Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parures d’or et de gemmes

 | 
Valérie Gontero

Troisième partie. Opus sine scientia nihil est : des rouages de l’écriture aux figures de l’artifex 163

Chapitre IX. Figures « orfévrées » de l’artiste

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la faveur des œuvres d’art qui jalonnent les romans antiques, l’artifex1 est souvent mis en scène. Variée et plurielle, sa figure emprunte à l’Antiquité et au Moyen Âge pour dessiner une galerie de portraits hétéroclite, de la divinité à l’humanité : l’artifex est dans un premier temps issu du panthéon gréco-latin, puis de l’Autre Monde de la féerie ; il provient en dernière instance du monde humain, dont il se démarque par la qualité de sa clergie. Ces figures correspondent à une évolution des représentations, à une mutation de l’imaginaire médiéval : le processus diachronique est néanmoins gommé par les romans antiques, qui font évoluer tous ces personnages dans un même univers fictionnel. Ce syncrétisme, qui correspond à une pratique typiquement médiévale, est matérialisé par les objets. Par exemple, l’épée de Tydée, dans son élaboration, illustre le syncrétisme entre le monde antique et l’univers médiéval. Fabriquée en quatre étapes, elle a demandé le concours de plusieurs art...

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540