Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Documents

4. Défense de la proposition de M. Arnauld, docteur de Sorbonne, touchant le droit, contre les lettres de M. Chamillart, docteur de Sorbonne et professeur du Roi en théologie

Texte intégral

1Par un bachelier en théologie de la Faculté de Paris [P. Nicole]

A. Avis au Lecteur, touchant le sentiment du P. Nicolaï

2Ayant fait cet écrit longtemps avant la publication de l'Avis et des thèses du père Nicolai, je n'avais pu croire autre chose de ce professeur en théologie de l'ordre de saint Dominique, sinon qu'il suivait la doctrine de son Ecole, et qu'il tenait, comme tous ses confrères, qui ont écrit de la grâce contre Molina, la nécessité de la grâce prédéterminant et efficace par elle-même pour toutes les actions de piété. C'est pourquoi je l'ai souvent allégué comme tenant cette doctrine, mais depuis que j'ai lu l'Avis et les thèses qu'il a publiés, j'ai reconnu que je me suis trompé et que j'ai pris pour un thomiste celui qui ne l'est en aucune sorte, et qui ne tend qu'à renverser les principes de saint Thomas et de toute son Ecole. Jai vu qu'il explique la grâce efficace par elle-même et la prédétermination physique d'une manière que tout moliniste peut recevoir ; qu'il ne l'appelle efficace par elle-même que parce qu'elle a en elle-même la vertu et le pouvoir de déterminer la volonté, ce qu'il n'y a aucun jésuite qui n'avoue facilement, et non pas parce qu'elle la détermine effectivement, certainement et infailliblement par sa propre vertu et efficacité, comme toute l'Ecole de saint Thomas le soutient contre Molina. J'ai vu qu'il croit que la grâce nécessaire pour bien vivre et pour persévérer dans la bonne vie, sans péché mortel, est donnée à celui qui s'y prépare comme il faut et qui n'y met point d'empêchement, ce qui est très véritable et n'est contesté de personne, mais qu'il dépend du libre arbitre, sans le secours de la grâce efficace et effectivement prédéterminant, de s'y préparer et de n'y point mettre d'empêchement, ce qui, selon saint Thomas et tous les thomistes qui ont écrit contre Molina, est la propre erreur de Pelage, ou des semi-Pélagiens. C'est pourquoi je n'ai point été surpris de voir qu'il ne craint rien davantage que de blesser l'opinion de Molina et qu'il a supprimé, dans la publication de son Avis, la note d'hérésie qu'il lui donna pour contrefaire le thomiste, lorsqu'il opina en Sorbonne [...]. Cependant, je prie le Lecteur de m'excuser d'avoir cité ce docteur de l'ordre de saint Dominique comme un vrai thomiste, qui tienne la nécessité de la grâce prédéterminant pour toutes les actions de piété. Il lui sera facile de corriger cette faute en supposant le nom de quelque autre dominicain, au lieu de celui du P. Nicolaî qui, après la publication de son Avis et de ses thèses, ne peut plus passer que pour un jésuite travesti et un lâche prévaricateur de la doctrine de son ordre.

B. Article V. Que les adversaires de M. Arnauld se combattant l'un l'autre donnent chacun à sa proposition leur explication différente pour la faire condamner, et que toutes ces explications sont contraires au sens commun et à la raison

3[...] Il faut remarquer que comme c'est le propre des erreurs de se combattre elles-mêmes, aussi bien qu'elles combattent la vérité, ainsi ces Messieurs, quoiqu'unis dans le dessein de flétrir M. Arnauld par une censure, ne s'accordent nullement entre eux du sens auquel ils doivent prendre sa proposition pour la faire condamner.

4Les thomistes, qui sont les plus considérables d'entre eux, croient que la grâce efficace est nécessaire à toute action de piété et même à la prière, et par conséquent que ceux qui pèchent n'ont point cette grâce efficace nécessaire pour ne pécher point.

5Néanmoins, suivant les principes d'Alvarez, ils veulent que ceux qui sont destitués de grâce efficace ne laissent pas d'avoir une autre grâce qu'ils appellent suffisante de nom et non d'effet et que, par cette grâce, ils ont le pouvoir prochain d'accomplir les commandements.

6Mais ils n'entendent pas ce pouvoir prochain comme les molinistes l'entendent, car ils enseignent que ce pouvoir ne donne pas tout ce qui est nécessaire pour agir comme celui que les molinistes soutiennent et qu'il n'exclut pas la nécessité de la grâce efficace pour toute action de piété. Ainsi ce n'est point intéresser les thomistes que de nier le pouvoir prochain selon la notion des molinistes, et parce que c'est en ce sens que M. Arnauld le nie, les thomistes ne peuvent nullement condamner sa proposition puisqu'elle n'a rien de contraire à leur sentiment, car, selon les thomistes et M. Arnauld, il est également vrai de dire que les justes manquent quelquefois de la grâce, sans laquelle on n'a pas le pouvoir prochain, au sens que le prennent les molinistes.

7Que feront ces Messieurs, qui sont encore plus ennemis de M. Arnauld qu'ils ne sont thomistes ? Ils feront violence au mot de potest, et malgré M. Arnauld prétendront qu'il exclut la possibilité prochaine en tous les deux sens, savoir en celui qu'ils soutiennent et en celui des jésuites, et ainsi pour la faire hérétique, ils y ajouteront cette glose : la grâce sans laquelle on ne peut rien, ni dans l'acte premier ni dans l'acte second.

8M. Le Moyne, qui n'est point persuadé de cette notion du pouvoir prochain et qui tient contre eux que la grâce efficace nous donne ce pouvoir prochain, in actu primo, est obligé, pour rendre la proposition de M. Arnauld contraire à ses sentiments de s'attacher à rien et de prendre ce mot généralement, afin d'en conclure que M. Arnauld prétend ôter toute grâce aux justes. Ainsi, selon M. Le Moyne, la proposition doit être entendue avec cette addition : Nous ne pouvons rien a l'égard d'aucune action.

9Mais M. le Professeur [Chamillart] ne juge pas que ce prétexte soit suffisant pour la condamner d'hérésie. Il semble avouer dans sa lettre que saint Pierre a été délaissé de toute grâce dans sa chute. Il demande seulement que l'on reconnaisse qu'il avait eu quelque grâce pour éviter la présomption. Ainsi, la proposition lui semble digne de censure non en ce qu'elle contient, puisqu'elle ne contient rien qu'il n'avoue lui-même, mais en ce qu'elle ne contient pas et n'exprime pas que Dieu n'avait abandonné saint Pierre qu'à cause de sa présomption. Et partant, afin qu'elle devienne hérétique selon son sens, il y faut ajouter ces mots, sans un péché précédent, sine peccato praecedente.

10Enfin, un des examinateurs a encore apporté une nouvelle restriction, qui est que Dieu peut ôter sa grâce aux justes sans leur en laisser aucune, pourvu qu'il ait dessein de la leur rendre comme il la rendit à saint Pierre peu de temps après. Suivant le sentiment de ce docteur, la proposition de M. Arnauld ne peut être hérétique qu'en l'exprimant de la sorte : "La grâce, sans laquelle on ne peut rien, manque à quelques justes sans que Dieu ait dessein de la leur rendre peu de temps après".

11Ainsi tous ces docteurs sont partagés entre eux, et si chacun d'eux condamne M. Arnauld en particulier, chacun d'eux aussi le justifie de l'accusation de ses confrères : Ils ne s'accordaient point dans leur déposition.

12Que s'il n'était permis qu'à quelques-uns seulement d'ajouter des restrictions à la proposition de M. Arnauld, il est certain qu'elle serait déclarée presque universellement orthodoxe.

13Car s'il n'y avait que les thomistes qui l'expliquassent et qui la voulussent condamner selon le sens qu'ils sont obligés de lui attribuer, qui est de nier le pouvoir prochain, in actu primo, M. Le Moyne s'élèverait contre eux et soutiendrait que M. Arnauld n'est point hérétique pour nier ce pouvoir prochain, in actu primo, puisqu'il le nie aussi bien que M. Arnauld, mais que sa proposition mérite d'être censurée parce qu'elle nie le pouvoir prochain à l'égard de toute action, et même de la prière.

14Si M. Le Moyne l'expliquait seul, tous les autres s'élèveraient contre sa grâce de prière. Si notre Professeur en était le seul interprète, il n'aurait peut-être que lui de son sentiment. Ainsi, dans cette division de sens et d'opinions, il faut nécessairement qu'ils ajoutent tous ensemble, à la proposition de M. Arnauld, leurs explications particulières, et qu'ils l'expriment par ces paroles : Le juste manque quelquefois de la grâce sans laquelle on ne peut rien (c'est la proposition de M. Arnauld). Et ainsi il ne peut rien ni quant à l'acte premier, ni quant à l'acte second (c'est ce que les thomistes y ajoutent pour la rendre digne de censure) au regard de quelque mouvement et action que ce soit (c'est l'addition de M. Le Moyne) sans que, par un péché précédent, il ait mérité de ne la pas recevoir (c'est l'addition du Professeur) et sans que Dieu ait résolu de la lui rendre (c'est l'addition de l'un des examinateurs). Je ne sais si la postérité pourra croire un procédé si étrange et si opposé à toutes les règles de l'équité et de la raison.

C. [Un pouvoir prochain sans signification]

Article VIII. Que l'on ne peut rien imaginer de plus contraire à la raison que l'article de foi du pouvoir prochain que M. Cornet veut établir

15[...] Ainsi, tant qu'on pourra enfermer sous ces mots, avoir le pouvoir prochain d'une action, cette notion, avoir tout ce qui est en principe antécédent et nécessaire d'une action, il sera vrai de dire que ceux qui n'ont pas la grâce efficace, qui est le principe antécédent et nécessaire des bonnes actions, n'ont pas le pouvoir prochain de les faire, et cette proposition ne peut devenir hérétique par aucune censure ni définition tant que la grâce efficace subsistera, c'est-à-dire qu'elle ne le peut jamais être parce que la doctrine de la grâce efficace subsistera éternellement.

16C'est pourquoi la prétention de ceux qui, confessant que l'une est orthodoxe, veulent condamner l'autre d'hérésie, n'est pas moins hors de raison que celle de ceux qui voudraient que la même proposition fût catholique en grec, et hérétique en latin.

17Que s'il arrivait qu'elle fût condamnée d'hérésie et qu'on déclarât que l'on ne condamne point la grâce efficace, il faudrait nécessairement qu'on la prît dans un autre sens que M. Arnauld, et ainsi sa proposition ne laisserait pas d'être catholique dans le même sens qu'il l'a soutenue.

18Quoique je fasse beaucoup d'état de la subtilité de l'esprit de M. Cornet et que je sache qu'il a accoutumé de prendre assez bien ses mesures en ses desseins, néanmoins, il faut nécessairement que sa prudence l'ait un peu abandonné en celui-ci, et qu'il n'ait pas reconnu qu'il n'y eut jamais d'entreprise plus déraisonnable que de prétendre condamner d'hérésie ceux qui nient que les justes aient toujours le pouvoir prochain de vaincre les tentations, en même temps que l'on proteste de reconnaître la grâce efficace. C'est ce qu'il est important de représenter en cet endroit afin que tout le monde puisse voir comme on se joue de la crédulité des simples et de la doctrine de l'Eglise.

19Supposons donc qu'un de ces prétendus hétérodoxes, qui ne veulent pas avouer ce pouvoir prochain, étant touché de quelque mouvement de repentir, aille trouver M. Le Moyne pour apprendre de lui la foi de l'Eglise, mais que, retenant toujours une secrète aversion pour le molinisme, il prie le P. Nicolaï d'assister à la conférence, de peur que M. Le Moyne, au lieu de l'instruire de la foi catholique non contestée, ne lui veuille inspirer ses propres opinions.

20On ne manquera pas de lui dire d'abord que, pour être catholique, il faut renoncer à Jansénius. Mais cet homme, que nous supposons être un peu instruit de la doctrine de l'Eglise, leur repartira qu'il ne sait pas quels sont les sentiments de Jansénius, mais qu'il sait bien que la foi catholique ne peut consister à croire que des erreurs soient ou ne soient pas dans un auteur particulier, et partant qu'il les prie de lui apprendre ce que l'on était obligé de croire pour être véritablement orthodoxe et catholique avant que Jansénius eût rien écrit de la grâce.

21Sur cette proposition, on lui donnera à signer le nouvel article de foi conçu en ces termes : Nulli justo deest gratia sine qua non habeat proximam et completam potestatem vincendi tentationem : jamais aucun juste ne manque de la grâce, sans laquelle il n'aurait pas le pouvoir prochain et accompli de vaincre la tentation.

22Mais il aura raison de répliquer que, les mots qu'ils lui voudraient faire signer n'appartenant point à la foi et n'étant pas sacrés ni autorisés par les conciles ou par les décrets des papes, il faudrait que ce fût le sens de ces mots qui fût de foi et que, comme il n'entend point ces termes, prochain et accompli, quoiqu'il entende bien celui de pouvoir, il les supplie très humblement de les lui expliquer avant de les lui faire signer.

23M. Le Moyne répondra que le sens de ces mots n'est pas difficile, que tout le monde entend, par pouvoir prochain, une puissance qui a tout ce qui est nécessaire pour agir, et qu'ainsi il fallait avouer que les justes avaient toujours tout ce qui était nécessaire ou pour agir immédiatement, ou au moins pour prier et pour obtenir, par la prière, la grâce efficace nécessaire pour agir.

24Mais le P. Nicolai l'interrompra et soutiendra que ce n'est point ce pouvoir prochain que l'Eglise obligeait de confesser, puisque c'était une hérésie que de dire que les justes ont toujours tout ce qui est nécessaire pour agir ou pour prier, étant certain qu'ils n'ont pas toujours la grâce efficace, qui est aussi nécessaire pour l'un que pour l'autre ; qu'il suffisait donc d'admettre un pouvoir prochain qui n'exclut pas la nécessité de la grâce efficace pour agir ou pour prier.

25M. Le Moyne doit répondre au P. Nicolai, selon ses principes, qu'il fait grand tort à l'Eglise de lui imposer une prétention aussi étrange que celle d'obliger ses enfants à croire un pouvoir prochain non prochain, tel qu'était celui des thomistes, qui enferme une contradiction manifeste, selon tous les autres théologiens. Sur ce différend, dans lequel ils ne pourront jamais s'accorder, on consultera sans doute M. Cornet, comme étant l'oracle du parti et l'âme de ce grand Corps.

26Et comme il est ingénieux à trouver des accommodements, il dira à l'un et à l'autre qu'ils ne doivent pas faire des vérités de foi de leurs opinions particulières, qu'il ne fallait point avoir d'autre dessein que celui de déclarer les jansénistes hérétiques et qu'il suffisait pour cela d'établir un pouvoir prochain indéterminé, laissant à la liberté de chacun de l'expliquer comme il le voudrait.

27Avec cette décision, on reviendra trouver le catéchumène. On lui dira qu'il n'est pas nécessaire qu'il confesse ce pouvoir prochain en aucun de ces deux sens, qu'il suffit de le confesser en général, en faisant abstraction des deux opinions de l'Ecole, et pour parler en leurs termes, en faisant abstraction du pouvoir prochain des thomistes et du pouvoir prochain des molinistes.

28Mais il témoignera qu'il n'est pas satisfait de cette confession de foi qu'on lui veut faire signer, qu'il sait que la foi ne peut consister dans les paroles, qu'il les prie donc de lui en dire le sens puisque c'est dans le sens qu'elle consiste, qu'il comprend bien ce que peut signifier un pouvoir indéterminé, parce qu'il peut avoir une signification générale qui convienne à deux différentes sortes de pouvoir, mais qu'il ne comprend pas ce qu'y peut ajouter le mot de prochain, lorsqu'on fait abstraction de deux différentes opinions, qui prennent ce mot en deux significations toutes opposées, et qui ne conviennent au plus que dans le mot de pouvoir, duquel il ne s'agit point ; qu'il comprend au contraire que ce mot de prochain, pris de cette sorte, ne signifie rien du tout, puisqu'un mot équivoque, étant séparé de ces deux significations, abstrahendo, ne signifie rien. Il leur demandera par exemple ce que signifie le mot de Lion, en faisant abstraction s'il signifie ou un animal ou une ville. Ce que signifie le mot de Canon, en faisant abstraction s'il signifie un canon de concile ou un canon de guerre. Enfin, il protestera de sa soumission envers l'Eglise, mais qu'il ne peut croire qu'elle oblige ses enfants à confesser des mots qu'elle n'a point consacrés et dont personne ne peut expliquer le sens.

29Cette réponse ayant mis un peu en désordre la subtilité de ces inquisiteurs de la foi, je ne vois pas ce qu'ils pourront lui répliquer, si ce n'est peut-être que nous savons qu'ils ont déjà dit à des personnes de condition, qu'il prend un mauvais chemin et pour son salut et pour sa fortune, qu'il est obstiné dans son erreur et que l'on ne peut plus avoir de conférence avec lui puisqu'il a plus d'envie de disputer que de se soumettre.

Article IX

30Que, dans ce prétendu article de foi du pouvoir prochain, on définirait ce que tout le monde accorde, qui est le Pouvoir, et de plus le mot prochain, qui n'aurait aucun sens.

31Ce discours paraîtra, peut-être, peu sérieux à ce professeur. Il m'accusera de faire répondre ces Messieurs à ma fantaisie et de former des hommes de paille pour les défaire, mais je le prie de considérer que je ne suppose rien de faux et que, quelque subtilité qu'ils aient, ils ne sauraient dire autre chose que ce que je leur ai fait dire.

32N'est-il pas vrai que les thomistes soutiennent que le sens auquel les molinistes disent que nous avons toujours le pouvoir prochain est une erreur ou une hérésie ?

33N'est-il pas vrai que l'on ne prétend établir le pouvoir prochain, en tant que prochain, en aucun de ces deux sens en particulier, mais seulement en général et en faisant abstraction de toutes les deux opinions ?

34Il est donc vrai que la foi catholique, selon leur prétention, consiste à confesser un pouvoir prochain, en tant que prochain (car il ne s'agit pas du mot de pouvoir que tout le monde confesse) abstrahendo a posse proximo thomistarum, et a posse proximo molinistarum : en faisant abstraction du pouvoir prochain que les thomistes reconnaissent et du pouvoir prochain que les molinistes enseignent.

35Or, c'est ce que je prétends être une des plus extravagantes chimères qui soit jamais entrée dans l'esprit d'un homme, puisque les deux sens, auxquels les thomistes et les molinistes prennent ce mot de prochain, lorsqu'ils parlent du pouvoir prochain, étant contradictoires, ils n'ont aucune notion commune qui enferme quelque chose de plus que le posse, ou pouvoir, qui est reconnu de tout le monde, et ainsi, en faisant abstraction de ces deux sens, il ne reste plus que deux ou trois syllabes sans sens.

36[...] Qui pourrait croire qu'on excitât de si grands troubles dans l'Eglise pour un sujet si ridicule ? qu'on remuât toutes sortes de machines, qu'on intéressât toutes les puissances séculières, qu'on occupât si longtemps la plus célèbre Faculté du monde, et que tout cet appareil se terminât à établir un véritable pouvoir d'accomplir les commandements, qui est confessé de tout le monde, et de plus, le mot de prochain, ou de proximum abstrahendo, c'est-à-dire deux ou trois syllables sans sens, que ceux-mêmes qui en veulent faire un article de foi, ne sauraient entendre.

37L'on peut juger de là combien les molinistes se jouent de la simplicité de la plupart des personnes séculières, qui prennent part à leurs intrigues et à leur querelle, et qu'il ne s'agit de rien moins que de ce qu'ils s'imaginent et que l'on leur fait entendre.

38Il y en a beaucoup parmi ceux-là qui, étant remplis de l'esprit du monde, qui est l'ennemi de Dieu, et n'ayant pas encore la conscience tout à fait éteinte, tâchent de s'établir dans un faux repos et d'allier la jouissance de leurs plaisirs avec la paix de leur conscience. Mais comme ils ne sont pas encore si aveugles qu'ils n'aient quelque sorte de scrupule de leur vie, ils ont presque toujours dans l'esprit le dessein de changer de vie dans leur vieillesse ou au moins de se convertir dans leur dernière maladie. Mais comme la doctrine de la grâce efficace, qui n'est pas donnée à tous les hommes, ne s'accommode pas si bien avec cette espérance trompeuse, ils ont d'ordinaire une extrême aversion pour elle et seraient bien aises de la voir éteinte et abolie.

39C'est pourquoi, trouvant d'un autre côté des docteurs qui leur promettent qu'ils auront toujours un pouvoir prochain de se convertir et d'accomplir les commandements de Dieu, ils s'imaginent que c'est ce qu'ils cherchent, ils emploient tout leur crédit pour fortifier cette doctrine et seraient bien aises, pour le repos de leur conscience, d'en avoir l'arrêt signé et scellé de la Sorbonne.

40Mais ils ne savent pas qu'on les trompe et qu'on les abuse, que cette vérité de la grâce efficace par elle-même est si sainte et si inviolable que ceux mêmes qui la trahissent ne l'oseraient attaquer et que ce pouvoir prochain, qu'on leur veut donner, est la chimère des chimères et l'illusion des illusions.

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540