Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une théorie de l'État esclavagiste

 | 
John Caldwell Calhoun
, 
Gérard Hugues

Fondements idéologiques

Texte intégral

  • 1 Lettre à John Holmes (22 avril 1820) où Jefferson s’inquiète des termes d’un compromis qui, selon (...)

1Idolâtré par les uns, vilipendé par les autres, Calhoun s’impose d’emblée comme la grande figure du Sud. Son charisme personnel, son maniement du verbe n’expliquent pas à eux seuls la stature et le prestige dont il jouit auprès de ses pairs. Au risque de manquer de respect au personnage, l’on pourrait affirmer que la réputation de l’homme tient d’abord et avant tout à ce qu’il ne fut pas un penseur original. Dans ses discours, dans ses écrits, Calhoun donne corps et consistance, enveloppe de sa rhétorique flamboyante une idéologie largement partagée par les Sudistes. Son talent et le degré de perfection auquel il porte la défense des intérêts du Sud justifient la place exceptionnelle qu’il occupe dans l’Amérique antebellum beaucoup plus que l’originalité même de son analyse. Il cristallise sur sa personne et dans ses écrits tout ce qui constitue l’exception sudiste. Sa pensée s’inscrit dans la lignée du xviiie siècle que les Sudistes voient s’éloigner à regret. Après tout, la Constitution de 1787 avait reconnu leur spécificité et leur “institution particulière”, leur droit de propriété avait été sanctionné par le vote unanime des États au moment de la ratification. Il avait fallu attendre 1820 et le compromis boiteux du Missouri pour que de réelles inquiétudes commencent à se faire jour et que Jefferson, retiré des affaires, prononce sa mise en garde solennelle à rencontre d’un texte qui promettait d’enflammer et de réduire en cendres une Union si péniblement élaborée1.

  • 2 Remarks on Receiving Abolition Petitions, Sénat, 6 février 1837 in The Papers of J. C. Calhoun, vo (...)

2La pensée calhounienne plonge ses racines dans le xviiie siècle et dans le débat qui a présidé à la naissance de la Nation, elle en épouse les contours, l’utilise savamment voire la travestit impunément. Calhoun aborde la théorie de l’État en homme des Lumières, pétri des idéaux révolutionnaires qu’il convoque à l’envi et qui lui servent à défendre les intérêts du Sud qu’il aime et qu’il sert par dessus tout. L’analyse de ce qu’il appelle “les institutions particulières”2 du Sud se modèle selon des catégories et conformément à une approche qui avaient prévalu chez nombre de Pères Fondateurs. Qu’il suffise d’indiquer ici que c’est à Jefferson et Madison, deux figures emblématiques du Sud, qu’il emprunte ses analyses “subversives” de la nullification. De même le strict respect de la Constitution, contribution majeure des hommes de la fin du xviiie siècle, suffirait selon lui à mettre fin à toute l’agitation qui se déchaîne au sujet de l’esclavage.

3Porte-parole des planteurs, et pas uniquement de la caste très aristocratique de la Caroline du Sud qu’il représente légalement, défenseur de la spécificité sudiste, Calhoun réalise l’osmose parfaite entre lui-même et l’idéologie dominante. Une unité qui n’est pas sans jalons ni constantes.

Les modèles de l’Antiquité

  • 3 Pour une analyse des modèles de l’Antiquité, cf. Hugues Gérard, Coup d’état à Philadelphie ?, pp. (...)

4De la génération qui l’a précédé et à laquelle on doit l’établissement d’une république qui se veut un modèle du genre, Calhoun hérite la fascination pour l’Antiquité et plus particulièrement pour la démocratie athénienne et la république romaine. L’on sait combien Jefferson, par exemple, admirait le génie de Rome et de la Grèce classique, au point qu’il avait ramené de ses voyages nombre de croquis qui allaient fournir la trame de ses réalisations architecturales les plus célèbres. Or, la pureté des lignes architecturales étaient le miroir fidèle de la perfection des structures politiques qu’il incombait d’imiter au plus près. Jamais dans l’histoire de l’humanité la démocratie n’avait atteint le degré d’achèvement qu’elle avait connue en ces siècles lointains. De même, lorsqu’il s’était agi de recommander au peuple des États américains le texte de la Constitution rédigé à Philadelphie, c’est vers l’Antiquité que Madison s’était tourné pour trouver les modèles partiellement ou totalement reproductibles. La Ligue des Achéens, grâce à la dévolution du pouvoir à une autorité centrale, constituait bien l’idéal d’une république équilibrée dont les architectes du gouvernement américain s’étaient plus ou moins consciemment inspirés au cours de l’entreprise de révision constitutionnelle de 17873.

  • 4 J. C. Calhoun, Exposition Draft, p. 494.

5Calhoun partage en tous points cette admiration pour les anciens Grecs et perçoit dans la Rome antique les germes de la société idéale. Rares sont ses discours ou ses écrits politiques où il ne fait référence explicitement à ces expériences lointaines. En 1828, chargé par la Chambre des Représentants de Caroline du Sud de rédiger un texte de circonstance qui expose les griefs surgis de l’application du tarif protectionniste, Calhoun rédige un paragraphe qui n’est autre qu’un bref rappel de l’histoire romaine et dans lequel il avance l’idée que pour se prémunir de toute tyrannie d’une partie du corps social, il convient d’intégrer, comme le firent les Romains, des dispositions constitutionnelles qui assurent la représentation équitable de toutes les parties dans les instances gouvernementales. À cette seule condition, un intérêt ne saurait devenir dominant et imposer ses lois arbitraires à un intérêt minoritaire4. Trois ans plus tard, alors que la crise de la nullification s’est encore aggravée, Calhoun écrit dans l’urgence l’Adresse de Fort Hill et reprend une argumentation analogue. Pour justifier le droit d’interposition des États du Sud, victimes d’une législation inique, il en appelle à la perfection des Cités grecques, et de Sparte en particulier, où chaque faction était en mesure, grâce à une voix particulière, de résister aux appétits de ses rivales et de protéger efficacement ses intérêts propres. La perfection en matière de théorie constitutionnelle passe en l’occurrence par un droit de veto absolu que détiendrait chaque fraction du corps social sur les actes législatifs d’autres groupes constitués :

Dès lors qu’existe une diversité d’intérêts dans des classes séparées et distinctes de la communauté, comme c’est le cas en Angleterre et comme ce le fut autrefois à Sparte, à Rome et dans la plupart des États libres de l’Antiquité, la disposition constitutionnelle rationnelle veut que chaque État soit représenté dans le gouvernement, en tant qu’État indépendant, avec une voix particulière, et un droit de veto sur les actes des autres États, afin d’empêcher leurs empiétements. (Adresse de Fort Hill, 26 juillet 1831, in Union and Liberty, pp. 373-374)

  • 5 Cf. infra Dissertation sur le gouvernement, La Constitution romaine, pp. 177-181.

6De même, au moment de formaliser sa théorie politique et dans un texte qui ne doit rien aux contingences de la lutte partisane, c’est encore une fois à Rome qu’est puisé le modèle parfait. La république romaine est érigée selon les principes immuables du gouvernement constitutionnel qui ont permis que s’institue un équilibre quasiment parfait entre les deux ordres constitutifs de la société romaine: les plébéiens et les patriciens. Après de nombreuses et sanglantes luttes entre les deux factions, une sorte de modus vivendi s’est finalement imposé, donnant aux plébéiens la faculté, à travers le tribunal, de faire valoir leurs intérêts propres face aux patriciens. C’est de ce conflit ouvert, mais finalement réglé par la voie de l’institution qu’ont surgi la concorde et le compromis, et la plèbe ne doit sa survie qu’à la faculté qu’elle détient de réduire à néant toute législation jugée inacceptable de la faction concurrente5.

La rhétorique

7La célébration des modèles de l’Antiquité ne se fait pas sans emphase et Calhoun en la matière ne se départit que très exceptionnellement des accents du rhéteur. L’on connaît le goût de l’art oratoire chez les hommes du Sud et force est de reconnaître que Calhoun le cultive et le porte à un degré de perfection rarement égalé. La tradition oratoire n’est pas une spécificité sudiste et l’on pourrait citer quelques noms de tribuns célèbres en Nouvelle-Angleterre, mais chez les Sudistes, le maniement du verbe acquiert très tôt un prestige particulier. La joute oratoire n’est pas sans analogie avec le tournoi médiéval et l’orateur qui entre en lice devant une foule ou devant un parterre choisi, endosse immédiatement l’habit du preux chevalier et s’engage dans un exercice où l’on attend de lui dextérité et doigté. Il suffira de rappeler ici à quel point les romans de Walter Scott ont modelé la culture sudiste pour comprendre ce rapport très particulier aux mots. Les exemples sont nombreux de grands tribuns et quiconque n’est pas maître de l’art oratoire en conçoit immédiatement une profonde amertume. Ainsi quand Patrick Henry pourfend les auteurs de la Constitution à l’occasion du débat de ratification à la Convention de Virginie, Madison qui se sait piètre orateur, redoute que ses arguments de pur bon sens ne puissent grand chose contre les torrents de paroles enflammées que déverse le tribun virginien. S’il ne renonce pas à ferrailler contre Patrick Henry, il sait que le raisonnement froid ne saura contenir la verve de son adversaire et craint que le texte ne soit finalement rejeté, non sur ses défauts propres, mais à cause du talent de Henry.

8Calhoun s’inscrit d’emblée dans cette tradition sudiste du discours, persuadé qu’il est au fond de lui-même que la rhétorique est affaire de “gentleman”, que la maîtrise du verbe est ce qui distingue l’aristocrate sudiste du manant et de l’homme ordinaire. Pour convaincre, il ne suffit pas de décliner le raisonnement sans faille, encore faut-il savoir agencer le discours. C’est qu’en dernière analyse seul l’art oratoire confère l’autorité ; l’aisance oratoire se prolonge et débouche sur le contrôle des hommes et des idées. Quiconque manie heureusement la parole peut briguer le pouvoir et le verbe est instrument de pouvoir. Cette conviction, qui n’est pas propre à Calhoun puisqu’elle imprègne la culture sudiste, se teinte forcément d’une certaine condescendance à l’égard du petit peuple et confère au planteur-orateur un statut de guide, d’éclaireur, puisqu’il lui appartient de frayer la voie aux naïfs, aux sans-grades qui privés des lumières du maître seraient victimes des charlatans de l’esprit. En dernière analyse, la rhétorique ne sert pas uniquement à édulcorer le discours, elle est l’instrument du pouvoir ; elle conditionne d’une certaine manière le rapport entre gouvernants et gouvernés et entre dans la définition du pacte républicain. Elle affirme une conception aristocratique du pouvoir tel qu’il s’exerce dans les États du Sud et à ce titre informe l’idéologie qu’elle véhicule.

Code de l’honneur et vertu républicaine

9Les idéologues du Sud revendiquent et fondent leur argument sur un code de l’honneur fort élaboré qu’ils associent généralement à la valeur éminemment républicaine de vertu. Calhoun ne fait pas exception et réalise parfaitement, dans ses écrits et par son exemple, la synthèse de ces deux notions où d’aucuns perçoivent la marque d’une certaine tension voire d’une irréductible antinomie. L’honneur est en effet de source aristocratique tandis que la république s’adresse au peuple dont elle est l’émanation et la représentation. Nul n’échappe au paradoxe et Calhoun l’aborde et l’assume totalement. La réponse qu’il apporte l’assimile au modèle sudiste d’autant qu’il jouera subtilement au cours de sa carrière publique de ce pseudo-code de chevalerie dont il maîtrise toutes les nuances.

10Dans sa défense des valeurs du Sud, dangereusement éprouvées par les attaques des Nordistes, il fait grand cas de l’honneur du vieux Sud. En 1850, parvenu au terme de sa vie politique, il livre une dernière bataille aux accents pathétiques pour préserver l’institution particulière. Prenant la parole sur le sujet hautement sensible de l’esclavage, il pose le débat en termes d’honneur bafoué. Selon lui, l’image du Sud a été déformée et trahie par une minorité d’ignorants irrespectueux des codes et regroupés dans des ligues abolitionnistes. C’est essentiellement pour laver l’honneur de la “nation sudiste” qu’il consent à s’exprimer sur un thème qu’il a longtemps répugné à aborder, tant il était vecteur de polémique et susceptible de provoquer l’éclatement de l’Union. Dans le discours du 4 mars 1850, Calhoun fait figurer l’honneur du Sud au même rang de préoccupation que sa sécurité et l’argument asséné avec fracas est assorti d’une menace non voilée de sécession. Le propriétaire d’esclaves justifie l’acte d’insoumission par le devoir qui est fait aux Sudistes de refuser justement leur propre mise en esclavage. La rébellion est affaire de survie, mais également d’honneur, car rien ne serait plus insoutenable qu’une situation où le Sud serait réduit en esclavage par les voisins nordistes. Encore une fois, Calhoun ne perçoit pas la moindre incohérence dans son discours et martèle l’argument avec un incorrigible aplomb :

Quelle est la cause de ce mécontentement ? Elle se trouve dans cette certitude qu’ont les gens du Sud, toute aussi forte que le mécontentement lui-même, qu’ils ne peuvent rester, en l’état, dans l’Union, à moins d’y perdre leur honneur et leur sécurité. (Speech on the Slavery Question in Papers, 4 mars 1850, p. 543)

11Plus bas, l’autre grande question rhétorique est posée et la réponse tient dans les mêmes mots :

Comment l’Union peut-elle être préservée? À ceci une seule réponse qui est que c’est en adoptant des mesures telles que les États qui appartiennent au Sud soient en mesure de rester dans l’Union tout en préservant leur honneur et leur sécurité. (Slavery Question in Papers, p. 559)

  • 6 Le “système des dépouilles” consiste pour les membres du parti du président élu à occuper toutes l (...)

12S’il n’y a aucune incompatibilité entre le statut de propriétaire d’esclaves et la revendication d’une révolte au nom même du refus d’asservissement, c’est qu’il n’est rien de plus étranger au maître et au planteur que l’esprit servile. Et Calhoun réalise la synthèse a priori impossible entre deux termes que la logique élémentaire oppose irrémédiablement. L’ambiguïté est vécue et revendiquée sur fond de la relation également ambiguë qui préside au rapport entre l’homme politique et la chose publique. Gérer la Cité revient à gérer des hommes mus par des préoccupations égoïstes et basses, si bien qu’il y a nécessairement quelque abaissement à s’occuper de la chose publique. Sur ce point l’attitude de Calhoun est également très symptomatique puisqu’il éprouve à l’égard de l’action politique la même défiance que la plupart de ses contemporains sudistes. Le rapport à la république n’est pas sans ambiguïté puisque l’arène politique est nécessairement le lieu de compromissions et le responsable politique ne peut qu’y perdre une partie de sa pureté originelle. Le contact avec le peuple équivaut à un abandon de dignité dont se drape volontiers le planteur sudiste isolé sur sa plantation. Il découle donc de l’action politique une certaine déchéance, due au fait qu’elle est perçue comme dégradante et passablement vulgaire. Elle suppose que le maître quitte la plantation, descende du piédestal où il est installé par les “institutions particulières” du Sud et qu’en aristocrate soucieux de l’intérêt général il se préoccupe des affaires de ceux à qui il se sent infiniment supérieur. Calhoun n’échappe pas à cette situation paradoxale et se doit de composer avec elle. Sa stratégie consistera à frapper d’indignité toutes les pratiques de son temps jugées vulgaires et à les condamner comme signes de dégénérescence. Sont ainsi couverts de mépris le clientélisme des hommes de pouvoir et le “système des dépouilles” (“spoils System”6) caractéristique de la présidence Jackson. De tels procédés sont jugés indignes du responsable politique, et en particulier du Sudiste élevé dans une certaine aristocratie de l’esprit. Ils déshonorent le chevalier sudiste qui a souscrit à un code de l’honneur qui l’élève au dessus du vulgum pecus et lui donne une mission particulière de guide et de modèle. En réaction à ces pratiques déshonorantes, Calhoun développe, dans la plus pure tradition sudiste, un code de l’action politique fondé sur la vertu et le désintéressement. À longueur de discours, il assène l’idée que son action dépasse largement le cadre étroit et restreint de l’ambition personnelle et qu’en aucun cas il ne recherche le pouvoir comme une fin en soi. La pose prise entraîne condescendance et mépris, puisqu’il n’a pas de mot assez dur pour certaines pratiques observées autour de lui qui sont le fait des Nordistes, toujours prompts à faire passer leur intérêt personnel avant l’intérêt collectif. Et Calhoun de se draper dans les plis de la vertu idéale, lui qui sut renoncer à toute chance de promotion, y compris à la magistrature suprême, au nom d’un devoir supérieur dû à lui-même et a ses contemporains. Il est vrai qu’il fut le seul vice-président de l’histoire américaine à présenter sa démission au nom d’une divergence de vues avec le président en exercice au moment de la crise de la nullification. Avec un certain sens de l’auto-célébration, il rappelle dans le discours de 1833 sur le Tarif qu’il sut choisir la voie du devoir, quelles qu’en fussent les conséquences pour la suite de sa carrière :

Le Congrès était si totalement absorbé dans le jeu de l’ambition et de l’avarice, sous la double action des industriels et des politiciens, que seuls quelques-uns semblèrent prévoir la crise actuelle qui cause tant de soucis aujourd’hui, mais qui n’est que le résultat inévitable de ce qui se passa à cette époque là. Quant à lui [et Calhoun parle ici de lui-même à la troisième personne] il prévoyait clairement ce qui s’est passé depuis. La voie de l’ambition était ouverte devant lui ; il lui suffisait de suivre les tendances corrompues de l’époque; mais il choisit d’emprunter le chemin difficile du devoir. (Speech on the Revenue Collection (Force) Bill, 15-16 février 1833, in Calhoun, Basic Documents, pp. 153-154)

13Supérieur par l’intellect et la probité morale, Calhoun impose de lui-même l’image d’un seigneur bienveillant, qui agit non pour son bien personnel et individuel mais dans l’intérêt du plus grand nombre. Ce faisant, il cultive l’idéal de passivité si caractéristique des hommes du Sud qui lui évite de devoir quémander les suffrages des électeurs. L’homme politique, par nature supérieur à ses mandataires, doit être porté au pinacle par la vox populi pour ses qualités éminentes et reconnues par tous. Dès l’instant où il sollicite, il s’abaisse au niveau de ceux qu’il représente et perd une part de sa légitimité. Le planteur est naturellement fait pour gouverner, parce qu’il est capable d’une clairvoyance exceptionnelle et d’une analyse plus fine que ses contemporains. L’on peut d’ailleurs s’interroger sur la part de calcul qui entre dans cette conception très élitiste de l’exercice du pouvoir et se demander si, au fond, elle ne participe pas d’une stratégie évoluée qui consisterait à solliciter le moins possible pour accréditer une supériorité naturelle qui est le moyen le plus sûr d’être plébiscité par le plus grand nombre. Dans le cas de Calhoun, il est patent que l’exercice du pouvoir ne lui a apporté aucun avantage financier, qu’il a délaissé ses plantations pour son rôle d’homme d’état et qu’il a finalement connu les déboires du planteur absent sans jamais compenser dans la sphère politique les pertes encourues sur la plantation.

Le patriarcat : avatar sudiste de l’autorité

14La plantation est l’expérience immédiate du Sudiste et à ce titre elle sert à formaliser une conception très “particulière” de l’autorité. Et encore une fois, Calhoun exprime sur ce point une vision du pouvoir très emblématique du vieux Sud. L’assimilation s’effectue de façon plus ou moins consciente entre l’univers de la plantation et celui de l’action politique locale aussi bien que nationale. Le planteur y jouit de l’autorité incontestée que lui confère presque automatiquement son statut de patriarche et c’est vers lui que naturellement se tournent les membres de la communauté pour y recevoir conseils et avertissements. La plantation fonctionne sur le mode d’une hiérarchie acceptée qui découle de l’autorité naturelle et immédiatement palpable du maître et ceci donne un rythme particulier à la vie communautaire. Le maître y exerce un paternalisme bienveillant et veille à l’intérêt de tous ceux dont il est responsable. Juge impartial, il règne sur un microcosme parfaitement organisé où chacun occupe de bon gré la place intangible qui lui revient. L’autorité s’exerce sur des esclaves qui par nature effectuent les seules tâches auxquelles ils sont adaptés. Puisque la race noire répugne au travail intellectuel mais s’acquitte merveilleusement bien des travaux manuels, en particulier dans l’agriculture, son rôle lui est assigné obligatoirement en fonction de ses dispositions naturelles et évidentes. L’ordre de la plantation dépend étroitement de cette adéquation entre les acteurs de la vie économique et le type de tâches qui leur est confié, si bien que tout glissement, toute modification de cet ordre préétabli serait susceptible d’entraîner la rupture et le chaos. De même, les épouses veillent à des travaux d’intérieur qui participent au bien-être général et qui sont assumées de bon gré car elles correspondent également aux talents innées de celles qui s’en acquittent. Enfin, les enfants sont élevés dans le strict respect de l’autorité du père-planteur, maître et guide, tolérant et juste qui sait punir ses enfants, comme il punit ses esclaves pour tout manquement au code établi.

15Le monde de la plantation est donc fondé sur l’acceptation générale de règles et d’une hiérarchie intangible qui n’est pas le fruit du hasard mais plus précisément d’un ordre naturel. Il fonctionne comme un organisme parfait dans lequel chaque élément joue un rôle spécifique qui participe du bonheur commun. L’autorité s’y impose de soi et chacun occupe sans la discuter et sans la remettre en cause la place qui lui revient de droit. Il y règne l’accord parfait établi sur le consentement des parties, lequel est en quelque sorte inscrit sur les tables de la loi de la plantation et n’a pas à être expressément sollicité ou délégué comme dans la république lockienne. Il s’impose de lui-même dans un schéma d’autorité immédiatement consenti selon des catégories spécifiques que personne n’oserait transgresser. C’est d’ailleurs cette hiérarchie naturelle dont participe la dévolution du pouvoir politique qui permet de mieux comprendre l’attitude de passivité des responsables dans l’obtention de mandats électifs. Point n’est besoin de réclamer une fonction ou un honneur qui revient quasiment de droit au maître de la plantation. En dernière analyse, le maître idéal sera également l’homme d’État idéal, parce qu’il saura reproduire au niveau supérieur les modes d’action qui accomplissent des merveilles dans l’univers de la plantation. Il n’y a pas, ou tout au moins il ne devrait pas y avoir de rupture entre l’univers de la plantation et celui de l’action politique dans l’enceinte de l’assemblée locale ou fédérale. Les principes, les attitudes qui informent la vie de la plantation sont immédiatement reproductibles au degré supérieur. Dans l’idéal, la Chambre sera composée de planteurs à l’autorité incontestée et qui auront à cœur d’assurer le bien-être général selon une justice reconnue et acceptée par tous. Ainsi, la transposition des règles de la vie de la plantation au cran supérieur suffit à assurer une harmonie parfaite qui gomme les antagonismes les plus radicaux et adoucit les conflits d’intérêt. Or, Calhoun est lui-même fasciné par cet idéal de perfection qu’il observe dans les plantations du Sud. Soucieux de perfection en matière d’organisation politique, il n’est pas indifférent que le thème de son discours (jamais prononcé) pour le début de l’année universitaire à Yale en 1804 ait été justement: “L’homme d’État idéal”. Consciemment ou pas, il est convaincu de la perfection du modèle sudiste de la plantation car il fonctionne sans compromis et sans accommodements. L’autorité n’y est pas l’aboutissement de quelque artifice qui exigerait qu’elle soit déléguée à certains par leurs égaux après consultation de toutes les parties et aux termes d’un contrat qui pourrait être dénoncé à tous moments. Au contraire, l’autorité ne souffre aucune temporalité et s’exerce au nom de critères immuables. Comme représentation de l’autorité, la plantation constitue un nec plus ultra car elle contient dans son microcosme les éléments d’un modèle idéal. Il suffit donc de l’élargir, de la transposer telle quelle au niveau de l’État individuel, puis de l’État fédéral pour obtenir l’organisme parfait. Au sommet de la pyramide, le président des États-Unis est la figure patriarcale portée au sommet du pouvoir sans s’être jamais compromis et qui exerce le pouvoir avec la même autorité naturelle que le père sur ses enfants.

16Une telle représentation de l’autorité relève naturellement du mythe beaucoup plus que d’une réalité vécue. Il est très improbable que le schéma calhounien ait jamais fonctionné aussi souplement dans aucune des plantations du Sud et l’on peut légitimement douter que Calhoun ait jamais songé à l’imposer tel quel pour servir de modèle à l’Union. Il n’empêche que son vocabulaire lui-même est porteur d’idéologie. Il était courant à l’époque que les planteurs figurent leur statut en termes de “devoir” et de “fardeau”, tant ils cherchaient à accréditer l’idée que leur situation leur imposait de lourdes responsabilités. En d’autres termes, le propriétaire d’esclaves se devait à eux et les tâches à assumer étaient d’une redoutable complexité. Le planteur devenu homme public entretient avec sa fonction le même rapport et, au prix de sa propre liberté, s’attache à créer les conditions d’une harmonie parfaite. Tout ce qui pourrait troubler cette sérénité doit être combattu et tous les facteurs de division et de dissension doivent être écartés. Bref, la plantation est régie selon la règle du consensus, lequel doit être recherché pour établir la république idéale.

République et consensus

17La quête du consensus fonde et informe totalement la démarche théorique de Calhoun. L’analyse est déterminée par son expérience de planteur et par sa vision unitaire et unanimiste de l’univers de la plantation. Sa pensée s’articule autour de concepts dont l’évidence lui est fournie par l’harmonie qui préside aux rapports humains dans un monde bâti sur l’existence et la reconnaissance de l’institution esclavagiste. Là est le point de départ de sa théorie du pouvoir politique, beaucoup plus que dans quelque abstraction philosophique. Le vécu prime le théorique, même si par ailleurs Calhoun s’échine à établir des lois et des principes généraux qui auraient une validité équivalente aux lois qui régissent le monde naturel et l’univers physique.

  • 7 Calhoun y condamne avec la plus extrême véhémence la logique d’un texte qui permettrait éventuelle (...)

18La république idéale qui constitue la fin ultime du projet calhounien doit réunir dans une vision commune toutes les parties constitutives de la nation. Les conflits d’intérêts, cristallisés autour de factions concurrentes ou légitimés par l’apparition de partis politiques font peser une menace mortelle sur l’équilibre de l’ensemble. La république doit être un tout unifié. Travaillée par les luttes intestines nées de la divergence des intérêts, elle ne peut que se dissoudre et disparaître pour être remplacée par un pouvoir despotique. Au mieux, et c’est le but final de la démarche du Carolinien, la république est totalement consensuelle, un organisme où chaque citoyen occupe la place qui lui revient légitimement et où les intérêts nécessairement divers finissent, grâce à leur complémentarité, par participer au bonheur général. Il doit naître et se développer une forme de fraternité entre les individus composant la nation et le terme est d’ailleurs employé pour décrire ce que fut l’Union américaine à ses débuts. Le discours de 1833 sur le Tarif, dit “Force Bill”7, fait explicitement référence à un passé idéalisé où les États de l’Union auraient entretenu entre eux des relations fraternelles et où aurait existé une communauté d’intérêts et de pensée entre Nord et Sud :

...le zèle avec lequel toutes les occasions ont été saisies pour déformer ou exagérer la conduite de la Caroline dans le différend qui est apparu, avec pour seule fin d’exciter l’hostilité à son égard, démontre de façon claire à quel point s’est désagrégé le profond sentiment de fraternité qui existait autrefois entre ces États, et auquel nous devons notre admirable système fédéral. (Speech on Force Bill, 15-16 février 1833, in Basic Documents, p. 135)

19Distorsion manifeste de l’histoire immédiate à fin de propagande puisqu’il faudrait penser que la naissance de la nation américaine se soit faite sans tensions et sans marchandages. Qui pouvait croire qu’ait jamais existé une profonde sympathie entre Nord et Sud, à laquelle on devrait la rédaction de la Constitution et qui se serait peu à peu délitée sous l’effet du protectionnisme yankee? L’argument est évidemment de pure rhétorique, sans fondement et uniquement destiné à embellir l’œuvre des Pères Fondateurs, comme si cela pouvait suffire à atténuer les conflits des années 1830. Qu’il suffise de rappeler ici que les dissensions étaient si profondes et les plaies si béantes qu’il fut question d’établir deux républiques distinctes, ayant chacune ses institutions propres et son Président élu. Si la proposition ne fut pas retenue c’est qu’entre temps, et au prix de multiples compromis, notamment à propos de l’esclavage, les bases d’un accord avaient pu être trouvées. D’ailleurs les acteurs eux-mêmes de la Convention s’accordaient à penser que le document final n’était qu’un pis-aller, obtenu à grand peine, et qui ne résistait pas à une analyse serrée mettant en jeu la stricte orthodoxie républicaine.

20Le consensualisme, invoqué dans une situation de crise aiguë mais historiquement illusoire, constitue la matrice de la pensée calhounienne. On ne peut manquer de relever ici aussi le paradoxe d’un homme de parti qui s’élève justement contre l’existence des partis et qui fut en son temps considéré comme factieux par le Président en exercice lui-même. Malgré ses dénégations et ses appels pathétiques à l’unité nationale, Calhoun sut utiliser la machine du parti Démocrate pour servir ses ambitions personnelles, ce qui atténue considérablement la pertinence de ses arguments. Et pourtant il serait faux d’en conclure à une simple manipulation et de tirer argument de sa carrière pour remettre en question le fondement même de sa théorie du gouvernement. Au fond, il existe des précédents et Calhoun se trouve peu ou prou dans la situation où était Jefferson qui accède à la magistrature suprême après une campagne d’une rare intensité et déclare dans son Discours Inaugural de 1801 que doivent disparaître à jamais les clivages entre Fédéralistes et Républicains. C’est dire à quel point la recherche du consensus est partie intégrante de la pensée politique au tournant du siècle et chez Calhoun, on observe tout simplement le décalage entre une pratique politique qui impose l’alignement sur les partis et une théorie qui se doit d’inclure sa portion d’idéal.

  • 8 Parmi les figures marquantes de la pensée esclavagiste, l’on peut citer entre autres George Fitzhu (...)

21Nous reviendrons plus loin sur la théorie consensualiste qui chez Calhoun trouve sa forme la plus achevée dans la Dissertation sur le gouvernement, et qui engage une réflexion abstraite sur les concepts de légitimité et de souveraineté. On s’en tiendra ici à décrire le terreau conceptuel propre aux idéologues du Sud, dérivé d’une expérience particulière et partagée par les contemporains de Calhoun8. Entre lui et les hommes politiques du temps se glisse une volonté de formaliser, de théoriser et au terme de l’analyse de proposer les contours d’un modèle idéal qui ne serait pas applicable aux seuls États du Sud. Ce qui est retenu de l’exemple sudiste est qu’il est l’environnement adéquat pour écarter tout danger de despotisme, pour installer sur des fondements stables l’idée de démocratie, parce que les intérêts y sont complémentaires et non pas conflictuels :

Jusqu’ici, les résultats de l’expérience sont à l’avantage du Sud. La société sudiste avait été beaucoup moins agitée et il [Calhoun] irait jusqu’à prévoir que sa situation serait de loin la plus sûre, et de loin la plus favorable au maintien de la liberté. (Remarks on Receiving Abolition Petitions in The Papers of J. C. Calhoun, vol. xiii, pp. 1835-1837)

22La présence d’esclaves comme garant de la liberté. Tel est le paradoxe apparent que Calhoun entreprend de démontrer en arguant qu’à la différence de leurs voisins nordistes les États du Sud ne vivent pas sous le régime des partis et ne sont pas déchirés par la lutte de factions hostiles.

23La défiance à l’égard des partis politiques, voire leur rejet pur et simple, s’explique assez aisément par des considérations psychologiques, elles-mêmes dérivées des institutions et de la structure sociale du Sud. L’appartenance à un parti politique est la marque d’une forme d’asservissement ; elle entraîne de façon presque automatique une perte de libre-arbitre, la dilution de l’identité de chacun dans une entité plus grande. Elle implique notamment de se conformer à une certaine discipline et d’accepter certaines règles, au nom même de l’efficacité. Or, tout esclavage, quelle qu’en soit la forme, répugne aux hommes du Sud qui ne le conçoivent que pour la race naturellement disposée à la soumission. Calhoun prend toujours soin de s’exprimer, non point au nom d’un parti politique, ni même d’un État particulier, il se veut garant et défenseur de tout le Sud, il parle le plus souvent en son nom propre et revendique une totale indépendance d’esprit. Ceci est particulièrement vrai de son discours de 1850 sur la question de l’esclavage qu’il conclut en se flattant d’avoir œuvré pour l’intérêt de l’Union, accessoirement pour celui du Sud, jamais pour le compte de tel ou tel parti :

Sénateurs, j’ai accompli mon devoir en exprimant mes opinions complètement, librement et candidement en cette occasion solennelle. Ce faisant, j’ai été gouverné par des principes qui m’ont guidé à toutes les étapes de l’agitation au sujet de la question de l’esclavage depuis ses débuts. Je me suis employé, au cours de toute cette période, à l’arrêter, mon intention étant si possible de sauver l’Union, sinon de sauver la section à laquelle il a plu à la Providence d’associer mon destin et qui, je le crois sincèrement, a de son côté la justice et la Constitution. Ayant fait fidèlement mon devoir du mieux que j’ai pu, à la fois à l’égard de l’Union et de ma région, pendant toute cette agitation, j’aurai la consolation, quoi qu’il arrive, d’être dégagé de toute responsabilité. (Speech on Slavery in Papers, 4 mars 1850, p. 573)

24Avec le recul, il paraît pour le moins imprudent de tenir pour vérité incontestable l’état des lieux dressé par le Carolinien. Si le débat n’atteignait pas le degré d’intensité observable dans les États du Nord, par contre ce serait une grossière contre-vérité d’affirmer que la vie politique du Sud était parfaitement étale. Comme ailleurs, s’y tenaient conventions, caucus, réunions informelles et le débat partisan occupait une place non négligeable. Cependant, il est aujourd’hui établi de manière indiscutable que les élections dans le Sud, lieu privilégié du choc des partis, étaient comparativement moins disputées qu’elles ne l’étaient au Nord. Les résultats se soldaient souvent par des victoires de tel ou tel candidat avec des marges supérieures à 20 % et il n’était pas rare qu’à certaines consultations électorales figure un seul candidat. Certes les statistiques en la matière sont à manipuler avec précaution, et l’on pourrait sans nul doute isoler tel ou tel scrutin particulier ayant donné lieu à une lutte partisane particulièrement acerbe. La tendance est tout de même à la une vie politique “peu ou pas animée et, à l’intérieur même du Sud, la Caroline du Sud est exceptionnellement consensuelle. L’identité d’intérêts est sans doute plus apparente que réelle, surtout si l’on songe à la sous-représentation des zones intérieures par rapport à la zone côtière. Tout laisse penser qu’il y eut une manœuvre délibérée des classes dirigeantes pour gommer ou tout au moins pour adoucir les points de friction. Dans cet État éminemment conservateur, tout fut soigneusement organisé pour éviter les grands clivages idéologiques. Parmi toutes les consultations, l’élection du président a toujours constitué un moment privilégié de la confrontation politique, à cause justement du schéma bipolaire qu’elle imposait presque automatiquement. Dans tous les États de l’Union, la désignation du président est l’occasion de s’affilier avec clarté à tel ou tel parti. Il n’est donc pas indifférent de noter que seule la Caroline du Sud s’est tenue à l’écart de la procédure la plus courante de désignation des grands électeurs. Alors que dans tous les États en 1830, cette désignation avait été transférée au peuple, en Caroline du Sud elle restait une prérogative de l’assemblée législative. L’exception carolinienne se marquait par la mise en œuvre du scrutin indirect qui était fondamentalement antidémocratique mais qui laissait au moins planer l’illusion d’un consensus. De même, au cours de la crise de la nullification, Calhoun tire argument de l’unanimisme pour louer l’exception carolinenne. De fait, seule la Caroline du Sud avait su s’unir pour la défense d’un intérêt particulier sur lequel reposaient sa richesse économique et l’équilibre de sa société. Dans tous les autres États, le régime des partis avait dissout le sentiment patriotique au point qu’il n’y avait plus d’élément fédérateur. Si l’on admet l’analyse selon laquelle la nullification n’est pas l’expression de quelque sentiment factieux mais qu’elle constitue la seule arme légitime par laquelle un État, membre de l’Union, peut préserver ses intérêts fondamentaux, la Caroline du Sud est, grâce à son unanimité, garante de la Constitution et de l’Union. Elle exerce un contre-pouvoir qui entre dans le pacte fédéral, puisqu’il est seul susceptible de s’opposer à celui de la Cour Suprême. Sans l’approbation réelle ou supposée de tous les membres de la communauté, ce pouvoir serait perdu et les institutions seraient de facto dévoyées ou détournées. Le consensus renforce la souveraineté qui par cascade raffermit l’Union et garantit le contrat fédéral.

Idée républicaine et représentation virtuelle

  • 9 Sur ce point, le texte séminal est celui de Madison dans le n° 10 des Federalist Papers. Madison y (...)

25Il va sans dire que l’unanimisme sudiste relève davantage du vœu pieux que d’une analyse serrée de la situation. Mais, dès l’instant où s’installe le débat démocratique, il importe que tous les intérêts convergents ou divergents soient représentés. Il s’ensuit que l’homogénéité prétendue de la section sudiste implique que ne joue pas à plein le processus de représentation. Lorsque des intérêts contradictoires sont susceptibles de s’exprimer au travers d’institutions représentatives, il ne peut surgir que des conflits ouverts, des clivages ou des luttes partisanes. Le fonctionnement de la république sous-entend presque nécessairement ces antagonismes, ces moments de tension, visibles surtout à l’occasion des consultations électorales, instants de crise obligatoires à la vie de la cité. Les conflits doivent se résoudre par le vote libre qui lui-même suppose l’application et l’acceptation de la loi majoritaire. Le système n’est pas sans ses carences et ses limites propres. Il est avéré par exemple que la seule règle de la majorité numérique n’est pas totalement satisfaisante car elle ne fait pas justice à toutes les parties qui s’expriment à travers le scrutin. Le xviiie siècle a d’ailleurs été celui du questionnement incessant de cette faiblesse inhérente au système républicain, sous sa forme extrême de tyrannie de la majorité9. Calhoun fondera une grande partie de sa théorie du gouvernement justement sur la dénonciation du fait majoritaire qui lamine et annihile les droits légitimes de la minorité et crée les conditions d’une tyrannie plus pernicieuse et plus sournoise mais tout aussi contraignante que celle d’un despote isolé. Sa théorie de la majorité concurrente qui trouve son expression ultime dans la Dissertation sur le gouvernement et qui est censée neutraliser les effets négatifs d’une application aveugle de la majorité numérique, sera exposée en détail plus loin. Si elle est originale dans sa formulation et son degré d’abstraction logique, force est de reconnaître qu’elle puise dans un creuset idéologique spécifique au Sud dont il convient ici d’analyser les lignes de force.

26Loin d’être élaborée ex nihilo, voire à partir d’une construction purement abstraite et atemporelle, la théorie de la majorité concurrente ne se départit pas d’une historicité particulière. Elle s’ordonne sur une expérience donnée, celle des États du Sud en butte aux exactions réelles ou supposées des Nordistes. Elle est avant tout une réplique à une situation donnée. La part de théorisation n’intervient que dans un second temps.

  • 10 The Rights of the British Colonies Asserted and Proved (1764).
  • 11 Letters from a farmer in Pennsylvania (1767-1768).

27La république qui suppose l’existence de factions, ne peut faire l’économie de leur représentation véritable et entière. Toutes les sensibilités doivent être représentées dans les instances de gouvernement, faute de quoi le système évolue insensiblement vers une forme despotique. Or, les Américains avaient eu dans un passé récent à souffrir de procédures qui interdisaient que leurs intérêts fussent représentés et donc pris en compte. La période révolutionnaire avait vu les colons américains exiger avec insistance de pouvoir mandater certains de leurs représentants directs au Parlement britannique. Tel avait été le sens du slogan le plus célèbre de la Révolution américaine : “pas d’impôt sans représentation”. La représentation réelle, pierre angulaire de la Constitution britannique, donnait des droits aux colons du Nouveau Monde de revendiquer, en tant que sujets britanniques, un traitement égal à celui réservé à ceux de la métropole. Le mouvement de 1776 avait fédéré les treize colonies autour de cette revendication d’une représentation effective des intérêts américains à Westminster. L’adhésion aux thèses de James Otis10 ou de John Dickinson11 avait impliqué à égalité les États du Sud et ceux du Nord et avait servi de ciment entre les États en guerre. Il eût été légitime qu’une fois l’indépendance acquise, les principes qui l’avaient sous-tendue fussent normalisés. Or, si la procédure alla quasiment de soi au Nord, à cette réserve près que le suffrage censitaire restait en vigueur dans la majorité des cas, le Sud ne s’y engagea pas aussi massivement ni aussi spontanément. On avait été sensible dans le Sud aux arguments des autorités britanniques face aux requêtes des Insurgents. De fait, à la représentation réelle revendiquée par les colons américains, la Couronne et le Parlement avaient opposé un argumentaire subtil établi autour du concept de représentation virtuelle. Burke, auquel Calhoun vouait une grande admiration, en avait été l’un des théoriciens les plus brillants. Il faut entendre par représentation virtuelle qu’un député ne siège pas dans un parlement pour y représenter l’intérêt particulier des habitants de la circonscription qui l’a mandaté. Il est avant tout membre d’une assemblée représentative de la Nation et donc dépositaire des intérêts d’un Tout, et non d’une fraction. L’entrée à Westminster suppose pour le détenteur d’une charge élective que l’intérêt général prime le particulier et qu’il se perçoive lui-même comme vecteur de revendications qui dépassent largement son cas spécifique :

Le parlement n’est pas un congrès d’ambassadeurs d’intérêts différents et opposés, chacun devant préserver son intérêt particulier, chacun étant un agent et un avocat contre d’autres agents et d’autres avocats ; mais le Parlement est l’assemblée délibérative d’une nation, unie par un seul intérêt, celui de tous ; et ce ne sont pas les préjugés locaux qui dominent, mais le bien de tous, qui découle de la raison générale du tout. Certes, on choisit un membre du Parlement, mais dès l’instant où il a été choisi, il n’est un représentant de Bristol mais il est membre du Parlement. (Burke, Discours aux électeurs de Bristol, http://www.econlib.org)

  • 12 Thomas Cooper (1759-1839), né en Angleterre, il fit ses études à Oxford et participa très tôt au d (...)

28À la veille de la guerre d’indépendance, les Britanniques avaient tiré argument de la représentation virtuelle pour signifier aux colons du Nouveau Monde que même sans représentants expressément élus et siégeant au Parlement de Londres, leur cas était en de bonnes mains et leurs intérêts correctement défendus. L’idée même de représentation virtuelle découle d’une conception aristocratique du pouvoir, telle que les gouvernants sont par nature supérieurs aux gouvernés et capables d’une analyse plus globale d’une situation donnée. Tel rapport entre gouvernants et gouvernés n’est pas forcément inscrit dans l’orthodoxie républicaine puisqu’il postule que les gouvernants sont en mesure, grâce à leurs qualités intrinsèques, de s’extraire du lot commun et d’échapper à tout localisme. Cette supériorité des gouvernants est une hypothèse qui ne pouvait que trouver un écho favorable auprès des penseurs sudistes, et de Calhoun en particulier. Le maître de la plantation ne l’est pas par pur hasard de la naissance, sa tâche, ou selon les cas, son “fardeau” lui impose d’être plus perspicace que les autres membres de la communauté, simples rouages insignifiants quoique indispensables d’une mécanique sociale et économique aux règles bien définies. Au terme de l’analyse, le député mérite d’être traité avec la déférence qui sied à sa fonction, laquelle sous-entend une hauteur de vues nettement au-dessus de la moyenne. Déférence, respect du maître/gouvernant et reconnaissance de sa supériorité, tous éléments qui donnaient au système une tournure nettement aristocratique qui ne pouvait que plaire aux Sudistes attachés à leurs “institutions particulières”. L’idée républicaine trouve ici sa particularité sudiste ; elle ne suppose pas que la classe dirigeante soit une projection fidèle et exacte du peuple; le planteur ne se reconnaît pas dans le petit blanc, pas plus que l’inverse. De là dérive une adhésion plus ou mois consciente des planteurs aux règles de la représentation virtuelle. Certes, le débat révolutionnaire avait laissé des traces profondes et indélébiles, dans les États du Sud et dans la Caroline en particulier. Sans doute serait-il erroné d’affirmer que d’une manière ou d’une autre, cet État pourtant très élitiste n’ait pas évolué vers une forme plus marquée de représentation réelle, et les réformes électorales attestent de ce progrès. Il n’empêche que même si, poussée par les tendances les plus récentes, la Caroline devait plus ou moins s’adapter au modèle de république issu de la guerre révolutionnaire, elle restait intimement et presque viscéralement attachée à la représentation virtuelle. Rien ne répugnait plus à un des ses représentants d’agir sur instruction, c’est-à-dire de se conformer dans ses votes et ses prises de position publiques à un mandat qui lui eût été expressément confié par ses mandants. Le Carolinien entendait demeurer libre de ses opinions et de ses votes et, si besoin était, de sacrifier l’intérêt de ceux qui l’avaient élu au nom d’un intérêt prétendument supérieur de la nation. Thomas Cooper12, qui fut une figure clé du mouvement de la nullification, définissait les devoirs du représentant en des termes très proches de ceux de Burke :

Chaque homme qui est appelé à l’assemblée nationale est un représentant national et non local... Vous êtes envoyé au conseil de la nation pour délibérer au sujet de la nation et non du petit quartier où se trouve votre résidence. (cité par Greenberg in Masters and Slaves, p. 71)

29Malgré l’hégémonie exercée par la classe des planteurs, un retour pur et simple à la représentation virtuelle était hors de question, y compris en Caroline du Sud. Il n’empêche que le discours calhounien porte la marque de son attachement à l’idée que le représentant jouit de qualités supérieures à la moyenne et partant qu’il est le garant de l’unité nationale qu’il incarne. Calhoun ne parle que très rarement en sa qualité d’élu de la Caroline du Sud, y compris dans ses discours sur la nullification, et notamment dans l’Exposition où il écrivait pourtant sur injonction de l’assemblée représentative de Caroline du Sud pour exposer les griefs particuliers de ses habitants à propos du tarif protectionniste. Sa tendance est toujours à élargir la problématique, à y associer les autres États du Sud et en dernière analyse à prendre le parti du Sud pour préserver l’Union. L’attitude est très symptomatique d’un adepte de la représentation virtuelle qui certes se conforme aux règles de désignation des élus de son État, mais qui pour autant ne s’estime pas lié par des considérations ou des préoccupations étroitement locales. Son adhésion à une forme de désignation naguère revendiquée par la mère-patrie informe et détermine l’étape suivante qui sera de théoriser sous forme abstraite, avec pour but et enjeu de trouver les conditions d’un consensus. De ce point de vue, la théorie de la majorité concurrente établit selon une logique particulière les termes d’une pratique qui remonte au xviiie siècle et renvoie à la vie politique anglaise.

La culture de l’esclavage

30Patriarcat, consensus, code de l’honneur, représentation virtuelle participent tous et se ramènent finalement à une culture de l’esclavage à laquelle Calhoun souscrit entièrement et qu’il va porter à un degré de formalisation inégalé jusque là. La plupart des historiens ont à juste titre souligné l’extrême réticence du représentant du Sud à aborder le sujet hautement sensible et polémique de l’esclavage. Tous s’accordent à interpréter ce silence relatif par des raisons à la fois psychologiques et historiques. En gros, ce qui contraint Calhoun de briser le silence, c’est une nouvelle donne politique apparue dans la troisième décennie du siècle et qui appelle une réaction virulente et déterminée des Sudistes.

31En premier lieu et pendant très longtemps, Calhoun ne percevait pas la nécessité d’engager un débat, encore moins de tenter la justification d’une institution qui allait de soi et qui était inscrite dans le tissu économique et social du Sud au point que tout questionnement paraissait superflu. L’expérience durait depuis plus de deux siècles, elle avait apporté la preuve manifeste de sa nécessité et il n’y avait aucune raison de procéder à la moindre remise en cause. Cela ne signifie nullement que Calhoun ait été totalement imperméable aux arguments et au mouvement d’idées surgi du siècle des Lumières, ou qu’il en ait ignoré l’existence. Simplement, le Sud est perçu comme un pré carré, une exception dans l’Amérique du début du xixe siècle, voire à certains égards dans le monde entier. La société sudiste fonctionne de façon satisfaisante et pour l’intérêt de toutes les parties selon ses règles propres et selon des modes qui lui sont particuliers. Il arrive que Calhoun intègre dans son propos des éléments d’analyse directement empruntés à la rhétorique révolutionnaire dont il ne peut méconnaître qu’elle est issue des droits de l’homme et qu’elle revendique explicitement l’égalité entre les hommes. Quand la situation l’exige, et c’est le cas avec le tarif douanier de 1828, Calhoun n’hésite pas à puiser dans l’argument jeffersonien la justification à la révolte des États du Sud. Il se refuse à considérer les termes de l’antinomie qui consiste à en appeler aux idéaux révolutionnaires alors que sont occultés tous les postulats sous-jacents. Il est vrai que le paradoxe n’est pas propre à Calhoun. Il avait été chez Jefferson lui-même la source d’un conflit intérieur, tant il paraissait vain de vouloir établir un système politique qui postulait l’égalité tout en préservant dans ses institutions la reconnaissance du fait esclavagiste. Le problème avait été maintes fois soulevé dans l’Amérique postrévolutionnaire, et notamment lors de la Convention constituante de 1787 où avait été remarquée l’impossibilité de créer une Union durable et solide, une république américaine unifiée qui repose sur deux systèmes si diamétralement opposés que ceux qui caractérisaient les États du Nord et ceux du Sud. Calhoun tourne volontairement le dos à ce défi à la logique et n’interroge ni la cohérence du système politique issu de la Constitution, ni ses auteurs. Il se réclame de la Constitution dont il attend qu’elle soit respectée dans sa plus stricte orthodoxie, car, ayant entériné l’esclavage elle constitue le rempart le plus sûr contre les attaques des abolitionnistes :

L’esclavage existait dans le Sud avant que la Constitution ne soit rédigée, et dans les mêmes proportions par rapport à la population qu’aujourd’hui. C’est la seule propriété qui y soit reconnue ; la seule qui soit entrée dans sa formation comme élément politique, à la fois lorsqu’il s’est agi d’établir le poids relatif des États à l’intérieur du gouvernement, et de fixer l’impôt direct ; il est la seule forme de propriété qui soit placée sous la garantie expresse de la Constitution. (Discours sur la loi de l’Oregon, 27 juin 1848, in Basic Documents, p. 269)

32La constitution et elle seule pourra assurer la pérennité du système et il serait dangereux de revenir sur ses attendus considérés comme étant fondateurs. Il n’est pas question de questionner périodiquement la loi fondamentale approuvée explicitement par le peuple souverain ou d’interroger de façon récurrente la légitimité des institutions. Cela reviendrait à paralyser le système et à terme à le détruire tout à fait.

  • 13 “La première de la série de lois par lesquelles le Sud a été privé de la portion qui lui revenait (...)
  • 14 Pour une étude du duel comme phénomène propre à la culture du Sud, se reporter au chapitre “The Du (...)

33Si Calhoun doit finalement et contre son gré se résoudre à s’exprimer ouvertement et publiquement sur la question de l’esclavage, c’est que les conditions historiques le lui imposent à partir des années 1830. Jusque là, la république avait fonctionné bon an mal an et le sujet avait été laissé plus ou moins en sommeil. Certes, des compromis avaient été passés et certains textes réglementaires constituaient de facto une remise en cause de l’institution servile. L’Ordonnance du Nord-Ouest de 1787 avait exclu les Sudistes du territoire auquel elle s’appliquait et l’expansion du Sud, associée à son “institution particulière”, avait été considérablement freinée. Selon Calhoun, cette Ordonnance constitue de toute façon le premier coin introduit par le législateur entre les deux sections de la nation américaine, le premier élément de la déstabilisation13. Elle avait été suivie chronologiquement par le compromis boiteux du Missouri qui limitait encore la zone d’influence du Sud et ses opportunités d’expansion. Jusque là cependant, les Sudistes pouvaient considérer que l’essentiel avait été préservé, même si la pression s’accentuait et si les perspectives se réduisaient pour eux d’étendre leurs institutions vers l’ouest. Jusque-là, la tactique de Calhoun, et de la plupart des politiciens du Sud, avait été celle de l’esquive et elle tenait en quelques mots: il convenait d’appliquer la Constitution dans tous ses attendus pour éviter une fatale confrontation. La politique avait donc été celle d’un débat minimal, de l’étouffement systématique des grandes questions pouvant déclencher d’incontrôlables polémiques. Ce faux consensus vole en éclats avec la constitution et la montée en puissance des sociétés abolitionnistes dont les revendications se font de plus en plus radicales et pressantes. On peut légitimement supposer que Calhoun en aurait fait peu de cas si, dans le même temps, la politique fédérale n’avait pas été jugée discriminatoire à l’égard des États du Sud. De ce point de vue, c’est la conjonction de deux phénomènes distincts : le protectionnisme yankee et la campagne abolitionniste, qui contraint Calhoun à organiser la contre-attaque. Caractéristique est la récurrence de termes guerriers dans ses discours, tant il lui apparaît que le Sud fait l’objet d’une agression systématique, fomentée par des ligues factieuses, qui le réduit à adopter une attitude de légitime défense. La pose que prend Calhoun est celle de qui a vu son honneur outragé et qui, dans la tradition sudiste du duel, réclame réparation14. Il bat le rappel de tous les Sudistes attachés à leur mode de vie particulier, leur demande de se réunir sous une bannière commune et d’affronter “l’ennemi” sur la frontière :

Nous devons affronter l’ennemi sur la frontière, avec la ferme détermination de tenir nos positions, quels que soient les dangers. (Abolition Petitions in Union and Liberty, p. 470)

34À ce point de la confrontation, la guerre n’est pas explicitement déclarée aux voisins nordistes en qui Calhoun persiste à voir des “frères” (“brethren”) ; la raison en est que tous les Nordistes ne peuvent être assimilés à des abolitionnistes. À part la guerre ouverte, la tactique calhounienne comporte donc un deuxième volet qui consiste à traiter le mouvement abolitionniste au pire par le mépris, au mieux comme une sorte de gangrène qui s’est introduite dans le corps social et qui doit être éradiquée, faute de quoi elle s’étendra à tout l’organisme et l’empoisonnera. La distinction est claire entre parties saines, y compris dans les États du Nord, et parties infectées :

  • 15 Le thème de l’infection est repris quasiment dans les mêmes termes treize ans plus tard dans le te (...)

Pour largement que se soit propagé cet esprit incendiaire, il n’a pas encore infecté ce corps, ni d’ailleurs la grande masse de ce que le Nord compte d’hommes intelligents et industrieux... (Abolition Petitions in Union and Liberty, p. 471)15

  • 16 Une réunion s’est tenue par exemple à Faneuil Hall le 31 août 1835, demandant la fin de l’agitatio (...)

35Face à la montée de ce qu’il considère comme un péril mortel, Calhoun se réfère donc à un consensus supra-partisan, marquant qu’en la matière les organisations dites représentatives ne se sont pas immédiatement et unilatéralement engagées dans la brèche ouverte par les abolitionnistes. Les gens respectables (et par respectables, Calhoun entend évidemment conservateurs) se sont tenus à l’écart de l’agitation anti esclavagiste et ont soigneusement évité de mettre de l’huile sur le feu. De fait, il est avéré que des réunions publiques se sont tenues, y compris dans les États du Nord, pour demander que ne soit pas agité l’épouvantail de l’abolitionnisme16. Il n’en reste pas moins que ce qui est vrai dans les années 1830 l’est de moins en moins au fur et à mesure que le temps passe et que le discours se radicalise de part et d’autre. Par ailleurs, Calhoun couvre de son mépris le plus absolu tous ceux qui militent en faveur de l’abolition, l’idée force étant que le consensus péniblement atteint grâce à la Constitution entre les parties saines de la société américaine est dangereusement malmené par tout ce qu’elle compte d’ignorants et d’incultes, bref par la lie irrespectueuse de tout ordre établi. L’abolitionnisme serait donc le fait de la fraction la plus basse et la plus vulgaire du corps social, ravalée au rang d’agitateurs irresponsables et factieux :

M. C[alhoun] voyait très bien d’où elles [les pétitions] provenaient : du tréfonds de la société, parmi les plus bas et les plus ignorants ; mais cet esprit continuerait, et prendrait de plus en plus d’importance, jusqu’à atteindre la chaire et les écoles où d’ailleurs il était déjà parvenu, de là il poursuivrait son chemin jusqu’à cette assemblée et à l’autre. (Abolition petitions in Union and Liberty, pp. 465-466)

  • 17 “L’esprit de mesure et de calme devrait prévaloir dans tout gouvernement et, dans les gouvernement (...)

36Il convient ici de ne pas perdre de vue le contexte dans lequel s’exprime Calhoun, soit une assemblée de Sénateurs. Or le Sénat avait été conçu comme un filtre de la volonté populaire, le lieu où ne s’exprimeraient pas les passions et où devaient normalement siéger les éléments les plus conservateurs de la nation américaine. Il est vrai que Madison lui-même percevait le Sénat comme le lieu propre à corriger les excès de démocratie, une assemblée de Sages et de nantis qui auraient veillé aux intérêts des conservateurs17. Calhoun croit encore en 1837 à cette fonction de rempart assigné à l’origine à la Chambre Haute, mais il faut bien admettre que l’arme est fragile et que l’argument a toutes les chances de faire long feu. La stratégie qui consiste à rabaisser, à avilir l’adversaire n’est que peu susceptible de le réduire tout à fait. Elle n’est tout au plus qu’un stratagème destiné à éviter tout débat sur les droits de l’homme.

37Bref, dans cette guerre ouverte contre les abolitionnistes, Calhoun est celui qui dans le Sud va pousser les arguments jusqu’à leur point extrême. La radicalisation du discours correspond à une stratégie d’agression que justifie l’attaque dont est victime le Sud, dans ses institutions, dans sa culture et pour ainsi dire dans sa chair. Et Calhoun de dénoncer le fanatisme qui s’est emparé de certains dans le Nord, parfois même dans les États du Sud :

L’opinion de la plupart des gens dans le Nord et dans le Sud était pour l’instant raisonnable sur le sujet ; mais les générations futures seraient gagnées par l’esprit de fanatisme. (Abolition Petitions in Union and Liberty, p. 466)

  • 18 George Mason (Virginie) déclara le 22 août 1787 que tout propriétaire d’esclaves était un tyrannea (...)

38Ainsi placé en situation apparentée à de la légitime défense, le Sud se doit de répliquer à l’agression par une action proportionnée. L’excès supposé des pamphlets abolitionnistes exige une radicalisation du discours que Calhoun va assumer complètement. Dans ce contexte, il apporte une contribution majeure en déclarant l’esclavage un “bien positif, alors qu’il n’avait été perçu jusque-là, et y compris par les idéologues du Sud, que comme un “mal nécessaire”. L’on s’était assez peu interrogé sur le bien fondé d’une institution dont la justification était économique et qui avait déterminé un mode de vie et une culture particulière. Lors de la Convention de Philadelphie, à laquelle Calhoun fait de nombreuses références lorsqu’il s’agit d’invoquer l’autorité de la Constitution, le débat avait été marqué par une exceptionnelle modération. Le sujet était un point de friction tel que les intervenants l’avaient abordé avec beaucoup de prudence, s’efforçant dans la plupart des cas d’en atténuer l’impact. Il y eut certes quelques voix pour prononcer l’esclavage une malédiction susceptible de transformer tout maître en tyran potentiel18, mais les échanges avaient été exceptionnellement peu polémiques. Les délégués du Sud, dans leur défense de leur intérêts, n’allèrent jamais jusqu’à juger l’esclavage souhaitable, une plus-value éthique autant qu’économique pour les nations qui l’avaient adopté. Aux philippiques de Mason, le général Pinckney se contenta d’opposer un constat perçu comme de pur bon sens: “La Caroline du Sud et la Géorgie ne peuvent se passer d’esclaves”. (Debates in the Federal Convention, p. 505) Calhoun est donc bien l’auteur de la transition d’un “mal nécessaire” à un “bien positif, mais encore convient-il d’analyser avec précision les conditions dans lesquelles s’effectue le basculement.

  • 19 William C. Rives (1793-1861), virginien, il entame sa carrière politique comme membre de la Chambr (...)

39Le 6 février 1837, le Sénat examine l’opportunité de recevoir et de lire publiquement les pétitions exigeant l’abandon de l’esclavage. Calhoun qui juge irrecevables ces textes jetant le discrédit sur tout le Sud se voit contredit par le Sénateur virginien William Rives19, lequel déclare qu’il ne peut à l’instar du Carolinien justifier l’esclavage “dans l’abstrait”. La réplique de Calhoun va lui permettre de préciser son analyse du fait esclavagiste. D’emblée, il pose que lui non plus n’entend pas apporter une justification abstraite de l’institution particulière :

M. Calhoun expliqua et nia qu’il ait pu exprimer une quelconque opinion au sujet de l’esclavage dans l’abstrait. (Abolition Petitions in Union and Liberty, p. 467)

40Sa référence est à une expérience donnée et à une loi prétendument absolue qui régirait les relations humaines et voudrait que dès l’instant où deux races distinctes coexistent sur le même sol, il serait inévitable que l’une soit subordonnée à l’autre. De ce rapport hiérarchique, de cette dialectique du maître et de l’esclave surgit le bien, car chaque composante tire un avantage majeur de la relation :

Il n’avait pas parlé de l’esclavage dans l’abstrait, mais de l’esclavage tel qu’il existe lorsque deux races d’hommes de couleur différente, et séparées par mille autres traits particuliers, se trouvaient placés les uns à côté des autres. Là, l’existence de l’esclavage était un bien pour toutes les deux. (Abolition Petitions in Union and Liberty, p. 467)

41Le raisonnement est assez proche du sophisme. La justification ne se fait pas de façon abstraite ; or Calhoun s’applique à démontrer que l’esclavage n’a eu que des effets positifs dans le Sud, parce qu’une race a accepté de se soumettre à une autre (ou n’a pas eu d’autre choix). Et de conclure que l’esclavage sera un bien constant dans tous les cas où les conditions objectives (la présence de deux races distinctes) seront réunies. Le postulat veut qu’il y ait une hiérarchie naturelle et qu’il y ait une prédisposition innée de la race noire aux travaux ancillaires tandis que la blanche jouirait de qualités intellectuelles et morales supérieures et aurait pour mission de dominer la noire. En cela, Calhoun ne fait que reprendre et souscrire aux conclusions de l’anthropologie née au siècle des Lumières qui avait codifié la hiérarchie raciale. Il n’empêche que le postulat autorise la conclusion audacieuse qui vient au terme du discours prononcé ce 6 juin 1837 où Calhoun abandonne toute précaution et pose comme vérité universelle que l’esclavage est dans tous les cas un bien positif :

Mais j’adopte un point de vue plus élevé. Je prétends que dans l’état actuel de la civilisation, lorsque deux races d’origine différente, et distinctes par la couleur et par d’autres différences physiques, aussi bien qu’intellectuelles, sont placées côte à côte, la relation qui existe aujourd’hui dans les États esclavagistes, au lieu d’être un mal, est un bien, un bien positif. Je prétends avoir pour mission de parler librement sur ce sujet lorsque l’honneur et les intérêts de ceux que je représente sont en jeu. Je pose qu’il n’y a jamais eu de société riche et civilisée dans laquelle une fraction de la communauté n’a pas effectivement vécu du travail de l’autre. (Abolition Petitions in Union and Liberty, p. 474)

42Hiérarchie raciale, exploitation du plus faible, toute l’idéologie sudiste se trouve résumée dans cette déclaration solennelle de Calhoun, censée être la juste réponse aux manœuvres de déstabilisation organisées dans le Nord. Pour le reste, la défense de l’esclavage se fait selon un argumentaire éprouvé et passablement traditionnel qui puise au fond commun de l’idéologie sudiste.

  • 20 “... la condition de la race blanche dans les Antilles britanniques, pour mauvaise qu’elle soit, s (...)
  • 21 James Henley Thornwell (1812-1862) : sa carrière ecclésiastique et universitaire se déroula entièr (...)
  • 22 “M. Calhoun insista à soutenir une opinion opposée et déclara que c’était sa conviction qu’à l’évi (...)

43L’asservissement des noirs est complémentaire de la liberté des blancs, au point que l’abolition eût signifié ni plus ni moins que l’esclavage des blancs eux-mêmes: “... il [Calhoun] maintenait que toutes les usurpations devaient être arrêtées dès le début, et tous ceux qui ne suivraient pas cette voie se préparaient à devenir des esclaves eux-mêmes”. (Abolition Petitions in Union and Liberty, pp. 464-465) La preuve en est donnée par les Antilles britanniques où l’esclavage a été aboli en 1833 et où selon Calhoun le statut des blancs s’est considérablement détérioré depuis, sans que pour autant les esclaves aient ressenti les bénéfices de leur émancipation20. De fait, si l’esclavage a pu s’installer et se maintenir pendant de si nombreuses années, c’est que le statut d’esclave n’est que peu contraignant. Et Calhoun de réitérer le vieil argument selon lequel la propriété de l’esclave reste limitée, dans la mesure où le maître est propriétaire du travail de son esclave et non de sa personne. La meilleure formulation du concept n’est d’ailleurs pas due à Calhoun lui-même mais au ministre presbytérien James Henley Thornwell21 surnommé le Calhoun de l’église : “Le droit que possède le maître est un droit, non sur l’homme, mais sur son travail” (cité par K. Greenberg in Masters and Statesmen, p. 93). De là découle l’idée d’une relation contractuelle entre le maître et l’esclave, contrat limité puisqu’il ne s’étend pas au delà du travail fourni par l’esclave mais qui impose des devoirs au maître qui se doit de protéger son esclave tout comme le père protège ses enfants. Ainsi encadrée et livrée aux bons soins d’une population blanche bienveillante, la communauté noire a su bénéficier de ce rapport particulier et s’est considérablement améliorée depuis les premières années de son installation en terre américaine. Les noirs ont été extraits de l’état sauvage dans lequel ils vivaient en Afrique (et curieusement Calhoun précise qu’il fait référence aux noirs d’Afrique Centrale, et non pas à ceux d’Afrique orientale ou septentrionale) et ont gagné de leur transfert dans les plantations du Sud confort, respectabilité et civilisation. Au contact des blancs, leur nombre s’est accru considérablement, signe de la bonne santé de cette population et cela suffit à démontrer, contre les invectives des abolitionnistes, que leur sort est en tout préférable à leur situation antérieure22. À porter également au crédit de “l’institution particulière”, le fait que le statut d’esclave est finalement plus enviable que celui d’ouvrier employé pour un salaire de misère dans une quelconque manufacture ou un atelier du Nord. La relation patron/employé induit presque nécessairement un antagonisme, puisque les intérêts des deux parties sont inéluctablement conflictuels. Rien de tel sur la plantation où est supposée régner une harmonie parfaite surgie d’une évidente convergence d’intérêts :

Comparez sa situation [celle de l’esclave] à celle des pauvres pensionnaires des hospices dans les régions les plus civilisées d’Europe – regardez le vieil esclave, malade et infirme, d’une part, au milieu de sa famille et des siens, objet des soins attentifs d’un maître et d’une maîtresse, et comparez cela à la situation désespérée et détestable du pauvre dans un hospice. (Abolition Petitions in Union and Liberty, p. 474)

  • 23 Richard Hofstadter, John C. Calhoun, the Marx of the Master Class in The American Political tradit (...)

44Cette dernière idée est au cœur du système calhounien et c’est elle qui lui a valu d’être surnommé par certains historiens le Marx des Planteurs23. La plantation est la seule structure socio-économique qui offre une organisation telle que travail et capital ne soient pas en conflit. Le maître y est propriétaire du capital, sous forme de terres, outils agricoles etc. mais également du travail, en vertu de cette forme particulière de propriété qu’est l’esclavagisme. Il découle de cette forme supposée contractuelle, où l’on remarquera simplement que l’une des parties, l’esclave, n’a pas souscrit explicitement au contrat, une osmose, une complémentarité entre travail et capital qui est unique dans l’univers de la production. C’est avec une certaine nostalgie qui n’est pas sans rappeler Jefferson lui-même que Calhoun voit s’éloigner et s’étioler un monde d’harmonie, irrémédiablement remplacé par celui des industriels, de la quête effrénée du gain, bref, par la montée en puissance du capitalisme moderne :

Il y a et il y a toujours eu dans un état avancé de richesse et de civilisation, un conflit entre capital et travail. L’état de la société dans le Sud nous épargne les désordres et les dangers qui résultent de ce conflit; ce qui explique la raison pour laquelle la situation politique dans les États esclavagistes a été infiniment plus stable et moins mouvementée que celle du Nord. (Abolition Petitions in Union and Liberty, pp. 474-475)

  • 24 La révolte de Denmark Vesey en 1822, puis celle de Nat Turner en 1831 avaient sonné dans le Sud co (...)

45Mythe agrarien, non pas dans sa formulation jeffersonienne de petits propriétaires possédant leur lopin de terre et vivant heureusement du fruit de leur travail, mais d’un univers apaisé par la magnanimité des grands planteurs veillant scrupuleusement aux intérêts d’inférieurs incapables de prendre en mains leur sort individuel. Calhoun célèbre un Sud mythique, passe sous silence les révoltes d’esclaves24 qui tendraient à fracturer le bel unanimisme du monde de la plantation et pose également en victime du capitalisme sauvage. Ce qui distingue le Sud du Nord, c’est avant tout l’appât du gain et il est clair qu’en l’occurrence les Sudistes sont largement dépassés par leurs voisins. Mais n’y a-t-il pas quelque vulgarité et quelque bassesse d’âme à amasser les richesses dans un monde sans hauteur de vue ? Ses biographes ont maintes fois souligné que Calhoun était perçu par ses contemporains comme hautain et méprisant. Sa condescendance envers les Nordistes était, il est vrai, à peine voilée.

Notes

1 Lettre à John Holmes (22 avril 1820) où Jefferson s’inquiète des termes d’un compromis qui, selon lui, “sonne le glas de l’Union” et compromet tout les efforts de la génération de 1776. (Jefferson, Writings, The Library of America, 1984, pp. 1433-1435)

2 Remarks on Receiving Abolition Petitions, Sénat, 6 février 1837 in The Papers of J. C. Calhoun, vol. XIII, 1835-1837, University of North Carolina Press, 1980, p. 392.

3 Pour une analyse des modèles de l’Antiquité, cf. Hugues Gérard, Coup d’état à Philadelphie ?, pp. 63-68.

4 J. C. Calhoun, Exposition Draft, p. 494.

5 Cf. infra Dissertation sur le gouvernement, La Constitution romaine, pp. 177-181.

6 Le “système des dépouilles” consiste pour les membres du parti du président élu à occuper toutes les fonctions administratives, au détriment des partisans de l’adversaire. Ainsi, les “whigs” furent-ils privés de toutes leurs prérogatives à l’arrivée de Jackson qui imposa ses propres troupes. Le même parti “whig” adopta une politique analogue en 1841 lorsque Tyler accéda à la présidence. Une tentative fut faite en 1883 de mettre fin à ces pratiques avec le Pendleton Act mais son efficacité fut limitée et les pratiques du “système des dépouilles” perdura dans la vie politique américaine.

7 Calhoun y condamne avec la plus extrême véhémence la logique d’un texte qui permettrait éventuellement au président Jackson de contraindre la Caroline de Sud à accepter les termes d’une loi qui va à l’encontre de ses intérêts les plus fondamentaux.

8 Parmi les figures marquantes de la pensée esclavagiste, l’on peut citer entre autres George Fitzhugh (1806-1881) pour son célèbre Cannibals All! paru en 1857 qui assimile le modèle capitaliste du Nord à une forme de cannibalisme où les hommes s’entre dévorent, au lieu que la plantation reste un lieu d’harmonie et d’entente parfaite. Thomas R. Dew (1802-1846) fut également un propagandiste zélé de la cause esclavagiste. On se reportera utilement à Review of the Debate in the Virginia Legislature, 1831-1832, in The Pro Slavery Argument, Walker, Richards & Co, 1852; nouvelle édition, New York : Negro Universities Press, 1968, pp. 324-336. Henry Hughes (1829-1862) est sans doute l’autre “théoricien” de l’esclavage. À son sujet, voir Selected Writings of Henry Hughes, antebellum Southerner, slavocrat, sociologist. Edited with a critical essay by Stanford M. Lyman. Jackson : University Press of Mississippi, 1985.

9 Sur ce point, le texte séminal est celui de Madison dans le n° 10 des Federalist Papers. Madison y expose la théorie selon laquelle les factions (ou partis) sont un mal nécessaire à la mise en œuvre de l’idée républicaine. Sans eux, le système ne peut que dériver vers le despotisme. Cependant, l’étendue même du territoire américain et la possible dilution des antagonismes dans un univers sans limites autorise le penseur à imaginer qu’en Amérique du moins, le spectre de la tyrannie majoritaire pourrait être vaincu. Pour une analyse plus complète, voir Hugues Gérard, L’Amérique révolutionnaire ou l’identité éclatée, in Idéologies et crises d’identité, n° 4, Centre de Recherches d’Études Anglophones, Université Stendhal, Grenoble, 1991.

10 The Rights of the British Colonies Asserted and Proved (1764).

11 Letters from a farmer in Pennsylvania (1767-1768).

12 Thomas Cooper (1759-1839), né en Angleterre, il fit ses études à Oxford et participa très tôt au débat politique. Il s’opposa avec virulence à Burke dont il dénonçait les analyses anti-françaises lors de la Révolution. Il émigra aux États-Unis avec Joseph Priestley et immédiatement épousa la cause des Républicains contre les Fédéralistes au pouvoir. Il fut condamné pour outrage à magistrat en 1798 aux termes des Alien and Sedition Acts. En 1819, il fut nommé professeur à l’université de Caroline du Sud dont il devint président. Là, il embrassa avec verve la cause de la nullification et se mua en champion de droits des états contre le centralisme supposé de l’administration Jackson. Voir Dumas Malone, The Public Life of Thomas Cooper, AMS Press, 1926.

13 “La première de la série de lois par lesquelles le Sud a été privé de la portion qui lui revenait dans les territoires, remonte à la Confédération qui a précédé l’existence de ce gouvernement. On la trouve dans une disposition contenue dans l’Ordonnance de 1787.” (Speech on Slavery in Papers, p. 547)

14 Pour une étude du duel comme phénomène propre à la culture du Sud, se reporter au chapitre “The Duel as a Social drama” in Masters and Statesmen, pp. 23-41.

15 Le thème de l’infection est repris quasiment dans les mêmes termes treize ans plus tard dans le texte prononcé au Sénat sur la question de l’esclavage. La gangrène a fait son chemin et elle affecte aujourd’hui les grands partis traditionnels : “Grâce au succès de ses premières actions, ce petit parti fanatique a commencé à se renforcer ; et par suite, il est devenu objet de convoitise de la part des deux grands partis. La conséquence naturelle a été une montée en puissance encore plus forte et le fait que ses doctrines ont déteint petit à petit sur les opinions des deux grands partis jusqu’à ce que l’infection se répande auprès de deux.” (Speech on Slavery, p. 555)

16 Une réunion s’est tenue par exemple à Faneuil Hall le 31 août 1835, demandant la fin de l’agitation anti esclavagiste, (cf. Hilary H. Herbert, “The Abolition Crusade and its Consequences”, pp. 64, 65, 71)

17 “L’esprit de mesure et de calme devrait prévaloir dans tout gouvernement et, dans les gouvernements libres, prévaudra finalement sur les visées des dirigeants ; de même il est des instants particuliers dans les affaires publiques où le peuple, stimulé par quelque passion désordonnée ou quelque avantage indu ou encore trompé par les menées malhonnêtes d’hommes guidés par l’intérêt, risque d’exiger que lui soient appliquées des mesures qu’ensuite il sera le premier à déplorer et à condamner. Dans ces moments critiques, l’intervention d’une assemblée de citoyens posés et respectables sera éminemment salutaire pour contrôler cette tendance irraisonnée et suspendre le coup que ce peuple s’apprêtait à se donner à lui-même, jusqu’à ce que raison, justice et vérité retrouvent leur autorité sur l’esprit public.” (Federalist Papers, n° 63, p. 384)

18 George Mason (Virginie) déclara le 22 août 1787 que tout propriétaire d’esclaves était un tyranneau en puissance et que la république ne pouvait en aucun cas s’accomoder de l’institution servile (Debates in the Federal Convention, p. 504). Il refusa de parapher le texte final.

19 William C. Rives (1793-1861), virginien, il entame sa carrière politique comme membre de la Chambre des délégués en 1823. Nommé ambassadeur de France par Jackson il séjourne longuement à Paris. De retour aux États-Unis, il s’éloigne peu à peu du Parti Démocrate et après de multiples hésitations, se convertit à la pensée whig. Opposé à la guerre, il essaiera en vain de convaincre les élus virginiens de ne pas voter l’ordonnance de sécession.

20 “... la condition de la race blanche dans les Antilles britanniques, pour mauvaise qu’elle soit, serait pour nous un bonheur ; là, la mère-patrie s’applique à maintenir la suprématie de la race européenne. Il est vrai que l’autorité du maître d’antan a été abolie, mais là-bas l’Africain reste un esclave, sinon des individus, du moins de la communauté, et s’il n’est pas contraint de travailler par le surveillant il l’est par la baïonnette du soldat et par la baguette du magistrat.” (Abolition Petitions in Union and Liberty, p. 475)

21 James Henley Thornwell (1812-1862) : sa carrière ecclésiastique et universitaire se déroula entièrement en Caroline du Sud dont il devint l’un des maîtres à penser. Brillant intellectuel, on lui doit notamment “Rights and Duties of Masters” (1861) et “The State of the Country” (1861), deux pamphlets célèbres où il exprime ses opinions extrémistes pour la défense de l’esclavage et de la cause sudiste.

22 “M. Calhoun insista à soutenir une opinion opposée et déclara que c’était sa conviction qu’à l’évidence, la race d’Afrique centrale (il ne parlait ni du nord ni de l’est de l’Afrique) n’avait jamais vécu dans un tel état de confort, de respectabilité et de civilisation qu’elle ne le faisait aujourd’hui dans les États du Sud. La population a doublé au même rythme que la population blanche, signe de richesse et d’abondance ; tandis que s’agissant de civilisation elle avait pratiquement égalé celle des propriétaires...” (Abolition Petitions, in Union and Liberty, p. 467)

23 Richard Hofstadter, John C. Calhoun, the Marx of the Master Class in The American Political tradition, Vintage Books, New York, p. 68-92.

24 La révolte de Denmark Vesey en 1822, puis celle de Nat Turner en 1831 avaient sonné dans le Sud comme des mises en garde solennelles à l’encontre de la classe des planteurs.

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540