Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une théorie de l'État esclavagiste

 | 
John Caldwell Calhoun
, 
Gérard Hugues

Esquisse biographique

Texte intégral

  • 1 Les Randoph constituent une célèbre lignée originaire de Virginie. Parmi eux se distingue tout par (...)
  • 2 Charles Pinckney (1757-1854) combattit au cours de la guerre d’Indépendance, puis participa aux tr (...)

1Bien que l’Histoire ait fait de lui le défenseur des grands planteurs du Sud, John Caldwell Calhoun n’est en rien un aristocrate ; il n’est pas issu d’une prestigieuse lignée comme le furent à la même époque les Randolph1 ou autres Pinckney2. Il voit le jour le 18 mars 1782 dans une zone reculée de la Caroline de Sud au sein d’une famille où la tradition est davantage au nomadisme qu’à la sédentarité qu’impose le travail de la terre. Ses ancêtres, originaires des Highlands écossaises, avaient d’abord fait le voyage vers l’Irlande, plus précisément dans le Comté de Donegal, pour servir les intérêts de la Couronne qui avait réservé des terres à seule fin de créer un îlot de protestantisme sur une terre majoritairement catholique. Autour des années 1730, mise à mal par des conditions de vie précaire, la famille choisit de s’embarquer pour le Nouveau Monde. Cette fois-ci, ce sont les promesses des propriétaires de la colonie de Pennsylvanie qui emportent la décision des Calhoun. Les nouveaux arrivés se verront attribuer des terres dans les zones proches de la Frontière et serviront de tampon entre les Indiens qui peuplent les grands bois et la frange côtière, de peuplement plus ancien. Ce rôle, exposé mais gratifiant, les Calhoun le rempliront à merveille ; après quelques années, ils accèdent à un certain bien-être matériel et vivent heureusement sur une terre défrichée par leurs soins. Lorsque Patrick Calhoun, grand-père de John, meurt en 1741, il laisse en héritage une ferme et un pécule qui auraient suffi au bonheur de plus d’un. C’est compter sans la fièvre du voyage inscrite dans les gènes de la famille Calhoun. L’on entend parler de facilités exceptionnelles pour acquérir des terres quelque part en Virginie Occidentale et la décision est prise sur le champ. Meubles, outils, ustensiles, linge sont entassés sur des chariots, le bétail est emporté et le clan Calhoun se met en quête de fortunes nouvelles.

  • 3 La défaite de Braddock marque le véritable commencement de la guerre de Sept Ans, que les Anglais (...)
  • 4 Franklin entre autres rend un hommage très appuyé aux chefs des Six Nations, présents à Albany en (...)
  • 5 Les Cherokees sortent vainqueurs d’une guerre avec les Creeks et signent avec les Britanniques un (...)

2La Virginie aurait pu devenir port d’attache définitif si, à ce moment précis, les guerres indiennes n’avaient éclaté et si le pompeux et arrogant Général Braddock n’avait pas subi la défaite la plus cuisante qu’ait jamais connue l’armée britannique engagée contre les tribus autochtones associées pour l’occasion à un contingent de Français3. La déroute de Braddock ouvre le front par lequel les guerriers des Six Nations vont s’infiltrer et conduire des raids sanglants contre des pionniers sans défense. Le harcèlement est systématique et remarquablement organisé par les Six Nations. D’ailleurs, dans sa Dissertation sur le gouvernement, Calhoun lui même rendra hommage à la forme de gouvernement évoluée qui régit ces tribus prétendument sauvages4. La famille Calhoun se trouve dans une zone particulièrement exposée et c’est Patrick, père du futur vice-président, qui part en éclaireur dès qu’il apprend qu’un peu plus au sud, en Caroline, un traité vient d’être signé entre les autorités de la colonie et les Cherokees qui promet une paix durable5. Il a tôt fait de convaincre ses trois autres frères et le reste de la famille de plier bagages à nouveau et partir pour une terre pacifiée. Un jour de février 1756, la caravane arrive dans un coin de la Caroline du Sud intérieure appelé Long Cane Creek; Patrick s’improvise géomètre et pose les jalons de sa future exploitation avant d’engager les démarches administratives nécessaires et de se rendre officiellement propriétaire de terres où il s’est d’abord installé comme squatter. Très vite, la zone s’avère moins sûre qu’on ne l’avait cru et au début de l’année 1760, les Cherokees sont à nouveau sur le sentier de la guerre. Près de la rivière de Long Cane, un groupe de pionniers tombe dans une embuscade et s’enfuit en laissant de nombreux morts. Parmi eux, le frère aîné de Patrick, James, ainsi que sa mère dont le corps est horriblement mutilé. Au mépris de tout danger, Patrick retournera sur les lieux du massacre pour donner à sa mère une sépulture décente. Habité de l’esprit de vengeance, il devient alors tueur d’Indiens et mène une guerre sans pitié jusqu’à l’expédition de 1761 qui brise la résistance des Cherokees.

  • 6 Lire à ce sujet Hugues Gérard, Coup d’État à Philadelphie, Publications de l’Université de Provenc (...)
  • 7 Le mouvement connut des débuts chaotiques avant de s’organiser sérieusement à partir de 1768 pour (...)

3John est donc le fils d’un authentique pionnier, individualiste et volontiers frondeur, prompt à se faire justice lui-même et méfiant à l’égard des pouvoirs établis. Patrick s’impose rapidement dans la communauté et, devenu le porte-parole des hommes de la Frontière, il réclame des routes, des ponts, des écoles et surtout une représentation équitable de ces régions reculées dans les instances du gouvernement colonial. Il s’agit là d’une vieille revendication et d’une source quasi inépuisable de conflits et de tensions tout au long de la période coloniale puis plus tard sous la Jeune République. En 1787, lors de la rédaction de la Constitution à Philadelphie, d’aucuns s’inquiéteront du statut d’égalité réclamé par les hommes de la frontière, arguant qu’il serait suicidaire pour les habitants de la tidewater de se départir de leur pouvoir au profit d’une population frustre et peu encline aux sages délibérations des assemblées constituées6. De fait, la Caroline intérieure est scandaleusement absente d’une assemblée censée représentative, tout entière gagnée aux intérêts d’une oligarchie de planteurs qui à Charleston a pignon sur rue. Patrick Calhoun dénonce à l’envi l’iniquité du système et s’enrôle dans le mouvement des Regulators7, ce qui lui permet d’acquérir une authentique stature d’homme politique au niveau de la région. À la tête d’un groupe de petits fermiers, coiffé d’une casquette en peau de raton laveur et le fusil en bandoulière, il fait le voyage de Charleston, se saisit des urnes manu militari et fait élire le premier représentant de la Caroline intérieure. De ce père bravache et haut en couleur, Calhoun héritera un sens de l’action et peut-être cette idée chère à certains Pères Fondateurs selon laquelle le meilleur gouvernement est celui qui gouverne le moins.

Les années de formation

4D’éducation académique, John Calhoun en reçut très peu dans ces circonstances, sinon celle que lui prodigua Moses Wendell, pasteur ambulant d’obédience presbytérienne qui se fixa à Abbeville, le temps d’épouser la sœur aînée de John. Celle-ci mourut presque aussitôt et le jeune Calhoun vit son précepteur reprendre sa vie d’errance et de prosélytisme et perdit son meilleur allié sur le chemin de la connaissance. C’est pourtant sous la férule de ce beau-frère passionné de savoir que Calhoun reçut les premiers rudiments de mathématiques, de grec et de latin. Quoique lacunaire son savoir était quasi exceptionnel dans ces régions limitrophes de la “wildemess. Moses parti, John vit mourir son père et se retrouva entouré de sa mère et de son jeune frère. Suivirent quatre années (1796-1800) de travail à la ferme et de contact étroit avec la nature où le jeune homme apprit le métier de cultivateur et c’est sans nul doute de cette époque là que date une certaine fascination pour l’idéal agrarien qui devait conditionner sa pensée politique. La famille Calhoun n’appartient pourtant pas à l’aristocratie des planteurs. Le jeune homme ne se contente pas de s’extasier sur les immenses bienfaits de l’agriculture sur l’âme humaine, il met la main à la pâte, travaille à la récolte du coton et s’occupe du bétail. Bref, John Calhoun qui devait devenir le champion de la cause des grands planteurs n’est pas à proprement parler un homme du sérail. Son père se retrouve au soir de sa vie à la tête d’une exploitation qui compte trente et un esclaves ; il est certes un homme aisé mais ses moyens n’ont rien de commun avec ceux des ploutocrates de Charleston. Aux rares moments où il n’est pas occupé à des tâches agricoles, Calhoun se plonge dans l’étude ; ses lectures sont nombreuses et il montre immédiatement un goût marqué pour la philosophie. C’est dire avec quelle immense joie il accueille la suggestion que lui fait son frère James de préparer l’examen d’entrée à Yale. Malgré le handicap de son éducation fragmentaire reçue dans un “log college”, Calhoun est admis dans la prestigieuse institution ; celui qui, selon ses propres termes, vient “tout droit des grands bois” reçoit le diplôme de l’université de Yale, promotion 1804.

  • 8 On doit notamment à Timothy Dwight (1752-1817) la chanson Columbia écrite alors qu’il est aumônier (...)
  • 9 Dwight s’inscrit clairement dans le droit fil des Réflexions sur la Révolution Française d’Edmund (...)
  • 10 La mère de Dwight est la troisième fille de Jonathan Edwards qui, lors du Grand Réveil des années (...)
  • 11 Créé en 1784, l’établissement situé dans le nord ouest du Connecticut devient très vite le plus pr (...)
  • 12 Tapping Reeve (1744-1823) fera un brillant parcours universitaire avant d’être distingué en 1814 p (...)

5L’expérience y fut mitigée ; Calhoun y acquiert une vaste culture académique mais ses racines sudistes l’isolent du reste de la communauté. Il a du mal à nouer des amitiés et reste étranger à la société de Nouvelle-Angleterre. L’enseignement y est dispensé par d’éminents professeurs recrutés par Timothy Dwight, figure emblématique de la Révolution, apôtre de l’orthodoxie puritaine et poète à la gloire éphémère8. Fédéraliste virulent, il stigmatise les excès de la Révolution française et dénonce les principes dangereux contenus dans les écrits de Thomas Paine9. Au jeune sudiste, ce petit-fils de Jonathan Edwards10 assène l’idée que les esclaves noirs ne sont pas dépourvus des qualités morales par ailleurs reconnues à la race blanche et qu’ils n’échappent pas à la dépravation qui frappe le genre humain depuis la Chute. Sans convaincre un Calhoun sceptique et attaché aux valeurs traditionnelles du Sud, cet enseignement laissera une empreinte indélébile sur le futur homme d’État et conditionnera son regard sur des pratiques frivoles qui étaient la règle dans certains cercles opulents de la société de Charleston. Parvenu au terme de son cursus universitaire, Calhoun est distingué par les autorités qui lui confient la tâche de prononcer le Discours Inaugural de l’année universitaire 1804. Pour l’occasion, le brillant étudiant intitule son discours : “Qualités nécessaires pour devenir un homme d’État”, titre révélateur de certaines préoccupations du jeune homme. De fait, alité le jour de la cérémonie, Calhoun ne pourra jamais prononcer ce discours qu’il avait préparé avec grand soin. C’est à ce moment de sa vie qu’il est approché par une femme d’une remarquable habileté et qui devait jouer un rôle essentiel dans sa carrière. Floride Calhoun, veuve de son cousin, avait en effet déjà beaucoup œuvré pour pousser son défunt mari à un siège de sénateur et ce fut elle qui introduisit le jeune ambitieux dans la société influente de Charleston. À l’automne 1804, elle est en vacances avec ses enfants dans le Rhode Island et invite John à venir soigner ses maux auprès d’elle. À peine remis sur pieds, celui-ci fait un court séjour en Caroline puis aussitôt revient en Nouvelle-Angleterre. Son intention est alors de compléter son cursus par une formation en Droit et il a choisi l’école de Litchfield11 L’établissement est tenu par un certain Tapping Reeve12 qui n’est autre que l’ex tuteur de James Madison à Princeton. Calhoun y fait dans la douleur l’apprentissage du droit et il peut y observer les ravages qu’y accomplit l’esprit de parti. Fédéralistes et Républicains s’y livrent une guerre sans merci et l’étudiant mesure le fossé qui sépare désormais le Sud du Nord. Ce spectacle le convainc que les sudistes ne peuvent guère compter que sur eux-mêmes pour préserver leurs valeurs et leur mode de vie particulier et c’est sans doute là que Calhoun élabore les premiers éléments qui devaient plus tard organiser sa théorie de la nullification.

Entrée en politique

  • 13 George Clinton (1739-1812), originaire du New York, il sera réélu à six reprises au gouvernorat de (...)
  • 14 La pratique du caucus remonte au début du xviiie siècle. Aux États-Unis, elle s’impose à la suite (...)

6En 1806, il embrasse sans enthousiasme une carrière juridique qui à aucun moment ne répondra à ses ambitions. Il s’ennuie d’une vie occupée à des procès mineurs et à des affaires sans portée. Il observe avec désolation le spectacle de Charleston, tout entière livrée aux plaisirs futiles, où les fils de famille boivent et jouent, mènent grand train sans se soucier des menaces qui pèsent sur le Sud. Lui reviennent en mémoire les préceptes d’austérité inculqués à Yale puis à Litchfield, même si au fond, il se sent aussi mal à l’aise dans les salons de Charleston qu’il ne l’avait été à New Haven. Alors que sa carrière s’enlise, un événement exceptionnel vient heureusement le tirer de sa torpeur. Le 22 juin 1807, le navire de guerre Cheasapeake battant pavillon américain est arraisonné par un bâtiment de la marine royale, le Leopard. Une telle audace soulève immédiatement une immense vague de colère dans toute la jeune nation, prouvant, si besoin était, que l’arrogance de l’ex-puissance coloniale est intacte. Le 3 août 1807, Calhoun prend la parole devant la population d’Abbeville accourue à l’annonce de cette nouvelle provocation. Dans un discours ciselé, il dénonce avec quelque emphase cette nouvelle atteinte à l’honneur de la République. Ses mots emportent l’adhésion et l’épisode lui fournit le tremplin pour la législature de l’État où il s’empare du siège longtemps occupé par son père. Lancé dans l’arène politique, Calhoun y débute par un acte d’insoumission lorsqu’il est appelé à se prononcer sur le ticket présidentiel Madison-Clinton. Il récuse George Clinton13 et lui préfère John Langdon du New Hampshire au motif que le parti doit préserver son unité à une époque où la tension avec la Grande Bretagne laisse craindre le déclenchement d’une guerre. Le débat lors du caucus14 républicain lui donne l’occasion de démontrer ses qualités de froide analyse et rigueur intellectuelle, qui serviront ensuite à lui assurer le destin national auquel il aspire. Le pas est franchi en 1810 avec son élection triomphale au 12e Congrès où il est l’élu des hommes de la Frontière, des petits fermiers en butte aux attaques d’Indiens, des trappeurs et chasseurs qui vivent dans ces zones tampons (buffer zones) coincés entre les centre urbains de la côte et les grands bois.

7Son entrée en politique coïncide, sur le plan personnel, avec son union à Floride Calhoun, sa cousine au second degré et fille de la vénérée Floride Bonneau Calhoun qui avait fait si forte impression sur l’étudiant de Litchfield. Le mariage ne fut pas de raison, comme le voulait la coutume dans ces grandes familles de planteurs, même si dans son rôle de soupirant Calhoun fit preuve, pour le moins, de quelque maladresse. Pour s’attirer les grâces de la jeune et, dit-on, fort jolie jeune fille, Calhoun s’essaya même à la poésie amoureuse mais il eut le mauvais goût fatal d’engager chaque vers par le très légaliste “whereas”. Conscient que ce registre n’était pas le sien, il abandonna toute velléité versificatrice pour se tourner vers le traité philosophique. Le mariage fut célébré le 8 janvier 1811 et rapidement consommé. Son premier fils, prénommé Andrew Pickens, naquit au moment même où le nouveau membre du Congrès prenait la route de Washington.

  • 15 Le Kentucky et le Tennessee ont été admis dans l’Union respectivement en 1792 et 1796.
  • 16 Henry Clay (1777-1852) est natif de l’état de Virginie mais entame une juteuse carrière de juriste (...)
  • 17 Le poste de “speaker” fut et demeure en partie un poste clé dans l’appareil législatif, grâce nota (...)
  • 18 Les historiens ont eu la dent particulièrement dure à l’égard de Madison Président et ont été prom (...)
  • 19 Les alignements partisans étaient largement déterminés par l’influence des deux grandes puissances (...)
  • 20 John Randolph of Roanoke (1773-1833), personnage excentrique atypique et volontiers frondeur, il f (...)
  • 21 John Niven, John C. Calhoun and the Price of Union, a Biography. Louisiana State University, Baton (...)
  • 22 Il faut noter ici que Madison n’était pas un pacifiste impénitent et que dans son Adresse au Congr (...)

8Calhoun put contempler le spectacle désolant d’une capitale d’État où les marais non encore asséchés alternaient avec des bâtiments en cours de construction. L’impression générale était d’un immense chantier et il n’était rien dans l’apparence de cette ville qui pût inspirer quelque optimisme quant à l’avenir de la République américaine. Le personnel politique était largement renouvelé puisque, désormais, siégeaient au Congrès les représentants des États de l’Ouest récemment admis dans l’Union15. Leur allure, leur accent tranchaient avec le ton général et le raffinement quasi aristocratique de ceux qui avaient déjà une longue habitude des allées du pouvoir. Les nouveaux venus étaient frustes, voire rustres, fondamentalement plus à l’aise dans les forêts du Kentucky ou du Tennessee qu’ils avaient défrichées que dans les salons de la capitale. Parmi eux se détachait la figure de Henry Clay, précisément originaire du Kentucky dont la prestance et le charisme commençaient à s’imposer à tous et à chacun16. C’était la nouvelle “Étoile de l’Ouest” comme l’avait surnommé John Randolph of Roanoke avec une pointe de mépris. Après un début de carrière fulgurant, Clay avait obtenu le poste de “speaker”17 à la Chambre des Représentants et c’est de là qu’il s’employa à infléchir la politique générale de l’Union qui était alors aux mains d’un Madison jugé trop hésitant et timoré18. Après l’affaire de la Cheasapeake, Clay devint résolument faucon, bien décidé à en découdre avec la Grande-Bretagne, et il trouva en Calhoun un allié solide et un appui sûr19. Le représentant de la Caroline du Sud fut immédiatement nommé à la Commission des Affaires Étrangères d’où il put faire entendre sa voix appelant à laver l’affront et à se préparer à la guerre. À ce poste, il eut à ferrailler très dur avec John Randolph of Roanoke20, neveu de Jefferson et chaud partisan de l’apaisement et de la recherche du compromis avec Westminster. Selon lui, un rapprochement avec la France vaudrait renoncement aux valeurs anglo-saxonnes qui avaient présidé à la naissance de la nation ; il introduirait en Amérique l’idéologie jacobine et sa cohorte de concepts pernicieux, tels égalité et nivellement, et provoquerait nécessairement des révoltes d’esclaves. Calhoun rejettera l’argument avec mépris, au prétexte que les esclaves étaient dans un état d’ignorance tel qu’ils n’avaient même jamais entendu parler de la France21. Pour le belliciste qu’il était devenu, restait à convaincre le Président Madison de se lancer dans l’aventure guerrière22.

  • 23 La classe politique, à des degrés divers et avec les nécessaires nuances, reste attachée au princi (...)
  • 24 Daniel Webster (1782-1852), né la même année que Calhoun, il s’empare de la cause nationaliste et (...)

9De fait, on ne pouvait imaginer pire moment pour engager le conflit. S’il est de bon ton de souligner les atermoiements présidentiels, il faut bien admettre qu’ils étaient largement justifiés et Madison n’aurait pas échappé à la critique s’il avait immédiatement cédé aux injonctions des boutefeux et va-t’en-guerre, si nombreux dans son entourage immédiat. L’équilibre des forces penchait nettement du côté de la Grande-Bretagne. La flotte américaine était insignifiante et nullement de taille à rivaliser avec la première puissance navale du monde. L’armée de terre avait vu ses crédits limités de façon drastique au cours de la période précédente, en raison notamment de l’antimilitarisme affiché des Républicains. D’autre part, le Président ne pouvait compter sur une quelconque union sacrée qui aurait été scellée face à l’ennemi. Celui-ci n’était d’ailleurs pas clairement désigné puisque les États-Unis entendaient avant tout préserver leur neutralité face aux deux puissances belligérantes23. Or, il y avait au moins autant de bonnes raisons de déclarer la guerre à la France qu’à la Grande-Bretagne, dans la mesure où la flotte napoléonienne n’hésitait pas à incendier des navires américains pour couper les approvisionnements destinés à l’ennemi. Les Fédéralistes, fidèles à l’ex mère-patrie, faisaient valoir bruyamment des arguments dont le bon sens ne pouvait échapper au plus haut magistrat de l’État. Ils trouvèrent en la personne d’un certain Daniel Webster24 un allié de poids et ce jeune homme de trente ans qui entamait une brillante carrière devint un rival de choix pour Calhoun.

10Finalement, le 1er juin 1812, le Président Madison se rangeait à l’avis des “faucons” et, au grand soulagement de Calhoun, transmettait son Message au Congrès appelant à la déclaration de guerre. Relayé par les bellicistes des deux Chambres, la motion fut rapidement approuvée par la Chambre, mais il fallut encore deux semaines d’âpres débats au Sénat pour que le texte revienne sur le bureau du Président. Le 17 juin, l’affaire était conclue et Calhoun pouvait savourer sa victoire.

  • 25 Cf. Gerson, Noel Bertram, Mr Madison ’s War, 1812 the Second War for Independence, New York, J. Me (...)
  • 26 Andrew Jackson commandait un détachement hétéroclite comprenant des miliciens, des noirs affranchi (...)

11Cependant, ce succès personnel fut très tôt tempéré par une campagne militaire qui tourna à la déroute. Les Anglais s’emparèrent de Détroit pratiquement sans coup férir et sans que les forces américaines soient en mesure d’organiser la réplique à cause d’un commandement impuissant, désorganisé et sans instructions précises. La guerre éclair dont Madison avait cru qu’elle compenserait la faiblesse des armes de l’Union ne put se dérouler comme prévu25. D’autre part, elle ne resserra pas le lien national comme l’avait pensé Calhoun et creusa encore davantage, si besoin était, le fossé entre Fédéralistes et Républicains. C’eût été la pire débâcle nationale associée à une catastrophe personnelle pour Madison si le sort des armes n’avait brusquement tourné à la Nouvelle-Orléans26, donnant ainsi au Général Jackson le premier élan d’une carrière fulgurante. L’affront qu’avait constitué le pillage de Washington était en partie lavé même si, aux yeux de Calhoun, la catastrophe n’était pas telle que présentée dans la presse, la Capitale n’ayant alors que peu d’importance sur le plan stratégique. Les cris de victoire venaient après la signature du traité de paix à Gand mais l’image du Président s’accommodait fort bien de ce petit défaut de chronologie. Pour John Calhoun, la leçon de la guerre est qu’avec une armée plus forte et un système de défense plus efficace, l’autorité présidentielle eût été de nature à imposer une politique américaine sur la scène internationale. Les États-Unis avaient été le jouet des grandes puissances et la Grande-Bretagne avait longtemps misé sur les tergiversations d’un Président qui n’avait simplement pas la puissance militaire pour promouvoir ses options. L’on stigmatisait l’antimilitarisme primaire qui avait prévalu dans les rangs du Parti Républicain, de même que le credo jeffersonien qui voulait qu’une armée de métier fût un danger pour la République. L’heure était au réarmement et donc au vote des crédits nécessaires pour doter les États-Unis d’une défense crédible.

Secrétaire à la Défense

  • 27 James Monroe est élu à la présidence sans avoir, pour ainsi dire, à faire campagne. Il est perçu c (...)
  • 28 Monroe songe tout d’abord à Henry Clay qui décline l’offre et lui glisse le nom d’Isaac Shelby qui (...)

12Avec l’entrée de James Monroe27 à la Maison-Blanche, un Virginien propriétaire d’esclaves en remplace un autre. Donc, peu de bouleversements en perspective. Le Président n’ignore pas qu’en offrant à Calhoun le poste de Secrétaire du Département de la Défense, il lui fait un véritable cadeau empoisonné. Pas moins de trois responsables ont été sollicités et tous ont décliné l’offre28. Si Calhoun l’accepte, c’est soit qu’il a un goût marqué pour la mission impossible soit, plus prosaïquement, que son ambition occulte toute autre considération. Ledit Département est dans un chaos absolu et la tâche qui incombe au tout jeune Secrétaire n’est pas moins que de restaurer l’autorité du politique dans un secteur où les militaires se sont arrogés des pouvoirs discrétionnaires immenses et ont pris pour habitude de ne plus en référer à l’exécutif. Nullement découragé, le nouveau Secrétaire s’installe avec sa famille à Washington D.C. dès décembre 1817.

  • 29 La guerre de 1817-1818 est la première des trois guerres Seminoles qui aboutiront à la quasi extin (...)
  • 30 Cf. James Marquis, Andrew Jackson, the Border Captain, The Bobbs-Merril Company, Indianapolis, 193 (...)
  • 31 John Quincy Adams (1767-1848) n’est autre que le propre fils de John Adams, deuxième Président des (...)

13Son expérience de la chose militaire est quasi nulle en un temps où se dresse face à lui le Général Jackson, héros national depuis le “miracle” de la Nouvelle Orléans, personnage peu malléable et peu enclin à se plier aux ordres du politique, et plus exactement d’un Département totalement déconsidéré après les lourdes déconvenues de la guerre de 1812. Or, la situation dans le Sud exige dialogue, discernement et détermination. Selon les dépêches reçues à Washington, les tribus Seminole font régner la terreur à la frontière de la Géorgie et de la Floride29. Elles lancent leurs raids contre les pionniers américains depuis le territoire de Floride où elles sont assurées de l’impunité que leur offrent les Espagnols, les soldats de l’Union ne pouvant franchir la frontière pour punir les exactions. Il y faut de la fermeté mais aussi du tact car il n’est pas question de précipiter les États-Unis dans une guerre contre l’Espagne. C’est dans ce contexte que Jackson reçoit l’ordre de Calhoun de prendre toutes mesures nécessaires pour mettre un terme au conflit. Fort de cette recommandation pour le moins “élastique”, le fougueux général se met en campagne et après seulement quelques semaines expédie à Washington des dépêches selon lesquelles le territoire américain est désormais pacifié30. Reste que les Indiens n’ont pas été délogés de leurs bases arrière et que le repli reste toujours possible après de sanglantes incursions en Géorgie. C’est le traitement de ce problème qui conduit au premier différend majeur entre Calhoun et Jackson. La Capitale bruisse de rumeurs selon lesquelles le prestigieux général se serait livré à des actes contraires aux usages de la guerre, allant jusqu’à l’exécution sommaire d’Indiens accompagnée de pillages de villages. En clair, Jackson a largement outrepassé la mission qui lui avait été confiée par l’exécutif et, à la tête de ses troupes, a violé le territoire de Floride placé sous souveraineté espagnole. L’affaire est grave et Calhoun doit la traiter en tenant compte de données tout à la fois militaires, diplomatiques et psychologiques. Conscient qu’il ne peut publiquement désavouer Jackson dont le prestige reste intact auprès de l’opinion publique, il doit, à défaut de Cour Martiale, démontrer qu’en l’occurrence l’exécutif ne reste pas inerte. À l’intérieur même du Cabinet, Jackson trouve un allié de poids en la personne de John Quincy Adams31, alors Secrétaire d’État, qui ne peut concevoir que la tâche du militaire puisse être contrariée par le formalisme d’une instruction émanant de l’administration. L’arbitrage rendu par Monroe sera un modèle du genre. Les postes pris aux Espagnols leur seront restitués, ce qui revient à admettre que Jackson a agi sans mandat du Congrès, seule instance constitutionnellement habilitée à déclarer la guerre. En retour, l’on modifiera certaines dépêches qui seraient de nature à discréditer le général. Ainsi, sa susceptibilité sera préservée, de même que la paix avec l’Espagne. Calhoun sort donc à peu près indemne de l’épreuve et peut s’atteler à la tâche suivante qui est de réorganiser l’armée.

14Sur ce point, l’hostilité du Congrès sera une constante, mais le bouillant Secrétaire à la Défense a appris à composer et à rechercher les compromis. Sans heurter les sensibilités et à force de persuasion, il réussit en avril 1818 à faire voter par les deux Chambres son projet de réforme du haut commandement. Ses déboires ne sont pas pour autant terminés et les attaques fusent de l’intérieur même du Parti Républicain où continue de dominer le vieux préjugé antimilitariste. Les travaux de fortification entrepris par le gouvernement américain sont jugés trop onéreux même si les critiques refusent de considérer que la nation américaine se développe à un rythme encore jamais inégalé et si ne cesse de s’étirer la ligne de Frontière qui exige une protection toujours plus coûteuse. Le Département que dirige Calhoun se voit contraint d’engager des crédits substantiels et son Secrétaire élabore des rapports circonstanciés démontrant la nécessité de l’effort engagé. C’est peine perdue et, au mois de mars 1821, les deux Chambres votent un projet de loi qui réduit brutalement les crédits militaires de 40 %. Le coup est rude, d’autant qu’il incombe à Calhoun de le faire admettre par la hiérarchie militaire. C’est à lui que revient le redoutable devoir de rétrograder les membres de l’État Major, et notamment le général Jackson. Heureusement pour le jeune Secrétaire à la Défense, le vainqueur de la seconde Guerre d’Indépendance accepte in extremis et après plusieurs refus le poste de gouverneur de Floride que lui propose Monroe. Ce tour de passe-passe permet à l’administration de sauver la face et à Calhoun de ménager la susceptibilité de son prestigieux aîné ; mais il reste que les crédits de son Département ont subi une coupe claire et que son labeur acharné pour le défendre n’aura eu que peu d’effet.

  • 32 Coit, p. 131.
  • 33 “En fait, ils ne sont pas et ne devraient pas être considérés comme des nations indépendantes. C’e (...)

15Cette période de la carrière de Calhoun est également marquée par l’inauguration d’une politique indienne originale et résolument progressiste. Certains biographes de Calhoun n’hésitent pas à déclarer que le Secrétaire à la Défense, dont les attributions incluent les relations avec les tribus autochtones, fut un ami des Indiens32. Sans aller aussi loin, l’on peut aisément reconnaître que Calhoun eut à leur égard une attitude exceptionnelle de compréhension et qu’il les traita d’égal à égal. Certains ont cru déceler une forme de paradoxe dans cette double approche du propriétaire d’esclaves convaincu de l’infériorité de la race noire et confiant dans les qualités des tribus autochtones. De fait, Calhoun inscrit sa pensée en droite ligne de Jefferson qui lui aussi considérait que les Indiens seraient à terme intégrés dans la société américaine à égalité de droits avec les blancs et que leur intégration n’était qu’une question de temps. Son idée force est que dans tous les cas où les Indiens y seront disposés, l’État américain devra créer les conditions de l’assimilation à travers l’éducation et une initiation progressive aux valeurs de la civilisation blanche. Pour tous ceux qui refuseraient l’acculturation, Calhoun ne voit que la solution du transfert et de l’installation dans l’ouest33. Persuadé qu’il n’est pas possible de faire cohabiter Indiens nomades et fermiers sédentaires, Calhoun n’imagine d’autre salut pour les récalcitrants que l’autonomie sur des terres vierges et giboyeuses dont la propriété leur sera reconnue par le gouvernement américain.

  • 34 L’amendement Tallmadge comprend deux volets qui poursuivent un but unique, la mise hors-la-loi de (...)
  • 35 Jesse B. Thomas (1777-1853), né en Virginie Occidentale, il est élu au Sénat en 1818, l’année même (...)

16Cependant, la question la plus épineuse sur laquelle Calhoun fut amené à se prononcer au cours de son mandat de Secrétaire à la Défense fut celle de l’admission du Missouri. C’est l’amendement déposé par James Tallmadge, élu de l’État de New-York, qui en 1819 met le feu aux poudres. Alors que le Missouri est esclavagiste, le texte proposé voudrait que la constitution du nouvel État mette hors la loi l’institution particulière34. L’affaire est particulièrement délicate pour un Calhoun membre du gouvernement qui est intrinsèquement favorable à l’esclavage et qui a jusqu’ici réussi à préserver une attitude assez neutre sur ce brûlant sujet. Bref, Calhoun répugne à prendre parti et à se découvrir, ce qui pourrait nuire à son plan de carrière. Or, Tallmadge n’a soumis cet amendement que parce que l’admission du Missouri en tant qu’État esclavagiste dans L’Union aurait donné une prépondérance manifeste et dangereuse au Sud à l’intérieur de la Chambre Haute. L’égalité de sièges au Sénat, garant de l’unité nationale, eût naturellement été mise à mal par l’adjonction d’un État esclavagiste. C’est dire avec quel soulagement Calhoun accueille la suggestion du Sénateur de l’Illinois, Jesse B. Thomas35, de tracer sur la carte du continent une ligne imaginaire d’est en ouest à la latitude 36° 30’. Au nord de cette ligne et dans le territoire acquis par l’achat de la Louisiane, l’esclavage serait définitivement mis hors la loi, alors qu’il serait légalisé au sud. Par ailleurs, le Maine, détaché du Massachusetts et établi comme État libre, viendrait rétablir l’égalité de suffrages au Sénat. Pour Calhoun, ce compromis subtil mais boiteux a le mérite essentiel de ne pas soulever les grandes questions morales et constitutionnelles que pose l’existence d’une nation bâtie sur une contradiction fondamentale. La polémique resurgit quelques mois plus tard lorsque le Missouri se dote d’une constitution dont une des clauses interdit aux citoyens noirs et libres de pénétrer dans le territoire de l’État. Une telle disposition est en contradiction flagrante avec la Constitution fédérale et le Missouri devra finalement y renoncer. Il demeure que les vraies questions n’ont pas été posées, même si Calhoun sent confusément qu’on ne pourra rester indéfiniment dans une stratégie d’évitement. Pour lui, la question de l’esclavage est de nature à provoquer l’éclatement de l’Union et si le compromis masque un temps les divergences, il lui faut en profiter pour faire progresser sa carrière. C’est donc naturellement qu’il songe à l’investiture suprême, la Présidence des États-Unis, d’où il pourra veiller selon lui à la préservation de l’unité nationale et des valeurs du vieux Sud.

Vice-Président

  • 36 William H. Crawford (1772-1834), Républicain convaincu, il aura une honnête carrière politique mai (...)

17Pour l’élection de 1824, il y a pléthore de prétendants puisque pas moins de cinq personnalités briguent la magistrature suprême. À côté de John Quincy Adams, William H. Crawford36, Henry Clay et Andrew Jackson, John Calhoun fait figure de jouvenceau dévoré d’ambition. De nombreux commentateurs soulignent ses qualités mais jugent sa candidature quelque peu prématurée. Mais le sémillant Secrétaire à la Défense a fait sa propre analyse et pris une décision qu’il croit légitime en vertu de la situation politique du moment. Convaincu que John Q. Adams n’a que peu de chances d’être élu, il refuse le rôle de second rôle qui lui a été réservé et n’entend pas que son nom paraisse sur un “ticket” perdant. Fort de cette certitude, il annonce donc sa candidature devant quelques membres du Congrès. Cette candidature auto-proclamée va lui attirer presque immédiatement les foudres de celui qui se considère comme le seul représentant légitime du Sud, le Géorgien Crawford dont on dit qu’il a la préférence de Jefferson lui-même. De fait, Crawford entame contre Calhoun une campagne d’une rare violence. La presse, presque tout entière contrôlée par le clan Crawford, se déchaîne contre le candidat de la Caroline du Sud. Malmené par des esprits qui ne rechignent devant aucune caricature, Calhoun devient l’homme de paille des militaires. On l’accuse de comploter contre la République de d’œuvrer en sous-main pour installer une dictature militaire aux États-Unis. Cependant, Crawford qui dispose de tous les atouts et est quasiment assuré d’obtenir le poste tant convoité, est victime d’une erreur médicale grossière et doit brutalement renoncer à la course à la Maison-Blanche. L’exclusion du favori ouvre toute grande la voie à un Calhoun qui s’engage résolument dans la brèche et qui reçoit inopinément le soutien du “caucus” de Caroline du Sud après que ce dernier lui eut longtemps été hostile. Mais, le fruit d’un long travail de persuasion sera brusquement balayé par la candidature de Jackson, soutenu par les Représentants du Tennessee qui voient en lui le porte-parole d’un Ouest jusqu’ici écarté des postes de haute responsabilité. La lutte est inégale entre le jeune et pourtant très brillant Calhoun et le général auréolé de la gloire conquise sur le champ de bataille. Calhoun ne s’épargnera rien pour renverser une situation qui de l’avis général est jugée désespérée, jusqu’à ce que tombe la dernière illusion : la décision de la Pennsylvanie de donner l’investiture à Jackson. Le coup est fatal aux ambitions de Calhoun, d’autant qu’il pensait jouir d’appuis certains dans cet État avant que ne s’ouvre la convention d’Harrisburgh. Ainsi privé de candidature, le jeune ambitieux doit se contenter de la vice-présidence et n’apportera qu’un soutien très tiède au général Andrew Jackson.

  • 37 12e amendement de la Constitution voté en 1804.

18Quoique très populaire, Jackson ne réussit pas à réunir sur son nom un nombre suffisant de votes de grands électeurs et ne disposait pas de la majorité absolue requise pour être déclaré Président des États-Unis. Or, la Constitution prévoit qu’en pareil cas la Chambre des Représentants choisisse le Président parmi les trois candidats les mieux placés37, le vote se faisant alors par État. L’on aurait pu penser que les Représentants s’attachent à ne pas trahir le scrutin populaire et accordent leurs suffrages à celui qui bénéficiait du plus large soutien dans la nation. C’était sans compter avec les complots et contre-complots ourdis dans la Chambre par les différentes factions et l’habileté voire le machiavélisme de quelques-uns. En l’occurrence, si John Quincy Adams fut finalement préféré à Jackson, c’est uniquement grâce à une machination montée de toutes pièces par un Henry Clay surtout préoccupé de sa carrière personnelle. Calhoun qui avait assisté aux pourparlers et avait été tenu à l’écart de tous les sordides marchandages, reçut le vote des Représentants comme un véritable déni de justice, un détournement scandaleux de la règle démocratique. Toute la clarté n’a pas été faite sur cette ténébreuse affaire, mais s’il avait pu subsister quelques doutes dans l’esprit de certains, ils furent balayés par la nomination de Clay au poste de Secrétaire d’État. Calhoun ne put que fulminer contre l’arrivisme de son vieil adversaire ; pour le reste, il observa une stricte neutralité et se maintint politiquement à égale distance entre Jackson et Adams, refusant de prendre clairement parti pour l’un ou pour l’autre. Peut-être est-ce là la clé de sa conquête de la vice-présidence, quoique le poste ne fût pas susceptible de combler ses ambitions ?

  • 38 Daniel D. Tompkins (1774-1825). Son nom est associé à deux faits notoires : un penchant immodéré p (...)

19Dès qu’il fut installé dans son fauteuil de vice-président, Calhoun prit très au sérieux une fonction qui avait été discréditée par son précédent occupant38. S’il dispose, aux termes de la Constitution, de peu de pouvoirs réels, il peut par contre et ne se privera pas d’user de toute son influence pour contrer Clay depuis le Sénat qui est d’ailleurs majoritairement hostile à l’Administration. Calhoun est de plus en plus inquiet des nombreuses questions laissées en suspense qui menacent l’Union et qui ont été mises sous l’éteignoir par le compromis du Missouri. Ses soupçons se portent en particulier sur Clay dont il craint qu’il veuille remettre en cause “l’institution particulière”, forçant Calhoun à choisir son camp.

20Mais la vice-présidence est une fonction surtout honorifique et le titulaire du poste se sent tenu de maintenir son rang dans la Capitale de l’Union. Il s’installe d’abord avec sa famille dans une maison confortable proche du Capitole, puis dès 1823 déménage à nouveau pour une demeure encore plus vaste et luxueuse sise à Georgetown, propriété de sa belle-mère qui se trouve être un personnage fantasque et dispendieux. Là, malgré une santé fragile et de nombreux problèmes pulmonaires liés au climat insalubre de Washington D.C., il va donner force dîners et réceptions fastueuses au cours desquelles son épouse, Floride, se montrera à la hauteur de sa tâche. Tout ceci pèse fort lourd sur le budget de Calhoun et son salaire de vice-président n’y suffit pas. On compte donc sur les revenus des plantations de Caroline du Sud Pendleton et Abbeville, mais Calhoun est dans le statut courant à l’époque de planteur absent. Ses intérêts sont confiés à ses deux frères restés en Caroline et eux-mêmes planteurs, mais les rendements sont médiocres et Calhoun est sans cesse aux prises avec des problèmes d’argent. De plus, les prix du coton, qui jusque là avaient été compétitifs, vont connaître un brusque fléchissement avec l’adoption du tarif de 1824 qui marque un tournant dans la pensée de Calhoun.

  • 39 Calhoun récuse qu’il se soit déjugé entre 1816 et 1824. Il a toujours été et reste attaché aux dro (...)
  • 40 Federalist Papers, n° 14, pp. 99-105.
  • 41 Calhoun avait déjà brandi le spectre de la sécession dès 1816 dans le débat qui l’opposait à Rando (...)

21Ces années de vice-présidence vont apporter à Calhoun la conviction que le fossé entre Nord et Sud ne pourra plus se combler. Le Calhoun des débuts, animé d’un projet national et attaché à la pérennité de l’Union se sent trahi par des Nordistes soucieux de leurs intérêts sectoriels. Il se perçoit lui-même comme appartenant aux deux mondes. Carolinien, il a été formé à Yale et quoique propriétaire d’esclaves, il condamne la vie facile des planteurs de Charleston et reste sensible à un certain rigorisme moral hérité du calvinisme. Mais, le Sud est étranglé par le protectionnisme imposé par les yankees, son agriculture est sacrifiée aux manufactures et à l’industrie. En 1816, Calhoun avait approuvé le tarif et s’il a changé de camp en 1824, c’est qu’il perçoit à quel point le fardeau est insupportable pour les planteurs du Sud39. Les discours enflammés de Randolph au Sénat finissent de le convaincre que c’est tout un monde qui risque de basculer. Randolph dénonce avec véhémence et talent l’entreprise de déstabilisation du vieux Sud menée par les marchands nordistes au mépris de tout ce qui constitue la civilisation sudiste. Les prix du coton se sont effondrés et les pétitions affluent à Washington D.C. demandant l’abandon des impôts sur le chanvre, sur les sacs destinés à l’emballage du coton et sur la laine bon marché destinée à la fabrication de vêtements pour les esclaves. Pour le vice-président en exercice, l’heure n’est plus aux tergiversations car si la tendance se confirme, c’est tout le Sud qui perdra son autonomie politique et économique et qui deviendra un satellite du Nord industriel. Lors du vote sur l’augmentation des taxes sur la laine, Calhoun est invité par les Sénateurs jacksoniens à ne pas participer. Le Sénat est arithmétiquement divisé, avec une stricte égalité entre opposants et partisans de sorte que le vote du vice-président est de nature à faire pencher la balance dans un sens ou dans l’autre. Cette fois-ci, Calhoun n’esquive pas et prend clairement parti contre le tarif et pour le Sud. D’aucuns ont cru voir dans cette décision le signe d’une conversion, voire d’une trahison. Le nationaliste des débuts se serait mué en nullificateur, en attendant de devenir le chantre le la Sécession. Un tel jugement, équivalant à condamnation, paraît quelque peu hâtif et sans doute faudrait-il s’interroger sur l’analyse que fait Calhoun du pacte fédéral consigné dans le texte de la Constitution. Fidèle, sur ce point au moins, à la pensée jeffersonienne, il ne conçoit pas que l’Union soit autre chose qu’un contrat entre États où chacun préserve par devers soi un certain nombre de droits ou prérogatives dont il est habilité à réclamer le respect le plus strict. Le caractère contractuel de la Constitution fédérale implique une égalité de traitement de la part de l’autorité expressément mandatée pour veiller à l’intérêt supérieur de tous et de chacun. Or, l’histoire des États-Unis a vu l’apparition de deux entités socio-économiques différentes dont les intérêts sont à bien des égards contradictoires. Il n’est pas question que le pacte soit rompu par des privilèges indus accordés à l’une ou l’autre partie et le gouvernement fédéral se doit, à travers ses représentants, de préserver l’équilibre et la justice entre les deux entités. En l’occurrence, le tarif de 1824 qui n’est qu’une étape vers celui encore plus drastique de 1828, dit “Tarif des Abominations”, suffit à démontrer l’inégalité de traitement entre Nord et Sud. Les planteurs sudistes, privés de libre-échangisme par les barrières douanières dressées par les États du Nord, ne sont plus en mesure d’écouler leurs produits agricoles sur le marché mondial. En revanche, l’on assiste à une augmentation sans précédent des taxes sur les produits importés, ce qui grève encore plus les budgets des États du Sud lesquels s’enfoncent peu à peu dans le marasme économique. Dans le même temps, les industriels nordistes tirent tous les avantages d’un système qui les met à l’abri de la concurrence internationale sans se soucier des conséquences subies par leurs voisins sudistes. C’est donc tout l’édifice de 1787 qui est remis en cause. Le caractère hybride de la Constitution, brillamment démontré par Madison dans les Federalist Papers40 et défendu bec et ongles par Jefferson tout au long de sa carrière politique, menace d’être ébranlé par une législation inique qui rompt avec la lettre autant qu’avec l’esprit du texte. Le vote de 1828 marque le point de non retour et Calhoun l’accueille avec la rage de qui se rend compte qu’une faute irrémédiable est en train d’être commise, qui ruinera l’unité nationale au nom d’intérêts sectoriels confiés à des politiques aveugles. À ses yeux se dessine le spectre de la désunion et de la guerre civile, conséquences inéluctables d’un égoïsme forcené des responsables nordistes41. Lorsque le Vice-Président reprend le chemin de la Caroline du Sud à l’été 1828, il sait d’ores et déjà qu’une partie de l’opinion publique est en pleine ébullition et qu’elle recherche celui qui formulera et rendra publiques ses doléances.

L’Exposition

  • 42 William Campbell Preston (1794-1860) : membre de la Chambre de l’État de Caroline du Sud de 1828 à (...)
  • 43 George Mc Duffie (1788-1851), il est élu à la Chambre des Représentants pour la première fois en 1 (...)
  • 44 Fane H. Pease and William H. Pease, “The economics and politics of Charleston’s Nullification Cris (...)

22Le signe vient de William Preston42 qui, au nom de l’assemblée législative de Caroline du Sud, charge Calhoun de la rédaction d’un mémorandum consignant les revendications de la population à propos du tarif. Depuis quelque temps déjà, le débat est sur la place publique et si, comme à l’accoutumée, Calhoun va en être l’analyste froid, il en est d’autres qui ne ménageront pas leur peine pour emporter l’adhésion du peuple. Parmi eux, George Mc Duffie43, lié à la famille Calhoun, bat l’estrade, harangue les foules, délivre des philippiques enflammées contre le tarif et ses promoteurs. Ce jeune homme de trente et un ans, nouvellement élu à la Chambre des Représentants n’hésite pas à défier Randolph lui-même qu’il juge trop tiède et prudent sur un sujet qui met en cause l’existence même du Sud. Les efforts conjugués, quoique très différents dans la forme, d’un Calhoun et d’un Mc Duffie ne sont sans doute pas superflus dans un État qui n’est pas, loin s’en faut, acquis aux thèses de la nullification. La population, du moins à Charleston, est divisée à peu près équitablement entre nullificateurs et partisans de l’union. Parmi ceux-ci, l’on trouve les classes aisées qui disposent à la fois des pouvoirs économique et politique. Les nullificateurs se recrutent prioritairement parmi la classe montante qui a accédé depuis peu au pouvoir économique mais qui reste écartée des leviers de la décision politique, auxquels s’adjoignent les petits fermiers de l’intérieur, chez qui est fort le sentiment antigouvernemental44. Les thèmes que développent les nullificateurs réalisent, à certains égards, la synthèse entre certains des planteurs de la Tidewater et les petites gens qui vivent chichement sur leurs plantations de la frontière. Calhoun se trouve à la croisée de ces deux mondes. Il a connu la vie ascétique du cultivateur mais il est également le planteur influent qui vient d’entamer la rénovation de ses deux plantations de Fort Hill et Oakley, toutes deux situées à Pendleton.

  • 45 En fait, The Exposition and Protest constituent deux textes distincts. L’Exposition, de la plume d (...)

23Le rapport rédigé par Calhoun et finalement publié en décembre 1828 sous le titre Exposition and Protest acquiert sur-le-champ le statut de document officiel puisqu’il est censé refléter l’opinion générale de l’assemblée de Caroline du Sud, laquelle détient autorité et légitimité du peuple souverain45. Le texte en est long et fastidieux. Sa première partie qui n’est pas forcément la plus intéressante fait référence explicitement à la réalité américaine. Le Tarif dit des Abominations constitue une injustice flagrante qui introduit un déséquilibre insupportable entre États du Nord et États du Sud. Calhoun répond à l’argument nordiste qui établit comme vérité absolue qu’une taxe sur les importations ne peut être jugée pénalisante, l’injustice ne pouvant naître que d’une taxe sur les exportations. Le raisonnement est subtil, Calhoun s’efforçant d’accréditer l’idée qu’il n’y a pas de différence majeure entre importations et exportations. Les deux mécanismes participent de la logique de l’échange et il est illusoire de vouloir établir une distinction :

  • 46 Le texte est extrait des Œuvres complètes de Calhoun, publiées par l’Université de Caroline du Sud

Dans la vente d’une parcelle de terre, ou de tout autre article, et dans la mesure où une taxe est prélevée, peu importe que ce soit le vendeur ou l’acheteur qui paie. (South Carolina Exposition, Draft, p. 45046)

24L’auteur du rapport dénonce en termes très vifs la partialité des États du Nord qui entendent mettre leur production à l’abri de la concurrence étrangère et n’hésitent pas à réduire en quasi esclavage les Sudistes qui, eux, produisent sur le marché mondial, ont à affronter la concurrence et considèrent que leurs efforts sont annihilés par l’égoïsme de quelques uns. Calhoun retrouve les accents du rhéteur pour décrire l’iniquité d’un système marqué du sceau de la féodalité:

Nous sommes les serfs d’un système où le travail sert non seulement à remplir les caisses du Trésor, mais également à lever les fonds qui permettent de dégager les larges bénéfices des industriels et de leurs associés. Leur encouragement est notre découragement. [...] Nous cultivons certains produits qui alimentent le marché mondial ; eux [les Nordistes] produisent presque exclusivement pour le marché intérieur. Avec le Tarif, ils entendent réduire la concurrence internationale, afin d’obtenir le monopole du marché intérieur. (South Carolina Exposition, Draft, p. 456)

25À aucun moment il n’est question d’une remise en cause de l’Union. Au contraire, dès les préliminaires, Calhoun se pose en champion de l’unité nationale scellée par une Constitution qu’il suffit simplement de respecter. En la matière, la Constitution autorise le Congrès à lever l’impôt aussi longtemps que celui-ci sert à alimenter le Trésor public. Elle n’accorde pas le droit d’appliquer une taxation en vue d’établir un quelconque protectionnisme.

26L’autre argument économique que Calhoun combat énergiquement voudrait que pour provoquer une remontée des prix, il suffise, selon une logique bien éprouvée, de geler la production agricole dans les États du Sud. Outre que la méthode est éculée et susceptible d’avoir des effets pervers, elle ne réglera pas de façon durable des difficultés éprouvées par les producteurs de riz, de coton ou d’indigo. En effet, dès l’instant où les Sudistes laisseront leurs terres en jachère, d’autres pays (et Calhoun ne précise pas lesquels) s’engageront dans la brèche pour récupérer les parts de marché ainsi dégagées. Sur un sujet aussi technique, Calhoun ne renonce pas à la rhétorique pour dresser le tableau d’un Sud condamné à la ruine :

Nous sommes contraints de produire, faute de quoi nous perdrons notre contrôle du marché mondial. Une fois perdu peut être le sera-t-il à jamais ; et nous le perdrons à coup sûr si d’une part, comme c’est le cas aujourd’hui, nous continuons à être contraints par la concurrence mondiale de vendre à bas prix et si, d’autre part le Tarif nous oblige à acheter cher. Nous ne pouvons supporter cette double action. Notre ruine est inéluctable. (South Carolina Exposition, Draft, p. 474)

27Dans la deuxième partie du document, le point de vue adopté est supérieur, s’agissant d’un questionnement systématique de la notion de pouvoir. Les thèmes abordés ont trait, non pas, à l’injustice que constitue le protectionnisme yankee mais à des éléments de théorie constitutionnelle de portée plus vaste. Le texte n’est pas de simple circonstance, appelant par exemple à l’abandon d’une législation inique qui obère gravement les intérêts d’une fraction du corps social. Il semblerait plutôt que l’auteur du rapport ait voulu prendre date et qu’il se soit attaché à ériger un système de défense qui, le cas échéant, pourrait être convoqué à propos d’autres périls qui menacent la spécificité sudiste. Rares sont ceux qui, dans l’entourage du vice-président, doutent qu’après le Tarif qui condamne l’agriculture, l’étape suivante ne soit la remise en cause de la particularité sudiste. Calhoun en appelle donc aux principes fondateurs de la République dont il considère qu’ils ont été gravement transgressés par l’adoption du Tarif, lequel n’est qu’un avatar de la manœuvre systématique de déstabilisation menée dans les États du nord par ceux qui entendent imposer leur mode de développement en même temps que leurs valeurs.

28En gros, c’est la liberté fondamentale du citoyen qui est en jeu. L’idée républicaine suppose qu’un équilibre soit trouvé entre l’exercice du pouvoir qui par nature mutile l’initiative individuelle et le respect dû à la personne. Équilibre forcément précaire car le pouvoir est prompt à annexer et à envahir le domaine privé de l’individu et la tyrannie n’est évitable que si les dispositifs ont été intégrés dans les textes régissant l’exercice dudit pouvoir. La référence est claire aux Federalist Papers et à Madison qui avait abordé cette question théorique et l’avait résolue en faisant valoir qu’en la matière les précautions formelles sont à elles seules inopérantes :

  • 47 Les références sont aux Federalist Papers, A. Hamilton, James Madison, J. Jay, introduction de C. (...)

Il est indéniable que le pouvoir est par nature envahissant et qu’il convient de lui fixer strictement les limites qui lui sont assignées. [...] Sera-t-il suffisant d’indiquer avec précision les limites des différents départements dans la constitution du gouvernement, et de compter sur ces barrières écrites pour contrarier l’esprit de conquête de tout pouvoir? C’est essentiellement sur cette sécurité qu’ont comptée les rédacteurs de la plupart des Constitutions américaines. Mais l’expérience démontre que l’efficacité du dispositif a été largement surestimée et qu’il est indispensable dans un gouvernement de défendre efficacement les plus faibles contre les plus forts. (Federalist Papers, n° 48, pp. 308-30947)

29En d’autres termes, Calhoun souscrit sans arrière-pensées à l’analyse madisonienne et reprend à son compte cette conviction du Père de la Constitution que seul le pouvoir est susceptible d’arrêter le pouvoir. Les termes utilisés sont très voisins de ceux employés par Madison :

Cependant, l’expérience universelle, de tous temps et en tous pays nous enseigne que le pouvoir ne peut être contrecarré que par le pouvoir, et non par la raison ou l’esprit de justice et que toutes les restrictions imposées à l’autorité seront toujours totalement inopérantes si elles ne sont pas appuyées par un pouvoir de résistance aussi fort. (South Carolina Exposition, Draft, 504).

30Calhoun donne quitus aux Pères Fondateurs d’avoir su intégrer à la Constitution les nécessaires garanties puisque le texte offre une panoplie de moyens grâce auxquels les droits de la minorité peuvent être préservés. L’on fera remarquer au passage que Calhoun s’inscrit ici dans la stricte orthodoxie héritée de l’entreprise de révision constitutionnelle de 1787 et qu’il ne remet pas en cause la nature contractuelle du gouvernement établi en cette occasion. Le point de vue sera considérablement amendé dans des textes ultérieurs, mais à ce point, le nullificateur se pose en gardien de la loi fondamentale.

31Sur le fond, Calhoun renvoie son lecteur au débat qui a présidé à la naissance de la République américaine et qui a établi les fondements de la nation. La clé du raisonnement est que le Tarif est anti-constitutionnel et qu’il est en rupture avec l’esprit même de la Constitution fédérale rédigée à Philadelphie. Il bafoue le contrat initial par lequel les États, qui sont la source ultime de toute autorité, ont consenti à se défaire de certaines de leurs prérogatives. Le sacrifice n’a été accepté qu’en retour d’avantages supérieurs liés à leur appartenance à une entité plus large et plus puissante, la nation américaine. Et Calhoun de rappeler que la légitimité réside dans le peuple des États et que les pouvoirs délégués au gouvernement central sont strictement énumérés :

Nous considérons que tous les pouvoirs sont délégués par le peuple et qu’ils doivent être contrôlés par ceux qui entendent qu’ils soient exercés avec justice et pour le bien de tous ; et nos gouvernements, étatiques ou général, ne sont qu’un ensemble de dispositifs destinés à mettre justement en pratique ce principe fondamental. (South Carolina Exposition, Draft, p. 486)

  • 48 US Constitution, Art. I, sect. 8, 2° al.
  • 49 C’est par erreur que Calhoun en appelle ici à l’autorité de Hamilton pour le passage qu’il cite, e (...)
  • 50 Hugues Gérard, “La quête de l’impossible consensus”, Frontières, L’idée américaine au xviiie siècl (...)

32Toute décision qui romprait cet équilibre, et c’est le cas du Tarif de 1828, donnerait des privilèges exorbitants à une partie de la population et équivaudrait à une rupture de contrat. II est vrai qu’en l’occurrence le Congrès dispose du pouvoir de réglementer le commerce inter-étatique de même que les échanges avec les pays étrangers48. Mais, ce droit ne peut se concevoir comme celui de donner la préséance à une partie du corps social au détriment d’une autre. En tout état de cause, la justice et l’équilibre doivent présider à toute prise de décision, sans quoi l’on s’achemine vers le fléau absolu déjà évoqué par les Pères Fondateurs : la tyrannie de la majorité49. Le dispositif subtil des “checks and balances” était censé écarter ce danger fatal à toute vie démocratique, et Madison comptait sur un émiettement des intérêts qui aux États-Unis aurait empêché que se constitue en quelque sorte un intérêt dominant, ou que la nation soit marquée par un schéma bipolaire50. Or, la pratique politique impose à Calhoun d’incontournables conclusions. Le mythe madisonien d’une société parcellisée a vécu et il est clair désormais que les intérêts du Sud s’opposent quasiment point par point à ceux du Nord :

En un mot, au point où nous sommes, le pays est divisé en deux grands partis, l’un souverain et l’autre en état de soumission, qui entretiennent l’un avec l’autre les caractéristiques qui découlent nécessairement d’une telle relation, quelle que soit la forme qu’elle prenne. (Calhoun, South Carolina Exposition, Draft, p. 488)

33Bref, le litige qui oppose l’État fédéral et la Caroline du Sud et qui porte sur l’interprétation du texte constitutionnel ne peut par ailleurs pas être tranché par les institutions existantes. Toute révision de la Constitution relève du peuple et il n’appartient pas au Congrès de rendre un arbitrage dans une affaire où il est lui même partie ; de même le chef de l’Exécutif ne peut être pressenti, au nom de sa nécessaire indépendance et de son statut de garant de l’union nationale. L’intervention de la Cour Suprême est naturellement envisageable, mais en dernière analyse, Calhoun récuse qu’elle soit habilitée à se prononcer. La Constitution ne lui confère pas explicitement ce pouvoir et si elle a vu ses compétences précisées puis élargies par le Judiciary Act de 1789, Calhoun conteste qu’elle ait la légitimité nécessaire dans le cas soumis par le Tarif. L’argument vaut dénonciation de la réforme de 1789 qui est un cas patent d’abus d’autorité. L’équilibre subtil célébré à la fois par Madison et Hamilton dans les pages des Federalist Papers n’a pas résisté à l’appétit de pouvoir des autorités fédérales. Celles-ci disposent de facto du droit de “ullification” puisque tous les cas de conflits entre gouvernements d’états et gouvernement fédéral relèvent désormais de la compétence de la Cour Suprême. C’est vers la Haute Cour de justice que remontent les recours intentés par les signataires du pacte de gouvernement. Or, étant donné qu’elle appartient à la sphère du fédéral, la Cour dispose d’un pouvoir discrétionnaire de nature à annihiler l’existence des États privés d’initiative. Sans que le mot soit prononcé, Calhoun analyse le Judiciary Act de 1789, censé organiser le judiciaire fédéral, comme un authentique coup d’état constitutionnel qui rend légitime la résistance des États-membres :

  • 51 Mc Closkey R. G., The American Supreme Court. Chicago, Chicago University Press, 1960. Mc Laughlin (...)

... ainsi, il [le Judiciary Act] donne à cette Haute Cour le droit d’interprétation ultime, le pouvoir en réalité d’annuler les lois des Assemblés d’États lorsqu’elle juge que celles-ci risquent de s’opposer au pouvoir dévolu au gouvernement général... (South Carolina Exposition, Draft, p. 500)51

  • 52 Madison rappelle l’idée que les États sont parties du contrat et que les pouvoirs sont strictement (...)
  • 53 “[...] lorsque des pouvoirs sont exercés sans avoir été au préalable délégués, une nullification d (...)

34Les questions soulevées sont d’une telle complexité et touchent si profondément les fondements de la république américaine qu’elles ne peuvent être traitées par des assemblées ordinaires ou des institutions dont les pouvoirs auraient des contours par trop imprécis. Il convient in fine que la légitimité républicaine soit convoquée et que le litige soit examiné par une instance dérivant son pouvoir directement et explicitement du peuple. De même que la Constitution avait été soumise en son temps à l’approbation du peuple représenté dans des instances extraordinaires, puisque des Conventions avaient été spécialement élues pour procéder à la ratification du document, de même convient-il d’appliquer au Tarif une procédure tout aussi “exceptionnelle”. La question doit être posée au peuple de Caroline du Sud qui, au travers de ces Conventions, décidera d’appliquer la législation, ou au contraire, d’y opposer son veto. Ce faisant, l’État ne se placerait pas hors de l’Union mais déclinerait simplement d’entériner telle décision qui paraîtrait contraire à ses intérêts supérieurs. Pour élaborer sa théorie de la nullification, Calhoun dispose de deux précédents dont il fait un usage systématique dans l’Exposition. L’idée de convoquer une Convention ne fait que reprendre celle de 1787, lorsqu’il s’était agi de donner à la Constitution fédérale son indispensable autorité. Quant à la possibilité pour tel ou tel État de s’opposer à une législation jugée inique, la voie a été frayée dès 1798 par Madison52 et surtout Jefferson qui avait introduit le concept de nullification dans ses célèbres Kentucky Resolutions53, qui étaient la réponse aux lois liberticides connues comme Alien and Sedition Acts. Il s’agissait de lois d’exception concoctées par les dirigeants fédéralistes dont Jefferson avait dit, dès leur promulgation, qu’elles étaient “entre les dents de la Constitution”.

35Face à l’abus de pouvoir, et tout en évitant soigneusement d’employer le mot tabou de “nullification” qui l’eût classé immédiatement au rang des factieux, Calhoun recourt solennellement et presque littéralement à la rhétorique jeffersonienne et reprend à son compte, presque mot pour mot, les termes de la Déclaration d’Indépendance. Contre la Cour Suprême qui s’est arrogé le pouvoir de frapper de nullité (“nullify”) les lois étatiques, l’auteur de l’Exposition brandit le droit des États de s’interposer (“to interpose”) à une législation qui frappe au cœur de la “nation sudiste”. Il en va, selon lui, non seulement des droits du citoyen américain mais de la cause de la liberté dans le monde :

Le Comité juge que ce n’est pas seulement le droit de l’État, mais son devoir sous la foi solennelle du serment, de s’interposer, si tout autre remède se révèle inapplicable. (Exposition, Draft, p. 530)

Nullificateur

36La crise de la nullification eut un double effet sur la carrière de Calhoun. D’une part elle ruina toutes ses chances d’accéder, du moins pour l’immédiat, à la magistrature suprême, ce qui restait le couronnement désiré sinon proclamé de ses ambitions personnelles. Elle l’installa définitivement comme héros de la “nation sudiste” et son discours devint le bréviaire de tous ceux qui refusaient de voir mourir un modèle de société fondé sur des droits dits inaliénables et une conception pour le moins originale de la liberté. D’autre part, elle fut l’occasion d’un conflit ouvert avec le Président en exercice. Jusque là, Calhoun n’avait que tièdement soutenu Andrew Jackson et la rivalité entre les deux hommes, pour être diffuse, n’en était pas moins réelle. Le Carolinien s’en était tenu à la plus extrême prudence et avait agi avec la circonspection que lui imposait sa fonction de vice-président. S’il avait accédé à la demande de ses concitoyens de rédiger l’Exposition, c’était à la condition expresse que son nom ne figurât point sur le document et que son anonymat fût strictement respecté. Or, toutes ses précautions cédèrent au fur et à mesure que la crise se radicalisa. Calhoun se résigna à lever le masque tout en sachant que le dévoilement serait fatal à ses ambitions présidentielles.

  • 54 Voir supra, pp. 18-19.

37Le tournant fatidique eut lieu symboliquement le 13 avril 1830, jour anniversaire de la naissance du Président Jefferson, à l’occasion du banquet traditionnel offert aux caciques du Parti Démocrate à l’Indian Queen Hotel de Washington. Jackson et Calhoun, que l’on surnommait déjà le Président des États Confédérés, étaient assis l’un en face de l’autre et il y eut entre eux une passe d’armes verbale qui scella définitivement leur divorce. Plusieurs toasts furent portés à la mémoire de feu l’auteur de la Déclaration d’Indépendance et l’on fit assaut de bons mots pour célébrer l’apport d’un des Pères de la nation qui avait été également le fondateur du Parti démocrate. Quand vint le tour du Président, celui-ci se leva et déclara sur le ton de la plus extrême solennité : “À l’Union, qui doit être préservée”. On souligne chez les biographes que ces paroles furent prononcées à l’adresse expresse du vice-président tandis que Jackson le fusillait du regard. Le protocole imposait que Calhoun prît la parole à son tour. Blême, les yeux bouillonnants d’une rage contenue, celui-ci se leva et eut ces mots terribles: “À l’Union... Après nos libertés, notre bien le plus cher”. Après cette phrase assassine, la cause était entendue. Calhoun qui jusque là s’était montré d’une prudence extrême, s’était appliqué à dissimuler son rôle actif auprès des nullificateurs et à l’occasion avait cherché à calmer des esprits par trop échauffés, venait de choisir son camp. Le défi lancé au fougueux Président relevait quasiment du crime de lèse-majesté. Ce d’autant plus que les deux hommes nourrissaient l’un pour l’autre une extrême défiance. Jackson n’avait jamais oublié que l’ex Secrétaire à la Défense avait envisagé de le traduire devant une Cour Martiale en réplique à ses incursions en territoire espagnol durant la guerre contre les Seminoles54. À ce point, Jackson restait incrédule quant aux véritables motivations de son vice-président dont il ne pouvait croire qu’il s’était d’ores et déjà rallié à la cause des nullificateurs, mais peu à peu, les doutes cédèrent devant les évidences et Calhoun était en passe de devenir le traître à l’Union.

  • 55 “Notre système comprend ainsi deux gouvernements distincts et indépendants. Les pouvoirs généraux, (...)
  • 56 Joël Robert Poinsett (1779-1851), né à Charlotte (Caroline du Sud). Ce diplomate chevronné sera ma (...)

38Après ce dîner fatal qui avait scellé le schisme, l’urgence n’était plus pour Calhoun de se dissimuler. De retour en Caroline du Sud, il put prendre la mesure des effets produits par la nullification, tandis que les plus radicaux demandaient des solutions draconiennes et parlaient ouvertement de sécession. On glissait allégrement sur les subtiles analyses de l’auteur de l’Exposition selon lesquelles la nullification était en quelque sorte inscrite dans les gènes de la Constitution et que donc elle ne remettait pas en cause l’existence de l’Union55. La classe politique de Caroline du Sud se scinda en deux factions rivales. D’un côté, les “nullificateurs” qui ne formaient d’ailleurs pas un front uni, la gamme allant des plus tièdes et des plus timorés jusqu’aux extrémistes les plus radicaux. De l’autre, les “unionistes”, réunis autour de Joel Poinsett56, bien décidés à en appeler au gouvernement fédéral pour mettre au pas les rebelles.

39Dans un souci probable d’apaisement, au cours de l’été 1831, Calhoun entreprit la rédaction d’un document qui, sans renoncer aux justes doléances exprimées par la Caroline du Sud au sujet du Tarif, devait exposer les principes de la nullification sur le ton de la conciliation et sans agiter l’épouvantail de la sécession. Il entendait surtout démontrer qu’en fin de compte, la nullification était une juste réponse, qui plus est inscrite dans la légalité constitutionnelle, pour permettre à l’une des parties du contrat fédéral de faire valoir de légitimes doléances sans porter atteinte à la loi fondamentale. Le texte fut publié le 26 juillet 1831 dans l’organe de presse sudiste The Messenger et est plus connu comme l’ Adresse de Fort Hill, du nom de la plantation de Calhoun. Il reprend les grandes lignes de l’argumentation développée dans l’Exposition, à cette différence près que le nom de Calhoun figure cette fois-ci au bas du document, marquant par là que le Carolinien renonce définitivement à la prudence scrupuleusement respectée jusque là. L’Adresse se veut en quelque sorte célébration de l’exception américaine symbolisée par sa Constitution, pour faire valoir que sa vertu première est qu’elle inclut les éléments propres à neutraliser toute dérive vers une tyrannie de la majorité. Correctement et complètement appliquée, elle doit préserver d’une part la liberté, d’autre part les intérêts de tous les membres de la communauté contractante. De fait, l’Adresse expose avec beaucoup plus de précisions que ne l’avait fait l’Exposition les grandes lignes de la théorie de la majorité concurrente qui trouvera sa formulation ultime dans la Dissertation sur le gouvernement. Simplement, les arguments dérivent ici d’une observation in situ, d’une réalité immédiate et tangible: l’état d’une Amérique divisée non pas en classes sociales mais déchirée en deux entités antinomiques et irréconciliables, selon une ligne de fracture liée à la géographie, au climat et à l’histoire du peuplement :

Chez nous, elles [les différences] sont presque exclusivement géographiques et résultent essentiellement des différences de climat, de sol, de situation, d’industrie et de production, mais il n’en est pas moins nécessaire de les protéger par des dispositions constitutionnelles adéquates que lorsqu’il s’agit d’intérêts distincts existant parmi des classes sociales séparées. (Adresse de Fort Hill in Union and Liberty, p. 374)

40Sans s’attarder ici sur la théorie de la majorité concurrente, également appelée théorie du gouvernement constitutionnel présentée avec rigueur dans la Dissertation sur le gouvernement, une remarque s’impose. L’Adresse comporte une analyse du pacte fédéral qui, malgré les dénégations de son auteur et les multiples recours aux textes fondateurs, rompt sur un point crucial avec l’orthodoxie fédéraliste telle qu’exposée par Hamilton ou Madison. Le point de rupture n’est autre que l’analyse faite du thème de la souveraineté. D’emblée, Calhoun pose que la légitimité du gouvernement fédéral dérive de la volonté du peuple des États, lesquels sont eux-mêmes constitués en tant qu’entités souveraines et indépendantes. Elle ne découle donc pas du peuple américain dans son ensemble et, en dernier ressort, ne trouve pas sa source auprès des citoyens d’un État américain formant cette entité abstraite que l’on nomme nation :

Ce grand principe directeur est que le gouvernement général émane du peuple des différents États, formant des entités politiques distinctes et agissant en tant que souverains indépendants, et non du peuple constitué en une unique communauté politique [...] (Adresse de Fort Hill in Union and Liberty, p. 370-371)

  • 57 Virginia and Kentucky Resolutions, cf. supra, pp. 33-34.
  • 58 Le Plan Virginien (ou Plan Randolph) présenté par Randolph mais concocté par Madison constitue le (...)
  • 59 “Mais il est superflu de tester à l’aune de la théorie une partie de la Constitution dont il est a (...)
  • 60 “Et il n’est pas moins clair que la souveraineté réside dans les différents États, et que notre sy (...)

41Certes, le rédacteur de l’Adresse en réfère abondamment à Jefferson et Madison pour rappeler qu’en leur temps ces deux grandes figures de la politique américaine avaient fait état du pouvoir de résistance des États face aux empiétements du fédéral, toujours prompt à élargir la sphère de son autorité57. Il n’empêche que dans l’analyse qu’il propose du concept central de souveraineté, il se démarque de la façon la plus nette du Père de la Constitution. Malgré lui et quelque peu à contrecœur, Madison avait dû admettre que la Constitution de 1787 reposait tout entière sur l’idée de divisibilité de la souveraineté. Il suffira de rappeler ici que le projet initial présenté par Madison à l’ouverture de la Convention constituante abolissait de facto les États-membres qui n’auraient eu, dans le nouveau schéma institutionnel, qu’une existence purement formelle58. Les leviers du pouvoir auraient été détenus par les représentants du peuple dans son ensemble désignés selon le strict principe de la représentation proportionnelle. Or, assailli qu’il fut par les tenants d’une formule qui préserverait l’existence des États, il avait dû céder un terrain considérable et, de compromis en retraites, avait accepté l’idée d’une double citoyenneté qui elle-même impliquait que la souveraineté fût divisible. Cela s’était fait au prix d’un immense renoncement, en rupture avec l’orthodoxie républicaine qui postulait justement que la souveraineté fût indivisible. Madison s’y était résigné faute d’avoir pu imposer une formule plus conforme à ses attentes personnelles et à des présupposés théoriques censément universels. C’est pour cela qu’il en appelait à l’indulgence des lecteurs des Federalist Papers, les invitant à ne pas juger le document à l’aune d’une stricte orthodoxie car, de l’aveu même de son plus fervent défenseur, il n’aurait pas résisté à l’analyse59. La Constitution est en quelque sorte un “hybride” boiteux qui mêle, de façon artificielle, les ingrédients d’une république confédérale à ceux d’un État national. Elle est la démonstration d’un compromis majeur touchant à un concept fondateur de la théorie républicaine. Or, si Calhoun s’abrite si souvent derrière le discours du Père de la Constitution, il s’en écarte de la façon la plus nette en récusant comme absurde l’idée que la souveraineté puisse en quelque sorte se décliner. Pour lui, la souveraineté est un Tout homogène et indécomposable, placé en l’occurrence entre les mains du peuple des États. Ce point sera repris et explicité dans le discours de 1833 sur la Force Bill, sans la moindre ambiguïté : “Malgré tout ce qui avait été dit, il [Calhoun] maintenait que la souveraineté est dans sa nature indivisible. C’est un pouvoir suprême détenu pas un État et l’on pourrait aussi bien parler d’un demi carré ou d’un demi triangle que d’une demi souveraineté.” (Speech of the Force Bill in Union and Liberty, p. 433) Ce sont donc les États qui puisent leur raison d’être dans la seule souveraineté disponible et la Constitution n’est autre qu’un pacte entre souverains qui se départissent de quelques pouvoirs spécifiques sans que soit entamée ou aliénée leur souveraineté60.

  • 61 Nat Turner était en effet un prédicateur noir et un mystique qui se pensait investi d’une mission (...)
  • 62 Niven rapporte que l’esclave Alec avait désobéi à Floride, épouse de Calhoun et s’était enfui. App (...)

42L’on peut penser que ce divorce tout théorique entre l’analyse de Calhoun et celle de Madison passa totalement inaperçue à bien des lecteurs du Messenger. La plupart retinrent de ce texte qu’il était surtout une invite à la modération, dans la fermeté réaffirmée d’une politique qui relevait de la légitime défense et qui s’inscrivait apparemment dans la logique de l’institution. Il eut d’autant plus d’écho dans le Sud qu’il coïncida presque exactement avec la révolte de Nat Turner qui fut le soulèvement d’esclaves le plus structuré qu’ait connu la région. Un frisson d’inquiétude parcourut la classe des planteurs qui dénoncèrent l’effet pernicieux de la rhétorique abolitionniste et les dangers inhérents à l’éducation religieuse dispensée aux Noirs dans les plantations61. On rapporte que Calhoun lui-même fut si ému de la tournure des événements qu’il fit preuve à l’égard de ses propres esclaves d’une sévérité exceptionnelle62.

43Quoi qu’il en soit, le maître de Fort-Hill sut tirer les conclusions de son acte d’insubordination, alors même qu’il occupait une fonction éminente dans l’appareil fédéral. Il quitta Fort Hill pour retourner à la capitale de l’Union et lors d’une halte à Columbia, après avoir consulté quelques amis fidèles, il expédia sa lettre de démission de son poste de vice-président. Une telle fonction était désormais incompatible avec son engagement auprès des “nullifïcateurs” et le Carolinien recouvrait une liberté de parole que son titre lui avait partiellement ravie. Cela dit, son geste le privait également de toute protection liée à son statut et, en route vers Washington D.C., Calhoun était à peu près convaincu que, dès son arrivée, il serait arrêté pour haute trahison sur ordre exprès du Président. Ses craintes étaient au moins partiellement infondées et il n’en fut rien. Calhoun gagna son siège de Sénateur où il avait été élu sans la moindre difficulté et de là put ferrailler à nouveau avec Jackson par Sénat interposé. Le Président était à l’origine d’une nouvelle législation qui de fait accordait à l’organe fédéral des pouvoirs discrétionnaires étendus en cas de réticence de tel ou tel État membre de s’acquitter des impôts dus au Trésor. L’ensemble de mesures fiscales, connu comme “Revenue Collection Bill” et que Calhoun rebaptisa immédiatement “Bloody Bill” visait tout particulièrement la Caroline du Sud et prévoyait des mesures coercitives, allant jusqu’à l’emploi de la force armée, en cas de refus de l’une des parties de l’Union d’obtempérer. Le débat qui suivit donna à Calhoun l’occasion de prononcer entre le 15 et le 16 février 1833 le discours le plus brillant de sa carrière d’orateur. Le ton employé oscille entre polémique et lyrisme, sans se départir jamais de l’argumentation technique et logique qui sont les constantes du personnage. La rhétorique sert l’argumentaire à l’occasion d’envolées qui demeurent un modèle du genre, tant par la dramatisation apportée aux faits bruts que par le mordant du discours. D’emblée, le rhéteur réplique à une double allégation dirigée contre lui et qui remet en cause sa cohérence intellectuelle de même que sa probité d’élu du peuple. Calhoun doit se justifier d’un apparent revirement puisqu’il avait voté en 1816 en faveur d’un Tarif qui déjà attentait aux intérêts du Sud, ce qu’il refuse obstinément s’agissant de celui de 1828. Pour rendre compte de ce que d’aucuns appellent une volte-face, il rappelle que la loi de 1816 avait pour objectif le retour à l’équilibre budgétaire, après la guerre de 1812 qui avait vidé les caisses du Trésor et accru considérablement la dette publique. En 1816, il s’agissait, selon lui, de prélever un juste impôt et la législation n’avait d’autre but que de renflouer l’État débiteur. En cela, la loi était conforme à la Constitution et il n’y avait aucune raison de la rejeter: “Qu’il soit rappelé que la loi avait pour but de prélever un impôt ; et bien évidemment elle était constitutionnelle.” (Collection Bill, p. 145) Bien différent est le Tarif de 1828 qui, selon Calhoun, a pour but d’opérer une discrimination entre le Nord industriel et le Sud agricole en offrant des garanties et des avantages indus au premier, au détriment du second. En cela, le Tarif n’est pas un impôt normalement exigé d’un État membre, mais une sanction infligée aux producteurs de coton :

  • 63 Le texte utilisé est celui reproduit dans Calhoun, Basic Documents, edited and introduced by John (...)

Elle [la Caroline du Sud] objecte, non pas en raison de la modification d’une loi censée destinée à collecter un impôt ; mais parce qu’au nom du droit d’imposition s’exerce un pouvoir par nature très différent du pouvoir fiscal et dont le caractère l’associe davantage à une sanction qu’à un impôt. (Collection Bill, p. 147)63

  • 64 Collection Bill, pp. 152-153.

44Par ailleurs, Calhoun réplique à une attaque directe du président Jackson qui, dans son discours, avait jeté le discrédit sur sa personne en arguant que l’opposition forcenée de son ex vice-président était le résultat d’une ambition contrariée, suggérant en quelque sorte que Calhoun avait choisi la radicalisation par pur dépit. Et de rappeler l’épisode de 1828 où déchiré entre sa promotion personnelle et son devoir de Sudiste il opta pour le second, sachant pertinemment que le geste ne lui serait pas pardonné64. Le trait saillant du discours reste la prouesse rhétorique lorsqu’il s’agit de dénoncer dans l’emphase le risque d’une tyrannie jacksonienne analogue à celle des despotes romains :

La loi doit être appliquée ! L’édit impérial exécuté ! C’est au nom de tels sophismes, couchés en termes généraux, et sans souci des limites qui doivent présider à l’exercice du pouvoir, que l’on a occulté les actes de despotisme les plus cruels [...] C’est au nom de tels sophismes que les édits sanglants de Néron et de Caligula ont été exécutés. (Collection Bill, p. 166)

45Et le discours culmine dans une volonté de dramatisation extrême où Calhoun envisage la mort glorieuse, préférable à toute compromission, de tous ceux qu’il croit prêts à verser leur sang pour la cause sudiste :

La mort n’est pas la catastrophe suprême. Il en est d’autres plus terribles encore pour les hommes libres et les braves ; parmi elles peut figurer la perte de liberté et d’honneur. (Collection Bill, p. 162)

46Et plus loin :

... leurs fils courageux seront prêts à accomplir leur dernier devoir : mourir noblement. (Collection Bill, p. 163)

47Dans ce discours aux accents de veillée d’armes, l’orateur ne déroge pas aux règles du genre et recourt au manichéisme le plus simpliste et le plus réducteur pour asséner l’idée que dans la tension entre pouvoir et liberté, le premier est en l’occurrence du côté du Nord tandis que les Sudistes n’ont que leurs armes pour défendre les lambeaux de leur liberté.

48À observer les événements de près, il est peu probable que Calhoun lui-même ait adhéré à son propos délibérément alarmiste. L’exercice rhétorique était surtout tactique et visait simplement à gagner du temps. Il importait de repousser aussi longtemps que possible la loi dite “Force Bill” qui avait été concoctée à seule fin de réduire les “nullificateurs” de Caroline du Sud et de mener à son terme une négociation déjà bien engagée pour mettre fin à la crise majeure que connaissait l’Union. L’urgence était de désamorcer à temps le processus, tandis que les troupes fédérales étaient amassées aux frontières de la Caroline et prêtes à intervenir pour faire appliquer la loi. Il fallait également offrir aux “nullificateurs” une honorable porte de sortie. C’est Calhoun qui se chargea des pourparlers secrets avec Clay, représentant reconnu des intérêts de l’industrie de Nouvelle-Angleterre. Le compromis exigeait par nature des concessions réciproques et ce fut au prix de ces renoncements que la crise se dénoua. Au grand dam des responsables de Nouvelle-Angleterre pour qui la loi amendée par Clay constituait un abandon pur et simple du système censé protéger leurs intérêts vitaux, le texte fut accepté par Calhoun. De fait, la nouvelle mouture n’apportait que des modifications quantitatives et ne revenait pas sur certains principes que Calhoun avait farouchement combattus depuis l’origine du conflit. Il céda au nom de la nécessaire préservation de l’Union sans se leurrer sur le contenu du texte proposé par Clay. Dès la clôture de la session du Congrès, le 3 mars 1833, il fit route vers son État d’origine pour s’efforcer de convaincre l’assemblée de renoncer à son ordonnance de nullification et de ne pas s’engager dans la voie fatale de la Sécession. À nouveau, il déploya tout son talent et sa persuasion, fit valoir que l’État s’était interposé efficacement, puisqu’en fin de compte, le Tarif tel que proposé avait été abandonné. Aller plus loin eût signifié une déclaration de guerre au Nord et cela, déclara Calhoun, il ne le souhaitait pas. Le 14 mars 1833, l’assemblée se rangeait à l’option modérée préconisée par son représentant le plus célèbre et, à une large majorité, annulait l’Ordonnance de nullification.

  • 65 Protégé par la règle du secret des délibérations qui présidait au débat de Philadelphie, Hamilton (...)

49Si victoire il y eut, elle laissait un goût amer, et tous les problèmes constitutionnels soulevés à l’occasion de la crise de la nullification restaient pendants. Sous l’égide de Jackson, le Parti Démocrate s’était rallié à une conception de la république que n’aurait pas reniée Hamilton lui-même65 et Calhoun percevait les dérives inquiétantes d’un système qui basculait irrémédiablement vers le centralisme et l’extinction des droits des États. Tout au plus le dénouement “heureux” était-il une pause car, au fond, rien n’avait été réglé des rapports entre les deux sections des États-Unis. Le baroud d’honneur de la Caroline laissait présager de nouvelles crises autrement plus graves. Provisoirement privé par son engagement de tout destin national, Calhoun était plus isolé que jamais. S’il rêvait d’un grand parti sudiste qui fût le porte-parole des planteurs et le garant de la civilisation sudiste, il n’était pas sans connaître les résistances à son projet, y compris dans son propre État.

Soucis domestiques

  • 66 Martin Van Buren (1792-1862), homme lige de Jackson, il participe activement à la destitution de C (...)
  • 67 Daniel Webster pour la Nouvelle-Angleterre, William Henry Harrison représentant l’Ouest, et Hugh W (...)

50Sans être une traversée du désert, les années 1836-1840 marquent un creux dans la carrière du Carolinien. Dépité par l’outrageante popularité de Jackson qui termine son deuxième mandat, Calhoun s’oppose avec un acharnement douteux à toutes les mesures émanant de la Maison Blanche. Ce faisant, il n’a d’autre but que de gâcher, autant que faire se peut, les derniers mois du mandat de celui qui est devenu son ennemi intime. Mis hors course à la Présidence par ses prises de positions récentes, il assiste impuissant à l’élection de Van Buren66 qu’il considère comme intellectuellement médiocre. Ce dernier doit son élection surtout à la division du camp Whig qui ne présente pas moins de trois candidats au poste tant envié67. Sa seule consolation, il la trouve dans le vote de la Caroline du Sud qui, à Van Buren, préfère un Sénateur quasiment inconnu du nom de William Mangum. Ces années sont pour l’homme d’État l’occasion de retourner vers les siens et de s’occuper plus directement de la gestion de ses biens, confiée jusqu’ici à son épouse et à l’un de ses frères. C’est aussi le temps des expéditions vers l’intérieur, dans le but de découvrir la route idéale vers l’Ouest qui doit devenir l’artère vitale du développement du Sud. Dès cette époque, Calhoun sent que politiquement une alliance avec les États de l’Ouest déjà existants ainsi que ceux qu’il reste à créer formera un contrepoids efficace à ce qu’il perçoit comme une hégémonie du Nord. Il est à noter que ces expéditions ne déboucheront sur aucune décision concrète. La dépression de 1837 vient encore nourrir son pessimisme quant à la marche des affaires aux États-Unis dont il perçoit des signes de dégénérescence. Selon lui, la preuve est apportée que la vertu originelle qui caractérisait le peuplement du sol américain se dilue dans des pratiques monétaristes et un affairisme débridé. La crise est surtout de confiance, dans un système qui fonctionne artificiellement pour lancer des manœuvres spéculatrices à l’Ouest avec des fonds empruntés. C’est pourquoi il plaide en faveur d’une séparation totale et absolue entre gouvernement fédéral et établissements bancaires, au motif que toute alliance du politique et du financier aurait pour conséquence un renforcement du pouvoir central. L’argument s’inscrit en droite ligne du débat précédent sur la “nullification” et prône plus fort que jamais la défense du droit des États.

  • 68 “À propos des critiques spécieuses et infondées que t’adresse ta mère, tu dois non seulement les s (...)

51La période voit un Calhoun libéré, sans doute malgré lui, des tâches de gouvernement et plus présent sur sa plantation, plus au contact des réalités quotidiennes du système esclavagiste. Depuis 1824, la gestion du domaine est confiée à Floride, épouse-cousine, dans une union qui, après les émois initiaux, s’est vite détériorée. Les biographes ont en général la dent très dure envers une épouse qu’ils jugent inconstante et sujette à des sautes d’humeur, mais à qui échut la responsabilité de la plantation tandis que son célèbre conjoint tonnait et pérorait dans l’enceinte du Sénat. Sans s’attarder outre mesure sur cet aspect intimiste de la vie de Calhoun, il faut bien admettre que lui-même donna à ses biographes quelques bonnes raisons d’aiguiser leurs couteaux. Ainsi, dans une lettre adressée à son fils Andrew en 1847, il confiait que Floride avait été la seule croix qu’il eut à porter au cours de son existence68. Andrew justement ne lui avait causé que soucis et déceptions. Après avoir manifesté le désir d’embrasser la carrière militaire et que son père eut intercédé en sa faveur auprès des autorités de West Point, il changea d’avis et voulut faire des études à Yale. Calhoun intervint à nouveau pour appuyer sa candidature mais le jeune homme ne fit preuve que d’un timide intérêt pour les matières enseignées. Les choses se gâtèrent définitivement lorsqu’il participa à une manifestation d’étudiants qui dégénéra en monôme. Le propre fils du vice-président des États-Unis reçut une lettre de renvoi et dut quitter honteusement le prestigieux établissement. Cependant, seul l’amour propre de Calhoun avait jusqu’ici été affecté; le pire était à venir. Andrew s’avisa en effet d’acquérir une plantation à Cane Bridge, comté de Marengo dans l’Alabama. Afin d’acquitter la somme due pour cette propriété largement surévaluée, il se tourna vers son père qui ne put refuser l’avance quoique ses propres affaires ne fussent pas florissantes et, plus grave, il emprunta à Clemson, jeune homme riche et brillant qui venait d’épouser sa sœur Anna Maria. Ce fut là l’opération la plus catastrophique jamais engagée par Calhoun. La plantation vivota et ne dégagea jamais les bénéfices suffisants pour honorer la dette. Clemson s’impatienta et exigea le remboursement du capital augmenté des intérêts qui avaient couru. La mauvaise affaire financière se doubla donc d’une querelle familiale qui empoisonna la vie d’un Calhoun contraint de servir d’arbitre entre son propre fils et l’époux de sa fille préférée. À la mort de Calhoun en 1850, l’affaire n’était toujours pas réglée.

52L’autre fils, Patrick, ne fut pas en reste. Certes les débuts avaient été prometteurs puisque le jeune homme avait été admis à West Point et Calhoun pouvait légitimement penser qu’enfin le rejeton serait digne du père. Cependant au lieu des vertus de labeur, tempérance et abnégation que John eût aimé voir cultivées par son fils, celui-ci montra très tôt un goût irrépressible pour le jeu et préféra la compagnie des jeunes femmes peu farouches à celle des ouvrages imprimés, ce qui lui valut de contracter la syphilis. Il devint un officier médiocre et ne fut jamais à la hauteur des espoirs que son père avait placés en lui.

53Seule Anna Maria, l’aînée née en 1817, lui apporta le confort d’une fille brillante et aimante. C’est avec elle qu’il s’affichait dans les dîners en ville après que Floride eut choisi la vie recluse pour veiller au grain à Pendleton. Anna Maria avait le goût et le sens de la politique et elle fut la confidente la plus fidèle et la plus attentive de son célèbre père.

54Tandis que sa carrière piétinait, tout du moins dans sa dimension nationale, Calhoun s’imposait chaque jour davantage comme le porte-parole incontesté du Sud. En ces années relativement étales, l’Amérique poursuivait son développement économique sans trop s’attarder ni se soucier de ses contradictions et de ses divisions internes. Calhoun jetait sur le monde environnant un regard où se mêlaient amertume et nostalgie. Passablement désabusé par la récente tournure des événements, il s’efforçait d’accréditer l’idée auprès de ses proches que les institutions américaines, modèle du genre dans leur version originelle, s’étaient peu à peu délitées sous l’effet de la corruption, du jeu des partis et des ambitions personnelles. Il appelait de ses vœux un retour vers un passé mythique et supposé idéal, marqué par la pureté des intentions et la générosité du personnel politique dans le respect des institutions et des situations particulières, notamment dans le Sud attaché à son système esclavagiste. Vu de Fort Hill où Calhoun se retirait de plus en plus fréquemment, le Parti Démocrate offrait le spectacle pitoyable d’une machine à gagner les élections, travaillant dans le seul intérêt de responsables corrompus et pratiquant le clientélisme de façon éhontée. L’urgence était en quelque sorte d’un sursaut de la pensée qui eût préservé la nation de la dérive fatale où elle était engagée. Il n’est pas fortuit, dans ces conditions, que ce soit justement au début des années 1840 que Calhoun ait entamé la rédaction de la Dissertation sur le gouvernement, tâche qui devait l’occuper jusqu’au jour de sa mort. Le texte prend une distance jugée nécessaire avec les soubresauts de l’histoire immédiate pour retrouver, commenter et restaurer les valeurs fondamentales de la république, malmenées par les pratiques honteuses du moment. Certes, la nullification avait subi un échec cuisant après le bras de fer avec Jackson et le retrait de l’Ordonnance par la Caroline du Sud, mais ses principes et sa philosophie générale restaient vivants dans les États du Sud. La Dissertation élaborait une réflexion exhaustive et complète sur le droit de résistance des États et devait constituer une réponse adaptée, car non polémique, aux débordements d’une période où se diluaient les principes fondateurs de la Nation. Simultanément, dans l’esprit de Calhoun l’idée germait d’un grand parti rénové, dépositaire des intérêts du Sud et capable de rallier à l’Ouest voire dans le Nord tous ceux qui étaient hostiles à une extension de la sphère du pouvoir fédéral et restaient attachés aux prérogatives des États. L’ambitieux projet ne vit jamais le jour.

  • 69 Tyler John (1790-1862), originaire de Virginie, il s’engage très tôt dans le Parti Républicain et (...)
  • 70 James Polk obtint l’investiture du Parti Démocrate au neuvième tour de scrutin après que Van Buren (...)

55De son siège de Sénateur, Calhoun n’obtint que des succès mitigés et essuya à l’occasion quelques sérieux revers, ce qui finit de le convaincre de la nécessité pour lui d’abandonner ses fonctions sénatoriales pour se consacrer à un destin plus haut devant le conduire à la Maison Blanche. Il eut certes le dernier mot dans la polémique qui l’opposa à Clay, lequel réclamait une révision de la Constitution afin de limiter le droit de veto présidentiel en substituant une simple majorité à celle des deux tiers requise pour passer outre l’opposition du titulaire du pouvoir exécutif. La manœuvre de Clay lui avait été inspirée par ses récents échecs dans son projet de banque nationale que Tyler69 avait obstinément rejeté. À l’occasion du débat, Calhoun put enfourcher son cheval de bataille et démontrer que son adversaire politique entendait tout simplement priver le Président de son pouvoir de résistance et appliquer sans réserve et sans contrainte la règle aveugle de la loi majoritaire, défaisant ainsi les subtils équilibres introduits dans la Constitution par le système des “checks and balances”. Par contre, il ne put s’opposer à la hausse du tarif votée par le Congrès en 1842 et qui rétablissait les taux pratiqués dix ans plus tôt, nouvelle entrave à la prospérité du Sud. Quant à ses ambitions présidentielles, elle furent définitivement balayées au cours de la pré-campagne pour l’investiture du Parti Démocrate menant à l’élection de 1844. Enfermé dans sa plantation de Fort Hill, Calhoun refusa obstinément de considérer que l’élection impliquait qu’il aille au devant des électeurs pour gagner leurs suffrages. En Sudiste hautain et méprisant de certaines pratiques qui s’étaient imposées depuis la période jacksonienne, il s’en tint à son code de chevalier sudiste et ne put se résoudre à une manœuvre qui pour lui était synonyme d’abaissement. Isolé dans sa tour d’ivoire, il comptait sur ses discours et ses écrits mêlant des considérations techniques à une réflexion abstraite sur la théorie politique pour conquérir une élite qui saurait à son tour entraîner dans son sillage une masse suffisante d’électeurs confiants et finalement conquis par la logique implacable de ses arguments. Cette attitude distante et qui relevait de pratiques désuètes fut fatale à ses ambitions présidentielles et la “machine à penser”, comme l’avaient surnommé certains de ses détracteurs, fut définitivement écartée de la course à la Maison Blanche lors de la Convention du Parti Démocrate de 184470.

Secrétaire d’État

  • 71 Upshur Abel (1790-1844), originaire de Virginie, il fut d’abord nommé Secrétaire de la Marine par (...)

56Cette relative inactivité pour un homme qui de tous temps avait servi au plus près les intérêts de son pays fut interrompue par un accident dont Andrew Calhoun avait été le témoin oculaire et qu’il rapporta à son père. Le 28 février 1844, tandis que le navire de guerre Princeton était le théâtre d’une manifestation réunissant les plus hauts dignitaires de l’État, l’explosion d’un canon provoqua la mort de plusieurs d’entre eux, dont le Secrétaire d’État Abel Upshur71. Tyler, qui était sorti miraculeusement indemne de l’accident, sollicita Calhoun pour occuper le poste laissé vacant. Le Carolinien qui, à deux reprises déjà, avait refusé ce ministère s’empressa cette fois-ci de l’accepter. Le hasard voulut qu’à ce poste qu’il n’occupa qu’une année, il eut à traiter d’un sujet essentiel pour les intérêts du Sud et l’équilibre de l’Union telle qu’il la percevait: l’acquisition du Texas. Dans l’élaboration et la signature du traité, il joua un rôle de tout premier plan, lui qui avait toujours été favorable à une annexion pour les raisons aussi bien idéologiques que stratégiques.

  • 72 George Hamilton Gordon, 4e Baron d’Aberdeen (1784-1860): issu de la noblesse écossaise, il connut (...)
  • 73 Isaac Van Zandt (1813-1847), né dans le Tennessee, il embrassa une carrière juridique après avoir (...)

57Bien qu’ayant proclamé son indépendance dès 1836, le Texas n’était pas reconnu comme État souverain par le Mexique et était l’objet des convoitises et manipulations de la Grande-Bretagne. De plus, le Texas avait maintenu l’institution servile à l’intérieur de ses frontières et Calhoun voyait dans une éventuelle entrée de ce nouvel État dans l’Union le moyen de renforcer la cause esclavagiste de même que la puissance et la représentation du Sud dans les instances fédérales. L’ajout du Texas à la zone Sud signifiait un rééquilibrage possible de l’Union au profit des propriétaires d’esclaves. Or, cette belle construction stratégique était dangereusement hypothéquée par les intentions affichées de la Grande-Bretagne, toujours présente et influente dans la région, et par la diplomatie secrète pratiquée par Lord Aberdeen72, ministre des affaires étrangères dans le Cabinet Peel. Calhoun avait eu vent, en particulier, d’un plan concocté par le diplomate philanthrope qui prévoyait, après l’élargissement des esclaves, de verser des sommes importantes aux Planteurs afin de compenser les pertes subies. Outre les considérations humanitaires dont on ne peut nier qu’elles aient eu quelque influence sur les décisions de la Couronne, la disparition de l’esclavage eût donné à la Grande-Bretagne le moyen de contrôler efficacement le commerce du coton. En effet, elle aurait provoqué une hausse massive des prix du coton, ce qui aurait contraint les clients à se tourner vers le marché indien, tout entier aux mains des Anglais. Pour toutes ces raisons, auxquelles l’on pourrait ajouter celle de l’anglophobie quasiment viscérale du nouveau Secrétaire d’État, l’urgence était de trouver un accord avec le Texas qui d’une part aspirait à devenir État américain mais d’autre part ne voulait pas distendre trop ses liens avec la Grande-Bretagne. Ce fut Calhoun en personne qui négocia un traité secret avec Isaac Van Zandt73, par lequel le Texas se plaçait provisoirement sous l’autorité des États-Unis et accédait au statut de territoire, ce qui impliquait qu’il avait désormais vocation à rejoindre l’Union à égalité de droits et de devoirs avec les États existants. Après une première tentative infructueuse pour faire ratifier le texte du traité par le Sénat, Calhoun obtint que la ratification se fasse par une déclaration conjointe des deux assemblées. L’accord fut entériné trois jours seulement avant que le nouveau Président élu, Polk, ne prenne ses fonctions et qu’il n’écarte Calhoun de son administration, au motif qu’il était trop lié au parti des esclavagistes. Il n’empêche que l’affaire du Texas, rondement menée par un Calhoun astucieux et déterminé, constitue un succès indéniable pour l’ex Secrétaire d’État qui a surtout réussi à rétablir une forme d’équilibre entre Nord et Sud.

Oregon et Mexique

  • 74 James Buchanan (1791-1868), Démocrate de la première heure, il soutient la politique de Jackson av (...)
  • 75 Polk déclare d’une part que l’annexion du Texas est nécessaire à la sécurité de la Nation et de sa (...)
  • 76 Merk Frederick, Manifest Destiny and Mission in American History: A Reinterpretation, 1963. 1st Ha (...)
  • 77 En 1843, une convention d’expansionnistes s’était tenue à Cincinnati (Ohio) pour exiger la cession (...)
  • 78 Devenu président, Polk abandonna une partie de la rhétorique expansionniste qui avait servi à son (...)

58C’est avec un luxe de précautions que le nouveau Président en exercice annonce à Calhoun qu’il a décidé de le remplacer au Secrétariat d’État par James Buchanan74, au motif que c’est un homme neuf et à ce titre plus à même de susciter l’unanimité du Parti Démocrate en des temps qui exigent des décisions délicates et forcément controversées. En échange, le Carolinien se voit proposer le poste d’ambassadeur en Grande-Bretagne où, lui dit-on, son expérience servirait au mieux les intérêts de l’Union, proposition immédiatement rejetée par l’intéressé. Calhoun est de nouveau contraint à une forme de retraite et reprend le chemin de Fort-Hill où pendant quelques mois, il s’occupe personnellement de la bonne marche de la plantation. Cette mise à l’écart pèse cependant à l’animal politique qu’il est devenu, contraint de gérer des affaires privées alors que de grandes manœuvres se trament à Washington qui mettent en cause l’avenir du continent. Ainsi, le discours belliqueux de Polk75 dès son entrée en fonction atteste que celui-ci a écouté les voix des expansionnistes et qu’un conflit majeur est sur le point d’éclater entre États-Unis et Grande-Bretagne au sujet du statut du territoire de l’Oregon. Le domaine est placé depuis 1818 sous l’autorité conjointe des deux pays mais l’appétit de terres attire toujours plus d’immigrants vers ces contrées réputées riches et les nouveaux Américains supportent assez mal les entraves posées par l’ex puissance coloniale. La pression est forte dans les allées du pouvoir pour s’accaparer le territoire qui, dans la logique de la Destinée Manifeste76, relève de la sphère d’influence américaine. Or, Calhoun qui dans l’affaire du Texas, avait recommandé une attitude de prompte agressivité, se montre en l’occurrence beaucoup plus modéré, s’attirant ainsi les critiques des tenants d’un expansionnisme musclé. Toute décision intempestive risque selon lui de provoquer une crise grave au moment où justement le contentieux avec le Mexique est en passe de resurgir. L’urgence est d’éviter d’ouvrir un double front qui entraînerait les États-Unis dans une aventure guerrière risquée, alors que selon Calhoun, l’Angleterre est ouverte au compromis et n’entend pas faire preuve d’une intransigeance intolérable. Cependant, les “faucons” restent actifs dans les couloirs du Congrès et aux abords de la Maison Blanche, faisant pression pour imposer aux Britanniques une ligne frontière à la latitude 54° 40’77. L’option relève de la provocation alors qu’il ne fait pas de doute dans l’esprit de Calhoun que le gouvernement de Londres serait tout disposé à accepter une solution de compromis sur le 49° parallèle. Finalement et bien qu’il ait eu le loisir et le privilège, à titre privé, d’exposer ses vues devant le Cabinet, Buchanan et Polk campèrent sur leurs positions et n’opposèrent au discours de l’ex Secrétaire d’État qu’un silence poli. Cela dit, les gesticulations et déclarations guerrières, propres à attiser le patriotisme du peuple américain, continuèrent encore quelque temps, mais c’est finalement l’option choisie et préconisée par Calhoun qui finit par prévaloir78. S’il ne put évidemment en tirer le moindre avantage politique puisqu’il se trouvait écarté du pouvoir, par contre son crédit auprès de ses proches et de ses partisans s’en trouva grandi.

  • 79 Calhoun a retrouvé son siège de Sénateur en septembre 1845.
  • 80 Il y eut deux voix contre la déclaration de guerre. Calhoun s’abstint.
  • 81 Cf. Montesquieu, L’Esprit des Lois, t. I, L. VIII, chap. XX.
  • 82 David Wilmot, (1804-1868), anti-esclavagiste de la première heure, il rejoint les rangs des Free S (...)

59Dans le même temps, la situation n’avait cessé de se dégrader avec le Mexique qui refusait obstinément de reconnaître la frontière sud avec le Texas, telle que revendiquée par les autorités du nouveau territoire. Calhoun était tenu au courant des préparatifs à la guerre par Green qu’il avait nommé ambassadeur du temps où il occupait les fonctions de Secrétaire d’État. Or, tandis que l’opinion publique cède volontiers à la propagande guerrière, Calhoun prend le contre-pied de la vague belliciste, et au risque de se trouver isolé politiquement, il refuse de voter au Sénat79 la déclaration de guerre que soumet l’administration de Polk80. L’homme politique se rend compte que dans l’atmosphère surchauffée de l’époque, il risque de s’aliéner bon nombre d’Américains, y compris parmi ses partisans les plus fidèles mais le geste est accompli en conscience, au motif louable que l’aventure militaire ne sera pas forcément la promenade de santé annoncée par l’État Major et que l’Amérique a tout à perdre à un conflit prolongé qui la contraindra à se doter et à entretenir une armée nombreuse. Fidèle à un certain dogme républicain encore de mise dans les années 1850 et hérité du Siècle des Lumières, il est convaincu qu’une hypertrophie de l’empire sera fatale à la république, puisqu’une extension des frontières physiques d’un État se traduit nécessairement par un glissement vers le despotisme81. L’on observera que le vote d’abstention intervient avant même que ne soit soumis à la Chambre par un jeune Représentant de Pennsylvanie82, un projet perçu comme une provocation par les Sudistes, visant à interdire l’institution esclavagiste dans tous les territoires éventuellement acquis au détriment du Mexique. La proposition est lourde de dangers pour le Sud car elle signifie à terme sa mise en minorité et sa disparition ; elle constitue un véritable casus belli entre les deux sections du Continent, alors que les généraux américains piétinent dans la campagne du Mexique et que les succès annoncés et escomptés tardent à venir. En l’occurrence, Calhoun évitera de monter trop rapidement au créneau et fera preuve d’un attentisme stratégique de bon aloi. Il ne se lancera pas d’emblée dans une diatribe contre le Wilmot Proviso au motif que son caractère outrancier peut finalement servir les intérêts du Sud en suscitant un réflexe d’autodéfense et en créant une forme d’union sacrée. Au bout du compte, l’arme brandie par les Nordistes pourrait fort bien se retourner contre eux et le Sud verrait surgir en son sein un parti unique, dépositaire de ses intérêts spécifiques, dont Calhoun prendrait naturellement la tête. Reçu par Polk à la Maison Blanche, Calhoun fait part de légitimes inquiétudes et répète que s’il n’entend pas favoriser une extension de l’esclavage, il exige que soit levée l’interdiction contenue dans le Wilmot Proviso. En outre, il recommande une politique de retenue à l’égard d’un voisin qu’il qualifie de “république sœur” et met en garde contre les va t’en guerre et les boutefeux de tous crins qui gravitent autour de l’administration. Ce pacifisme affiché lui vaut d’être immédiatement ostracisé par ses propres amis politiques et d’être mis à l’index dans son propre parti.

  • 83 Le Wisconsin sera officiellement admis dans l’Union en mai 1848.
  • 84 L’Iowa a rejoint l’Union en mars 1845.

60Cependant, alors même que le texte proposé par Wilmot est rejeté par le Congrès, Calhoun se lance dans une attaque en règle contre les abolitionnistes et leurs alliés objectifs dans l’univers politique américain. Son discours prononcé à Charleston le 9 mars 1847 résume parfaitement les termes du débat et pose le dilemme qui agite l’esprit de Calhoun en cette période cruciale de sa carrière. Avec l’admission programmée du Wisconsin83 et celle toute récente de l’Iowa84, le Nord est en position de faire littéralement plier le Sud. Déjà majoritaire à la Chambre Basse il disposera désormais d’une majorité claire au Sénat et détiendra de ce fait tous les leviers du pouvoir. Face à cette montée en puissance inéluctable, Calhoun revient à son argument fondamental dérivé de l’orthodoxie républicaine. La Constitution est, selon lui, et de façon indiscutable, du côté des Sudistes. Et de rappeler que le pacte conclu à Philadelphie a créé un État fédéral, où les entités souveraines que sont les États-membres ont souscrit à un contrat limitatif et conditionnel. Par conséquent, ils ont conservé des droits inaliénables et parmi eux celui pour tout citoyen de se déplacer librement sur le territoire des États-Unis avec sa propriété, c’est-à-dire ses esclaves. Il n’est donc rien qui puisse selon la lettre de la Constitution empêcher un planteur de s’installer dans les territoires conquis sur le Mexique et d’y prospérer. Un autre argument pose que la Constitution stipule que les nouveaux États seront admis dans l’Union à la condition expresse mais unique qu’ils se dotent de gouvernements républicains. Le droit fondamental fait donc l’impasse sur le bien fondé ou le caractère inacceptable de l’institution servile et l’on ne peut aussi légèrement amender le texte fondateur. D’autre part, et au prix d’une présentation caricaturale de la vie politique américaine, Calhoun accrédite la thèse selon laquelle l’agitation abolitionniste est le fait d’un parti extrêmement minoritaire (à peu près 5 % de la population totale) qui a su habilement négocier son appui aux deux grandes formations politiques du moment, lesquelles ont besoin de cet apport de voix pour obtenir une majorité. L’idée que l’esclavage puisse faire l’objet d’une condamnation morale chez bon nombre de ses contemporains ne semble pas peser du moindre poids dans l’esprit de Calhoun.

Dernières années

  • 85 A Discourse on the Constitution and the Government of the United States in Union and Liberty, The (...)

61Celui qui prononce ce discours engagé et radical est un homme physiquement affaibli, rongé par une pneumonie qu’il a contractée quelque temps auparavant et qui devait le conduire à la tombe. Certes, Calhoun ferrailla jusqu’à son dernier souffle, demandant à des amis politiques de lire ses discours lorsqu’il ne pouvait lui-même prendre la parole. Encore et toujours, il s’agissait pour lui de marteler l’idée que le Sud était dans un péril extrême et qu’il était urgent de s’unir pour le défendre contre les coups de boutoir des voisins nordistes. Mais malgré cette dépense irraisonnée d’énergie, le Carolinien entendait mener à bien la rédaction de la Dissertation sur le gouvernement, entamée quelques années plus tôt, qui devait constituer le testament politique du grand homme. Les trois dernières années de sa vie, entre 1847 et 1850, furent donc consacrées à la réflexion et à l’étude, sans pour autant que le toujours bouillant Sénateur soit réduit au silence sur les questions du temps et en particulier sur celle de l’admission de la Californie. Il poursuivait un double but : terminer un traité théorique qui expose les fondements de la science politique et poursuivre la réflexion en appliquant en quelque sorte des principes abstraits au cas particulier de l’Amérique et de ses institutions. Pour ce deuxième projet, le temps fit manifestement défaut et le texte laissé par Calhoun pèche par son manque d’originalité et son caractère inachevé85. Il n’est pas autre chose qu’une reprise de tous les éléments déjà utilisés dans les discours. Dans ses ultimes déclarations perce un pessimisme noir quant à l’avenir de l’Union. Constat d’échec pour celui qui jusqu’au bout a servi la cause des Sudistes et qui paradoxalement restait très attaché à l’idée d’union et aux institutions de la république. La sécession, synonyme de guerre civile, n’était qu’une extrémité regrettable à laquelle le Sud serait contraint et pourtant, à quelques jours de sa mort, il confiait ne pas voir comment la suprême tragédie pourrait être évitée. Il mourut seul dans une pension de Washington le 31 mars 1850, à quelques pas du Capitole, loin des siens et de sa plantation avec ce sentiment essentiel et fondateur de sa raison de vivre d’avoir fidèlement accompli son devoir.

Notes

1 Les Randoph constituent une célèbre lignée originaire de Virginie. Parmi eux se distingue tout particulièrement Edmund qui fut gouverneur de Virginie avant d’être nommé comme Secrétaire d’État en 1794. Il joua un rôle clé dans le processus de rédaction et de ratification de la Constitution.

2 Charles Pinckney (1757-1854) combattit au cours de la guerre d’Indépendance, puis participa aux travaux de la Convention de Philadelphie en 1787. Son cousin Charles Cotesworth connut un destin similaire et fut impliqué dans la célèbre affaire XYZ comme émissaire du gouvernement américain auprès des autorités françaises. Il fut plus tard (1804 et 1808) candidat à l’élection présidentielle. Thomas Pinckney, cousin de Charles, fut quant à lui une figure de proue du mouvement pour l’indépendance et ce fut lui qui négocia avec l’Espagne le traité de 1795.

3 La défaite de Braddock marque le véritable commencement de la guerre de Sept Ans, que les Anglais nomment “French and Indian Wars”. Sûr de lui et de sa tactique militaire Braddock n’écoute pas les conseils d’un jeune major de 23 ans appelé George Washington qui le met en garde contre les méthodes de guérilla pratiquées en Amérique. Il ordonne à la troupe d’avancer en bon ordre et au battement du tambour pour investir le Fort Duquesne, bâti pour protéger les intérêts français le long du fleuve Ohio. La stratégie s’avère catastrophique. Pris sous le feu nourri des Indiens et des Français la troupe est décimée (877 morts) et doit se replier en hâte et dans le désordre le plus total.

4 Franklin entre autres rend un hommage très appuyé aux chefs des Six Nations, présents à Albany en 1754 au moment où le Bon Docteur expose son plan d’union des colonies. Il s’agit pour lui de prévenir toute incursion française et il considère que sont étroitement liés le sort des colons britanniques et celui des autochtones (Benjamin Franklin’s Autobiography, Norton & Co, 1986, pp. 109-110). Une excellente étude de l’image de l’Indien dans les œuvres de Franklin, Jefferson et Paine est contenue dans Exemplar of Liberty (Native American and the Evolution of Democracy), Donald A. Grinde Jr & Bruce A. Johanson, http://www.ratical.org, surtout le chapitre 8 A New Chapter.

5 Les Cherokees sortent vainqueurs d’une guerre avec les Creeks et signent avec les Britanniques un traité en 1754 par lequel ils confirment leur allégeance à la Couronne et autorisent la construction de forts sur leur territoire situé à la limite de la Géorgie et de la Caroline du Sud. Cependant, il restent suspects aux yeux des Anglais qui ne croient pas à leur ralliement et les pensent toujours fidèles à leurs alliances avec les Français. Les Cherokees paieront un très lourd tribut à la défaite française dans la guerre de Sept Ans. Débarrassés du front français, les Britanniques lanceront contre eux des forces considérables, sous le commandement du colonel Montgomery puis de James Grant. En 1761, toutes leurs réserves de nourriture seront détruites par l’armée britannique, les contraignant à signer un traité de capitulation avec la Caroline en septembre 1761.

6 Lire à ce sujet Hugues Gérard, Coup d’État à Philadelphie, Publications de l’Université de Provence, 1989, pp. 96 & sq.

7 Le mouvement connut des débuts chaotiques avant de s’organiser sérieusement à partir de 1768 pour arracher à l’aristocratie côtière le principe d’une représentation juste et équitable. Finalement, des Regulators seront réprimés dans le sang, plusieurs de leurs meneurs seront pendus et les fermiers de l’intérieur contraints de prêter serment d’allégeance aux autorités de la colonie. Il reste le symbole de l’opposition frontale entre Ouest et Est qui s’atténuera avec le déclenchement de la Révolution pour resurgir au cours du siècle suivant.

8 On doit notamment à Timothy Dwight (1752-1817) la chanson Columbia écrite alors qu’il est aumônier aux armées pendant la guerre d’Indépendance. Dans le conflit en cours, il voit l’avènement d’un monde nouveau où l’Amérique sera le phare de la liberté et où son empire étendra sa main secourable à tous les peuples opprimés de la terre.

9 Dwight s’inscrit clairement dans le droit fil des Réflexions sur la Révolution Française d’Edmund Burke, publiées en 1790, qui stigmatisent l’entreprise menée en France. Paine y répondra dans Les Droits de l’Homme (1791) par une critique en règle des institutions britanniques et l’expression de sa confiance dans le modèle démocratique né de la prise de la Bastille.

10 La mère de Dwight est la troisième fille de Jonathan Edwards qui, lors du Grand Réveil des années 1750 revient à une orthodoxie calviniste très stricte en rupture avec le “half way covenant” de l’époque immédiatement antérieure.

11 Créé en 1784, l’établissement situé dans le nord ouest du Connecticut devient très vite le plus prestigieux de la jeune nation attirant les futurs talents, des vice-présidents des États-Unis mais aussi des sénateurs, représentants et gouverneurs d’états.

12 Tapping Reeve (1744-1823) fera un brillant parcours universitaire avant d’être distingué en 1814 par une nomination comme Chief Justice à la Cour Suprême.

13 George Clinton (1739-1812), originaire du New York, il sera réélu à six reprises au gouvernorat de l’État puis occupera les fonctions de vice président sous Jefferson, puis sous Madison. Auparavant, il s’était opposé fermement à la ratification de la Constitution et avait cherché à bloquer le processus depuis son poste de président de la Convention de ratification du New York.

14 La pratique du caucus remonte au début du xviiie siècle. Aux États-Unis, elle s’impose à la suite de la décision prise par Washington de ne pas se représenter aux élections de 1796. Elle consiste en une réunion informelle des membres du Congrès pour désigner leurs candidats aux élections présidentielles. Elle a été remplacée par les primaires et les conventions de partis pour des raisons de libre choix populaire.

15 Le Kentucky et le Tennessee ont été admis dans l’Union respectivement en 1792 et 1796.

16 Henry Clay (1777-1852) est natif de l’état de Virginie mais entame une juteuse carrière de juriste dans le Kentucky avant de s’installer à Washington D. C. Comme “speaker” à la Chambre il reçoit l’appui des “faucons” qui entendent en découdre avec la Grande-Bretagne et organisent une campagne de pression sur l’administration Madison.

17 Le poste de “speaker” fut et demeure en partie un poste clé dans l’appareil législatif, grâce notamment aux énormes prérogatives dévolues au titulaire du poste, celle notamment de fixer l’agenda et la procédure des débats.

18 Les historiens ont eu la dent particulièrement dure à l’égard de Madison Président et ont été prompts à stigmatiser son indécision et ses hésitations (Forrest Mc Donald : EPluribus Unum.) Ses plus récents biographes tempèrent quelque peu ce point de vue. Ketcham cite des textes de Albert Gallatin, Secrétaire au Trésor durant la Présidence de Madison, qui semblent attester que le Président soupesait avec un soin infini toutes les décisions qu’il était amené à prendre, d’où une impression d’hésitation. Par contre, il note à son crédit qu’une fois la décision arrêtée, il s’y tenait et était prêt à la défendre bec et ongles. Hésitant mais déterminé, tel est le nouveau visage d’un Président trop vite vilipendé (Ketcham, pp. 472-473).

19 Les alignements partisans étaient largement déterminés par l’influence des deux grandes puissances de l’époque, France et Grande-Bretagne et ce depuis la première administration de Washington (1789-1792) qui avait vu s’opposer Hamiltoniens anglophiles et Jeffersoniens francophiles, d’où est issu le bipartisme américain.

20 John Randolph of Roanoke (1773-1833), personnage excentrique atypique et volontiers frondeur, il fut membre du Congrès pendant quelque trente années. Issu d’une vieille famille virginienne, il s’appliqua à donner de lui-même une image de perpétuel révolté. Ses passes d’armes avec Clay restent célèbres dans les annales de la vie législative aux États-Unis.

21 John Niven, John C. Calhoun and the Price of Union, a Biography. Louisiana State University, Baton Rouge, 1988, p. 38.

22 Il faut noter ici que Madison n’était pas un pacifiste impénitent et que dans son Adresse au Congrès du 5 novembre 1811, il menaçait clairement la Grande Bretagne de représailles militaires si elle ne modifiait pas son attitude d’hostilité systématique à l’égard des États-Unis. Simplement, d’aucuns auraient voulu aller plus vite en besogne, en particulier Clay et Calhoun, alors que le Président entendait épuiser toutes les voies de la diplomatie avant le recours aux armes.

23 La classe politique, à des degrés divers et avec les nécessaires nuances, reste attachée au principe d’alliance non contraignante (“non-entangling alliances”) naguère prôné par Jefferson, (cf. De Conde, Alexander Entangling Alliance ; Politics & Diplomacy under George Washington. Durham, N.C., Duke University Press, 1958)

24 Daniel Webster (1782-1852), né la même année que Calhoun, il s’empare de la cause nationaliste et en toutes occasions (tarif, nullification, guerre du Mexique, esclavage) s’oppose au Carolinien et organise le parti Whig.

25 Cf. Gerson, Noel Bertram, Mr Madison ’s War, 1812 the Second War for Independence, New York, J. Messner, 1966.

26 Andrew Jackson commandait un détachement hétéroclite comprenant des miliciens, des noirs affranchis et des Indiens Choctaws. Tandis que les diplomates étaient réunis à Gand pour y signer le traité de paix le 24 décembre 1814, Jackson infligeait une sévère défaite aux troupes anglaises, tuant deux généraux et causant la mort de 2000 hommes de troupe alors que lui-même n’en perdait que 74.

27 James Monroe est élu à la présidence sans avoir, pour ainsi dire, à faire campagne. Il est perçu comme l’héritier naturel de la “dynastie virginienne” qui occupe le poste depuis 1789 (avec seulement l’interruption du mandat de John Adams, 1796-1800). De plus, il bénéficie de la faiblesse du Parti Fédéraliste qui s’est totalement déconsidéré lors de la Convention de Hartford (1815) par des conciliabules secrets qui finalement ne débouchent sur rien.

28 Monroe songe tout d’abord à Henry Clay qui décline l’offre et lui glisse le nom d’Isaac Shelby qui est alors gouverneur du Kentucky. Ce dernier refuse également et Monroe se tourne vers Lowndes, Carolinien comme Calhoun, afin que toutes les parties de l’Union soient représentées dans le Cabinet. Devant le nouveau refus de Lowndes, le Président fait l’offre de ce poste à Calhoun qui l’accueille en sachant pertinemment qu’il n’a pas été le premier choix.

29 La guerre de 1817-1818 est la première des trois guerres Seminoles qui aboutiront à la quasi extinction de la nation. Il y aura une autre confrontation entre 1835 et 1842, puis une autre encore de 1855 à 1858. En 1817, Jackson reçoit l’ordre de réduire les Seminoles essentiellement pour empêcher qu’ils ne donnent refuge aux esclaves échappés des plantations de Géorgie. En avril et mai 1818, Jackson s’empare de Pensacola et St Marks, alors placées sous autorité espagnole. Ces actions hors-la-loi préparent le terrain à la cession de la Floride par l’Espagne en 1819.

30 Cf. James Marquis, Andrew Jackson, the Border Captain, The Bobbs-Merril Company, Indianapolis, 1933.

31 John Quincy Adams (1767-1848) n’est autre que le propre fils de John Adams, deuxième Président des États-Unis. Il est l’auteur de la célèbre Doctrine de Monroe et accédera à la présidence en 1824.

32 Coit, p. 131.

33 “En fait, ils ne sont pas et ne devraient pas être considérés comme des nations indépendantes. C’est notre conception de leur intérêt, et non la leur, qui devrait les gouverner. En alliant intelligemment la force et la persuasion, les punitions et les faveurs, on devrait les attirer dans le giron de la loi et de la civilisation... Ceux qui refuseraient de se soumettre devraient être autorisés à créer de nouvelles implantations loin des nôtres et devraient y être aidés.” (Calhoun, cité par Niven, p. 74)

34 L’amendement Tallmadge comprend deux volets qui poursuivent un but unique, la mise hors-la-loi de l’esclavage dans le Missouri. Le premier interdit aux esclaves de pénétrer à l’intérieur des frontières de l’État. Le second propose une émancipation des esclaves à la date de leur vingt-cinquième anniversaire. Le texte en sera approuvé par la Chambre où se dessine une courte majorité de Nordistes mais repoussé par le Sénat dominé par le Sud.

35 Jesse B. Thomas (1777-1853), né en Virginie Occidentale, il est élu au Sénat en 1818, l’année même où l’Illinois est admis dans l’Union.

36 William H. Crawford (1772-1834), Républicain convaincu, il aura une honnête carrière politique mais sera empêché d’occuper les plus hautes fonctions par une santé chancelante. Green, Philip, The Life of W. Crawford. Chapel Hill : University of North Carolina Press, 1965. Mooney, Chase. William H. Crawford, 1772-1834, Lexington : University Press of Kentucky, 1974.

37 12e amendement de la Constitution voté en 1804.

38 Daniel D. Tompkins (1774-1825). Son nom est associé à deux faits notoires : un penchant immodéré pour les liqueurs fortes et un absentéisme record au Sénat. Irwin Ray W., Daniel D. Tompkins: Governor of New York and Vice President of the United States, New York, New York Historical Society, 1968.

39 Calhoun récuse qu’il se soit déjugé entre 1816 et 1824. Il a toujours été et reste attaché aux droits des États et n’a approuvé le tarif de 1816 que parce qu’il permettait d’assurer le bien-être commun, du Nord comme du Sud. La richesse d’une nation ne peut, selon lui, être dérivée uniquement de la production agricole. Les manufactures et le commerce entrent également dans l’équation de l’opulence. Il rappelle que la Constitution a créé un État à la fois national et fédéral et appuie sa thèse sur le n° 14 des Federalist Papers où Madison décrit le système institutionnel comme étant à la fois national et confédéral.

40 Federalist Papers, n° 14, pp. 99-105.

41 Calhoun avait déjà brandi le spectre de la sécession dès 1816 dans le débat qui l’opposait à Randolph et où il défendait l’option centralisatrice, au nom de la permanence de l’institution : “[...] que soit profondément gravé dans le cœur de cette Chambre et de ce pays que, tandis qu’ils nous préservaient d’un vieux péril, ils nous exposaient à un nouveau, autrement plus terrible, celui de la désunion. Ce seul mot résume à lui seul à peu près tous les dangers politiques qui nous guettent et contre lesquels il nous appartient de nous garder en permanence.” (Discours sur le Tariff Bill, p. 308).

42 William Campbell Preston (1794-1860) : membre de la Chambre de l’État de Caroline du Sud de 1828 à 1834, il sera élu sur un programme de nullification au Sénat en 1833. Lander, Ernest M. Jr “The Calhoun-Preston Feud, 1836-1842”, South Carolina Historical Magazine 59, janvier 1958, pp. 24-37. Preston William C, Reminiscences of William C. Preston, edited by Minnie Yarborough. Chapel Hill : University of North Carolina Press, 1933.

43 George Mc Duffie (1788-1851), il est élu à la Chambre des Représentants pour la première fois en 1821. Il semble avoir évolué d’un nationalisme initial qui le pousse à se rapprocher de Jackson vers la défense du droit des États et un alignement sur les positions de Calhoun. Nullificateur virulent et intransigeant, il dénonce le système protectionniste installé par les autorités fédérales.

44 Fane H. Pease and William H. Pease, “The economics and politics of Charleston’s Nullification Crisis”, The Journal of Southern History, vol. xlvii Aug. 1981, n° 3, pp. 352-353.

45 En fait, The Exposition and Protest constituent deux textes distincts. L’Exposition, de la plume de Calhoun, et en partie amendée par une Commission spéciale de la Chambre des Représentants de Caroline du Sud, n’a pas été adoptée. Elle a été seulement distribuée aux frais de l’État à 4000 exemplaires. Le Protest, plus court et contenant des revendications précises, a lui été adopté par les deux Chambres et sert de texte de référence à la crise de la nullification.

46 Le texte est extrait des Œuvres complètes de Calhoun, publiées par l’Université de Caroline du Sud.

47 Les références sont aux Federalist Papers, A. Hamilton, James Madison, J. Jay, introduction de C. Rossiter, A Mentor Book from New American Library, édition de 1961.

48 US Constitution, Art. I, sect. 8, 2° al.

49 C’est par erreur que Calhoun en appelle ici à l’autorité de Hamilton pour le passage qu’il cite, extrait du n° 51 des Federalist Papers, et consacré à la tyrannie de la majorité. De fait, la paternité du texte a été depuis accordée à Madison mais il régnait encore à l’époque une certaine confusion quant aux contributions des trois protagonistes, Hamilton, Madison et Jay à la rédaction des Federalist Papers.

50 Hugues Gérard, “La quête de l’impossible consensus”, Frontières, L’idée américaine au xviiie siècle, Presses de l’Université Paris Sorbonne, 1992, pp. 135-150.

51 Mc Closkey R. G., The American Supreme Court. Chicago, Chicago University Press, 1960. Mc Laughlin A. C, A Constitutional History of the United States, New York, Appleton Century Crofts, Meredith Corporation, 1935.

52 Madison rappelle l’idée que les États sont parties du contrat et que les pouvoirs sont strictement énumérés: “[...] en cas d’exercice délibéré, évident et dangereux de pouvoirs qui n’ont pas été consentis par ledit contrat, les États qui en sont les parties ont le droit et sont tenus par le devoir de s’interposer afin d’arrêter les progrès du mal, et ce pour contenir dans leurs limites strictes l’autorité, les droits et les libertés qui leur appartiennent.” (Virginia Resolutions, The Avalon Project and Yale Law School http://www.yale.edu.)

53 “[...] lorsque des pouvoirs sont exercés sans avoir été au préalable délégués, une nullification de la loi est le juste remède et chaque État conserve le droit naturel pour tous les cas qui ne sont pas inscrits dans le contrat (casus non foederis), d’annuler de sa propre autorité tout exercice du pouvoir par un autre État à l’intérieur de ses frontières propres ; sans ce droit, ils se trouveraient placés sous la domination absolue et sans limites de quiconque pourrait exercer ce droit de regard à leur place...” (Draft of the Kentucky Resolutions, in Jefferson’s Writings, p. 453)

54 Voir supra, pp. 18-19.

55 “Notre système comprend ainsi deux gouvernements distincts et indépendants. Les pouvoirs généraux, délégués expressément au Gouvernement Général, sont soumis à son seul et unique contrôle ; et les États ne peuvent, faute de violer le pacte fédéral, opposer leur autorité pour contrôler ou d’une quelconque manière contrarier ses actions, aussi longtemps qu’elles restent confinées à sa sphère d’influence. Et ainsi, les pouvoirs particuliers et locaux, réservés aux États, sont placés sous leur contrôle exclusif : et le Gouvernement Général ne peut interférer dans leur champ, de quelque manière que ce soit, sans violer la Constitution.” (Exposition, Draft, p. 343).

56 Joël Robert Poinsett (1779-1851), né à Charlotte (Caroline du Sud). Ce diplomate chevronné sera mandaté à plusieurs reprises par les administrations pour nouer des liens en Amérique du Sud. Sur le plan intérieur, ce sera l’opposant le plus farouche à la nullification, sa fidélité à l’Union lui vaudra le poste de Secrétaire à la Guerre sous le Président Van Buren. J. Fred Rippy, Joël Poinsett Versatile American, Durham, North Carolina : Duke University Press, 1935.

57 Virginia and Kentucky Resolutions, cf. supra, pp. 33-34.

58 Le Plan Virginien (ou Plan Randolph) présenté par Randolph mais concocté par Madison constitue le document de travail des Conventionnels en l’absence de contre proposition aux stades préliminaires du débat. Il y aura d’autres projets (Plan du New Jersey, Plan Pinckney) mais l’habileté de Madison sera de soumettre un texte qui rompt définitivement avec les pratiques passées et en particulier les Articles de Confédération. D’inspiration nettement centralisatrice, le Plan Virginien exprime le fond de la pensée de Madison en matière constitutionnelle. Cf. Hugues Gérard, Coup d’État à Philadelphie ? Publications de l’Université de Provence, Aix en Provence, 1989.

59 “Mais il est superflu de tester à l’aune de la théorie une partie de la Constitution dont il est admis de toutes parts qu’elle est le résultat, non de la théorie, mais d’un sentiment d’amitié, de cette déférence et de cette concession mutuelles que rendait indispensables la spécificité de notre situation politique.” (Federalist Papers n° 62, p. 377).

60 “Et il n’est pas moins clair que la souveraineté réside dans les différents États, et que notre système est une union de vingt-quatre pouvoirs souverains, unis par le même contrat fédéral, et non d’une souveraineté divisée entre divers États d’une part et les États-Unis de l’autre.” (Speech of the Force Bill in Union and Liberty, p. 433)

61 Nat Turner était en effet un prédicateur noir et un mystique qui se pensait investi d’une mission divine envers ses frères de couleur. Il avait programmé sa révolte pour le 4 juillet 1833 après avoir assisté à une éclipse solaire en février de la même année et qu’il avait interprétée comme un signe divin. Il dut finalement surseoir pour cause d’organisation défectueuse et donna le signal du soulèvement le 21 août 1833.

62 Niven rapporte que l’esclave Alec avait désobéi à Floride, épouse de Calhoun et s’était enfui. Apprenant la nouvelle, Calhoun avait ordonné qu’une fois repris il fût fouetté sévèrement et mis au cachot pendant une semaine avec pour seule nourriture du pain et de l’eau. (Niven, p. 183)

63 Le texte utilisé est celui reproduit dans Calhoun, Basic Documents, edited and introduced by John M. Anderson, Bald Eagle Press, State College, PA, 1952.

64 Collection Bill, pp. 152-153.

65 Protégé par la règle du secret des délibérations qui présidait au débat de Philadelphie, Hamilton avait, au cours de la séance du 18 juin 1787, exposé son propre plan de gouvernement fondé sur l’idée qu’au fond la seule forme de gouvernement digne d’intérêt et d’admiration était la Constitution britannique, à cause de son caractère aristocratique qui mettait la nation à l’abri des excès de la démocratie et des débordements populaires. Il plaidait pour une centralisation accrue du pouvoir, entre les mains d’une élite rigoureusement sélectionnée et qui serait indemne des folles visées d’assemblées populaires et nécessairement houleuses. Au travers d’une interprétation très lâche de la Constitution, c’est vers cette forme de gouvernement qu’il tenta d’infléchir la politique américaine au cours des deux premières présidences, au grand dam des Républicains réunis autour de Jefferson, fidèles aux nobles ambitions du gouvernement populaire. (Notes of Debates in the Federai Convention of 1787 avec une introduction d’Adrienne Koch, New York-London, W.W. Norton & Company, pp. 129-139)

66 Martin Van Buren (1792-1862), homme lige de Jackson, il participe activement à la destitution de Calhoun. Jackson le récompense lors de l’élection suivante en lui offrant de partager le ticket présidentiel. Il occupe le poste de Président du Sénat de 1832 à 1836. Le Parti Démocrate éclate au lendemain de la crise de 1837 et Van Buren reçoit l’appui de la majorité du parti, grâce à laquelle il entre à la Maison Blanche. Battu par William Henry Harrison en 1840, il est à nouveau candidat à l’investiture du Parti pour l’élection présidentielle de 1844 mais son opposition à l’annexion du Texas lui vaut de devoir céder la place convoitée à Polk. Après 1845, il prend ses distances avec le Parti Démocrate et se rapproche des “bamburners” violemment anti-esclavagistes alliés aux partisans du Free Soil. Van Buren sera d’ailleurs le candidat malheureux des “free-soilers” en 1848 mais son résultat affaiblit suffisamment le candidat Démocrate pour permettre l’élection de Zachary Taylor.

67 Daniel Webster pour la Nouvelle-Angleterre, William Henry Harrison représentant l’Ouest, et Hugh White pour le Tennessee.

68 “À propos des critiques spécieuses et infondées que t’adresse ta mère, tu dois non seulement les supporter mais encore les oublier. En dehors de toutes les qualités de bonté dont hérite ta mère, elle hérite ce tempérament suspicieux et mesquin qui a été cause de tant de mal dans notre famille. Je l’ai supportée avec patience, parce que mon devoir m’y invitait et tu dois en faire de même, pour la même raison. Ce fut la seule croix que j’eus à porter au cours de mon existence.” (Cité par Coit, p. 325 ; Niven, p. 220 ; Bartlett, p. 254)

69 Tyler John (1790-1862), originaire de Virginie, il s’engage très tôt dans le Parti Républicain et sert sous le Président Jackson. Il s’en éloigne à la suite de l’affaire de la nullification et rejoint les whigs. Élu sur le ticket Harrison en 1840 il remplace ce dernier à sa mort, un mois seulement après son entrée en fonction. Il devient le premier vice-président de l’histoire américaine à succéder au magistrat régulièrement élu.

70 James Polk obtint l’investiture du Parti Démocrate au neuvième tour de scrutin après que Van Buren, pourtant favori, eut été écarté pour cause de timidité excessive dans la cause expansionniste, et notamment sur la question texane. Il est vrai qu’au cours de son seul mandat, Polk agrandit dans des proportions considérables le domaine américain.

71 Upshur Abel (1790-1844), originaire de Virginie, il fut d’abord nommé Secrétaire de la Marine par Tyler en 1841 puis Secrétaire d’État en 1844. L’explosion provoqua également la mort de Thomas Gilmer, Secrétaire de la Marine.

72 George Hamilton Gordon, 4e Baron d’Aberdeen (1784-1860): issu de la noblesse écossaise, il connut une brillante carrière diplomatique et ce fut lui, entre autres, qui négocia le traité Webster-Ashburton (1842) et celui de l’Oregon (1846). Il fut nommé Premier Ministre en 1852. Chamberlain, M. E. Lord Aberdeen : a biography, Longman, 1983.

73 Isaac Van Zandt (1813-1847), né dans le Tennessee, il embrassa une carrière juridique après avoir été quasiment ruiné par la crise de 1837. Il s’installe au Texas en 1838 et représente son comté à l’assemblée texane de 1840 à 1842. Remarqué par Sam Houston, il est nommé Chargé d’Affaires à Washington D.C. avec pour tâche de négocier le traité d’annexion du Texas. Ralph A. Wooster, Early Texas Politics ; the Henderson Administration, “Southwestern Historical Quarterly 73”, October 1969.

74 James Buchanan (1791-1868), Démocrate de la première heure, il soutient la politique de Jackson avant d’entrer au cabinet Polk comme Secrétaire d’État. Il est élu à la Présidence en 1856. Bon technicien, il fait preuve d’irrésolution dans les affaires de l’État et est vertement critiqué pour son manque de perspective.

75 Polk déclare d’une part que l’annexion du Texas est nécessaire à la sécurité de la Nation et de sa frontière sud. D’autre part, les vagues d’immigrants qui ont franchi les Rocheuses en empruntant la piste de l’Oregon et se sont installées dans le territoire ont créé une forme de droit à la terre qu’il importe désormais de codifier et d’officialiser.

76 Merk Frederick, Manifest Destiny and Mission in American History: A Reinterpretation, 1963. 1st Harvard University Press Paperback. Cambridge, Mass. : Harvard UP, 1995.

77 En 1843, une convention d’expansionnistes s’était tenue à Cincinnati (Ohio) pour exiger la cession de l’Oregon dans sa totalité, jusqu’à sa limite nord, au delà du 54e parallèle (lat. 54°40’). Ils lancèrent alors le slogan “Fifty Four Fifty or Fight” qui devint leur cri de ralliement.

78 Devenu président, Polk abandonna une partie de la rhétorique expansionniste qui avait servi à son élection et composa avec les Britanniques pour fixer la frontière sur le 49e parallèle, ce qui lui permettait de tourner son attention vers le Texas où une partie guerrière allait se jouer très rapidement.

79 Calhoun a retrouvé son siège de Sénateur en septembre 1845.

80 Il y eut deux voix contre la déclaration de guerre. Calhoun s’abstint.

81 Cf. Montesquieu, L’Esprit des Lois, t. I, L. VIII, chap. XX.

82 David Wilmot, (1804-1868), anti-esclavagiste de la première heure, il rejoint les rangs des Free Soilers et participe ensuite à la formation et l’organisation du Parti Républicain.

83 Le Wisconsin sera officiellement admis dans l’Union en mai 1848.

84 L’Iowa a rejoint l’Union en mars 1845.

85 A Discourse on the Constitution and the Government of the United States in Union and Liberty, The Political Philosophy of John C. Calhoun, Ross M. Lence ed. A Liberty Classics edition, pp. 79-284.

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540