Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome III

 | 
Georges Lote

Première section : le compte des syllabes

Chapitre premier. L'élision et l'hiatus

Texte intégral

1Toute versification, pour pouvoir prendre corps, a besoin d'un instrument, d'une langue qui lui est préexistante et qu'elle doit utiliser. La versification française est basée sur le syllabisme. Dès lors il est indispensable de savoir comment sont comptées les syllabes et selon quelles règles est faite la numération. La question ainsi formulée conduit à rechercher dans quels rapports se trouve la métrique avec le parler courant. On n'ignore pas en effet que la prononciation française a beaucoup évolué depuis les origines. Dès lors il faut savoir si l'usage des poètes s'est modifié au cours des siècles ou s'il est resté immuable, jusqu'à quel point il a pu se modifier, et si, en se modifiant, il a suivi toutes les transformations du langage. Les habitudes primitives, qui sont devenues bien souvent des règles, étaient-elles fondées sur une réalité certaine, et, si elles ont parfois changé, l'ont-elles fait pour s'accommoder à la réalité la plus récente, ou bien ont-elles toujours subsisté, même d'une manière artificielle, rapidement détachées peut-être de l'objet qui devait logiquement leur servir de support ? Le problème est assez complexe et présente plusieurs aspects. L'hiatus et l'élision par exemple jouent un grand rôle dans le fait de la numération syllabique. C'est par eux que nous commencerons cette étude.

2L'hiatus, on le sait, consiste dans la juxtaposition de deux voyelles qui gardent leur qualité de voyelles. Le contact dont il s'agit peut se présenter à l'intérieur des mots, comme dans injuri-eux ; mais des cas semblables seront pour le moment laissés de côté, car la rencontre qui s'établit ainsi n'a jamais provoqué l'opposition des poètes et des traités, et les difficultés qu'elle soulève ont été réglées de manière purement empirique. Il en est autrement de la rencontre qui se produit entre deux voyelles situées dans deux mots différents, comme dans ce vers de Saint Alexis :

Granz est li duel qui sour met est vertiz. (93 c)

3Ici il y a hiatus entre la voyelle qui termine la septième syllabe et celle qui commence la huitième. Il y a également hiatus lorsque la voyelle initiale du second mot est précédée d'une h d'origine latine, qu'on appelle h muette ; en voici un exemple :

  • 1 Du latin hodie.

Que hoi1 murruen, par le mien escient. (Ch. de Roland, v. 1936)

4Cette h, qui ne fait pas toujours position dans la métrique des Latins, manque déjà dans certaines inscriptions dès la fin de la République et disparaît sans laisser de traces dans la prononciation des langues romanes ; parfois notée par le scribe du manuscrit d'Oxford, elle n'est alors sous sa plume qu'un souvenir graphique ; il l'omet d'ailleurs assez souvent, puisqu'il écrit un peu plus loin :

Cunquis l'avrat d'oi cest jur en un meis. (ib., v. 2751)

5Absente des mots français à l'origine, elle y a été souvent rétablie par souci étymologique. Au contraire l’h d'origine germanique a été longtemps articulée sous forme d'un souffle qui précédait la voyelle, et elle empêchait l'hiatus :

  • 2 Du germanique haunita + suff. -aticum.

Vers mon seignor le rei n'i at giens de hontage2 (Pèlerinage, v. 617)

6Mais l'hiatus peut être empêché par l'élision, lorsque le premier des deux mots en contact se termine par un e muet :

Tant i plorerent e li pedre e la medre. (Saint Alexis, 100, a)

7Des cas spéciaux seront examinés au cours de ce chapitre. On se rend compte dès maintenant que le compte des syllabes dépend en partie de l'hiatus et de l'élision, que celui-là permet d'obtenir une syllabe de plus dans le vers, et que celle-ci le raccourcit d'autant.

  • 3 Ciceron, Orator, 44, 150.

8Avant de rechercher quelle a été la pratique des poètes français, il est bon de remonter jusqu'au latin. La métrique classique, lorsque deux voyelles se trouvaient en présence, élidait la première, et même par-dessus une m finale, qui était tenue pour nulle. Cependant on évitait d'élider les voyelles longues ou les diphtongues, ainsi que les monosyllabes longs placés devant une voyelle brève qui commençait un autre mot. Il est certain d'autre part que l'hiatus était désagréable. Le rhéteur grec Isocrate l'avait interdit dans la prose, et Cicéron avait repris ce précepte en invoquant le jugement souverain de l'oreille : « Animus in diendo prospiciet quid sequatur, ne extremorum verborum cum insequentibus primis con-cursus aut hiulcas voces efficiat aut asperas3.» On l'excusait à la césure des vers quand la coupe de sens y était assez forte ; ailleurs il était fautif.

  • 4 Cf. supra, t. I, p.12-29.
  • 5 P. Wagner, t. II, p.390.

9Or le syllabisme de la poésie liturgique prit une telle importance qu'il le fit admettre d'une façon régulière, bien que les poètes, par un reste de tradition, s'efforçassent parfois de l'éviter quand il leur paraissait trop dur. On en trouvera de nombreux exemples dans les textes latins qui ont été cités au début de cet ouvrage4. Mieux encore, l'hiatus fut à ce point considéré comme l'apanage naturel du vers qu'on l'introduisit là ou le poète ne l'avait pas admis. Les chants de l'Église, par corruption certaine, s'augmentent parfois dans les manuscrits d'une note qui supporte l'articulation primitivement destinée à l'élision. P. Wagner5 en donne cet exemple pris à la quatrième strophe de l'hymne Aeterne rerum conditor :

10L'habitude courante de l'hiatus a donc conduit à fausser le vers.

  • 6 Jean de Garlande, Poetria, p.923.
  • 7 Cf. supra, p.59.
  • 8 Leys d'Amors, éd. G.-A., p.26 sq.
  • 9 P. Fabri, t. II, p.130.

11Certes le concours de deux voyelles d'un mot à l'autre, est condamné par quelques théoriciens du Moyen Age, Jean de Garlande l'interdit6 : « Item vitanda est frequens concursio vocalium in prosa sicut in métro causa hyatus vitandi.» Les Leys d'Amors, on le sait déjà7, lui sont assez peu favorables pour des raisons d'euphonie. La défense qui concerne les voyelles simples est répétée au sujet des diphtongues : « Une diphtongue ne doit pas être placée immédiatement devant une autre, car cela produit un trop grand hiatus, qui fait trop ouvrir la bouche.» Pourtant il y a des tolérances : « Néanmoins cette faute de mettre une voyelle devant une voyelle et toutes les autres fautes sont entièrement excusées, quand on les commet pour ne pas perdre une bonne expression, car il faut préférer le fruit à l'écorce ; ou bien quand toute autre manière de parler ne serait ni aussi exacte, ni aussi bonne, ni aussi belle... Car nous aimons mieux un peu de dureté dans le son que la perte d'une bonne pensée8.» Certes il est des poètes qui ont fui l'hiatus : on n'en rencontre pas dans le Roman d'Eracle, écrit vers 1164 par Gautier d'Arras ; il n'y en a pas non plus dans le Songe d'Enfer de Raoul de Houdenc ; des poèmes anglo-normands ou normands en sont exempts. Pourtant le texte des Leys d'Amors est le premier signe d'une proscription qui imposera à la langue vulgaire l'élision pratiquée par le latin classique. Cette proscription ne sera formulée de nouveau qu'à la fin du xve siècle par l'Infortuné, qui trouvera en P. Fabri un disciple convaincu : « Et nota que néanmoins que synalimphe soit figure, dit celui-ci9, touteffoys l'Infortuné la baille pour règle generalle que tousjours e feminin en fin de terme qui a apres lui ung aultre terme commenceant par vocal, doibt estre synalimphé ; et dict qu'elle fut trouvee pour avoir plus armonieuse sonorité et delectation en pronunciation, par quoy il faict ung vice de non synalimpher.» Malgré ces rares manifestations d'hostilité, l'hiatus, hérité du latin liturgique, est resté un phénomène très répandu dans la poésie médiévale, où d'ailleurs l'élision était également pratiquée.

  • 10 G. Rydberg, Zur Gesch. des fr. 9, p.85-86. Dans Florence de Rome (ed. Wallensköld, Intr., p.85), l' (...)

12L'h aspirée, pendant tout le Moyen Age, a empêché l'hiatus parce qu'elle était réellement articulée. Elle continue de l'être bien au delà de la Renaissance. Il n'y aurait pas lieu de s'attarder sur son compte s'il ne fallait signaler quelques cas où elle a été tenue pour nulle. Th. Linck constate que Ph. Mousket, auteur de la Chronique rimée, l'a supprimée dans les mots haubert et heauhne dès la première moitié du xiiie siècle, écrivant bravement l'iaume, l'ielme et l'aubiers, l'aubierc. De son côté G. Rydberg10 a relevé des exemples analogues au xve siècle, dans le Mystère de Saint Adrien :

De par nous, et a chiere hardie, (v. 1881)

Vous maintienne hautesse et honneur, (v. 1907)

Mander pour vous vangier d'une honte, (v. 2046)

D'y aler vueil bien faire hastie. (v. 3686)

13Ces deux textes ont été écrits dans le Nord du domaine français. G. Rydberg invoque l'influence du Midi, où l'h aspirée ne s'était pas maintenue. Mais rien ne nous autorise à accepter une telle explication, car on rencontrerait beaucoup d'exemples semblables dans des régions plus proches des provinces méridionales. On ne peut croire à la non-prononciation de l'h d'origine germanique à des époques aussi anciennes. Il s'agit simplement d'analogies, comme on entend articuler aujourd'hui des haricots, avec liaison, d'après des hôpitaux. Les poètes auront sollicité l'élision, sur le modèle de l'herbe, l’honneur, etc., mots dans lesquels l'h est latine, donc muette, parce qu'autrement leurs vers auraient été trop longs d'une syllabe : pour être sûr qu'il en serait bien ainsi, Ph. Monsket a modifié l'orthographe régulière.

14Sous réserve des observations qui seront présentées plus loin au sujet de certains monosyllabes, l'usage veut au Moyen Age que deux voyelles, dont la première n'est pas un e muet, puissent librement se trouver en contact direct, ainsi que le permettait la poésie latine liturgique. Peu importe d'ailleurs que le premier des deux mots juxtaposés soit un monosyllabe ou un polysyllabe. Voici une série d'exemples destinés à le prouver :

Ço fut Lusos 0 il entrat. (Saint Léger, 17 c).

A Ostedun, a celle civt. (ib., 24 a)

Alque par pri e le plus par podeste. (Saint Alexis, 113 d)

N'i ont si dur ne l'estoüt plorer. (ib., 86 e)

A une part s'en torne, si apelet Bertram. (Pèlerinage, v. 94)

Il en vint al palais la ou Charles seeit. (ib., v. 732)

Li emperedre qui ça enz nos laissat. (Chanson de Roland, v. 1115)

Dessoz un pin i est alez corant. (ib., v. 2359)

Qui sermona a la chrestienté. (Couronnement de Louis, v. 52)

De granz losenges le prist a araisnier. (ib., v. 102)

Plusurs le m'unt cunté e dit.
(Marie de France, Chèvrefeuille, v. 5)

Ele esgarda un poi avant, (ib., v. 80)

15A propos de l'avant-dernier exemple, on doit noter qu'au Moyen Age la conjonction et, lorsqu'elle se trouve devant une voyelle, forme bel et bien hiatus : le t du et latin s'est d'abord sonorisé en d entre voyelles dans cette position, mais il est tombé devant consonne déjà au milieu du xie siècle et cette nouvelle forme a éliminé l'autre ; il a été rétabli par réaction étymologique sans être désormais prononcé. Le concours de sons dont il s'agit a été accepté en somme jusqu'à Ronsard. Les meilleurs poètes, E. Deschamps, Froissart, Christine de Pisan, Villon, l'ont pratiqué même quand il était particulièrement dur :

Dictes moy ou, n'en quel pays,
Est Flora, la belle Romaine,
Archipiada, ne Thaïs,
Qui fu sa cousine germaine ;
Echo, parlant quand bruyt on maine
Dessus riviere ou sus estan,
Qui beauté eut trop plus qu'humaine ?
Mais ou sont les neiges d'antan ? (Villon)

16Cependant il semble bien, malgré l'opinion de G. Rydberg, qu'il ne faille point considérer comme hiatus, dans les plus anciens textes, les cas où le premier des deux mots en contact se termine par une diphtongue ; car la diphtongue est d'abord accentuée sur son premier élément, et le second, étant semi-consonne, empêche le heurt moderne. On peut citer :

A (ou, a flame vai ardant. (Saint Léger, 25 a)

Domine Dieu iluoc laissat, (ib., 22 a)

Espede a ceindre com lui altre per. (Saint Alexis, 83 b)

Pou en perneies en ta povre herberge. (ib., 84 d)

Por queim foi ? jat portai en mon ventre, (ib., 91 c)

17Au contraire il faut admettre l'hiatus, avec la prononciation par e de la diphtongue ai, dans les vers suivants :

Si m'en alai en l'autre lit
Gesir, et lui laisai el mien.

18Ils sont en effet tirés de Joufrois, qui est un texte relativement récent.

19Nous passerons maintenant à l'étude de l’e féminin posttonique placé devant un mot qui commence par une voyelle. En règle générale, cet e féminin s'élide depuis nos plus anciens textes, ce qui signifie bien évidemment qu'il s'effaçait dans la prononciation courante :

Sed il nen at langue a parler. (Saint Léger, 29 a)

Lo puople bien fist creidre en Dieu, (ib., 31 f)

Ou tum laissas dolente et esguarede. (Saint Alexis, 94 e)

Tant i plorerent e li pedre e la medre. (ib., 100a)

Entre or fin et argent guardez combien i a. (Pèlerinage, 510)

Quant li conte out gabét, si se sont endormit, (ib., 618)

Ma bone espede que li reis me donat. (Ch. de Roland, 1122)

Ensemble od els sainz Gabriels i vint. (ib., 2798)

20Cependant il y a des exceptions. Si certains textes sont très corrects, comme les laisses rimées d'Aucassin et Nicolette, d'autres ne le sont pas. La fréquence de cet hiatus est très variable selon les poèmes, là où elle existe. On n'en remarque qu'un exemple dans les Narbonnais, deux dans le Moniage Guillaume ; il y en a 17 dans Galeran, 27 dans Guillaume de Dôle, 38 dans l'Escoufle, quelques-uns dans les Enfances Guillaume et dans Auberon. Dans d'autres poèmes au contraire on le rencontre à toutes les pages. Il abonde au xive siècle et au xve. Il suffit de citer quelques vers :

Quant or fu dite, si s'entorne atant. (Raoul de Cambrai, 6839)

N'i avra mal dont le puisse aidier. (ib., 7303).

Bien sai sans vous n'en venisse avant, (ib., 7515)

Par espuser l'altre Ysolt. (Tristan de Thomas, 359)

Et valt melz par altre oïr. (ib., 2843)

L'estandart porte à l'aigle entaillie. (Enfances Guillaume, 972)

Et quatre aultres faites par tel devise, (ib., 974)

De obeïr a si tres noble attente. (Froissart, t. II, p.354)

Quelle office aimablement. (id., t. III, p.198)

  • 11 A. Tobler, V. F., p.69.

21Ces cas, et bien d'autres semblables, ont suscité de nombreuses corrections aux textes que nous possédons : les éditeurs Foerster par exemple pour l'Ysopet de Lyon, et Bédier pour le Tristan de Thomas, n'ont pas hésité à remanier les vers où il les rencontraient pour remplacer par d'heureuses élisions, ne laissant subsister que quelques résidus devant lesquels leur ingéniosité ne trouvait aucun recours : « La faculté pour l'e à la fin des polysyllabes de porter l'hiatus, a écrit Tobler11, n'est pas à admettre en tout cas pour toutes les périodes de l'ancien français et pour tous les manuscrits d'une même période. Au contraire l'élision doit être regardée comme une règle pour toute l'étendue de l'ancienne poésie ; il n'y a que quelques textes qui, à côté de l'élision, connaissent la non élision comme une chose se présentant quelquefois, mais en général seulement dans des conditions déterminées. Mall, dans son introduction au Comput de Philippe de Thaon, a rassemblé les passages de ce poème où l'on doit supposer cet hiatus, et il a trouvé qu'il n'était employé que dans les cas où plusieurs consonnes, en général muta cum liquida, précèdent l'e :

  • Entre icel saint jurn. (v. 2223)

  • D'uitovre icel meis. (v. 3072)

  • E ensemble atraire (v. 2060), etc.

22Dans la Chanson de Roland, il y a un grand nombre de vers qui suivant que les éditeurs admettent ou n'admettent pas la possibilité du hiatus dont nous parlons, restent sans modification ou sont corrigés... Il y a encore des textes qui souvent conservent, sans l'élider, l'e à la fin des polysyllabes devant une voyelle initiale, sans qu'on ait réussi jusqu'à ce moment à déterminer les conditions dans lesquelles l'élision ne doit pas avoir lieu.»

  • 12 A. Piaget, Le Chemin de Vaillance, de Jean de Courcy..., dans Romania, 1898, p.591.
    G. Lote. — Histo (...)

23Tobler a fort bien remarqué que l'hiatus ainsi défini, dont on a des exemples fort anciens, tend à devenir de plus en plus fréquent dans notre versification à mesure qu'on approche du bas Moyen Age. A son tour A. Piaget, frappé de l'abondance à laquelle on le rencontre à cette époque, a repris la question12. Il a répété ce qu'avait écrit Tobler : « L'élision de l'e final des polysyllabes devant un mot commençant par une voyelle est considérée comme une règle absolue pour toute l'étendue de la poésie française. On n'admet d'exception que pour certains textes très anciens, tel que le Comput de Philippe de Thaon, lorsque plusieurs consonnes, en général muta cum liquida, précèdent l'e.» Mais il ajoute une localisation que n'a pas donnée Tobler : « On accorde également que certains poètes de la région intermédiaire entre le provençal et le français tolèrent l'hiatus du e féminin ». Or cet hiatus se présente à descentaines d'exemples, à partir de 1300, chez des poètes comme Froissait, Jean de Courcy, Guillaume de Digulleville, Fr. Garin, Jean Régnier, Oton de Grandson, Lyonnet de Coismes, Geoffroi de Charni, E. Deschamps, Christine de Pisan, Charles d'Orléans, le roi René, même au début du xvie siècle chez Laurent Des Moulins, P. de la Vacherie, d'Adonville. Il est difficile de croire à des erreurs de copistes, donc inutile de vouloir procéder à des corrections. Ces hiatus se divisent en deux catégories. La première comprend les hiatus de l'e féminin à la césure lyrique des vers décasyllabes et des alexandrins. J'y ajouterais pour ma part ceux qui interviennent à la quatrième syllabe des octosyllabes, où la déclamation marque souvent une coupe que le sens n'indique pas toujours : c'est d'ailleurs la seule place où l'hiatus des polysyllabes ait lieu dans Saint Brendan. On pourrait ainsi dresser une liste infinie qui remonterait beaucoup plus haut que le xive siècle, avec fréquence croissante à mesure qu'on se rapproche du xvie. Voici quelques cas :

Prist e l'ordre e les habiz. (Saint Brendan, v. 31)

Quel merite il recevrunt. (ib., v. 64)

O sa femme o ses enfans. (Eneas, 20)

Ou est eve ou est chastels. (R. de Rou, III, 6383)

E le plaindre e le plurer. (Thomas, Tristan, 2776)

Entre Fresne e Galeren. (Galeran, 2341)

Flourentine en icele eure. (R.de la Violette, 2999)

De nous faire ocire a tel hontage. (Auberon, 264)

Aristote au grand roi Alexandre.
(E. Deschamp ; cf. Rydberg, p.135)

De ma dame et son contenement. (Froissart, t. II, p.373)

Que demande en françoys gracieux, (id., t. III, p.255)

Que Dieu donne aux innocents paisibles.
(Chr. de Pisan ; cf. Rydberg, p.135)

Sur un livre en me faisant promettre.
(Ch. d'Orléans ; cf. Rydberg, ib.)

24L'autre catégorie comprend tous les hiatus de l'e féminin à d'autres places qu'à la césure. Ceux-ci sont moins fréquents. Ils se manifestent en général quand l'e est précédé d'un groupe de consonnes :

Sis filz ert de Paris evesque ordenez. (R. de Rou, II, 2858)

Se a mon pere puis iestre assambler.
(Jourdain de Blaivies, 3130

Et quatre aultres faites par tel devise.
(Enfances Guillaume, 974)

Voit le bernaige entor Charle ester, (ib., 2277)

Un prince ameroit princesse. (Froissart, t. III, p.180)
………………………………………………
………………………………………………
……………………………………………..

25Mais on les rencontre surtout devant des monosyllabes, que l'e muet soit précédé ou non d'un groupe de consonnes :

Ele se pasme e s'estent. (Eneas, 1230)

Tone e pluet, molt fait oscur. (ib., 1509)

Fille a roi et a maint conte. (Beaumanoir, Manekine, 261)

E dit que ço sache il bien. (R. de Troie, 29505)

Humbre et Saverne et Tamise. (Brut de Munich, 43)

Guerpist son gendre et sa fille (ib. 3116)

Et sa serours Morgue as crins deulgiés. (Auberon, 1261)

Assez i misent vitaille a plenté. (ib., 2423)

Et tant ne vaille un denier. (Froissart, t. II, p.120)

Si belle en fais et en dis. (id., t. III, p.192)

26Ils peuvent d'ailleurs apparaître en dehors de ces deux conditions :

E Seneheut m'amie espouser. (Auberi, p.251, 16)

Sire amiraus, fait ele humlement. (Auberon, 346)

Puis i fist escrire arriere. (J. Maillart, R. du comte d'Anjou, 3661)

Qui point ne poyse une oublie. (J. Regnier, éd. Droz, p.27)

27On remarque justement que c'est là une licence et que les bons poètes se montrent plus rigoureux. A la vérité ceux qui en usent sont poussés par le désir de trouver une syllabe de plus pour remplir leur vers quand ils en ont besoin, par analogie avec les voyelles autres que l'e muet. On peut constater qu'ils n'hésitent pas à se contredire, et que l'auteur d'Auberi, à côté de l'exemple cité dans la dernière de ces listes, écrit fort correctement :

Au revenir, m'amie espouserai. (p. 251, 10)

28Christine de Pisan, observe A. Piaget, en revoyant son texte, a fait disparaître beaucoup d'hiatus fautifs.

  • 13 Cf. A. Piaget, ib,, p.596, n. Cette licence est d'ailleurs plus ancienne. Tobler (VB, p.71) en a ci (...)

29Les amateurs de versification facile ont d'ailleurs usé d'autres procédés pour ajuster leur numérisme. Parfois ils ont sollicité l'élision malgré une s régulièrement écrite, moyen qu'a employé E. Deschamps13 :

Et s'en va du fait non pugnis
Vraiz coupables absolz : trop honnis
Seroit un juge seculer.

Se leurs registres assez ne vault.

Et s'il a saiges ou foulz esté.

30Parfois ils ont donné une entorse au sens et supprimé l's dans la même intention :

Je congnoys que pouvres et riches,
Sages et folz, prebstres et laiz,
Noble et vilain, larges et chiches,
Petitz et grans, et beaulx et laidz...
Mort saisit sans exception. (Villon, Testament, XXXIX)

31On sait que les Traités de seconde Réthorique, publiés au début du xvie siècle, ont recommandé la synalèphe, c'est-à-dire l'élision de l'e muet, parce que le heurt de cette voyelle contre celle qui commençait le mot suivant leur semblait cacophonique. Le Jardin de Plaisance, Pierre Fabri et Gratien du Pont ont exigé que cette règle fût observée.

  • 14 A. Tobler, V. F., p.72.
  • 15 G. Rynberg, op.cit., p.146 sq.; pour tous les cas d'hiatus et d'élision, cet ouvrage donne des list (...)

32Une question particulière se pose pour le t suivant immédiatement l'e féminin à la troisième personne du singulier de l'indicatif présent dans les verbes de la première conjugaison. On l'appelle le t caduc, car il est tombé de bonne heure sans laisser de trace, mais il était régulièrement écrit dans les plus anciens manuscrits. A l'origine, il était encore prononcé et il empêchait l'élision. Il s'est effacé complètement au début du xiie siècle. Cependant, dans la Chanson de Roland, ainsi que se le demande A. Tobler14, était-il encore articulé ? En d'autres termes, doit-on conserver les leçons cumencet a parler (v. 426), guardet al brief (v. 487), entret en veiage (v. 660), ou faut-il corriger avec Hofmann cumençat a parler (v. 426), guar-dal al brief (v. 487), entrat en sun veiage (v. 660) ? Des cas semblables, relevés par l'éditeur du Comput, se rencontrent également chez Philippe de Thaon : S'en repairet arriere (v. 1434), luur Dunet e resplendur (v. 1588), Bien sacet en vertet (v. 2061, etc.). Selon Koschwitz, l'auteur du Pèlerinage paraît encore ne pas connaître la chute du t ; l'auteur de Saint Brendan écrit de son côté, sans élision, cumandet eals (v. 151), entret en (v. 1081), et au subjonctif, movet uns (v.1516),failet uns(v. 1526), tandis qu'à la rime il supprime cet pour rimer avec des substantifs féminins. Si l'on considère que, dans la Chanson de Roland (v. 138, 365,502) l'élision est parfois faite malgré la persistance de la même consonne dans l'écriture, on doit conclure queles poètes, comme ils écrivaient en pleine période de transition, ont parfois eu recours à une prononciation déjà vieillie pour obtenir une syllabe de plus dans leur vers, tandis qu'ailleurs ils se conformaient à la prononciation nouvelle. Un grand nombre d'hiatus semblables, sans maintien de la consonne dans la graphie, se rencontrent encore dans des œuvres postérieures, le Brut de Munich, le Besant de Dieu, chez Guernes de Pont-Sainte-Maxence, le Rendus de Moiliens, Raoul de Houdenc, Ph. Mousket ; ils ont été signalés par G. Rydberg15 et s'expliquent sans doute par l'autorité de cette tradition. En voici quelques exemples réunis par A. Tobler :

Ce jour meïsme dont ci vous parle on.
(Enfances Ogier,
v. 5136)

Malaquins de Tudele, sire, m'apele on.
(Bueves de Conimarchis,
v. 3321)

Trueve on precieuses pierres. (Floire et Blancheflor, v. 2014)

33Mais Rutebeuf élide toujours, ainsi qu'E. Deschamps, Christine de Pisan, Gringore et Cl. Marot. Il n'y a qu'une exception chez Charles d'Orléans, une seule aussi chez Villon, devant monosyllabe. Ce sont les suivantes :

Que semble il qui ait le tort ? (Ch. d'Orl., II, 19)

Se moque on de moy quelconques ? (Villon, p.200)

  • 16 Au contraire l'élision a lieu en provençal ; Boèce en contient des exemples : l'aucel= les oiseaux  (...)

34Une place particulière doit être faite aux monosyllabes placés devant un mot qui commence par une voyelle. Ils se divisent en trois catégories : les uns ne s'élident jamais, d'autres s'élident nécessairement ; d'autres enfin s'élident d'une manière facultative. Le premier groupe comprend tous ceux où il n'entre aucune consonne, comme 0, ou (= ubi), e (= et), i (= ibi) ; il faut y ajouter là, venant du latin illac, ja représentant jam ; ci venant de ecce hic et ça venant de ecce hac ; li article sujet pluriel16 ;li analogique, article féminin singulier picard, qui reste ainsi différent du li masculin, trait caractéristique qu'on relève dans Aiol, Aliscans, Raoul de Cambrai ; mi, ti, si, adjectifs possessifs du cas sujet pluriel ; enfin tous les monosyllabes terminés par une dipthtongue, pronoms ou adverbes, dont le premier élément était primitivement accentué, comme mei, tei, sei, lui, cui, pou. Le second groupe embrasse les articles masculin et féminin le, la, les possessifs féminins ma, ta, sa (m'amie, t'espouse, s'espée, devenus plus tard mon amie, ton espouse, son espée), en picard le, me, te, se ; les pronoms personnels me, te, se, le, la, formes atones, mais seulement quand ces formes sont placées devant un verbe ; ne venant du latin non ; la préposition de.

35La liste de monosyllabes où l'élision est facultative est assez longue :

36Li, cas sujet de l'article masculin singulier connaît les deux traitements et disparaît au xive siècle ; il faitrégulièrement hiatus dansSaint Alexis ; mais il se partage, avec un nombre de cas sensiblement égal, dans le Pèlerinage, la Chanson de Roland, le Comput et le Couronnement de Louis. L'usage des poètes est très variable : selon L. Jordan, Rutebeuf préfère le plus souvent l'élision ; selon Fr. Blume, il y a trois fois élision chez Froissard, mais vingt fois hiatus. On a donc d'une part :

E dist li emperere : Sire Bernarz, gabez ! »
(Pèlerinage, v. 553)

37et de l'autre :

Ot le li enfes, ne mist avant le pié. (Cour, de Louis, 88)

  • 17 Anciennement l'élision de je peut se présenter non seulement devant un verbe, mais encore devant un (...)

38Jo, pronom personnel de la première personne, n'est jamais élidé dans Saint Alexis et le Comput ; sous la forme jeo, il ne l'est pas dans le Lai du Cor, tandis qu'il l'est souvent dans le Roman de Rou. Ailleurs, dans la Chanson de Roland, dans Saint Brendan ou dans les Chansons de Geste, les poètes opèrent ou n'opèrent pas l'élision de jo. Il en est de même pour la forme atténuée je17, qui a subsisté ; elle admet l'hiatus jusqu'au xive siècle ; on en rencontre ainsi 5 cas dans Froissart, contre 132 où l'e est mangé par la voyelle initiale du mot suivant. Soit donc :

Jo i ferrai de Durendal m'espee.
(Ch. de Roland, v. 1462)

Il dist de mei que jo ere molt bele.
(Cantiques des cantiques, v. 22)

Si je erre aucunement. (Froissart, t. III, p.258)

39Mais au contraire :

Jo i puis aler, mais n'i avrai guarant. (Ch. de Roland, v. 329)

Douce mere, fait ele, il m'est avis que j'aie...
(Berthe aux grands pieds, v. 215)

40Tu, pronom personnel de la seconde personne, ne présente que des élisions très rares, dans des formules comme t'as, t'ies, t'i viendras, courantes aujourd'hui encore dans le langage populaire :

T'as bon haubert et çaint le branc forbi.
(Huon de Bordeaux, v. 739)

  • 18 A Tobler, VB, p.63.

41Me, te, se, le, la, pronoms personnels atones, toujours élidés quand ils précèdent le verbe, peuvent faire hiatus quand ils le suivent. Tobler18 en a donné des exemples que je reproduis. On a donc, sans élision :

Prent la as mains, si l'en ad relevee.
(Ch. de Roland, v. 3726)

Estuet me il estre en effrei. (R. de Troie, v. 1489)

Et doit me de ami clamer. (Chevalier au lion, v. 1454)

Metet le e\ sufrir. (Comput, v. 146)

Esguardez le en l'ur. (ib., v. 2658)

Floovans la regarde, prist la a acointier. (Floovant, p.14, éd. Michelant)

42Mais on a, avec élision

Fui, fet ele, leisse m'an pes.
(Chevalier au lion, v. 1465)

Trai te ensus, lai la pel ester.
(Barbier et Méon, IV, 12, 332)

Vienent devant, getent s'ad oreisons. (Saint Alexis, 72b)

Mist l'a sa bouche, si corna a cler ton.
(Enfances Vivien, v. 34)

Metez le arrière et vos avant.
(Barbier et Méon, IV, 373, 245)

Kar prime apele l’hume. (Comput, v. 251= la hume)

43Li, cas oblique atone du pronom personnel, n'est en général élidé que devant en ; c'est ainsi qu'il se comporte, jusqu'au commencement du xiiie siècle. On en rencontre de nombreux exemples dans le Pèlerinage, la Chanson de Roland, le Comput, Saint Brendan, le Roman de Thèbes, Marie de France et dans d'autres textes :

Charlemaignes l'en rent saluz et amistez. (Pèlerinage, 166)

44Devant d'autres mots, l'élision n'a pas lieu :

Tot li amanvet quant que besoin li en. (Saint Alexis, 47 c)

45Pourtant il en est autrement dans des ouvrages négligés ; Fr. Blume en signale encore un cas au xive siècle, chez Froissart, devant un verbe.

  • 19 Devant est, au v. 544.

46Ço, pronom démonstratif neutre, parfois écrit ceo, fait toujours hiatus dans Saint Alexis et la Chanson de Roland, ainsi que dans Saint Brendan, à une exception près19 ; il est élidé parfois dans le Comput, où l'hiatus cependant l'emporte ; il y a partage dans les Chansons de Geste, où affaibli en ce depuis le xiie siècle, il connaît les deux traitements ; puis l'élision devient de plus en plus fréquente ; elle existe 42 fois chez Froissart, qui ne se permet que 8 hiatus. On a donc d'une part :

Sainte escriture ço en ses conseilliers. (Saint Alexis, 52 c)

Mes de ceo est la grant dolor. (Pesant ae Dieu, 1156)

Mes de ce a le cuer amer. (Galeran, 1610)

47Et d'autre part :

Pour ço ala sainz Thomas a Turs la nuit devant.
(Guernes, Saint Thomas, v. 4359)

Et quant c'ert que mengier voleit.
(Vie de saint Alexis, v. 41, Romania, t. VIII)

48Qui, pronom relatif et interrogatif, n'est pas élidé dans Saint Alexis ; il l'est rarement au début du xiie siècle ; on en trouve à peine quelques exemples dans la Chanson de Roland, un seul dans le Pèlerinage, et un seul également dans le Couronnement de Louis, tandis qu'on n'en rencontre encore aucun chez Wace. Un peu plus tard, l'absorption de sa voyelle devant la voyelle initiale du mot suivant devient un peu plus fréquente ; elle se rencontre dans Orson de Beauvais devant est, ont et onques, dans Doon de la Roche. Au xiiie siècle on la découvre plus souvent encore dans Rutebeuf, Florence de Rome et 'autres poèmes. Puis les poètes l'admettent de moins en moins ; Froissart pratique toujours l'hiatus, sauf dans quatre cas, ce qui est fort peu. On peut citer :

A tot le pueple, qui en desconseilliez. (Saint Alexis, 64 d)

49mais au contraire :

Ves ici les barons qu'issent de la cité.
(Renaud de Montauban, p.150, éd. Michelant)

50On rencontre encore, dans le Recueil Trepperel, l'octosyllabe suivant :

Socte mine — Qui est là ? — Qui vive. (p. 266).

51Que, lui aussi pronom relatif et interrogatif, s'élide très volontiers. Le poète opte pour l'hiatus, ou bien mange la voyelle, comme il lui plaît. Dans deux vers successifs, le Pèlerinage présente les deux traitements :

De sa moillier li membret, que il oit parler.
Ore irat le rei querre qu'ele li ont loët. (v. 234-235)

52Cependant Robert Biket, auteur du Lai du Cor, fait toujours l'élision, que d'autres poètes dans la suite, à ce qu'il semble, se feront un scrupule d'observer. Sur 42 cas, on ne rencontre dans Froissart que 4 hiatus.

53Que, conjonction se comporte de la même manière ; puis l'élision se répand de plus en plus, au point que Fr. Blume en a compté 187 exemples dans Froissart contre 5 où la voyelle se heurte à celle du mot suivant. Soit donc :

Ou que il voit Guion, si l'a haut salué.
(Gui de Bourgogne, v. 1289)

54mais au contraire :

Encor cuit qu'en perdrez la teste sor le buc.
(Pélerinage, v. 55)

55Ne, venant de nec latin subsiste ou s'efface, selon la volonté du poète. On rencontre l'élision dans Saint Alexis, mais l'hiatus est très fréquent et même domine au xive siècle ; la forme ni, par laquelle ne a été remplacé, n'apparait qu'au xve siècle et n'admet pas l'élision. On a donc d'une part :

Net conoümes n'encor net conoissoms. (Saint Alexis, 72 c)

56et d'autre part :

Qui n'ay en moy stille ne eloquence.
(Molinet, Devote loenge, 26)

Je ne voudrois vous ny autre blasmer. (Marot, t. I, p.21)

57Se, conditionnel, représentant le latin si, qui est devenu se en latin vulgaire, fait syllabe devant voyelle ou s'élide : nous disons encore s'il vient, mais seulement avec le pronom personnel masculin. Il a été changé en si pendant la période du moyen français. Voici un exemple d'hiatus :

Se il ne veut trover novelerie. (Gaydon, v. 10887)

58et un exemple d'élision :

De doel murrai s'altre ne mi ocit.
(Ch. de Roland, v. 1967)

59Si, issu du sic latin, subit le même sort. On le rencontre également sous la forme atténuée se. Cependant, s'il arrive que la voyelle s'absorbe dans l'initiale du mot suivant, l'hiatus est plus fréquent. On peut citer l'exemple suivant, où le traitement varie d'un vers à l'autre :

Drece la teste, s'oreilla,
Si a oï dant Renardier
Qui ja estoit au gelinier. (Renart, Br. XIV, 174)

60Voici encore deux cas où les sons en présence sont maintenus :

Esgarde el cel, si i vit Jesu Christ.
(Ép. de saint Étienne, VII, 2)

Puis si a dit : « Lechierres, ci estez.»
(Ami et Amiles, v. 2277)

61Ils ne le sont pas dans ceux-ci :

L'amiraus se corouche, s'a bonté l'eskekier.
(Élie de Saint Gilles, v. 1915)

Dis avesques i ot, et s'i ot.c. abez.
(Doon de la Roche, v. 4534)

  • 20 A. Tobler, VB, p.60 sq.
  • 21 Hélinant, Vers de la mort, str. VII, ii : se il avec hiatus.

62On pourra compléter ce catalogue en se reportant au volume de Tobler20 qui a formulé à ce propos d'intéressantes observations. Les précédents exemples montrent bien que dans la série des monosyllabes, les voyelles les plus résistantes, et qui se mangent le moins souvent, sont l'o et l'i, tandis que l'e est loin d'offrir la même résistance. On peut même supposer que, lorsque qui et si sont élidés, ce qui se marque dans la graphie par l'apostrophe, nous avons affaire en réalité à des formes affaiblies que et se. Cependant certains manuscrits écrivent se et non si à l'hiatus21. Quoi qu'il en soit, on peut se rendre compte que le double traitement dont il s'agit est extrêmement commode pour obtenir dans un vers le nombre de syllabes désiré. Les poètes ne se privent pas d'exploiter largement l'artifice que l'usage leur permet. On l'a vu à propos de si par l'exemple tiré de Renart. Gace Brûlé à pris la même liberté. Dans une de ses Chansons, on lit, avec hiatus :

Qu'ai je de lui ne secors ne aïe. (VII, 16) et à la ligne suivante :

Coment porai avoir secors n'aïe.

63La raison qui détermine ce changement subit n'est pas linguistique, mais simplement métrique. D'ailleurs les poètes médiévaux ont d'autres procédés qui leur permettent de syllabiser à leur guise. Le premier consiste, dans la période la plus ancienne, à user des formes qued au lieu de que, où le d est étymologique, sed et ned au lieu de se conditionnel et de ne venant de me, où ce même d est analogique du précédent, lorsqu'ils veulent indiquer la non-élision. Puisque, dans le Fragment de Jonas, au début du xe siècle, on lit venu et cherté (venutum et caritatem), ainsi écrits parce qu'évidemment le t ne sonnait plus à la finale, il n'est pas téméraire de penser qu'il en était ainsi du d et qu'il n'étaitplus, pour l'auteur de Saint Alexis, au milieu du xie, qu'un souvenir graphique. L'écriture est en effet éminemment conservatrice et ne se réforme que tardivement, lorsque le phénomène qu'elle enregistrait s'est depuis longtemps effacé. Il est notable qu'on a dans ce poème des exemples semblables aux suivants :

Qued ang(e)le firent par comandement Deu. (18 c)

Qued enfant n'ourent peiset lour en fortment. (5b)

Sed il fu graims ne l'estuet demander. (26 c)

N'il ne lour dist, nerf il nel demanderent. (48 d)

64Un autre artifice, assez courant au хiiiе siècle, consiste à écrire jen au lieu de je et cen au lieu de ce pour marquer qu'on veut éviter l'élision :

A qui gen oi le cors baillié. (Evangile de Nicodème)

Quant li sainz huem cen out oï.
(R. du Mont Saint-Michel, v. 279)

65Ces formes sont analogiques de nen, qui provient de non latin par affaiblissement de l'o atone, et auquel a succédé ne par suite de la chute de l'n devant un mot commençant par une consonne :

Ja nen podrat mais Dieu loder. (Saint Léger, 27 f)

Nen aut od sei cui en calsist. (ib., 28 b)

66L's adverbiale, ajoutée ou retranchée, peut également offrir des facilités pour le syllabisme. Ore, jusque, etc. s'élident :

Il fut lour sire ore est lour proveudiers.
(Saint Alexis, 25 d)

Jusque en Alsis en vindrent dui edrant. (ib., 23c)

  • 22 L's adverbiale se rencontre parfois devant consonne ; elle n'a donc pas comme seule destination d'e (...)

67Ores, jusques22 etc. ne le font pas.

Ores as tu perdu ta glorie.
(Evangile de Nicodème, A, v. 1674)

Jusques aux cieulx el montera.
(Myst. du Vieil Test., v. 6808)

68Dans les substantifs et les adjectifs l's du cas sujet offre des avantages pareils. L'auteur du Poème moral la supprime parfois :

Beaz sire ancor me dites, puet om faire amendance. (227 a)

69Mais ailleurs, il la conserve :

Deus nostre sires est si beaz, si delitables. (164 a)

70Enfin les poètes qui renoncent à élider des voyelles que le langage ordinaire maintient généralement, ont encore une autre ressource : c'est l'aphérèse, fréquente dans les anciens textes, mais qui disparaît ensuite. Elle n'a lieu qu'après jo, ço, qui, si et lui et seulement devant est et en. Dans ce cas ce n'est pas la voyelle finale du premier monosyllabe qui s'efface, mais la voyelle initiale du second. G. Rydberg en a réuni un grand nombre d'exemples. On en rencontre encore au xiie siècle, dans le Roman d'Eneas et le Roman de Rou.

Mielz voeill murir que hunte jon retraie.
(Ch. de Roland, v. 1071)

Çost ses mestiers dont il at a servir. (Saint Alexis, 74 b)

Cel n'en i at quin report sa dolour. (ib., III e)

Sist empeiriez, toz biens va remanant, (ib., 2 e)

Sin apelat Clarin de Balaguer. (Ch. de Roland, 63)

Se luin remaint, s'il rent as poverins. (Saint Alexis, 20 e)

71On voit ainsi que les versificateurs du Moyen Age, sous le signe de l'élision et de l'hiatus, se ménagent d'un certain nombre de subterfuges qui leur permettent d'assouplir les règles strictes du syllabisme lorsque celles-ci les embarrassent et les gênent. Ils en profitent sans remords. Ce ne sont d'ailleurs pas les seuls qu'ils aient à leur disposition. On va pouvoir se rendre compte que, par d'autres moyens encore, ils ont fait effort afin de se réserver des libertés qui desserraient pour eux la sévère étreinte de la métrique. Ils n'y ont renoncé, mais jamais d'une manière tout à fait complète, que très lentement, grâce aux leçons de puristes qui leur imposèrent le devoir d'un art toujours plus difficile.

Notes

1 Du latin hodie.

2 Du germanique haunita + suff. -aticum.

3 Ciceron, Orator, 44, 150.

4 Cf. supra, t. I, p.12-29.

5 P. Wagner, t. II, p.390.

6 Jean de Garlande, Poetria, p.923.

7 Cf. supra, p.59.

8 Leys d'Amors, éd. G.-A., p.26 sq.

9 P. Fabri, t. II, p.130.

10 G. Rydberg, Zur Gesch. des fr. 9, p.85-86. Dans Florence de Rome (ed. Wallensköld, Intr., p.85), l'h ; subsiste presque toujours dans le mot Hongrie ; on lit généralement de Hongrie : trois fois pourtant (v. 700, 936, 1833), le poète a écrit d'Ongrie, comme il écrit l'anbert (v, 971, 1365, 1477) et l'elme (v. 1443, 1456). Le plus ancien exemple de l'amuïssement de l'h germanique, à en juger par les exemples qu'a réunis A. Tobler (V. F., p.62) est d'aches au lieu de de haches (Roman de Troie, v. 7061). J. Bastin, dans son édition de l'Ysopet de Lyon, a relevé, dans le dialecte franc-comtois de l'auteur, l'onte (à coté de ma honte), l'ardi, d'ardiesse, d'onte, l'utin, l'eit (le hait) ; W. Foerster, dans le même texte, avait déjà noté ces divers cas. Il y en a également dans le Girart de Roussillon comtois.

11 A. Tobler, V. F., p.69.

12 A. Piaget, Le Chemin de Vaillance, de Jean de Courcy..., dans Romania, 1898, p.591.
G. Lote. — Histoire du vers français, t. III.

13 Cf. A. Piaget, ib,, p.596, n. Cette licence est d'ailleurs plus ancienne. Tobler (VB, p.71) en a cité des exemples du xiiie siècle et du début du xive.
— Gaufrei out fet avant a dis mile hommes aler. (Gaufrey, v. 13)
— Et laissa tant d'autres en estant. (Watriquet, 90, 220)

G. Rydberg (op.cit., p.87) en a catalogué d'autres d'une date plus récente :

— Il m'est advis que tu deusses avoir honte.
(Charles d'Orléans, t. I, p.8)

— D'amasser richesses et tresorz.
(Saint Adrien, v. 199), etc..

Ce dernier poëme fait également l'élision de la désinence verbale ent :

— S'ilz n'en reçoivent aucune amande. (Saint Adrien, v. 205)
— Tous nos dieux vous maintiennent en joye. (ib., v. 3777)
— Despitent et tiegnent a despris, (ib., v. 3551)

14 A. Tobler, V. F., p.72.

15 G. Rynberg, op.cit., p.146 sq.; pour tous les cas d'hiatus et d'élision, cet ouvrage donne des listes d'exemples imposantes.

16 Au contraire l'élision a lieu en provençal ; Boèce en contient des exemples : l'aucel= les oiseaux ; Venamic= les ennemis.

17 Anciennement l'élision de je peut se présenter non seulement devant un verbe, mais encore devant un substantif, un article, ou un adjectif. Cf. Chronique des Ducs de Normandie, v. 35552 :
Si com j'es livres sui lisant.

18 A Tobler, VB, p.63.

19 Devant est, au v. 544.

20 A. Tobler, VB, p.60 sq.

21 Hélinant, Vers de la mort, str. VII, ii : se il avec hiatus.

22 L's adverbiale se rencontre parfois devant consonne ; elle n'a donc pas comme seule destination d'empêcher l'hiatus. D'autres mots rentrent dans la même série, onque, onques, etc.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1183/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

© Presses universitaires de Provence, 1955

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter