Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome III

 | 
Georges Lote

Livre cinquième. La poétique

Chapitre II. Les allitérations et les assonances

Texte intégral

1Nous nous sommes borné, dans le précédent chapitre, à un petit nombre de détails au sujet de l'harmonie du vers telle que l'entendait le Moyen Age, et nous avons fait voir qu'à cet égard, il n'avait pas manifesté d'exigences exagérées. Nous avons réservé pour une étude spéciale le rôle qu'ont joué dans notre poésie, jusqu'à la Renaissance, les assonances et les allitérations, qui tiennent une si grande place dans notre versification moderne et qui flattent singulièrement notre sensibilité. On sait que par le mot « allitération » on entend le retour de la même consonne au cours d'un même vers ou d'une série de vers, tandis que le mot « assonance » désigne la répétition, dans les mêmes conditions et ailleurs qu'à la rime, d'une voyelle qui reparaît avec insistance et dans une intention déterminée. Il s'agit de savoir si ces phénomènes ont été alors aussi nombreux qu'à notre époque, quels eflets on a prétendu en tirer, et si on leur a attribué, aux premiers siècles de notre littérature, la même vertu qu'on leur accorde aujourd'hui. Il nous sera facile de montrer que ce qu'on appelle la « musique verbale » est une invention relativement récente, et que les préoccupations des poètes contemporains diffèrent totalement de ce qu'ont été celles de leurs ancêtres médiévaux.

  • 1 M. Koehler, Zeitschrift f.franz. Spr. u. Litt., 1890, t. XII. G. Lote. — Histoire du vers français (...)
  • 2 Isidore de Séville, Etymologiarum, I, 36. Martianus Capella y voit une cacophonie qu'il appelle ho (...)

2Selon M. Köhler1, l'assonance er l'allitération seraient des faits spécifiquement germaniques, dont on constate l'existence en allemand, en anglais et dans les langues Scandinaves, où les mêmes sons reparaissent au commencement de mots successifs avec une prédilection marquée. Or, cette assertion ne doit pas être acceptée,. car l'allitération existe dans le latin ancien et dans le latin lassique. Isidore de Séville2 en a cité des exemples d'Ennius et de Virgile. « Paromoeon est multitudo verborum ex una littera inchoantium,. quale est apud Ennium :

O Tire tute Tati tibi tanta tyranne tulisti.

3Sede hoc bene temperat Virgilius, dum non toto versu utitur hao figura ut Ennius, sed in principio verxus tantum, ut est illud :

Saeva sedans super arma...

4nunc in media, ut

Quaeque lacus late liquidos, quaeque aspera dumis,

5nunc autem in fine, ut

Sola mihi taies fasus Cassandra ranebat.

  • 3 Norden, Die antike Kunstprosa (1898), p.159 sq.

6D'ailleurs Norden3 a étudié l'allitération en latin. Il a recueilli des-formules allitérantes dans d'anciens textes en prose, qui nous ont été transmis par Caton, Festus et d'autres auteurs, et particulièrement dans des prières. Cornelius Nepos en a fait usage. On relève chez lui : « Illum ait Magnesiae morbo mortuum neque negat fuisse famam venenum.sua sponte.sumpsisse » (II, 10, 4) ou « Tanta commutatio rerum facta est, ut Lacedemonii, qui paulo ante vic-tores viguerant, perterriti pacem peterent » (VII, 5,5). On en rencontre dans le latin d'Afrique, par exemple chez saint Cyprien. En vers, Ennius est coutumier du fait ; à côté du vers cité par Isidore de Séville, il y en a d'autres :

Quae neque Dardaniis campis perire perire
Nec cum capta capi nec cum combusta cremari.

7Plaute n'a pas dédaigné ce moyen d'expression. Lucrèce y a eu lui aussi recours :

Nam si in morte malum est malis morsuque ferarum
Tractari, non invenio qui non sit acerbum... (III, 901-902)

8Puis l'allitération disparaîtra peu à peu de la littérature classique pour renaître vers le iie siècle de notre ère, avec des écrivains archaïsants comme Apulée.

  • 4 Aldhelm, Epistola ad Eahfridum, éd. Giles, Oxford, 1844, p.91.
  • 5 Ed. Fr. Léo, dans les Monumenta Germaniae ; l'abbé Tardi, dans son Fortunat, p. 264, en a signalé (...)

9Elle n'est donc pas un phénomène d'origine germanique, puisqu'elle se manifeste en latin à une époque où Rome n'est pas encore en contact avec les tribus qui occupaient alors l'Allemagne actuelle, et d'ailleurs la plus ancienne poésie celtique lui accorde, elle aussi, une place considérable. Ce qu'on peut au contraire concéder, c'est que la basse latinité, en vers ou en prose, l'a exploitée avec un évident plaisir parce qu'elle subissait sans coute la contagion des peuplades conquéra tes. Si les allitérations sont très fréquentes dans des monuments comme Muspilli ou le Hildebrandslied, elles le sont peut-être davantage encore dans la langue ecclésiastique. C'est l'ornement que recherchent, avec une prédilection visible, un grand nombre d'écrivains, l'élégance suprême dont l'éclat trop fastueux a quelque chose d'enfantin et de barbare. Voici par exemple une lettre d'Aldhelrn4, évêque de Sherborne († 709), qui pousse le procédé jusqu'à ses limites les plus extrêmes : « Stridula vocum symphonia, ac melodiae cantilenaeque carmine modulaturi, hymnizemus, praecipue quia tandem almae editum puerperae sobolem piaculum priscorumque chirographum peccaminum obliteraturum, terris tantumdem destinare dignatus est : luridum qui linguis chelydrum trisulcis rancida virulentaque vomentum per aevum venena torrenda tetrae torsionis in tartara trusit. » On notera qu'ici des rimes viennent appuyer les allitérations. Les poètes eux aussi, se montrent à cet égard volontiers somptueux. Fortunat est riche en vers comme les suivants5, dont les deux premiers présentent des assonances initiales :

  • Altius, ut stupeas, arce ascendente per arcus
    Instar montis agens aedis acumen habet. (III, 7, 33)
  • Fernemetis voluit vocitare vetustas. (I, 9, 9)
  • Culmen cui culmina condis. (I, 1, 9)
  • 6 Mone, t. I, p.365.

10Voici enfin des vers liturgiques du ixe siècle6 dans lesquels les jeux de sonorités, très compliqués, sont comparables à ceux de la lettre d'Aldhelm :

Sancte sator, suffragator,
Legum lator, largus dator,
Jure pollens, acqui potens ;
Nunc in aethra firma petra,
A quo creta cuncta fréta,
Quae aplustra ferunt flustra,
Quando celox currit velox :
Cujus numen crevit lumen
Simul solum supra polum.
Prece posco, prout nosco
Caeliarche, Christe, parce,
Et piacla, dira, jacla
Trude tetra tua cetra.

  • 7 Stengel, Grundriss, t. II, 1, p.61.
  • 8 E. Hoepffner et P. Alfaric, la Chanson de Sainte Foy, t. I, p.224-225.

11Des répétitions de sons se manifestent dans nos plus anciens textes. E. Stengel7 a relevé les suivantes, qui parsèment Sainte Eulalie : buona, bel, bellezour (I) — voldrent, veintre, voldrent (III) — pouret, pleier, polle (IX) — poro, vresentede, pagiens (IX) — elle, element, empedemenz (XV) — kose, contredist, Christ (XXIII). — E. Hoepffner8 signale qu'on en rencontre un certain nombre dans le Boèce provençal, qu'il y en a seulement des traces dans le Fragment d'Alexandre, que Gormond et Isembart en est exempt ; mais il en a catalogué beaucoup dans la Chanson de Sainte-Foy :

  • Totz temps avez audid assaz. (34)
  • E Je diable delivraz. (44)
  • Qi mais non pod, pecza de pan. (50)
  • Cui clau la spina e l cardon. (56)
  • Achi met flors sus el somjon,
    E pois las pomas de sazon. (58-59)
  • Qi desconnogron deu del tron. (61)
  • Parti'ss, quant pog, d'aquel peccad. (67)
  • Los paupros en pag e ls meselz. (98)
  • Antz li menaczan molt menud. (182) etc.
  • 9 E. Du Méril, Essai philosophique, p.136.

12Ces répétitions présentent différents aspects qu'il faut d'abord définir. Certaines vont par paires ; d'autres sont plus développées. Les premières ressemblent à celles qui sont courantes en allemand : fix und fertig — sagen und singen — kegel und kind — Haus und Hof — Mann und Maus. C'est pour cette raison qu'E. du Méril voulait voir une influence germanique dans des expressions comme sain et sauf, bel et bon, fort et ferme, feu et flamme9. Il est certain que les allitérations sont plus fréquentes en français qu'en italien et en espagnol, et il est fort possible, encore une fois, que la langue des envahisseurs ait exercé une certaine action sur les parlers gallo-romans, mais il serait sans doute inexact de voir là un rapport de cause à effet. M. Köhler remarque en effet qu'il existait des formules latines où des mots commençant par le même son se trouvaient rapprochés et dont l'évolution phonétique n'a pas altéré la consonne initiale : cor, corpus > cuer, cors — crudum, coctum > cru, cuit — falsus, *finctus > fals, feinz — sanus, salvus > sain, sauf, etc. C'est sur ce modèle que le français aura fabriqué, encouragé par l'exemple germanique, des groupes allitératifs qui n'existaient pas en latin. Nous possédons en effet en français un grand nombre de locutions toutes faites, usuelles dans le parler courant, et qui satisfont à la tendance qu'ont tous les peuples de répéter les mêmes sons pour appuyer sur l'idée. C'est là un phénomène de caractère tout populaire, qui se manifeste très souvent dans les proverbes. On peut citer : mort ou merci — gros et gras ni rime ni raison — ni bonnes ni belles — frais et froid — feu et flamme — de but en blanc — faire plus de bruit que de besogne — il va et vient — à cor et à cri — ménager la chèvre et le chou — comme chien et chat — par le fer et par le feu — monts et merveilles — messe et matines — bel et bien — pleurs et plaintes — pas de fumée sans feu — plaisirs et peines — on prend les mouches avec du miel — ni sens ni savoir — la panse pleine — de long en large, etc. Les retours de sons en forme de rime sont beaucoup plus rares : on peut citer ni feu ni lieu — teint et feint — vouloir et pouvoir, etc. Prises en elles-mêmes, ces formules dont quelques-unes sont très anciennes, et qui ont fréquemment pénétré dans la poésie, n'offrent qu'un intérêt esthétique assez mince, et ne sont en rien comparables aux allitérations d'un V. Hugo ou d'un Verlaine. Nous verrons plus loin l'usage que les versificateurs du Moyen Age en ont fait. Il suffit pour le moment de signaler qu'on peut en récolter chez eux une riche moisson : de duel et de diseles (Jourdain de Blaivies) — d'arba-leste ne d'arc manier (Fergus) — plus fine et fresche et colorée (R. de Troie) — coraus et crisolites (Floire et Blancheflor) — entre la gorge et le goitron (R. de Ron) — baron et li bacheler (Chev. au lion) — et tormenter et traveiller (lb.) — ma chambre et ma chapele (Marie de France) — en joie et en joliveté (Nouveau recueil de Jubinal)— et de la langue et de la loigne (Besant de Dieu) — ou goupil ou gaignon (R. de Renart), etc. Certaines d'entre elles sont très répandues et reviennent comme des clichés bele, blonde — blancs, blois — douce, debonnaire — elmes, escus — felon, fier — vins, viandes — simples, sages — murs, mostiers, etc. : leur banalité ne décourage pas les poètes et ne les en détourne pas.

  • 10 P. Meyer, De l'Allitération ; cf. Romania, 1882, p.576.

13D'autre part, il y a des répétitions de sons qui sont plus étendues que les précédentes. P. Meyer10 en avait réuni un certain nombre :

  • Lors li firent le vin maintenant aporter,
    Fort et fier, fres et fin, franc, ferme,fort et cler.
    (Doon de Mayence)
  • Je sui cler, saillant en voirre,
    Fins,fres, frois, sade, fremiant,
    Saffres, savoureux et friant.
    (Despuloison du vin et de l'eau)
  • Bon vin, digne pour chanter messe,
    Net, fort et franc.
    Fin,fres,fervant et fremiant.
    (La Patenostre de saint Julien)
  • Et caus et camus et calorgne.
    (Baudouin de Condé, Conte des héraus)
  • 11 W. Riese, Alliterierender Gleichklang.

14M. Köhler et surtout W. Riese11 en ont recueilli d'autres :

  • Aquo es vostre pros, et proesa et pretz.
    (Girart de Roussillon)
  • Seignor, plaist vos oïr quel lions fu Fernagus ?
    Forz et felons et fiers et de fère vertu. (Fhoovant)
  • Cil qui sage homme sunt, qui savent sermoneir
    (Vie d'Euphr.)

15Ces dernières allitérations, comparables à celles des poètes latins, semblent toutefois assez rares dans les anciens textes, mais elles prendront dans la suite beaucoup plus d'extension.

xiveLeys d'Amors12continue.bos faytz...motstutor ;Babilonia, tutela.Amic, havetz auzit Augier : Duran, devetz donar dampinage. ;.Has aur ayzinal : Ver vos die ; Fort(as be. »

16Elles distinguent plusieurs cas. D'abord la Réduplication « simple », à l'initiale, dans des mots de deux syllabes ou davantage : alors un même son initial ne reparaît qu'à des intervalles assez étendus, séparés par des cloisons. Puis la Réduplication dite « multiplicative », qui embrasse plusieurs mots polysyllabiques, avec répétition d'une seconde consonne à l'intérieur de ces mots :

Verges, vergiers, verdejans, vergenals,
Dona donans donam dos divinals.
Rosiers rugish ravial ravios,
Per sa molher tant es gilos.

17Quant à la Réduplication dite « rigoureuse », elle est beaucoup plus dure et se fait sentir bien davantage, car elle va de syllabe en syllabe dans des mots consécutifs, soit qu'il s'agisse de monosyllabes ou de polysyllabes munis d'une allitération intérieure. Pour le premier cas, l'exemple est celui-ci : Cor ferms fay far faytz francz e fis ; el flax, fals, fols, vils et aclis. Voici celui du second :

Bonas noelas lauzaretz.
Las avols cascus calaretz.

18La répétition s'adoucit d'ailleurs, dans tous les cas, quand il y a interposition d'une seconde consonne derrière celle qui commence le mot, car alors les sons ne sont pas exactement les mêmes, comme dans les groupes patz platz — cambra bassa— negra garsa — bel blat — cambra bela — plen punh — pren pa — tray tost, etc. On n'a plus alors affaire qu'à une « quasi-Réduplication » qui n'est pas un vice, pourvu que la syllabe qui précède, ou celle qui suit de pareilles successions, ne commencent pas à leur tour par la même consonne, comme dans les groupes suivants : tutriz testanda, pupils prepauza, casais cloquiers. Il y a « quasi-Reduplication mitigative » quand les syllabes qui commencent par le même son ne sont pas affectées d'un accent égal, c'est-à-dire quand l'un est tonique et l'autre atone, comme móla lima, amára rába, cára rima; mais il y a faute si la syllabe qui précède ou celle qui suit de semblables combinaisons possède un des sons qui en font partie, comme ára rira, aquel s 'afóla la léngua; Malherbe eût transcrit : ra-ri-ra, la-la-le. Les liaisons provoquent des « quasi-Reduplications percussives », qui sont vicieuses quand elles sont aggravées par l'adjonction d'une autre syllabe, antécédente ou subséquente, qui commence par la même consonne ; on peut admettre tot es fayt, avinen e bella, mais non trastot es ple, tot es talat, dictat antic, atertant bas tu coma yeu : dans son Commentaire sur Desportes, Malherbe aurait certainement noté : tra-to-te, ta-ta-ta, ta-tan-tic, ter-tan-ta-tu.

  • 13 Leys d'Amors, éd. G.-A., t. III, p.61.

19Tel est l'essentiel des leçons que donnent les Leys d'Amors. On peut en retenir plusieurs choses. La première, c'est que si les auteurs de ce traité considèrent qu'il y a réduplication quand la dernière syllabe d'un mot possède un son qui est reproduit dans la première syllabe du mot suivant, c'est là un cas qui ne retient pas beaucoup leur attention. Celle-ci va presque exclusivement aux initiales ; les sons placés à l'intérieur des mots ne font l'objet d'aucune observation, sauf dans le paragraphe qui concerne la répétition dite « multiplicative » : forfaire serait donc très acceptable, tandis que fait fortune serait mauvais. Ce point de vue éclate encore dans la remarque suivante : « Quelques-uns admettent une quatrième espèce de quasi-Réduplication, appelée lente, qui se fait par les lettres l et r. Ces lettres frappent si faiblement qu'on n'y reconnaît point de dureté de son, mais qu'au contraire elles changent presque celui qui leur est propre, comme clar lum, sucre rozat, negre razim,flac layronat. Pour nous, nous disons qu'il n'y a là ni une forme, ni une espèce de quasi-Réduplication, car le mot ou la syllabe qui précède ne commence pas par la même lettre, ou par une lettre de même son que la syllabe qui suit, comme on voit dans la percussive. Et il n'y a là aucun vice, car, dans clarlum, clar commence par un c et lum par une l13 D'une façon générale, les Leys d'Amors s'attachent à des exemples analogues à ceux qu'a cités Isidore de Séville et que nous rencontrons chez les Latins.

20En second lieu, nulle différence n'est faite entre l'allitération et l'assonance. Celle-ci vaut celle-là : toute la question est de savoir si des mots successifs commencent ou non par le même son, que celui-ci soit consonne ou voyelle. Comme il y a beaucoup plus de consonnes que de voyelles, les assonances initiales sont naturellement beaucoup plus rares que les allitérations. Mais les unes et les autres sont citées côte à côte :

Amix havetz auzit Augier ?
Duran dona devetz dampnage.

21Aucune discrimination n'est faite entre les sons, qu'il s'agisse d'articulations douces ou dures, à une exception près, à savoir que deux voyelles ne choquent pas, comme bas aur, au contraire de deux consonnes, tandis que trois de suite, comme has zur ayzinat, sont détestables.

  • 14 Leys d'Amors, éd. G.-A., t. III, p.170 sq. Cf. quelques cas analogues dans P. Meyer, Derniers trou (...)

22Enfin les Leys d'Amors classent à part les répétitions des finales, ou rimes de mots juxtaposés, ainsi que la reprise de syllabes entières. Ces deux phénomènes sont joints sous la même rubrique, qui est celle-ci : « Il y a paronomase quand deux ou plusieurs mots semblables ou presque semblables par le commencement ou la fin sont employés en divers sens14 » L'exemple est le suivant :

Corta yest cortz de tota corteziA;
Quar de cortes, descortes fas tot dia,
Menten, meten, prenden am desmezura,
Perden, penden, soen ses forfachura,
Donan tal dan dampnan et absolven,
En tant ques fan paubres li ric manen.
A son gran greu de si meteys se pleia.
Qui longamen, cortz vostre cors corteia.

  • 15 L'expression Rims fayshucs est celle dont se servent les Leys d'Amors (cf. leur longue définition, (...)

23« Nous ne regardons pas cette figure comme un vice, est-il écrit, pourvu qu'elle ne soit pas continuée dans un couplet entier ou dans un ouvrage entier. Elle se rapporte à la Réduplication, dont nous avons parlé, en ce que plusieurs mots commencent par une même lettre ou une même syllabe, comme on le voit par l'exemple que nous avons cité. Elle se rapporte aussi à la rims fayshucs15... en ce que ces mots sont semblables ou presque semblables à la fin. » De pareils arrangements de mots se rencontrent aussi dans la poésie française. Ils sont assez fréquents au xve siècle et Rabelais en a usé dans sa prose, puisqu'un grand nombre de ses procédés verbaux sont empruntés aux Grands Rhétoriqueurs. Mais ils ont été connus et pratiqués à une époque beaucoup plus ancienne, comme en témoignent ces vers de Rutebeuf :

En la corde s'encordent cordée a trois cordons,
A la corde s'acordent dont nos descorderons.
La descordance acordent des mots que recordons,
En lor lit se descordent, por ce que nos tortons.
(Li Diz des Cordeliers, v. 1720)

  • 16 Cité par H. Guy, Hist. de la P. fr. au xvie siècle, t. I. p.93 ; la pièce commémore la défunte Mar (...)

24Les exemples plus récents peuvent être représentés par le suivant16, qui est de Molinet, en vers batelés :

La fine mort qui tous vivants amasse,
Thomas et Masse et Massette et Massin,
Et tient tout matz ceulx qu'elle coutumasse,
A mis en masse ung fruit dont mieulx j'aimasse
Que je tumbasse, eu musmt, du coffin.
Par son brachin, sa brache et son brach fin,
A mis a fin la duchesse Marie.

25Il ne faut voir là qu'un aspect particulier des envahissements de la rime.

26Les Leys d'Amors excusent la répétition continue de la même articulation initiale tout au long du même vers, à l'imitation du vers d'Ennius, précédemment cité, quand cette répétition se manifeste dans les ouvrages des Anciens, car, disent-elles, ils ne la regardaient pas comme un vice. Elles la condamnent au contraire chez les poètes modernes, comme dans ce vers :

Don Dieus deu dar do de dous dezirier, (éd. G.-A., t. I, p.248)

27ou alors, il faut au moins que la série soit interrompue, ainsi qu'on le voit dans l'exemple suivant :

Duran donar voletz damnatge

  • 17 Leys d'Amors, t. III, p.63.
  • 18 Isidore de Séville et Martianus Capella ne manifestent eux aussi qu'une faible sympathie pour les (...)
  • 19 Poetria, éd. Mari, p.923.

28La Réduplication est une faute qu'elles ne tolèrent que dans les mètres courts, sans doute parce qu'elle les juge inaptes à exprimer des sentiments élevés. Elles excusent aussi la Paronomase qui leur semble même « une œuvre très délicate et d'une grande habileté17. Si l'on considère pourtant leurs enseignements dans leur ensemble, il apparaît très nettement qu'elles ont horreur des répétitions de sons18, qu'elles les admettent avec beaucoup de difficulté, et que toutes leurs recommandations marquent un effort soutenu pour en pallier les fâcheux effets. Les préceptes qu'elles donnent, et qui développent les indications de Jean de Garlande19 s'attachent à sauvegarder l'euphonie du vers. On ne constate nulle part que leurs rédacteurs aient été le moindrement du monde effleurés par l'impression que le retour de telles consonnes ou de telles voyelles pourrait s'accorder avec le sentiment que traduit le texte. Ils n'ont jamais eu l'idée du rôle que pouvaient jouer les allitérations et les assonances dans la poésie, ni des effets musicaux qu'on était en droit d'attendre d'elles.

29Pourtant il est un fait : c'est que, dans les premiers siècles de notre littérature, les répétitions de sons à l'initiale, généralement limitées à des groupes de deux mots, ont été assez fréquentes. Pour quelles raisons se manifestent-elles ? C'est ce que W. Riese et M. Köhler ont essayé d'expliquer. Celui-ci, a cru remarquer, ce qui est peut-être une illusion, que le mot placé le second était d'ordinaire celui qui possédait la voyelle la plus éclatante : doele damage (CA. de Roland) — et fous et flambe (ib.) — li colps et li caples (ib.) — gré ne grace (Erec) — cuard ne cuardie (Ch. de Rol.) — cheval ne chevalier (Chev. au lion) — cuer et corage (Fergus) — amour ne amistié (Rutebeuf) — pedre et parentez (Saint Alexis) — messe et matines (Ch. de Rol.), à quoi on peut répondre d'abord que ce sont là des expressions toutes faites, où l'ordre des mots ne résulte pas de la volonté du poète, et ensuite que c'est d'ordinaire le mot le plus long, c'est-à-dire le plus étoffé, qui termine la locution, sans égard au timbre de sa voyelle tonique. Il a noté que les formules allitérantes apparaissent volontiers à la césure, soit, pour les 500 premiers vers, 51 fois dans le Pèlerinage de Charlemagne, 53 fois dans Guy de Bourgogne, 37 fois dans Jourdain de Blaivies. La préméditation dans le choix de cette place est apparemment un fait plus vraisemblable, si l'on admet qu'il y a une intention dans certaines allitérations signalées par W. Riese et qui relient la césure à la rime :

De faire droit tant comme il durent.(R. de la Rose)
La tient sa foille toute flestre. (Ib.)

30ou qui établissent une correspondance entre deux mots placés l'un et l'autre à la rime :

  • Le commanda tantost a prendre
    Por li mener ocire ou prendre (Ib.)
  • Avis li est ne puet garir
    For seulement por li guerpir. (Parlénopeus de Blois)
  • Et la faisoit sonner si doucement,
    Et li prioit si tres dévotement. (Machaut)

31Encore cela n'est-il pas bien sûr, car des allitérations semblables à celles-ci sortent du type courant : il ne s'agirait alors que d'un pur hasard. L'assonance et l'allitération initiales, en groupes de deux mots, observe W. Riese, sont employées essentiellement pour réunir dans une identité de son des termes qui ont des rapports de sens, et qui en outre sont rapprochés par des liens syntaxiques. On les rencontre surtout au commencement et à la fin des poèmes, car c'est là que le poète cherche à taire impression sur l'oreille, ou bien encore en des endroits divers, lorsqu'il y a intérêt à mettre quelque pensée en relief. Elles servent à unir des noms de personnes, ce qu'avait déjà noté P. Meyer, ou des titres :

  • Amadieus et Altelmes. (Girart de Roussillon)
  • Se c'iert Ovide ou Omers (R. de la Rose)
  • Amis et Amiles
  • Gerins et Geriers (Ch. de Roland)
  • Basin et Basilies (ib.)
  • Et la quinte est de Sobres et de Sorz,
  • Et la quarte est de Pinceneis et Pers. (Ib.)
  • Valsore et Valsure (Charroi de Nimes)
  • Urgant le noir et Brulant et Bruner
    Et Rubestens et Richart et Rimer,
    Brun le velu et Grandin et Grandet,
    Le roi Bruhant, Tantoif et Tandoifler. (Aliscans)
  • Riciers et Rahiers. (Aiol)
  • Si tu Gociaumes et Gerars et Gerins. (Raoul de Cambrai)
  • Par Burïenne et par Byterne. (Rutebeuf)

32Elles apparaissent aussi lorsqu'il s'agit de marquer l'origine dans des noms de personnes et de peuples :

  • Jurgis de jurteluse. (Ch. de Roland)
  • Francs de France. (Ib.)
  • Un Sarrazin i out de Sarraguce. (Ib.)

33En dehors des noms propres, elles marquent plus vivement les antithèses :

  • Soit par aigue, soit par air. (R. de la Rose)
  • segnorie, non, mais service. (Ib.)
  • Plus les prient et moins les prisent. (Ib.)

34Surtout elles unissent très souvent deux mots coordonnés qui expriment des représentations semblables ou voisines, de telle sorte que ces mots forment une unité logique : la pensée en est alors raffermie et retient plus vigoureusement l'attention :

  • Cis gas est bels et buns. (Pèlerinage de Ch.)
  • Bieles et blanches comme toile. (R. de la Violette)
  • Li offroient cuers et cors. (R. de la Rose)
  • Par lor vois Qu'eles ont.saines et series. (Ib.)
  • Et tant le fit plorer et plaindre (Ib.)
  • Par paroles fauces et faintes. (Ib.)
  • Mult sot bien paindre et bien portraire. (Ib.)
  • Qui de feu les empie et de flame. (Ib.)
  • Et tremble et tressaut. (Ib.)
  • Qui prie et plaint que trop attent. (A. Chartier)

35Ce dernier cas est le plus répandu. Cependant, nulle part on ne constate que le poète ait l'intention délibérée de renforcer ainsi l'unité du vers lui-même.

36Certaines allitérations, d'un type différent, paraissent manifester un accord voulu par le poète, et d'ailleurs plus ou moins heureux, entre les timbres employés et le sens qu'exprime le vers. W. Riese en a cité quelques exemples, en général sans rapport de dépendance, ou sans coordination ni antithèse :

  • Desuz le piz parmi la panse
    Li fist passer ultre la lance. (R. de la Rose)
  • La porte passent sans parece. (ib.)
  • Lances alungent, haches halcent. (Ib.)
  • Quant blanche main de bille et bonne y touche (Machaut)

37Ils paraissent assez voisins de ce qu'on rencontre dans notre poésie moderne. Le plus complexe est assurément le troisième, où l'on constate le retour des consonnes b et l, ainsi que l'allitération de l'a. Or il n'y a là, très vraisemblablement, qu'une pure coïncidence. Si en effet le Moyen Age avait eu l'idée que des sons pouvaient jouer un rôle expressif, il aurait usé de ce procédé bien plus souvent, et les grammairiens nous en auraient expliqué le maniement. On ne voit pas qu'ils l'aient jamais fait ; les Leys d'Amors sont muettes à cet égard. C'est tout simplement le jeu normal du vocabulaire qui, accidentellement, a produit ces répétitions.

38On peut en dire autant des vers suivants, et d'autres analogues, où le même critique a voulu voir des harmonies imitatives :

  • Cist fiert, cist saut, cist fuh, cist chace. (R. de Rou)
  • Timbres, tabletes et tabor. (Chev. au lion)
  • Sonnez tabors, trompes et tubes.
    (Leroux de Lincy, Chants hist. fr.)
  • 20 Isidore de Séville, Etymologiarum liber, I, 37.
  • 21 Il y en a cependant un certain nombre chez les poètes provençaux, par exemple chez Guiraut de Born (...)

39Le premier exemple est dénué de couleur ; les deux autres traduisent beaucoup mieux le tintamarre des instruments de musique. Et en effet Isidore de Séville20 a signalé une figure de style qu'il appelle « onomatopeia, nomen fictum ad imitandum sonum vocis confusae, ut stridor valvarum, hinnitus equorum, mugitus boum, balatus ovium ». Mais il n'attire l'attention que sur tel ou tel mot pris en lui-même, et non pas sur des groupements de mots imitatifs. Il s'est trouvé tout simplement que des termes qui, au point de vue du sens, appartenaient à la même famille, commençaient aussi par la même consonne. Ils se sont présentés tout naturellement au poète, qui n'a pas été les chercher pour produire un effet particulier. S'il en était autrement, nul doute que ce procédé n'eût été beaucoup plus répandu au Moyen Age, alors que de tels cas y sont très peu fréquents21. Dans un passage où il s'est efforcé de rendre le tumulte d'une bataille. Molinet ne nous présente que des entassements d'impératifs, tous terminés par la même désinence verbale, dont la couleur est radicalement nulle :

Trenchiez, copez, detrenchiez, decoppez,
Frappez, happez banieres et barons,
Lanchiez, hurtez, balanciez, behourdez,
Querez, trouvez, conquerez, controuvez,
Cornez, sonnez trompettes et clatons,
Fendez talions, pourfendez oreillons,
Tirez canons, faittes grans espourris.
Dedens cent ans vous serez tous pourris.
(Ct. N. Dupire, p.291)

40Le poète cherche son effet beaucoup plus dans la continuité du même mécanisme syntaxique, dans une marée déferlante de mots équivalents, pressés les uns contre les autres, que dans le retour de timbres expressifs, bien que l'allitération initiale se rencontre dans le dernier hémistiche des quatre premiers vers, différente pour chacun d'eux. Visiblement l'utilisation des sons pour rendre des bruits et des mouvements n'a pas encore rencontré ses voies définitives. C'est seulement à la fin du xvie siècle que commence à se manifester la véritable harmonie imitative, qui sévira pendant toute l'époque classique.

41D'autre part on a déjà pu se rendre compte que parfois l'allitération ne porte pas sur l'initiale de deux mots seulement, mais, toujours dans les mêmes conditions, qu'elle peut se propager à d'autres éléments du vers. Des exemples en ont été donnés. En voici quelques autres :

  • Vos et vostre barnage vueil vedeir volentiers.
    (Pèlerinage de Charlemagne)
  • Bediaus et balliz et borgois. (Rutebeuf)
  • Morte, mutie et mate. (Id.)
  • Fiers,forts,felons. (Rec. de farces, soties, et moralités)

42Il n'est pas surprenant qu'on ait songé à élargir les séries et à leur donner une ampleur de plus en plus grande. Ce fut une fantaisie à laquelle se livrèrent volontiers les clercs, comme celui qui écrivit au xiie siècle le Debat entre un Juif et un Chrétien :

N'i avoit autre voie qui fust si convenable,
Et par feme et par fust estoit vie perdue ;
Et par feme et par fust convint que fust rendue.
Par feme fu perdue par son enticement,
Par le fust, par le fruit dont Diex fist veement.
Par feme fu rendue, quand Dieu i descendi,
Par le fust, par la croix ou li filz Dieu pendi.

  • 22 E. Langlois (de Art. reth. ryihm., p.95) écrit : « Rhythmum sené dictum habes cum prima singulorum (...)
  • 23 E. du Méril, Poésies pop. lat. ant. au xiie s., p. 150, n.

43Ce type ne ressemble pas à ceux que nous avons déjà rencontrés, car les allitérations, au lieu de se suivre sans discontinuité, y sont au contraire mélangées et dispersées. On préfère pourtant des produits plus concentrés, où la consonne initiale, répétée dans des mots successifs, frappe plus fortement l'œil et l'oreille, surtout l'œil. Et alors cela devient un jeu. Parfois un vers entier est absorbé et se soumet à cette manie tyrannique, parfois c'est une strophe tout entière : ce procédé s'appelle rime senée, nom sous lequel le désigne Gracien du Pont, témoin des beaux jours où il a fleuri22. L'invention en est ancienne : « Quelques poètes, note E. Du Méril23, s'imposèrent même l'obligation de composer des poèmes entiers avec des mots dont l'initiale était la même ; ainsi, dans les vers de Hucbald à la louange de Charles le Chauve, et dans le Venatorius lusus de Mameranus de Luxembourg, ils commencent tous par un C ; c'est par un P dans la Pugna porcorum per Porcium poetam, et par un T dans la pièce publiée par Andréas Rivinus dans son Specimen Carminum.» Il signale également une pièce latine du xve siècle intitulée Corcma Jhesu per litteras ejus. Elle se compose de six strophes, autant qu'il y a de lettres dans le mot Jhesus. Dans chacune d'elles, en suivant l'ordre de ces lettres, tous les mots commencent par la même consonne. Voici la première :

  • 24 On sait que l'I et le J ne se distinguaient pas dans l'écriture. G. Lote. — Histoire du vers franç (...)

Judex justus, imperator,
Jurium justificator,
Justissimo judicio
Impiorum judicator,
Justorum illuminator.
Jubar, illuminatio.
Jubilus, jubilatio,
Jubilei inceptio,
Initium, inchoator,
Immensus in imperio
Infinitus in judicio,
Intellectus illustrator 24.

44En français, les Rhétoriqueurs prirent plaisir à élaborer des chefs-d’œuvre semblables, en bourrant leurs vers de mots artificiellement joints ensemble. J. Molinet montre encore une certaine modération dans les décasyllabes qu'on va lire, où il a sacrifié à un évident désir de variété :

Chantés comme Franchois furent vannés,
Desbuissonnés, desmembrés, desvestus,
Desbastonnés, desmanchés, desfullés,
Escartellés, esboullés, espaullés,
Eschervellés, esbahys, esperdus,
Cachiés, confus, craventés, confondus,
Perdus, pendus, noyés et mis en coffre :
A tels pardons, il n'y a point grand offre.
(Cf. N. Dupire, p.291)

  • 25 Revue du xvie siècle, 1933, p.45.

45D'autres épuisèrent le lexique, au mépris de tout bon sens, afin de réunir en une strophe ou dans une suite de vers le plus grand nombre possible de termes qui présentaient à l'initiale une ou même plusieurs lettres identiques. Le Confort des Malcontens, poème qui doit être vraisemblablement attribué à Octavien de Saint Gelois, présente une longue tirade de trente-deux vers dont tous les mots commencent par un p, et dont voici le début25 :

Povre Prouvence, peuple peu plantureux,
Par pestillence pugui plentement,
Persequté, perdu, plaintif, paoureux,
Parfait pays pressé piteusement,
Plaisant, pourpris, prisonier, présentement,
Palays prouveu puys profané, pasaige
Par quet privé parmené povrement
Paradis paint, peneux pelerinage.

  • 26 H. Guy, Hist. de la P.fr. au xvie s., t. I, p.92. Ces décasyllabes ont été écrits à propos de la M (...)

46H. Guy a cité plusieurs exemples analogues, parmi lesquels celui-ci26, qui a pour auteur André de la Vigne :

Tric, trac, troc, trop, trousselant, triquetroque,
Trainc tres terreux, trep de triquenoque.
Traistre tronsson, triquenique tribraque,
Truye troussine, triquedondayne troque,
Triste truande, triple trouble tribroque,
Tresvil trect trait, traffigne tripliarque,
Trace trouvée, tribullante trymarque...

47Ce sont là des amusements de première enfance. Le son ne joue ici qu'un rôle secondaire, malgré l'affreux vacarme que font ces t et ces r ; il est difficile d'établir un rapport entre ces articulations et l'idée (si l'on peut dire) que prétend exprimer le poète. Ce qu'il veut avant tout, c'est retenir la vue du lecteur et réussir un tour de force dont il espère récolter un large tribut d'admiration.

48D'autres allitérations continues, mais qui sont parfois, et tort heureusement, d'une moindre abondance, s'expliquent d'une manière un peu différente. Lorsque Marguerite d'Autriche mourut, Jean Lemaire de Belges découvrit que la lettre par laquelle commençait le nom de cette princesse se rencontre aussi au début d'autres mots de mauvais augure :

  • 27 Cf. H. Guy, ib., même page.

Puis on voit M au nom de Marguerite
Qui signifie, et sans mon demerite,
Meschef malin, martyre et mal austère.
Si croy de vray que souz ceste M habite
Misere et mort ou malheurté maudite,
Marrisson morne et tout mauvais mystère27.

49Il s'agit ici pour le poète de la valeur symbolique qu'on peut et même qu'on doit attribuer aux lettres de l'alphabet. Le Moyen Age, qui n'a jamais manifesté d'intérêt pour la science phonétique, et qui n'a jamais tenté de définir les qualités émotives qu'on pouvait attribuer aux sons du langage, non plus que leur couleur ou leur pittoresque, s'est attaché au contraire à interpréter leur forme écrite et à découvrir les rapports de celle-ci avec des idées abstraites ou bien encore avec d'autres figures du monde sensible. Il est parti des données visuelles et s'est fort peu préoccupé des impressions que peut recueillir l'oreille, sauf dans la faible mesure qui a été précisée ci-dessus.

50Deux traités du xiiie siècle sont à cet égard très caractéristiques. L'un deux, Li Abecés par ekivoche et li significations des lettres, a pour auteur Huon Le Roi. L'autre est intitulé La Senefiance de l'ABC. Le premier a été édité par A. Långfors, qui l'a fait précéder d'une substantielle introduction : « L'alphabet, écrit-il, est un sujet sur lequel les poètes médiévaux aimaient à s'exercer... L'alphabet servait à l'interprétation des songes. » Il en donne comme exemple un texte latin de la même époque, dont nous possédons la traduction en français : « Si tu veus ton songe esprover, pren un livre et diras : In nomine Patris et Filii et Spiritus Sancti. Amen. Par la première letre que tu troveras au commencement de la premiere page, si troveras signifiance de ton songe. A senefie bon eur et bone joie, B, grant seignourie, C, avillement de cors. » Li Abecés par ekivoche se borne à des interprétations du même ordre. « C'est en effet, remarque A. Långfors, un jeu d'esprit à tendance morale, où l'auteur s'ingénie à tirer des conclusions à la fois de la forme des caractères et de la présence de telle ou telle lettre à l'initiale des mots. Il est amené ainsi à nous fournir quelques renseignements intéressants sur le nom et la valeur des lettres au Moyen Age ; mais ses allusions ne sont pas toujours claires. « En tenant compte de ce fait qu'il part de l'écriture en lettres minuscules, voici comment, avec A. Långfors, on peut résumer ses observations idéographiques : a, b, c, d signifient respectivement avoir, bien, la croix et Dieu ; e signifie Eve, et le petit œil qui figure en haut de la lettre évoque la douleur qui vint au monde grâce à Eve ; f, c'est la joie que l'univers éprouva par le fait du Fils (le Christ) et le trait qui marque le milieu de la hampe est une allusion au Saint-Esprit ; g c'est la joie (selon la forme picarde goie) ; i représente la joie vaine ; k est une mauvaise lettre à deux ventres, signe de ces prélats qui ne sont jamais rassasiés ; l, lettre longue, possède une grande valeur, puisqu'on la trouve dans les mots la loi, les lettres, le langage ; m figure la Trinité, à cause de ses trois pieds, et aussi Marie, mère de Dieu ; n indique la Vierge, parce qu'elle est nonper parmi les femmes ; o, rond comme le monde, signifie la terre ; p se rencontre dans Père, Paradis, ainsi que dans pomme (la pomme d'Ève) d'où nous vient notre peine ; le q, où l'on doit voir un p tourné à l'envers, est une vilaine lettre, comme son nom ; l’r est déplaisante :

R est une lettre qui graingne,
De felonnie adés engraingne ;
Sans R ne puet on nommer
Riche mauves, ne renommer
Les mauvestiez de son vil los...

51elle représente aussi le chien qui « relie », c'est-à-dire qui aboie, l’s sert à écrire les mots sens, silence, sagesse et le nom de tous les saints ; par sa forme, qui nous montre cette lettre s'inclinant devant toutes les autres, elle nous enseigne la simplicité et l'humilité ; t est une lettre accroupie, qui a mauvais air et ressemble à un espion : elle annonce la trahison et la tricherie ; v, c'est Judas qui vendit Jésus ; x désigne le Christ d'après l'abbréviation grecque XP, et ses quatre cornes sont les quatre coins du monde.

  • 28 Dans Jubirel, Nouveau Recueil de Contes, Ditr. Fabliaux (1842), t. II, p.275 sq.

52L'autre poème, la Senefiance de l’ABC28, expose les mêmes découvertes. L'auteur, comme Huon Le Roi, ne considère les lettres de l'alphabet que par rapport aux mots dans la composition desquels elles entrent, et seulement quand elles sont en position initiale. Lui aussi fait des remarques plus ou moins justes sur leur forme, en soulignant les analogies et les symboles qu'il y découvre :

Du.T. vous dirai la maniere :
Eu cropant porte sa baniere ;
Une letre est corte et crampie,
Si resamble trop bien espie ;
Corbés est et de lait maintien ;
Sanz.T. ne puet l'en dire tien...
Par.T. commence trahisons,
C'est une de ses oroisons ;
Ne nus ne porroit trahisor
Sans.T. nommer ne tricheor ;
Par.T. commence tricherie.

  • 29 On se rend compte de l'illusion à laquelle a cédé Grävell (Charakteristik der Personal im Rolands (...)

53Le pieux auteur cite surtout des mots qui font partie du vocabulaire chrétien. La valeur acoustique des, sons ne l'intéresse pas davantage que Huon Le Roi, à qui l’r seule a pourtant arraché une observation, très faiblement formulée d'ailleurs, sur l'impression auditive que lui procurait cette consonne. Les deux poètes, l'un comme l'autre, ont des yeux, mais pas d'oreille ; ils voient, mais ils n'entendent pas. Les figures occupent leur esprit, mais les timbres ne trouvent aucun écho dans leur sensibilité29. Tous les deux se bornent à mettre par écrit des rêves idéologiques dont la puériliténous déconcerte. C'est seulement dans le domaine de la rime, à peu de chose près, d'une rime trop souvent efflorescente et flamboyante, sans discrétion ni retenue, que le Moyen Age a fait preuve de curiosité auditive. Quant à sa technique de l'assonance et de l'allitération, elle est encore dans l'enfance ; elle y restera pendant très longtemps.

Notes

1 M. Koehler, Zeitschrift f.franz. Spr. u. Litt., 1890, t. XII. G. Lote. — Histoire du vers français, t. III.

2 Isidore de Séville, Etymologiarum, I, 36. Martianus Capella y voit une cacophonie qu'il appelle homoeoprophoron.

3 Norden, Die antike Kunstprosa (1898), p.159 sq.

4 Aldhelm, Epistola ad Eahfridum, éd. Giles, Oxford, 1844, p.91.

5 Ed. Fr. Léo, dans les Monumenta Germaniae ; l'abbé Tardi, dans son Fortunat, p. 264, en a signalé un certain nombre.

6 Mone, t. I, p.365.

7 Stengel, Grundriss, t. II, 1, p.61.

8 E. Hoepffner et P. Alfaric, la Chanson de Sainte Foy, t. I, p.224-225.

9 E. Du Méril, Essai philosophique, p.136.

10 P. Meyer, De l'Allitération ; cf. Romania, 1882, p.576.

11 W. Riese, Alliterierender Gleichklang.

12 Leys d'Amors, éd. G.-A., t. III, p.53 sq.

13 Leys d'Amors, éd. G.-A., t. III, p.61.

14 Leys d'Amors, éd. G.-A., t. III, p.170 sq. Cf. quelques cas analogues dans P. Meyer, Derniers troubadours de Provence (Bibl. de l'Éc. des Charles, 1869, p.529).

15 L'expression Rims fayshucs est celle dont se servent les Leys d'Amors (cf. leur longue définition, t. III, p.69) pour désigner toute espèce de rimes intérieures ; les cas en sont nombreux et variés.

16 Cité par H. Guy, Hist. de la P. fr. au xvie siècle, t. I. p.93 ; la pièce commémore la défunte Marie de Bourgogne.

17 Leys d'Amors, t. III, p.63.

18 Isidore de Séville et Martianus Capella ne manifestent eux aussi qu'une faible sympathie pour les allitérations initiales ; ils ne les tolèrent que lorsqu'elles ne se prolongent pas sur un trop grand nombre de mots.

19 Poetria, éd. Mari, p.923.

20 Isidore de Séville, Etymologiarum liber, I, 37.

21 Il y en a cependant un certain nombre chez les poètes provençaux, par exemple chez Guiraut de Bornelh.

22 E. Langlois (de Art. reth. ryihm., p.95) écrit : « Rhythmum sené dictum habes cum prima singulorum in toto versu verborum sibi constat, et ipsae primae versuum litterae sensum quemdam praebent, si cumjunxeris ». Or la rime senée existe sans qu'elle ait besoin de se doubler d'un acrostiche : ce sont deux choses indépendantes l'une de l'autre.

23 E. du Méril, Poésies pop. lat. ant. au xiie s., p. 150, n.

24 On sait que l'I et le J ne se distinguaient pas dans l'écriture. G. Lote. — Histoire du vers français, t. III. 5

25 Revue du xvie siècle, 1933, p.45.

26 H. Guy, Hist. de la P.fr. au xvie s., t. I, p.92. Ces décasyllabes ont été écrits à propos de la Mort.

27 Cf. H. Guy, ib., même page.

28 Dans Jubirel, Nouveau Recueil de Contes, Ditr. Fabliaux (1842), t. II, p.275 sq.

29 On se rend compte de l'illusion à laquelle a cédé Grävell (Charakteristik der Personal im Rolands lied, p.152) quand il a prétendu que le poète de la Chanson de, Roland avait choisi ses assonances-rimes selon le sentiment qui régnait dans ses différentes laisses, u exprimant la douleur, i la joie, etc. E. Stengel (Grundriss, t. II, 1) a refusé d'y croire, tout en admettant, mais bien évidemment à tort, que cette idée n'avait pas été étrangère aux poètes lyriques.

© Presses universitaires de Provence, 1955

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter