Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome III

 | 
Georges Lote

Première section : le compte des syllabes

Chapitre III. La diérèse et la synérèse des diphtongues

Texte intégral

1On appelle diphtongues les groupes de deux voyelles, comme dans les mots pitié, voix, fruit, mien, arien, drapier, meurtrier. Cependant deux voyelles peuvent compter dans le vers pour une ou pour deux syllabes, et parfois la même diphtongue graphique peut recevoir, d'un mot à l'autre, deux valeurs différentes. Si les deux voyelles doivent être prononcées d'une seule émission de voix, on dit qu'il y a synérèse ; si au contraire on les sépare, on dit qu'il y a diérèse. Ces divergences s'expliquent par le latin et par l'histoire de la langue.

  • 1 A. Tobler, V. B., p.73 sq.

2Tobler1 en a parfaitement exposé les règles ; ce sont les suivantes : 1° Les voyelles étymologiques, qui en latin sont déjà juxtaposées, ne doivent pas s'unir, à propos de quoi il faut d'ailleurs remarquer que les mots qui font partie de cette catégorie sont savants ou demi-savants : di-amantem > di-amant, di-aphragma > di-aphragme, pi-etatem > pi-été, remedi-are > remedi-er, nationem > nati-on, condici-onem > conditi-on. 2° Les voyelles entre lesquelles une consonne latine est tombée forment des syllabes différentes : jocare > jouer (afr. jo-er), confidentia > confi-ance, ridentem > ri-ant, audire > ou-ir (afr. o-ir). 3° Au contraire, lorsque deux voyelles françaises proviennent d'une seule voyelle latine étymologique, influencée ou non par une palatale primitive subséquente, il y a synérèse : rem rien, bene > bien, proba > preuve (afr. prueve), habere > avoir (afr. aveir), varium> voir, pascere > paistre, opera-rium > ouvrier, caldaria > chaudière. 4° Quand une consonne latine étymologique s'est vocalisée, elle s'articule en même temps que la voyelle tonique originaire à laquelle elle est jointe et ne forme jamais syllabe : factum > fait, plaga > plaie, noctem > nuit, fruc-tum > fruit, bellus > beaus. Ici encore on se trouve en présence d'une synérèse régulière.

  • 2 C.-H. Grandgent, p.122 sq.
  • 3 Cf. supra, t. I, p.13, 34, 38.

3Pourtant c'est un fait général que la prononciation courante a tendance à transformer la diérèse en synérèse, c'est-à-dire à réduire les deux voyelles, qui devraient être disjointes, de telle façon qu'elles ne forment plus qu'une seule syllabe. L'analogie d'ailleurs, elle aussi, peut provoquer cette transformation. Ce mouvement est très ancien, puisque le latin classique, et bien plus encore le latin vulgaire, en offrent de nombreux exemples, dont beaucoup ont été réunis par C.-H. Grandgent2. Après gutturale, u suivi d'une autre voyelle a perdu sa valeur syllabique dans les premiers temps du classicisme : distingu-ere > distinguere. Il en a été de même de e, i, u placés en hiatus devant une autre voyelle ; des cas isolés, comme dormio, facias, fleuriorum se rencontrent chez Ennius, Plaute, Luci-lius, Lucrèce, Horace, Virgile, Ovide, Juvénal et Sénèque ; Lucrèce écrit deorsum. Horace vindemiator, Virgile abiete, abietibus, Valerius Probus parietibus. C.-H. Grandgent cite encore alea > alia, filius> filius, sapu-i > sapui, tenu-eram > tenueram. A ce propos il faut remarquer que e et i se consonnifient en y, u en w. Parfois au contraire la première voyelle est absorbée par la seconde qui alors abandonne souvent sa quantité brève pour devenir longue : parĭ-ĕtem > parētem, arĭ-ĕtem > arētem, prĕ-hĕndere > prēndere, cŏ-hŏrtem > cōrtem, cŏ-ŏperire > cōperire ; au contraire elle conserve sa valeur de longue si elle la possède déjà : facĭ-ēbam > facēbam ; enfin elle demeure brève si elle est posttonique : antiqŭ-ŭs > anticŭs, cardŭ-ŭs > cardŭs, coqu-us > cocŭs, etc. Ces derniers détails, qui ont trait à la quantité, n'intéressent d'ailleurs que le latin. On retiendra seulement que les synérèses sont très fréquentes dans la poésie liturgique. Les textes cités au début de cet ouvrage en présentent plusieurs exemples : l'addition rythmique au Vexilla regis compte perierat au lieu de peri-erat. Fortunat ne donne que deux syllabes à pretium, Saint Augustin que quatre à abundantia3.

  • 4 Anciennement o. Cf. p.119.

4En français, nous nous trouvons en présence de phénomènes semblables La réduction des deux syllabes étymologiques s'opère de plusieurs manières. Ou bien la première voyelle s'efface purement et simplement au bénéfice de la seconde, qui conserve son timbre primitif : il en est ainsi de l'e muet en hiatus, comme aperce-u > aperçu, ve-eir > veir, plante-eur > planteur, parfois de l'a, comme sa-oul > saoul, a-oust > aoust. Ou bien, quand les deux voyelles sont semblables, il y a contraction, comme cré-é > cré, qu'on rencontre parfois au Moyen Age. Quand au contraire i, u et u (ou) se trouvent en hiatus, ces sons se consonnifient sous la forme des semi-voyelles y, w et : adoptĭ-on > adoption, du-él > fou-et > fouet. Enfin, les deux voyelles en contact peuvent s'unir en perdant Tune et l'autre leur timbre primitif pour donner naissance à un son unique et nouveau : re-ina > reine (= è), La-on > Laon (=ã)4. Les synérèses, dans le langage courant, ne sont pas étendues à tout le territoire, car les diérèses originaires se sont perpétuées tout au Nord et tout au Sud du domaine français. Ces diérèses ont au contraire disparu de la prononciation vulgaire en deçà de ces deux zônes, par une négligence qui est ensuite devenue correcte, tandis que les poètes, comme si de rien n'était, ont continué la plupart du temps à compter leurs syllabes selon l'ancienne mode. Il en est résulté une opposition manifeste entre le parler ordinaire et la déclamation des textes versifiés, opposition qui s'est maintenue tant que le vers articulé à haute voix est resté strictement numérique, c'est-à-dire environ jusqu'au romantisme. Cependant les poètes, d'assez bonne heure, se sont laissé influencer par le langage courant ; ils se sont guidés sur lui quand ils avaient besoin d'un mot plus court qui satisfît aux exigences strictement syllabiques du mètre qu'ils avaient choisi. Naturellement ils n'ont osé enfreindre les règles traditionnelles que bien après les changements intervenus dans le langage. Ces infractions, encore assez rares au xiie siècle, plus nombreuses au xiiie, deviennent beaucoup plus fréquentes au xive. Certaines d'entre elles ont fini par s'imposer, si bien que d'anciennes diérèses ont complètement disparu tandis que d'autres ont subsisté. Ce mouvement de réduction a commencé d'abord en anglo-normand, puis s'est propagé en Picardie, en Wallonie, dans les dialectes de l'Est, et n'a gagné le reste du territoire qu'après avoir conquis les provinces septentrionales.

  • 5 La question a été étudiée par M. Hossner, Zur Geshichte der unbetonten Vokale.

5Ces observations une fois présentées, il est indispensable d'examiner les divers cas où deux voyelles se trouvaient en contact, d'expliquer certaines scansions syllabiques, de montrer quels ont été les progrès de la synérèse, et, au besoin, de faire ressortir les hésitations des poètes, qui bien souvent ne se soucient ni de logique, ni de constance5.

6A-A et A-AN. Le second est réduit à an dans le Tristan de Thomas : Cf. grant au lieu de gra-ant (v. 859) ; granter au lieu de gra-anter(v. 2 1 3 5 ) ; dans ga-agnier, Froissart fait six fois la diérèse et huit fois la synérèse : il écrit aussi tantôt ga-aing, tantôt gaing ; les formes sont aujourd'hui gagner et gain. A-a est plus rare, mais subit le même sort : ba-ailler est primitivement régulier :

Bien plus de set en fisent ba-ailler ; (Raoul de Cambrai, v. 5436)

7Mais il devient bailler au xive siècle, tout comme Isa-ac n'est souvent compté que pour deux syllabes au lieu de trois. Déjà, au xiie siècle, dans Orson de Beauvais. Cha-alons alterne avec Châlons.

8A-I. La série est représentée par des mots comme fa-ine, haine, ha-ir, na-if, tra-itre, ga-ine, sa-in (= sagimen), tra-iner, tra-in. Tous ces mots, à l'origine, séparent les deux voyelles conformément aux lois phonétiques :

  • Li reis Marsilies i fist mult que tra-itres. (Ch. de Roland, v. 201)
  • Granz pels de marbre jusqu'as piez tra-inans. (Pèlerinage, v. 269)
  • 6 A. Tobler, V. F., p.58.

9Aucassin et Nicolette présente tra-in (XI, 23) et ga-ines (XXI, 1 3 ) ; dans le Livre de la Passion, ha-ïne rime avec doctrine (v. 151) et discipline (v. 1475). Mais la Chronique des Ducs de Normandie ne donne déjà que trois syllabes à traitresse ; le Tristan de Thomas hésite entre tra-itre et traitre, Simon de Freine entre tra-ison et traison ; ce dernier mot a maintenu la diérèse, ainsi que haĭr et naïf tandis que la synérèse est devenu définitive dans traitre, ainsi que dans tous les mots du même groupe. La réduction s'est opérée à la fin du xve siècle. Quand à maistre (= magistrum, au lieu de maiestre, Tobler fait observer qu'il semble avoir toujours été dissyllabique, Pays, venant de pagensem, est parfois monosyllabe aux xve et xvie siècles, selon Hossner, qui signale paysanne dans Molière, conformément à une prononciation encore assez répandue aujourd'hui. Le cas de chaîne et de chaire est différent : « A côté des mots du français moderne chaîne et chaire, dit Tobler6, se trouvent sans doute des formes avec une syllabe de plus en ancien français, comme l'exige la nature des primitifs latins (catena, cathedra) ; mais ici ai n'est point du tout la contraction de a-i, c'est seulement une graphie maladroite substituée à ei et à e des anciennes formes chaeine et chaere qui ont perdu leur première voyelle ».

10A-O et A-ON. Ce groupe est assez nombreux. Les mots principaux sont a-ost, A-oste, pa-on, fia-on, fa-on, ta-on, Sa-one, sa-ol, Phara-on, La-omédon, La-on. En ancien français, c'est la première voyelle qui a partout disparu. En effet, comme le remarque Tobler, pa-on rime avec fuison et fa-on avec li-on. C'est le français moderne qui, dans ta-on, La-on et quelques autres, a substitué la première voyelle à la seconde en la nasalisant, c'est-à-dire qu'il a établi un compromis où quelque chose de toutes les deux se retrouve. Fla-on est déjà écrit flan, monosyllabe, dans Baudoin de Sebourg, au xive siècle ; cependant pour toute la série, la scansion ancienne était dissyllabique :

  • Li rois les paist de lait et de fla-ons.
    (Chevalerie Ogier, dans Godefroy, Compl.)
  • En icel temps que l'on a-oste. (Tristan, I, 1738)

11Lorsque commence la Renaissance, toutes ces réductions sont déjà faites, mais on entend parfois encore la diérèse dans a-oût, ce qui a autorisé V. Hugo a écrire :

Or, en juin, la Lusace, en a-oût les Moraves. (Eviradus)

12Les mots savants ont maintenu au contraire la séparation des deux voyelles : c'est le cas de Phara-on et de La-omédon, bien qu'on rencontre quelques cas de contraction, pour l'un et pour l'autre, aux xve-xvie siècles.

13E-A, E-É, E-I, E-O, E-U, E-OU. L'e muet en hiatus a disparu d'une manière générale devant toutes les voyelles, ainsi qu'il a été dit dans le précédent chapitre, auquel on pourra se reporter. Deux remarques sont pourtant nécessaires. La première, c'est que e-i est parallèle de a-ï et que ces deux diphtongues aboutissent au son è : regina > reine, comme vagina > gaine. La seconde, c'est que e-u, réduit le plus souvent à H, a pris quelquefois la prononciation eu(oe), d'après l'écriture ; certains ont dit maturum > meur, comme ils disaient florem > fleur, par analogie ; de nombreuses rimes en effet le prouvent, reconneus : iteus (Phil. Mousket), seur : doulceur (Rondeaux), veu : nepveu (Guill. Alexis), ceule : deceups (id.). C'est ainsi que jejunare, primitivement en français je-uner, a donné jeu-ner, bien que la forme juner soit également connue. On a de même fatutum > feu et agurium > heur, qui ont remplacé fe-u (fa-u) et e-ur :

  • Que podrai faire, dolente, mal fa(d)u(d)e. (Saint Alexis, v. 444)
  • N'avra de lui meillor e-ur. (R. d'Eneas, v. 3316)

14On constate pourtant que la synérèse, malgré cet accident de prononciation, est encore la loi de ces cas particuliers. A cette loi n'ont échappé qu'un petit nombre de mots, obe-ir, emprunté à la langue ecclésiastique, cre-è, cre-ateur, be-atifier, imposés par le latin d'Église, esche-ant, fe-al, mescre-ant, ne-ant, se-ant, ou l'e, placé devant un a, a pris un timbre aigu e, par une modification savante. Il y a eu d'ailleurs des hésitations : cré au lieu de cre-é, effré au lieu de effre-é ont été employés par Molinet ; aux xve-xvie siècles, on trouve neant en monosyllabe et neantmoins dissyllabe ; à la même époque, notamment dans Gringore et dans les Sotties du recueil Trepperel, on a des exemples de theologal, genealogie, theologie, qui sont cependant des mots savants.

  • 7 Cf. supra, p.113.

15Comme on le sait, les anciennes scansions, dans toutes les séries qui relèvent de cette rubrique, séparent les deux voyelles en présence. Mais déjà, dans la Chronique des Ducs de Normandie. M. Hossner a relevé beneit, maleit, eue, esmeue, (au lieu de bene-eit, mala-eit) peust, eust, seue ; dans Marie de France, beneistre ; dans le Sermon rimé, pussent, pusse, ust, malurez, surement, meismes, bonuré, dust, pust, presche. Bien que Metzke ait écrit que de pareils exemples ne se rencontrent pas dans Cligès et le Chevalier au Lion, il ne faudrait pas croire que Chrétien de Troyes n'a jamais opéré cette réduction, puisqu'on trouve aperçeu dans Erec (v. 2974) ; on peut également signaler decheu dans Renaud de Montauban (v. 365), receut dans Aye d'Avignon (v. 3), perceut et porveu dans Renard le Nouvel (v. 2819 et 3837 ), roignier (= rotundiare > ro-oingnier, re-oigner) dans les Congés de Jean Bodel. Le compte monosyllabique devient assez fréquent chez F. Deschamps. Tantôt les scribes notent la synérèse, tantôt ils laissent subsister l'orthographe étymologique, et c'est alors la mesure du vers qui nous renseigne : dans un même texte on peut ainsi rencontrer veez et vez, sceu et seu etc..., monosyllabiques. Naturellement, pendant de longs siècles, les poètes opèrent tour à tour la synérèse ou maintiennent la diérèse, selon leur commodité du moment ; marchans est en concurrence avec marche-ans dans Orson de Beauvais, veer avec ve-er, seer avec se-er, reneer avec ne-er dans Simon de Freine, je-uner avec jeuner dans le Roman de Fauvel, ve-oir avec voir dans Molinet ; Froissart présente 27 cas de synérèse contre un seul de diérèse dans paour, peeur ; il écrit 9 fois ra-emplir et 7 fois remplir, 8 fois re-ond et 3 fois rond ; donneur, enchanteur, parjureur, apparaissent chez lui toujours sous cette forme, s'opposent ainsi à juge-our, change-our, losenge-our où les voyelles sont toujours séparées, tandis qu'on rencontre dans ses vers tantôt empere-eur, vene-eur, et tantôt empereur, veneur. On trouvera des exemples de ces contradictions éminemment utilitaires en se reportant au précédent chapitre7.

16I-A, I-AN, I-AIS. A la vérité tous les mots où i se trouve en hiatus devant une voyelle quelconque ne devraient pas être séparés les uns des autres ; ils sont ici distingués en plusieurs groupes afin qu'on puisse isoler certaines difficultés qui doivent faire l'objet d'une discussion particulière. Il est vraisemblable que la prononciation courante a opéré de bonne heure la synérèse dans toutes ces combinaisons, tandis que les poètes ont fait preuve d'une certaine réserve et qu'ils ne se sont pas permis dans certaines séries ce qu'ils ont osé ailleurs ; ils ont procédé sans aucune méthode et sans vues d'ensemble, usant d'audace sporadiquement, mais respectant le plus souvent la tradition, si bien que les changements définitifs ont été rares et se sont limités à quelques mots et à quelques formes verbales.

17Di-able, venant de di-abolus était primitivement trisyllabique :

Si li ad dit : Vos estes vifs di-ables. (Ch. de Roland, v. 746)

18Mais on le trouve déjà de deux syllabes dans Aiol :

Diables, dont vienent ore ichés bontés (v. 2557)

19Ensuite l'usage hésite et les poètes présentent conjointement les deux scansions ; mais la synérèse domine au xve siècle et finit par s'établir, sauf en quelques exceptions que nous retrouverons à l'époque de la Renaissance : dyable est dissyllabique dans la Farce de PaThelin et les Sotties du recueil Trepperel. Il en est de même pour di-acre (di-aconum), devenu diacre. Mariage fait régulièrement la diérèse :

Molt desirrot en son corrage
Del Troïen le mari-age. (R. d'Enéas, v. 3279)

20Mais Villon et d'autres poètes du xve siècle ne lui ont donné que trois syllabes, ce qui n'a pas été adopté. A la même époque on trouve opiniâtre au lieu de opini-âtre, et Symonyaques est dans Gringore. Liard, d'origine inconnue, est monosyllabe. La synérèse est très rare dans les parfaits et les participes présents des verbes en i-er comme li-er, il li-a, li-ant etc., elle n'a point triomphé. Vi-ande est anciennement trissylabique, conformément à son étymologie :

Qui lor vi-ande porchaçoient. (Chrest.. Constans, p.91, v. 98)

  • 8 A. Tobler, V. B., p.72.

21Mais la synérèse commence au xve siècle et deviendra constante dans la suite. Brévi-aire, de brevi-arium, mot savant, bi-ais de *bifa-sinm, ni-ais de *nidacem présentent parfois la réduction à la même époque ; il en est de même de vi-aire (vidaria), compté pour deux syllabes dans le Brut de Munich et le Roman de la Violette. Au même ordre de faits appartient la consonnification d'un i final devant la voyelle qui commence un autre mot. Tobler8 a mentionné ce phénomène et en a cité plusieurs exemples, parmi lesquels les suivants :

  • Sour un estanc, d'aige i avoit a fuison (Aliscans, 13)
  • Icele gens ki aoure Tervagant (ib., ib.)

22Sauf dans il y a, nous nous interdisons aujourd'hui une pareille prononciation, que certains poètes sollicitent encore au xve siècle.

23I-E et IE ; I-EN et IEN ; I-O et IO ; I-ON et ION. Tous ces groupes sont soumis aux lois générales qui régissent les diphtongues ; ils sont monosyllabes s'ils remontent à une seule voyelle latine, dissyllabes s'ils remontent à deux. Dans ce dernier cas, des synérèses se rencontrent de bonne heure. Enveisiez (inviti-atus) n'a que trois syllabes chez Wace et Benoît de Sainte-More. Vielle, forme dialectale (de vïtella) n'en a que deux dans le Roman de Rou. Commenier (= communicare) n'en a que trois dans Jourdain de Blaivies, puis présente d'autres exemples de réduction aux xve-xvie siècles, Simon de Freine ne sépare pas les voyelles dans fier et ses composés desfier et sacrefier. Serviette devient parfois serviette à la même époque ; l'on trouve également nient au lieu de ni-ent dans Aiol, Marie de France, le Sermon rimé, Phil. de Beaumanoir, puis, après 1400, pacience, science, scientifique, conscience, expérience au lieu de pati-ence, sci-ence, sci-entifique, consci-ence, expéri-ence, ainsi que violet au lieu de vi-olet. Physionomie est dans Marot.

24Certaines séries méritent des observations spéciales. Au Moyen Age toutes les finales en -ier, lorsqu'elles remontent au suffixe latin -arium, sont monosyllabiques, conformement à l'étymologie, même quand elles sont précédées d'une consonne explosive ou fricative qu'accompagne une liquide ; on dit donc tablier comme on dit grenier ou denier :

  • En Tachebrun son destrier est muntez. (Ch. de Roland, v. 347)
  • Prennent lor ars, cors et levriers. (R. d'Enéas, v. 1459)
  • Devoit estre avec la murtriere.
    (Gautier de Coincy, (Miracles de N.-D., p.244)
  • Un dois d'un tablier grand et lé.
    (Ch. de Troyes, R. de la Charette, v. 984)

25Aujourd'hui tous les mots qui répondent à ces dernières conditions ont rejoint ceux où -i-er provient de la chute d'une consonne latine, comme maritare > mari-er et oblitare> oubli-er ; la prononciation cendri-er, fevri-er est donc relativement récente. Lorsque -ter provient de la substitution du suffixe -arium au suffixe -arem, dans des mots comme sanglier et bouclier (du latin singularem et buccu-lareni), changement qui s'est produit en moyen français, ce -ter lui aussi a été primitivement monosyllabique. A noter que hier, venant de hĕri, n'est à l'origine que d'une seule syllabe, très régulièrement, tout comme la désinence -ieme, qui sert à former des noms de nombre ordinaux.

26Des mots comme rem > rien, bene > bien sont d'une syllabe ainsi que le veulent les règles phonétiques. Mais il existe un suffixe i-anum qu'on rencontre dans christi-anum > chresti-ien, chres-ti-en, anti-anum > anci-ien, anci-en et qui est dissyllabique.

  • Si recevrez la lei de chresti-iens. (Ch. de Roland, v. 38)
  • Ne de reching d'azne anci-ien
    Rutebeuf, cf. Constans, Chrest., p.119, v. 45)

27Ce suffixe a été étendu à un grand nombre de substantifs et d'adjectifs, comme physicien, historien, terrien où d'abord la diérèse était observée. Cependant on trouve déjà chrestien dans la Chronique des Ducs de Normandie, dans la version dramatique de Barlaam et Josaphat et chez Phil. Mousket. Ancien est réduit à deux syllabes au lieu de trois dans la Chronique et le Brut de Munich. La synérèse, provoquée par l'analogie de rien, bien, etc., se propage à beaucoup d'autres mots : on relève phyllosophien dans Barlaam et Josaphat, terrien chez Jean de Condé et dans le Sermon rimé, Artysiens et Cambrisiens chez le même Jean de Condé, Dacien dans la Chronique- Au xve siècle elle augmente en fréquence : M. Hossner a noté celestien dans les Miracles de Notre-Dame, paroissien et theologien chez Villon, chirurgien, Julien et luthérien chez Gringore, mathematicien, Persien, quotidien, Dacien, Parisien, Colossiens, Macedonien dans le Recueil de Montaiglon, Sebastien dans Octovien de Saint Gelais, Savoysien chez Marot. Les poètes ne se font aucun scrupule de compter tantôt d'une manière, tantôt de l'autre, ce qui les remplit d'aise. Bien évidemment la synérèse est courante depuis longtemps déjà dans le langage ordinaire, tandis que c'est la tradition qui, en vers, maintient encore la diérèse.

28Les premières et les secondes personnes du pluriel, d'une part au subjonctif présent des verbes, d'autre part à l'imparfait de l'indicatif et au conditionnel, méritent qu'on s'y arrête. Au subjonctif présent, les désinences provenant de -emus et -amus ont disparu sans laisser de traces, mais -e- amus, -i-amus s'étaient réduits en -iamus dès l'époque du latin vulgaire et donnaient régulièrement -iens (quelquefois -iemes, comme on a somes et sons, de sumus), en une syllabe ; ce uns a été transformé en -ions sous l'influence de l'indicatif présent. Au même temps, à la seconde personne, ētis > eiz, et ātis > ez se sont effacés de bonne heure ; mais -e-atis et -i-atis, devenus -iatis en latin vulgaire, ont produit -iez monosyllabique terminaison qui s'est imposée à toutes les conjugaisons. A l'imparfait et au conditionnel au contraire, ce dernier temps étant formé par l'infinitif auquel s'adjoignent les désinences de l'imparfait, -abamus et -ebamus ont été évincés par -ibamus de la quatrième conjugaison ; -ibamus est devenu -i-amus par un phénomène de -dissimilation qui a son origine dans des verbes comme habebamus, debeba-mus ; de même -ibatis a abouti à -i-atis, d'où en français -i-iens, plus tard i-ions, i-ons, et i-iez, i-ez, avec diérèse. Donc les formes du subjonctif présent sont en leur terminaison monosyllabique, celles de l'imparfait et du conditionnel dissylabiques.

29A l'origine, cette distinction est rigoureuse, mais bientôt le subjonctif, agissant par analogie, attire à lui les deux autres temps. M. Hossner a relevé, dans la Chronique des Ducs de Normandie, quelques synérèses : avium (II, 274), conquerion (II, 3195 ), laisseriez (II, 7236 ), porriez (II, 9623). Il a noté dans Aucassin et Nico-lette afferriés (30) ; dans Aiol, porriés (v. 178) iriemes (v. 1777), estiemes (v. 4 6 9 3 ), seriemes (v. 4927), poiemes (v. 1214), prendriens (v. 1778), deviens (v. 10682), aviemes (v. 4697), tandis que l'au-teur de ce dernier poème scande exactement avi-és (v. 6211), voli-és-(y. 1776, 1793), feri-és (v. 2814), poi-ons (v. 4925), esti-és (v. 2469, 5844). Si Chrétien de Troyes et Guernes de Pont-Sainte- Maxence sont très corrects, les Enfances Ogier, le Montage Guillaume, Berte aux grands pieds, Amis et Amiles, Jourdain de Blaivies et quantité d'autres textes mélangent les formes monosyllabiques et dissylabiques. A la fin du xve siècle les premières prédominent nettement. Dès la fin du xiiie et le commencement du xive la réduction est tellement usuelle dans le parler courant que Baudoin et Jean de Condé font partout la synérèse. C'est dans les dialectes de l'Est et du Nord-Est, spécialement en Picardie, que l'assimilation des désinences longues et courtes a débuté, et toujours au bénéfice de celles-ci. Les poètes ont admis longtemps les unes et les autres parce qu'ils y avaient avantage. On note encore seri-ez (= sauriez) et seri-ons dans Gringore. Mais il est à cet égard un retardataire, et on peut dire que, de son temps déjà, la réduction est définitive. Si plus tard la diérèse se produit de nouveau après deux consonnes dont la seconde est une liquide, comme dans prendri-ons ce changement n'est plus la conséquence de faits d'étymologie ; il n'a pour cause que la commodité articulatoire ; d'ailleurs, comme il appartient à une autre époque, il n'y a pas lieu pour l'instant de s'y attarder.

30La finale -i-on, par laquelle se terminent un grand nombre de mots savants, communion, opinion, confession, etc., est toujours de deux syllabes à l'époque la plus ancienne. Cependant la Chanson de Roland fait déjà la synérèse dans avision :

Apres iceste altre avision suniat. (v. 725)

31La Chronique présente de même inquisition (v. 7797). Les mots appartenant à la même série sont fréquemment soumis à la même scansion au xve siècle, notamment chez Villon, dans le Recueil de Montaiglon et dans l'Ancien Théâtre de Viollet-le-Duc. Nous ri-ons et nous souri-ons, avec séparation des deux voyelles en hiatus, sont très réguliers.

32I-EU. Cette diphtongue remonte à -i-osum, qui donne d'abord -i-os, puis -i-eus, écrit aujourd'hui -i-eux. Les premiers cas de synérèse, sauf erreur, n'apparaissent qu'au xve siècle. Mais ils sont alors si nombreux qu'on en peut tirer la certitude que la réduction trouvait sa raison d'être dans les habitudes du langage courant. La désinence -i-eux termine toute une série d'adjectifs, ambiti-eux, sentinti-eux, religi-eux, etc. Les mots ceux, mieux, vieux (cĕlos au lieu de cælos, melius, *vĕclus au lieu de vetulus) ne sont naturellement que d'une syllabe et doivent être mis à part.

  • 9 En latin l'u de suavis avait été consonne pendant très longtemps.
  • 10 Cependant on trouve protestatem > poesté dès la fin du xiie siècle dans Simon de Freine, à côté de (...)
  • 11 Cependant Tobler a repéré poetique dans Christine de Pisan.

33O-A et OU-A, O-E et OU-E, O-I et OU-I. Toutes ces diphtongues sont régulièrement dissylabiques. Les deux premières,o-a et ou-a ne se rencontrent que dans quelques noms propres ou dans quelques parfaits de la première conjugaison et sont négligeables. Des autres on peut citer comme exemples do-aire, dou-aire (= *dola-rium, demi-savant ; so-ef, sou-ef (= suavem), refait en suave, cette fois avec synérèse9, plus tard avec diérèse, à l'époque de la Renaissance ; mo-elle, mou-elle (= medulla> me-ole, changé en mo-elle au xiiie siècle par métathèse) ; o-il, ou-i (= hoc ĭllĕ devenu hoc īllī) ; o-ir, ou-ir (= audire). Quelques-uns des mots qui appartiennent à ces séries, comme ouir, souef, fouet, réduisent la diérèse à partir du xve siècle10 ; ouaille d'autre part se rencontre chez Gringore et Marot. Quant à oil, oui, les premiers exemples de synérèse remontent à Adam de la Halle et dominent au xve siècle. En ce qui concerne moelle, coette, boette, ces scansions sont fréquentes à cette dernière époque, à cause de l'analogie de la diphtongue oi, toujours monosyllabique et prononcée we ; de même Villon et Gringore n'accordent que deux syllabes au mot Boesmes. Jusqu'à la Renaissance, la diérèse au contraire se maintient toujours, semble-t-il dans No-el, po-ete11, rou-elle, prou-esse, escrou-elles, girou-ette, berou-ette ou brouette ; elle s'y maintiendra après deux consonnes et dans le mot No-el. On notera que ouest, emprunté de l'allemand West est toujours monosyllabique.

34OU-EU. Ces deux voyelles ne se trouvent guère juxtaposées que dans les mots bou-eux et nou-eux, qui sont toujours de deux syllabes en vers. D'ailleurs la réduction n'est jamais faite dans le langage ordinaire.

35U-E, U-EU, U-I. Les voyelles u-e en hiatus comptent pour deux syllabes ; on scande continu-el, qui est dans Wace, cru-el, duel, etc. Cependant il y a des exemples de synérèse d'assez bonne heure dans escuelle, qui faisait la diérèse à l'origine, comme on peut le constater dans le Pèlerinage de Charlemagne, et où la réduction a triomphé. La synérèse s'étend à d'autres mots à partir du xve siècle. On trouve perpétuelle dans Villon ainsi que dans l'Ancien Théâtre de Viollet-le-Duc, et duel dans Marot ; muet, denué, saluer ont été repérés par Hossner à la même époque, mais sont restés rares sous cette -forme. La diphtongue u-eu se rencontre dans des adjectifs d'emprunt en -u-eux, comme affectu-eux, défectu-eux, fructu-eux, etc., et dans des substantifs en -u-eur, comme lu-eur, su-eur, tu-eur ; il semble qu'en vers la synérèse a épargné ces mots, et qu'il en a peut-être été de même pendant longtemps dans le parler ordinaire. La diphtongue u-i résiste assez bien. Pourtant Ju-if (Judaeum ; refait sur le féminin Ju-iue, Ju-ive, lui-même analogique de l'ancien masculin Ju-iu) devient peu à peu monosyllabique au xve siècle et est ainsi compté deux fois par Villon tandis que Molinet et Marot le font encore dissylabique ; bru-ine est scandé une fois bruine par Baudoin de Condé ; ru-ine est changé en ruine dans le Recueil de Montaiglon et chez Marot. mais ne s'établira pas sous cette forme. Il y a hésitation pour Suysse et Suede, où l'u ne provient pas d'une voyelle latine, mais d'un w germanique ; c'est pour des raisons d'analogie que certains poètes optent pour la diérèse.

36Les causes de ces phénomènes, bien entendu, échappent aux écrivains. Ils voient surtout l'écriture, et ils constatent que certains groupes de voyelles, semblables dans leur graphie, valent tantôt une, tantôt deux syllabes. C'est l'usage courant qui les guide, mais ils se demandent si cet usage est fondé en raison et s'il n'est pas en leur pouvoir de le modifier. Pourquoi un e et un u en contact font-ils deux syllabes dans ve-u et une seulement dans Eumée ou Eugène ? Pour des gens qui sont pressés par la nécessité, il est bien tentant d'infliger le même traitement à des voyelles identiques. Donc, s'il y a des synérèses qui sont dictées par l'oreille, il y a aussi, au fur et à mesure que la prononciation change, des diérèses qui sont sollicitées par l'œil, et auxquelles le lecteur devra se plier : il ne s'agira pour lui que de faire preuve d'un peu de bonne volonté.

37L'analogie, maîtresse et souveraine, explique toutes ces infractions à la règle.

38Les faits les plus anciens qu'on puisse signaler se rencontrent au xiie siècle. Tobler a relevé E-urope et Ne-ustrîe dans Wace. De même Benoît de Sainte-More, dans le Roman de Troie, écrit Te-ucer (v. 9074), E-urus (v. 4172). E-ufratis (v. 6844), E-urialus (v. 5013), Pele-us et Idomene-us (v. 20081). Plus tard, Molinet aura recours à cet artifice ; il séparera les voyelles dans Tolome-us, Orphe-us, These-us, Prolhe-us, Pire-us, Perse-us, Promethe-us. Ce ne sont encore là que des noms propres, peu employés, et dont la prononciation exacte n'est pas très bien connue de la foule. Cependant, de bonne heure, les poètes tentent d'élargir ces libertés, afin d'obtenir des formes longues quand ils en ont besoin. Fe-ust, au lieu de fust, et qui est analogique de e-ust, se rencontre assez souvent au moyen âge. L'auteur de la Chronique de Bertrand Duguesclin écrit j'e-u d'après tue-us. Des exemples de he-aulme, he-aulme, même de pse-aume, ne sont pas précisément rares, et par analogie on trouve se-aume, si-aume au lieu de saume, ainsi que l'a noté Tobler. Un cas assez curieux est celui de certaines formes du verbe aidier (adjutare) ; adjutat donne régulièrement ai-iie, mais l'analogie des personnes accentuées sur la terminaison, comme nous aidons produit il a-ïe, qu'il a-ït, etc., où la diérèse s'introduit dans des personnes accentuées sur le thème ; Froissart écrit :

  • Car mon dur temps m'a-ident a passer (t. II, p.84)

39De même le substantif verbal a-ide est toujours chez lui trissyllabique, mesure que lui accorde aussi le plus souvent Molinet, qui ne lui donne que deux fois deux syllabes.

40C'est au xve siècle que les poètes se permettent de prendre les libertés les plus inattendues. Hossner a relevé fle-ur, cu-eur, ju-in. Les mots les plus atteints sont ceux où i et e sont juxtaposés et forment un groupe monosyllabique ie, en opposition avec d'autres mots où cette diphtongue i-e compte pour deux syllabes (mari-é, con-fi-er, etc.), même si l'e se compose avec une autre lettre et devient avec elle le signe d'un autre son (ieu, ient, etc.). On trouve donc bi-en, ti-ent, vi-ent, mi-en, ti-en, si-en, fi-el, mi-el, pi-eton, vi-erge, ni-epce, chi-en, meschi-ef, qui-ert, ti-erce, ci-eux, Di-eu, li-eu, mi-eux, Matbi-eu, fi-er (fĕrurn) Pi-erre, li-erre. Des poètes comme Villon, Gringore, Marot, ne pensent pas que de telles licences leur soient interdites. A plus forte raison en est-il ainsi dans les Mystères, qui sont généralement plus longs et qu'il faut écrire vite. Certaines de ces innovations analogiques seront plus tard discutées par les grammairiens, tandis que d'autres n'attireront pas leur attention. Aucune ne réussira à s'imposer, sauf dans le mot hier (heri) qui finira par être articulé hi-er, en deux syllabes, mais qui se maintient encore sous sa forme monosyllabique dans avant-hier.

41G. Lote. — Histoire du vers français, t. III.

42Toutes les questions qui concernent l'hiatus, l'élision, l'e muet et le compte des syllabes dans les diphtongues sont d'une grande importance, car il s'agit ici de savoir si la versification peut être suspendue dans le vide, sans avoir conservé avec la langue ces relations qui lui sont indispensables et sans lesquelles elle ne saurait demeurer vivante. Comme cette langue ne reste pas immuable elle aussi devrait se modifier par une évolution concomitante. Encore que les écrivains s'efforcent parfois de maintenir ce contact nécessaire, le syllabisme commande. Il leur impose la plupart du temps des solutions incomplètes, quelquefois même radicalement fausses, auxquelles ils ont recours d'un cœur léger. Nous ne sommes encore qu'au début d'une longue erreur, qui s'aggravera dans la suite. Qu'il s'agisse de l'un ou l'autre de ces problèmes, les poètes se tirent d'embarras comme ils peuvent, c'est-à-dire bien souvent comme ils veulent, au gré de leur bon plaisir, en consentant à perdre de vue la réalité contemporaine, pourvu qu'ils remplissent la mesure qu'ils ont choisie et à laquelle ils doivent se soumettre. Ils marchent d'un pas incertain, soucieux surtout de ne pas s'arrêter sur leur route, satisfaits d'arriver tant bien que mal à cette rime qui marquera la fin de leurs peines. S'ils égarent parfois leurs lecteurs, à ceux-ci de se débrouiller et de découvrir le nombre de syllabes qui rend le vers exact.

43Assurément les difficultés relatives à l'hiatus et à l'élision ont été réglées en fin de compte d'une façon à peu près supportable. Celles qui concernent l'e muet, très graves dès l'origine, ont lourdement pesé sur notre versification depuis le jour où le vers a été séparé du chant ; elles étaient d'une nature si délicate que seules quelques améliorations y ont été apportées, tandis que des conventions persistantes, par des secours qui sont du domaine de la déclamation et qui s'écartaient de la réalité vivante, maintenaient victorieusement leur privilège. Il en fut ainsi jusqu'au moment où le triomphe du rythme accentuel agrandit le fossé déjà creusé entre la langue et l'appareil métrique qui aurait dû s'appuyer sur elle. Cependant, à l'époque où le moyen âge prend fin, le système, adopté se défend encore assez vigoureusement ; la situation ne deviendra critique que beaucoup plus tard, quand la déclamation elle-même aura changé.

  • 12 Leys d'Amors, t. I, p.46, éd. G.-A.

44L'histoire des diphtongues est assez compliquée. Il est de toute évidence que la langue s'achemine vers la réduction des hiatus intérieurs. Mais l'usage des poètes révèle deux tendances opposées. L'une consiste à maintenir le contact entre le vers et la prononciation courante, à mesure que celle-ci évolue. L'autre fait effort pour conserver ce qui existe, par timidité, et dans la conviction reposante que ce qui a autrefois servi peut bien encore servir. La première a provoqué certaines réformes, et des réformes qui ont duré, ce qui prouve à quel point elles étaient légitimes : traître n'a plus en vers que la valeur de deux syllabes au lieu de trois, paon, sûr, mûr sont devenues monosyllabiques. De même bien d'autres mots ont accompli en poésie leur synérèse, selon la prononciation qu'ils ont acquise dans le parler de tous les jours. Inversement, et pour la même raison, hier et quelques autres sont devenus dissylabiques. La seconde au contraire devait entraver tout progrès. Cependant le moyen âge s'est bien gardé d'opter résolument pour l'une ou l'autre de ces méthodes, dont la première seule aurait été bonne. Les poètes, pour la plupart, ont préféré le système du libre choix : dans les périodes de transition, là où deux scansions, l'ancienne et la nouvelle étaient encore possibles, ils se sont abstenus d'adopter la plus récente à l'exclusion de l'autre, afin de pouvoir profiter tour à tour de toutes les deux, selon la commodité qu'ils y trouvaient. D'autre part, ils n'ont pas hésité à dissocier des diphtongues monosyllabiques pour obéir aux nécessités de leurs vers : les cadres métriques étant donnés, il s'agissait pour eux de les remplir, quels que fussent les moyens qu'ils devraient employer pour y parvenir. Ce point de vue est clairement exprimé par les Leys d'Amors, en général pourtant assez sévères : « Il faut savoir, disent-elles12 que les mots doas, coas, moa doivent être de deux syllabes, quand ils sont placés à la fin d'un vers, pour faire la rime : sinon, en quelque autre lieu du vers qu'ils se trouvent, ils sont d'une seule syllabe. De même on doit compter vanoa pour trois syllabes, à la fin du vers, pour faire la rime... Il faut encore savoir que l'on peut dire saviza, de trois syllabes, pour rimer avec camiza, ou savieza, de quatre, pour rimer avec maleza. On peut aussi dire paoruez, de trois syllabes, ou pauruez, de deux syllabes. Ainsi, quand il est de deux syllabes, la première est une diphtongue. Sia, sias, siam et sian sont de deux syllabes, et ils peuvent être d'une, à la fin du vers. Nous disons ceci pour nous conformer à l'usage ; mais il vaut mieux ne rien perdre d'aucun de ces mots ».

45Il est indiscutable que des corrections apportées au compte syllabique, si elles avaient été opérées au fur et à mesure que la langue se modifiait, auraient eu pour résultat de vieillir manifestement les textes anciens. Mais ces textes ont vieilli tout de même, non seulement par leur vocabulaire, par leurs formes grammaticales et par leur syntaxe, mais encore par la prononciation qu'ils rendaient nécessaire, de telle sorte que ce mal n'aurait pas été bien grand. Au contraire le système lâche et inconséquent du Moyen Age a tout obscurci. Les finales en i-on, celles en i-en, pour ne citer que celles-là, sont restées dans la versification ce qu'elles étaient à l'époque la plus reculée, si bien qu'il y a contradiction entre le compte des poètes et le langage ordinaire. Il est juste de dire qu'au bout d'un certain temps, ils ont cessé de comprendre pour quels motifs les diphtongues françaises pouvaient en théorie valoir tantôt deux syllabes, tantôt une seule. On le verra bien aux xvie et xviie siècles, quand les grammairiens invoqueront des raisons d'agrément, de goût ou de sentiment pour justifier ou pour combattre telle ou telle scansion syllabique au sujet de laquelle ils devront donner leur opinion. Privés de guide et de règle, ils en viendront aussi à décider d'après l'exemple des poètes qui leur paraîtront faire autorité. Alors notre versification, qui repose primitivement sur des faits certains et nettement définis, entrera dans cet état d'anarchie et d'illogisme d'où elle n'est jamais sortie depuis lors.

46A vrai dire, on ne saurait s'étonner qu'il en ait été ainsi, quelque regret qu'on puisse en ressentir, car toutes les diphtongues qui étymologiquement étaient soumises à la diérèse n'ont pas opéré en même temps leur réduction, et chacune d'elle s'est maintenant dans son état originaire plus longtemps sur certains points du territoire que sur d'autres ; en certaines provinces elles n'ont même subi aucun changement jusqu'à nos jours. Pour éviter les hésitations et les erreurs des écrivains, pour établir quand il y avait lieu d'adopter des scansions nouvelles, il aurait fallu qu'un bureau de poètes éclairés, une espèce d'Académie française anticipée promulguât de temps en temps des décisions souveraines, destinées à faire connaître les modifications auxquelles tous auraient consenti à se soumettre. Mais la variété des parlers locaux s'y opposait, et d'autre part, dans la France d'autrefois, à défaut d'une centralisation politique et par suite littéraire qui ne se réalisera qu'au xviie siècle, c'est-à-dire trop tardivement, personne ne pouvait nourrir une pareille idée, même de la manière la plus vague ; d'ailleurs l'individualisme du moyen âge n'aurait pas toléré cette contrainte. Ainsi à la sincérité linguistique se substitua la tradition. Cette tradition, comprise d'une manière assez confuse, corrigée parfois par des initiatives arbitraires et maladroites, et parfois aussi par d'autres plus raisonnables, avait en elle-même une force rassurante qui finit par décourager les novateurs : à peine ébranlée par quelques retouches de détail, elle a duré jusqu'à nous.

Notes

1 A. Tobler, V. B., p.73 sq.

2 C.-H. Grandgent, p.122 sq.

3 Cf. supra, t. I, p.13, 34, 38.

4 Anciennement o. Cf. p.119.

5 La question a été étudiée par M. Hossner, Zur Geshichte der unbetonten Vokale.

6 A. Tobler, V. F., p.58.

7 Cf. supra, p.113.

8 A. Tobler, V. B., p.72.

9 En latin l'u de suavis avait été consonne pendant très longtemps.

10 Cependant on trouve protestatem > poesté dès la fin du xiie siècle dans Simon de Freine, à côté de po-esté.

11 Cependant Tobler a repéré poetique dans Christine de Pisan.

12 Leys d'Amors, t. I, p.46, éd. G.-A.

© Presses universitaires de Provence, 1955

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter