Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parures d’or et de gemmes

 | 
Valérie Gontero

Troisième partie. Opus sine scientia nihil est : des rouages de l’écriture aux figures de l’artifex 163

Chapitre VII. Translatio : traduction et/ou réécriture ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La translatio est un élément majeur de l’histoire littéraire médiévaleFP1PF. La traduction constitue dans tous les cas une gageure qui se solde par un inévitable écart entre le texte de départ et le texte d’arrivée, en vertu de l’adage italien traduttore tradittore. Dans l’idéal, le traducteur ne constitue qu’un medium linguistique, dont la tâche confine à l’humilité. Les romans antiques devraient donc s’écrire dans l’ombre des auctoritates.

Au seuil des romans antiques, les prologues reconnaissent, pour la justifier, la dimension innovante du genre. À cette époque, le prologue des œuvres romanesques s’élabore autour de deux notions fondamentales – l’intertextualité et la réception -et obéit à un certain nombre de topoi, comme la diffusion du savoir, la citation des garants ou la recherche de la véritéFP2PF. Dans les romans antiques, il est investi en outre d’une valeur programmatique : l’auteur y expose sa démarche traductriceFP3PF. Pour cautionner son entreprise novatrice, le poète...

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540