Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parures d’or et de gemmes

 | 
Valérie Gontero

Troisième partie. Opus sine scientia nihil est : des rouages de l’écriture aux figures de l’artifex 163

Chapitre VIII. Speculum fabulae et ornati : le miroir de l’écriture

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Mis en exergue par sa position stratégique - au sommet du tombeau de Camille dans le Roman d’Eneas (v. 7604-7612) ou dans la Chambre de Beautés du Roman de Troie (v. 14681-14694) -, le miroir - spéculum - sert de fil conducteur à l’étude de l’écriture dans les romans antiques. Figure du double, comme l’ombre, le reflet suscite à la fois la curiosité et la peur. Depuis l’Antiquité circulent de nombreuses légendes sur les miroirs magiques - témoin, le miroir du phare d’Alexandrie ou encore, au Moyen Age, le miroir de Virgile.

Le miroir fournit une clef de lecture : dans les romans antiques comme dans toute la littérature occidentale, cet objet est intimement lié à la notion de mise en abyme ou de réflexivité1. Le miroir propose une réflexion sur l’écriture, mais aussi une réflexion de l’écriture. Omniprésent, le motif du reflet répond à une esthétique du double. Quant aux mises en abyme, elles peuvent être fïctionnelles, et reproduire la fabula en mineur, ou métatextuelles, et dévoiler...

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540