Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome III

 | 
Georges Lote

Deuxième section : la phonétique de la rime

Chapitre II. La période du moyen français

Texte intégral

1La période que nous nous proposons maintenant d’étudier est celle qui embrasse toute la fin du Moyen Age, depuis le milieu du xive siècle environ jusqu’à la Renaissance, à laquelle il est commode d’assigner, comme date d’avènement littéraire, la constitution de la Pléiade, ou, mieux encore, la publication du manifeste par lequel celle-ci se pose en école nouvelle, la Deffence et Illustration de la Langue française, de Du Bellay. A vrai dire, il n’y a pas de coupure aussi nette qu’une pareille délimitation tendrait à le faire supposer, et l’on ne doit pas oublier que Marot et ses amis sont des poètes de transition, élèves des Grands Rhétoriqueurs, mais déjà ouverts à d’autres préoccupations. Cependant il n’est pas niable que le traité de l’auteur des Regrets ne jette les bases de la poétique du classicisme, que d’autres dans la suite formuleront d’une manière plus précise, par une série de corrections lentement élaborées. Comme le terrain a été déblayé pas à pas dans le précédent chapitre, il ne sera pas nécessaire de procéder cette fois avec une égale minutie. Il suffira de noter, en suivant le même plan, les changements qui se sont produits dans la prononciation française et par suite dans la rime, tâche d’ailleurs quelque peu difficile, puisque les traités théoriques et les ouvrages de grammairiens nous font encore défaut, à l’exception des listes de mots homophones contenues dans les Arts de seconde Rhétorique publiés par E. Langlois. Ces changements sont d’ailleurs assez nombreux, car on peut dire que la rime n’atteindra son assiette moderne que pendant la première moitié du xviie siècle, ce qui ne signifie pas que d’importantes modifications ne se produiront pas encore jusqu’à la fin du règne de Louis XIV et même jusqu’à la Révolution.

2G. Lote. — Histoire du vers français, t. III.

I. Les Voyelles et les Diphtongues orales

3A

4L’A est déjà susceptible d’avoir au moins deux valeurs différentes,, l’une fermée, l’autre ouverte. Il est fermé quand il est suivi d’une s non prononcée qui précède elle-même une consonne (haste, laste, qu’il aimasf). Il semble l’avoir été déjà dans les substantifs et les terminaisons verbales en as, au futur, au passé défini de la première conjugaison et dans tu as, ainsi que devant les désinences -se ou -sse (Pégase, casse), pour la bonne raison qu’on n’y constate jamais la moindre hésitation entre a et e. Le mot ame possédait alors une voyelle tonique nasalisée ; quand elle se dénasalisera, jamais il ne se trouvera de grammairien pour nous en indiquer le timbre, qui était certainement grave. L’a avait un timbre fermé dans grâce et dans âge.

5Il était en général moyen en syllabe accentuée dans tous les mots masculins ou féminins où il était suivi soit d’une seule (bat, estomac, sache, vaille, chape), soit de deux consonnes (table, chandelabre), exception faite pour les cas indiqués précédemment. Il l’était également en finale absolue (il va, il parla, là). Bien entendu il faut admettre qu’alors, comme aujourd’hui, les prononciations n’étaient pas uniformes sur tous les points du territoire et qu’en certaines régions on fermait la voyelle qu’ailleurs on articulait moyenne.

6A : E. Au contraire l’a tendait à s’ouvrir quand il se trouvait devant une r simple ou double, si bien qu’il prenait plus ou moins exactement le timbre de l’e, parfois avec échange des graphies. Ce phénomène caractérisait la région parisienne et s’étendait même-bien au delà. Antérieur à la période , il a persisté fort longtemps. Il explique un grand nombre de rimes, fermes : armes, palmes : termes chez Christine de Pisan, merche (marche) : cherche, armes : termes chez A. Chartier. regart : vert, escart : ouvert chez Martial d’Auvergne, La Barre : foerre : terre : querre, appert : part, ardre : aherdre, garde : perde, Montmartre : tertre, galerne : Marne chez Villon, certes : caries, bracquemar : parler dans le Recueil Trepperel tartnes : armes, armes : fermes, dans Gringore. Souvent la graphie hésite ; Villon associe part (perdit) : despart : Molinet écrit descherge, concberge : cherge (cierge), cherge (charge) : concherge. La même instabilité peut également se rencontrer devant d’autres consonnes que r : Saint Adrien présente mettre : debatre. Dans tous les cas, l’e lui-même ne gardait pas son timbre ordinaire et faisait une partie du chemin nécessaire pour qu’il pût rencontrer l’a modifié en un point où l’accord s’établissait.

7D’une manière analogue l’incertitude qui régnait dans la désinence latine -ᾳlem, représentée en français par -el ou par -al, qu’il s’agisse dans ce dernier cas d’une influence savante ou d’un trait dialectal (cf. p.141), se perpétue pendant très longtemps et permet aux poètes de rimer selon leur convenance. N. Dupire a relevé chez Molinet causelle : belle, royal : anormal : real, tache originalle : especialle, occidentel : mortel, perpétuel : accidentel, reaile : lealle. H. Châtelain a cité infernel : sempiternel, de Meschinot. Les exemples suivants s’expliquent par un déplacement du point d’articulation de la voyelle sous l’influence de l’l, cannelle : aval le, aiguel : féal dans la Passion de Semur, salles : demoyselles chez Molinet ; pour que ces rimes soient justes, il y faut une accommodation des timbres.

  • 1 E. Langlois, Recueil, p.209.

8A : AI. On sait déjà (cf. pp.142 et 143-5) que ai est très fréquent dans l’écriture, au lieu de a, devant la désinence posttonique -ge ou -je ou même che. Rien n’est changé à cet égard. L’Anonyme lorrain, aux environs de 14501 établit l’équivalence de saige : ramage, fouraige : pollage, rivaige : nyage, couraige : rage, labouraige : hontage. Selon Palsgrave, on devait faire sentir le y entre l’a et la consonne suivante. Mais Sylvius nous dit que cet usage n’est pas général. En réalité la prononciation diphtonguée était ancienne ; la plus courante évoluait généralement entre deux limites, un a assez ouvert (gage : dira je chez Greban) et ê, parfois avec cette dernière graphie, étant bien entendu d’ailleurs que e pouvait devenir è dans certaines régions (cf. p.144) ; cependant en Wallonie, on prononçait encore ᾳy au xviie siècle. Les rimes en a.’az sont innombrables, mais elles exigent parfois que le diseur accommode les timbres ainsi assemblés, car il est des ai, ainsi qu’on va le rappeler, qui sont déjà définitivement fermés. Voici des exemples : courage : frommaige : servaige : ferai je, mariaige : raige : mesnaige, saige : aventaige : prandray je, villaige : arai ge dans E. Deschamps ; scay je : emplaige : plaige : naige, sage : passage : passai ie : messaige dans A. Chartier ; ai je : visaige dans Baudet Hernie ; saige, outrage, potages : lavaiges dans J. Bouchet.

9A : OI. On trouve chez Villon la série poirre : Barre : barre : carre (Testament, 98), souvent relevée par les historiens de la langue et qui présente un grand intérêt. Elle a longtemps passé pour le premier témoignage qui nous montre que la diphtongue oi, alors articulée we, prenait déjà à Paris, dans le parler populaire, le son wa qui est aujourd’hui seul correct. Mais H. Châtelain a signalé, benoiste : taste et Coras : gasconnois dans le Siège d’Orléans, vers 1435 ; à la fin du siècle, il a relevé trois : fatras chez Coquillart.

10AI

11Sauf devant consonne nasale, fait sur lequel nous aurons à revenir, et sous la réserve des observations qui précèdent, ai n’a plus qu’un son simple et se confond avec ei, réduit lui aussi à une monophtongue. Le timbre est obligatoirement fermé dans un petit nombre de cas : à la première personne des futurs, ainsi que dans j’ai et je sçay, on dit è depuis le xiiie siècle (cf. p.147) ; les Rondeaux et autres Poésies du xve siècle, ainsi que le note G. Raynaud dans son édition, écrivent dire, pour dirai ; seré pour serai, etc. ; il en est de même dans les parfaits de la première conjugaison ; Villon unit oubliai : lié, rime qu’on retrouve chez Ronsard et que J. Péletier justifie. Ailleurs la voyelle est prononcée ouverte ou fermée, selon les régions (cf. p.145) ; nous en trouverons d’intéressants témoignages au xviie siècle.

12AI : EI Cette rime est courante (cf. p.147) devant l, parfois avec échange des graphies ; en réalité elle réunit non pas ai et ei, mais a et e. On rencontre merveille : traveille chez Christine de Pisan, traveille : treille, chez A. Chartier, traveil : sommeil chez Ch. d’Orléans, boutaille : aille dans Saint Clément, faille : merveille dans Saint Adrien, bouteilles : entreilles, resveil : traveil, traveil : soleil chez Molinet, veille : travaille, traveille : oreille chez J. Bouchet, visaiges : neiges chez Martial d’Auvergne.

  • 2 E. Langlois, Recueil, pp.394 et 406.

13AI : E. On sait que ai, depuis fort longtemps déjà, peut s’accorder avec e (cf. pp.146-7), et même, comme on le verra plus loin, avec oi, toutes ces graphies pouvant être réunies dans un même quatrain monorime. En dehors des cas déjà signalés où le timbre est obligatoirement fermé, ai sonne généralement è, mais, en certains points du territoire, peut être articulé é. L’Art et Sciences de Rhétorique2 mélange dans ses listes -ait, -aict, -et, -ect, il reffait, il est laid, il est retrait, etc., ung faict, distraict, pour trait, buffet, muet, filet, aspect, suspect, affect ; il en fait autant pour -est, -aist, -oist, en assemblant protest, revest, prest, etc., il naist, il congnaist, il plaist, etc., croist, descroist, apparoist ; il réunit -es et -ais dans gibetz, proces, nefz, assez, souefz, deces, etc., souhaiz, balaiz, laidz, desormais, etc. ; il établit de même l’équivalence de -estre, -aistre, -oistre en citant pêle-mêle ancestre, maistre, congnaistre, recongnoistre, cloistre, dextre, fenestre, etc. ; il fait marcher ensemble -aye et -oye, soit il abbaye, il paye, une raye, etc., Monjoye, il forvoye, je faisoye, etc. On notera que assez, \’e était évidemment fermé, figure dans un de ces groupes de mots. Les graphies ai et e, ou ai et oi s’échangent fréquemment.

14AI : OI. Cette rubrique complète la précédente. Ai, qui rime avec e, peut aussi rimer avec oi, comme oi avec e. C’est l’histoire de la diphtongue oi qui en donne l’explication. On sait qu’elle a pris une prononciation wę, à accentuation ascendante (cf. p.179), dont le second élément oscille entre le timbre è et le timbre é. Les rimes don-t-il est ici question s’accordent donc par ce second élément, mais le premier, pour alléger des groupes consonantiques trop complexes, peut même disparaître (cf. ci-dessus il congnaist et congnaistre) ; on trouve d’ailleurs des formes comme drete, etrete dès le xive siècle. Les exemples qu’on peut citer sont encore plus nombreux qu’à la fin de la période de l’ancien français. En voici quelques-uns : chez A. Chartier, croire : guerre : retraire ; chez Villon, testes : boytes : coettes : tettes, poise : aise ; dans le Franc Archer de Bagnolet, appaisse : noise, croisse : ou esse ; chez Martial d’Auvergne, gloire : misere : baire : braire ; chez J. Marot, estoille : immortelle ; chez Meschinot, loys : lais ; chez Gringore, exploit : plaist, ployé : paye, est : croist, estoilles : mamelles, chez J. Bouchet, cloistre : prestre, cloistres : maistres, moy : may, paroisse : messe ; dans le Recueil Trepperel, Pierre : voirre, estroil : traict ; dans Saint Laurent querre : memoire, dans Saint Remy, croire : anniversaire, chez Cl. Marot, maistre : accroistre, etc. « La diphtongue oi se prononce è (ou é) écrit G. Raynaud en tête de ses Rondeaux et autres poésies du xve siècle, comme le montre le mot congnoistre rimant successivement avec adestre, estre, maistre. L’orthographe pouair pour pouoir est une preuve nouvelle de cette prononciation bien connue. De même, dans d’autres mots, ai précédé d’une labiale s’écrit oi... ; fais est représenté par foiz, foix, fois. » Mellin de Saint-Gelais a encore rimé j’en fois : douze fois, trente fois : je fais, parisianisme blâmé par H. Estienne.

15AU

  • 3 A ce propos je renvoie à l’article de J. Bourciez dans les Mélanges Huguet, 1940, p.21-31.

16Cette graphie est encore diphtongue : elle sonne ao : de son côté eau est prononcé3 eao. Toutes les rimes signalées à l’époque précédente (cf, AUβ, p.150), et où au résulte de è, é, ò, ié précédant une l vocalisée devant consonne, se perpétuent pendant la période du moyen français, quelquefois concurremment avec les timbres exigés par l’étymologie. E. Deschamps, en opposition avec visqueux : ceulx, eulx : seulx, écrit monceaulx : ceaulx, mantiaux : ciaulx : Molinet associe aux : consaux, saux : consaulx, vault (volet) : vault (vŏlsil ?), caultz (cᾳutus) : caupz (cŏlapus), espaule : maule. En Picardie, semble-t-il, on avait tendance à remplacer par au tous les ou français, prononciation dont s’est servi E. Deschamps, qui tour à tour accorde avec yaue les mots rabaue, maue, deslaue, laue, où l’on devrait avoir ou.

17E

  • 4 E. Langlois, Recueil, p.153, 378-380, 402.

18Tous les e en finale absolue sont obligatoirement fermés. Mais on n’a pas oublié (cf. È : É, p.152) que devant consonne, que la désinence fût masculine ou féminine, les e de toute provenance, les uns primitivement fermés, les autres primitivement ouverts, avaient tendu à s’unifier en ancien français. Cette unification s’est poursuivie au xve siècle, sans qu’on puisse savoir, en l’absence d’indications fournies par des grammairiens, sur quel timbre elle s’opérait, ni s’il s’agit toujours d’un fait général de la langue de tel ou tel poète, ou parfois d’une commodité de versification, favorisée par l’analogie d’écriture, tombée dans l’usage commun, et que la voix du diseur devait réaliser en établissant la parité de sons quelque peu discordants. Il y a tout lieu de supposer que certaines prononciations, certains dialectes maintenaient les distinctions originaires ; du moins faut-il croire que d’autres ne les respectaient plus. En tout cas il était admis que les anciens é pouvaient rimer avec les anciens é. Le Doctrinal de Baudet Herenc place dans la même liste enfer, Lucifer, chauffer, desbiffer, hyver, desriver, cultiver. L’Art et Science de Rhétorique réunit en fer, enfer, chauffer, estoffer, yver, grosver, arriver, temps de ver, saulver, cher, chair, la mer, l’aer, per ou pair, amer, fascher, exclamer, aller, encapper ; il assemble hier, il est fier, mendier, verifier, sorcier ; il groupe peu d’aubers, ung vers, il est pers, tu perdz, des cerfz, hommes serfz, tu serfz, enfers, en fers, ouffers, souffers, aux aers, des nerfz, au corps des vers, aller vers, draps verdz, a l’envers, a revers, a travers, Nevers, pervers, yvers, divers, des clercz, clers (clᾳros), Esclers, desers, disers4. Les exemples de cette confusion sont innombrables. « L’é provenant de l’a latin accentué, note G. Raynaud dans son édition d’E. Deschamps, rime parfois avec l’è provenant de l’e latin accentué et entravé (leres : teres, IX, 130). A rapprocher de cet exemple la ballade 1261, où, dans l’envoi, figurent des rimes en és, représentées dans les strophes par des rimes •en ès. » N. Dupire a relevé chez Molinet prés (pratos) : de pres, rembarrés : cypres : prés, prés : pres : regrets, cy pres : expres : prés. A. Hamon a signalé chez J. Bouchet trébucher : cher, crucifier : fier, voluntiers : tiers, parler : par l’aer, aymer : mer.

  • 5 Thurot, Pron. fr., t. I, p.55 sq.

19Ce dernier cas est celui des rimes normandes, sur lesquelles on a beaucoup discuté. On en trouve un peu partout et en abondance mer : labourer : aler : tourner chez E. Deschamps, mer : garder, cler : garder : delaisser chez Ch. d’Orléans, cher : chercher, mer : clamer, entamer, enflammer chez A. Chartier, mer : nommer : armer, cher : reprouchier chez Villon, aller : air, parler : par l’air, chair : relâcher chez J. Marot, trebucher : cher, crucifier : fier, parler : par l’air chez J. Bouchet. L’usage s’en perpétuera pendant tout le xvie siècle et même au xviie. Comment interpréter de pareils faits ? En moyen français, ces rimes sont très acceptables, soit qu’on ait dit le plus généralement ér, ce qui est l’hypothèse la plus vraisemblable, soit qu’on ait parfois prononcé ér en quelques points du territoire, la voyelle s’ouvrant devant l’r comme elle le faisait peut-être aussi devant l. Elles ne devinrent irrégulières que dans le cours du xvie siècle, quand on eut pris l’habitude de diviser ces mots en deux séries et d’articuler en è mer, fer, Jupiter, enfer, chair, air, etc., tandis que chanter, donner, descoiffer, marcher, etc., conservaient leur timbre étymologique en e5. Dès lors la rime ne pouvait redevenir exacte que si on prononçait partout un même son qui fut é, avec maintien, ou plus tard avec chute de l’r : c’était en effet ce trait qui marquait le dialecte normand et qui valut à des homophonies provincialisme se répandit d’ailleurs seulement au fur et à mesure que le parler parisien affirma sa suprématie. Mais au xve siècle, on en est encore bien éloigné.

20E : A, — Cf. p.290.

21E : IE — On rencontre encore au xive siècle la réduction analogique de à é dans les mots pitié, amitié, moitié : (cf. IÉ, p 164). E. Deschamps écrit fausseté : amisté, pité : auctorité, pité : poureté : gasté ; cependant il fait également rimer pitié : ressuscité, amictié : proffité, qui s’accordent par le dernier élément de la diphtongue. D’une façon générale, cet accord de la voyelle simple avec la diphtongue demeure très fréquent : il suffit de citer mettés : aidiés, chez Ch. d’Orléans, parler : chandelier, chez A. Greban, terre : pierre, guerre : pierre chez Gringore. D’autre part c’est pendant la période du moyen français que se réduit à é derrière t, j, l, :(cf. IE, 2e , p.165) : au xvie siècle subsisteront encore chez les poètes beaucoup de formes en ié ; cependant Ch. Oulmont n’a plus relevé à la rime, chez Gringore, que le mot chier qui se soit maintenu avec sa graphie et sa prononciation anciennes, chiers : usuriers, chiere : arriere.

  • 6 Thurot, ib., ib., p.462.

22E : UE — Devant l’l, dans les mots en ueil, euil, la prononciation a flotté entre e et oe, et l’usage était encore indécis au xvie siècle6. Aujourd’hui, e persiste encore dans certains patois ; l’Atlas linguistique de Gilliéron et Edmont (deuil et oeil, cartes 395 et 932) donne divèy en Belgique, déy et dèy dans le Morbihan, déy et dél en Vendée, èy et éy en Bretagne et en Vendée. Donc Machaut assemble soleil : ueil : orgueil, Christine de Pisan veille : recueille, pareille : dueille, Meschinot merveilles : vueilles, Gringore seil (sŏlium) : pareil, Les pleigney conseil : dueil. Tous ces mots riment en é.

23EI

24EI ne se rencontre, saut devant consonne nasale, que dans un petit nombre de mots, tels que neige, treize, seize et résulte d’une graphie fantaisiste. Le son était é, bien que l’écriture ait introduit parfois la prononciation diphtonguée ęy.

25EI : AI — Cf. AI : EI.

26EU(OE)

  • 7 T. XI de l’éd. p.136.

27En syllabe tonique, eu finale absolue, ou placé devant une consonne, a en moyen français le timbre fermé oé. Ce timbre, qui ne nous est défini par aucun témoignage direct, se déduit de deux faits, d’abord de l’amuïssement fréquent, au xviie siècle, de l’r dans les désinences en -eur, amuïssement déjà connu au xve, puisque Palsgrave qui en reflète la langue, écrit chastreux de truyes, ensuite de la rime très répandue de eu et de u, cette dernière voyelle étant très voisine d’oé ; il suffit en effet d’avancer un peu plus la langue et les lèvres pour qu’on en produise le son. Tous les oe riment ensemble : « La présence dans une même pièce (Virelais, 569), écrit G.Raynaud à propos d’E. Deschamps7, des mots dolereux, seulz (sǭlus), jeux (lŭpus), ceulx (ecce ĭllos), eux (hᾳbui) rimant entre eux, prouve que les finales de tous ces mots, quelles que fussent leurs origines latines, se prononçaient de la même façon au temps de Deschamps. »

  • 8 Cette évolution pourrait aussi s’expliquer de la manière suivante, comme l’a proposé P. Fouché : p (...)

28L’eu du moyen français (oé), éventuellement précédé de la semi-voyelle y, a des sources très diverses. Il provient 1° de l’ ó libre du latin vulgaire ; 2° de l’ ò libre ; 3° de ò + u dans des mots comme feu, jeu, etc. ; 4° de ḝ + u dans des mots comme Mathieu, Dieu, etc. ; 5° de ᾳ + l vocalisé (teus, osteus, tiens, ostieus, etc. ; Molinet rime immorteus : honteus : souffreteus, charneus : neus, hosteux : honteux, temporeux : poureux) ; 6° de ᾳu + u, par un développement dialectal de ou en eu dans des mots comme pᾳucum>pou>peu. trᾳucum> trou>treu8 : 7° de ḝ + l vocalisée (cᾳelos>cieus) : 8° de ĭ + l vocalisée (ĭllos>eus) : 9° de ŏ + l vocalisée dans ŏculos>ueus> yeus : 9° de l’e protonique autrefois en hiatus devant u lorsqu’il n’est pas absorbé par cette dernière voyelle dans des mots comme secūrum>se-ür>seur, debūtum>dè-ü>deu, recipūtum>rece-ü>reçu, 10° de l’a latin protonique anciennement en hiatus devant u comme matūrum>me-ür>meur, sous la même réserve que dans le cas précédent ; 11° de l’o français protonique précédemment en hiatus devant u dans des formes issues de parfaits latins eu-ui, tu oüs, ploüs, soüs, toüs, nous, conoüs, mous (à l’imparfait du subjonctif que je conoüsse, etc., au participe conoüt, etc.), sans doute par analogie avec d’autres parfaits latins en-ui qui produisaient normalement eu, tu deüs, tu beüs, tu creïis, etc. (cf. 9°) et toutes les fois que ces mots ne recevaient pas la prononciation en u, attestée d’autre part. On notera que ces trois derniers cas sont de nature spéciale. Quant à la désinence en -ieu,-ieus, elle doit-être mentionnée ici : car les poètes, à l’époque du moyen français, ne font aucune difficulté pour rimer des mots terminés par la voyelle tonique pure avec d’autres mots où celle-ci est précédée d’une semi-voyelle. Il y aura lieu d’y revenir sous une rubrique spéciale (cf. IEU, p.302).

29Il faut signaler tout d’abord que beaucoup de versificateurs usent encore de -ǫrem>our et de -ǫsum>ous, formes anciennes, au lieu de-ǫrem>eur, et -ǫsum>eus, qui sont modernes. Il est certain que les premières se maintenaient encore sur certains points du territoire ; mais il y a dans leur emploi un parti pris d’archaïsme, et on en use surtout parce qu’elles permettent qu’on les associe à amour, atour, jour, etc., ou à doux, fous, etc. Souvent un poète se contredit à quelques lignes de distance, passant d’-eur à-our ou inversement. Cette hésitation hautement utilitaire se perpétuera pendant tout le xvie siècle, G. Raynaud a relevé dans les Rondeaux, douleur et doulour, pleur et plour, rigueur et rigour : N. Dupire a signalé chez Molinet plours : dolours : amours, dolours : plours : ours, tour : pas-tour, entoure : chanteploure : maloure, amour : clamour, et inversement espeuse : eureuse, cailleux : poulleux : merveilleux, pompeux : espeux. Les exemples sont innombrables.

  • 9 Thurot, Pron. franc., t. I, p.445 sq. ; A. Darmesteter, De la prononciation de l’n, par F. Talbert (...)

30EU : U — Cette confusion était très répandue. En Normandie, dans le Centre, dans le Sud-Ouest, nous disent les grammairiens du xvie siècle9, on articulait par œ l’ancien eü, qui dans la bonne langue sonnait u ; les Picards changeaient volontiers eu en u, lorsqu’il était issu de ǭ, ŭ, ŏ latins ; les Gascons en faisaient autant. « Les méridionaux, observe à ce propos A. Darmesteter, ne connaissent pas dans leur idiome le son eu, l’ō et l’ŭ ayant donné chez eux ó ou ou, et l’ŏ ayant donné ó, oue, ue, etc. Il en résulte que, quand les écrivains du Midi se mirent à écrire ou à parler le français, ne pouvant prononcer ce son eu qui leur était étranger, ils l’assimilèrent au son qui était le plus voisin, à l’u, ou, par une de ces erreurs dont on voit journellement des exemples dans la bouche de personnes cherchant à parler une langue étrangère, identifièrent eu et u, et donnèrent à tous les deux soit le son u, soit le son eu. Toutefois la réduction de eu à u est le cas le plus ordinaire. » L’hésitation dont il s’agit pouvait d’ailleurs, par emprunt dialectal, être utilisée par des poètes originaires de n’importe quelle province.

  • 10 Thurot, ib.,t. I, p.450, n.
  • 11 Langlois, Recueil, p.79.
  • 12 Id., ib., p.297 et 383.
  • 13 Id., ib., p.403.
  • 14 Id., ib., p.388-389.
  • 15 Id., ib., p.416.

31Donc on rimait comme on voulait, et les lecteurs prononçaient d’une manière ou de l’autre, en obéissant à la graphie du poète, ou bien selon les habitudes de leur parler local, à moins qu’ils n’accommodassent les deux sons l’un à l’autre sur un timbre intermédiaire : l’essentiel était que les fins de vers fussent homophones. Palsgrave écrit perreucque, reue, chareue et charue, neu et nu, gleue, moreue10. Avant lui, les Règles de la seconde Rhétorique classent eu, veu, jeu, leu, esleu, conneu, pourveu, treu, creu parmi les mots en u, à côté de tenu, escu, vestu ; mais eu, leu, veu, treu, bleu, feu, peu, Deu, fleu, c’est-à-dire en partie les mêmes, forment aussi une liste à part en eu11. De même l’auteur de l’Art et Science de Rhetorique qui fait rimer en u seure et asseure dans une ballade de sa composition, et qui place seur, asseur dans la même liste que dur, futur, mur, etc.12, se dément lui-même quelques pages plus loin, lorsque, dans la série des mots en -eurs, il donne pêle-mêle seurs, il est meurs, de grandz heurtz, tu meurs, bonnes meurs, clameurs, plusieurs, etc. ; en séparant cette finale de la désinence urs, qui renferme durs, murs, purs, etc.13. A un autre endroit14, il distingue trois groupes, celui des « féminins termes en -ure », parmi lesquels on trouve brodeure, couppeure, frappeure, celui des « féminins termes en -eure », où figurent en même temps que seure, asseure, leure, ung leure des mots en -atũra>eüre, celui intitulé « autre son en -eure », qui comprend avec beurre, heure, des mots en -atũra>eüre, comme pareure, membrane, etc. Enfin il réunit dans une dernière liste15 ut, valut, salut, il est mut, il put (du verbe puir), beut, sceut, cheut, congneut, teut, accreut ; on y remarque que les mots écrits par eu sont de tous points semblables à certains de ceux pour lesquels les Règles de la seconde Rhétorique admettent la possibibilité de rimer en œ. On peut conclure de tout cela que la prononciation par œ et la prononciation par u s’échangeaient, dans les terminaisons masculines ou féminines de toute origine, selon la volonté du poète, et que c’était là une liberté admise. Voici des exemples pris à divers poètes ; à Molinet, pleure : desseure : asseure, feu : fu, demeure : meure (matūra), noeud : n’eust (hᾳbuit), heure : desseure : asseure, espeux : repeux ; à Martial d’Auvergne, verdure : escripture : adventure : heure, aventure : regardure : cure : eure ; à A. Chartier, pleure : seure ; à G. Chastellain, heur : mur ; à la Passion d’Arras, seutu : jeu ; à Gringore, asseur : triumphateur, asseurent : endurent ; à J. Bouchet, censure : chose seure, seur (sŏror) : bien seur ; au Recueil Trepperel, desceuvrent : eurent, qu’as-tu : Dieu : lieu : mortbieu ; à Cl. Marot, heure : alleure, douceur : seur, peu : repeu, queue : eue, pleurent : furent.

32I

  • 16 A propos des suffixes numéraux -ime et iesme, je renvoie à l’article de P. Fouché, la Terminaison (...)

33Sur l’i tonique représentant français, je renvoie au précédent chapitre (Iα, p.163). Le même fait dure encore, dans les mêmes régions que pendant la période précédente. On peut citer annemie : abaissie chez G. Chastellain, taillie. compaignie chez Greban, taillies : embellies chez Molinet ; H. Chatelain en acatalogué d’autres, en abondance. Le suffixe des nombres ordinaux -ime, qu’on croit tiré de dḝcimum > disme, dime, est encore très fréquent en moyen français, d’où les rimes legitime : septime : centime, huitisme : legitime, estime : huitisme relevées chez Molinet par N. Dupire. Mais -iesme, qui existe depuis le xiie siècle16, se répand de plus en plus au xve, or on trouve sixiesme : abisme dans la Vengence d’A. Mercadé, centiesme : legitime chez Molinet ; il faut sans doute admettre ici une confusion de scribe et croire à la prononciation -ime dans les deux mots accouplés.

34Naturellement l’i est susceptible de prendre plusieurs nuances différentes. On peut dire qu’il a un timbre moyen dans les finales e n -i pur, dans ceux en -it, comme en général dans toutes les terminaisons masculines ou féminines qui s’achèvent par une ou deux consonnes dont la première n’est pas une s muette, sauf dans les cas qui vont être signalés. Le son est plus fermé dans les désinences -is, -iz, -ix et dans les pluriels des mots à finale masculine de la catégorie précédente. Il l’est encore davantage quand i est suivi de deux consonnes dont la première est une s qui ne s’articule pas : il en est de même devant l’e féminin (amie), dans -ise, -ire, et sans doute -ir. Telles sont les conclusions tout au moins que permet de formuler la lecture des premiers grammairiens. Théoriquement la rime de i moyen et celle de i fermé sont interdites. G. Bouchet la condamne :

Voire doit on sans que les vers on griefve,
Avoir égard a la longue et la briefve,
Qu’on congnoistra par le parler commun...
En bon françoys, ce mot ci : advertisse,
Est long sur i, et brief ce mot notice,
Et toutesfois tous les jours vous voyez
Que les plus grands sont sur ce forvoiez.

35Pourtant, dans la pratique, ces nuances étaient sans importance, parce que le diseur accommodait les sons l’un à l’autre.

36I : IE. C’est une rime picarde et lorraine, qui remonte au temps où la diphtongue était accentuée sur son premier élément. H. Chatelain a cité desir : droiturier, accomplir : supplier (P. d’Arras), contredire : derrire, matiere : syre (Saint Bern. de Menthon), premiere : pire (Saint-Laurent).

37IE

38IÉ : É — Cf. É : IÉ, p.296.

39IE : I — Cf. supra, I : IÉ

40IEU

41On se reportera pour cette diphtongue (yoé), aux indications données précédemment (p. 167 et 299). Dans la finale alis où l’l se vocalisait devant l’s de flexion, la forme était tantôt en -eus. tantôt en -ieus ; les poètes utilisaient souvent ieu. En voici des exemples : chez Alain Chartier, tieulx : cieulx, lieulx : tieux, vieulx : tieulx, tieulx : mieulx, tieux : hostieux, chastieux : mortieux ; chez Ch. d’Orléans, tieulx : cieulx. tieux : mieulx, yeux : mieulx : tieulz, lieux : quieulx (quᾳles) ; chez Villon, cheveulx : vieulz : tieulz. D’autres rimes, qui se rencontrent chez J. Molinet, sont assez intéressantes ; ce sont poussieux : ieux, lieux : hostieux (outils), maladieu : lieu, fieulx : vieulx, ententieu : gentieu ; les singuliers maladieu, ententieu, gentieu, sont refaits sur les pluriels, et les pluriel poussieux, hostieux (outils), fieulx, maladieux, gentieux proviennent de la vocalisation spéciale au picard du v et de l’l dans les terminaisons -įvus et -įlis -įvos, et -įles, à quoi il faut ajouter l’hésitation fréquente entre u et eu.

42O

  • 17 E. Langlois, Recueil, p.337.

43L’o était ouvert dans les mots masculins ou féminins quand il était issu d’un ŏ latin entravé. Ex : cŏllum>col, *sŏttum>sot, mŏrtem>mort, pŏrta>porte. Il était encore ouvert dans certains mots, que nous prononçons aujourd’hui par ó, mais qui, comme les pré-précédents, provenaient d’un ŏ entravé : grosse, fosse, endosse sont en effet classés par l’Art et Science de Rhétorique17 parmi d’autres mots en -oce et en -osse, comme feroce, nopce (nŏptia, class. nŭptias), crosse. Il l’était aussi dans les finales en -or et en -ore des mots-savants, ou lorsque o, devant cette consonne, ou devant l, résultait d’un au latin (ᾳurum>or).

44L’o était fermé dans toutes les désinences en -os. L’ò qui provenait de au latin libre ou entravé avait tendu à se fermer depuis le xiie siècle et se fermait de plus en plus, soit devant une s accompagnée ou non de la voyelle féminine(cᾳusa>chose, clᾳusuim>clos), soit directement devant un e muet (lᾳudat>loe). Il en était de même de l’ŏ entravé du latin lorsque la première consonne de l’entrave était une s déjà amuïe (costa>coste). Enfin le timbre était également fermé quand il provenait d’un ǭ latin entravé (cǭrtem>cort), et celui-ci, à partir du xiiie siècle, avait pris un son tellement grave qu’il était souvent noté ou (u), point auquel la plupart des mots appartenant à cette série devaient finir par se fixer (boucle, tout, sourd, etc.). Tous les autres ó devaient suivre le même chemin, en particulier ceux qui étaient issus de ᾳu latin devant consonne simple autre que m ou r, ce qui détermina une manière d’articuler hésitante qui dura pendant tout le xvie siècle (chose et chouse, nostre et noustre, alose et alouse). Le même mouvement s’étendit à des o qui avaient leur origine dans un ŏ latin, dont l’entrave n’avait pas une s pour première consonne, et aussi à ceux des mots savants. Partout l’orthographe fut tantôt o, tantôt ou.

45O : OU — Cette rime, pour les raisons qui viennent d’être exposées, est extrêmement fréquente : la prononciation égalisait les deux timbres. H. Chatelain en a cité beaucoup d’exemples, parmi lesquels ceux-ci : marmouse : clouse (Trois Doms), tourne : mourne (Christ, de Pisan), reprouche : bouche, trouble : noble (G. Chastellain), cotte : toute (Passion de Semur), double : coste : sole : radote (J. Drouyn), propre : pourpre (Meschinot), nostre : oultre (Siège d" Orléans), J. Bouchet associe espouse : dispouse, mais au contraire trop : beaucop, discors : alors.

  • 18 E. Langlois, Recueil, p.79.

46O : OI — Souvent la diphtongue oi, particulièrement en Picardie et dans l’Est, s’était réduite à o lorsqu’elle possédait encore une accusation descendante, et cette prononciation survivait. La graphie pouvait alors maintenir oi ou devenir o, ou bien, mais assez rarement, o à la rime était écrit oi. Les Règles de la seconde Rhétorique18 donnent deux listes, l’une en -ore, avec les mots memoire, tempore, glore, sore, more, acore, ore, Gregore, dore, fore, lore, histoire, afore, notore, où l’on notera l’orthographe des mots mémoire et histoire, l’autre en -oire, avec les mots voire, yvoire. espoire, noire, foire, boire, giloire, victoire, gloire, Loire, dont deux figurent dans la précédente. Chez Molinet, M. Dupire a relevé Ambrose : rose : prose, paroiche : aproche : reproche, glore : implore, compote : botte (boîte), paroche : croche, incorpore : tempoire, dos : bos. De son côté H. Chatelain a cité entre bien d’autres assavoir : mors, memoyre : pouvre, (Saint-Laurent), angoisse : brosse, le cocz :foix (Passion de Semur), boire : encore (Passion d’Arras), encoire : memoire (Mistere de Saint-Quentin).

47OI

48Les oi de toute provenance se sont déjà unifiés en une prononciation commune wę, où l’e, selon les régions, est plus ou moins ouvert ou plus ou moins fermé. Cependant l’Ouest de la France, lorsque la voyelle étymologique est ē libre, en est resté ei>e. En plein xvie siècle, G. Tory et Th. de Bèze écrivent que les Normands articulent è ; Sylvius atteste qu’ils disent tele, estelle, sèe, ser, tect. il ajoute que ce timbre dépasse les limites de leur province, qu’il pénètre aux environs et même à l’intérieur de Paris, et d’ailleurs oi, par emprunt littéraire, figure souvent dans les textes occidentaux. D’autre part l’accentuation de a souvent provoqué la disparition du premier élément de cette diphtongue, ainsi réduite à e, surtout après un groupe de consonnes. Ces observations expliquent toutes les rimes de oi avec ai et avec e, qui ont déjà été examinées.

49OI : A. Cf. p.292.

50OI : AI : E. Cf. AI : E et OI : AI, p.293

51OU

52Tous les ou, quelle que soit leur origine, sont monophtongues et sonnent ». Ce timbre devait sans doute présenter plusieurs nuances sur lesquelles personne ne nous renseigne, ce qui est assez naturel, puisque le principe de l’accommodation communément adopté, permettait d’unifier les voyelles qui différaient un peu l’une de l’autre. Sur l’hésitation entre eu et ou, on se reportera ci-dessus p.299.

53OU : O. Cf. p.304.

54OU : ON. Ces rimes sont très fréquentes ; elles indiquent que l’o nasalisé était extrêmement fermé et que la parité du timbre de base pouvait être facilement réalisée, comme pour ou : o. Voici des exemples : monstre : oultre (Greban), cheminons : nous (Saint-Clément), mont : moult (G. Cretin) poultre : monstre (monstrum) :monstre (monstrat), oultre : monstre : ploustre (Molinet).

55U

56Le son était le même qu’aujourd’hui, avec sans doute, dans le timbre, des nuances que nous ne connaissons pas, mais que la déclamation corrigeait à la rime.

57U : EU. Cf. p.299.

58U : OU. A. Chatelain a signalé cette alternance : il a cité ou : confondu (Passion d’Arras), nocturne : Libourne (Martial d’Auvergne), etc... Ce sont de fausses homophonies que la voix devait égaliser.

59U : I et U : UI. On se reportera à la rubrique suivante.

60G. Lote. —- Histoire du vers français, t. iii. 20

61UI

  • 19 H. Chatelain, Recherches, p.15.
  • 20 Thurot, Pron. franc., t. I, p.234.

62Cette diphtongue était accentuée sur son second élément et par conséquent pouvait rimer en i par lui seul, comme c’était le cas pour toutes les diphtongues, d’où mire : muire qu’on rencontre chez ; A. Chartier. La difficulté est ailleurs, dans ces rimes en u : i et en u : ni que H. Chatelain19 a mélangées dans une seule liste. Peut-être a-t-il eu raison de le faire, puisque les poètes accordaient souvent la voyelle simple avec la diphtongue, sans tenir compte de la semi-voyelle. Si cette vue est juste, les deux cas se réduiraient à la permutation de i et de u, deux voyelles aiguës qui s’échangent l’une contre l’autre dans l’allemand parlé en Saxe, et qui en France, au xvie siècle, hésitaient dans un certain nombre de mots. Thurot20 cite en effet bourri et bourru, rym et rum, bigne et bugne, gripper et grupper, myrthe et murte. Cette interprétation est sûre pour u : i. L’est-elle également pour u : ui et cette dernière combinaison n’est-elle pas un archaïsme qui daterait du temps où ui possédait une accentuation descendante, accentuation qui ne disparut qu’assez tard dans le Sud-Ouest ? C’est assez vraisemblable, puisque Ch. Rostaing, dans son édition de Constant du Hamel, a relevé la variante dialectale pertus à côté de pertuis. En tout cas voici quelques exemples tirés de la liste de H. Chatelain, apparut : nuit, but : anuit (Chronique rimée des Flandres), obscure : luyre, congneus : huys (Passion de Semur), vesquirent : morurent, plus : huis, soutenist : esmut, dessus : huys, esbahis : apparus (P. d’Arras), destruire : dure (Saint-Adrien).

II. Les Voyelles et les Diphtongues nasales

  • 21 Meyer-Lübke, Hist. Gram. d. fr. Spr., p.91. Cf. AIN: IN, p.310.

63On peut poser en règle générale que, devant toute consonne nasale, la voyelle antécédente reste encore nasalisée comme elle l’était en ancien français. C’est seulement au xvie siècle que la dénasalisation commence dans les désinences féminines en -anne, -enne, -onne, -omme, et autres semblables, ainsi que dans les formes où la consonne n’a pas été redoublée dans la graphie, comme dame, lame, none, lune ; mais elle n’a triomphé qu’après une longue lutte. Cependant Meyer-Lübke a pensé que ce phénomène remontait à une date plus ancienne : « Comme voisine, a-t-il écrit21 n’est pas devenu voisaine, il s’ensuit qu’à l’époque où ĩ est devenu ẽ, on a prononcé déjà voisine, non pas voisĩne, et que par suite on disait déjà bone, non pas bõne, aine et non pas aine. » Or cette argumentation perd toute sa force si l’on considère que Martial d’Auvergne a associé Magdalaine : poictrine, et qu’il n’a pas été le seul à agir ainsi pour des mots analogues (cf. AIN : IN, p.310). En somme on doit penser que les choses, à quelques détails près, se maintiennent pourainsi dire dans le même état qu’au début du xvie siècle. Les principales observations qu’on peut présenter sont les suivantes :

64AN et AN (A + nasale)

65Pour AN on se reportera à AIN et AIN, p.205.

66De même que précédemment, des mots comme blasme, roiaume peuvent rimer en ᾷ, l’s et l’u, qui représente une ancienne l, n’étant pas prononcées devant l’m, qui nasalise la voyelle. H. Chatelain et M. Dupire ont réuni un certain nombre d’exemples : bejaune : Anne (Greban), bec jaulne : Beaulne : asne (Saint-Didier), ame : basme (Ch. d’Orléans), healmes : ames, embasme : dame, royalme : ame (Molinet). Les Règles de la seconde Rhétorique placent blasme et palme parmi les mots en -ame, dame, fame, ame, entame, etc.

67EN : AN. Ils sont depuis longtemps équivalents ; mais les Picards et les Wallons, Molinet par exemple, les séparent encore souvent, comme le veut leur dialecte, où en sonne . Cependant Molinet unifie anne et enne, tous les deux prononcés ãne. N. Dupire a relevé chez lui senne (sĭnodum) : asne, requasne : quesne : barbaquasne, Diane : quotidiane, Enne (Aisne) : dodenne : dǫs d’asne. Des rimes comme ensengne : espargne, qu’on trouve chez Froissart, s’accordent en ã, l’r ne devant pas être articulée ; Saint Crespin unit de même espargne : aviengne : Saint Clément donne baptesme : ame : dame ; le Recueil Trepperel présente Jerusalem : Jehan ; G. Chastellain assemble femme : extreme : blapheme, qui sonnent ã.

  • 22 Thurot, Pron. franc., t. II, p.446.

68AN : ON. La permutation de ȏ avec an, en (ã) est ancienne et persiste. Thurot en donnera encore quelques exemples au xvie siècle22. On rencontre Clément : semont dans Saint Clément, mensonge : louange dans le Siege d’Orléans, songles (sangles) : ongles dans le Mystère de Saint Quentin, avon : faon chez A. Greban, femmes : hommes chez Gringore.

69AIN et AIN (AI + nasale)

  • 23 Id., ib., p.481 sq.

70On sait déjà que ai devant nasale s’était de bonne heure réduit de ᾷy à è monophtongue (cf. p.205). Cependant divers témoignages23 nous montrent qu’au xviie siècle encore, particulièrement en Picardie, la prononciation diphtonguée subsistait encore, surtout dans les désinences féminines. A plus forte raison en était-il ainsi à la fin du xive siècle et au xve.

  • 24 E. Langlois, Recueil, p.145, 362-364.

71AIN : EIN. Quelle que fût la manière d’articuler, la parité était établie entre ai et ei devant une consonne nasale, tant en finale masculine qu’en finale féminine, ce que prouvent les classifications des ouvrages spéciaux, où l’on constate de fréquents échanges de graphies, comme déjà à l’époque précédente. Baudet Herenc a glissé ensaigne dans sa liste des mots en -aigne. Parmi les mots en -ain que rassemble l’Art et Science de Rhétorique, on rencontre fein, serein, le sein, frain, plain (sans doute plēnum), plain (sans doute plᾳnum, ou inversement) : parmi les mots en -ains, à côté de ains, mains, pains, etc., se trouvent non seulement reins, seins, tu te seins, mais tu tains, tu estains, tu paings, tu te fains, tu jains, tu emprains, des frains ; parmi les mots en -aine, tels que soudaine, mondaine, Lorraine, figurent sereine, il meine, Seine, veine, et aussi il se paine, de la paine, ainsi que Helene, bien que les mots en -ene, forment un groupe à part, où s’introduisent d’ailleurs ung chaisne, une chaisne ; parmi les mots en -aigne, à côté de desdaigne, baigne, acompaigne, gaigne, qui aujourd’hui ne sont plus équivalents, ont été inscrits peigne, compreigne, preigne, qu’il viegne, conviengne, et en outre une taigne, qu’il se faigne24. Ces rimes, depuis fort longtemps, étaient extrêmement répandues. On trouve Champaigne : enseigne, Bretaigne : enseigne chez E. Deschamps et chez Villon, Champagne : baigne, gaigne : enseigne chez J. Marot. H. Chatelain a relevé Espaigne : enseigne dans Saint Laurent, montaigne : faigne dans Saint Didier, et d’autres du même genre.

72La présence de Helene au milieu de mots en -aine, celle de chaisne au milieu des mots en -ene, démontrent bien que ai, et par suite ei, devenus monophtongues, pouvaient être articulés è. Mais, et surtout, je le répète, dans les finales féminines, le timbre était-il ãy ou ẽy lorsqu’on maintenait encore la diphtongue ? Il faut croire que le son variait selon les régions, comme aussi bien il y avait hésitation, à Paris, même, entre -ien et -ian. Si donc mien, bien, doyen, appartient, etc., pouvaient être prononcés mian, bian, doyan, appartiant, sans parler des noms propres et des mots savants, comme Aurelien, et Aurelian, quotidien et quotidian, qui manifestaient la même indécision ; si mienne, chrestienne, chienne avaient suivi le même chemin tout naturellement, il est très compréhensible qu’on devait dire Bretaigne, baigne, montaigne, chataigne, feigne, peigne tantôt avec ẽ, tantôt avec ã. Pour les mots de cette série, comme pour plaine ou pleine, sereine, souveraine, l’analogie agissait soit dans un sens, soit dans l’autre, et les poètes optaient pour la prononciation qui leur était le plus favorable, en imposant à leurs lecteurs le timbre qu’ils préféraient, à moins que ceux-ci n’eussent la liberté de le choisir eux-mêmes, selon la conjoncture et suivant la prononciation habituelle.

  • 25 E. Langlois, Recueil, p.87 et 411.
  • 26 E. Deschamps, Œuvres complètes, t. XI, p.136. C’est l’f et le v qui amenaient la transformation de (...)

73AIN : EIN : OIN. Lorsque de telles terminaisons sont associées à la rime, le timbre de ain et de ein est forcément ẽ, car, c’est ainsi que ces deux voyelles nasales peuvent s’accorder avec oin, prononcé wẽ, où la correspondance s’établit par le second élément de la diphtongue. Les Règles de la seconde Rhétorique placent paine, avaine parmi les mots en -aine ; l’Art et Science de Rhétorique réunit dans la même liste crainct, maint, attaint, estaint, joinct, point, contrepoint, pourpoint, etc. ; le même traité inscrit pour le moins parmi les mots en -ains25, Voici toute une série d’exemples : baing : soing, Saint Antoine : Seine : essoine : ydoine, moyne : essoyne : royne : Seine chez Villon, avoine : Touraine chez Charles d’Orléans, bien : loing chez Martial d’Auvergne, esmay : may, abois : paix, vaine : avaine, chez Molinet, moins : inhumains, loingtain : doing, attaindre : poindre chez Gringore, maints : moins chez J. Bouchet. Ain : ein : oin est parallèle de ai : ei : oi, avec les mêmes échanges de graphies : « il y a tendance de la part du groupe oi suivi de la nasale, note G. Raynaud à propos d’E. Deschamps, à confondre sa prononciation avec celle de ein : les mots foint (feint), voint (veint), riment avec oint et point26. »

74AIN : IN. C’est au xve siècle que ĩ, prononcé d’abord ẽ, se répand de plus en plus (cf. p.203). La combinaison ain : in, en finale masculine, enregistre le changement qui est en train de s’opérer, mais qui n’a pas encore triomphé. H. Chatelain cite voisins : mains dans le Siège d’Orléans, train : latin, main : Guillemin, jardin : demain, chez Coquillart, à quoi on peut ajouter porcin : coing dans le Recueil Trepperel ; l’Art et Science de Rhétorique écrit prendre aux creins. Par analogie le même timbre devait s’étendre aux désinences féminines en -ine, d’où marine : marraine chez Molinet, Magdalaine : poictrine chez Martial d’Auvergne, estrainne : fine, digne : mienne dans Saint Bernard, même viengne : ligne, vigne : tiengne, dans Saint Clément. Mais un autre courant plus fort dénasalise en i les terminaisons féminines précédemment prononcées ĩ, sans modification du timbre de base, si bien que les masculins, articulés ẽ, devinrent différents des féminins : on dit en effet marin (ẽ), mais marine (i),

75EIN et EIN (El + nasale)

76On se reportera à AIN, où il a été établi que ces deux graphies ont un son équivalent.

77EN (E + nasale)

78Je renvoie à AN.

79IAN et IEN

80La permutation de -ien avec -ian a déjà été mentionnée (cf. p.211 et 309). Cette confusion est parallèle à celle qui se manifeste entre -en et -an, ainsi qu’il a été dit, elle régnait non seulement en Normandie, mais même en Picardie, où en et an étaient distingués, et Tabourot, au xvie siècle, la représente comme propre au peuple de Paris. « Le Français, écrit Palsgrave, donnent ce son (celui de l’a), à l’e, suivi de m ou n dans la même syllabe, même quand la syllabe suivante commence par une autre m ou n. Ainsi femme, mienne, tienne, sienne se prononcent famme, mianne, tianne, sianne... Toutes les fois que la troisième personne d’un verbe, soit personnel, comme il prend, il rend, il sent, soit impersonnel, comme il covient, il advient, il apartient, il lui souvient, finit en eut, elle suit la règle de l’e devant m ou n dans la même syllabe, et l’on prononce il prant, il rant, il apartiant, il lui souviant. » H. Chatelain cite entre autres ceans : moyens chez A. Greban, ancien : an : crestien chez Villon, enfans : terrians chez Martial d’Auvergne, Maximilian : bien, victorians : dominans chez Molinet.

81IN et IN (I + nasale)

  • 27 Thurot, t. I, p.350.

82La prononciation par i nasal est encore très répandue au xve siècle ; elle est même la plus usuelle. Elle explique les rimes simple : disciple (A. Greban), puisse : prince (Saint Clément), cosin : aussi (Passion de Semur), vinrent : firent (A. Chartier), ainsi : Appolin (Saint Adrien), amys : cognins (Recueil Trepperel). Mais in peut être également articulé (cf. AIN : IN, p.310), comme devant n peut passer a ĩ27. Ces faits rendent compte d’associations à première vue assez bizarres qu’on rencontre chez divers poètes, vigne : tiengne (Saint Clément), peigne : vigne (Ch. d’Orléans), pinne (peigne) : fine : affine, bobines : pines, mine : pine, signe : grigne (Molinet), où inne, ine représente la démouillure picarde de n.

83IN : UN. Cette confusion est aujourd’hui courante à Paris. R. Estienne en 1549 signalera qu’il y a hésitation entre aubin et aubun. Meschinot a rimé chascun : destin : aulcun. Mais s’agit-il de ĩ et ũ, ou de et oẽ ?

84OIN et OIN (OI + nasale)

85Cette diphtongue nasale ne s’accorde pas avec in, qui sonnait primitivement ĩ, de telle sorte que les timbres ne se rencontraient pas. Elle est articulée wḝ, ce qui permet de l’apparier avec ain et ein (cf. p.309).

  • 28 Langlois, Recueil, p.145.

86L’n mouillée étant écrite en finale masculine ing, en finale féminine igne, ingne, ngne, il n’y avait pas à l’origine, ainsi qu’il l’a déjà été montré (cf. p.213), de diphtongue dans les désinences -oing, -oigne, -oingne, -ongne articulé ǭn, ǭnoe, sauf dans -oing (õy) lorsque la consonne avait cessé de se faire entendre (cf. ai + n, p.207). Dans les terminaisons masculines, l’analogie de ǫy (oi), devenu wę, avait déjà provoqué, d’après la graphie, la prononciation wę, avec disparition de la consonne mouillée, dans des mots comme poing, soing, loing, qui généralement conservent encore leur ancienne orthographe : l’état réel de la langue nous est prouvé par des rimes comme faim : soin (soing) dans Saint Clément, bien : loing dans Martial d’Auvergne, loing : sain dans Saint Crespin. Quant aux finales féminines, malgré le wẽ qui s’est déjà introduit dans les dérivés de mots masculins en -oing et dont j’ai déjà donné des exemples à l’époque précédente (cf. p.213. OIN : EIN : AIN), õnoe servit d’une manière générale même dans ces cas déjà atteints par l’analogie, quelles que soient les variations de l’orthographe : Baudet Herenc28 a fait figurer dans la même liste Bourgoingne, Boulongne, Coulongne,charoingne, vergoigne, etc., soit ongne, oigne, oingne, toutes terminaisons dont la valeur était uniformément õnoe. Cl. Marot apparie tesmoigne, vergongne, besongne : tesmoigne, eslongne : besongne.

  • 29 Thurot, Pron. fr., t. I, p.272 et 372.

87OIN : ON. En finale féminine, les poètes utilisent parfois l’ancienne prononciation, selon laquelle oin avait été accentué sur le premier élément de la diphtongue, ce qui avait amené en certaines régions la chute du y, particularité propre aux dialectes de l’Est, mais connue également en Picardie. H. Chatelain a receuilli ydone : Irone chez Greban, cacidoine : none chez A. Caulîer, chanonne : abandonne chez Molinet, aumosnes : moynnes dans Saint Adrien. Au xvie siècle, Tabourot donnera encore les deux formes Babiloine, Babylone, et Oudin, au xviie, les deux formes betoine et betosne29.

88Pour ON, on se reportera à OIN et OIN, p.212 et 312.

89ON et ON ( o + nasale)

90Il n’y a rien à observer au sujet de ON, sauf que l’on continue de prononcer par ô la finale latine-um, ce qu’attestent de nombreuses rimes, comme bon ton : Dominum dans le Recueil Trepperel.

91ON : AN. Cf. AN : ON, p.308.

92ON : OIN. On se reportera à la rubrique précédente.

93ON : OU. Cf. OU : ON, p.305.

94UN

95Le seul fait intéressant est la permutation de cette voyelle avec in, déjà mentionnée (cf. p.312). Ajoutons encore qu’il n’y a aucune mouillure dans ũnum > un, souvent écrit ung : le g a pour but de marquer que la lettre antécédente est une consonne, ce que l’écriture d’alors ne permet pas de distinguer à première vue ; le g est d’ailleurs un signe ornemental, pour cette raison cher aux copistes.

III Les Consonnes

  • 30 E. Langlois, Recueil, p.337, 387, 403, 413, 414, 425.
  • 31 Thurot, Pron. fr., t. II, p.62.

96Un phénomène très important pour l’histoire de l’orthographe française est l’introduction dans la graphie, à l’époque du moyen français, des lettres étymologiques que l’évolution des sons avait fait disparaître. Cette manie des scribes s’attaque aux voyelles, et c’est alors qu’ils écrivent aile, pair, clair au lieu d’ele, per, cler parce qu’il y avait un a dans les mots latins alam, parem, clarum. Mais elle s’attaque bien plus encore aux consonnes, souvent pour la même raison, mais aussi, dans un grand nombre de cas, pour que les pluriels ne soient pas trop différents des singuliers. Si je sai se transforme en je sçai, c’est à cause du scire latin d’où l’on s’avise à tort que notre verbe savoir est issu. Si l’on écrit mauls, c’est à cause de malum, sans qu’on se rende compte que l’l du pluriel malos est déjà représenté par l’u. Si destruictz contient un c, déjà changé en i en français, c’est à cause de destructos. De même le pluriel Grecz n’a d’autre raison d’être que le singulier Grec, vifz que le singulier vif, et ainsi de suite. Cependant il est de règle que les consonnes ainsi réintroduites ne modifient pas la prononciation, et que la rime reste ce qu’elle était. L’Art et Science de Rhétorique place nopce parmi les mots en -oce et en -osse, escripre, et proscripre dans la même liste que frire et cire, pied et trepied, dans te groupe de mots tels que pitié, moytié, amytié ; il associe nuitz et muyz, classe avec les mots en -ors tu mardz, accordz, portz, porcz, réunit boucz, poulx, doulz, la toux, roux30. L’usage des poètes montre qu’il en est bien ainsi. On peut citer à ce propos toute une série d’exemples, avec des cas où l’l ne s’est pas vocalisée devant consonne : ducz : perdus : confondus, Turcz : murs, eslendars : tant d’arec, pis : picqz : tapis, chetifs : hardis : tardis, fuitifz : cliquetis, rostis : rebarbatifz, Turnus : nulz : tenus, licolz : colz : copz : cocqz chez Molinet, baulme : femme (ã) dans le Recueil Trepperel, hosielz : ostez, folz : loz chez Gringore, espars : parcs, aspics : pis, las : lacs, arcs : ars, laqs : helas, gentils : craintifs, massifs : racoursis, dessers : serfs, d’avis : vifs, nœuds : neufs, gentils : apprentifs, chassis : excessifs, cruelz : tuez chez Cl. Marot, etc. Partout on en rencontre autant. Partout la consonne est muette devant l’s de flexion. « Quand un mot, dit Thurot en résumant Palograve31, se termine par deux consonnes dont la première n’est ni m, ni n, ni r, cette première consonne est muette : sacz, quoqz, metz, neudz, coups, loups, soubz, filz, molz, se prononcent saz, quoz, etc. » Cela justifie la règle selon laquelle il est interdit de faire rimer les singuliers avec les pluriels ; c’est seulement beaucoup plus tard qu’ils prendront la même prononciation par analogie, et que les consonnes étymologiques, réapparues dans l’écriture, se feront sentir dans le discours.

97Il n’y a pas lieu de revenir sur le cas de l’s devant consonne ; elle n’est pas articulée, même dans les mots savants, puisqu’on relève chez Molinet juste : ajutte, geste : manifeste : prophete, terrestre : lettre, honneste : moleste, dans le Recueil Trepperel esbattre : folastre, dit : Antechrist, chez J. Bouchet, La Chastre : astre, chez Cl. Marot estre : terrestre, celeste : prophete, archiprestre : desire, leste : peste, etc. L’Art et Science de Rhétorique place insiste, persiste, triste, papiste et d’autres semblables dans une liste en -ite, brusle dans une liste en -ulle et en -ule. Il en est ainsi, dans des mots d’emprunt, pour d’autres consonnes placées en situation identique ; Machaut associe Egypte : habite, Martial d’Auvergne escarlate : acte, G. Cretin suspecte : trompette, Marot musette : delecte, correcte : proprete, delecte : violette, edict : dit, rithme : enrime, rithme : estime, dragme : ame, automne : estonne, hymne : Corynne, etc. L’r, dans la même position se fait le plus généralement entendre ; mais elle est assez faiblement roulée, si bien que les cas d’amuïssement ne sont pas rares. On trouve ambassadeurs : deux, Paris : desirs chez Martial d’Auvergne, toujours : doulx chez G. Alexis, arbre : Calabre, chez J. Molinet, face : farce, farce : grasse, farce : Poitrasse, granade : moustarde, Romme : forme, masche : marche dans le Recueil Trepperel, masles : Charles chez Villon, Antioche : destorche chez Coquillart, bonnes : bornes, chez Meschinot, aborde : Herode, lune : Saturne chez J. Bouchet, etc. ; les poètes, quand ils en ont besoin, sollicitent une prononciation négligée qui rend leurs rimes correctes.

98Toutes les consonnes explosives et fricatives sonores continuent d’être sourdes en finale absolue ; G. Chastellain apparie Jacob : cop, Greban Jacob : trop ; le Recueil d’E. Langlois unit franc : estang, Villon quod : tricot, Molinet Davit : audivit. Cet assourdissement, dans la région picardo-normande, se produit même en finale féminine, ce qui laisse conclure qu’alors l’e muet par lequel se terminait le mot ne se faisait pas entendre, à moins qu’il ne s’agisse — interprétation peut-être plus vraisemblable — de rimes imparfaites. H. Chatelain a signalé granches (granges) : revanches : marché : davantaige chez Martial d’Auvergne, sache : ouvraige, dans Saint Clément, figues : repliques dans le Siège d’Orléans, service : guise, servitude : tu te chez Machaut, pause : exauce dans la Passion de Semur, monde : compte dans Saint Adrien. Ainsi s’explique la rime de s sonore avec s sourde écrite ss ou c, à propos de laquelle il suffit de citer quelques exemples de Molinet, parfois avec échange de graphie ; eglise : emplise : chemise, artifice, sacrifice, souffise ou bien encore, dans le Recueil Trepperel, esglise : pisse. L’assourdissement s’étend à la première consonne d’un groupe, lorsqu’une prononciation négligée ou dialectale laisse tomber l’l ou l’r dont elle est suivie, d’où noble : sinople, tabernacle : zodiaque chez Molinet, meuble : peuple dans Saint Adrien, exemple : semble dans le Siège d’Orléans, disciples : Philipes dans Saint Clément, archydiaque : tabernacle dans Saint Bernard de Menthon, espreuve : œuvre chez Chris, de Pisan, livre : contemplation chez G. Chastellain.

  • 32 F. Brunot, Hist. de L. fr., t. I, 4e éd., p.430.

99En principe, toutes les consonnes finales doivent être articulées et le sont en effet par des lecteurs soigneux. Cependant beaucoup de gens, qui parlent d’une manière relâchée, ne les font pas sentir. De la sorte beaucoup de rimes ne sont bonnes que parce que le poète a compté sur son amuïssement qui doit les rendre exactes. Ce fait se constate surtout dans les textes destinés au peuple, dans les mystères et les autres ouvrages dramatiques écrits pour un public sans prétentions. Donc les exemples où la consonne terminale est considérée comme nulle sont beaucoup plus nombreux qu’à la fin de la période précédente. La preuve de l’effacement de cette consonne nous est donnée par la langue vulgaire, où quid pro quod devient qui pro quo, introduit en français au début du xvie siècle. Elle nous est également fournie par une grande quantité de rimes, esperit : Childeric chez Martial d’Auvergne, Nazareth : querez dans la Passion de Semur, convoient : voye, bien : souvient, luy : chetif dans Saint Adrien, amis : tout vif, pats : hardi, esbahis : aussi dans Saint Bernard de Menthon, instrument : temps, bieres : fievre, trop : froc, clerc : vert, vaines : quartaine, voys (je vois) : voy (je vois), environ : diron, cy : ilz, cy : mercis, hersé : renverser, Triboulet : tiré, sachon (sachions) : nom, sachon : mignon, joues : moue, dedens : attendant, in medium : humilions dans le Recueil Trepperel, turquoises : desplaise chez Coquil-lart. Il est vrai que quelques-unes de ces fins de vers peuvent être interprétées comme des assonances, qui par ailleurs ne font pas défaut dans les textes du xve siècle. Mais F. Brunot32 a vu un signe de l’effacement de la consonne terminale dans une rime comme laboureux : oiseulx (A. Greban), où le suffixe -eux a été substitué à -eur, fait dont on a déjà des exemples une centaine d’années auparavant dans la Vieille de Jean Lefebvre et dans la traduction qu’il a donnée de Matheolus. Cependant le bon usage est ennemi de cette licence et les écrivains soigneux l’évitent le plus qu’ils peuvent ; ce qui le démontre, ce sont des rimes comme clef : chef, David : ravit, mourut : Baruth, aymer : mer, qui appartiennent à Marot, et qui représentent le type le plus courant.

100Ces observations une fois formulées, d’autres remarques sont encore nécessaires sur quelques points particuliers, en négligeant les détails d’intérêt secondaire ou qui ont été définitivement éclaircis à propos de la période précédente.

101C et CH

102On sait déjà (cf. p.227) qu’en Normandie et en Picardie, le c latin de la finale posttonique -ca, placé étymologiquement après une autre consonne, écrit c, et parfois remplacé par qu ou k, est une explosive sourde. Comme les dialectalismes sont chose courante en moyen français, les poètes ne renoncent pas à celui-ci plus qu’aux autres et le répandent généreusement dans leurs œuvres. L’auteur de Pathelin fait rimer s’ataque : vaque, et l’on rencontre espluque : trebuque, dans le Recueil d’E. Langlois. Lorsque le c picard résulte au contraire d’un groupe ky ou ty dans la même position, il correspond à une s française sourde, sonne e, et dans ce cas peut être également noté ch, comme inversement le ch français peut être noté c. N. Dupire a relevé chez Molinet noirchies : orchies, minche :prinche, mache : cuirache : vitache, fouache : fache, semblance : balance, besace : sace, pance : mance. Non seulement ce dernier trait de phonétique locale persiste à la rime, mais il en est fait le même usage qu’à l’époque précédente, ainsi qu’on le montrera plus loin.

103G

104Le g dur du picard se maintient également à la rime là où le français possède le son j (cf. p.231), devant une e qui traduit un a latin posttonique. Molinet présente prodigue : mitigue : redigue, fangue : langue.

105L et L

  • 33 E. Langlois, Recueil, p.356.

106L’l est encore vraisemblablement prononcée dans le mot saoul, puisque H. Estienne nous laisse entendre qu’à son époque certains l’articulent encore ; elle l’est à n’en pas douter, du moins dans la langue soignée, dans le mot cul, que l’Art et Science de Rhétorique associe à nul33.

  • 34 Id., p.155 et 355.
  • 35 E. Langlois, Recueil, p.355.
  • 36 Groselle est la forme ancienne.

107En finale absolue, beaucoup de mots en -il ont déjà perdu la mouillure de l’l. Baudet Herenc fait figurer grain de mil, sourcil, nombril, parmi des mots en -il tels que util, vil, il, subtil, civil : l’Art et Science de Rhétorique place pêle-mêle dans la même liste fil, senil, vil, civil, pueril, fusil, babil, percil, exil, gresil, du mil, ung gril, peril, avril, oustil, nombril34 , ce qui prouve du moins que l’l pure se prononçait encore. Dans les désinences féminines en -ille, on constate qu’il y a hésitation ; le même traité, s’il groupe ensemble les mots en-ille, tels que faucille, fille, estrille, etc., range parmi les mots en -ile, à côté de debile, habile, mobile, les mots Camile, pupile, auguile, gentile, scintile qu’il écrit avec une seule l35. Si la démouillure est un trait wallon, nombre de poètes en font usage, même quand ils ne sont pas originaires du Nord de la France, et pour toutes les terminaisons qui comportent une l. Dans beaucoup de cas il y a sans doute confusion de suffixes, puisque chevreul, bouvreul, escureul deviendront chevreuil, bouvreuil, escureuil au xvie siècle, tandis que Gringore écrit concilie : pille, J. Bouchet fille : sexe virille, famille : s’exille, fille : Gille. Cependant l’l ordinaire est assurée dans une grande quantité de rimes ; on peut citer ville : fille chez Machaut, gentille : fertille chez G. Chastellain, trailles (treilles) : prunelles, chez Martial d’Auvergne, nouvelles : pareilles, chez A. Mercadé, Rueil : criminel chez Villon, groselle36 : chandelle, chez Coquillart, poules : despoulles, fertile : gentille chez Molinet ; ce dernier poète d’ailleurs échange les deux graphies, qui pour lui ne représentent que le même son l ; on relève en effet dans son œuvre taillons (talons) : tas longs, traveil : cheveil (capillum).

108N et N

  • 37 E. Langlois, Recueil, p.362, 371-2. On sait que la mouillure disparaissait toujours devant la cons (...)

109Elle aussi, l’n. permute avec l’n. En finale absolue, sa mouillure disparaît, bien que le g soit encore souvent écrit. L’Art et Science de Rhétorique place dans la même liste les mots baing, desdaing, compaing, gaing, urbain, plain, levain, pain, sain ; ce traité en fait autant, au singulier, pour les mots coing, loing, poing, soing, besoing, tesmoing,foin, et au pluriel, tout naturellement, pour les mots des coings, tu oings, tu te poings, le moins, tu joins, pourpointz, poinctz37 ; il faut en conclure que la première de ces séries s’accordait en et les deux autres en wẽ. La mouillure a commencé à se perdre de bonne heure, puisqu’on peut découvrir des signes de sa disparition dès le xviie siècle. Les rimes du moyen français n’en tiennent pas compte, comme le prouvent nombre d’exemples, fain : soin, dans Saint Clément, bain : soing chez Villon, besoing : certain, villain poing, tesmoing : demain, dans le Recueil Trepperel.

  • 38 E. Langlois, Recueil, p.366-7 ; cf. p.146. Il semble que la prononciation analogique des mots sava (...)

110En désinence féminine, tantôt les fins de vers séparent les deux sons, ce qui est correct, tantôt elles les mélangent, selon la prononciation wallonne ; ainsi G. Chastellain unit moyne : ensoigne, la Passion de Semur montaigne : mainne, Saint Clément besongne : personne. Ce cas est différent de celui des mots savants, où gn continuait d’être prononcé n, d’où signe : racine chez G. Chastellain, digne : fine chez A. Greban, benisgne : encline dans Saint Didier, resne : regne, digne : gourdine, signe : médecine, Germaine : Charlemaigne chez Molinet, rancune : impugne chez J. Bouchet. assignent : illuminent chez Cl. Marot. Au contraire de Baudet Herenc, l’Art et Science de Rhétorique38 admet la démouillure partout, puisqu’il mélange avec les mots en -ine ceux en -igne de toute origine, digne, indigne, consigne, assigne, signe, insigne, engigne, ligne, chagrigne, grigne, vigne, rechigne, barguigne, guigne.

111R

  • 39 Thurot, Pron, franc., t.. II, p.373.

112La distinction que l’on faisait anciennement entre l’r simple et l’r double continue de s’effacer, à en juger par quelques rimes qui les considèrent comme équivalentes. J’en ai déjà donné quelques exemples en anglo-normand, en champenois et en picard (cf. p.239). En voici d’autres. On relève leres : terres chez Machaut et E. Deschamps, requerre : foyre, dans Saint Bernard de Menthon, quere : mémoire dans Saint Laurent ; en 1584, Th. de Bèze reprochera encore cette confusion aux Manceaux, aux Poitevins et aux Lorrains39.

  • 40 Introd., p. lix.

113L’r en finale absolue est toujours articulée, dans le langage correct, et il a été dit précédemment pourquoi la question de la rime normande ne se posait pas encore, semble-t-il, au xve siècle (cf. p.296). Cependant il y a quelques signes que des prononciations négligées ne la faisaient pas toujours sentir. On le voit par la substitution de la désinence -eux à la désinence -eur (cf. p.317). « observe d’autre part G. Reynaud en tête de ses Rondeaux et autres Poésies du xve siècle40, ne se prononce pas après e dans les formes en -ez des deuxièmes personnes du pluriel des verbes, comme le montrent d’assez nombreux exemples où -ez est remplacé dans la graphie par -er, groupe dans lequel l’r ne se prononçait certainement pas, ayer pour ayez, nommer pour nommez, octroyer pour octroyez, parler pour parlez, soyer pour soyez, vueiller pour vueilliez. » Évidemment cette façon de parler était populaire, car d’autres témoignages nous attestent la persistance de l’r, comme d’ailleurs celle de l’s sourde finale, dans le discours soutenu et à la rime, jusqu’aux approches de la Révolution.

114On sait qu’une faiblesse de l’r roulée la transforma peu à peu en r grasseyée. La pointe de la langue s’abaissant de plus en plus, les battements qui caractérisent cette consonne se produisirent en fin de compte contre le palais mou, mais il y eut dans cette évolution un point intermédiaire où l’r et le z pendant un certain temps se confondirent. Ce phénomène a commencé dans le Midi de la France vers la fin du xive siècle, puis s’étendit au Centre, et, au xvie siècle, gagna Paris. H. Châtelain n’a rencontré l’accord de ces deux sons que dans le Siège d’Orléans où figurent ces deux rimes, enclorre : chose et seure : doubteuse.

115X

116x dans les mots savants, devant l’e muet postonique atone ou en finale absolue, ne sonnait pas ks, mais s, ainsi que l’attestent les rimes amis : Felix dans Saint Clément, prefix : confits, perplex : pieds chez G. Cretin, prolixe-propice chez Cl. Marot. Placé devant consonne, il s’amuïssait comme l’s d’où Calixte : conduite chez Martial d’Auvergne.

IV. La Règle et la Licence

117Le principe de l’exactitude phonétique domine la rime pendant la période du moyen français comme il l’a fait plus anciennement, car il n’y a pas de solution de continuité entre ces deux époques. On rime comme on parle, et telle est la loi générale. Il s’ensuit que la versification suit l’évolution du langage, et que, comme les sens se modifient, ces modifications créent de nouvelles possibilités d’accords. On a pu s’en rendre compte par les développements qui précèdent. Dès que oi, dans la prononciation populaire, commence à sonner wa au lieu de we, il est des poètes qui en profitent dans leurs fins de vers. Que l’r s’amuïsse dans la désinence -eur, voilà encore un fait qui ne leur échappe pas et dont ils tirent parti. Si la terminaison -atũra < -eüre devient -eure dans la bouche de beaucoup de gens, c’est là une manière d’articuler qu’ils enregistrent. Ils « chousent » aussi très volontiers, du moment que l’o primitivement ouvert se ferme de plus en plus. Non seulement ils ne résistent pas à ces nouveautés, mais ils les accueillent avec plaisir, car elles accroissent leurs ressources ; ils ne nourrissent à cet égard aucun préjugé, et ils ne croient pas que le matériel de Chrétien de Troyes, de Conon de Béthune, d’Etienne de Fougères ou de Marie de France doive être forcément le leur, ni qu’il leur soit interdit d’être modernes.

118G. Lote. — Histoire du vers français, t. III.

119En second lieu, ils s’expriment selon leur langue, c’est-à-dire qu’ils usent libéralement des sons de leur dialecte, qui ne leur semble inférieur à nul autre et qui suffit au cercle généralement peu étendu pour lequel ils écrivent. Comme il n’y a encore aucune centralisation, ni politique, ni littéraire, et que la cour des ducs de Bourgogne est aussi puissante que celle des rois de France, personne ne se montre surpris que les poètes comme J. Molinet ou G. Chastellain usent de rimes picardes ou wallonnes, comme l’avaient fait jadis un Jean Bodel ou un Philippe Mousket ; ils disent įe là où le français dit iée ; ils ne connaissent dans leur parler local ni l’l mouillée ni l’n mouillée : ils accordent donc ensemble Marie : changie, utile : fille, tesmoigne : moyne. Semblablement, si J. Bouchet associe ouaille : aigle, c’est qu’il faut lire oueille (ovĭcula), forme de l’ancien français, et que d’autre part, dans son pays poitevin, gl se résolvait en l. D’autres sont fidèles à la phonétique normande ou à. celle des régions de l’Est. Sous ce rapport il n’y a rien de changé.

120Comme par le passé également, les poètes ne se font aucun-scrupule d’user des formes analogiques dès qu’ils en constatent l’emploi autour d’eux — il t’ame : ame est dans Meschinot, dame. ame (ᾳmat) dans Gringore — quelquefois d’ailleurs avec beaucoup-de complaisance et sans attendre qu’elles aient définitivement éliminé les anciennes formes phonétiques. Ils n’ont pas en effet le-sentiment qu’ils aient été spécialement désignés pour maintenir la, langue dans sa pureté première, ni qu’ils aient reçu la mission débarrer la route aux barbarismes récemment introduits. Sans résistance, ils se laissent entraîner par le courant ; ils enregistrent les substitutions de suffixes, les modifications qui se produisent dans la conjugaison, les apports de mots nouveaux. De la sorte le dictionnaire des rimes conserve sa mobilité d’autrefois ; certaines listes de mots homophones perdent une partie des contingents qui les grossissaient ; d’autres s’augmentent. Les séries données par les différents Arts de seconde Rhétorique n’ont qu’une valeur purement indicative, mais ne prétendent nullement fixer un bon usage contre lequel il serait interdit de s’insurger. Il n’existe d’ailleurs aucune autorité qui se mêle d’approuver ou de défendre : chacun agit comme bon lui semble, sous sa propre responsabilité, en partant de ce principe général, mais pas toujours très rigoureusement observé, que les fins de vers doivent être homophones.

121C’est là justement que réside la difficulté. Certains poètes se montrent relativement soigneux et tendent à réaliser cet idéal. D’autres, plus négligents, s’ils n’osent oublier la rime, comme le font assez souvent les auteurs du Recueil Trepperel, donnent volontiers des entorses à la règle, dans des cas de nécessité où les ressources leur font défaut. Cette faiblesse est assez fréquente dans les Mystères, dans les Sotties, dans les pièces comiques, œuvres rapides, parfois très longues, et qu’on n’a pas le temps de limer comme il conviendrait. Mais on la constate également ailleurs. Il y a des rimes de hasard, radicalement fausses, dont les timbres ne s’accordent pas, quels que soient les efforts qu’on puisse faire pour les ramener à l’équivalence ou bien qui ne réussissent à s’accorder qu’au prix d’artifices exorbitants. On peut citer faictes : hastes, haste : requeste, aide : indicte (saint Adrien) ; sont : fius, ouvertes : penades, escalles : fermes, bourgeoises, musailles, (Siège d’Orléans) ; avugles : ongles, pueple : ample (Saint Clément) ; coustume : tumbe (Molinet) ; baratel : vespree (Saint Bern. de Menthon) ; plat : brouet, regard : confort (Recueil Trepperel) ; menteur : autrier, roigne : enclume (P. de Semur) ; demeure : gloire (Saint Laurent). Tous ces mots ainsi accouplés n’ont guère entre eux d’autre caractère commun que d’occuper la même place, en fin de ligne. L’auteur se rend sans doute compte qu’il trébuche, mais il a l’espoir que son faux pas sera vite oublié, s’il redevient correct dans une longue suite de vers.

  • 41 G. Paris, Villon, p.157.

122Les maladroits, quand la rime vient à leur manquer, ont souvent recours à l’assonance, ainsi que l’avaient fait leurs prédécesseurs dans l’embarras. Nombreuses en effet sont les assonances dans les textes du xve siècle, et elles ne sont aucunement réductibles à la rime, malgré les efforts qu’a faits H. Châtelain, pour beaucoup d’entre elles, afin de les expliquer phonétiquement et de les présenter comme des homophonies tout à fait acceptables. En voici tout un lot : ymaige : delitable, grande : tremble, conseil : souloit, femmes : movables, (Passion de Semur), n’est : meschief (G. Chastellain), cendres : nuysance, impossible : facile (Siège d’Orléans), Bible : Evangille (Villon), lettres : necessaires (Coquillart), coffre : force (Trois Doms), salve : emblave (Recueil de Langlois), Armignac : part (Martial d’Auvergne), evesque : messe (Saint Bern. de M.), escarboucle : souffle (P. d’Arras), sieges : fievres (Recueil Trepperel). Les poètes, quand ils ne rencontrent pas la rime souhaitée, s’évertuent tout au moins à s’en rapprocher le plus possible. « Il se permet même souvent des demi-assonances, écrit G. Paris à propos de Villon41, faisant rimer, sans tenir compte de la différence avec les consonnes internes, fuste avec fusse, rouges avec courges, enfle avec temple, et même peuple avec seule et Grenoble avec Dole. »

123Assonances ou demi-assonances ? Il en est ici comme pendant la période précédente, et les faits méritent d’être classés, selon que l’approximation est plus ou moins voisine de la rime. On peut appeler rimes imparfaites les associations où les mots unis, ne présentant tous les deux qu’une seule consonne, eu possédant tous les deux deux consonnes, ne sont séparés que par la différence de la sourde à la sonore, quand le point d’articulation est le même. En voici quelques exemples : figues : repliques (Siège d’Orléans) aagé : marché (Coquillart), ungle : oncle (Recueil de Langlois), couples ; doubles (P. de Semur), ample, tremble (Siège d’Orléans). On y ajoutera les permutations de l’m et de l’n, commune : plume (G. Chastellain), Pampelune : plume (A. Greban), nomme : Yonne, coronne : somme (P. de Semur), ame : asne (Villon), preudhomme : done (Meschinot). L’incorrection en effet peut être très facilement dissimulée dans la déclamation ou à la simple lecture, et le poète a bien compté que l’auditeur ne s’en apercevrait pas. Elle est encore assez peu sensible dans le cas de deux consonnes, lorsque, dans chaque vers, l’une d’elles seulement ne correspond point, par sa qualité (dentale, gutturale, etc.), à celle de l’autre mot, comme nombre : encontre, incurable : miracle, pouacres : ladres (Martial d’Auvergne), survaincre : feindre (Saint Clément) miracle : quatre (Saint Bern. de M.) aveugle : peuple (P. de Semur), et c’est à cette catégorie que se rattache le temple : enfle de Villon qu’a blâmé G. Paris. On peut encore en dire autant de dessemble : Alexandre, qu’on rencontre dans le Siège d’Orléans, parce qu’un lecteur habile saura en affaiblir la discordance. Mais la fausse note est déjà beaucoup plus accusée dans peuple : seule ou Grenoble : Dole, où l’l est d’abord précédée d’une consonne, tandis que dans le second vers elle est isolée, et il en est de même dans les exemples suivants : Proveance : Langres (Saint Didier), evangeli(s)te : article (Saint Clement), branle : tremble (Villon), pierre : fièvre (P. de Semur) ; pour de pareilles fins de vers, c’est le nom d’assonances qu’il convient d’employer. A plus forte raison doit-il en être de même lorsque, dans les deux mots accolés, le point d’articulation de la consonne diffère, comme cinquante : puissance, Herode : mocque (P. de Semur), mérite : inique (P. d’Arras), viande : habondance (Saint Clément), mande : pance (Molinet), col : sot (Recueil Trepperel). Il y a ainsi toute une gamme d’inexactitudes qui vont de la rime correcte à la rime inexistante. Les nombreuses négligences du xve siècle forment un curieux contraste avec ses rimes riches, hyperriches et ses équivoques. Parmi les diverses espèces d’associations fautives qui viennent d’être examinées, il y en a beaucoup que la complicité du lecteur peut atténuer. Le poète, bien évidemment, sollicite son bienveillant concours. Des couples comme froc : po a po(Saint Bern. de M.), seul : oiseux, soif : moy (P. de Semur), luy : chetif (Saint Adrien), esperit : Childeric, Loheac : Marechal (Martial d’Auvergne), peuvent ne pas blesser l’oreille si on se résout à ne pas prononcer les consonnes finales. De même disciples : Philipes (Saint Clément) d’assonance deviendra rime, à condition qu’on veuille bien dire discipes au lieu de disciples. Des associations comme face : farce ou service : guise, ou dommaige : saiche, de mauvaises qu’elles sont, peuvent se transformer en homophonies tout à fait correctes si l’on consent à ne pas articuler l’r de farce, à assourdir le z de guise et le j de dommaige : alors la parité des sons sera convenablement établie ; elle le sera de même dans le rouges-courges de Villon si l’on ne fait pas sentir l’r de ce dernier mot.

  • 42 De même jeune rime avec senne (synodum) chez Gringore. Pour expliquer cette rime, il faut partir d (...)

124Très souvent le poète laisse à son lecteur le soin de se débrouiller : à lui de rétablir tant bien que mal, l’exactitude de la rime. Il suffit qu’il sache que les mots correspondants doivent avoir des timbres semblables, et il doit faire effort pour les ramener l’un à l’autre. Voici des fins de vers qui sont abandonnées à sa complaisance : espreuve : œuvre (Christine de Pisan), livre : contemplative (G. Chastellain), œuvre : treuve (A. Greban), vive : delivre (Saint Adrien), prestre :feste (P. de Semur), terrestres : tempestes (Meschinot), rencontre : sur monts (Trois Doms), ordre : accorde (G. Alexis), escarlate : quatre (Martial d’Auvergne), Chartres : certes (Siège d’Orléans). Dans ces exemples, les consonnes doivent être corrigées. Dans les suivants, ce sont les voyelles : moult : font (Destruction de Troie), ancien : valerien : an : crestien (Villon), monstre : poultre (Molinet), moult-Richemont(Martial d’Auvergne), louer : ouyr,clargine : costume (P. de Semur), nocturne : Libourne (Martial d’Auvergne), perturbe : destourbe (Coquillart), diademe : ame (A. Greban), infernalle : paternelle (Trois Doms), conseil : exil (Myst. de Saint Quentin), mettre : debattre (Saint Adrien), desire : frere, affaire : sire, jeune : Diane (Saint Laurent)42, refuge : tige (J. Milet), Galilée : mie, copper : com-paigtiie (La Vengence), esbahis : apparus (P. d’Arras), euvre : pouvre (Saint Bern. de M.). Dans ces conditions la rime de la voyelle ouverte ou moyenne avec la voyelle fermée n’a rien qui doive nous surprendre. G. Paris a sévèrement reproché cette faute à Villon, mais ce n’est qu’un péché tout à fait véniel, puisqu’un effort insignifiant suffisait à l’effacer. Parmi les nombreux cas qui se présentent, on peut citer ceux-ci : masles : Charles, costes : pelotes, ostes : sotes (Villon), vostre : remordre (Saint Adrien), accord : tantost (P. de Semur), bate (batte) : fraste, tasse : Eustace, sot : ost, esbattre : folastre (Recueil Trepperel), sans compter les accords de o et de u comme bouche : broche (ib.), approche : bouche (P. de Semur), escus d’or : retour (Saint Adrien), Escosse : mousse, couppent : sincope (Recueil Trepperel). Au Moyen Age, nos raffinements étaient inconnus, car on avait trouvé le moyen aussi simple qu’efficace de faire disparaître les inégalités trop choquantes.

  • 43 Il écrit également reste : terreste, celeste : terreste : s’arreste, mais inversement tristressc : (...)

125Cependant il arrive que les poètes indiquent par la graphie quelle prononciation ils exigent de leurs lecteurs pour que l’homo-phonie devienne réelle. G. Chastellain écrit maritine : divine ; on trouve dans le Mystère de Saint Quentin digne : maritine, puis juppe : cruppe chez A. Greban, espergne : preigne chez Ch. d’Orléans, marche : porche chez Meschinot, dehors : seignors dans la Chronique rimée des Flandres, rouge : farouge dans les Trois Doms, interrogue : rogue dans A. Greban, topasse : passe dans le Mystère de Saint Quentin, granches (granges) : revanches chez Martial d’Auvergne, jour : dolour chez Machaut, criesme (crime) : quatriesme chez A. Caulier, siege : prodiege, siege : liege (lige) chez Molinet43, nouds (nôdos) : genoux chez Marot, et bien d’autres du même genre dans tous les recueils du xve siècle.

126Si l’on considère ces exemples, on remarque qu’ils se répartissent en trois catégories. Ou bien ce sont des formes délibérément mutilées, ou bien ce sont des archaïsmes, ou bien ce sont des emprunts à la phonétique dialectale. Que des poètes aient modifié d’une façon brutale la physionomie des mots, voilà qui prouve combien l’idée de la licence possible était répandue parmi eux et à quel point ils étaient convaincus qu’ils pouvaient tout se permettre. Quant aux archaïsmes, ils leur ont semblé chose fort naturelle, pour la bonne raison que d’autres, avant eux, avaient usé de ces rimes, encore présentes à toutes les mémoires et dont les timbres, bien souvent, se faisaient encore entendre dans quelques régions de la France. Un cas typique nous en est fourni par les désinences latines -ǭrem et -ǭsum, qui, dans le langage correct du moyen français, sont déjà devenues -eur et -eux. Mais les poètes ont lu les ouvrages de leurs prédécesseurs, et ils y ont remarqué que ces terminaisons, à une époque plus ancienne, sonnaient –our et -oux. Donc ils n’hésitent pas à reprendre ces timbres périmés. Ils le font surtout quand il s’agit de trouver des finales qui correspondent à des mots comme amour, jour, retour ou doulx, courroux. On a donc amours : flours (G. Alexis), flour : jour (A. Greban), retour : seignour (Saint Laurent), pastour : tour (Saint Clément) amours : dolours (Ch. d’Orléans), clamours : amours (Cl. Marot), amouroux : dolerous (Cent Ballades), doulx : gracioulx (Saint Clément). L’habitude en est tellement répandue qu’il n’est même pas besoin d’avoir recours à la graphie ancienne, tellement on est sûr que le lecteur saura rétablir la rime exacte. Il suffit de citer atour : createur, jour : seigneur (P. de Semur), jour : labeur (Destruction de Troie), jour : doleur (Saint Bern. de M.), malheureuse : jalouse (Cl. Marot).

  • 44 H. Chatelain, Recherches, p.231.

127Quant aux fins de vers qui relèvent de la phonétique dialectale, elles sont extrêmement nombreuses. Cependant, comme à l’époque précédente, elles voyagent d’une province à l’autre, sans rester strictement localisées. « C’est pour le Saint Bernard de Menthon, note H. Chatelain44, que les faits sont les plus complexes. Il y a plusieurs catégories de rimes qui apparient ce texte aux textes picards, mais d’autre part il n’est pas sans rapport avec des textes lorrains et bourguignons, le Saint Clément, la Passion de Semur, le Saint Laurent ; assurément l’auteur a traversé diverses provinces et il a adopté des prononciations de la région du Sud-Est où il s’est établi et où il a composé le Mystère. » Même observation à propos de Saint Didier et de son poète : « G. Flameng est picard d’origine ; mais, ayant habité Langres, il semble s’être accommodé aux prononciations de ses nouveaux compatriotes. » La rime de l’s dure et de ch devant e et i, qui est un trait picard, provoque une remarque analogue : « Parmi les auteurs que nous avons cités, nous voyons Alain Charrier (de Bayeux), Greban (du Mans), des Bourguignons, des Lorrains, les auteurs du Siège d’Orléans et des Trois Doms, Coquillart enfin, en dehors des Picards de Picardie... A n’en pas douter, les deux articulations s et ch étaient alors moins éloignées l’une de l’autre qu’elles ne le sont aujourd’hui. » Assurément beaucoup de poètes ne sont pas toujours restés dans le pays où ils sont nés ; Gringore par exemple qui a vu le jour en Normandie, s’est rendu à Romans pour revoir le manuscrit du chanoine Pra, de Grenoble, auteur du Mystère des Trois Doms, et il est allé plus tard à Valence pour s’acquitter d’une besogne analogue ; mais surtout il a vécu vingt ans à la cour du duc Antoine de Lorraine en qualité de héraut d’armes, et cela explique qu’il ait mélangé les formes lorraines aux formes normandes. Mais que ses confrères, selon l’hypothèse de H. Chatelain, aient dû avoir erré à travers la France pour s’y approprier les rimes dialectales qui parsèment leurs œuvres, voilà qui n’est pas indispensable, et il n’y a pas besoin, pour expliquer l’union fréquente de s et de e, de supposer que ces deux sons différaient alors entre eux bien moins qu’ils ne le font dans notre parler actuel.

  • 45 H. Chatelain, Recherches, p.231.

128C’est l’habitude de lire des vers de toutes provenances qui procurait aux versificateurs le matériel d’homophonies allogènes dont ils fleurissaient leurs oeuvres. De patientes études ne leur étaient pas nécessaires pour en apprendre le maniement, non plus qu’un longséjour dans les contrées lointaines. H. Chatelain l’a d’ailleurs reconnu lui-même tacitement, dans un autre passage où il ne pose plus la question du dépaysement préalable : « Il y a un certain nombre de rimes, a-t-il écrit45 d’ordinaire rangées parmi les phénomènes dialectaux, propres à une province, qui se sont rencontrées chez des écrivains originaires d’ailleurs. Grimace et hache ne devraient — selon les manuels — rimer qu’en Picardie ; mais l’assimilation est généralisée au xve siècle ; de même pour l’assimilation entre chuintantes douces et fortes, entre sifflantes douces et fortes. Picarde aussi la rime logiee : théologie. On la trouve non seulement chez Machaut, mais chez Greban, J. Milet, Martial d’Auvergne, Pra et l’auteur du Siège d’Orléans ; Cretin est des rares qui ne s’accordent pas cette liberté. Mi pour moi est pratiqué par Christine de Pisan et par Machaut autant que par l’auteur de la Passion d’Arras. Diademe rime avec ame ailleurs qu’en Picardie, chez Greban et chez Villon ; de même pour l’assimilation aus : eux. Continuera-t-on de dire que la rime de douleur et d’amour est propre à la région de l’Est ? Elle est connue et pratiquée dans bien d’autres provinces, et depuis longtemps. »

129Les faits parlent très clairement. Pᾳucum aboutit à poi en picard à peu en francien. Donc Ch. d’Orléans, qui n’est aucunement picard, fait accorder poy avec moy et avec foy, tandis qu’il réserve peu pour l’associer à feu, à moins que, dans un moment de distraction, il n’écrive poy : jeu. Voici des rimes qui n’appartiennent pas à la province d’où est originaire celui qui les emploie : my : amy (Machaut et Christine de Pisan), drille : ville (Coquillart), Rueil : criminel (Villon), pareille : demoiselle (P. de Semur), nouvelles : merveilles (Martial d’Auvergne), lye : saillie (Meschinot), tienne : montaigne (P. de Semur), personne : groigne, compaignie : villenie (Ch. d’Orléans), multitude : cude (cuide), cude : habitude (Gringore), demain. : serment (Saint Remy). Ce sont autant de licences poétiques. Toutes ont un caractère de facilité et continuent la tradition de la période précédente. Elles possèdent en effet ce trait commun qu’elles ne sont jamais constantes et que les poètes, le plus souvent, ne font appel à elles qu’en raison des services qu’elles doivent leur rendre. Ceux qui parlent un dialecte et qui écrivent selon ce dialecte ne montrent pas un attachement inébranlable aux formes qu’il leur offre ; Molinet, à côté d’ententieu :gentieu, qui est de sa région, avec un e transitoire, utilise ententis : subtis qui est francien. Ceux qui empruntent le font comme il leur plaît et quand il leur plaît ; J. Milet associe tantôt fie : lignee (prononcer lignie, selon la phonétique picarde) tantôt lingnee : accordee. La fraude éclate dans les rimes comme sache : face (A. Greban), place : vache (P. d’Arras), souvenance : blanche (Saint Laurent) (Molinet), et tant d’autres semblables, qui exploitent conjointement le e francien et le e picard (cf. p.280). Tout cela fait partie d’un vaste système de supercheries faciles, toutes destinées à alimenter sans grands frais l’arsenal des homophonies possibles, lorsque des vides cruels mettent les versificateurs dans l’embarras. Ce qui déconcerte, c’est l’incroyable sans-gêne dont ils font preuve. Ils ne se donnent même pas la peine de s’en tenir fermement à telle orthographe qu’ils ont une fois choisie. Gringore écrit memoire : encoire, ou memoire : encore : consistoire, ou memore : devore ; on prononcera comme on voudra, pourvu que les timbres s’accordent. Par rapport à l’ancien français, ici encore, au moment où va commencer la Renaissance rien n’a changé.

  • 46 G. Paris, Romania, t. XXX.

130Dans ces conditions, tout est permis, et en effet on ne recule •devant aucune licence. On ajoute une r à certaines finales, ce qui d’ailleurs n’est pas nouveau (cf. p.226) d’où destre : celestre (G. Chastellain), arbalestre : fenestre (Ch. d’Orléans), epistre : evangelistre (Jour du Jugement). On ne se fait pas scrupule de transformer les rimes masculines en rimes féminines, ou inversement. Remplire : dire se trouve chez Gringore ; on rencontre boys : oyes et je m’esmerveille : conseil dans le Recueil Trepperel, deux cas où l’exactitude de la correspondance ne pouvait être obtenue que par l’effacement de l’e final. Mais Villon n’a-t-il pas écrit Troies : trois, Michaut Cul d’oue : ou ? On ne tient pas toujours à la présence ou à l’absence simultanée de l’s dans les deux mots accouplés à la fin des vers, puisque l’auteur de Saint Bernard de Menthon a apparié païs : hardi et qu’il a agi de même à plusieurs reprises. Mais, si l’on veut qu’il y ait identité parfaite des terminaisons, on l’obtient par la force dès qu’elle fait mine de vouloir s’échapper : Machaut associe tousdi : je di, l’auteur du Mystère de Saint Quentin recorde : mille discorde en enlevant la consonne qui les gêne. Villon au contraire restaure l’s de l’ancien cas sujet, même quand il s’agit d’un mot complément. G. Paris46 en a signalé chez lui un certain nombre d’exemples :

  • Ou comme il fait au clerc Theophilus,
    Lequel par vous fut quite et absoluz.
    (Ballade à la requeste de sa mère)
  • Enregistrer j’ay faict ces ditz
    Par mon clerc Fremin l’estourdys. (Testament, XLVII)
  • Bon chien Cerberus a troys testes ;
    Et Narcissus, le bel honnestes... (Belle Heaulmière)
  • C’est de l’humaine beauté l’yssues !
    Les bras courts et les mains contraictes,
    Les espaulles toutes bossues. (Ib.)

131L’addition que présente ce dernier cas est la plus inattendue, puisque l’s est ajoutée à un substantif féminin. On fausse l’un après l’autre tous les rouages de la rime, et cela sans remords, pourvu que la machine continue de tourner. Au besoin on donne même une entorse à l’accent, puisque la locution si que, chez E. Deschamps, fait écho à oblique et à Afrique, en ne comptant que pour une seule syllabe dans la mesure du vers.

  • 47 F. Brunot, Hist. de L. fr ., t. I, 4e éd., p.417.

132La grande préoccupation des poètes est d’obtenir des rimes, à quelque prix que ce soit. A cet effet les néologismes, par emprunt ou dérivation, leur sont une ressource très appréciable et qu’ils n’entendent pas négliger. Beaucoup consistent en transcription du latin, ce qui est un procédé facile. D’autres résultent d’une propagation démesurée de certains suffixes, et F. Brunot47 a montré l’énorme développement qu’avaient connu les féminins en -eresse pour les mots dont les masculins étaient en -eur ; il a cité ces vers :

Querir une moyenneresse
Qui nous feust rapporteresse.
D’une loyale moyenneresse
Ne sera ordonneresse.

  • 48 Recueil, p.31.

133Ou bien ce sont des diminutifs, bien avant la Pléiade, qui viennent grossir les listes formées : vermeillette, florette, petitete, fosselette, fai-tichette figurent en fin de vers dans un poème du Recueil d’E. Langlois48 . Si l’on met à part les noms propres, qu’utilise parfois avec quelque virtuosité un Molinet, tout cela n’apporte au vers ni force ni pittoresque, et l’on est frappé de la teinte grise qu’ont toutes ces rimes du xve siècle, en -age, -ant, -ée, -eille, -eux, -ité, -ienne, ion, -ment et autres semblables, masculines ou féminines, qui se succèdent en un morne défilé. Sauf dans les pièces comiques, où se manifeste de temps à autre quelque fantaisie, l’originalité manque, et la couleur. Le plus souvent d’ailleurs les poètes n’y songent pas, puisqu’ils sacrifient de parti pris la qualité à la quantité.

134La commodité est l’ennemie naturelle des réglementations strictes. De ce point de vue, il est légitime de profiter des variations phonétiques et d’employer tour à tour soit le son ancien, soit le son moderne, et de ne renoncer au premier que quand il est complètement sorti de l’usage, de rimer, au gré des circonstances, tantôt doulour : amour, tantôt douleur : chaleur, d’accoler un mot comme meur tantôt avec dur, tantôt avec clameur. De ce point de vue encore il est permis, pour quelques adjectifs déjà signalés, de faire appel à des formes à peu près abolies et à celles qui, introduites par l’analogie, sont en passe de chasser définitivement les formes étymologiques régulières, d’user tour à tour de grant et de grande, de vert et de verte, de tel et de telle au féminin. Les flottements qui se manifestent à certains temps des verbes présentent le même avantage. On peut écrire, comme le fait E. Deschamps, soit je doubt, soit je doubte, tantôt je me merveille, tantôt je me merveil, avec une liberté qui se perpétuera pendant tout le xve siècle et même au-delà, quoique Palsgrave nous avertisse que je te pry et je l’os doivent être considérés comme des licences. Les poètes maintiennent le plus longtemps possible la vieille désinence arbitraire en -on, des premières personnes du pluriel, depuis longtemps écartée par -ons qui a retrouvé tous ses droits, parce que, le cas échéant, elle leur est infiniment utile pour rimer des substantifs dépourvus d’s, d’où que nous le sachon (sachions) : nom, et nous gouvernon : Dominum, qu’on relève dans le Recueil Trepperel. Ils trouvent agréable de pouvoir choisir, à la première personne des imparfaits et des conditionnels, entre oi, ois et oie, selon le mot auquel ils peuvent unir l’une ou l’autre de ces formes verbales. On rencontre en effet ioye : desobeyroye dans la Destruction de Troie, Bellefoye : pensoye chez Villon, avoye : monnoye dans Pathelin, mais livroy : vroy dans la Passion d’Arras et araisonnoys : boys dans les Chansons françaises du xve siècle, ce qui permet d’obtenir, à volonté, soit une rime féminine, soit une rime masculine, soit une rime avec s, soit une rime sans s. Et c’est encore grâce à l’analogie qu’on peut faire passer un verbe d’une conjugaison à l’autre, échanger à l’infinitif les désinences en -er et celles en -ir, au parfait celles en -ai -as, -a et celles en -i, -is, -i, au participe passé celles en -i et celles en -u. Quand elle ne s’offre pas d’elle-même, on la cherche, on la sollicite, et même on va la chercher par la force, ainsi Molinet n’hésite pas à écrire impetuel : perpetuel, en feignant de croire qu’impétueux possède ce curieux singulier, du moment que charnel et mortel, dans certaines provinces, font au pluriel charneux et morteux, comme chevel fait cheveux. Il faut qu’on tire parti de toutes les incertitudes de la morphologie si l’on veut que le métier de poète cesse d’être une source d’intolérables soucis. On souhaite qu’une pareille facilité dure éternellement, et personne encore n’élève la voix pour exiger qu’on y renonce.

135Ce jour arrivera sans doute, mais, au moment où finit le Moyen Age, rien ne le laisse encore présager. Les poètes continuent d’écrire dans l’euphorie et la quiétude ; ils obéissent au penchant irrésistible qui les pousse vers la licence, satisfaits du consentement général de ceux qui suivent leurs efforts et dont nous n’avons pas entendu les protestations. Les auteurs de Mystères, qui composent rapidement leurs ouvrages démesurés, font preuve d’une habileté technique incontestable. Ils sont rompus à l’art d’aligner des vers les uns après les autres ; ils fabriquent sans relâche des octosyllabes, qu’ils entremêlent d’alexandrins, de décasyllabes et de mètres de petite dimension. De temps en temps ils insèrent dans leurs drames hâtivement bâtis des pièces à forme fixe qui démontrent, elles aussi, à quel point ils possèdent leur métier de versificateurs. Mais la faiblesse de leur style n’a d’égale que la misère de leurs rimes. De celles-ci ils font une consommation effrénée ; ils les accumulent et les entassent sans se soucier qu’elles soient toujours impeccables : peu leur importe que leurs matériaux soient de mauvais aloi pourvu qu’ils ne leur fassent jamais défaut. D’autres, les poètes lyriques, férus de timbres, jonglant avec des mots sans vigueur, habiles pourtant à manier le lexique, s’abandonnent aux recherches puériles de l’équivoque et pourchassent des consonances qui finissent peu à peu par envahir tout le vers : de la sorte l’accord exact des sons est sacrifié à leur nombre, ce qui entraîne bien des notes fausses, bien des choix que la raison condamnerait s’ils n’étaient provoqués par la nécessité. Les poèmes à forme fixe, rondeaux, ballades et chants royaux, dont la vogue extraordinaire diminue à peine à la fin du xve siècle, sont aussi de puissants consommateurs de rimes, ce qui encourage encore à la négligence. Ainsi se perpétuent et prospèrent toutes les mauvaises habitudes qu’avaient prises les poètes de l’époque précédente. Leurs successeurs ne sont pas encore des artistes assez raffinés pour qu’ils éprouvent le besoin d’obéir aux lois d’une technique plus sévère et plus pure. Au surplus ils ont confiance que leurs lecteurs leur seront indulgents et viendront à leur secours. Il faudra qu’intervienne un immense progrès dans les idées esthétiques pour qu’il en soit autrement ; seuls les théoriciens du classicisme auront assez d’autorité, comme l’a dit Boileau, pour « réduire la Muse aux règles du devoir ».

Notes

1 E. Langlois, Recueil, p.209.

2 E. Langlois, Recueil, pp.394 et 406.

3 A ce propos je renvoie à l’article de J. Bourciez dans les Mélanges Huguet, 1940, p.21-31.

4 E. Langlois, Recueil, p.153, 378-380, 402.

5 Thurot, Pron. fr., t. I, p.55 sq.

6 Thurot, ib., ib., p.462.

7 T. XI de l’éd. p.136.

8 Cette évolution pourrait aussi s’expliquer de la manière suivante, comme l’a proposé P. Fouché : pᾳucum > pǫw > poęw par différenciation, et peu. Trᾳucum aurait ainsi abouti à trœ, mais trou serait analogique de trouer. Rᾳucum -aurait abouti à rœ, tandis que rou serait analogique de enrouer.

9 Thurot, Pron. franc., t. I, p.445 sq. ; A. Darmesteter, De la prononciation de l’n, par F. Talbert, compte rendu, dans Romania, t. V, 1876, p.394 sq.

10 Thurot, ib.,t. I, p.450, n.

11 Langlois, Recueil, p.79.

12 Id., ib., p.297 et 383.

13 Id., ib., p.403.

14 Id., ib., p.388-389.

15 Id., ib., p.416.

16 A propos des suffixes numéraux -ime et iesme, je renvoie à l’article de P. Fouché, la Terminaison ordinale, « iéme » dans le Français moderne, 1942, p.11-18.

17 E. Langlois, Recueil, p.337.

18 E. Langlois, Recueil, p.79.

19 H. Chatelain, Recherches, p.15.

20 Thurot, Pron. franc., t. I, p.234.

21 Meyer-Lübke, Hist. Gram. d. fr. Spr., p.91. Cf. AIN: IN, p.310.

22 Thurot, Pron. franc., t. II, p.446.

23 Id., ib., p.481 sq.

24 E. Langlois, Recueil, p.145, 362-364.

25 E. Langlois, Recueil, p.87 et 411.

26 E. Deschamps, Œuvres complètes, t. XI, p.136. C’est l’f et le v qui amenaient la transformation de ein en oin dans foint et voint, eu labialisant les sons.

27 Thurot, t. I, p.350.

28 Langlois, Recueil, p.145.

29 Thurot, Pron. fr., t. I, p.272 et 372.

30 E. Langlois, Recueil, p.337, 387, 403, 413, 414, 425.

31 Thurot, Pron. fr., t. II, p.62.

32 F. Brunot, Hist. de L. fr., t. I, 4e éd., p.430.

33 E. Langlois, Recueil, p.356.

34 Id., p.155 et 355.

35 E. Langlois, Recueil, p.355.

36 Groselle est la forme ancienne.

37 E. Langlois, Recueil, p.362, 371-2. On sait que la mouillure disparaissait toujours devant la consonne de flexion.

38 E. Langlois, Recueil, p.366-7 ; cf. p.146. Il semble que la prononciation analogique des mots savants par n, n’ait commencé qu’au cours du xvie siècle, certains mots y ont pourtant résisté jusqu’en 1750 environ. Cf. Thurot, p.348-51.

39 Thurot, Pron, franc., t.. II, p.373.

40 Introd., p. lix.

41 G. Paris, Villon, p.157.

42 De même jeune rime avec senne (synodum) chez Gringore. Pour expliquer cette rime, il faut partir de jŏvenem (cl. jŭvenem) > juene, puis jene, jenne, par effacement de l’élément bilabial, où l’e se nasalise en ã. G. Alexis présente degane : jenne.

43 Il écrit également reste : terreste, celeste : terreste : s’arreste, mais inversement tristressc : fortresse, tristresse : presse.

44 H. Chatelain, Recherches, p.231.

45 H. Chatelain, Recherches, p.231.

46 G. Paris, Romania, t. XXX.

47 F. Brunot, Hist. de L. fr ., t. I, 4e éd., p.417.

48 Recueil, p.31.

© Presses universitaires de Provence, 1955

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter