Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parures d’or et de gemmes

 | 
Valérie Gontero

Deuxième partie. Une orfèvrerie encyclopédique

Chapitre V. Translatio monstri

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Contemporains des romans antiques, les premiers bestiaires en langue vernaculaire voient le jour dans le même contexte politique : la cour d’Henri II Plantagenêt. Philippe de Thaon est le premier à écrire un bestiaire en langue vernaculaire. Inspiré du Physiologus1, son Bestiaire, publié entre 1121 et 1135, est dédié successivement à Aélis de Louvain, femme d’Henri Ier, puis à Aliénor d’Aquitaine, épouse d’Henri II.

Dans les romans antiques, la faune témoigne d’un syncrétisme culturel, du fait de la variété des sources. Les poètes puisent en effet dans les bestiaires médiévaux – sans en reprendre toutefois la signification chrétienne puisque l’action se situe ante legem –, mais aussi dans la mythologie gréco-romaine et le légendaire oriental. La faune ne possède pas de valeur modélisante2, mais participe à la peinture de l’Orient, locus monstrorum par excellence. La concentration des monstres en Orient est induite par une représentation traditionnelle du monde : Jérusalem se trouve a...

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540