Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome III

 | 
Georges Lote

Première section : le compte des syllabes

Chapitre II. L'e muet

Texte intégral

1Dans la poésie du Moyen Age, en règle générale, tout e muet est compté dans la mesure du vers, par un usage qui parfois est assez différent de celui auquel obéissent les poètes modernes. Il en est ainsi à la fin des mots, comme aujourd'hui encore, lorsqu'il suit une ou deux consonnes avec lesquelles il forme syllabe :

  • Malvaiw garde t'ai fait soz mon degret. (Saint Alexis, 79 c)
  • Entre le duel del pedre et de la medre. (ib. 94 a)

2La même règle est valable à l'intérieur des mots et n'a jamais cessé de l'être :

  • Lonc un alter belement l'enterrerent. (Ch. de Roland, v. 2367)
  • Apres icels en avrat altretant. (ib., v. 3021)

3Cependant l'e muet peut suivre immédiatement une voyelle. Ce cas se présente soit à la fin, soit à l'intérieur des mots, sans que la numérotation soit différente, et c'est ici que les choses ont changé. On a donc d'une part :

Empor tei, filz, m'en esteie penez. (Saint Alexis, 81 d)

4et de l'autre :

Pluie e gresilz desmesureement. (Ch. de Roland, v. 1425)

5L'e muet final peut d'ailleurs être suivi d'une s ou de nt, consonnes qui aujourd'hui ne sonnent plus, sauf pour former liaison, mais qui autrefois ont été prononcées :

  • Plurent des oilz de doel e de tendrur. (ib. v. 1466)
  • Cuntre midi tenebres i ad granz. (ib., v. 1431)
  • Oent lur messes e sunt acuminiez. (ib., v. 3860)
  • Ferez, seignurs, des espees furbies. (ib., v. 1925)

6Bien entendu l'élision, quand elle est possible, fait disparaître l'e muet, l'on sait qu'il n'est pas non plus compté lorsque, seul ou précédé d'une ou deux consonnes, il forme la syllabe féminine de la césure ou de la rime, où, sauf l'exception de la césure lyrique ou de la rime du même type, il est toujours en surnombre.

7En outre nous possédons, dans le plus ancien français, un assez grand nombre de mots proparoxytons, comme angele, aneme, imagine, virgene, idele, diakene, apostele, epistele,titele, ordene, etc.. Ces mots, qui ont conservé dans la langue l'accent latin, ont été observés pour la première fois par Diez. Mais Diez et ses successeurs immédiats ne les ont pas compris, et l'e muet pénultième les a quelque peu embarrassés. La grande remarque qu'il faut faire à leur propos, c'est que ce sont des mots savants, car virginem donnait virne et ordinem a donné orne, tandis que a tonique de anima produirait au moins aineme. Il faut en conclure que ces mots ont été introduits en français à une date relativement récente, mais à une époque où l'accent était encore correct. L'e est un affaiblissement de la pénultième étymologique, et il est certain qu'il était devenu purement graphique, car, dès le xe siècle, il ne compte jamais dans la mesure du vers, bien qu'il soit écrit dans les manuscrits. On en a de nombreux exemples :

  • Ensemble o Deu, en la compaigne as angeles (Saint Alexis, CXXII, b)
  • Guaris de mei l'aneme de toz perilz. (Ch. de Robert, v. 2387)

8La preuve qu'il n'était pas prononcé nous est donnée par la musique. La Passion nous présente en effet ce vers :

Li angeles Deu de cel dessend. (99 a)

  • 1 Pour la transcription, cf. supra, t. I, p.127 sqq.

9Or la mélodie notée en neumes1 au début du poème, et valable pour toutes les strophes, s'applique à des vers de huit syllabes. Il s'ensuit qu'il fallait dire :

10Si l'on considère le numérisme rigoureux auquel obéissait notre versification, il est tout à fait normal qu'on ait ainsi procédé.

11L'état de choses étant tel que nous venons de l'exposer, il faut ajouter que certains de ces e muets sont assez faibles et se maintiennent dans le langage avec quelque difficulté. Lorsque le vers est chanté, les notes qui les supportent leur assurent l'existence, bien que leur prononciation en soit un peu alourdie. Lorsqu'il est déclamé, alors on doit déployer une application vigilante pour leur donner, un peu artificiellement, la valeur que réclame le système syllabique auquel est soumise notre poésie, et l'oreille n'est pas très satisfaite. Lorsque deux mots se suivent, dont le premier quelquefois, dont le second dans tous les cas se termine par un e muet, ou remédie à ce défaut par le subterfuge de l'enclise, c'est-à-dire en appuyant le second mot, qui perd alors sa voyelle, sur le premier. Le phénomène se produit surtout quand il s'agit de deux monosyllabes consécutifs, dont le second est atone, et il est pour ainsi dire réservé au vers, car les exemples qu'on en rencontre en prose sont extrêmement rares. Donc ne le est remplacé par nel, ne les par nés, que le par quel, etc., et la syllabe s'en trouve consolidée :

O tum laissas dolente ed esguarede. (Saint Alexis, 94 e)

12Il arrive beaucoup moins souvent que le premier des deux mots en contact soit un dissyllabe :

En terrel metent par vive podestet. (ib., 118 c)

  • 2 Cf. supra, t. I, p.300 sqq.

13Comme ce fait a déjà été étudié précédemment2,il est inutile d'y insister. Mais l'enclise passe de mode, et, avant qu'elle disparaisse, les poètes tantôt l'emploient, tantôt ont recours aux formes normales. De la sorte ils disposent à la fois d'une scansion courte et d'une scansion longue ; avec la première ils ont une syllabe de moins, avec la seconde une syllabe de plus, ce qui leur est extrêmement commode pour satisfaire à la loi du numérisme. L'auteur de la Chanson de Roland écrit par exemple :

Ne poet muer n'en plur e nes dement, (v. 2517)

14mais ailleurs :

Jamàis n'ert jor que Caries ne se pleignet. (v. 915)

15Cette période d'hésitation dure assez longtemps et elle se termine au xive siècle par la victoire de la graphie moderne, qui doit assurer l'articulation des deux syllabes atones, dont la seconde, par nature assez creuse, n'est rendue pleine qu'au prix d'un certain effort.

16L'e muet est également faible lorsqu'il suit directement une voyelle. Et d'abord à l'intérieur des mots. Il y représente un a étymologique latin et se rencontre, soit dans des substantifs {enrouement, dévouement), soit dans des futurs et des conditionnels de la première conjugaison (oublierai, envierais) ou enfin dans des adverbes (vraiement, hardiement), puisque les adverbes, comme on le sait, sont formés sur le féminin des adjectifs. Cet e muet ainsi placé maintient en règle générale son existence pendant tout le Moyen Age ; cependant il marque de bonne heure une tendance à disparaître, et cette tendance s'accentue à partir du xive siècle, Tobler a donné les exemples suivants :

S’irons a damrideu, si li prirons mercit. (Li Ver del Juïse, v. 293)

Et dit que ne s'oublira mie. (Barbier et Méon, t. IV, p.280, v. 138)

Que Dieu n’oubliroie je mie. (ib., t. II, p.242, v. 193)

Nuz de vos mais ne s'i fira (Sainte Juliane, v. 293)

Et puis devenray nonne et priray Dieu merchi. (Hugon Capet, v. 199)

Mauvais ostel trouvai, ja n'en paierai denier
(Baudouin de Sebourg, XXI, v. 532)

17Le plus ancien est le premier, qui remonte au début du xiie siècle. On peut constater par le dernier que l'e non compté subsiste quelquefois dans la graphie, tandis qu'ailleurs il est purement et simplement supprimé. M. Hossner a relevé de même poroument dans l'Ysopet de Lyon (v. 1068), criras (III, 384) et mi(e)mit (VII, 380, 495) dans les Miracles de Nostre-Dame, vraiement en deux syllabes dans Barlaam et Josaphat (p. 115, v. 7), sereement en trois dans Hugon Capet. De pareils cas augmentent en nombre dès l'époque de Froissart, peut-être par l'effet d'une analogie qui rapproche absolu(e)ment d'absolu, mi(e)nuit de midi, etc. Ils sont fréquents chez Villon et dans la Farce de maistre Pathelin. Bien vite les poètes se servent de l'une ou de l'autre forme selon leurs besoins, sans aucune rigueur. Froissart déjà est coutumier du fait. Tantôt il compte l'e muet :

  • Le mireor liement pris. (t. III, p.158, v. 2418)
  • Et merci je lor crieroie (t. II, p.9, v. 675)
  • Armoierie noble et rice. (t. II, p.314, v. 9)

18Tantôt il le néglige :

  • Mes dittes moi, que crirai sus les rens ? (t. II, p.360, v. 27)
  • Vé les ci d'armoirie ciere. (t. II, p.323, v. 53)

19C'est seulement au xvie siècle que l'usage moderne s'établira.

20G. LOTE. — Histoire du vers français, t. III.

  • 3 Cf. G. Paris, Introduction à la Vie de saint Gilles, de Guillaume de Berne-ville, p. XXII.

21D'autre part cette voyelle peut se trouver placée en hiatus devant la tonique, dans un grand nombre de mots du type venatorem > veneeur ou vidutum > veu. Peu à peu elle a tendance à être absorbée par celle qui la suit, de telle sorte qne le veneeur primitif devient veneur, en deux syllabes au lieu de trois, et que veu devient vu. Ce phénomène linguistique se manifeste de très bonne heure en anglo-normand. Pour ce qui est de la France continentale, c'est dans le domaine picard-artésien-wallon qu'il apparaît d'abord, et les plus anciens exemples qu'on en possède remontent au Brut de Munich, c'est-à-dire à la première moitié du xiie siècle, il y en a ensuite quelques cas dans Elle de Saint Gilles3 et d'autres plus nombreux dans Aiol, puis ils augmentent de fréquence au cours du xiiie, et l'évolution arrive à son point d'achèvement aux environs de 1400. Ainsi, pendant une période assez longue, les poètes, ici encore, ont eu le choix entre des formes longues et des formes courtes, et ils ne se sont pas privés de les employer tour à tour, même à quelques vers de distance, trop heureux d'user de cette liberté. Ainsi l'auteur de Florence de Rome écrit d'une part :

Veez con j'ai enflé et la boiche et le vis. (v. 6163)

22mais d'autre part :

Seignor, vez la Grifon vers qui mon cuer s'aïre. (v. 3065)

23Dans la Folie Tristan d'Oxford, nombreuses sont les scansions conformes aux lois phonétiques :

  • As mains ensemble nus preïsmes. (v. 861)
  • D'un hanap beümes andui. (v. 473)
  • Quant je cest de vus ai veü. (v. 694)
  • Cum il purrat veër sa mie. (v. 158)
  • A tel heür nu combati. (v. 333)
  • Je i alai cum marcheant. (v. 399)
  • L'entaileüre de là pere. (v. 869)

24Mais il y a six exemples de réduction :

  • Bone cum cele k'ert markande, (v. 70)
  • A joie i pussez vus aler. (v. 80)
  • Un peschur vait ki devers lu vent. (v. 190)
  • Li reis vus donat al harpeur. (v. 769)
  • Ke douz faiz l'an nel pot l'en veir (v. 936)
  • Certes unc ne quidai ço veir (v. 690)
  • 4 Eüs (tu eus) devient régulièrement monosyllabe à la fin du xiiie siècle, quelques exceptions près (...)

25Cemme on le voit, markande s'oppose directement à marcheant, veir à veër, harpeur à heür, pussez à beümes4. Nous n'avons conservé de l'ancien usage qu'un petit nombre de mots, comme séant, créance, fléau et récréation, que Froissart, à plusieurs reprises, a fait de quatre syllabes : l'e en hiatus y a pris un timbre é plus aigu.

26Toujours à l'intérieur des mots, il a tendance à disparaître lorsqu'il est placé entre deux consonnes, et que, normalement, il fait syllabe avec la première. Ici, d'ailleurs, il faut distinguer. D'abord il est des cas où les deux consonnes sont entre elles dans des rapports d'attraction auxquels il fait obstacle. Ce phénomène est ancien, puisqu'il existe déjà en latin vulgaire, ou directum est devenu drectum, qui a donné droit en français. Il se manifeste fréquemment en anglo-normand, dès le Voyage de saint Brendan, au début du xiie s., où l'on rencontre les exemples suivants :

  • U si ço nun, perir mes fras. (v. 1044)
  • Del bon hoste, qui frat od eals. (v. 1633)
  • Tuz diz l'avrat e truvrat prest. (v. 1772)
  • Od les justes resuscitrai. (v. 1567)

27Mais on peut le découvrir aussi dans d'autres régions, puisque parmi les heptasyllabes d'Aucassin et Nicolette, poème picard, on trouve ce vers :

  • Dont acatrons gastelés. (XXI, 12)

28Ce sont encore là des artifices syllabiques, puisque, si l'auteur de Saint Brendan écrit toujours fras, frat, frez au lieu de feras, ferat, ferez, il emploie aussi les formes pleines pour d'autres verbes :

  • Demain enz nuit en turnerez(v. 427)
  • Mangerez en grant espace. (v. 994)

29Il écrit même, en deux vers qui se succèdent immédiatement :

Mult pres d'ici, la vus truvtrai,
Asez cunrei vus porterai. (v. 433-4)

  • 5 Les exemples sont très nombreux : comandrons, portra dans le Poème moral, aidrai, gardroie dans Hu (...)

30Au xiiie siècle, certains textes présentent pril au lieu de peril, frir au lieu de ferir, fronde au lieu de feroncle. Au xve le Recueil Trep-parel donne querir monosyllabique. Dans notre langue actuelle, briller a remplacé beriller, comme vrai s'est substitué à verai. Des analogies ont pu faciliter parfois ces réductions : il chantra a sans doute subi l'influence de : il prendra5.

31D'autre part l'e muet, placé dans les mêmes conditions, peut aussi s'effacer quand il y a possibilité de rattacher la consonne qui le précède à la syllabe antécédente, ce qui modifie la syllabation. Le poète économise ainsi une syllabe, en prenant son point de départ dans le langage courant. Ainsi sacramentum, qui donne en français saireiment, écrit ensuite serement, peut se réduire à serment, que nous avons conservé, et Rutebeuf a utilisé les deux formes. Dans des heptasyllabes, Simon de Freine compte parfois l'e muet, mais parfois il le supprime de sa numération, tout en le maintenant dans la graphie :

  • Ke plus certein(e)ment lui die. (R. de Phil., v. 1336)
  • Il set et veit apert(e)ment. (ib., v. 1576)

32Il emploie même les deux scansions dans deux vers consécutifs, en quoi il prouve qu'il est uniquement guidé par des soucis métriques.

Par quei verrez certein(e)ment
Que dit avez folement. (ib., v. 1563-4)

33On connaît au Moyen Age les formes donrai et menrai, parfois dorrai et merrai, au lieu de donerai et menerai qui seraient régulières ; ainsi le Moniage Guillaume (II) présente donriés (v. 1183) amenrai (v. 2968) et même durra (v. 5226) tout comme jurrez et plur-sont contenus dans la Chanson de Roland (v. 605 et 1749). L'analogie peut agir dans le même sens ; c'est à cause de il mourra que Villon a écrit ce vers ;

Et le fils pas ne demourra (Testament, XXXVIII, S)

34Bien souvent l'harmonie ne gagne rien à ces chutes de l'e muet, bien au contraire : on a pu le constater par apert(e)ment, dans une des heptasyllabes ci-dessus cités ; rec(e)pveurs, en deux syllabes, premier(e)ment en trois, figurent dans les Sotties du Recueil Trepperel.

35Au contraire l'e féminin peut être placé à la fin des mots, soit immédiatement après la voyelle tonique, soit après une consonne avec laquelle il forme syllabe. Nous examinerons d'abord le premier de ces deux cas, en y distinguant d'une part les substantifs et les adjectifs, puis, de l'autre, certaines désinences verbales. Dans les substantifs et les adjectifs, il est probable que la prononciation courante a cessé de bonne heure de faire sentir l'e muet quand il suivait directement la voyelle accentuée. En vers, les premiers signes qu'on en ait apparaissent dans le Sermon rimé mie (v. 25) ne compte que pour une syllabe, puis dans la Chronique des Ducs de Normandie, où l'on trouve espée (II, v. 10948).de deux syllabes, et vie (II, v. 11213) d'une seule, le premier poème datant au début, le second du milieu environ du xiie siècle. Ces scansions ont été signalées par M. Hossner. Les exemples que cite A. Tobler sont plus récents :

  • Qu'a un autre de li seront balli(e)s les cles. (Gaufrey, v. 63)
  • Ilh m'ait si tost la vie~) rendue. (Sainte Juliane, v. 1017)
  • Sa vie) par estoit tant destroite. (Saint François, v. 1779)
  • Abati l’'iau(e) mesons et caves. (Barbier et Méon, t. II, p.235, v. 276)

36Le fait est un peu plus rare après diphtongue qu'après voyelle. Ce mouvement s'accentue au xive siècle, c'est-à-dire que les poètes agissent de plus en plus selon les besoins de leur numérisme. Les statistiques de M. Hossner sont les suivantes, en indiquant d'abord les cas où l'e ainsi défini forme syllabe et ceux où il s'efface : Miracles de Notre-Dame, 240 et 1 ; Villon, 48 et 13 ; Recueil des Poésies françaises du xve et du xvie siècles de Montaiglon, 292 et 239 ; Ancien Théâtre français de Viollet-le-Duc, 86 et 108 : Nouveau Recueil de Farces françaises des xve et xvie siècles de E. Picot et K. Nyrop, 164 et 85 ; Gringore, 66 et 56 ; Cl. Marot, 110 et 8 ; Melin de Saint-Gelais, 56 et 11. Voici quelques exemples relevés dans Villon :

  • La pluy(è) nous a debuez et lavés. (Épitaphe en forme de Ballade)
  • Celle de la ru(e) Sainct Anthoine (Lais, XXXIX)
  • Puis su(e) Dieu sait quelle sueur. (Testament, XL)

37C'est une des difficultés que Ronsard essaiera de régler.

38La question se présente d'une façon un peu différente dans les désinences verbales de l'imparfait de l'indicatif et du conditionnel. On sait qu'elles remontent aux désinencee latines -ēam, -ēas, -ēat, -ēant, au lieu de -ēbam, -ēbas, -ēbat, -ēbant, et qu'elles doivent en français aboutir régulièrement à -eie, -eies, -eie(t), -eient, puis à -oie, -oies, -oie, -oient. Or, à la troisième personne du singulier, nous ne possédons qu'un tout petit nombre d'exemples qui nous présentent cet e, et dans les textes très anciens, si bien que les formes en oi en ont toujours été dépourvues. L'analogie de cette troisième personne du singulier se fait sentir sur les autres, et la conjugaison en -eie, -eies, -eit, tend à être remplacée par une conjugaison en -ei, -eis, -eit, -eint, plus tard oi-, -ois, -oit, -oint, avec économie d'une syllabe, ce qui laisse aux poètes une latitude dont ils s'empressent de profiter. Il faut ajouter que, seit, soit, est la seule forme connue pour le subjonctif du verbe être, et que, si l'on a d'abord aiet au subjonctif du verbe avoir.

Et tuit li prient que d'els aiet mercit. (Saint Alexis, 37 e)

39seit détermine bientôt ait à l'exclusion de aiet :

S'ait vestut dous halbers et dous helmes fermez. (Pèlerinage, v. 456)

  • 6 A. Tobler, V. F., p.48.

40comme ait et seit entraînent à leur tour aient et seient monosyllabiques, tous les deux antérieurs au xve siècle, puisque Tobler a découvert un exemple du premier dans le Mesnagier de Paris, de Jehan Bruyant, et un exemple du second dans le Trésor de Vénerie6.

41Pour en revenir aux désinences de l'imparfait et du conditionnel, on rencontre en très grand nombre des scansions conformes à l'étymologie. Il en est ainsi dans les vers suivants, qui sont de Froissart :

  • Qui voulroienf en honneur conjoïr. (t. III, p.77)
  • Et disoie : je fais cy vers. (t. III, p.55)
  • Trop seroie mal gracieux, (t. III, p.87)

42L'e, ailleurs qu'à la troisième personne du singulier, commence à s'effacer en anglo-normand au xii° siècle, soit qu'on le supprime dans la graphie, soit qu'on n'en tienne pas compte quand il continue d'être écrit ; c'est seulement à la 3e personne du pluriel que l'ortographe -oint reste longtemps rare. Tantôt Marie de France emploie les terminaisons étymologiques :

  • Ni avei-ent autre exparler. (t. I, p.348, v. 281)
  • Mut estei-ent par eus dolent, (ib., p.378, v. 129)

43Tantôt au contraire elle emploie des formes courtes :

  • T’en sereis tost malbaillis, (t. I, p.506, v. 274)
  • Puis si embleroie)s nos brebiz (ib., p.154, v. 9)

44Sur le continent, on en fait bientôt autant, et les exemples deviennent très nombreux au xive siècle. Parmi ceux qu'ont réunis Tobler et W. Müller, on peut citer ceux-ci :

  • Si tu volois Mahomet aorer. (Guillaume d'Orange, I, v. 804)
  • Dameldieus, sire pere, com hui main estoi riches.
    (Elle de Saint Gilles, v. 957)
  • Mieus me voroi(e) conbatre a lui qu'a cez meschans.
    (Hugon Capet, v. 70)
  • Et les gens de bien pres, qui passoi(e)nt pour aller. (ib., v. 63)
  • Dont les clers disoint que par droit (Libvre b. Jeh., v. 142)
  • Comment le saroi je accuser. (Froissart, t. I, p.239, v. 836)

45A la première personne, oi se change souvent en -ois par adjonction d'une s analogique :

Et ne te mentois je nie. (Christine de Pisan, t. II, p.262, v. 1255)

  • 7 P. Fabri, t. II, p.7.

46A la troisième personne du pluriel, on rencontre d'autres formes monosyllabiques, soit en -ont, désinence mal expliquée, soit en -ient, par analogie avec les deux premières personnes du pluriel étymologiques -i-iens et -i-iez, soit enfin dans l'Orléanais, en -eint et -oint d'après la troisième personne du singulier : « En plusieurs contrées et vers le Mayne, dit P. Fabri7 l'on profere alloyent, ve-noyent, disoyent de trois syllabes plaines, et les autres contrées ilz proferent disoynt, venoynt, alloynt de deux syllabes ». W. Müller a noté des cas où l'e muet n'était pas compté dans un certain nombre de textes des xiie et xiiie siècles, li Ver del Juïse, Aye d'Avignon, Guillaume d'Orange, le Roman d'Alexandre, Cleomades, Aiol, le Roman de la Rose de Guillaume de Lorris, Doon de Mayence, l'Ysopct de Lyon. Au xive siècle, c'est encore -oie en deux syllabes qui est la règle. C'est la seule désinence qu'emploie E. Deschamps à la première personne, mais il use parfois de -ois au lieu de -oies à la seconde. Christine de Pisan écrit -oi, ou -ois ou -oie, mais préfère la scansion en deux syllabes. Froissart ne laisse tomber l'e qu'en cas d'inversion du sujet. Villon écrit 40 fois -oi, une fois -ois à la première personne, quelquefois -oie sans compter l'e, mais il y a encore chez lui beaucoup de vers où cette terminaison vaut deux syllabes, c'est-à-dire qu'il obéit à sa propre commodité. La question ne sera tranchée qu'au xvie siècle.

47Lorsque l'e muet final forme syllabe avec une consonne qui le précède, il résiste beaucoup mieux que lorsqu'il est situé après une voyelle. En règle générale, il est toujours compté dans le plus ancien Moyen Age et se maintient pendant fort longtemps. Il y a bien quelques exceptions chez ceux des poètes anglo-normands qui versifient correctement. Simon de Freine écrit :

  • La dam(e) maintenant li dit. (R. de Philosophie, v, 1159)
  • Car une bot(e) prist. de fer. (Saint Georges, v. 1171)
  • 8 Romania, t. XXXIV, p.575-6.

48Ce sont des heptasyllabes. Les mêmes faits paraissent se vérifier chez d'autres poètes, comme Jordan Fantosme, Chardri, et les Légendes d'Adgar ; mais, comme leur syllabisme est le plus souvent beaucoup moins sûr, il serait téméraire de s'y arrêter. C'est au xve siècle seulement que la voyelle féminine finale s'efface sur le continent dans un certain nombre de textes lorsqu'elle suit une consonne. Pierre de Hauteville, auteur de la Confession et Testament de l'Amant trespassé de dueil, la traite avec beaucoup de désinvolture. A Piaget, dans l'étude qu'il a consacrée au Desconseillé d'Amors8, poème composé en 1442 par l'écrivain normand Henri Anctil (Anquetil), y a relevé, parmi d'autres semblables, ces deux octosyllabes qu'il cite :

  • Qui l'aym(e) ne s'en puet repentir.
  • Et s'en mocquer(e)nt plusieurs et dirent.
  • 9 Romania, t. XXXV, p.535.

49Un autre poème, écrit en 1431 par le lorrain Jean Baudoin, l'Instruction de la vie mortelle, a été publié par P. Meyer9, qui y a signalé des irrégularités de la même sorte, en nombre assez considérable. Voici celles que j'y ai moi-même notées dans la seconde partie de cet ouvrage :

  • Histoir(e)s anciennes s'en roumans les trovoient.
  • Jouvans aux tables, aux cart(e)s ou autrement.
  • Que des eglises de chenoinn(e)s ou couvent.
  • Pourquoi pluseurs s'enquier(e)nt a depourter.
  • Plus a a dir(e) sur moi, bien dire l'os.
  • Et occuper en bonn(e)s oeuvres noz jours.
  • Et bien se paient leurs droitur(e)s a l'Eglise.

50Tobler a cité une chanson de soldat contenue dans le Recueil de Chants historiques français de Leroux de Lincy. Cette pièce, composée en 1525 après la défaite de François Ier à Pavie, est fort incorrecte, et renferme des vers de six et de huit syllabes au milieu des heptasyllabes qui y dominent. Il en a extrait le passage suivant :

  • 10 A. Tobler, V. B., p.35.

Regardir(e)nt à sa casaque,
Avisèr(e)nt trois fleurs de lis.
Regardèr(e)nt à son espée,
Françoys ils virent escrit.
Ils le prir(t)nt et le menèrent
Droit au château de Madrid,
Et le mir(e)nt dans une chambre
Qu'on ne voiroit jour ne nuit,
Que par un(e) petit(e) fenêtre.
Qu'estoit au chevet du lit (t. II, p.92)10

51Dans ce Recueil de Leroux de Lincy foisonnent d'ailleurs toutes les autres libertés syllabiques que les poètes se sont permises, si bien qu'on y trouve réunies les bases de cette versification populaire, fortement apocopée, dont useront plus tard Vadé, Désaugiers et Béranger.

52La variabilité des formes grammaticales au cours du développement de la langue, le plus souvent par le jeu de l'analogie, a donné aux écrivains l'occasion de se procurer des syllabes quand ils en avaient besoin, ou au contraire d'en supprimer. Certains substantifs et adjectifs à accent mobile étaient particulièrement précieux à cet égard. Les uns n'avaient qu'une syllabe au cas sujet, mais deux au cas régime. D'autres possédaient un cas sujet terminé par un e muet qui permettait une élision ou fournissait une rime féminine, tandis que leur cas régime était oxytonique. Il y a donc eu des échanges de formes. Soit donc le mot ante (c. s.), antain (c. r.). Le vers suivant est correct :

Il est fiels de m'antain et niés a l'amiré. (Fierabras, v. 3927)

53Il n'en est pas de même de celui-ci, à césure féminine :

Pour l'honneur de men ante vas vos veul remerchier
(Hugon Capet, v. 2831)

54Il faudrait antain, qui rendrait le vers faux. Soit maintenant maire (c. s.), major (c. r.) :

  • Terre major remaindreit en repos. (Ch. de Roland, v, 600)
  • Qu'une mais ne fu en maire esfrei.
    (Chron. D. de Normandie, II, v. 5394)

55C'est maire qui conviendrait dans le premier de ces vers, et major dans le second ; cependant maire fournirait une césure lyrique qui serait ici déplacée, et major empêcherait l'élision, nécessaire pour que le mètre subsiste : les deux poètes n'ont donc pas hésité à violer les règles de la grammaire. H. Andresen a ainsi relevé un grand nombre d'exemples où les cas, volontairement confondus, ont été pris l'un pour l'autre. Il a noté suer au lieu de seror (Cleomades, à plusieurs reprises), ante pour antain (R. de Troie), lerre pour larron (Amis et Amiles), emperere pour empereor (Jourdain de Blaivies), traïtre pour traïtor (ib., Gaydon, Renaud de Montauban), quens pour conte (Aye d'Avignon), fel pour felon (Gaydon), pire pour pejor (ib.), maire pour major (R. de Troie), mendre pour menor (Chr. des Ducs de Normandie), Ganes pour Ganelon (Aye d'Avignon), etc. etc.

56Quelques adjectifs, issus de la seconde classe du latin classique, offraient eux aussi des possibilités analogues. Ils avaient de leur nature un masculin et un féminin semblables, mais souvent le latin vulgaire les avait ramenés à la première classe, où le féminin était différent du masculin. Ce mouvement, attesté à une date assez reculée par des formes comme tristus, trista, pauper, paupera, au lieu de tristis, tristis et pauper, pauper, prit en ancien français une extension plus grande. De là, pour un certain nombre d'adjectifs, une dualité qui permet au poète de choisir. En voici des exemples, d'abord pour grand (grandis, is) :

  • Deüz services et mout granz amistez (Ch. de Roland, v. 29)
  • Grands chaines d'or, dont maint beau corps est ceint.
    (C. Marot, t. I, p.177)
  • De sun col getet ses grandes pels de marbre. (Ch. de Roland, v. 281)
  • Das gas qu'erseir desistes grande folie fut. (Pèlerinage, v. 695)

57Puis pour fort (fortis, is) :

  • Ço dist Rolanz : forz est notre bataille. (Ch. de Roland, v. 1713)
  • Ce seroit aussi forte chose. (E. Deschamps, dans Littré, Dict.)

58Puis pour tel (talis, is) :

  • Tez est ma foiz et ma creance. (Dolopathos, v. 12752)
  • Car la matere teus seroit. (Floire et Blancheflor, v. 729)
  • Es tu ci, ou de telle quelle. (Théâtre fr. au M. A., p.563)
  • Le roi Corsuble en a tele donnée. (Enfances Ogier. v. 6222)

59Et d'autre part il est des adjectifs pour lesquels la forme régulière du féminin a été transportée au masculin, tandis que le masculin régulier subsistait encore. Ici ferme (firmus > fers, firma > ferme) et roide (rigidus > reiz, rigida > reide) serviront d'exemples :

  • A Socrates seras semblables
    qui tant fu fers et tant estables. (Roman de la Rose, v. 5872)
  • Andementiers ont treves pris
    Et ferme pes jusqu'à huit dis. (Enéas, v. 7856)
  • Dous escuz forz e reiz m'empruntez le matin. (Pèlerinage, v. 593)
  • Reis deit estre mult dreituriers,
    En justice reides et fiers. (Marie de France, Fables, XLVI, v. 53)

60D'autres adjectifs présentent les mêmes facilités. Il faut leur adjoindre encore des mots d'emprunt, comme facile, mobile, difficile, débile, docile, qui ont fait leur apparition dans la langue au xve siècle ou au début du xvie siècle et qu'on rencontre au masculin sans e muet, par analogie avec les mots d'origine populaire.

61Les pronoms personnels ne donnent lieu qu'à un petit nombre de remarques. On doit mentionner, au lieu du féminin elle, la forme monosyllabique el, qu'on rencontre déjà chez Philippe de Thaon et ça et. là au xiie siècle, puis fréquemment au xiie siècle, et qui continue d'exister jusqu'à la fin du xve. Elle est contraire aux lois de la morphologie française, et a sans doute son origine dans un fait de phonétique syntaxique : à côté de ele dit on a en effet ele a, non différent à l'oreille de el a, el se sera généralisé. Le numérisme du vers en tire part :

  • Quant ele vient a sa seror,
    El le reçoit a grand honor. (Partenopeus de Blois, v. 6317-8)
  • ... Et les vertus sont essauciez,
    S'orrez comment els sont hauciés
    Et comment visce sont vaincu. (Rutebeuf. Il, 57)

62Ilz, au lieu du féminin pluriel elles se rencontre quelquefois au xve siècle, mais n'est pas ancien :

Ou sont ilz, Vierge souveraine.

63a dit Villon en parlant des Dames du temps jadis, en un vers que certains éditeurs ont souvent, mais à tort, tenté de corriger. Comme on avait au masculin pluriel deux formes distinctes il et els, l'une pour le cas sujet, l'autre pour le cas régime, on a essayé d'établir la même différence au féminin, et c'est cela qui explique la naissance de cet ilz.

64Les verbes nous retiendront plus longuement. A la première personne de l'indicatif présent, on sait que les verbes paroxytons de la première conjugaison, en vertu des lois phonétiques, ne se terminent pas par un e muet, au contraire de la seconde et de la troisième personnes : canto > chant, cantas > chantes, cantat >chante. Mais l'analogie des deux autres personnes se fait bientôt sentir, d'autant plus que certaines premières personnes, accentuées sur l'antépénultième, exigent souvent un e de soutien, comme simulo > semble, tremulo > tremble. Dans Saint Brendan, je pri (v. 329), j'os (v. 1253), je guart (v. 1426) sont des formes très correctes ; mais ce poème, à la rime, présente déjà deux premières personnes avec e muet :

  • Que enz en enfern jo demaine. (v. 1308)
  • Pur cel ai cest dun me lie. (v. 1457)

65Plus tard les cas en deviennent plus fréquents. C'est là un artifice métrique dont les poètes exploitent la commodité. Philippe de Beaumanoir écrit d'une part :

  • Bien pens faire le me feront. (Manekine, v. 605)
  • Pour chou vous conjur que le voir, (ib., v. 6175)

66et de l'autre :

  • Et pour quoi en soupire gié (ib., v. 447)
  • Cele a qui je pense toujours, (ib.. v. 1919)

67Cependant les formes sans e sont longtemps préférées, comme elles le sont encore par Rutebeuf. Mais l'e progresse sans cesse, et finit par s'établir victorieusement, ce qui met fin aux fantaisies métriques des poètes.

  • 11 Dans Sainte Eulalie, à côté de laist, très correct, les deux subjonctifs raneiet et deguet présent (...)

68Il en est de même aux trois personnes du singulier dans les subjonctifs présents de la première conjugaison. Les règles phonétiques exigent cantem > chant, cantes> chanz, cantet > chant, tandis que d'autres verbes veulent un e de soutien : simulem > semble, simules > sembles, simulet > semble. L'analogie exerce très vite son action11, ainsi qu'on peut le constater par ce vers de la Chanson de Roland :

Jo n'en ait ost qui bataille li dunne. (v. 18)

69Vante se trouve dans Gormont et Isembart (v. 82) ; Saint Brendan, présente à la première personne esmaie (p. 226) et crie (v. 1252).

70Pourquoi n'en serait-il pas ainsi, puisqu'à l'influence des verbes à formes accentuées sur l'antépénultième s'ajoute encore celles des verbes qui appartiennent à d'autres conjugaisons, où les terminaisons en e sont régulières, comme saliam > saille, salias > sailles, saliat > saille ? Certes les formes correctes, sans voyelle terminale, restent longtemps courantes :

  • Ne sui mie par ço venuz
    Que m'en retor com esperduz. (R. de Troie, v. 1378)
  • Del tot en tot en ma franchise,
    Sanz ce que nes vos en esforz. (Chevalier au lyon, v. 5035)

71Elles l'emportent même sur les formes analogiques jusqu'à la seconde moitié du xiiie siècle. Mais celles-ci, à la même époque, continuent de se manifester ça et là dans les textes, plus longues d'une syllabe qui sert à compléter le vers :

  • Miex vuel estre enfouie
    Ke je me lieve dusque m'ert otroïe
    Li acordance (Aliscans, v. 1618)
  • N'i a celui n'en baisse le menton (ib., v. 2350)
  • 12 Cf. G. Willenberg, Historische Untersuchung...
  • 13 Il y a encore cependant des restes de l'ancien usage aux xve-xvie s. Cf. si m'ait Dieu, le diable (...)

72G. Willenberg12 a ainsi relevé, à la première personne, dans le Roman de la Rose, baise {v. 3 4 0 3), conte (v. 4109), pense (v. 1911) ; dans le Mystère d'Adam, frape (v. 69) ; à la seconde personne, dans la Chronique des Ducs de Normandie, apaies (v. 6 0 9 6) ; dans Aliscans, eschapes (v. 6220), dans Girart de Viane, comperes (v. 1 8) ; à la troisième personne, dans Ogier, cravante (v. 9035) : dans le Roman de la Rose, convoite (v. 3310), cuide (v. 2720), ose (v. 2724), etc. Le mouvement se poursuit ainsi, de plus en plus fort, et, à la fin du xive siècle, l'analogie a remporté une victoire complète13.

73Un autre cas intéressant est celui des premières personnes du pluriel. On sait qu'elles remontent en leur désinence à la finale -umus qui est celie du latin sumus. Or sumus est représenté en français par -ons, régulier, ou par -omes, analogique de esmus > es-mes, avec un e muet de soutien, et qui lui-même a été créé en latin vulgaire d'après la deuxième personne estis. Ces deux terminaisons, l'une monosyllabique, l'autre dissylabique, se font concurrence dans les anciens textes, et même encore au xiiie siècle. Dans Gale-ran, l'Escoufle et Guillaume de Dole, ainsi que dans Orson de Beauvais, les formes en -omes se rencontrent assez souvent, mais n'excluent pas celles en -ons. En voici deux exemples :

  • A ceste pantecoste le devoumes ociere. (Orson de B., v. 3155)
  • Or queromes signor ou soiens retenu. (ib., v. 973)
  • Ki sacent de cui nous disommes (Escoufles, v. 42)

74D'autre part on lit dans les mêmes poèmes :

  • Miles, dit Guinemaus, nous parlerons avant. (Orson, v. 2999)
  • Ne fu cuens, si cum nos disons. (Escoufle, v. 100)

75Fait notable : Orson de Bauvais, présente les deux désinences dans deux vers consécutifs :

Ne serommes ceans, c'il te plait, sans congié,
Si an irons demain, quant jors iert esclarciés (v. 938-9)

76Il les présente même dans les deux hémistiches d'un seul alexandrin :

Si manderons Charlon et en feromes tant. (v. 2098)

77Bien évidemment le poète n'a aucune préférence pour l'une ou l'autre de ces deux terminaisons ; il ne se laisse guider que par leur utilité syllabique, en se félicitant de les avoir l'une et l'autre à sa disposition.

78Restent enfin les futurs, qui offrent aux versificateurs de précieuses facilités. Ceux de la première conjugaison possèdent leur syllabe pénultième, un e muet tout à fait conforme aux règles phonétiques ; les autres n'en ont pas ; en d'autres termes, chanter fait chanterai, mais prendre fait prendrai. Entre ces deux séries, comme on peut s'y attendre, l'analogie intervient. Dans la première, la voyelle pénultième disparaît, ce qui est rendu possible, ainsi que nous l'avons vu, par l'attraction qu'exercent l'une sur l'autre, les deux consonnes entre lesquelles elle est placée. Ainsi chantra devient semblable à prendra, demandra à avrA;

Tout avront d'abondance, ne demandront mellor (Poème moral, v. 451)

79Mais d'autre part un e s'introduit dans la seconde série entre les deux consonnes. Ici il faut distinguer. Il ne s'agit pas de celui dont on constate la présence entre v et r dans les manuscrits copiés en Angleterre ; celui-ci est uniquement destiné à faire voir que ce v écrit u est bien une consonne, et non une voyelie ; quoique noté, il ne compte pas dans la mesure du vers :

  • Quant averez vent, siglez sulunc. (Saint Brendan, v. 227)
  • Dunc n'i avera lie reprendre.
    (7 syll., Simon de Freine, R. de Philosophie, v. 414)

80Il s'agit au contraire de l'e qui apparaît au Nord-Est de la France non seulement entre v et r, mais encore entre consonne occlusive et r et qui a une valeur syllabique. Il n'est sans doute pas dû au désir de parer à une difficulté de prononciation : l'analogie seule en est la cause : et ainsi prendera correspond à chantera par égalisation des formes. La voyelle supplémentaire se rencontre ainsi en Lorraine et en Picardie ; elle est étrangère au Centre et à l'Ouest. Elle semble ne s'être développée qu'à la fin du xiie siècle, car elle est encore inconnue à Chrétien de Troyes, et le xve siècle la connaîtra encore. En voici des exemples :

  • Ja mais an mon reaume n'avèrez heritage (Orson de Beauvais, v. 3190)
  • An si sauvage terre que ne nous saverons. (ib., v. 654)
  • Ja Landris avera a moiller et a per. (Doon de la Roche, v. 4516)
  • Tel chose vous dirai dont grant joie averez (ib., v. 4524)
  • Ja mais femme ne prenderai. (Ph. de Beaumanoir, Manekine, v. 226)
  • En un batel le meterai, (id. ib., v. 917)
  • Mais quant il mix connisteront (id., ib., v. 2343)
  • Un tel amant deveroit on... (Froissart, t. III, p.131)
  • Car jamais tant que viverez... (Molinet, cf. Dupire, p.309)

81On trouve ainsi aperceveront, renderai dans Rutebeuf, perdera, raverons, deveront, dans l'Escoufle, avera dans le Lai de l'Ombre, rendera dans Galeran, saverum, averat dans la Résurrection du Sauveur, des quantités de faits semblables dans Aiol, Élie de saint Gilles. Ph. Mous-ket, la Passion du Palatinus : mais partout les formes allongées sont en concurrence avec les formes courtes normales. L'auteur de la Passion du Palatinus écrit tantôt

  • Quant bien lavé les averai. (v. 89)

82et tantôt :

  • De mes pEchiez livra pardon, (v. 95)
  • 14 Je jorrai, du verbe jouir, est dans le Roman de la Rose. Il est tout-à-fait conforme aux lois phon (...)

83Comme les autres poètes, ce sont les besoins de sa métrique qui le guident. L'i d'ailleurs n'est pas à l'abri d'accidents analogues. Dans les verbes en -ir, les formes régulières sont représentées par partroit et partra qu'on trouve dans Élie de saint Gilles et par orrai14 tandis que le souvenir de l'infinitif a imposé partirai à côté de mentirai, repentirai, sentirai, sortirai, vestirai, eux aussi anormaux, et que oïrai est assez fréquent en Bretagne, en Poitou et en Wallonie.

84L'introduction d'un e intérieur analogique au futur a eu cette conséquence que parfois l'infinitif a été refait sur ce temps. Pourquoi rendere au lieu de rendre n'aurait-il pas droit à l'existence, puisque renderai le laisse supposer ? Et en effet, dans la Résurrection du Sauveur, on rencontre despendere (v. 186) pour despendre. On en vient ainsi à admettre que tout groupe de deux consonnes peut admettre un e muet qui s'intercale entre elles, d'où perecer (v. 96) au lieu de percer et chamberier (Huon de Bordeaux, v. 450) au lieu de chambrier. De même, parmi les substantifs, il en est qui possèdent une forme étirée, d'après le féminin de l'adjectif correspondant, tandis que l'étymologie y est contraire : tel est le cas de durté, clarté, meurtè, ferté, purté, qui deviennent souvent dureté, claretê, meureté, fieretê, pureté. Si l'on y adjoint les mots qui comportent originairement un e intérieur, mais qu'on peut supprimer, comme saire-inent, soupeçon, surpelis, pareçon, larrecin, souvent écrits serment, soupçon, surplis, parçon, larcin, on arrive à former une liste assez longue de vocables fort utiles aux versificateurs dans l'embarras. On comparera entre eux ces vers de Froissart :

  • Que je reçoi painne et durtê. (t. I, p.7, v. 184)
  • En duretes et en dolours. (t, I, p.46, v. 1550)
  • Qu'un ombre qui vient sus clarté, (t. I, p.163, v. 2577)
  • Que nulle claretè poet estre. (t. II, p.230, v. 361)

85Une place spéciale doit être faite à superanum > sovrain, allongé en souverain ; certains emploient concuremment ce mot sous ces deux mesures, tel Philippe Mousket, qui s'efforce également de faire accepter Jurzalem à côté de Jherusalem.

  • 15 Froissart présente ad libitum ores et ore, arrière et arrier, derriere et derrier, onque et onc, e (...)
  • 16 G. N. Breuer. Sprachliche Untersuchung

86Tous ces procédés sont presque aussi vieux que la versification française elle-même. Ils n'épargnent même pas les adverbes et les conjonctions, puisque l'auteur de Saint Brendan fait appel tour à tour à or et à ore, à aloeces ou iloeces, en trois syllabes, à côté de iloec, qui n'en a que deux, à cum et à cume, à une et à unches, à dunc et à dunches, en quoi il a rencontré de très nombreux imitateurs15. Et cela ne serait rien encore, s'il ne fallait mentionner un autre artifice plus simple, mais aussi plus cynique, grâce auquel il est possible de trouver une syllabe de supplément quand on en manque. Cet artifice consiste à employer un féminin au lieu du masculin qu'exigent l'usage et la grammaire : saintes merites, tantes bon païs, mainte bial miracle, maintes granl tresor sont des manières d'écrire qui ornent le Girart de Roussillon comtois16 ; la langue en souffre, mais le vers est sauvé. Froissart qui ajoute indûment un e muet à un participe passé, ne se laisse pas davantage arrêter par les scrupules :

Cent florins vous a, par saint Gille,
Moult bien coustée celle grasee (t. II, p.233)

87Inversement le masculin remplace le féminin quand celui-ci gênerait la mesure du vers :

Il leverent la voile, qui fu blans comme lis. (Aye d'Avignon, v. 52)

Quant n'en est pris venjance, ne me prise un fromage
(R. de Montauban, v. 422)

88Surtout les poètes tiennent beaucoup aux formes doubles. Ils n’y renoncent que quand les mots ont pris leur physionomie définitive, sans que la même solution s'impose à tous ceux qui appartiennent à la même série. C'est avec le plus vif regret qu'ils ont vu disparaître toutes ces libertés que le Moyen Age avait hautement appréciées.

Notes

1 Pour la transcription, cf. supra, t. I, p.127 sqq.

2 Cf. supra, t. I, p.300 sqq.

3 Cf. G. Paris, Introduction à la Vie de saint Gilles, de Guillaume de Berne-ville, p. XXII.

4 Eüs (tu eus) devient régulièrement monosyllabe à la fin du xiiie siècle, quelques exceptions près cependant, qui se prolongent tardivement.

5 Les exemples sont très nombreux : comandrons, portra dans le Poème moral, aidrai, gardroie dans Huon de Bordeaux, etc. etc.

6 A. Tobler, V. F., p.48.

7 P. Fabri, t. II, p.7.

8 Romania, t. XXXIV, p.575-6.

9 Romania, t. XXXV, p.535.

10 A. Tobler, V. B., p.35.

11 Dans Sainte Eulalie, à côté de laist, très correct, les deux subjonctifs raneiet et deguet présentent un e muet qui soulève une question très difficile. A la fin du ixe siècle, on ne peut croire à des cas d'analogie.

12 Cf. G. Willenberg, Historische Untersuchung...

13 Il y a encore cependant des restes de l'ancien usage aux xve-xvie s. Cf. si m'ait Dieu, le diable m'emport, Dieu vous gart : cette dernière formule subsiste jusqu'au xviie s.

14 Je jorrai, du verbe jouir, est dans le Roman de la Rose. Il est tout-à-fait conforme aux lois phonétiques : mais nous ne connaissons plus que je jouirai.

G. LOTE. — Histoire du vers français, t. III. 8

15 Froissart présente ad libitum ores et ore, arrière et arrier, derriere et derrier, onque et onc, etc.

16 G. N. Breuer. Sprachliche Untersuchung

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1184/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

© Presses universitaires de Provence, 1955

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter