Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parures d’or et de gemmes

 | 
Valérie Gontero

Deuxième partie. Une orfèvrerie encyclopédique

Chapitre VI. Translatio gemmae

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Alors que les bijoux sont objets de suspicion au Moyen Âge, les gemmes sont au contraire fortement appréciées et valorisées. Parallèlement, une floraison d’ouvrages scientifiques en langue vulgaire voit le jour, notamment des adaptations du De Lapidibus de Marbode de Rennes, lapidaire composé à la fin du siècle précédent. Outre les médecins, de nombreux commerçants tentent de tirer profit de l’ouvrage. Si ces « charlatans » 1  – pour reprendre le terme de Léopold Pannier – ont utilisé le De Lapidibus, les lettrés que furent les auteurs des romans antiques l’ont certainement connu, voire consulté dans sa version latine ou dans l’une des adaptations romanes. De plus, ce lapidaire emblématise l’univers que les poètes se sont efforcés de recréer, l’Orient antique. Le prologue relate en effet la genèse du texte, afin de lui fournir une caution historique. Evax, un roi d’Arabie qui rassemble les qualités de sagesse, de puissance et de richesse, voit sa renommée s’étendre jusqu’à Néron :

Ev...

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540