Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le contact franco-vietnamien

 | 
Charles Fourniau
, 
Trinh Van Thao

Deuxième partie

Le Việt Nam de la conquête : 1858-1896

Texte intégral

1Introduction sur le Việt Nam précolonial

2Penser, et non décrire, le Việt Nam moderne dans les perspectives tracées magistralement jadis par Alexis de Tocqueville à propos de la France prérévolutionnaire reste encore aujourd’hui une question d’actualité scientifique. En effet, entre les représentations simplificatrices et édifiantes de l’histoire officielle et les condensés trop sommaires de l’histoire coloniale, le Việt Nam précolonial n’a pas encore produit un chef d’œuvre égal à L’Ancien Régime et la Révolution offrant une vision de synthèse de la société vietnamienne à la veille du choc avec l’Occident, sans pour autant se perdre dans une représentation a priori, brossant une fresque historique soulignant les tendances “lourdes” de l’histoire nationale tout en prenant en compte les logiques sociales qui président à son évolution.

3Sans prétendre innover et encore moins résumer l’état des sciences historiques dans le champ de la Modernité vietnamienne, cette brève introduction tente surtout de présenter le cadre général du royaume au moment de l’irruption coloniale à partir de trois institutions qui le soutiennent : le statut de la propriété foncière, le mode de fonctionnement de l’appareil d’État et la nature du dialogue social entre les acteurs sociaux.

I - APERÇU SUR L’ÉVOLUTION DU SYSTÈME FONCIER VIETNAMIEN

4Les raisons expliquant la formation précoce au Việt Nam d’une structure mixte, sorte de compromis entre la féodalité classique et l’État de type “asiatique”, sont multiples mais elles sont dominées par la nécessité géopolitique : faire face aux menaces permanentes d’invasion étrangère et aux calamités naturelles : « en même temps que les nécessités hydrauliques et militaires, le régime d’annexion de la terre constitue la cause principale et la condition même de la formation d’un pouvoir centralisé primitif (...). Inversement, la présence d’un pouvoir central interagit sur la nature de propriété de la terre comme moyen de production et stimule son appropriation » [Vũ Huy Phùc, B2, 1979, p. 21].

  • 3 Grundlinien der Philisophie des Rechts. Voir J.P. Lefebvre et P. Macherey, Hegel et la société, P. (...)
  • 4 Qui correspondrait à la fondation du royaume Văn Lang des rois Hùng qui ont régné jusqu’au IIIe si (...)

5Le passage de la socialité familiale et tribale, pour reprendre la terminologie hégélienne du Sittlichkeiy3, à une “société de classe”4 est attesté par la maxime populaire dont l’origine remonte à la nuit des temps : « Lạc dân cày ruộng, Lạc hầu ăn ruộng » (les sujets Lac “cultivent” la rizière pendant que les seigneurs la “mangent”). Si les rapports d’esclavage (nô lệ) et de servage avaient pu émerger de manière partielle et épisodique (notamment sous la dynastie des Trấn au xiiie siècle), les guerres de résistance contre les envahisseurs ainsi que la prégnance de la “grande propriété communale” les ont considérablement érodés jusqu’à en effacer les moindres traces.

  • 5 Propriété appartenant à l’État (GPC) à l’opposé à la “petite propriété communale” (PPC) appartenan (...)
  • 6 Dont la forme la plus virulente fut le partage du pays en douze seigneuries (Sú Quân) avant sa réu (...)

6Dix siècles de domination chinoise entraînèrent à leur tour la disparition progressive de la “grande propriété communale”5, supplantée et laminée par l’administration céleste pour ne laisser subsister que la “petite propriété communale”, base socio-économique de la monarchie “patrimoniale” qui s’est dessinée dès les débuts de l’indépendance. En effet, le pays va connaître, entre la dynastie des Ngô et celle des Trấn (xe-xive siècles), une phase de mutation au cours de laquelle s’affrontent les logiques centralisatrices de l’État “asiatique” et les formes d’implantation “féodales” (sở hũu hào truởng địa phýõng cát cữ)6, laquelle s’est soldée par la victoire définitive de l’État centralisé absolu (Quân chủ tập trung tập quyền), avec l’avènement des Lê au xve siècle.

  • 7 L’impôt foncier est payé collectivement par la commune en tant que personne juridique et non en ta (...)

7Le compromis historique entre l’État centralisé absolu qui conserve l’essentiel des rouages gouvernementaux hérités de l’administration chinoise et la communauté villageoise, qui a montré sa capacité d’adaptation et de résistance à l’épreuve de dix siècles de sinisation, explique la nature ambivalente de la fonction du maire (lỳ truởng) et le mode de prélèvement fiscal7. Il va de soi que cette unité de fusion entre la communauté villageoise et l’État monarchique était constamment mise en cause par des tentatives d’appropriation de type “féodal” de la part de l’appareil bureaucratique et de la famille royale.

8La menace était en tout cas suffisamment précise pour justifier le coup d’arrêt brutal de Hồ Quy Lỳ (xve siècle), qui a repris à son compte les mesures de restriction inspirées de l’époque des Trois Royaumes chinois : Hạn điền, Hạn nô (limiter la possession des terres et des esclaves).

  • 8 Ainsi, le maire (xã trýộng ou ly trýộng selon des époques) n’est jamais accepté comme un pur repré (...)
  • 9 On observe dès cette époque l’irruption d’une classe de fonctionnaires “asiatiques” fondée sur l’a (...)

9Après l’échec final de HỒ, suivi de vingt années d’occupation Ming, le règne de Lê Lợi (xve siècle) annonce l’ouverture d’une ère de changement et du processus d’interpénétration de la propriété d’État avec celle de la commune. C’est à cette époque que fut instituée la fonction du xã trýộng ou ly trýộng8 qui partage le pouvoir avec le chef du village, le tiên chỉ. La dualité entre l’État et la Commune se transforme en trilogie, associant désormais l’État centralisé, l’appareil d’État communal et le paysan, où la propriété “mixte” étatique – communale détient la position clé9.

10Mais entre temps, la propriété privée a fait elle aussi un bond dans le microcosme villageois. Le père de Lê Lợi, paysan riche, n’avait-il pas fondé un véritable domaine à Lam Son (dans la province de Thanh Hoá) avec mille domestiques qui deviendront les premiers partisans de la résistance anti-Ming ? Autrement dit, à son apogée même, le système en question a montré la voie de son évolution vers le développement possible d’une agriculture privée au sein même de la propriété communale. Cette complexification du régime foncier communal, qui débouche sur une stratification sociale, jointe à une pression démographique qui n’a jamais cessé malgré les calamités naturelles, les épidémies et une forte mortalité infantile, explique l’aggravation de la condition paysanne, la dissolution massive des villages et l’exode paysan. De plus, les migrations vers le sud renforcent la politique autonomiste des Nguyễn, ce qui aboutit à la scission du royaume entre les seigneurs Trinh dans le Nord et les seigneurs Nguyễn au Sud (xviie-xviiie siècles). Deux tendances contradictoires s’affrontent à visage découvert sur le terrain communal : la grande propriété privative (domaine d’apanage d’une sorte de “gentry” naissante combinant le pouvoir mandarinal et le pouvoir économique) et la petite propriété indépendante contestant, à l’instar des frères Tây Son, l’ordre établi. Mais ces velléités de changement, latentes sous les Lê surtout dans leur phase déclinante (xviie-xviiie siècles), seront vite étouffées avec la victoire finale de Gia Long et la réunification du pays sous la monarchie des Nguyễn. Le système mis en place par les Lê, déjà en pleine érosion, va être restauré au détriment de la petite propriété privée indépendante et en faveur de la classe “bureaucratique” étatique et villageoise. Mais cette volonté affichée de restauration et d’orthodoxie en matière économique et sociale ne ferme pas pour autant la porte au changement, ne serait-ce qu’à cause des retombées de l’extension du territoire vers le sud (Nam Tien), la politique de colonisation des terres et la mise en valeur de nouveaux domaines grâce au transfert de la population effectué sous le règne du roi Minh Mạng (Minh Mệnh) [Nguyễn Ðình Ðầu, B2, 1992].

II - GÉNÉALOGIE ET ÉVOLUTION DE L’ÉTAT, LE CONTRAT SOCIAL VIETNAMIEN

  • 10 Marx K, Œuvres, Pléiade, vol. I, 215.

11Au lendemain de la victoire décisive de Bạch Ðằng (en 939) sur les Song du Sud, Ngô Quyền (939-944) rompait tout lien de suzeraineté avec la Chine pour fonder un État séparé. Il s’agit, selon les historiens vietnamiens, d’un État “féodal” centralisé et absolu (Nhà nýớc phong kiến trung ýõng tập quyền) [Lịch sử chế độ phong kiến Việt Nam, B1, 1959] ; Cette dénomination pesante et dogmatique désigne en fait un type d’État qui dérive, selon Karl Marx, du régime foncier oriental (Formen) dont la forme d’existence est étroitement liée à trois fonctions économiques essentielles : prélever le surplus social, “piller” les États voisins ou s’en défendre et assurer les grands travaux publics rendus nécessaires par une riziculture extensive et intensive. Ceci exclut l’existence à grande échelle “de la propriété féodale et de domaines féodaux dispersés à l’occidentale”10. Si la première fonction est inhérente à tout État organisé, il faudrait expliciter les deux autres à l’éclairage de l’histoire vietnamienne.

12Dans ce pays, il est établi que la culture du riz en particulier, et l’agriculture céréalière en général, a pénétré dès l’époque néolithique une large région ayant comme centre de gravité l’actuel delta du fleuve Rouge, et traversée de part en part par ses multiples affluents riches en terres alluviales. Ces cours d’eau d’un régime hydrographique capricieux et irrégulier représentent la source de richesses inouïes comme des inondations dévastatrices. Aussi, l’intervention de la collectivité dans l’érection et l’entretien de grands travaux d’utilité publique fut-elle primordiale à l’aube de la formation de la nation vietnamienne. Sous la domination des Hán (iiie-iie siècles av. J.-C), l’existence de digues est déjà signalée dans les Annales chinoises (Giao Châu Ký). Dès sa fondation même, l’État porte tous ses efforts sur l’édification et la surveillance de celles-ci. La mobilisation de la population vivant dans cette région, de loin la plus peuplée du pays, est permanente et totale, “du simple paysan au Roi en personne”. A l’inverse, les renversements dynastiques trouvèrent le plus souvent leur origine dans les catastrophes “naturelles” entraînant pertes en vies humaines et en récoltes.

  • 11 Dans dans son évolution ultérieure sous les Nguyễn (xixe siècle), cette partition se modifie légèr (...)

13En contrepartie, l’État centralisé (le Roi) était le détenteur exclusif et suprême de la propriété foncière. Il y règne en qualité de propriétaire unique des terres et en détenteur unique du pouvoir politique. Les règles de la répartition foncière en trois catégories obéissent à cette prééminence de l’État : terres attribuées aux membres de la famille royale et aux grands dignitaires de l’État (Lộc điền) qui se décomposent en deux sous-catégories : terres allouées à titre définitif, se transformant ès qualités en terres privées, et terres allouées à titre provisoire, devant être restituées à l’État au bout de trois ans après le décès du bénéficiaire ; la deuxième composante est la terre d’État appelée “quốc khồ điền” (terre du Trésor d’État) ou quốc điền ; la terre communale (ruộng đất làng xã enfin conserve son caractère général et universel [Phan Huy Chu, B2, 1821]11. Ainsi, le contrat social vietnamien implique comme condition sine qua non les rapports de confiance et de fidélité liant la Cour aux paysans sous l’œil vigilant de la classe lettrée confucéenne. Les paysans ne pouvaient se satisfaire d’un État “minimal” de type libéral ou de l’État “féodal” classique pas plus que la bureaucratie mandarinale n’accepte l’émergence d’une classe marchande forte ou d’une paysannerie indépendante capables de rompre l’équilibre des forces sociales.

  • 12 Paul Mus, Viet-Nam, sociologie d’une guerre, Paris, Seuil, 1952, p. 21.

14Cette règle fondamentale du pouvoir mandarinal requiert d’autant plus de vigilance de la part des lettrés qu’elle suppose leur présence comme élément organique du dialogue social. Par leur intermédiaire, l’idéologie confucéenne de l’ordre fondée sur l’équilibre des pouvoirs entre la monarchie patrimoniale et la commune rurale se reproduit à chaque niveau de la sphère sociale : individu => famille => État => monde, selon le principe : Tu thân, tề gia, trị quốc, bình thiên hạ. Le noyau de la société repose sur la formation, la cohésion et l’harmonie qui règnent dans chaque commune (xã) et, au sommet, la réunion, l’association des communes (xã hội), l’État (Nhà nýớc) : « Ce sont donc les villages qui produisent le Việt Nam et c’est auprès d’eux qu’on apprend à le connaître, aux heures décisives, en son esprit national »12.

  • 13 J. Needham, La science chinoise et l’Occident, (tr. française), Paris, Seuil, 1973.

15La pérennité de cette formation sociale dans la longue durée aurait entraîné (revers de la médaille qu’il ne faut jamais sous-estimer) une force d’inertie et de résistance au changement. Cette notion de “durée” a par ailleurs, comme à propos de la Chine ancienne, pesé lourdement sur les spéculations marxiennes et autres sur la prétendue “stagnation” des forces productives. Or, non seulement cette vision d’immobilité passe sous silence les réalisations spectaculaires accomplies par la Chine pendant les dix premiers siècles de l’ère chrétienne13, mais la réduction de l’économie “asiatique” à une forme unique de production d’autosubsistance ne résiste pas à la réalité des échanges commerciaux et technologiques entre la Chine et l’Occident sous les Song (xe-xiiie siècle) et au Việt Nam entre le xviie et le xviiie siècle [Nguyễn Thanh Nhã, B2, 1970]. Enfin, les recherches en cours sur le village traditionnel obligent à nuancer la version “familialiste” de ce dernier, elles montrent que les rapports de parenté, dans leur dimension politique (situation du clan dans le rapport de forces villageois) comme religieuse (le culte des ancêtres), ne recouvrent qu’une partie du pouvoir communal, limités en cela par d’autres variables concurrentes comme la classe d’âge ou Giáp, de voisinage (Ngõ, xóm, thôn), de profession et de culture.

16Cela dit, on peut cependant considérer (et Marx eût raison d’insister sur le fait) que la logique dominante d’une telle société joue en faveur de la conservation, de la reproduction tant les mécanismes de “verrouillage” familial, idéologique, économique dominent ceux de l’ouverture (école, mandarinat, conscription). À l’autre bout de la chaîne sociétale, l’impératif militaire constitue aussi un puissant facteur de stabilité de l’État absolu centralisé. Si la famille joue en faveur de l’ordre communal, les nécessités de la “guerre du peuple” militent, elles, pour un État fort et agissant en parfaite osmose avec les communautés villageoises comme les “parties d’un Tout” et “le Tout des parties”.

  • 14 Paul Mus l’a bien compris, la culture vietnamienne « parait avoir emprunté à son voisin du Nord la (...)

17L’État absolu centralisé vietnamien ne se constitue pas de manière orthodoxe (chính thýõng), c’est-à-dire après une longue domination de la féodalité militaire, à l’exemple de la Chine des Royaumes combattants mais se présente plutôt comme le prolongement de l’État centralisé des [Hán Lịch Sứ..., B1, 1959]. Le centralisme monarchique y semble même plus accentué qu’en Chine car l’État vietnamien s’empressa, dès ses premiers instants de souveraineté, de consolider les “acquis” de la période précédente en créant un marché national, développant les villes stratégiques et commerciales, créant la monnaie. Dès l’indépendance, il disposait d’un appareil bureaucratique déjà bien rôdé, d’un personnel politico-administratif formé à l’école chinoise et prêt à servir les nouveaux maîtres du pays avec autant de zèle et d’efficacité. L’écriture commune, des interférences culturelles et familiales multiples continuent de maintenir des rapports de voisinage entre les deux pays. Paradoxalement, cette osmose culturelle n’a paru à aucun moment préjudiciable à l’identité vietnamienne tant la classe lettrée n’a jamais confondu l’acculturation et la sinisation14. C’est sans doute la raison pour laquelle l’idéologie-ciment confucéenne et sa morale transnationale (L’univers est un, tous les hommes sont frères) a survécu, à l’image des lettrés modernistes Phan Chu Trinh et Phan Bội Châu, plus tardivement au Việt Nam qu’en Chine [Alexander B. Woodside, B2, 1971].

18Autre raison de l’enracinement profond de l’idéologie confucéenne : elle assume dans le cadre d’une nation multi-ethnique le principe de l’unicité de l’État – dominé par la majorité kinh – contre toute velléité de dissidence (ly), dont le terme est toujours associé dans le vocabulaire politique à l’idée de “désordre” (loạn) légitimant la sanction suprême. Ainsi dès la phase de consolidation de la nation vietnamienne, le “modèle chinois de l’État” est non seulement reproduit mais renforcé pour les besoins de la défense, de l’unité et des impératifs économiques. Il est assuré par une classe dirigeante formée et forgée selon les préceptes d’un enseignement humaniste, universaliste et laïque destiné à produire des fonctionnaires (mandarins) voués à l’intérêt général et du service public. L’idéologie-ciment s’opère de la société traditionnelle en deux paliers : le mandarinat fondé sur la méritocratie des concours et sur le culte des études, l’inculcation au peuple paysan d’une morale pratique de l’ordre et de la hiérarchie. Le héros de la résistance anti-chinoise du xve siècle, Nguyễn Trãi, incarne admirablement la figure emblématique de l’intellectuel classique, car il combine les vertus de l’homme d’État avec les qualités du lettré vietnamien.

  • 15 D’une pratique conjoncturelle prise au lendemain d’une guerre longue et ruineuse, la dynastie des (...)
  • 16 Selon le tableau récapitulatif du personnel mandarinal (Quan chế tởng mục). Thiên nam dý hạ tập (L (...)

19L’apogée de la monarchie absolue centralisée coïncide au Việt Nam avec le règne de Lê Lợi, après dix années de luttes victorieuses contre l’armée d’occupation Ming (février 1418 – décembre 1427). La dynastie Lê, qui est la plus longue de l’histoire puisqu’elle s’étend sur trois siècles (xve-xviiie), marque un tournant dans l’évolution de la nation vietnamienne. C’est sous cette dynastie que le système foncier a reçu sa forme définitive consacrée par le code Hồng Ðừc15. L’émergence d’un petite paysannerie indépendante est toutefois freinée par la présence et le renforcement du pouvoir mandarinal, qui s’est considérablement étoffé et passa au nombre de 5 370 membres en 147116, se décomposant en :

  • Mandarinat de Cour : 2 755 (dont 399 mandarins civils, 1910 officiers supérieurs et 440 auxiliaires),
  • Mandarinat des provinces : 2 615 (926 civils, 857 militaires, 41 auxiliaires et 791 divers) [Lịch sủ chế độ phong kiến Việt Nam, B1, 1959, vol. 2, p. 149].

20Le “coût de domination” (Karl Marx) de l’appareil bureaucratique centralisé, d’ailleurs très renforcé sous la dynastie des Nguyễn [Trằn Văn Giáp, B2, 1984-1990 ; Ngô Ðúc Tho et alii, B2, 1993 ; Nguyễn Danh Sách, B2, 1996] est suffisamment élevé pour décourager toute tentative de dérapage vers la formation d’une paysannerie aisée et indépendante, capable de s’affranchir de la tutelle du pouvoir absolutiste et du pouvoir villageois : aussi faut-il penser la notion de “propriétaire foncier” en terme dichotomique : d’un côté le grand propriétaire lié à la Cour et au haut mandarinat, de l’autre, le petit paysan communal indépendant dont le sort reste précaire. La mutation de l’organisation économique se fera, durant la période de déclin des Lê (xviie-xviiie siècles), au détriment de la petite paysannerie indépendante tout en renforçant les notables. Et le procès de différenciation paysanne se joue surtout entre les petits paysans indépendants et les fonctionnaires locaux issus de l’appareil bureaucratique communal institué par l’État absolu centralisé.

  • 17 Les Seigneurs Trinh (au Nord) et Nguyễn (au Sud) qui revendiquent tous de la légitimité des rois L (...)

21En faisant du confucianisme une idéologie d’État, refoulant les philosophies concurrentes – le taoïsme et surtout le bouddhisme – dans la marginalité, la monarchie a ainsi réalisé une parfaite circularité entre les instances politique, idéologique et économique, et accentue la nature absolue du pouvoir mandarinal. Il a fallu attendre deux siècles de crise provoquée par le partage de fait du pays en deux royaumes ennemis1717, la corruption du système de concours, la déliquescence mandarinale, la fuite en avant du Nam Tiến (Avance vers le Sud), pour voir surgir un formidable mouvement insurrectionnel connu sous le nom de Tây Sõn. En l’espace de quelques années, ce mouvement, conduit par un chef de valeur (Quang Trung), balaye les royaumes dissidents, écrase l’armée d’invasion Qing (1789) et rétablit l’unité nationale, mais sa mort prématurée et le retour des Nguyễn au pouvoir marquent le retour de l’ordre immuable des mandarins et des notables.

CONCLUSION

22Par la victoire des Nguyễn, le Việt Nam a doublement perdu : l’occasion d’une réforme foncière qu’exigeait la crise de la paysannerie et celle des institutions d’État devenues archaïques au moment où les appétits impérialistes de l’Occident se précisaient et tentaient avec succès de remplir le vide laissé par l’empire chinois en décadence.

23Coupée de la masse paysanne que sa politique avait conduite à l’impasse [Vũ Huy Phúc, B2, 1992 ; Nguyễn Ðình Ðầu, B2, 1964 et 1981 ; Son Nam, B2 ; Tìm hiểu..., B2, 1959] de la classe marchande sino-vietnamienne qu’elle a trahie après en avoir reçu le soutien actif durant la guerre contre les Tây Son et de la fraction la plus éclairée de la classe lettrée qu’elle a réduite au silence et au dialogue pantonimique [Truong Bà Cần, B2, 1988], la Cour de Huê est condamnée à des solutions désespérées et extrêmes, alternant, face à la pression française, l’aventurisme militaire et la capitulation la plus honteuse devant l’ennemi.

Notes

3 Grundlinien der Philisophie des Rechts. Voir J.P. Lefebvre et P. Macherey, Hegel et la société, P.U.F.

4 Qui correspondrait à la fondation du royaume Văn Lang des rois Hùng qui ont régné jusqu’au IIIe siècle av. J-C.

5 Propriété appartenant à l’État (GPC) à l’opposé à la “petite propriété communale” (PPC) appartenant à la communauté villageoise. Dix siècles de domination chinoise ont vu coexister les rapports de production “féodaux” pratiqués par les gouverneurs (Thái Thu) et les rapports GPC vietnamiens toujours vivants et “directeurs” (chi dao). L’État d’essence “féodale” étrangère est un organisme extérieur greffé sur la société vietnamienne. Une fois l’indépendance retrouvée, le Việt Nam se trouve dans la nécessité de former un “État-pour-soi” qu’imposent sa géopolitique et la dynamique de développement économique stimulée par la généralisation des techniques agricoles (hydrauliques) importées de la Chine.

6 Dont la forme la plus virulente fut le partage du pays en douze seigneuries (Sú Quân) avant sa réunification entreprise par Ðinh Tiên Hoàng (xe siècle).

7 L’impôt foncier est payé collectivement par la commune en tant que personne juridique et non en tant que réunion d’individus. On comprend toute la résistance des paysans vietnamiens face à l’imposition d’un impôt sur la personne physique instituée par la France dans le Centre au début du siècle.

8 Ainsi, le maire (xã trýộng ou ly trýộng selon des époques) n’est jamais accepté comme un pur représentant du pouvoir centralisé face au pouvoir communal. Il n’a dû son existence qu’à la suite d’un compromis laborieux établi entre les deux parties. Il s’agit, après maintes modifications dans le temps, d’une fonction exécutive et représentative confiée à une personnalité communale élue au suffrage “universel”. Lire la thèse de Philippe Papin [Hà Nội, l’espace et les formes du pouvoir, 1905-1940, B3] qui en donne une monographie détaillée de la gestion quotidienne des villages périphériques de Hanoi avant l’irruption coloniale.

9 On observe dès cette époque l’irruption d’une classe de fonctionnaires “asiatiques” fondée sur l’appropriation bureaucratique de la propriété communale et de la terre d’État au titre d’émolument de fonction (ruộng khầu phần công điền).

10 Marx K, Œuvres, Pléiade, vol. I, 215.

11 Dans dans son évolution ultérieure sous les Nguyễn (xixe siècle), cette partition se modifie légèrement et se décompose en terre d’État (công điền), terre communale (công điền công thô) et terre privée (tý điền).

12 Paul Mus, Viet-Nam, sociologie d’une guerre, Paris, Seuil, 1952, p. 21.

13 J. Needham, La science chinoise et l’Occident, (tr. française), Paris, Seuil, 1973.

14 Paul Mus l’a bien compris, la culture vietnamienne « parait avoir emprunté à son voisin du Nord la force de vaincre ses adversaires du Sud. Mais où a-t-elle puisé celle de résister à son propre modèle, et d’en rejeter la domination politique, après des siècles d’assujettissement ? Dès que commence le Viet-Nam, le maître mot de ses problèmes historiques paraît justement se trouver dans cet esprit de résistance, qui associe de façon paradoxale à d’étonnantes facultés d’assimilation une irréductibilité nationale à l’épreuve des défaites, des démembrements et des conquêtes ». (Viet-Nam, sociologie d’une guerre, p. 19).

15 D’une pratique conjoncturelle prise au lendemain d’une guerre longue et ruineuse, la dynastie des Lê l’a transformée en une réglementation juridique qui régit le statut foncier jusqu’à la réforme des Nguyễn (xixe siècle). Elle porte surtout sur le statut des terres d’État et renforce l’appareil bureaucratique d’État et la classe des notables à l’échelle villageoise.

16 Selon le tableau récapitulatif du personnel mandarinal (Quan chế tởng mục). Thiên nam dý hạ tập (Les institutions de l’État vietnamien rédigées et annotées par temps de loisir), 1483.

17 Les Seigneurs Trinh (au Nord) et Nguyễn (au Sud) qui revendiquent tous de la légitimité des rois Lê réduits en fait au simple rôle de représentation.

© Presses universitaires de Provence, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter