Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parures d’or et de gemmes

 | 
Valérie Gontero

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La légende raconte que Saint Éloi1, chargé de réaliser un trône d’or incrusté de gemmes pour le roi Clotaire II, parvint à fabriquer deux trônes avec les matériaux fournis. Miracle de Dieu ou miracle de l’art, cette anecdote témoigne de la fascination qu’exerce l’orfèvre le plus célèbre du Moyen Âge, et plus largement du prestige que possède l’orfèvrerie dans la société médiévale.

Au fil de son histoire, le terme orfèvrerie a vu son acception se réduire et se spécialiser. De nos jours, l’orfèvrerie se distingue de la bijouterie et de la joaillerie2 ; cette distinction typologique n’existait pas au Moyen Âge. De plus, la dénomination d’orfèvrerie n’était pas réservée aux ouvrages d’or et d’argent, mais s’étendait à de nombreux métaux comme le plomb, l’étain, le laiton ou le fer3. L’orfèvrerie désignait alors d’une part l’ars de travailler les métaux (notamment l’or et l’argent mais pas exclusivement) et les gemmes, d’autre part les objets somptuaires qui en résultent. En effet, contra...

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540