur interdépendance de fait, mais l’opinion publique française, et à sa suite l’historiographie, ignora pour l’essentiel cette dualité. Cependant, celle-ci est à l’arrière-plan des controverses parfois très âpres qui se poursuivirent pendant des années : jugements souvent opposés portés, au même moment, sur la même situation, d’un côté par les civils, de l’autre par les militaires ; tâtonnements et inflexions brusques de la politique pratiquée ; etc.

III - LES DEUX FACES DE L’INDOCHINE DE 1886 À 1896

A - La poursuite de la conquête

109Si en Cochinchine, depuis la fin des années 1870, l’aspect militaire a cessé d’être prédominant, celui-ci reste important, voire essentiel dans les autres régions :

  • au Cambodge, dans les années 1884-1886, lors de la grande révolte ;

  • à l’Ouest, du côté du Siam, par les conflits frontaliers, conclus au cours d’une véritable guerre, au cours de laquelle une escadre française force les défenses siamoises devant Bangkok le 13 juillet 1893. Le conflit concerne essentiellement le Cambodge et le Laos, mais elle a également des implications pour le Việt Nam, puisque les Siamois revendiquaient certaines régions du haut-Tonkin.

  • en Annam-Tonkin surtout, où la conquête met dix ans à s’achever, sous un double aspect : en Annam et dans le delta du Tonkin, résistance du Cần Vương et efforts politico-militaires des autorités françaises ; dans la haute région tonkinoise, lutte contre les bandes chinoises et fixation de la frontière sino-indochinoise.

1 - Le Cần Vương

110La résistance à l’occupation militaire du Tonkin avait été immédiate. Même lorsque la Cour, en pleine crise dynastique, avait capitulé par les traités de 1883 et 1884, de grands mandarins, mobilisant une partie de l’armée et les forces paysannes, avaient continué le combat, alors que d’autres mandarins, à l’image de l’Empereur, se soumettaient. C’est, nous l’avons vu, pour briser cette résistance, qui gardait à Huế de puissants appuis, que le général Roussel de Courcy avait mené son coup de force contre la capitale, le 5 juillet 1885.

111La conséquence en fut l’élargissement et le redoublement de la résistance, à l’appel de l’empereur Hàm Nghi. Dès lors, le mouvement est désigné sous le nom de Cần Vương : “Aider le Roi” ; il devait durer dix ans et se prolonger quelques années de plus par des troubles armés. Il s’agit d’« un mouvement national luttant les armes à la main contre l’occupation française, dirigé par les Lettrés organisant la résistance populaire et s’efforçant de maintenir la société et l’État vietnamiens traditionnels » [C. Fourniau, B2, 1983, p. 2510].

  • 40 Les concours triennaux sont le mode de recrutement exclusif des fonctionnaires (mandarins) de la bu (...)

112En effet, dans les semaines qui suivirent l’appel de Hàm Nghi, les Lettrés soulevèrent l’ensemble des provinces de l’Annam et la résistance au Tonkin se développa, prenant forme sous la direction de grands mandarins (Nguyễn Quang Bích, Tán Thuật...). On entend par “lettrés”, l’ensemble des hommes qui avaient préparé les concours triennaux40 par lesquels se recrutait tout l’appareil d’État. Ces concours étant extrêmement sélectifs, la plus grande masse des candidats n’étaient pas admis à faire carrière. Ils constituaient une masse de plusieurs dizaines de milliers de personnes, imprégnés de la pensée confucéenne, jouissant du grand prestige que la civilisation vietnamienne accorde à l’instruction. Ils étaient intimement mêlés à la vie de leur village, où ils étaient généralement revenus après leur échec au concours, et où, prenant rang parmi les notables, ils exerçaient la médecine traditionnelle et assuraient le fonctionnement des écoles, présentes dans la plupart des villages.

113Indépendants vis-à-vis de la Cour, certains d’entre eux avaient été au cours des périodes précédentes les guides de nombreuses révoltes populaires. Tout naturellement, ils assurèrent la direction de la résistance à l’occupation étrangère. Cette résistance eut ainsi un caractère à la fois patriotique, populaire et conservateur. Se joignirent à ces lettrés des mandarins, sortis victorieux des concours mais qui, par patriotisme et par attachement aux valeurs confucéennes, refusèrent de servir l’empereur mis sur le trône par les Français. Étant donnée la forte cohésion de la société villageoise, le choix de la résistance ne fut pas, dans le peuple, une décision individuelle, mais le basculement de toute la commune qui se mettait en état de défense et prenait les armes, thân (notables) et dân (le peuple) confondus.

114Dans une première phase, de l’été 1885 au courant de l’année 1886, l’ensemble des provinces de l’Annam, répondant à l’appel de Hàm Nghi, se souleva. La plus grande partie du pays échappait ainsi au contrôle des troupes françaises et des mandarins qui, restés dans l’obédience de Dông Khánh, se trouvaient bloqués dans les citadelles provinciales. Hàm Nghi, après une pénible errance de deux mois sous la conduite de Tôn Thất Thuyêt, s’établit dans la haute région du Hà Tĩnh, et la communication se rétablit entre l’Empereur et les vastes zones qui lui restaient fidèles. En face de cette situation, le commandement français se montra impuissant, malgré les gros effectifs dont il disposait, il est vrai minés par une épidémie de choléra. Il avait perdu la trace de Hàm Nghi, et les lourdes colonnes qu’il lançait au Tonkin ou en Annam frappaient dans le vide.

115Il fut même incapable d’empêcher les terribles massacres de catholiques qui marquèrent le début du soulèvement. Depuis le règne de Minh Mạng (1821-1840), les catholiques étaient considérés comme complices de la pression occidentale sur l’Extrême-Orient. L’agression française en Cochinchine puis au Tonkin ne fit qu’aggraver la haine des Lettrés. En Annam, le soulèvement répondant à l’appel de l’Empereur ne put s’en prendre aux Français, pratiquement absents de tout le pays en dehors de quelques villes ou citadelles où ils avaient une garnison. Ce fut donc contre ceux qui étaient tenus pour leurs alliés que s’acharna la fureur populaire. Il y eut environ 40 000 victimes, sans que les forces françaises, concentrées pour la plupart au Tonkin, n’interviennent efficacement et sans que l’opinion métropolitaine en eut vraiment connaissance. De nombreuses violences se produisirent également au Tonkin contre les chrétientés, sans toutefois aller jusqu’aux massacres.

116Malgré cette situation, le gouvernement continuait d’affirmer que la pacification était en bonne voie. En 1886, il envoya donc, logiquement, un résident général civil, Paul Bert, pour organiser le protectorat de l’Annam-Tonkin et diminuer les effectifs du corps expéditionnaire (renvoyé, Roussel de Courcy payait ainsi ses échecs répétés).

  • 41 Il devait y résider jusqu’à sa mort en 1944.

117Au cours d’une seconde phase, de 1887 à 1891, le Can Vương connut à la fois un certain renforcement et de grosses défaites. Les deux plus marquantes furent la défaite de Ba Ðịnh et la capture de Hàm Nghi. Renouvelant l’erreur, faite à Kỳ Hoà, en 1860, d’une concentration de forces dans un camp retranché, d’importants effectifs du Cấn Vương s’étaient enfermés dans le village de Ba Ðịnh, au Thanh Hoá, qu’elles avaient très solidement fortifié. Les Français lancèrent contre ce camp jusqu’à 3 000 hommes. Ce fut la plus grande bataille de toute cette guerre, elle dura plusieurs mois, mais finalement, en janvier 1887, elle se solda par une défaite vietnamienne. En novembre 1888, Hàm Nghi, privé déjà de la présence de Tôn Thất Thuyết qui s’était rendu en Chine dans l’illusion d’en ramener des renforts, puis trahi par l’un de ses subalternes, fut capturé et envoyé rapidement en Algérie41. Cependant la résistance se poursuivit, toujours au nom de Hàm Nghi, essayant même de surmonter son cloisonnement provincial. En 1891, elle était capable d’attaquer les villages aux alentours de Hà Nội, et les autorités françaises s’effrayaient de la possibilité d’une insurrection générale. Celle-ci n’eut pourtant pas lieu et le mouvement général du Cấn Vương ne réussit pas à dépasser le cadre provincial dans lequel agissaient les groupes qui le composaient.

  • 42 Phan Ðình Phùng (1844-1895) fut reçu Tiễn sĩ (“Docteur”) au concours de palais de 1876. Écarté par (...)

118La situation se retourna dans une troisième phase (1891-1892). En effet, le nouveau gouverneur général Jean-Louis de Lanessan avait compris que c’était sur le plan politique, et non militaire, qu’il fallait aborder le problème. En redonnant des pouvoirs aux mandarins, il fit basculer la masse des hésitants du côté du pouvoir impérial soumis aux Français. En l’espace d’une année environ, les autorités coloniales contrôlèrent le delta du fleuve Rouge et l’essentiel des plaines de l’Annam. Cependant subsistait une résistance sporadique au Tonkin et un bastion très important se fortifia dans la région du Hà Tĩnh et des provinces avoisinantes, sous la direction de Phan Ðình Phùng42, le plus grand des chefs du Cấn Vương, qui atteint avec lui son maximum d’organisation, mais dès lors était isolé.

Tableau chronologique n°5. Période 1887-1891

Tableau chronologique n°5. Période 1887-1891

Abréviations : (Col.) : sous-secrétariat, puis ministère des Colonies ; Cochinch. Cochinchine ; Gouv. : Gouvernement ; Gouvern. : Gouverneur ; Rés. Sup. A. et T. Résident supérieur en Annam-Tonkin.
Note 1 : Berger assure un court intérim du 11/9/87 au 27/10/87.
Note 2 : Depuis le 19/2/1888 dans le ministère Tirard.

Tableau chronologique n°6. Période 1892-1897

Tableau chronologique n°6. Période 1892-1897

Note * : Depuis le 17/1/93 dans le ministère Ribot II.

119Cette dernière phase, de 1892 à 1895, se termina par l’écrasement et la mort de Phan Dình Phùng (décembre 1895).

120Dès lors, le Cấn Vương était vaincu, même si la lutte armée se poursuivit encore, ici ou là, en particulier au Yên Thế, à une soixantaine de kilomètres de Hà Nội, sous la direction du Ðề Thám dont le rôle fut important jusqu’à son assassinat en 1913. L’échec du Cấn Vương était celui des Lettrés confucéens et, en dépit du très grand courage dont beaucoup firent preuve, de l’étroitesse et de l’anachronisme de leur conception de la lutte nationale. Celle-ci allait se trouver sensiblement affaiblie pendant une dizaine d’années, avant de reprendre sous la direction d’une nouvelle génération de Lettrés, plus ouverts sur le monde moderne.

2 - Lutte contre les bandes chinoises et délimitation de la frontière sino-vietnamienne

121Parallèlement, la vaste zone de montagnes du Nord – Nord-ouest du Tonkin, la Haute région, était tenue à la même époque par des bandes chinoises. Il importe, contrairement à l’historiographie coloniale, de bien les distinguer du Cấn Vương dont elles ne partageaient ni l’organisation, ni les idéaux. Ces bandes étaient le résultat de l’écoulement sur le Haut Tonkin de la misère et de l’anarchie des provinces méridionales de la Chine. Mi-réfugiés, mi-bandits, leurs membres s’imposaient par les armes aux ethnies minoritaires de la Haute région et étaient les maîtres de la contrebande de l’opium et du trafic des femmes, des enfants et des armes. Ces bandes, souvent rivales, n’avaient pas de projet politique et n’eurent que des contacts occasionnels avec la résistance vietnamienne.

122L’occupation de la Haute région par les forces françaises entre 1885 et 1896 revêtit deux aspects principaux : la délimitation de la frontière sino-vietnamienne, et les grandes opérations finales des années 1894 à 1896.

a - La délimitation de la frontière sino-vietnamienne

123Le traité de Tianjin (Tien tsin, 1885) avait reporté sur une commission mixte franco-chinoise le soin de délimiter la frontière et sur une autre le soin de préciser les conditions des relations commerciales par la frontière terrestre entre la Chine et l’empire d’Annam. Ces deux commissions fonctionnèrent entre la fin de 1885 et le 26 juin 1887, date de la signature par Constans et le marquis de Tseng (Zeng Jize), à Pékin, de deux conventions.

124Les travaux de délimitation de la frontière (1885/1887), rendus difficiles par la présence des bandes chinoises et par le relief, furent marqués par des incidents sanglants (meurtre de Haïtce à Móng Cái). Elle aboutit à tracer une ligne sur une carte, en l’absence de relevés précis sur le terrain, la partie française consentant certains abandons territoriaux (enclave de Packlung) contre des concessions commerciales (installation de consuls français en Chine du Sud). De 1887 à 1895, des commissions mixtes poursuivirent les travaux de délimitation puis d’abornement, ce qui nécessita la pacification de la Haute région. Les derniers litiges furent réglés par la convention Gérard, signée à Pékin le 20 juin 1895, la France profitant de l’affaiblissement définitif de l’empire chinois à partir de la guerre sino-japonaise (1894/1895) et de la signature du traité de Shimonoseki. La frontière ainsi définie était à peu de choses près conforme au tracé historique qui délimitait depuis dix siècles les deux États et perdure aujourd’hui.

b - Les grandes opérations finales contre les bandes chinoises

125La pacification de la Haute Région, commencée lentement après 1887, en liaison avec la délimitation de la frontière, fut le résultat à la fois de négociations et de combats menés par les chefs des territoires militaires, institués en 1891.

126Les négociations aboutirent soit à la reconduite à la frontière de certaines bandes (action de Pennequin), soit à la soumission de grands chefs comme Ba Kỳ et surtout Luong Tam Kỳ, à qui l’autorité coloniale consentit d’importants avantages ; définitivement rallié, celui-ci resta pendant une vingtaine d’années le véritable maître de la région de Chợ Chu – Chợ Bờ. En même temps, l’autorité coloniale mettait au point des modus vivendi avec les chefs “féodaux” des ethnies montagnardes (comme Ðèo Văn Trì) qui se rallièrent et organisèrent souvent leur propre défense contre les bandes chinoises.

127Les opérations militaires menées conjointement restèrent longtemps sans résultats décisifs. Mais, à partir de 1892, une nouvelle stratégie fut élaborée progressivement par de Lanessan, Pennequin et Gallieni. Elle reposait sur un bouclage de la frontière et l’armement des villages des ethnies montagnardes. Ce système de la “tâche d’huile” permit des progrès décisifs. De 1895 à 1897, les derniers bastions des bandes chinoises furent éliminés (campagnes de Lyautey). Il n’en restait plus sur le territoire tonkinois, même si la sécurité n’était pas absolue partout.

B - L’appareil politique et administratif de la domination coloniale

128La fin du Cấn Vương, et l’élimination des bandes chinoises marquent le terme de la longue période de la conquête. Si les problèmes militaires, et leurs conséquences économiques et budgétaires, avaient laissé peu de place à la “mise en valeur”, un appareil politico-administratif avait pourtant été mis en place en Annam-Tonkin, à l’image de ce qui s’était passé en Cochinchine 25 ans plus tôt. Or, l’essentiel de cette organisation édifiée dans ces conditions particulières devait durer autant que la domination française.

1 - Le protectorat de l’Annam-Tonkin et le passage au régime civil

129Le système de domination coloniale sur l’Annam-Tonkin resta théoriquement jusqu’à la fin un protectorat. Bien que les forces françaises ne contrôlaient qu’une faible partie du territoire, il fut institué dès le début de la conquête par les traités de 1883-1884, et fut placé sous un régime civil dès le début de 1886, alors que la pacification était loin d’être achevée.

a - Le cadre juridique et son évolution

130Le régime de protectorat avait été établi par le traité Harmand (août 1883) et une administration coloniale commença tout de suite à être installée. Cependant, ce traité n’avait pas été ratifié par le gouvernement français et fut remplacé par le traité Patenôtre (6 juin 1884), sans modifications essentielles. Les ratifications de ce dernier texte ne furent cependant échangées à Huế que le 23 février 1886. Cette lenteur dans la fixation du cadre juridique et diplomatique contraste avec la rapidité de la mise en place d’un début d’administration. Ceci traduit la triple difficulté à laquelle se heurtait l’établissement de la domination française au Tonkin et en Annam : résistance de la population, hostilité de larges fractions de l’opinion française, obstacles internationaux.

131Sur ce dernier plan, deux puissances voyaient d’un mauvais œil l’établissement du protectorat et pouvaient tenter d’y faire obstacle : l’Angleterre et la Chine. La Chine, on l’a vu, avait renoncé à ses propres droits sur l’Empire d’Annam et reconnu la domination française. La position de l’Angleterre, seule puissance à pouvoir contester les acquis français, était plus complexe. Elle pouvait, certes craindre l’installation française au Tonkin, c’est-à-dire aux portes de la Chine méridionale et du Laos à un moment où elle même s’efforçait d’atteindre le Yunnan et le Sichuan en occupant la haute-Birmanie (royaume d’Ava). Mais, d’un autre côté, la reconnaissance du protectorat français sur le Tonkin pouvait apparaître comme un échange de bons procédés, les Français acceptant, quant à eux, le protectorat britannique sur la Birmanie. De plus, dans certains milieux économiques de Hong Kong, on estimait que l’ouverture du fleuve Rouge serait bénéfique au commerce du port.

132Dès lors, le traité Patenôtre fut bien, sur le plan diplomatique comme sur le plan intérieur de l’Annam-Tonkin, la base juridique de l’autorité française, et ce jusqu’en 1945, même si, peu à peu, la pratique coloniale vida le régime du protectorat de la majeure partie de sa réalité. Les aspects principaux de ce cadre juridique sont les suivants : le royaume d’Annam « reconnaît et accepte le protectorat de la France » (art. 1) et un résident général « assure l’exercice régulier du protectorat » (art. 5) : théoriquement, l’appareil d’État vietnamien continue de fonctionner mais, désormais, sous surveillance. De plus, tout « ce qui concerne les douanes, les travaux publics, et en général les services qui exigent une direction unique ou l’emploi d’ingénieurs ou d’agents européens, passe à l’autorité française » (art. 3).

133D’autre part le régime appliqué à l’Annam devait être différent de celui du Tonkin. Théoriquement, en Annam, « les fonctionnaires annamites (...) continueront à administrer les provinces » (art. 3). Par contre au Tonkin, « des résidents ou résidents adjoints » seront placés dans les chefs-lieux de province, « tout en évitant de s’occuper des détails de l’administration intérieure des provinces ». Ils auront la haute main sur les mandarins dont ils pourront demander la révocation, et surveilleront la perception de l’impôt dont sont chargés les quan bố. En ce qui concerne la justice, celle-ci reste aux mandarins sous la surveillance de l’autorité française au Tonkin, mais les Français et les étrangers, sauf les “Asiatiques”, c’est-à-dire les Chinois, relèvent de la juridiction française.

  • 43 « Le protectorat, disait Jules Ferry le 20 octobre 1884, est beaucoup plus économique pour la métro (...)

134Si, au début, les gouvernements français tentaient d’endormir leur opinion publique en parlant de “protectorat léger”43, l’application du traité fut tout autre et vida par étapes le texte des passages qui distinguaient le régime du protectorat de l’administration directe. On peut attribuer ce glissement à deux raisons principales : l’application stricte du protectorat aurait, d’une part, supposé la paix. Or, pendant la douzaine d’années qui suivit son établissement, l’administration française fut confrontée à une situation de guerre, ce qui l’amenait à intervenir sans doute davantage qu’elle ne l’aurait souhaité. D’autre part, la tradition coloniale française, telle qu’elle s’était affirmée en Cochinchine, était nettement marquée par l’administration directe. La grande majorité des fonctionnaires chargés de faire fonctionner le protectorat ayant été formée en Cochinchine, il était naturel que ces hommes appliquent les mêmes méthodes. Malgré cette tendance le cadre juridique du protectorat subsista. Il ne pouvait, en effet, être remis en cause sans risquer de graves contestations internationales. De plus, pendant près de dix ans, les gouvernements français, face aux réticences de l’opinion publique, devaient s’efforcer de minimiser devant le Parlement les conséquences militaires et financières qu’entraînait cette conquête. Enfin, la résistance nationale empêchait que ne s’affirme trop ouvertement la volonté de faire disparaître les formes même du pouvoir traditionnel.

135Pendant les douze premières années de l’occupation française au Tonkin et de l’Annam, la mise en place et le fonctionnement de l’administration coloniale se firent sous la pression contradictoire de la lutte contre le soulèvement national du Cấn Vương et l’affirmation que la pacification était acquise. De plus, les variations parlementaires, les changements de ministères, la place du sous-secrétariat d’État aux Colonies et les politiques divergentes des titulaires successifs, ajoutaient des éléments d’instabilité dans la ligne d’action appliquée à Hà Nội. Sur place, la connaissance médiocre et souvent erronée du pays, les rivalités du pouvoir civil avec les militaires et les Missions, amenaient d’autres éléments de confusion.

136Dès 1883, c’est-à-dire en même temps que se développait l’engagement militaire français au Tonkin, une administration tendait à être installée sur la base du traité Harmand. Dès le début existèrent donc un pouvoir civil et un pouvoir militaire évidemment rivaux, l’un des épisodes les plus agités ayant été le conflit aigu opposant le Commissaire de la République Jules Harmand au général Bouët : devaient-ils être séparés et égaux ou l’un subordonné à l’autre ? Plusieurs combinaisons furent essayées, prolongeant au Tonkin des oppositions ministérielles, sur fond de difficultés militaires et politiques bien plus grandes que prévues. Pour toutes ces raisons, de poids variable, et qui avaient toutes en toile de fond les difficultés nées d’une conquête qui se prolongeait, la mise en place et la gestion du protectorat en Annam et au Tonkin furent marquées par de longs tâtonnements.

b – Du régime militaire au régime civil

137Le 14 avril 1885, en nommant le général Roussel de Courcy à la fois Résident général et Commandant en chef au lendemain du “désastre” de Lang Son et de la panique qu’il avait provoquée, le gouvernement français était dominé par le souci de l’unité de direction. Or, tout était en porte-à-faux dans cette nomination, et déjà le choix de l’homme : formé par la guerre du Mexique et par la répression de la Commune de Paris, Roussel de Courcy était parfaitement incompétent pour la mission qu’on lui confiait. Il disposait d’un corps expéditionnaire pléthorique alors qu’un traité venait d’être signé avec la Chine, il étendit la guerre à tout l’Annam, alors que Paris voulait la paix. L’échec fut total : sur le plan militaire, les grandes colonnes qu’il lança au Tonkin n’aboutirent qu’à un repli momentané de la résistance, et en Annam, les résultats furent à peu près nuls. Quant à l’aspect politique, Roussel de Courcy fut en constante contradiction avec le gouvernement : sur le problème de la délimitation de la frontière ; sur le statut de l’Annam (Courcy proposa tout d’abord de l’annexer, puis d’aggraver drastiquement la tutelle exercée sur la Cour de Huế, convention de juillet 1885) ; sur le mode de gestion du protectorat, qu’il confia uniquement à des militaires. Pour toutes ces raisons, il fut rappelé en janvier 1886 et remplacé par Paul Bert.

Commandants en chef des forces armées françaises en Annam et au Tonkin.

Commandants en chef des forces armées françaises en Annam et au Tonkin.

138Par ce choix d’un civil, d’un républicain de première importance, Freycinet accomplissait un acte politique décisif et significatif :

  • nommer Paul Bert, c’était tout d’abord proclamer en acte la fin des “aventures lointaines”, il ne s’agissait plus de conquérir mais de gérer ; ceci répondait à deux soucis contradictoires qui s’étaient exprimés dans l’opinion et au parlement, puisqu’il s’agissait de ne pas poursuivre des expéditions militaires qui pouvaient être de nouveaux Mexique, mais en même temps affirmer que la République n’admettait pas de “faire reculer le drapeau” ; Freycinet, dès le ministère Brisson précédent, avait à la fois fait ratifier par le Parlement les traités et conventions déjà signés (avec l’Annam, le Cambodge et la Chine) et fait voter les crédits pour Madagascar et le Tonkin ;

  • remplacer les militaires par un civil, rattacher les protectorats (Annam-Tonkin, Cambodge, Tunisie) au ministère des Affaires étrangères en les enlevant à la Marine, c’était aussi affirmer le jeune pouvoir des Républicains face à l’Armée, face à la Marine, et aussi, par le choix d’un civil aussi engagé dans la lutte anticléricale que Paul Bert, face à l’Église ;

  • enfin, l’envoi en Extrême-Orient, à quelques mois d’intervalle, de trois hommes politiques de poids (Constans en Chine, Paul Bert en Annam-Tonkin et peu après Lanessan en Inde et en Indochine) manifestait l’importance prise par l’Asie dans la vie politique française, même s’il faut nuancer cette évolution par le fait que, dans les trois cas, il s’agissait également d’éloigner de Paris des rivaux.

139Ainsi, après la tourmente qui avait suivi l’affaire de Lang Son, était engagée, discrètement, une ligne fondatrice que Paul Bert était chargé de concrétiser au Tonkin. L’œuvre à accomplir était une véritable gageure : un pays dévasté et de fait encore mal connu, un accueil fort méfiant des deux puissances locales, les Missions et l’armée, une population européenne peu nombreuse et de qualité médiocre [P. Isoart, B2, 1990]. Il faut ajouter que la mort de Paul Bert le 11 novembre 1886 compromit cette réorganisation. Mais les difficultés rencontrées proviennent surtout du fait que la politique qu’il était chargé d’appliquer reposait sur deux erreurs fondamentales : de Paris, la pacification était tout d’abord considérée comme à peu près acquise, alors même que l’Annam échappait pour l’essentiel à l’emprise des forces françaises et qu’au Tonkin, si les forces du Cấn Vương s’étaient repliées partiellement dans la clandestinité face aux lourdes colonnes de Roussel de Courcy, elles allaient rapidement montrer qu’elles demeuraient très présentes dans de larges zones du delta. D’autre part, le Tonkin et l’Annam étaient conçues comme deux entités différentes et rivales, opposition sur laquelle Paul Bert était supposé pouvoir s’appuyer. On reconnaît ici l’interprétation qu’avaient toujours proposée les Missions, qui avait sous-tendu les spéculations sur le Tonkin depuis Dupuis, et qui avait trouvé sa traduction dans le texte même des traités de 1883-1884. L’œuvre accomplie pendant les sept mois où Paul Bert dirigea l’Annam-Tonkin fut cependant décisive :

  • il a créé le régime civil et mis en place un personnel administratif qui devait continuer à servir une vingtaine d’années ;

  • il a lancé des idées et même un certain style, inadéquats sur le moment, mais qui servirent de référence après la fin de la période de la conquête, c’est-à-dire à l’extrême fin du siècle. La référence à Paul Bert devient un des leitmotiv de la politique coloniale en Indochine, d’autant plus que deux de ses gendres se chargèrent de la rappeler constamment, Joseph Chailley en métropole et Anthony Klobukowski en Asie.

140Muni de grands pouvoirs tout en restant toujours en rapports étroits avec Freycinet, Paul Bert se fixa, dès son arrivée à Sàì Gòn le 28 mars 1886, deux lignes d’action principales : “la constitution de la colonie”, c’est-à-dire mettre en place la domination française dans le protectorat, et “les rapports à établir avec la race indigène”. La définition et la pratique de la politique indigène, y compris dans les rapports avec la Cour de Huế, étaient cependant biaisées, à la source, par l’incompréhension profonde de ce qu’étaient la nation et la civilisation vietnamiennes. Chargé de faire fonctionner le protectorat, Paul Bert voulut essayer de redonner quelque autorité au souverain que les Français avaient mis sur le trône, Ðồng Khánh. Il s’efforça de mettre un terme aux humiliations que les militaires infligeaient quotidiennement à la Cour et voulut montrer le roi à ses peuples : ce fut la tentative de la colonne royale de Huế à Ðồng Ðống, qui se solda par un échec. De toutes manières, les autres mesures prises portaient gravement atteinte à l’autorité du roi :

  • la juridiction territoriale de cette autorité fut considérablement restreinte : d’une part on laissa la colonie de Cochinchine annexer la province du Bình Thuận ; d’autre part on enlevait à l’autorité de Huế tout le nord de l’Annam : en fait, on laissait à la Cour, avec les empiétements de pouvoir stipulés par le traité Patenôtre, la région la plus pauvre du Việt Nam allant du Quảng Bình au Khánh Hoà ;

  • l’empereur perdait pratiquement toute autorité sur le Tonkin après la nomination, pour le Bắc Kỳ, d’un Kinh lươc auquel étaient donnés les pouvoirs les plus étendus d’un vice-roi : créature de l’autorité coloniale, il eut de 1886 à 1897 la haute main sur les mandarins tonkinois, sur lesquels la Cour perdait tout pouvoir ; c’était ainsi lourdement aggraver la dichotomie entre le Tonkin et l’Annam stipulée par les traités. Paul Bert y ajoutait une théorie pour le moins fantaisiste : « il faut gouverner le Tonkin démocratiquement et l’Annam aristocratiquement, le Tonkin par le peuple, l’Annam par le roi et les Lettrés, et attendre » [P. Isoart, B2, 1990].

  • par ailleurs, c’est contre l’armature même de l’État vietnamien, le mandarinat, que Paul Bert prit une série de mesures, dans le même esprit qui animait depuis toujours les Missions contre les cadres confucéens.

141Face aux mandarins, Paul Bert et Paulin Vial – son plus proche conseiller – voulurent dresser l’autorité des notables de village en créant une Commission consultative des notables indigènes du Tonkin, ainsi que l’Académie tonkinoise, qui avait pour objectif de promouvoir une pensée moderne et tonkinoise à la place de la pensée confucéenne. Pour cela, fidèle à lui-même, Paul Bert voulut créer un enseignement en quốc ngu et en français. L’échec fut total, et si les successeurs de Paul Bert continuèrent jusqu’à Lanessan à voir dans les mandarins l’ennemi essentiel, ils ne donnèrent pas suite à ces innovations.

142Beaucoup plus durable fut l’organisation administrative et financière, et ce que Paul Bert nommait “la constitution de la colonie”. Dans chaque province (sauf dans la haute région tonkinoise, laissée aux militaires) furent nommés des résidents civils, chargés, en principe, de surveiller et contrôler les actes des mandarins, comme le stipulait le traité Patenôtre et non d’administrer à leur place. Dans la réalité, ces fonctionnaires réduisirent les mandarins au rôle d’exécutants. De plus, les nominations faites par Paul Bert créèrent, pour une vingtaine d’années, la base du personnel civil de l’Annam-Tonkin, de recrutement disparate et de valeur inégale.

143À Paul Bert revint la charge d’établir le premier budget du protectorat. Contrairement aux chiffres de centaines de millions de francs de ressources possibles qui avaient été lancés par les “tonkinois” de métropole, le budget pour 1887 s’établit à moins de 45 millions, dont plus des trois quarts des dépenses furent allouées à l’armée, la Marine et la police, pour seulement 14 millions de recettes locales ; la métropole devait solder le reste.

144Le “Tonkin” continuait de peser lourd sur les finances françaises. Sa mise en valeur, aléatoire étant donné l’état de la pacification, était fort difficile du fait de l’exiguïté des ressources. Paul Bert fit appel à des capitalistes métropolitains pour lancer les premiers travaux d’infrastructures jugés indispensables. Il négocia avec Ulysse Pila, dont la firme était déjà établie à Hải Phòng et qui pouvait intéresser des confrères lyonnais, un contrat qui confiait à cette entreprise la construction des docks, des Magasins généraux et des Magasins centraux du port. L’équipement portuaire fut ainsi réalisé en trois ans, à la grande colère des maisons locales qui passaient sous la dépendance de cette entreprise métropolitaine. Ainsi le bilan du gouvernement Paul Bert laisse apparaître un violent contraste :

  • d’une part une situation très obérée, qui apparut en pleine lumière sous ses successeurs immédiats Vial et Bihourd : difficultés militaires croissantes (bataille de Ba Ðịnh de décembre 1886 à février 1887), alors qu’on commençait à réduire les effectifs du corps expéditionnaire ; difficultés financières et lourd déficit ; grave famine.

  • d’autre part, parallèlement à l’affirmation du pouvoir colonial que la pacification était en bonne voie, des projets de mise en valeur et des débuts de réalisation, la mise sur pied de l’administration coloniale.

145La voie était donc ouverte pour l’organisation d’un ensemble indochinois qui restait à construire sur les plans politique et administratif.

2 - La création de l’Union indochinoise

146En 1887, si la réalité indochinoise était claire – la France dominait le Cambodge et le Việt Nam-, l’organisation administrative ne le reflétait guère. Depuis la nomination de Jules Harmand en 1883 comme commissaire de la République au Tonkin, puis celle d’un résident général pour le protectorat d’Annam-Tonkin, la conduite des affaires du Tonkin et de l’Annam était, en effet, totalement indépendante de celles de la Cochinchine (alors qu’auparavant, les affaires de l’Annam-Tonkin avaient relevé du gouverneur de Cochinchine). Le résident général du protectorat n’avait pas à communiquer avec le gouverneur de Cochinchine puisque l’un et l’autre relevaient de deux départements ministériels différents, celui des Affaires étrangères pour le premier et celui de la Marine et des Colonies pour le second. Or, ces deux administrations étaient traditionnellement rivales, surtout avec le retour du gambettiste Eugène Etienne au sous-secrétariat des colonies, le 30 mai 1887. Situation absurde, puisqu’il s’agissait de la gestion d’un même pays, le Việt Nam, auquel s’ajoutait le Cambodge. En réalité, deux problèmes dominaient : “l’affaire du Tonkin” et “l’expansionnisme cochinchinois”.

147L’affaire du Tonkin n’avait été close ni par le traité de Tianjin, ni par le passage au régime civil. Sur place, la situation était difficile, ainsi que nous l’avons vu précédemment. À Paris, le “Tonkin” était mal accepté, notamment par une presse très partagée, et les crédits qui avaient permis la poursuite de la conquête n’avaient été votés qu’à quelques voix de majorité et grâce à quelques manipulations. Un vote de rejet était toujours possible (le Tonkin continuait de coûter cher) qui aurait tout remis en cause. Pour les opportunistes au pouvoir, sans majorité stable, il fallait à la fois diminuer la subvention annuelle que devait voter le Parlement, et trouver une formule qui empêcherait que la possession du Tonkin ne puisse être remise en question. Pour les gambettistes, exclus des équipes ministérielles depuis la chute de Jules Ferry et qui y revenaient en mai 1887, il s’agissait tout particulièrement de se débarrasser de “l’affaire du Tonkin”, qui obérait leurs positions parlementaires, ceci, bien entendu, sans rien abandonner de la conquête.

148À Sàì Gòn, les ambitions étaient autres. L’annexionnisme cochinchinois avait été l’un des éléments majeurs de la conquête du Tonkin, et il s’était manifesté aussi en 1884, au Cambodge, par la convention imposée au Roi, qui perdait de ce fait l’essentiel de ce qui lui restait de pouvoir, ce qui se traduisit par une révolte qui dura deux années. Or, Sàì Gòn persévérait dans l’illusion de voir dans la mainmise sur le Tonkin la solution des principaux problèmes de la colonie. En effet, les rêves d’un intense commerce saigonnais avec la métropole s’étaient révélés illusoires (en 1886, 20 millions de francs sur un total d’import-export de 143 millions). Le contrôle administratif et économique du Tonkin pouvait donc apparaître, dans les milieux affairistes de Sàì Gòn, comme une des conditions nécessaires à la prospérité de la Cochinchine. C’était d’autre part, le moyen de liquider les troubles qui sévissaient dans le protectorat, et qui pouvaient avoir des répercussions dans le Sud.

  • 44 Le Saigonnais des 7 et 17 octobre 1886.

149Plus généralement, la Cochinchine se considérait comme la “colonie-mère”, « avant-garde de la patrie qui doit la suppléer dans son rôle vis-à-vis de ces peuples à qui la France a promis sa protection » comme l’écrivait Jules Blancsubé, ancien maire de Sàì Gòn et député de Cochinchine44. D’ailleurs, la Cochinchine ne payait-elle pas déjà une partie des services du Tonkin (subvention pour la ligne postale maritime Sàì Gòn -Hải Phòg, câble sous-marin...) ?

150À Paris, cet état d’esprit inquiétait, spécialement en 1887 quand il fut dénoncé par une lettre de l’empereur Ðồng Khánh lui-même, transmise au Président de la République par Lanessan, au terme d’une retentissante mission en Indochine. Mais, d’un autre côté, donner satisfaction à la Cochinchine en l’unissant avec le protectorat de l’Annam-Tonkin permettait de financer les dépenses militaires de celui-ci avec les recettes de celle-là. La métropole pouvait ainsi diminuer sa subvention militaire. La volonté annexionniste de Sàì Gòn et la recherche par Paris d’un expédient financier semblaient donc se conjuguer pour aboutir à une unification des possessions indochinoises, qui, en outre, flattait ce qu’un journaliste de La Lanterne nommait (16 septembre 1887) la « vanité chauvine de l’opinion française ».

  • 45 Le conseil supérieur de l’Indochine comprend, sous la présidence du gouverneur Gal, les deux comman (...)

151Le 15 juin 1887, une commission fut nommée pour étudier le problème présidée par Flourens, ministre des Affaires étrangères, elle comptait comme membres Eugène Etienne, sous-secrétaire d’État aux Colonies, Charmes, directeur des Affaires politiques au Quai d’Orsay, et Dislère, ancien directeur des Colonies. De ses travaux devaient sortir, d’une part, les décrets des 17 et 20 octobre 1887, « relatifs à l’organisation de l’Indochine française », d’autre part celui du 12 novembre fixant « les attributions du gouverneur général ». Il s’agissait d’un compromis assez flou entre les différents groupes visant à l’unification de l’Indochine et le ministère des Affaires étrangères qui gérait les protectorats, et qui était soucieux du respect des traités signés avec l’empire d’Annam, afin d’éviter des complications internationales. Ces décrets donnent naissance à l’Union indochinoise, qui englobe la Cochinchine, le Cambodge et l’Annam-Tonkin. Le gouvernement de cette union était assuré par un gouverneur général et un Conseil supérieur de l’Indochine45. Il comportait un budget et un Trésor, ce dernier géré par un trésorier-payeur général. Ainsi se trouvait complétée et organisée l’unité administrative de l’Indochine, déjà partiellement réalisée avec l’union douanière du 1er juin 1887 ou l’union judiciaire de fait (une seule cour d’appel à Sàì Gòn). S’y ajoutaient dès lors l’unité militaire et l’unité budgétaire, qui permettaient d’utiliser partiellement les ressources de la Cochinchine au profit de l’ensemble, c’est-à-dire, en fait, du Tonkin.

152Cependant, l’autonomie de chaque pays était préservée. En effet, il avait été nécessaire de respecter formellement le traité Patenôtre et le résident général de l’Annam-Tonkin continuait donc par les décrets de 1887, à exercer « les pouvoirs qui lui sont conférés par la loi du 15 juin 1886 portant approbation du traité de Huế ». De plus, le gouverneur général était nommé sur proposition conjointe des ministères de la Marine et des Affaires étrangères. S’il dépendait directement de celui de la Marine et des Colonies, il devait rendre compte de son action aux deux ministères, le Quai d’Orsay exerçant ainsi le contrôle direct qu’il demandait sur le protectorat de l’Annam-Tonkin.

153Dans cet équilibrage subtil que la pratique allait remodeler, le gouvernement avait préservé le statut international de l’Annam-Tonkin et gagné une dizaine de millions sur la subvention allouée au protectorat, revue à la baisse. Quant à la Cochinchine, elle s’estima flouée : l’Union indochinoise n’était pas réalisée au profit du gouverneur de la Cochinchine et le conseil colonial se trouvait soumis à la pression du gouvernement général. Des regards contradictoires peuvent et doivent être portés conjointement sur cette création de l’Union indochinoise, qui, plus tard, servira de modèle pour l’organisation des ensembles africains, AOF et AEF :

  • l’Union fondait le cadre juridique que l’Indochine française allait conserver jusqu’en 1945, quelles qu’en furent les modifications internes ;

  • en 1887, cette construction administrative, et les débats qu’elle suscita, avaient cependant quelque chose d’irréel puisqu’une part fort importante de l’Annam-Tonkin échappait alors au contrôle effectif des autorités coloniales ;

  • enfin, construction assez floue et contradictoire, l’Union indochinoise allait dès 1888 être vidée d’une large part de sa cohérence sous le double effet de l’urgence des problèmes du Tonkin (pacification inachevée et difficultés financières) et de la volonté d’autonomie du Conseil colonial de Cochinchine.

154Aussi, pendant une dizaine d’années, cette structure administrative fonctionna-t-elle assez mal, d’autant plus que, même si la réalité en est plus ou moins niée par les autorités coloniales, le Can Vương a plus ou moins continué en Annam-Tonkin. Dès lors, l’histoire de l’Annam-Tonkin et de la Cochinchine au cours des dix années qui séparent la création formelle de l’Union indochinoise de sa mise en action par Paul Doumer, nécessite-telle une étude séparée.

C - Le fonctionnement de l’Union indochinoise de 1887 à 1896

155Parallèlement à l’évolution propre du Tonkin, de l’Annam et de la Cochinchine dans le cadre encore assez vague de l’Union indochinoise, il faut signaler l’évolution décisive qui se produit en France à propos des problèmes coloniaux en général et de ceux de l’Indochine en particulier. Les majorités parlementaires basculent, pendant cette décennie, de l’opposition ou de la réticence à l’expansion coloniale, à une adhésion de plus en plus large, entraînant un glissement du même ordre dans l’opinion, tandis que se constitue cette nébuleuse qu’on nommera le Parti colonial. Dès lors la perspective, en fait toute théorique, d’un retrait du Tonkin, disparaît, même si le vote des crédits reste chaque année difficile. Le véritable changement d’attitude vis-à-vis de l’Indochine n’aura lieu qu’en 1896/97, lorsque le Parlement accordera cet emprunt nécessaire qui était demandé depuis 1888, et il est contemporain de cette nouvelle phase de l’expansion coloniale française bien marquée à partir de 1894 (Dahomey, Madagascar, Soudan, etc.).

1 - La gestion du protectorat de l’Annam-Tonkin de 1887 à 1896

156Deux phases différentes caractérisent l’évolution de la situation sur le terrain : de 1887 à 1891, années incertaines culminant en un moment dramatique en 1891 où l’on craint une insurrection générale ; après 1891, sous Lanessan et Rousseau, le Cấn Vương est liquidé d’abord au Tonkin, ensuite en Annam.

157Quant à la gestion politique et administrative, elle est marquée par une succession de coups de barre dans des sens opposés, au gré des changements de gouverneurs généraux (cinq en neuf ans) reflétant plus ou moins directement les oscillations gouvernementales (lutte entre gambettistes, avec notamment Eugène Étienne, et leurs adversaires). L’urgence de la situation fit que, de fait puis officiellement, les gouverneurs généraux se fixèrent à Hà Nội et furent surtout accaparés par la gestion du protectorat, ce qui conduisit en mai 1889 à la suppression du poste de résident général, qui apparaissait alors comme un rouage inutile et parfois gênant pour le gouverneur général. Ceci représentait cependant l’abolition d’une pièce essentielle de la construction juridique du protectorat.

158Trois domaines principaux peuvent être distingués : gestion politique (rapports avec la Cour de Huế et les mandarins) ; gestion administrative (tendance plus ou moins marquée à pencher vers l’administration directe et surtout problèmes financiers) ; gestion économique (les tout premiers pas hésitants et difficiles de la mise en valeur).

a - La gestion politique

159Une première tendance des autorités coloniales, soucieuses de ne pas trop alourdir le poids financier du protectorat, et de ne pas favoriser le courant des Lettrés vers le Cấn Vương, s’efforçait de conserver à l’Empereur et à la Cour de Huế une apparence de prestige et de pouvoir, au moins en Annam. Telle avait été l’orientation de Paul Bert, reprise par Constans et surtout Lanessan. A l’inverse, Richaud et Piquet, persuadés, comme les militaires, les missions et la majorité des fonctionnaires, que la Cour était complice du Cấn Vương, imposèrent à l’empereur des ordonnances qui lui arrachaient des pans entiers de territoires ou de pouvoirs :

  • ordonnances d’octobre 1888, l’une concédant à la France le territoire des villes de Hà Nội, Hải Phòng et Tourane, qui, dès lors, ne faisait plus partie du royaume d’Annam, l’autre remettant à l’autorité coloniale la disposition des terres domaniales du Tonkin et ouvrant l’Annam à des concessionnaires français. C’est à partir de 1889 que commence alors le grand mouvement des concessions françaises ;

    • 46 Rappelons que le résident général était, d’après le traité Patenôtre (article 5), le “représentant (...)

    décret de mai 1889 supprimant le poste de résident général en Annam46, organe essentiel institué par le traité Patenôtre. L’interlocuteur de la Cour n’était plus dès lors que le résident supérieur en Annam, c’est-à-dire un fonctionnaire local.

160Des intrigues allèrent même jusqu’à préparer à plusieurs reprises des révolutions de palais. À la mort de Ðồng Khánh (28 janvier 1889), les Français mirent sur le trône un enfant (nom de règne Thành Thái), avec pour conséquence la nécessité d’une longue régence. Celle-ci ne pouvait qu’affaiblir encore plus ce qui restait de pouvoir royal.

  • 47 Reçu Tiến sĩ en 1865, Nguyễn Trọng Hop a parcouru une trajectoire mandarin ale brillante pour occup (...)

161À l’inverse, entre 1891 et 1894, Lanessan s’efforça d’utiliser ce qui restait d’autorité à la Cour pour faire basculer le mandarinat du côté de la collaboration avec les Français. D’une part il s’appuya sur ce qu’il appelait “le parti du vieil Annam”, c’est-à-dire les grands dignitaires qui acceptaient de collaborer avec les Français pour conserver ce qu’ils pensaient pouvoir sauver de l’identité de l’État vietnamien. Nguyễn Trọng Hiệp (ou Nguyễn Trọng Hop, 1834-1902)47 fut l’instrument de cette politique. D’autre part, alors qu’auparavant le pouvoir colonial avait laissé s’alourdir de plus en plus la tutelle exercée par les résidents sur les mandarins, constamment soupçonnés, pas toujours à tort, de double jeu, Lanessan, au contraire, redonna à ceux-ci quelque pouvoir, quelque force armée, les lính cơ, en les rendant directement responsables du maintien de l’ordre sous l’autorité de la Cour. On a vu que cette politique amena assez rapidement la pacification du Tonkin.

162Malgré ses succès, cette politique, très différente des pratiques antérieures et de l’état d’esprit régnant aussi bien en Indochine qu’à Paris, ne survécut guère à la brutale révocation de Lanessan en décembre 1894.

b – La gestion administrative et financière

163Les orientations opposées sur l’attitude à adopter vis-à-vis du mandarinat se traduisaient par des directives contradictoires données aux résidents : Constans, Lanessan voulant jouer le jeu du protectorat, ne serait-ce que par souci d’alléger les dépenses, entendaient que les résidents se cantonnent dans un rôle de contrôle. Au contraire, Richaud surtout, notamment par souci de recouvrer les impôts, voulait multiplier les vice-résidences et substituer le plus vite possible le pouvoir des résidents à celui des mandarins. En fait, l’état d’esprit des fonctionnaires coloniaux comme la logique du système faisaient des résidents les véritables maîtres des provinces, utilisant les mandarins comme des adjoints. Cependant, une nette différence subsistait, sur ce point aussi, entre le Tonkin et l’Annam, malgré la tentative de Lanessan d’effacer le plus possible cette coupure.

164Mais l’essentiel était le problème des finances. L’affaire du Tonkin avait été engagée sur des informations extravagantes, tant en ce qui concernait les possibilités commerciales et les ressources budgétaires que les réalités politiques et militaires ; aussi la gestion du protectorat se trouvait-elle dès le début dans des contradictions insolubles :

  • du côté métropolitain la méfiance voire l’hostilité vis-à-vis du “Tonkin” empêchaient les gouvernements d’accorder les crédits suffisants et l’autorisation d’un emprunt ;

  • du côté du protectorat, la pauvreté de ce pays exsangue et la résistance de la population réduisaient les ressources fiscales ;

    • 48 La métropole versait au protectorat une subvention annuelle qu’elle diminua progressivement de 30 à (...)

    par contre les dépenses militaires restaient très lourdes malgré une nette diminution des effectifs, car la pression du Cấn Vương continua d’être forte jusqu’au début des années 189048 ;

  • enfin, il aurait fallu des crédits importants pour les besoins civils (mise sur pied de l’administration, premiers travaux d’infrastructures, etc.).

165La conséquence fut un déficit permanent que les autorités du protectorat et les gouvernements s’efforçaient de cacher le plus possible au Parlement, qui dut cependant le couvrir en votant à plusieurs reprises des crédits spéciaux (18 millions de francs en 1890, 17 en 1891).

166Du début de l’affaire Rivière (1882) à 1891, la France avait dépensé plus de 400 millions de francs pour le Tonkin, alors que les contreparties commerciales étaient infimes, au moment même où se préparait, en métropole, le passage à un régime douanier de type protectionniste.

167Quand Lanessan, profitant de la pacification relative qu’il avait obtenue, voulut commencer quelques grands travaux indispensables, il ne put le faire que par des jongleries comptables ; en 1895, il fallut de nouveau combler un déficit de 36 millions de francs. Mais à cette date, l’état d’esprit au Parlement avait changé, le parti colonial l’emportant : en 1896, le Parlement acceptait enfin de garantir un emprunt demandé par les gouverneurs généraux depuis huit ans. Cet emprunt de 80 millions servit à étancher le déficit et à réaliser quelques travaux d’infrastructures indispensables. L’utilisation de cet emprunt fut la préoccupation principale du gouverneur général Rousseau au cours des années 1895-1896.

168Ces difficultés budgétaires eurent deux conséquences importantes. En proie aux besoins d’argent, l’autorité coloniale augmenta d’une part constamment les charges fiscales qui pesaient sur la population (alourdissement des impôts directs, élargissement du nombre des imposés, multiplication de taxes diverses, exploitation des régies et des fermes de l’alcool, du sel et de l’opium). La perception fut souvent d’une extrême brutalité, entraînant drames et ruine économique locale, par exemple, celle des villages de pêcheurs en Annam : ainsi s’établissait une contradiction entre les efforts déployés pour pacifier et les conséquences d’une exploitation de plus en plus dure de la masse paysanne. D’autre part, l’exiguïté des recettes et le poids des dépenses administratives et de police ne laissaient presque rien pour la mise en valeur, ce qui privait le Tonkin de toute justification économique aux yeux de l’opinion métropolitaine.

169La mise en valeur resta donc très embryonnaire. Néanmoins, cette première période amorça un ensemble de processus importants :

  • avec le début de la réglementation concernant les concessions (1888) et les premières attributions, commença l’implantation de colons. Jusqu’en 1896 furent établies 106 concessions pour une superficie totale de 91 500 ha [Tạ Thị Thùy, B1, 1993] ;

  • par ailleurs, on assiste au début du développement de Hà Nội et à la création de Hải Phòng, avec des quartiers européens, même si l’extension spatiale de ces derniers demeurait réduite ;

  • enfin la période est marquée par l’apparition de certains attributs de la modernité à la mode occidentale : premières infrastructures du port de Hải Phòng, activités des Messageries Fluviales et du chemin de fer (bien que limité à une voie de 60 cm de large entre Phủ Lạng Thương et Lang Son), quelques hôpitaux construits pour les besoins de l’armée et des civils européens et même, à Hà Nội et Hải Phòng, éclairage électrique ;

170Il n’empêche que cette mise en valeur demeurait singulièrement limitée et que Paul Doumer n’exagérait pas tout à fait lorsqu’il déclara qu’à son arrivée en 1897, tout était à faire.

c - Les problèmes douaniers et l’orientation commerciale

171Henri Rivière avait réorganisé dès le 20 avril 1882, le service mixte des douanes du Tonkin, hérité de l’organisation prévue dans le traité Philastre. Concrètement, les douanes intérieures étaient supprimées tandis que les douanes frontières, terrestres et maritimes, étaient confiées à des administrateurs français. Dans les deux cas, les mandarins vietnamiens perdaient des revenus importants. Le traité Patenôtre de 1884 entérine l’état de fait (article 12), y ajoutant l’assimilation de l’Annam-Tonkin au régime douanier et sanitaire de la Cochinchine. Peu auparavant, un débat sur la nécessité d’établir un véritable régime douanier au Tonkin avait été lancé, remettant en question les 5 % ad valorem perçus jusque là.

  • 49 La France a abandonné le libre-échangisme par la loi du 7 avril 1881 devant servir de base au renou (...)
  • 50 Enquête relative aux renseignements sur les modifications à apporter au tarif général des douanes e (...)

172En France, la reprise du débat pour la mise en place d’un tarif douanier plus restrictif49 aboutit à l’article 47 de la loi de finances métropolitaine du 26 février 1887 [A. Girault, B1, 1929], qui divisa les colonies en deux groupes : assimilées, c’est-à-dire appliquant le tarif et les prohibitions de la métropole, et non assimilées, payant un tarif minimum. La Cochinchine, le Cambodge, l’Annam et le Tonkin furent assimilés au régime métropolitain, quelque peu atténué par le décret du 9 mai 1889, qui dégrevait les produits n’ayant pas d’équivalent en France. Un an plus tard (mars 1890), le refus du Sénat de ratifier un traité de commerce franco-turc, annonce la loi du 11 janvier 1892, instituant des tarifs douaniers protectionnistes, plus connus sous le nom de tarifs Méline, qui confirment le statut de colonie assimilée de l’Indochine. La mise en place des nouveaux droits ne va pas sans soulever des protestations et des problèmes d’adaptation à l’économie de la colonie, en particulier pour l’élaboration du tableau E, ou tarif spécial, spécifique aux colonies, pour lequel : « des règlements d’administration publique détermineront les produits qui, par exception, seront l’objet d’une tarification spéciale »50.

173Reste que l’objectif principal, dynamiser les échanges des colonies avec la métropole, n’a pas été atteint. Diverses raisons expliquent cet échec : l’éloignement grève d’une part le coût du transport des marchandises, d’autant plus que le fret de retour du Tonkin vers la France est encore rare ; la compagnie subventionnée des Messageries Maritimes jouit d’autre part d’un monopole de fait, avec ses conséquences sur les tarifs pratiqués.

Carte de Hà Nội

Carte de Hà Nội

[Doumer, 1905, B3, p. 114]

174Un décret en date du 8 septembre 1887 oblige en effet les commerçants échangeant leurs produits entre le Tonkin et la France à n’utiliser qu’un seul et même navire ; or, sur ces lignes à longue distance, seule la compagnie en question est présente à ce moment sur l’ensemble du trajet.

  • 51 Rappelons que les années 1890-1891 ont été marquées par une crise économique et politique sans préc (...)
  • 52 Rapport de Jean-Baptiste Malon, secrétaire de la chambre de commerce de Hải Phòng, qui n’est pas da (...)

175Enfin, pour beaucoup de produits destinés aux Vietnamiens, le relèvement des droits de douane se révèle insuffisant à combler l’écart de prix avec les concurrents asiatiques. Les tissus français, par exemple, ne sont pas en mesure de lutter contre les productions anglaises des Indes importées via Hong Kong, même avec l’aide des nouveaux droits : le tarif douanier ne favorise donc aucunement les importations françaises en Indochine ; il aboutit, par contre, à une hausse des prix. La seule victime est donc le consommateur vietnamien. « Constatons que ce sont les producteurs français de coton filé et de cotonnades qui réclament surtout l’application du tarif général à l’Indochine. Prions donc ces messieurs de nous expliquer comment ils espèrent concilier la surélévation du prix des cotons offerts aux indigènes avec la ruine momentanée de ceux-ci51 (...) ce sera donc quelque chose comme 15 % en plus de la valeur réelle de la marchandise à payer par le consommateur indigène de ce filé №20 qui est celui des pauvres gens, c’est-à-dire de presque tout le peuple tonkinois. Quant aux mandarins, ils s’habillent de soieries indigènes, la taxe prohibitive proposée ne les atteindra pas. »52.

  • 53 Conclusions de la chambre de commerce de Hà Nội sur les tarifs à appliquer aux filés de coton, séan (...)
  • 54 Extrait du procès-verbal de la chambre de commerce de Sàì Gòn en date du 5 novembre 1891, AOM GGI d (...)

176D’ailleurs, même à prix égal, les produits français se vendraient difficilement : « ils veulent imposer des cotonnades mal présentées, mal emballées, en pièces de longueurs irrégulières, de largeurs inusitées et à des prix tels que malgré un tarif énorme, les cotonnades anglaises venant de Hongkong ont encore tout l’avantage du prix et toute la faveur des indigènes »53. Dans de telles conditions, le marché intérieur (les plus pauvres, dont le pouvoir d’achat est déjà entamé par la multiplication des taxes de consommation, sont à la limite de la survie), ne peut se développer. Le commerce du pétrole nous fournit un exemple comparable, avec ces différences que, la France n’étant pas productrice, elle n’a apparemment pas d’intérêt particulier à en freiner l’importation en Indochine, que la consommation de ce produit, d’ailleurs introduite par les colonisateurs, est encore réduite à l’éclairage collectif et individuel. Le tarif douanier métropolitain propose pourtant un droit qui revient à en doubler le prix. Comme le dit le rapporteur de la discussion sur le pétrole à la chambre de commerce de Sàì Gòn le 5 novembre 1891, la régression est importante : « avec un prix de vente aussi élevé les indigènes pourraient bien retourner à la consommation de l’huile de coco qu’ils avaient presque abandonnée depuis les dernières années »54. Le rapport de la Mission lyonnaise d’exploration commerciale en Chine, dans sa section relative au Tonkin, expose que le problème demeure, et conclut que pour une aire de distribution en nombre d’habitants approximativement double de celle du Tonkin, Canton importe dix fois plus de pétrole (40 000 tonnes environ) en 1897.

Le commerce extérieur du Tonkin 1885-1898 Importations et exportations, milliers de francs courants et en tonnes

Le commerce extérieur du Tonkin 1885-1898 Importations et exportations, milliers de francs courants et en tonnes

[G. RAFFI, B1, 1994, volume 2, p. 594 à 637]

  • 55 AOM GGI d. 14 423.

177Il résulte de tout cela un renchérissement du coût de la vie en Indochine en général, et au Tonkin tout particulièrement, qui pénalise les plus démunis, sur lesquels pèse au même moment la mise en place ou l’augmentation des taxes indirectes de consommation. Le directeur des douanes Claude Coquile fait implicitement remarquer au directeur de cabinet du gouverneur général Lanessan en 1892 : « Le pays ne peut acheter en quantité pour autant qu’il peut payer et pour se procurer de quoi payer il faut qu’il vende de ses produits pour une somme au moins équivalente »55.

178L’application du tarif général métropolitain, au lieu de développer le commerce d’importation de la colonie, a seulement freiné celui en provenance de l’étranger. Pour la plupart des produits importés de métropole, les entrées dépendent essentiellement de la consommation des Européens installés au Tonkin. Quant au transit vers la Chine (et en théorie vers le Laos à partir de 1893), il bénéficie d’une détaxe de 80 % sur les droits de douane du tarif général à l’importation, par décret du gouverneur général Lanessan en date du 29 novembre 1892. Pourtant, alors qu’il était officiellement l’une des principales raisons de la conquête, ce commerce de transit ne s’est jamais véritablement développé.

2 - La Cochinchine durant les années incertaines de l’Union Indochinoise (1887-1897)

179Trois faits majeurs caractérisent l’évolution de la Cochinchine durant cette décennie : un progrès de la mise en valeur, un malaise économique et un fort malaise politique.

  • 56 AOM GGI d. 64314.

180En 1895, 650 000 hectares sont productifs, ce qui est beaucoup et peu à la fois [J.-M. de Lanessan, B2, 1895, p. 204]. C’est le résultat d’une politique de concession de terres à défricher pratiquée depuis le début, avec des succès variables. Du côté européen, les concessionnaires ont connu de nombreux échecs : en 1890 il n’y avait que 100 concessions européennes, couvrant 4647 hectares [Quách Thị Thu Cúc, B3, 1995]. Par contre la colonisation par les Vietnamiens connut un développement rapide à partir de l’arrêté du 11/11/1878, réglementant l’attribution des concessions aux indigènes56. La population autochtone augmentait par accroissement naturel et par l’arrivée d’habitants des autres régions du pays. La production de riz qui était à peu près la seule commercialisable, dépassa rapidement la consommation et permit une exportation qui se montait en 1892 à un peu plus de 80 millions de francs, soit l’essentiel des exportations de la colonie, avec un progrès à partir de cette date pour l’exportation vers la France, qui restait néanmoins très faible par rapport aux ventes sur les marchés de l’Extrême-Orient. À noter que cette économie marchande était presqu’entièrement aux mains des Chinois dont le nombre se multipliait en fonction du développement du commerce extérieur.

181Il n’en reste pas moins qu’un malaise pèse sur l’économie de la Cochinchine. La cause en est au moins double : baisse de la valeur de la piastre et conséquence du tarif douanier de 1887. La dépréciation de l’argent-métal, commencée dès 1873, s’accélère à partir des années 80, entraînant la dégringolade de la valeur de la piastre par rapport aux monnaies-or, donc par rapport au franc. La piastre valait 6,25 francs en mai 1864, 5 francs en 1876 et à partir de 1881 le gouvernement de Cochinchine renonce à en fixer le taux qui descend très vite jusqu’à tomber à un peu moins de 2 francs en 1902 [Meuleau, B1, 1990, p. 166]. Cette instabilité monétaire n’a certes pas que des conséquences négatives et elle s’inscrit dans un mouvement général en Extrême-Orient, mais elle crée un des éléments du malaise économique que connaît la colonie.

182Quant à l’application du tarif douanier de 1887 il fut considéré en Cochinchine comme une catastrophe. Le port de Sàì Gòn cessait d’être un port franc, alors que son succès avait été assuré jusqu’alors par ce statut : les importations étrangères chutèrent sans qu’augmentent de façon très notable celles venues de France. Bien que le tarif ait été plusieurs fois remanié pour être moins mal adapté aux réalités cochinchinoises, il continua de peser sur le commerce de la colonie. En 1892 celui-ci se montait à 116 253 000 francs dont 35,5 aux importations et 80,7 aux exportations, mais la part de la France y était assez minime (9,6 millions aux importations et 8,8 aux exportations) [J.-M. de Lanessan, B2, 1895, p. 171]. Enfin, les à-coups des mauvaises récoltes et de la conjoncture firent des années 1889/90 des années pénibles. Ce n’est qu’en 1897, quand un palier et même une légère remontée de l’argent s’esquissa que l’économie cochinchinoise entra en convalescence.

183C’est dans ces conditions moroses que fut mis en place l’Union indochinoise qui imposait à la colonie de nouvelles charges et la privait d’une partie de son autonomie. Par la création du budget général, la Cochinchine était contrainte de verser un contingent qui représentait presqu’un tiers de son budget (de l’ordre de 11 millions sur un budget d’une trentaine de millions en 1888), « prélèvement qui nous a mis dans l’obligation de restreindre à la fois nos dépenses de personnel et d’arrêter le développement de travaux d’utilité publique » déclarait le gouverneur Richaud à l’ouverture du Conseil colonial en 1888. De plus la création d’une autorité supérieure transformait le gouverneur de Cochinchine, devenu simplement le lieutenant-gouverneur, en sous-ordre et permettait un contrôle moins lâche sur le Conseil colonial. Dès lors, les Saigonnais qui avaient voulu l’Union indochinoise s’estimèrent floués et ne cessèrent de protester contre tout ce qu’on leur avait imposé en 1887. Cependant, dès 1888 une sorte de “renversement de politique” aboutit à un sensible affaiblissement de l’organisation de l’Union : les décrets du 12 avril et 24 mai supprimaient le budget général et le Secrétariat général, et comme le gouverneur général était surtout préoccupé par la situation au Tonkin, la Cochinchine retrouvait une large part de son autonomie, de plus en plus confortée durant des années suivantes au cours desquelles disparurent peu à peu les principaux organes de l’Union (postes et télégraphes, services de trésorerie en douanes). Le Conseil colonial gardait donc la haute main sur les impôts et le budget ; il restait bien le centre de la vie politique agitée de Sàì Gòn. Si les coloniaux cochinchinois n’avaient pas réussi à dominer directement toute l’Indochine, ils étaient néanmoins bénéficiaires de la fructueuse exploitation du delta du Mékong et du Cambodge qui, en une quarantaine d’années, avaient atteint, du moins pour le premier, un niveau de développement déjà important.

184Cependant les récriminations contre le tarif douanier et l’Union indochinoise continuaient avec virulence. Les Saigonnais n’acceptaient pas de verser de l’argent pour le Tonkin qui, en 1889/90 était aux bords de la faillite et, encore moins d’obéir à l’autorité supérieure du gouverneur général. Dans l’immédiat ils se bornaient à demander bruyamment des mesures contre les commerçants chinois, leurs indispensables partenaires en qui ils ne voyaient que des concurrents, tout en alourdissant la fiscalité pesant sur la population vietnamienne.

  • 57 Le Courrier de Saigon, du 3 février 1897.

185Indépendamment des problèmes de fond, la vie politique, où les questions de personnes revêtaient une grande importance, était d’ailleurs fort agitée comme le montra la démission collective du Conseil colonial et du Conseil municipal en novembre 1891. Paul Blanchy, planteur et affairiste, président inamovible du Conseil colonial depuis 1884 et maire de Sàì Gòn, était le principal porte-parole de cette protestation permanente qui alla jusqu’à une volonté de sécession. A la fin décembre 1896, à la session du Conseil colonial, il déclarait : « Le système le plus simple, le plus net, était de rompre l’Union indochinoise et de créer deux gouvernements distincts : Annam-Tonkin, Cochinchine-Cambodge, ainsi que cela existait en 1887. Pourquoi maintenir, après une expérience de neuf années, cette cohérence factice que ne légitiment ni les intérêts commerciaux, ni les nécessités de l’administration ? »57. Un projet de loi entérinant cette scission était sur le bureau du ministre des Colonies quand Doumer fut nommé gouverneur général. Le projet ne vit donc évidemment pas le jour.

CONCLUSION

186La mort de Phan Ðình Phùng, en décembre 1895, qui marque la fin du Cấn Vương, constitue un tournant décisif dans l’histoire du contact franco-vietnamien. En effet, les quatre décennies qui commencent avec le débarquement à Tourane tirent leur unité du fait qu’elles sont dominées par un phénomène majeur : la lutte entre la résistance vietnamienne et les conquérants français.

187S’il n’y eut pas une guerre classique permanente (les grandes affaires militaires, telles Kỳ Hoà et Ba Ðình furent rares et limitées), le refus, actif ou passif, d’une grande partie de la population, entraînait une insécurité permanente, donc la nécessité d’un effort constant de pacification, ce qui se traduisait par la forte disproportion, dans les budgets, entre les crédits militaires et de police et ceux consacrés à la mise en valeur ou à l’amélioration de la vie quotidienne (santé, enseignement). Le résultat en était des finances constamment obérées malgré une très forte pression fiscale.

188Deux mondes étaient entrés brutalement en contact et le bilan en était maigre et négatif. Du point de vue matériel, cette conquête avait coûté très cher à la France, de l’ordre du milliard de francs-or, étalé sur une quarantaine d’années, pour des retombées commerciales encore fort médiocres. Du côté vietnamien, si l’espace mis en culture avait commencé à s’agrandir sensiblement en Cochinchine, l’Annam et surtout le Tonkin étaient, à la fin du siècle, des pays presqu’exsangues. Le Tonkin avait été ravagé pendant plus de quarante ans par les bandes chinoises, les révoltes (Lê Duy Phung) et la guerre (villages brûlés et terrible répression des colonnes françaises). De vastes régions avaient été abandonnées par leur population ; la ponction fiscale s’ajoutant à ces désastres et aux calamités naturelles, des famines ponctuèrent ces années (1886-1887, 1890-1891, 1896-1897). L’Annam, qui ne connut la guerre qu’à partir de 1885 mais qui fut toujours très pauvre, n’échappait pas non plus aux famines.

189Par ailleurs, l’absence de communication entre les deux civilisations fut à peu près totale. Du côté français, l’imaginaire se polarisa sur une légende héroïque autour de figures ou de faits de la conquête (lutte contre les Pavillons noirs, le sergent Bobillot, etc.). Cependant, à cette époque où la culture française commençait un peu à s’ouvrir à l’Asie, on ne prit presque rien dans le fonds vietnamien et l’assimilation qui niait la culture et l’identité du pays conquis fut la perspective à peu près unique de la politique coloniale vis-à-vis des indigènes.

  • 58 Nguyễn Ðình Chiểu (1822-1888) incarne avec Phan Văn Trị (1830-1910) l’esprit de résistance lettrée (...)

190Du côté vietnamien domina le refus d’accepter les conquérants et leur civilisation : refus du quốc ngũ par les Lettrés, chansons populaires et œuvres littéraires hostiles (Nguyễn Ðình Chiểu, Nguyễn Xuân Ôn, Nguyễn Quang Bích, pour ne citer que quelques uns des principaux auteurs58).

  • 59 Né à Cái Môn (Bến Tre), Pétrus Trương Vĩnh Kỳ (1837-1898) était fils d’un officier de Gia Long conv (...)

191Le fiasco des timides efforts d’enseignement tentés par les autorités coloniales et le maintien de l’enseignement traditionnel en caractères hán, prolongeant la suprématie de la culture confucéenne, manifeste le mur qui séparait les deux civilisations [Trịnh Văn Thao, B1, 1995] ; seuls quelques auteurs catholiques, en particulier Petrus Kỳ59, ne refusèrent pas ce contact culturel. L’échec du Cấn Vương qui fut celui des Lettrés confucéens, ouvrait la voie à une autre génération de lettrés désormais plus ouverts sur le monde extérieur. Cependant, pendant une dizaine d’années, le mouvement national allait connaître une période d’étiage qui fit croire à son anéantissement.

192Par ailleurs, un autre trait dominant de cette période de conquête doit être souligné, à savoir la grande diversité selon les lieux et le temps. Certes, il s’agit bien d’un même conquérant, d’un même peuple en lutte, le tout aboutissant à une structure politico-administrative unique. Cependant, la réalité concrète de la Cochinchine d’un côté, de l’Annam-Tonkin de l’autre, se superposent difficilement pour chaque période. Le décalage dans le temps des moments cruciaux de la conquête et de la formation d’une société coloniale, les grandes différences dans la densité des populations et dans l’ancienneté de l’implantation kinh, les inégalités dans les possibilités d’exploitation, ont créé des situations historiques qui, même si des ressemblances existent avec une vingtaine d’années de décalage, sont à chaque moment originales. L’absence de lien organique jusqu’en 1887 entre l’Annam-Tonkin et la Cochinchine et les difficultés de fonctionnement de l’Union jusqu’en 1897 sont le reflet de cet état de fait.

193De plus, à l’intérieur de ces vastes ensembles convient-il de bien percevoir de fortes différences : la Cochinchine occidentale reste encore largement, jusqu’à la fin du siècle, une région de marécages, avec un fonds de population khmère, bien différente des zones prospères de la région orientale. Quant à la zone des hauts plateaux, peuplée de minorités ethniques, elle restait encore peu connue, l’autorité coloniale y était trop peu présente, laissant la place parfois à des aventuriers comme David Mayrena, qui se proclama un moment “roi des Sédang” sous le non de Marie Ier. La réalité des choses et la volonté coloniale font de l’Annam et du Tonkin deux entités sensiblement différentes. À l’intérieur du Tonkin, rien n’a entamé l’opposition entre le delta et ses abords, surpeuplés de population kinh, et la Haute région, faiblement habitée par plus de vingt ethnies fort diverses, avec lesquelles, jusqu’à la fin du siècle, la colonisation française a des contacts limités.

194Si ces quatre décennies n’ont guère modifié les conditions techniques de la vie vietnamienne, elles ont transformé complètement les moyens matériels des colonisateurs : développement de la marine à vapeur, ouverture du canal de Suez, pose de câbles sous-marins, concentration de la production industrielle, développement du capital financier. Parallèlement se produisent des évolutions profondes, dans les mouvements économiques de longue durée, avec notamment les renversements de tendance en 1873, puis en 1896. La vie politique métropolitaine elle-même (Empire, ordre moral, République) est marquée à partir de 1879 par de fortes inflexions (chute de Jules Ferry, éclipse momentanée des gambettistes, formation du Parti colonial) qui retentissent directement sur la politique indochinoise.

195La recherche doit donc tenir ensemble les exigences de deux impératifs :

  • replacer chaque fait dans les perspectives d’ensemble d’une période globale, dans un pays de forte personnalité, dans un même effort de domination ;

  • saisir le très grand nombre de réalités concrètes qui en composent les facettes très différenciées.

Notes

18 Le terme de Cochinchine, dont l’origine est discutée, prête à confusion. Jusqu’à la conquête française, il désigna le domaine des seigneurs (chúa) Nguyễn, c’est-à-dire la partie méridionale du Việt Nam à partir de la région de Huế. En effet, aux xviie et xviiie siècles, sous l’autorité nominale de l’empereur Lê, le Việt Nam fut divisé politiquement entre les seigneurs Trinh qui gouvernaient le Nord, et les Nguyễn au Sud. Après la conquête française, le terme de Cochinchine ne fut plus appliqué qu’au delta du Mékong, sauf dans la dénomination des vicariats apostoliques.

19 Lettre de Walewski à Napoléon m, G. Taboulet [B2, 1956, t. I, p. 413].

20 L’amiral Bonard fut le premier à porter le titre de Gouverneur et de Commandant en chef en Cochinchine. Nommé le 8/8/1861, arrivé à Sàì Gòn le 23/11/1861, il quitta son poste en avril 1863 et mourut à Vanves en mars 1867.

21 Grand commis de l’État vietnamien sous le roi Tu Ðúc, Phan Thanh Giản était le premier lettré du Sud à être reçu Docteur des concours de palais. Chargé de négocier en France (1863) en compagnie des mandarins Phạm Phú Thú (1820-1883) et Ngụy Khắc Dản (1817- 1914) la restitution des provinces perdues, il s’est donné la mort après l’échec de la politique de négociation qu’il défendait jusqu’au bout après la perte des provinces occidentales en 1867 dont il avait la responsabilité. Lâm Duy Hiệp (mort en 1863) fut son adjoint lors des négociations de 1862 aboutissant à la cession à la France des trois provinces orientales.

22 « Par ailleurs, les sujets du royaume qui désireront embrasser et suivre la religion chrétienne le pourront librement et sans contrainte » (article 2).

23 Trương Ðịnh ou Trương Công Ðịnh (1820-1864) a commandé sous les ordres du général Nguyễn Tri Phương (1800-1873) les milices durant le siège de Kỳ Hoà avant de livrer aux Français une dure guerre de partisans jusqu’à sa mort lors des combats de Tân Hoà.

24 ANSOM Indochine A.F. c.5 d.14 : rapport du contre-amiral Dupré au ministre de la Marine et des Colonies. Publié chez l’éditeur Challamel Ainé à Paris en 1873, ce rapport, dont le manuscrit est signé par Dupré, s’exprime curieusement à la troisième personne.

25 Collectif d’auteurs, Thơ văn yêu nuớc nửa sau thế Kỳ XIX (1858-1900) (poésies et prose patriotique dans la seconde moitié du xixe siècle), Hà Nội, 1976.

26 Lettre à Delarbre, 14/2/1862 [Duchêne, B2, 1932].

27 Au cours de l’année 1872, il fut fréquenté par 4 700 jonques chinoises (soit 19 800 hommes d’équipage et 74 000 tonneaux) et par 684 navires européens (soit 638 000 tonneaux), dont un cinquième de vapeurs.

28 ANSOM Indochine AF c. 50 d. 5.

29 ANSOM Indochine AF c. 50 d. 5.

30 Han-keou.

31 Originaire du Guangxi, Ma Rulong est un soldat sorti du rang. Musulman, il prend part à la révolte du Yunnan dès 1854 et en devient l’un de ses chefs. Rallié aux Qing en 1862 avec le titre de Tajen (grand homme), il dirige une répression qui prive la province de la moitié de ses habitants.

32 Yunnan-fou ou Yunnan-sen, aujourd’hui Kunming.

33 Instructions du contre-amiral Dupré à Francis Garnier, en date du 10 octobre 1873.

34 Nguyễn Tri Phương (1800-1873) fut un des meilleurs chefs civils et militaires du royaume. Issu du rang et non des concours, il est parvenu au sommet de la hiérarchie mandarinale sous le règne des rois Thiệu Trị et Tự Ðức pour avoir joué un rôle important dans la pacification des provinces du Sud et dans la défense de la souveraineté du pays contre l’invasion étrangère. Blessé lors de l’attaque-surprise de la citadelle de Hà Nội du 19/11/1873 par Francis Garnier, il refusa les soins proposés par l’armée française et se laissa mourir un mois après.

35 Sur cet épisode, lire un excellent témoignage du romancier Chu Thiên (Bóng nuớc hồ Gươm / Au miroir du Lac de l’épée), Hà Nội, 1976.

36 Trương Bá Cần, Nguyễn Trường Tộ, con nguời và di thảo / Vie et écrits de N.T.T.), HCM Ville, 1988. A ce grand réformiste de confession chrétienne, il faut associer le gendre de Trần Tiễn Thành et l’auteur des fameux “Commentaires d’actualité” (Thòi vụ sâch), Nguyễn Lộ Trạch, 1852-1895).

37 Lettre au ministre de la Marine du 19/1/1882 [Cao Huy Thuấn, B1, 1969].

38 Cette expression est employée dans un article paru dans La République Française du 25 octobre 1883, un des principaux journaux opportunistes.

39 À noter l’importance sur le long terme, de cette chute de Ferry dans la politique intérieure française : un des principaux hommes d’État républicain est écarté définitivement du pouvoir et une certaine conception de la primauté de l’exécutif est abandonnée au profit de celle de la toute puissance du Parlement.

40 Les concours triennaux sont le mode de recrutement exclusif des fonctionnaires (mandarins) de la bureaucratie sino-vietnamienne (ils sont supprimés en Chine en 1905 et au Việt Nam en 1918). Ces concours sont en principe ouverts à tous, mais avant d’accéder aux concours provinciaux (Hương Thi), les candidats se soumettent aux épreuves de pré-sélection locales et seuls les admis au terme de la 3e série d’épreuves des Hương Thi ont droit au titre de Cử Nhân (licencié) et de Tú Tài (Bachelier). Seuls les titulaires du Cử Nhân accèdent au mandarinat.

41 Il devait y résider jusqu’à sa mort en 1944.

42 Phan Ðình Phùng (1844-1895) fut reçu Tiễn sĩ (“Docteur”) au concours de palais de 1876. Écarté par le régent Tôn Thất Thuyết pour avoir protesté contre la destitution du roi Dục Ðức, il s’est réconcilié avec ce dernier dans la lutte contre l’armée française. Avec son adjoint Cao Thắng (1865-1893), il a opposé durant dix ans une résistance acharnée à une armée supérieure en nombre et en armement.

43 « Le protectorat, disait Jules Ferry le 20 octobre 1884, est beaucoup plus économique pour la métropole. Il n’exige pas cette nuée de fonctionnaires (...) peu capables de manier dans le détail la population indigène ». Discours à la Chambre des députés, J.O.R.F.

44 Le Saigonnais des 7 et 17 octobre 1886.

45 Le conseil supérieur de l’Indochine comprend, sous la présidence du gouverneur Gal, les deux commandants militaires (troupes et Marine), la direction des douanes et régies, le chef du service judiciaire, le secrétaire général, les résidents généraux de l’Annam-Tonkin et du Cambodge et le lieutenant-gouverneur de Cochinchine.

46 Rappelons que le résident général était, d’après le traité Patenôtre (article 5), le “représentant du gouvernement français” auprès de l’Empereur et devait assurer “l’exercice régulier du protectorat”.

47 Reçu Tiến sĩ en 1865, Nguyễn Trọng Hop a parcouru une trajectoire mandarin ale brillante pour occuper les postes les plus importants au sommet de l’État monarchique. Il cumula les fonctions politiques (Cơ Mật Viện) et académiques (Quốc sứ quân).

48 La métropole versait au protectorat une subvention annuelle qu’elle diminua progressivement de 30 à 10 millions de francs ; elle la supprima à partir de 1891, mais prit à sa charge l’entretien de l’armée ; dès lors, la totalité des dépenses civiles incombait au budget de l’Annam-Tonkin, subventionné par celui de Cochinchine.

49 La France a abandonné le libre-échangisme par la loi du 7 avril 1881 devant servir de base au renouvellement ou à la négociation de traités de commerce. Les droits ad valorem y sont remplacés par un tarif général réévalué en 1884 (les droits passent d’une moyenne prélevée de 6,5 % en 1881 à 7,1 % en 1884).

50 Enquête relative aux renseignements sur les modifications à apporter au tarif général des douanes en Indochine, arrêté du Résident supérieur Brière le 25 septembre 1891, AOM GGI, d. 14 433.

51 Rappelons que les années 1890-1891 ont été marquées par une crise économique et politique sans précédent depuis le début de la conquête.

52 Rapport de Jean-Baptiste Malon, secrétaire de la chambre de commerce de Hải Phòng, qui n’est pas daté avec exactitude (vraisemblablement à la fin de l’année 1891), AOM GGI d. 14 434.

53 Conclusions de la chambre de commerce de Hà Nội sur les tarifs à appliquer aux filés de coton, séance en date des 4 et 5 décembre 1891. AOM GGI, d. 14.433.

54 Extrait du procès-verbal de la chambre de commerce de Sàì Gòn en date du 5 novembre 1891, AOM GGI d. 14.433.

55 AOM GGI d. 14 423.

56 AOM GGI d. 64314.

57 Le Courrier de Saigon, du 3 février 1897.

58 Nguyễn Ðình Chiểu (1822-1888) incarne avec Phan Văn Trị (1830-1910) l’esprit de résistance lettrée dans le Sud, voir supra ; Lã Xuân Ôn (1825-1889) reçu Tiến sĩ en 1871 est nommé Àn sât à Bình Thuận. Il fut l’un des chefs militaires du Cấn Vương. Arrêté, il fut interné à la prison de Huế jusqu’à sa mort. Il est l’auteur d’un recueil de poèmes. Nguyễn Quang Bfch (1832-1891) est un brillant Tiến sĩ originaire de la province de Nam Ðịnh. Nommé Tuần phủ à Hưng Hoá, il prit le commandement du Cấn Vương dans le Nord. Auteur d’un recueil de poèmes, Ngư phong thi tập.

59 Né à Cái Môn (Bến Tre), Pétrus Trương Vĩnh Kỳ (1837-1898) était fils d’un officier de Gia Long converti au catholicisme. Après de brillantes études reçues dans les écoles des Missions étrangères au Cambodge et en Malaisie, il professa à l’école des interprètes de Saigon avant d’être imposé par Paul Bert au Co Mât à la Cour d’Annam. Il est l’auteur de plus de cent ouvrages dans tous les domaines de la pensée (linguistique, sinologie..). Son rôle politique auprès des autorités coloniales reste à ce jour opaque et donne lieu à des appréciations souvent négatives. Voir Trịnh Văn Thảo, Viet Nam du confucianisme au communisme.

Table des illustrations

Titre Tableau chronologique n°1. 1857-1863.
Légende Abréviations : Ctre-amiral : Contre-amiralPour les gouverneurs et les souverains, les dates correspondent aux prises de fonction.Les intérimaires sont reportés en italiques.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1284/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Tableau chronologique n°2. 1864-1870.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1284/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Généalogie des empereurs du Việt Nam (dynastie des Nguyễn) jusqu’au 30/11/1883
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1284/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Carte des six provinces
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1284/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Carte de Sàì Gòn /Chợ Lón
Légende [Doumer, 1905, B3, p. 64.]
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1284/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Tableau des effectifs des établissements scolaires de Cochinchine au 1er mars 1899
Crédits Source : Gouvernement de la Cochinchine, document du 1er mars 1899. [Trịnh Văn Thảo, B1, 1995]
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1284/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Tableau des effectifs des établissements scolaires primaire-supérieur et normal de Cochinchine au 1er mars 1899
Légende Note 30 : Supprimé en 1890.Note 31 : Ces chiffres englobent les élèves du primaire.
Crédits Source : Gouvernement de la Cochinchine, document du 1er mars 1899. [Trinh Van Thào, B1, 1995, p. 120]
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1284/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau chronologique n°3. Période 1873-1879
Légende Pour les gouverneurs et les souverains, les dates correspondent aux prises de fonction. Les intérimaires sont reportés en caractères italiques. Abbréviations : Ch. Dép. : Chambre des députés ; Gouv. : Gouvernement ; V.-Amiral : vice-amiral.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1284/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Tableau chronologique n°4. Période 1880-1886
Légende Note * : Tự Ðức, né en 1853, règne du 18 au 21 juillet 1883 ; Hiệp Hoà, né en 1846, règne du 21 juillet au 30 novembre 1883. Dục Ðúc est évincé le jour même de son intronisation, Nguyễn Van Tuờng, Nguyễn Trọng Hiệp et Tôn Thất Thuyết exercent la régence.Note ** : Les prédécesseurs de Paul Bert furent Lemaire (1er octobre au 21 décembre 1884), les généraux Roussel de Courcy (31/5/85 au 2671/86) et Warnet (27/1 au 6/4/86).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1284/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Généalogie des empereurs du Việt Nam(dynastie des Nguyễn) de la mort de Tự Ðức jusqu’au 13/5/1916
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1284/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Le commerce extérieur du Tonkin 1875-1885. Importations et exportations, en milliers de francs courants et en tonnes
Crédits G. RAFFI [B1, 1995, p. 594-637].
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1284/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Plan de Huế
Crédits [Masson, 1892, B2]
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1284/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Tableau chronologique n°5. Période 1887-1891
Légende Abréviations : (Col.) : sous-secrétariat, puis ministère des Colonies ; Cochinch. Cochinchine ; Gouv. : Gouvernement ; Gouvern. : Gouverneur ; Rés. Sup. A. et T. Résident supérieur en Annam-Tonkin.Note 1 : Berger assure un court intérim du 11/9/87 au 27/10/87.Note 2 : Depuis le 19/2/1888 dans le ministère Tirard.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1284/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Tableau chronologique n°6. Période 1892-1897
Légende Note * : Depuis le 17/1/93 dans le ministère Ribot II.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1284/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Commandants en chef des forces armées françaises en Annam et au Tonkin.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1284/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Carte de Hà Nội
Crédits [Doumer, 1905, B3, p. 114]
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1284/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Le commerce extérieur du Tonkin 1885-1898 Importations et exportations, milliers de francs courants et en tonnes
Crédits [G. RAFFI, B1, 1994, volume 2, p. 594 à 637]
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1284/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 597k

© Presses universitaires de Provence, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter