Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une théorie de l'État esclavagiste

 | 
John Caldwell Calhoun
, 
Gérard Hugues

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Traître célèbre de la guerre d’Indépendance, Benedict Arnold (1741-1801) connut une brillante carr (...)

1Sans doute s’étonnera-t-on ici ou là de la publication d’un ouvrage consacré à John Caldwell Calhoun. Pourquoi faudrait-il rendre publique la traduction d’un traité de gouvernement dont on a largement dénoncé le caractère désuet voire scandaleux ? L’œuvre de Calhoun serait-elle devenue totalement illisible ? Pourquoi s’intéresser à un homme qui pour beaucoup et à juste titre incarne sectarisme étriqué, racisme militant et pensée outrageusement réactionnaire ? Certes, l’obsession de Calhoun à défendre et à revendiquer la supériorité de la race blanche et le nécessaire et souhaitable asservissement de la noire n’a pu que lui aliéner de nombreux lecteurs, alors même que l’Amérique avait connu le plus grand traumatisme de son histoire et que le déchaînement des passions était à l’évidence imputable aux théoriciens de cette trempe. Pourquoi revenir vers celui que l’on surnomma tour à tour “le Roi Nègre”, le nouveau Benedict Arnold1, qui dans le Sud même ne faisait pas l’unanimité, à cause justement de sa défense quasi obsessionnelle de la cause des Planteurs et qui devint aux yeux de beaucoup de ses contemporains le traître à l’Union et le fossoyeur de la république américaine ? Sans doute parce qu’en dépit des réactions passionnées et excessives que son action a suscitées, il apparaît que l’on s’est trop souvent appliqué à trahir le message de Calhoun, à le réduire ou à minimiser son originalité au travers d’expressions toutes faites et forcément réductrices. Le défenseur de la caste des Planteurs avait au moins deux qualités éminentes et qui méritent que son nom ne tombe pas dans l’oubli: une exceptionnelle honnêteté intellectuelle et une lecture orthodoxe et somme toute généreuse de l’idée de république. Il est aisé de rejeter en bloc comme dépassée et vaguement honteuse la théorie de gouvernement élaborée par Calhoun et dont les principes flous et mal établis à l’origine se précisent et se radicalisent au fur et à mesure que sa carrière se déroule et que le débat s’envenime entre les deux composantes de la Nation américaine. Comment mieux comprendre les moteurs idéologiques qui précipitent l’Union dans la guerre qu’en observant l’évolution de la pensée calhounienne depuis les concepts prudents de la “nullification” jusqu’à la logique implacable de la Dissertation du gouvernement ? Nul doute que l’action s’imbrique étroitement dans le raisonnement et ne l’altère profondément. En dépit de ses multiples dénégations et de ses efforts pour élaborer une construction théorique dont la validité serait celle d’une science positive, le corpus idéologique proposé par Calhoun reste fortement teinté des soubresauts d’une histoire parfois frénétique et toujours passionnante qui conduit à la déflagration de 1861. Même s’il ne fut jamais atteint, l’idéal républicain que cultiva Calhoun tout au long de son existence de planteur méritait, selon nous et malgré le paradoxe apparent, de faire l’objet d’une analyse serrée.

Notes

1 Traître célèbre de la guerre d’Indépendance, Benedict Arnold (1741-1801) connut une brillante carrière militaire, en particulier lors de la bataille de Saratoga, avant de passer à l’ennemi et d’offrir au général britannique Clinton, pour la somme de 20 000 $, le fort de West Point. La manœuvre fut déjouée à temps et Arnold demeure, dans l’histoire des États-Unis, le vivant symbole du félon.

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540