Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le contact franco-vietnamien

 | 
Charles Fourniau
, 
Trinh Van Thao

Introduction

Texte intégral

1Pour les publics occidentaux et asiatiques, le Việt Nam représente essentiellement un symbole de guerres. L’existence de cette Nation ne saurait pourtant se réduire aux conflits du dernier demi-siècle, et seule la prise en compte de l’ensemble de l’histoire vietnamienne permet de restituer la complexité de l’évolution du pays.

2Celle-ci est, il est vrai, difficile à rendre intelligible d’autant plus qu’elle n’est pas toujours bien assumée, ses divers éléments étant l’objet d’enjeux politiques très actuels et immédiats. Ainsi en est-il, pour ne prendre qu’un exemple, de cette question centrale de l’historiographie vietnamienne, consistant à savoir jusqu’à quel degré la colonisation représente une rupture avec le confucianisme. Le thème, largement répandu dans l’historiographie vietnamienne, de la “trahison des confucéens” ne contribue pas à clarifier le débat. Mené essentiellement dans les pays occidentaux, la discussion semble au premier abord une querelle classique d’érudits : Paul Mus, David Marr et en partie Daniel Hémery postulent une rupture décisive tandis que Alexander Woodside ou Trinh Vãn Thao envisagent une continuité sous-jacente. Jusqu’à ce point, il s’agit d’une question classique, et on retrouve ce type de discussions à propos de la plupart des pays anciennement colonisés : l’évolution actuelle de ceux-ci est sans doute en train de les clore … provisoirement.

3Par contre, en ce qui concerne le Việt Nam, elles sont compliquées par les débats à propos de la nature des marxismes asiatiques. Lorsqu’en 1970, l’historien vietnamien Nguyễn Khắc Viện publia, dans ses Expériences vietnamiennes, une réplique au Sociologie d’une guerre de Paul Mus, publié dix ans auparavant, il ne se contenta pas de critiquer la thèse de la “rupture totale” provoquée par la colonisation, mais en profita pour mettre en cause, indirectement, ceux des marxistes vietnamiens à l’époque séduits par le modèle de la Révolution culturelle chinoise. A l’encontre des “seudo révolutionnaires” tentés par la “tabula rasa”, les vrais marxistes considèreraient le confucianisme et l’œuvre des lettrés comme un patrimoine national que doit assimiler la société nouvelle. Loin de s’opposer comme l’eau et le feu, les deux doctrines présenteraient des caractéristiques communes : l’accent mis sur l’homme en situation “ici et maintenant” (ce qui les éloigne de la métaphysique et des religions mystiques) et l’importance donnée à un certain “humanisme communautaire” (car toutes les deux récusent l’individualisme et l’intérêt égoïste).

4Notons au passage que soutenir la continuité du confucianisme au marxisme dans le monde sinisé n’implique pas nécessairement que les sociétés confucéennes soient condamnées à un ordre intemporel et immuable, incapables de s’autoréformer et de s’adapter au changement : toute l’évolution des sociétés asiatiques contemporaines tendrait plutôt à démontrer que c’est par la tradition que la plupart des pays de cette région entrent dans la post-modernité

5Quoi qu’il en soit des nuances de ce débat aussi essentiel que complexe, une des clefs de la compréhension du Việt Nam contemporain est la période coloniale de son Histoire pendant laquelle le pays a été confronté à une série de défis inusités. Tout d’abord, comment et pourquoi une entité aussi puissamment étayée sur une culture commune, une tradition étatique solide, une Histoire millénaire a-t-elle pu être subjuguée pendant près d’un siècle ? D’autre part, les réactions des Vietnamiens, très diverses, à la domination française ont marqué profondément leur nationalisme et partiellement déterminé les structures du Việt Nam contemporain. La plupart des dirigeants actuels ne se sont-ils pas formés au contact conflictuel des colonisateurs ? Les frontières terrestres et maritimes, les nuances culturelles entre le Nord et le Sud, les rapports entre kinh et minorités…, ne prolongent-elles pas aujourd’hui ceux de l’époque coloniale ?

  • 1 Par contre, de nombreux travaux de qualité traitent d’une période ou d’un aspect de l’Histoire du (...)

6Toutes ces questions justifient la réalisation d’une Histoire du Việt Nam colonial. Elles ne manquent pourtant pas pour cette période, de celle de Lê Thành Khôi (B1, 1955) à celle de Paul Isoart (B1, 1961), en passant par les synthèses de Pierre-Richard Féray (B1, 1979) ou de Pierre Brocheux et Daniel Hémery (Bl, 1994). Il est pourtant significatif que l’ouvrage de Philippe Devillers sur l’Histoire du Vietnam de 1940 à 1952, dont l’introduction brosse à grands traits un tableau du Việt Nam colonial, continue d’être souvent cité près d’un demi-siècle après sa parution. Les grandes synthèses sur l’Asie orientale —Chesneaux (1973), Pirovano-Wang (1970) — anciennes également, sont fort brèves sur le Việt Nam. Certes on assiste en 1994 à un regain d’intérêt avec la réédition de l’ouvrage de Mme Wang et la publication de la synthèse de Pierre Brocheux et Daniel Hémery sur l’Indochine coloniale mais, au total, il y en a davantage en langue anglaise, par exemple les ouvrages de William J. Duiker (B3, 1976 ; Bl, 1989) ou de Alexander B. Woodside (Bl, 1976). Alors que la dernière bibliographie d’envergure en français date de 1967 (Nguyễn Thế Anh, Bl), son équivalente en anglais date de 1992 (Marr, B1). Curieusement, à l’heure où le Việt Nam est de nouveau accepté dans le cercle des pays “normaux”, à l’heure où les Vietnamiens eux-mêmes sont demandeurs d’un accroissement des relations avec le reste du monde, la production historique —universitaire ou de vulgarisation— demeure indigente en nombre1. Les urbanistes, les économistes, les agronomes mais aussi les cinéastes ou les romanciers sont beaucoup plus actifs que les historiens. Or, qui pourrait nier que l’Histoire soit nécessaire à la compréhension d’un Việt Nam contemporain qui s’est construit à travers ses dramatiques soubresauts.

7Plusieurs facteurs expliquent ce vide dommageable. Tout d’abord, l’éloignement dans le temps de la période coloniale, que la majorité des Français n’a pas connue, est particulièrement frappant en ce qui concerne le Việt Nam. Les témoins de cette histoire sont peu nombreux : l’Indochine coloniale et la guerre qu’y livra la France jusqu’en 1954 n’ont jamais concerné qu’une infime minorité de Français au contraire de ce qui s’est passé en Algérie, où les coloniaux étaient bien plus nombreux et où le contingent fut employé (comme il le fut par les États-Unis pendant la guerre du Việt Nam). Ce relatif désintérêt a été renforcé par l’évolution des relations diplomatiques entre les Việt Nam et la France entre 1954 et 1975 puis depuis la réunification. Enfin, on ne peut écarter l’hypothèse d’une occultation plus ou moins consciente d’une histoire qui ne s’est pas bien terminée pour les Français.

8D’autre part, les recherches sur le Việt Nam ont également pâti d’avoir servi d’enjeux politiques très immédiats. Dans la plupart des pays nouvellement indépendants, une littérature visant à exalter les cultures autochtones a succédé, de façon assez compréhensible, dans les années 1950 et 1960, au discours hagiographique de la colonisation. Dans le cas du Việt Nam, à ce courant (qui renouait en partie avec les traditions historiographiques précoloniales) perceptible au Sud comme au Nord, se sont ajoutées les polémiques liées au fait que le pays était divisé en deux entités étatiques aux fondements politiques très différents. Au Việt Nam sans doute plus qu’ailleurs, mais aussi dans des États-Unis divisés sur la nécessité de leur intervention et plus globalement dans la plupart des pays qu’on appelait occidentaux, l’interprétation du passé colonial ne pouvait être qu’un enjeu essentiel. Si le discours historique n’est jamais neutre, il fut ici particulièrement engagé. Le résultat en est que beaucoup d’axes de recherches ont été longuement négligés et qu’une partie de la littérature scientifique consacrée au Việt Nam semble aujourd’hui obsolète.

9Enfin, les études sur l’histoire coloniale du Việt Nam ont été desservies en France par les structures de la recherche. S’agit-il, par exemple d’un domaine dévolu aux orientalistes ou d’une chasse gardée des spécialistes du monde colonial ; d’un champ d’études privilégié de spécialistes des Sciences politiques ou d’un laboratoire pour spécialistes des marismes ? Jusqu’à présent, certaines des équipes les plus actives traitent des Tiers Mondes contemporains dans leur globalité ce qui a tendance à réduire la spécificité du Việt Nam, à le couler dans le moule de théories générales élaborées pour d’autres continents. Pour ne prendre que l’exemple de l’économie, quelques belles thèses, quelques travaux ont défriché le terrain des investissements et des entrepreneurs en Russie, dans l’Empire ottoman, en Afrique noire ou au Maroc, la production est beaucoup plus limitée sur l’Indochine, les thèses de J.-P. Aumiphin et de Hổ Hăi Quang exceptées, qui sont des économistes et non des historiens. Les orientalistes quant à eux, produisent pour l’essentiel sur la période antécoloniale. De fait, étudier le Việt Nam colonial suppose maîtriser convenablement la culture vietnamienne, mais aussi la culture française : de ce point de vue, la génération des Georges Condominas et des Paul Mus, qui connaissait intimement le Việt Nam, n’a pas été remplacée. Un deuxième défaut structurel, indépendamment du fait que les bourses d’études et les postes de chercheurs réservés au Việt Nam sont rarissimes, est la localisation des fonds d’Archives les plus riches sur la période coloniale à Aix-en-Provence alors que la majorité des chercheurs français sur le Việt Nam résident en région parisienne. Le résultat est que les travaux menés autour du Centre des Archives d’Outre-Mer sont mal connus, alors que les recherches menées ailleurs ne peuvent matériellement s’appuyer sur des dépouillements suffisants.

10Au total, l’Histoire du Việt Nam au xxème siècle, qu’on pourrait penser bien connue, comporte encore bien des lacunes. Il est donc apparu aux auteurs du présent ouvrage que l’heure était venue de faire un point des savoirs ; de mettre à la disposition d’un public d’étudiants un manuel commode et précis sur l’Histoire du Việt Nam colonial. Le côté pratique a donc été privilégié par rapport à l’encyclopédisme, sauf sur certains points où les lacunes semblent réellement trop criantes. Pour le reste, des orientations bibliographiques aideront ceux des lecteurs qui souhaiteraient creuser telle ou telle question. Mais l’ambition est plus large.

11On a vu à l’instant que subsistaient de vastes zones d’ombres : il s’agit de les recenser et de fournir ainsi des directions de recherches. D’autre part, l’évolution accélérée du Việt Nam contemporain amène à se poser toute une série de questions ignorées ou biaisées jusqu’ici, par exemple sur la nature des nationalismes non-européens ou celle des relations économiques dans un cadre colonial avec leurs effets et les adaptations des économies locales ; plus généralement, des questions sur les interférences culturelles, et pas seulement chez les colonisés. Aussi, la partie essentielle du manuel est-elle consacrée à des thèmes de recherche destinés, non pas à baliser des pistes — ce qui serait contraire au principe même de la recherche — mais à signaler celles dont le début est visible et qu’il faudra bien tôt ou tard explorer. On aura reconnu ici la division ternaire des manuels de la collection Nouvelle Clio (PUF), dont les principes ont fait leurs preuves et demeurent plus que jamais d’actualité devant les carences quantitatives de l’encadrement universitaire. Les auteurs espèrent ainsi promouvoir les recherches dans un champ jusqu’ici quelque peu négligé.

12L’essentiel cependant est connu. L’Histoire du Việt Nam, grosso modo de 1860 à 1950, est celle d’un pays colonisé — ou en passe de l’être — avec tout ce que ce type de structure suppose : subordination politique au premier chef qui définit la colonisation, intégration aux courants d’échanges mondiaux et plus tard installation de structures de type capitaliste sur lesquelles s’appuie la domination, mise en cause des modèles culturels des sociétés indigènes traditionnelles.

13Mais dès qu’on entre dans le détail, tout est beaucoup plus complexe. Comment la conquête fut-elle possible et surtout, comment ensuite le système colonial put-il fonctionner ? Peut-être la disproportion des rapports de force militaire et économique dans les années 1850 fournit-elle une clef essentielle : après 1945, les médiations américaine, soviétique ou chinoise, ainsi que l’affaiblissement de la France métropolitaine jouèrent un rôle non négligeable dans le processus de décolonisation, Điện Biên Phŭ n’est pas très éloigné chronologiquement de Bandœng ou de Suez. Mais cette disproportion ne saurait tout expliquer. L’état de la société vietnamienne au moment où les Français s’installent — presque par hasard — à Saì Gòn explique aussi bien des choses. Il y a des ressorts intimes chez les Vietnamiens et chez les Français, ressorts psychologiques et ressorts culturels contribuant à expliquer des actes et des comportements qui paraissent très surprenants lorsqu’on pense à la puissance du sentiment national vietnamien telle qu’elle s’est révélée au cours du dernier demi-siècle.

14Quant au découpage chronologique, ayant choisi d’observer l’impact de la colonisation sur le Việt Nam, les différents contacts qu’eût le pays avant 1858 avec des peuples européens — des missionnaires souvent français du xviie siècle aux commerçants hollandais ou britanniques, en passant par les ingénieurs militaires des débuts du xixème siècle, ont été exclus. Notre Histoire commence donc aux alentours de 1858. La nécessité de présenter davantage de points obscurs que nous ne le pensions sur les débuts de la colonisation au Việt Nam, nous amène à opter pour une présentation en deux volumes alors qu’un seul était envisagé à l’origine. Un examen de la bibliographie montre d’ailleurs que les années Vingt et Trente sont beaucoup mieux connues que le premier demi-siècle du contact colonial franco-vietnamien. Il fallait donc choisir une césure caractéristique antérieure à la Première Guerre Mondiale. Les historiens du Việt Nam la placent d’ordinaire en 1898, au moment de l’arrivée du gouverneur général Paul Doumer qui devait installer des structures administratives amenées à perdurer jusqu’en 1945. Nous avons, quant à nous, préféré nous arrêter à l’arrivée du gouverneur Albert Sarraut en 1911 pour ne pas rompre l’unité de la période coloniale : arrêter le premier volume en 1898 aurait donné l’impression qu’il y eût un Việt Nam colonial de la conquête (avant 1898) et un Việt Nam colonial de la mise en valeur (après 1898), peu liés l’un à l’autre. 1911, par contre, a une signification propre : cette période est à la fois celle du triomphe de la révolution chinoise et celle d’un double mouvement d’exil, vers la France et vers la Chine, des modernistes vietnamiens. Au Việt Nam, alors même que les oppositions armées à forme traditionnelle sont successivement écrasées, apparaissent les premières et timides prises en compte des aspirations des Vietnamiens, d’où un arbitrage délicat pour les autorités coloniales, entre les demandes exprimées par les autochtones et les nécessités administratives, fiscales notamment.

15Plusieurs moments particuliers se singularisent dans la période 1858-1911 : toute une première période liée à la conquête se dessine nettement, de 1858 à 1898. Y alternent les aspects de conquête militaire, de combats, d’une résistance des Vietnamiens qui emprunte globalement des formes traditionnelles, celle de la fidélité au Roi, qui est menée essentiellement par des notables et lettrés (Vãn Tân) traditionnels, l’époque de premiers ralliements aussi. Parallèlement aux combats, les colonisateurs tentent diverses solutions d’administration, souvent embryonnaires, la politique menée étant marquée par des fluctuations nombreuses, dans l’espace et dans le temps : assimilation pratiquée dans la Cochinchine des Amiraux, administration indirecte de l’époque Lanessan, gestion plus ou moins indépendante de la Cochinchine, respect relatif des rouages de l’État en Annam, etc. Ces hésitations, les différentes péripéties qui marquent cette période prouvent le côté provisoire de la présence française. D’ailleurs, une fois la Cochinchine devenue colonie française, la conquête du Tonkin était-elle inéluctable ? On pourrait le penser : du côté français, trop d’intérêts poussaient à la roue ; du côté vietnamien, l’existence d’une culture commune du sud au nord, malgré les différences et les oppositions parfois fort violentes, aurait probablement interdit le contrôle des provinces méridionales, car certains des autochtones se seraient probablement appuyés contre les colonisateurs, sur cet État vietnamien indépendant qu’on aurait laissé survivre aussi près d’eux. Mais en Histoire, rien n’est jamais “nécessaire”…

16En tous cas, l’arrivée de Paul Doumer à la tête de l’Union indochinoise met fin à cette période d’hésitations. Si les différents débats sur la façon de gérer l’Indochine ont continué après 1898, l’organisation mise en place par le futur président de la République française se révéla jusqu’en 1945 assez efficace administrativement pour empêcher tout changement des structures, souhaité par certains pour des raisons politiques ou morales, mais rendu impossible par leur incapacité à l’imposer ou à démontrer la possibilité de solutions de substitution viables. Au début cependant, des alternatives semblent exister : à partir de 1898 et jusqu’en 1911, se dessine toute une période liée à la mise en place du système Doumer avec les hésitations diverses auxquelles elle donne lieu. Une première mise en valeur locale avec quelques grosses entreprises (les Ciments Portland, Denis Frères ou Fontaine) et d’autres moins connues parce qu’elles n’ont pas survécu (les Thés Lombard ou la Compagnie générale de Raoul Debeaux), les dernières manifestations d’un nationalisme traditionnel, contemporaines de formes nouvelles avec le mouvement Duy Tân et le réformisme des années 1906/1908. Ce “moment”, d’ordinaire peu étudié, est essentiel, car le système Doumer n’a en fait commencé à fonctionner qu’après son départ d’Indochine.

Carte de l’Indochine

Carte de l’Indochine

PADARAN Pierre
1902 Les possibilités économiques de l’Indochine, extrait du Bulletin du Comité de l’Asie Française, Paris.

Notes

1 Par contre, de nombreux travaux de qualité traitent d’une période ou d’un aspect de l’Histoire du Việt Nam : les thèses d’État de Nguyễn Thé Anh et de Charles Fourniau, les ouvrages de Trinh Vãn Thảo, les thèses de IIIème Cycle de Daniel Hémery et Pierre Brocheux, les travaux de traduction de Georges Boudarel, etc. Les ethnologues ont également beaucoup travaillé sur les minorités : travaux de Pierre-Bernard Lafont et son équipe dont Gérard Moussay, travaux de Georges Condominas, travaux de Jacques Dournes. La bibliographie est vaste.

Table des illustrations

Titre Carte de l’Indochine
Légende PADARAN Pierre1902 Les possibilités économiques de l’Indochine, extrait du Bulletin du Comité de l’Asie Française, Paris.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1279/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

© Presses universitaires de Provence, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter