Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome III

 | 
Georges Lote

Livre cinquième. La poétique

Chapitre premier. Le style

Texte intégral

I

  • 1 Ch. Thurot, Notices et extraits, p.417-418.

1Le vers est une forme infiniment plus difficile que la prose, car il est soumis à toute espèce de lois qui entravent la liberté de l'écrivain. Or pour quelle raison fait-on des vers, et pourquoi préfère-t-on souvent la poésie à la prose ? La question s'est posée d'elle-même au Moyen Age : elle a reçu au moins deux réponses qui sont dues à des grammairiens étudiés par Ch. Thurot. Le premier s'exprime ainsi : « Causa finalis trimembris est, quia ista scientia tendit finaliter ad delectationem, ad memoriam firmiorem, ad lucidam et venustam brevitatem. Ad delectationem dico, quia in bene ornatis delectamur. Ad memoriam firmiorem dico, nam ordo in sermone metrico observatur, et, ut ait Aristoteles, reminiscibilia sunt quae ordinem habent. Et ad lucidam et venustam brevitatem dico, nam sermo metricus nihil diminutum et nihil in se confinet superfluum. Iste cause finales ex descriptions versus sic possunt elici : Versus est metrica oratio succincte et clausulatim progra-dicus, venusto verborum matrimonio et sententiarum flosculis picturata, nichil in se superfluum nichilque continens diminutum. » Le second est beaucoup plus bref : « Ars metrica servit poesi. N am poesis est scientia que gravem et illustrem orationem claudit in metro1 »

2En somme, trois arguments justifient la prédilection qu'on peut éprouver pour la poésie. Le premier s'appuie sur u n fait d'expérience : il est plus facile de retenir des vers que de la prose, et ils se gravent plus aisément dans la mémoire. C'est qu'ils se composent, en effet, de membres réglés qu'on nomme hémistiches, qu'ils sont formés d'un nombre fixe de syllabes coupées par une césure et une rime ; tandis que, dans la prose, les mots peuvent se succéder en quantités indéterminées, la poésie est beaucoup plus stricte : elle ne permet ni qu'on en ajoute ni qu'on en retranche, et ainsi elle possède une solidité, une fermeté que le langage ordinaire ne connaît pas. Comme le marbre pour les inscriptions, il lui revient de conserver tout ce qui doit s'imposer à l'esprit des hommes, soit par son importance intellectuelle ou morale, soit par sa valeur esthétique. En outre, la poésie ne va pas sans la brièveté de l'expression, une brièveté qui ne doit pas faire tort à la clarté, tout au contraire, mais qui donne au style de la puissance et de l'éclat : elle ne tolère ni l'insuffisance verbale, ni la superfluité, et cette conséquence découle des règles métriques auxquelles elle est soumise. Enfin elle est belle ; sa beauté lui est imposée par sa nature même, qui la désigne pour traiter les grands sujets. Pour cette raison elle ne peut employer que des mots magnifiques et elle a besoin d'une parure brillante dont la prose est généralement dépourvue ; elle ne doit être ni simple, ni nue ; elle a le privilège de la splendeur, et, sous peine de déchoir, il faut qu'elle la maintienne.

3Ces idées sont courantes au Moyen Age. Elles relèvent de la rhétorique générale pour tout ce qui touche au style. On ne saurait dire, en effet, qu'elles sont spéciales à la poésie, sauf en ce qui concerne les facilités que celle-ci offre à la mémoire, car elles ont été exposées, à propos de la prose soutenue, par divers auteurs anciens, en particulier par Cicéron et par Quintilien, qui n'avaient guère en vue que l'art de l'orateur ; mais elle ont été appliquées d'une manière plus instante et plus sévère à la forme versifiée, à cause de la valeur éminente qu'on lui accordait : deux moyens d'expression étant possibles, c'est elle qui occupait le premier rang, et elle distançait de fort loin son humble rivale, même quand la prose prétendait cacher sa roture et la déguiser par quelques ornements. Les préceptes des professeurs romains, déjà utilisées dans son Art poétique par Horace, que citera à plusieurs reprises Jean de Garlande, furent recueillis par Isidore de Séville et par les grammairiens de la basse latinité avant de pénétrer dans les traités médiévaux. On va voir quel usage en ont fait ceux-ci : on constatera que les poètes qui ont écrit en langue vulgaire, et qui très vraisemblablement connaissaient ces traités, ont pour la plupart tenu fort peu compte de ce qui leur était enseigné.

II

  • 2 F. Brunetière, La Littérature française au Moyen Age (1880), dans les Etudes critiques, p.15.

4Cicéron et Quintilien ont recommandé l'emploi de termes choisis. A vrai dire, on ne voit pas qu'à l'origine les poètes français se soient montrés difficiles en fait de vocabulaire. Il y a bien du vrai dans cette opinion que Brunetière a formulée avec beaucoup de mauvaise humeur, en un article où il cherchait querelle aux romanistes. « On peut regretter, a-t-il écrit2, que nos ancêtres aient parlé, du xe au xve siècle, la langue la plus barbare, une langue rude comme leurs mœurs et grossière comme les appétits, une langue enfin privée de toutes les qualités qui font le prix, la richesse et la splendeur d'un idiome. Ces beaux mots, si chers aux poètes, ces mots qu'ils aiment à sertir dans leurs vers comme on ferait dans l'or fin une pierre précieuse, ou ces assemblages de sons, tantôt pleins et sonores, tantôt murmurants et presque étouffés, qui sont comme une caresse ou comme une volupté pour l'oreille, c'est en vain que l'on dépouillerait le fatras de nos Chansons de Geste sans que l'on en rencontrât un seul. »

5Il serait, en effet, téméraire de vouloir découvrir parmi les poètes du Moyen Age quelque grand assembleur de mots comparable à un Victor Hugo ou à un Verlaine. Les auteurs de nos anciens poèmes épiques ont usé d'une langue assez indigente, sans grande originalité et généralement sans couleur ; elle n'est guère plus riche dans notre poésie lyrique, tout au moins jusqu'au xive siècle, et elle ne deviendra plus abondante qu'à partir de cette époque, sans que le goût aille toujours de pair avec une opulence parfois trop affectée.

6Dès l'origine, les poètes ne reculent pas devant les formes techniques. N'importe quelle Chanson de Geste désigne par les mots convenables les diverses pièces qui composent l'armement d'un chevalier : halberc, helme, escu, lance, espee, brant, bronie, esperon ; ils distinguent dans l'épée le poing et le belt ; ils ne confondent pas un destrier avec un palefroi, mais tout cela sans vain étalage :

Huës s'arma, li damoisiaux de pris :
Cauce unes cauces blances com flor de lis.
Puis vest l'auberc que li donna Sewins
Et çainst l'espee, dont li brans fu lorbis.
(Huon de Bordeaux, v. 1562 sq.)

7Il en est de même pour tous les sujets traités, même quand ils ne sont pas d'ordre militaire. Voici l'aspect du palais de Constantinople quand Charlemagne y fait son entrée :

L'emperedre descent dessour le marbre blanc,
Les degrez de la sale vint al palais edrant.
Set milie chevaliers i troverent sedarz
A peliçons hermines, blidalz escharimanz :
Ad eschiez ed a tables se vont esbanciant...
Ad or fin sont les tables, e chaiedres e banc.
Li palais fut listez d'azur et d'adimant
Par molt chieres peintures ed a oisels volant.
(Pelerinage, v. 334 sq.)

8Ici encore les mots sont justes, même s'ils sont particuliers, et il n'y a aucune recherche.

  • 3 Dans un article de Romania, en 1931 ; Chrétien de Troyes est-il l'auteur de « Guillaume d'Angleter (...)
  • 4 M. Duplessy, p.21.

9Voici encore d'autres précisions. Dans Guillaume d'Angleterre, que la plupart des critiques attribuent à Chrétien de Troyes3, M. Duplessy a rencontré des termes qui appartiennent à des vocabulaires très différents et il les a classés. La hiérarchie féodale est représentée par empereur, roi, reine, duc, comte, baron, chevalier, castelain, vassal, vilain, seigneur, etc., les dignités de Cour par escuier, fauconnier, veneour, au civil par eskievin, prevost, les conditions des personnes par francs et serfs. Les substantifs qui désignent les diverses parties de l'armement y sont nombreux, ainsi que ceux qui concernent la guerre, la chasse et la pratique de la religion. La langue des métiers est parfois mise à contribution par le poète : « Parmi les métiers évoqués, écrit M. Duplessy4, celui de teinturier vient en bonne place. Si ce mot n'est pas mentionné, en revanche Chrétien de Troyes connaît la warance (2244), maintenant garance, teinture rouge ; la Waide (2244), maintenant guède, teinture bleue ; le bresil (appelé maintenant bois du Brésil), pour teindre en rouge ; l'alun (2193), qui sert à fixer la teinture ; il est enfin question de grain (2193) et de graine (2245).

« Dont jou taing mes dras et ma laine. »

10D'autres mots désignent des étoffes : biface, cordé, drap, pourpre, samit, soie, toile ; des fourrures : peau de chai, hermine, gris (petit gris) putois, sebelin (zibeline), renard, vair, pelices, peliçons ; des pierres précieuses : escarboucle, rubis ; des épices : canelle, girofle, noix muscade, cardemome ; des fruits : châtaigne, pomme, poire, gland, cenelle, faîne, mûre, prunelle. Comme mots abstraits à valeur morale on peut citer courage, franchise, loyauté, féaulé, etc. Tout cela forme certes un ensemble assez varié, mais ne trahit aucune application particulière, ne manifeste aucune surcharge, et ne dépasse pas le matériel qu'exige l'usage courant de la langue.

  • 5 Bien entendu le procédé de l'énumération, auquel ils ont recours, est très ancien dans notre litté (...)

11Au contraire, au xive siècle et au xve, les poètes essaieront souvent de prouver leur virtuosité, non pas d'une façon constante pourtant, mais sporadiquement, afin de grossir le nombre de leurs vers dans certaines formes fixes5, ou bien pour satisfaire aux exigences d'une rime qui se fait un devoir de se plier aux lois du léonisme et de l'équivoque. C'est à la première de ces nécessités qu'obéit E. Deschamps dans les octosyllabes suivants :

Que sont devenues perdrix,
Faisans, venoisons, lapperiaulx,
Lyevres, pigons, poussins, aigneaulx,
Carpes, lus, braymes et barbiaux,
Poissons de mer, frommaiges sains ? (T. VII, p, 17)

Molinet procède de même, comme tous les poètes de son époque :

Là jargonnoient mille rossignolets,
Merles, tarins, geais, papegais, pinchons,
Arondelles, vermontans, cardonnets
Aloettes, mauviars, sansonnets,
Pies, frions, linettes et mouchons, (le Chappelel des Dames)

12Mais il n'y a là aucune obsession de pittoresque lexicographique : le mot rare voisine avec celui qui ne l'est pas, car il s'agit seulement de faire nombre, sans distinction de qualité ou de sonorité. De même, si les Lapidaires nomment l'amethyste, ou la calidoine, ou la crisoprase, ce n'est point pour éblouir leurs lecteurs, mais parce qu'ils y sont conduits naturellement.

13Les noms propres de personnes et ceux qui appartiennent à la géographie sont eux aussi très fréquents dans nos plus anciens textes. Il y en a des quantités dans la Chanson de Roland et dans tous les poèmes épiques :

Devant soi a mandé les nobiles barons :
Adan le fil Michiel, Tangré et Briemont.
Et le conte Normant et Robert le Frison,
Et le duc Godefroi, qui cuer ot de lion.
Le conte de Saint Gille a tot ses compaignons,
Et dant Huon le Maine, frere au roi Phelipon.

(Chanson de Jérusalem)

14ou bien encore :

Deus ne fist terre qui envers lui n'apende :
Il i apent Bavière et Alemaigne
Et Normandie et Anjou et Bretaigne
Et Lombardie et Navarre et Toscane. (Couronnement de Louis)

15Tant de mots si particuliers n'ont sans doute pas été réunis pour leur couleur, et les auteurs de ces passages n'ont pas obéi aux mêmes préoccupations qui ont fait écrire à V. Hugo le prélude de Ratbert. Ils ont voulu tout simplement appuyer par des précisions l'expression générale dont ils s'étaient d'abord servi. Et à ce propos on doit encore remarquer que le Moyen Age, loin de présenter une foule dans son ensemble, éprouve toujours le besoin de procéder par division, car il n'aperçoit jamais que des individus, ce dont on peut s'assurer en se reportant aux descriptions de batailles qu'il nous a laissées.

  • 6 Leys d'Amors, ed. G.A., t. II, p.122.

16Les Leys d'Amors déclarent qu'en vers « il faut des mots beaux, honnêtes, polis et bien placés6 », tandis que les autres traités n'abordent pas cette question. Il va de soi que l'honnêteté du langage varie avec les genres. Elle est irréprochable dans un poème comme Saint Alexis : elle est au contraire bravée à tout instant dans les Fabliaux et dans les Farces les plus grossières, où les trivialités renforcent au surplus le comique assez bas des situations. Cependant, au cours des Chansons de Geste, de nobles barons ne se gênent pas pour user de paroles malsonnantes, comme il est convenu de croire que seuls des manants peuvent en prononcer. Le roi de France, dans Raoul de Cambrai, traite Bernier de glous, de pautonnier, de cuivers et de bastars : on croirait entendre la dispute de deux portefaix : faute de goût que ne commettront pas les héros de la tragédie classique, dont le vocabulaire est beaucoup plus châtié. Mieux encore, les obscénités ne sont pas rares ; on en rencontre dans les romans courtois et dans les romans d'aventures, même dans les Lais de Marie de France, qui n'est pas une prude. Au xve siècle le réalisme des poétes, quand ils parleront de la Mort, les inclinera à mentionner des détails répugnants, pour lesquels ils emploieront des mots appropriés. Certes l'énergie ne leur fera pas défaut, mais peut-être trouvera-t-on qu'elle passe un peu la mesure. A la question de savoir ce que devient le cadavre dans son cercueil, un Pierre de Nesson répond :

O tres ténébreuse maison !
O charogne qui n'es mais homme,
Qui te tiendra lors compagnie ?
Ce qui istra de ta liqueur :
Vers engendrés de la pueur
De ta vil chair encharognée.

17Le même thème est traité par Villon en des termes eux aussi puissamment réalistes, mais moins lourds, artistement corrigés par des rayons de sentiment et des oppositions mélancoliques :

Et meure Paris ou Helaine,
Quiconques meurt, meurt a douleur
Telle qu'il pert vent et alaine ;
Son fiel se crevé sur son cuer.
Pui sue, Dieu scet quelle soeur !
Et n'est qui de ses maulx l'alege :
Car enfant n'a, frere ni seur,
Qui lors voulsist estre son plege.

La mort le fait frémir, pallir,
Le nez courber, les veines tendre,
Le col enfler, la chair mollir,
joinctes et nerfs croistre et estendre.
Corps féminin, qui tant est tendre,
Poly, souef, si précieux,
Te faudra il ces maulx atendre ?
Ouy, ou tout vif aller es cieulx.

  • 7 F. Brunot, Hist. de la l.fr., t. I, p.519.

18Mais ce n'est là qu'un des aspects de la langue poétique à cette époque. Dès le xive siècle pénètrent en français des quantités de mots savants empruntés au latin et qui lui sont apportés par la théologie, la grammaire ou la philosophie. Ce sont des mots en -ance, -ence, -ie, -ité, -meut, -tion, etc., comme complaisance, convenience, barbarie, célérité, avertissement, conservation, etc. F. Brunot en a dressé une liste imposante7 Tous ces mots sont abstraits. Tandis que le vocabulaire des monologues comiques, des farces et des -sottes chansons conserve toute sa verdeur et fait appel au besoin au lexique des métiers et du parler populaire, la poésie lyrique, quand elle prend un ton soutenu, suit la mode et s'encombre de termes sans couleur, anciens ou nouveaux, auxquels s'ajoutent encore des épithètes à valeur morale. Il y en a beaucoup chez Machaut, qui écrit des tirades entières dans ce style :

C'est souffrance la rigoureuse ;
C'est souffisance convoiteuse ;
C'est pais dolente et rioteuse :
C'est vanité ;
C'est pacience dangereuse ;
C'est diligence piresseuse ;
C'est oubliance la soingneuse
Contre amité ;
C'est l'arbre d'inhumanité,
Enraciné seur fausseté ;
L'estoc est qu'en sa vérité
Soit mansongeuse ;
Les fleurs sont de desloyauté,
Et les feuilles d'iniquité
Mais li fruis est de povreté
Dure et crueuse. (Remède de Fortune, v. 1145 sq.)

19Ces vers n'ont aucune espèce de caractère, tellement la langue dont se sert leur auteur est uniforme est dépourvue d'éclat. Le même défaut s'affirmera beaucoup plus encore dans de nombreuses œuvres du xve siècle.

  • 8 Jean de Garlande, Poetria, p.894-896.

20Cependant Jean de Garlande, dans sa Poetria, donne, au sujet du vocabulaire poétique, de louables indications. Si les autres grammairiens gardent le silence sur cette importante question, lui du moins s'en préoccupe, notamment en ce qui concerne les adjectifs, qu'il veut riches, variés et abondants. La classification est intéressante : « Inveniantur etiam adjectiva... ab affectu, ab eventu, ab habitu, a loco, a génère, a qualitate, a quantitate, et hoc dupliciter : a qualitate exteriori et interiori. Ab affectu : ut hasta mortifiera, inguilla infirma. Ab eventu, ut mutilatus, mancus, loripes, cecus et si qua sunt similia. Ab habitu exteriori, ut miles galeatus, pedes hastatus, monachus cicullatus. A loco, ut calidonius heros, hilalicus furor, italicum bellum. A génère, ut paleya virgo, priameius héros. A quantitate, ut homo gyganteus. piella nara. A qualitate exteriori, ut pallidus, luridus, niger, candidus ; a qualitate interiori, ut ferus, benignus, iracundus, luxuriosus8 ». Aux origines de notre littérature, il n'est aucun poète qui manifeste des soucis de ce genre, et plus tard les leçons de Jean de Garlande restent sans effet. On ne les voit pas reparaître dans les Arts poétiques du Moyen Age. Les auteurs des Chansons de Geste usent d'épithètes assez rares et peu variées, qui reviennent avec une persistance monotone, presque toutes aussi banales que faibles : grant, gent, fel, merveillos, vaillant, sage, fier, povre, bel et quelques autres. Les œuvres lyriques en sont quelquefois moins avare, mais la qualité est bien loin de répondre à la quantité.

  • 9 M. Duplessy, p.25-29.

21Les recherches auxquelles s'est livré M. Duplessy sur Guillaume d'Angleterre l'ont conduit à formuler d'intéressantes observations : « La langue de Chrétien de Troyes, écrit-il9 du moins dans notre poème, est remarquable par sa faible densité d'adjectifs : 188 adjectifs différents, employés au total 560 fois, soit en moyenne un adjectif tous les six vers. Il convient, en outre, de remarquer que, sur ces 188 adjectifs, 112 ne sont employés qu'une seule fois, et que, en définitive, 76 adjectifs seulement font les frais de 448 qualifications. L'adjectif le plus employé est grant, qui revient 76 fois, puis vient bel 37 fois, puis boin 24 fois, cier 15 fois, dous et sage 13 fois, fol, mal et riche 11 fois, cuite 10 fois. » Les dimensions, en dehors de grant, sont notées par petit, gros, menu, greignor, mendre ; on trouve aussi lonc (v. 1087), le (v. 280), haut (v. 765), parfont (v. 2284), court (v. 306), espés (v. 370), démesuré (v. 2336). Les sensations du goût sont représentées par amer (v. 1351), aspre (v. 1162), dous (v. 1 1 6 ) ; celles du toucher par fresche (v. 1271), froid (v. 451) et poignant (v. 1162), avec, pour la pesanteur, legier (v. 60) et pesant (v. 295) ; celles de l'odorat sont complètement absentes, de même que celles de l'ouïe ; celles de la vue sont généralement vagues et imprécises : cler (v. 1271), gai (v. 1992= jais, noir), oscur (v. 355), pale (v. 950), vair (= bigarré, v. 3163), vermel (v. 724) ; on relève pourtant les épithètes blanc (v. 947), noir (v. 1992), vert (v. 1768). Tout cela est assez pauvre.

  • 10 E. Deschamps, t. VII.

22D'autre part, un sondage opéré dans les cent premières pages d'un des volumes d'E. Deschamps10 n'a pas produit des résultats beaucoup plus brillants. Là aussi le matériel est peu abondant et reste fort médiocre. Si l'on ne tient pas compte des adjectifs attributs qui n'ont rien de remarquable, les épithètes atteignent le nombre de 274. La plus employée est incontestablement grant, répétée 45 fois, qui s'applique à toute espèce de substantifs concrets ou abstraits, et qui est une ressource toujours disponible, au masculin ou au féminin, dès qu'il manque une ou deux syllabes à un vers. Viennent ensuite, par ordre de fréquence décroissante, bon (16), doux (10), gros (7), mauvais (7), haut (6), vrai (6)., vain (5), ort (5), dur(5), salé (5), villain (5), (4), jeune (3), mal (3), commun (3), horrible (3), faulx (3), especial (3), viel (3), (3), plai, (3), mondain (3), parfont (3), noir (3), blanc (3), brief (2), dolereux (2), dolent (2), loyal (2), bel (2), droit (2), (2), bas (2), cler (2), amoureux (2), noble (2), chaud (2), grief (2),froit (2), soit un ensemble de 192 sur 274 ; lourt et petit, qui sont eux aussi d'un emploi très usuel, ne sont employés chacun qu'une fois. Les autres épithètes, au nombre de 82, en dehors de celles énumérées ci-dessus, n'ont généralement rien de bien rare ; des exemples comme juges royaulx, dame desdaingneuse, temps futurs, pechiez vils rendent compte de ce qu'elles sont en général. La fréquence de salé, qui qualifie le substantif morseaulx, pain, char, poisson s'explique par les thèmes alimentaires que traite Deschamps dans quelques-uns de ses poèmes ; on lit de même poivre noir, char enfumée, moustarde adoucie, sel blanc, ce qui ne dépasse pas le langage dont on se sert quand on entre chez un marchand. Les notations de couleurs, outre celles qui viennent d'être indiquées, sont extrêmement peu fréquentes : on peut citer encore nape crasse et noire, pain bis, choulx blancs, salive blanche, eaue rose, brouès (sauces) verts et jaunes. C'est tout.

  • 11 P.134

23On doit noter encore que ces épithètes, peu nombreuses en somme, sont très inégalement réparties dans les vers d'E. Deschamps. Il y a des pages entières où on n'en rencontre presque pas. Mais, quand le poète parle d'une dame, ou, mieux encore, quand la passion excite sa verve, il est fort capable d'aligner des quantités d'adjectifs l'un après l'autre. Tel mauvais clerc, en un flot continu, est traité de ribaut, paillart, truant atruandi, lasche, cahymant, couart, poulleux apaillardi, rougneux, tigneux, coquin, pape-lart ; c'est-à-dire que l'invective déchaîne un véritable luxe verbal, avec quelques mots qui sont véritablement pittoresques. Mais on peut se demander si de tels effets ne sont pas quelque chose de convenu, car on en rencontre assez souvent de semblables dans les pièces burlesques : il est permis de les trouver trop faciles. Ils ne révèlent pas un virtuose du style mais un lexicographe formé à l'école des harengères, et qui récite sa leçon. C'est le sentiment qu'on éprouve en lisant ces vers de Molinet, cités par N. Dupire11

Les drois parfais religieux
Du Belistre sont roupieux,
Maleureux, quetivailles,
Foireux, roigneux, ripeux, morveux,
Fruleux, poulleux et mousquilleux,
Tigneux armés d'escailles,
Borgnes, esbourbellés, hideux,
Morfondus, escloppeux, boiteux,
Crochus, bochus, pendailles,
Povres, culs pelés, loqueteux,
Truands, coquins, paillars honteux,
Et gens de roitefaille. (Chanson de l'Ordre de Belistrée)

24Autre chose est d'écrire en artiste, de savoir trouver l'épithète qui peint, l'épithète juste et frappante où s'atteste une personnalité vigoureuse. Cela, le Moyen Age, jusqu'à son extrême déclin, l'a presque toujours ignoré. Ses trouvailles, quand il en fait, sont assez clairsemées. Il y en a quelques-unes chez Alain Chartier, qui n'est pas constamment plat. Il y en a d'autres, en plus grand nombre, chez Villon, qui se montre parfois précis et original : on sent qu'il sait voir ; il découvre souvent le mot expressif et définitif ; ses Regrets de la Belle Heaumière en sont la preuve :

Le front ridé, les cheveulx gris,
Les sourcilz cheuz, les yeulx estainctz,
Qui faisoient regars et ris,
Dont maintz marchans furent attaincts,
Nez courbé, de beaulté loingtains ;
Oreilles pendans et moussues,
Le vis pally, mort et destaincts ;
Menton froncé, lèvres peaussues.

25Il y a toute apparence qu'ici il n'imite personne.

  • 12 Barbarismes et solécismes ont déjà rencontré l'hostilité de certains grammairiens latins du Moyen (...)

26Quant à la pureté de la langue poétique telle que l'a entendu le classicisme, il faut attendre très longtemps avant qu'il en soit simplement question. C'est P. Fabri, semble-t-il, qui en a parlé pour la première fois avec quelque autorité. Non seulement, à la suite des Leys d'Amors, il a proscrit les mots déshonnêtes, mais il a interdit le jargon, les barbarismes et les solécismes12 ainsi que les formes incorrectes et les archaïsmes, en s'inspirant de quelques remarques hâtives du Jardin de Plaisance :

Johannes qui dictes pourcel,
Aprenez a dire pourceau,
Et ne dictes point seel pour seau.
Jamais ne dictes seau pour seel,
Point ne faut dire un beau oysel,
Mais vous direz un bel oiseau.

27Il condamne, bien avant Rabelais, les fantaisies intempérantes des-latiniseurs, bien qu'il ne soit certainement pas le premier à l'avoir fait :

En prohibant le berengaudiser,
N'escumez point vocabules latines.
Ne putez point, tel vocabuliser
Vous diriger en perpulchres termines ;
Mais cogitez les vies et termines
Pour dulcorer vostre tresalme eloque ;
Se mon precept ne servez, je commines
Vous forbanir et que chascun s'en mocque.

  • 13 Ceci laisse déjà présager Malherbe.

28« Si l'on doit toujours, écrit-il13, prendre les termes et motz plus communs que l'on peult trouver, et les mettre à leur signification a tous intelligible. » Pour cette même raison, il ne veut pas de termes dialectaux, picards, normands ou bretons. Il s'oppose ainsi aux poètes médiévaux, qui n'avaient pas laissé paraître de tels scrupules, mais il le fait sans succès, car bientôt la Pléiade entraînera la langue poétique dans une direction diamétralement opposée.

29Ce qui frappe le plus, chez les versificateurs du Moyen Age, c'est la pauvreté de leur invention, et, par suite, leur indigence verbale quand il s'agit pour eux de noter une impression sincère et forte. Dès qu'ils ont trouvé quelques mots nobles et vigoureux, ou quelque trait touchant, ils les emploient jusqu'à complète usure, ce qui finit par leur enlever toute leur originalité et par les rabaisser au rang des matériaux les plus vulgaires. Ainsi certaines laisses de la Chanson de Roland commencent par un, ou plus rarement par deux vers héroïques, dignes d'un aède de grande classe, et où on croit percevoir le frémissement d'un cœur généreux. En voici quelques-uns :

  • Bels fut li vespres e li soleilz fut clers. (v. 157)
  • Halt sunt li pui, e li val tenebruz. (v. 814)
  • Granz sunt les oz e les eschieles beles, (v. 3291)

30Mais ce ne sont là que des formules qui ont pour point de départ l'adjectif attribut par lequel débute chacun de ces décasyllabes. Toutes sont répétées au cours du poème, parfois avec des variantes insignifiantes, qui changent soit l'adjectif, soit le substantif. La première est reprise ainsi :

  • Bels est li jurz e li soleilz est clers. (v. 669)
  • Clers est li jurz e li soleilz luisanz. (v. 2646)
  • Clers fust li jurz e li soleilz luisanz. (v. 3345)

31Ce qui est dit du jour et du soleil vaut également pour la nuit et pour la lune :

Clere est la noit e la lune luisant, (v. 2512)

32A la seconde formule se rattachent les vers suivants :

  • Halt sunt li pui e tenebrus e grant,
    Li val parfunt e les eves curanz. (v. 1830-1)
  • Halt sunt li pui e mult halt sunt li arbre, (v. 1272)

33La troisième reparaît dans celui-ci :

Granz sunt les oz e les cumpaignes fieres (v, 3383)

34Les adjectifs attributs, bel, halt, cler, luisant, grant ne sont pas d'une qualité exceptionnelle, loin de là, et le poète y revient avec persistance. Au bout d'un certain temps, la sensibilité du lecteur en est complètement émoussée et ne réagit plus.

35Dans la poésie lyrique, et même dans les contes joyeux, on rencontre quelques descriptions gracieuses et pleines de fraîcheur.

36Voici des vers de Jocelin de Bruges :

Quant j'o chanter l'alouete
Et ces menus oisillons,
Et je sent de violete
Odorer tous ces boissons.
Lors est bien droit et raisons
Ke de chanter m'entremete
Por la bele Amelinete
Cui je vi garder moutons ;
Chantoit une chansonete
Dont mout me plaisoit li son.

37En voici d'autres du Châtelain de Coucy :

Quant li estez et la douce saisons
Fait foille et flor et les près raverdir
Et li dols chans des menus oisellons
Fait as pluisors de joie sovenir,
Las ! chascuns cante et je plour et soupir...

38J. Bédier a cité les suivants qui sont extraits d'un Fabliau :

  • 14 J. Bédier, les Fabliaux, p.306.
    G. LOTE.. — Histoire du vers français, t. III.

...Li douz mois fu d'avril,
Que li tens est souez et douz
Vers toute gens, et amourous ;
Li rossignols la matinée
Chante si cler par la ramée
Que toute riens se muert d'amour14

39Ces notations bucoliques, prises une à une, possèdent un charme qu'on ne saurait nier. Mais on les retrouve, cent fois exprimées, par les poètes les plus divers, qui tous nous parlent des oiseaux qui chantent, surtout du rossignol et de l'alouette, de la rosée matinale, du printemps, des fleurs cachées dans l'herbe et des bois feuillus.

  • 15 Intr.,p.XVII

40Les poètes du Moyen Age écrivent vite, et, parce qu'ils écrivent vite, leur style est généralement dépourvu d'accent personnel. Non seulement ils ignorent le travail patient, les ratures laborieuses et la persévérance dans l'effort, mais ils dédaignent même d'exprimer des sentiments originaux ou de découvrir de nouveaux aspects du monde extérieur. Pour eux, l'essentiel est d'avoir à leur disposition quelques lieux communs, car ceux-ci entraînent avec eux d'importantes réserves de locutions et de mots dans lesquelles ils n'ont qu'à puiser et qu'ils accommodent à leur propre usage, sans qu'il leur en coûte beaucoup de peine. On en a fait souvent la remarque : « Sous le rapport des idées, écrit G. Raynaud en tête de son Recueil de Motets français15, les poètes ne se montrent guère inventifs ; leurs compositions reposent sur des thèmes, qui se retrouvent à profusion dans toute la poésie lyrique du Moyen Age. C'est d'abord la Chanson d'amour dans toute sa banalité, avec le portrait toujours identique de la dame : blont chief, euz vairs rians, vis con rose sor lis assis, biaus nés traitis, bouche vermeillette, denz drus petis, etc. » Dès nos plus anciens textes, il est de rigueur que toute belle femme ait une chevelure blonde et un teint transparent. La fille du roi Hugon, dans le Pèlerinage de Charlemagne, n'échappe pas à cette règle :

Sa fille out le crin bloi, s'out lo vis bel et cler
Ed out la charn tant blanche corne flor en estet.

41Il s'agit là de détails que les traités de poétrie rendront familiers, aux poètes, de lieux communs que Matthieu de Vendôme, dans son Ars versificatoria, a soigneusement rassemblés. Voici sa description d'Hélène :

Auro respondet coma, non replicata magistro
Nodo, descensu liberiore jacet ;
Dispensare jubar humeris permissa decorem
Explicat et melius dispatiata placet.
Pagina frontis habet quasi verba faventis, inescat
Visus, nequitiae nescia, labe carens.
Nigra supercilia via lactea separat, arcus
Dividui prohibent luxuriare pilos.
Stellis praeradiant oculi Venerisque ministri
Esse favorali simplicitate mouent.
Candori socio rubor interfusus in orè
Militat, a roseo flore tributa petens.
Non hospes colit ora color, nec purpura vultus.
Languescit, niveo disputat ore rubor.
Linea procedit naris non ausa jacere
Aut inconsulto luxuriare gradu.

  • 16 E. Faral, Arts poétiques, p.129.

Oris honor rosei suspirat ad oscula, risu
Succincta modico lege Libella tument16.

42Tous ces traits, agréables en eux-mêmes, finissent, à force de reparaître sous les plumes les plus diverses, par être totalement dépourvus d'intérêt. Les poètes en langue vulgaire, moins cultivés sans doute et certainement moins habiles que ceux qui écrivaient en latin, se sont montrés des élèves dociles ; ils ont puisé dans le répertoire limité de leurs maîtres les motifs ornementaux qu'ils ont inlassablement reproduits, sans éprouver le besoin de les élargir ou de les modifier.

  • 17 P. Meyer, Romania, t. XXXVIII, 1909, p.485.

43De son côté P. Meyer17 a relevé la persistance des mêmes vers de transition, aussi ternes qu'obstinément répétés, dans le Comput et le Bestiaire de Philippe de Thaon d'une part, et dans le Lapidaire alphabétique de l'autre, et il en a tiré argument pour montrer que ce dernier poème était du même auteur que les deux premiers. Cette formule :

N'en voil plus or traitier,
Altre voil cumencier.

44se rencontre six fois dans le Comput et six fois aussi dans les 1.700 vers par lesquels débute le Bestiaire, tandis que les 1.000 premiers vers du Lapidaire reproduisent six fois la suivante :

De li ne voil or plus traitier,
D'autre pere voil commencier.

  • 18 Leys d'Amors, éd. G.-A., t. II, p.104 : Le vers répète est le retour dans un ouvrage, contrairemen (...)

45sans préjudice de nombreuses variantes, d'une platitude égale. De pareilles négligences ne sont point particulières au seul Philippe de Thaon ; elles alourdissent fréquemment les Chansons de Geste, dont les auteurs ne savent pas être brefs. Les Leys d'Amors ont exigé un intervalle de cent vers avant qu'un vers déjà écrit pût reparaître au cours d'un même poème18. Cette prescription eût semblé singulièrement sévère au xiie siècle. Dans Raoul de Cambrai, ce sont sept vers qui sont répétés en un groupe compact et à une moindre distance. Les voici :

E ! Raous, sire, fiz de franche moillier,
Tu m'adobas, ce ne puis je noier,
Mais durement le m'as puis vendu chier.
Ocis nos as tant vaillant chevalier !
Ma mere arsis an Origni mostier.
Et moi fesis la teste peçoier.
Droit m'en ofris, ce ne puis je noier. (v. 3057-64 et 3134-41)

46Les auditeurs y trouvaient-ils quelque plaisir ?

  • 19 Intr., p. LVIII.

47Ce ne sont pas seulement des répétitions de vers qui montrent l'inexpérience des écrivains et leur indifférence pour une forme soignée. Ils font également appel à des membres de phrase mornes et gris, de nature diverse, mais quelquefois semblables, et qui n'ont d'autre avantage que de former bourre, soit pour trouver le nombre de syllabes dont ils ont besoin, soit pour leur permettre d'attraper la rime à peu de frais. Dans l'édition précisément de Raoul de Cambrai, qu'il a publiée avec la collaboration d'A. Longnon, P. Meyer a signalé le nombre extraordinaire de chevilles dont ce poème est littéralement farci. « Il n'est point de phrases, a-t-il observé19 et il est peu de tirades dans lesquelles ne puisse prendre place quelqu'une des expressions suivantes :

Ja nel vos celerai. (934)
Par le mien escient. (39, 344)
Dont je vous di avant. (38)
Ce saichies par verté. (389)
Ne le vos quier celer. (301, 837)
Si con dire m'orrez. (599)
Ja mar le mescrerez. (595) Si con j'oï noncier. (2099)
A celer nel vous quier. (1347, 1644, 1669)
Ce ne puis je noier. (1640, 1857, 1861)
Par verté le vous di (33, 663) etc., etc.

48Les formules de serments sont aussi une grande ressource ; il y a des saints pour chaque rime : saint Amant, saint Lienart, saint Thomas, saint Richier, saint Geri, saint Fremin, saint Denis, saint Simon, saint Ylaire, les saints de Ponti (Ponthieu), de Pavie, etc. Dieu lui-même est invoqué à tout propos et le plus souvent hors de propos, à cause des facilités que ses divers attributs offrent à une rime embarrassée. Nous avons, toujours selon l'ordre des rimes :

Dieu le raemant. (339, 1266, 2483)
Dieu et la soie pitié. (1464)
Dieu qui tot a a jugier. (1740)
Dieu le droiturier. (1075, 1304, 1744, 1829)
Dieu qui ne menti. (981, 1610, 1983)
Dieu quifistles lois. (731, 2150)
Dieu qui souffri passion. (2093)
Dieu le fil Marie. (1884)

49Pour renforcer les propositions conditionnelles négatives, on a le choix entre maintes formules. On ne ferait point telle chose :

Por l'or d'une cité. (1563, 2009)
Por l'or de Monpeslier (1099, 1755)
Por tout l'or de Paris. (2646)
Por tout l'or de Senlis. (5529)
Por tout l'or d'Avalon. (1061)
Por tout l'or d'Aquilance. (1784, 4152)
Por tout l'or de Tudele. (1014)
Por Rains l'arceveschié. (1465, 1711)
Por la cit d'Avalon. (3966)
Por l'onnor de Baudas. (1380)
Por l'onnor de Ponti. (2301, 3525)
Por l'onnor de Mélant. (688)
Por l'onnor de Tudele. (3497, 3687)

50Il n'est point de personnage, homme ou femme, à qui ne puissent s'appliquer indifféremment des qualifications telles que celles-ci :

Au cors vaillant. (45)
A gent cors honnoré. (374)
Au vis cler. (115)
O le viaire cler. (133)
u vis fier. (67, 1030, 1365)
Au coraige hardi. (521, 2179)
Au gent cors signori. (964)
Au cler vis. (364, 831, 1217)
Au fier vis. (2534)
A la clere façon. (392, 399, 962, 1654)
A la fiere vertu. (1965)
O le simple viaire. (1017)
De franc liu. (54, 103)
N'ot pas le cuer frarin. (52, 96, 759) »

  • 20 L. Demaison, en tète de son édition à'Aymeri de Narbonne (1887, Intr., p. civ) a présenté des obse (...)
  • 21 Leys d'Amors, éd. G.-A., t. II, p.368.

51Il est évident qu'avec une collection d'expressions toutes faites solidement fixée dans la mémoire, on ne reste jamais à court : les lignes succèdent aux lignes, et, en cas de besoin, on a toujours sous la main quelque cliché qui permet de les compléter. Les remarques de P. Meyer ne sont pas valables pour le seul Raoul de Cambrai ; elles s'appliquent à des quantités de poèmes, tous écrits avec la même facilité déplorable20. Les mêmes formules reparaissent, indigentes et banales. Les chevilles succèdent aux chevilles, malgré les Leys d'Amors qui les interdisent21. Par un artifice analogue, et qui est très répandu, on use volontiers de deux termes lorsqu'un seul suffirait à l'expression de la pensée. Ces redondances inutiles servent à combler les vides du vers. On les emploie avec d'autant plus de complaisance qu'elles sont faciles et ne réclament aucun effort. En voici des exemples que M. Duplessy a extraits de Guillaume d'Angleterre : ne cuide ne ne pense (v. 1 1 1 9 ) ; me sovient et me membre (v. 3262) ; apele et claime(y. 2583) ; braire ne crier (v. 1457) ; consens et veus (v. 3244) ; baise et acole (v. 3067) ; aime et prier (v. 2006) ; desrompent et deskirent (v. 2304) ; rase et tondue (v. 3044) ; dansent et carolent (v. 1290) ; ot et entent (v. 1559) ; ne voie ne sentier (y. 443) ; mardis ne foires (v. 1982) ; deniers et argent (v. 3168) ; petis et menus (v. 1675) ; liés et joiaus (v. 3013).

52Enfin on répète les mêmes mots, par impuissance et maladresse.

  • 22 Leys d'Amors, éd. G.-A., t. II, p.88, 94, 98.

53La répétition est en effet un vice courant, mais qui n'effraie personne. Assurément l'enseignement des écoles la condamnait. Les Leys d'Amors résument l'opinion des grammairiens : « Le mot dit pesant, déclarent-elles22 consiste dans la répétition faite, en la même composition, contrairement à ce qui doit être fait, d'un mot qui soit le même, ou presque le même, en son et en signification, avec une même ou une différente manière de signifier, hors la finale, et sans accord, la fin du mot restant la même. » Cette prohibition s'étend aux mots composés qui possèdent en commun une partie identique, comme dampnificat, crucificat, mortificat, fortificat, etc., mais elle ne s'applique pas, comme on peut s'y attendre, aux répétitions faites avec intention, à celles qui sont amenées par des nécessités de sens ou qui constituent des figures de rhétorique. Ces recommandations pourtant n'empêchent rien, car les poètes ne se préoccupent guère de soigner leur style. E. Faral a réuni quelques exemples de négligences grossières, qu'aujourd'hui l'apprenti le moins attentif ne laisserait pas échapper :

  • De bien esperanche n'i a
    De mal desesperanche i a. (Songe de Paradis, 1187)
  • ... on m'en a aconté et dit
    Que ne faites nul contredit
    A home qui don vous demant
    Sans vos nommer le don avant :
    Vos requier qu'un don me doigniés :
    Cis dons ne puet estre esloigniés. (Vengeance Raguidel, 4259)
  • Ne croi pas ce que te dirA ; Par maintes fois te mentira,
    Si tu le crois : ne le croi pas..(Vengeance Raguidel, 4889)
  • Ou li hardi sont plus coart
    Que lièvre, et li coart hard
    Plus que lions... (Méraugis, 94, 24)23

54Ce ne sont point là des faits isolés, bien au contraire. En feuilletant rapidement quelques pages de la Chrestomathie de L. Constans, j'ai moi-même noté les cas suivants, dont le nombre pourrait être augmenté de beaucoup :

  • Cil qui cele merveille virent
    S'espoënterent et foïrent ;
    Mout foirent a grant desrei,
    Car chascuns ot poor de sei. (R. de Thèbes)
  • Poi durent puis li suen sospir.
    A femme dure dueus petit, (R. de Troie)
  • Ne qui pas n'as veü en quel point fu tuëz
    Pompeüs nostre pere, que li rois Tholomez
    A fait tuër a tort par grant desloiautez. (R. de fuies César)
  • Entre en sa nef, si oirre tant
    Qu'a chief d'oirre est venuz siglant. (Partenopeus de Blois)
  • Quant Partonopex l'a sentue,
    Et sent qu'el est trestote nue,
    Le covertoir a loinz gité.
    Si l'a veüe o la clarté
    De la lanterne qu'il portoit,
    A descovert nue la voit
    Mirer la puet et veoir bien
    Conques ne vit si bele rien. (Ib.)
  • Kar cil ki aime leialment
    Mult est doleuz e trespensez,
    Quant il n'en a ses volentez.
    Tristan est dolenz e pensis. (Marie de France)

55On y joindra encore ces deux passages de Guillaume d'Angleterre :

  • Loviax arc et saietes ot,
    Si commande a prendre au garçon
    Ses saietes et son arçon.
    Cil prent les saietes et l'arc. (v. 1630-1633)
  • En la vile cuide qu'il soit,
    Si com Marins cuidoit de lui,
    Une cose cuident andui,
    Un cuidier ambedui avoient. (v. 1644-1647)

56Au point de vue de l'art du style, tous ces poètes manifestent une incroyable indifférence, s'il ne faut pas voir dans leur cas une réelle insuffisance de talent. Wace lui aussi répète les mêmes mots sans aucune lassitude, ce qui est l'un des traits caractéristiques de son style.

  • 24 Cf. supra, t. I, p.268.

57Les Leys d'Amors contiennent un certain nombre de préceptes qui concernent l'euphonie des vers. Elles font défense d'employer des mots où l'une des syllabes contient plusieurs consonnes, comme fortz, francz, ferms, qui sont non seulement « retardatifs », mais durs à prononcer24. Elles condamnent la « collision », c'est-à-dire « un âpre, désagréable et raboteux concours de syllabes ». Elles interdisent ce qu'elles appellent le « fres », c'est-à-dire la rencontre d'une r finale avec une autre r placée à l'initiale du mot suivant ; elles ne permettent pas qu'un mot terminé par consonne plus s précède un autre mot commençant par r, comme bels rams, gays reys. Elles condamnent l'hiatus, qui fait « trop ouvrir la bouche et bâiller en prononçant les mots, à cause de la rencontre de deux voyelles ». Elles blâment le retour des mêmes sons et conseillent de couper leur répétition par l'introduction d'autres consonnes et d'autres voyelles destinées à les séparer ; sont seulement exclus de cette prohibition les cas où il n'y a pas d'autre moyen de s'exprimer, comme sinc sols, mil marcz, ma molhers, sa sor, etc., ou les noms propres, comme Pons Pilat, Bertolmieu Marc ; la même exception s'étend aux substantifs commençant par l lorsqu'ils sont précédés de l'article défini, comme la lansa, la lengua ; enfin il n'y a pas faute lorsque la césure ou la rime, par l'arrèt obligatoire qu'elles imposent, atténuent la cacophonie :

  • Dona gentils, -totz deviros estau
    Que vostre amor -me donetz ses tot frau.
  • Cel quazengan -gandir sap per son par
    Parsonier del, -degus nol deu nomnar25.
  • 26 Voici le texte de Jean de Garlande (Poetria, éd. Mari, p.923) : « Frequens etiam concursio consona (...)

58Ces recommandations s'accordent sur certains points avec celles qu'on peut lire dans la Poetria de Jean de Garlande26. Elles laissent présager les conseils que formuleront Malherbe et les critiques du xviiie siècle ; mais, excellentes en soi, elles n'ont guère été respectées par les poètes médiévaux. On s'en convaincra facilement par la lecture des vers suivants qui, pour des raisons différentes, — difficultés d'articulation provenant d'une accumulation de consonnes, ou retour trop rapproché des mêmes sons — gênent l'articulation et affectent péniblement l'oreille :

  • Ed endurer e forz freiz e granz chalz. (Chanson de Roland)
  • Mult durement plorant prent congié a son pere.
    (Berthe aux grands pieds)
  • Parmi le cors fist fer et fust passer. (Aliscans)
  • Quant li dus l'entendi, tos tainst de maltalent.
    (Renaud de Montauban)
  • Il a maigre la teste et l'oeil apert et fier. (Elie de Saint-Gilles)
  • Quant que il en trueve en sa veie,
    En enfer avant sei enveie. (Roman de Thèbes)
  • Tante anste fraindre, tante targe troee. (Raoul de Cambrai)
  • Al tor senestre trestorne le destrier. (Ib.)
  • 27 Ed. G. Raynaud, t. VII, p.270-1.

59En effet, malgré les Leys d'Amors, le souci de ce que nous appelons aujourd'hui la « musicalité » du vers n'est pas de ceux qui obsèdent les versificateurs. Il ne semblerait même pas qu'ils aient aperçu quelque rapport entre leur art et la musique, si nous ne possédions à ce sujet le témoignage, tout à fait isolé d'ailleurs, d'Eustache Deschamps. Autant qu'on peut se le figurer. E. Deschamps ne parle qu'en son nom personnel, et nous ne sommes pas autorisés à croire qu'il prétende exprimer un sentiment universellement partagé par ses contemporains. On sait qu'il a distingué deux musiques, l'une, artificielle, qui se fait au moyen des instruments, l'autre, naturelle, qui se sert de la voix humaine, et qui n'est autre que la poésie. Le rapprochement qu'il a le premier osé sera souvent repris au cours de notre littérature ; mais, à son époque, il a tout le caractère d'une nouveauté. La page qu'il a écrite à ce propos, si superficielle encore, et si faiblement motivée qu'elle soit, mérite donc d'être citée : « L'autre musique, dit-il27, est appelée naturelle pour ce qu'elle ne puet estre aprinse a nul, se son propre couraige naturelment ne si applique, et est une mu-sique de bouche en proferant paroules metrifiées, aucunefoiz en laiz, autrefoiz en balades, autrefoiz en rondeaulx cengles et doubles, et en chançons baladées... Et ja soit que ceste musique naturele se face de volunté amoureuse a la louenge des dames, et en autres manières, selon les materes et le sentement de ceuls qui en ceste musique s'appliquent, et que les faiseurs d'icelle ne saichent pas communement la musique artificiele ne donner chant par art de noter a ce qu'ilz font, toutes voies est appellée musique ceste science naturele, pour ce que les diz et chançons par eulx faiz ou les livres metrifiez se lisent de bouche et proferent par voix non pas chantable, tant que les doulces paroles ainsis faictes et recordées par voix plaisent aux escoutans qui les oyent, si que au Puy d'Amours anciennement et encores est acoustumez en plusieurs villes et citez des pais et royaumes du monde. » Les idées d'E. Deschamps ne sont sans doute pas le fruit d'une longue méditation ni ne témoignent de studieuses réflexions ; elles procèdent bien plutôt de cette simple constatation de fait que la musique et la poésie s'accordent ensemble d'une façon merveilleuse et se prêtent un mutuel concours : « Et aussi ces deux musiques, ajoute-t-il, sont si conso-nans l'une avecques l'autre, que chascune puet bien estre appellée musique, pour la douceur tant du chant comme des paroles qui sont toutes prononcées et pointoyées par douçour de voix et ouverture de bouche ; et est de ces deux ainsis comme un mariage en conjunction de science, par les chans qui sont plus anobliz et mieulz seans par la parole et la faconde des diz qu'elle ne seroit seule de soy. Et semblablement les chançons natureles sont délectables et embellies par la mélodie et les teneurs, trebles et contreteneurs (ténor, iriplum, coutratenor) du chant de la musique artificiele. Et neantmoins est chascune de ces deux plaisant à ouir par soy ; et se puet l'une chanter par voix et par art, sanz parole. » La grande qualité qu'E. Deschamps paraît requérir du vers, c'est la suavité des sons qui le composent. Pourtant, dans son œuvre comme dans celle de ses contemporains, combien de heurts cacophoniques, de timbres fâcheusement réunis et de successions syllabiques inharmonieuses !

60Cette partie de l'art, pendant tout le Moyen Age, est à peine définie et reste encore en sommeil. Quant aux effets qu'on peut tirer du groupement et du retour des mêmes sons à l'intérieur du vers, nous verrons plus loin comment, à la même époque, les poètes les ont envisagés et quels sont ceux qu'ils ont cherchés.

  • 28 Quintilien, Institutio oratoria, V I I I ; Cicéron, de Oratore, III, 53 s q . ; Isidore de Séville (...)

61Parmi les qualités que doit présenter le style en général, Cicéron et Quintilien mentionnent la convenance entre le sujet traité et la forme dont use l'écrivain. Isidore de Séville mentionne expressément la propriété de l'expression : « In verbis cavenda quoque sunt vitia, ut non impropria verba ponantur... Amanda est ergo proprietas. » Les mêmes auteurs condamnent la tautologie, la monotonie, et surtout l'enflure. On retrouve ces préceptes chez les grammairiens qu'a cités Ch. Thurot. On les retrouve également chez P. Fabri. Tout le monde est d'accord pour recommander la concision et pour protester contre le remplissage. La phrase doit être claire, comme le veulent les Leys d'Amors qui s'inspirent d'Isidore de Séville, et le vers, pour être compréhensible, ne doit pas trop économiser les mots ni resserrer son expression au-delà d'une juste limite. Mais inversement il doit éviter la boursouflure, la verbosité, les pléonasmes et la surabondance du vocabulaire : sa beauté réside dans sa fermeté28. C'est là un idéal tout latin, auquel les poètes de Rome ont souvent pu satisfaire, mais non sans que certains d'entre eux aient discerné les difficultés auxquelles ils étaient exposés. En effet, si l'on veut être bref, on court le risque de tomber dans l'obscurité ; si l'on veut être sublime, on est guetté par la grandiloquence, tandis que les timides rampent, tous écueils que doivent éviter les bons écrivains. Horace l'a dit en des vers dont le retentissement s'est prolongé jusqu'à la basse latinité :

Decipimur specie recti. Brevis esse laboro,
Obscurus fio : sectantem levia, nervi
Deficiunt animique ; professus grandia turget :
Serpit humi tutus nimium, timitusque procellae.
(Art. poët. 24-28)

62Les versificateurs du Moyen Age. malgré les Leys d'Amors, n'ont pas échappé à ces défauts. Les œuvres qu'ils ont écrites, en dix, vingt, même trente mille vers, ne les invitaient en aucune façon à observer les conseils que leur donnaient les théoriciens : la plupart du temps ces conseils restèrent lettre morte. C'est à peine si, dans les formes lyriques, les poètes médiévaux ont fait preuve parfois d'une louable sobriété. Ailleurs ils sont le plus souvent longs, arides et traînants.

  • 29 F. Brunot, Hist. de ta l. franç., t. I, p.354 sq.

63Surtout il leur arrive trop fréquemment d'être obscurs, et de ne point présenter ce lucidus ordo que vante Horace et que les Leys d'Amors ont recommandé après lui. On peut leur accorder le bénéfice des circonstances atténuantes. L'instrument dont ils disposent, c'est-à-dire la langue, est encore bien imparfait. F. Brunot en a relevé les insuffisances. « Autrement importantes, a-t-il écrit29sont les conséquences de l'état d'indépendance où sont restées longtemps certaines formes. On en trouverait des exemples dans la syntaxe des pronoms. Ainsi les formes des cas régimes des démonstratifs, quoique distinctes, n'ont pas été régulièrement distinguées. D'autre part, dans cette riche et surabondante collection déformes, les pronoms n'étaient pas définitivement séparés des adjectifs... Les formes, au lieu d'être strictement limitées dans leurs fonctions, empiètent les unes sur les autres. »

64La versification médiévale n'est point du tout favorable à la construction de belles périodes, animées d'un souffle puissant. Les grands vers se succèdent trop souvent un par un, chacun formant un membre de phrase, comme un chapelet qu'on égrène. Les petits vers sont répartis deux à deux en maigres couplets. Soit par exemple cette laisse de la Chanson de Roland :

Li arcevesque, quant vit pasmer Rodlant,
Donc out tel dueil onques mais n'out si grant.
Tendiet sa main, si at pris l'olifant ;
En Roncevals at une eve corant :
Aler i vuelt, sin donrat a Rodlant.
Tont s'esforçat qu'il se mist en estant ;
Son petit pas s'en tornet chancelant :
Il est si fleibles qu'il ne puet en avant ;
N'en a vertut, trop at perdut del sanc ;
Ainz qu'om alast un sol arpent de champ,
Fait li li cuers, si est chedeiz avant ;
La soe mort lo vait molt angoissant.

65Ce défaut y est manifeste : il donne à la tirade un air étriqué et singulièrement pauvre. Dans les poèmes épiques, les exceptions sont rares. Il y en a pourtant, et l'on peut signaler à cet égard, dans Aimeri de Narbonne, la puissante invective que lance à ses barons Charlemagne, irrité de leur lâcheté. Il nomme d'abord tous ceux qui forment les contingents de son armée, en un flot furieux qui traduit son mépris, puis il termine dans un mouvement très large : le tout est si solidement bâti et d'une allure si magnifique, que V. Hugo, bon connaisseur et qui a imité ce passage dans la Légende des Siècles, n'y a rien changé d'essentiel :

Seignor baron, ce dist Charles li rois,
Ralez vos en, Borgoignon et François.
Et Hainuier, Flamenc et Avalais,
Et Angevin, Poitevin et Mansois,
Et Loherenc, Breton et Herupois,
Cil de Berri et tuit li Champenois,
Ne cuidez mie que jel die a gabois,
Et trestuit cil qui voudront demanois !
Ja n'en tendrai un sol dessour son pois ;
Que, foi que doi saint Fermin d'Amienois,
Je remandrai ici en Narbonois,
Si garderai Narbone et le defois.
Foi que doi vos, ainz i serai vint mois
Que je n'en aié le palais maginois.
Quant vos vendrez et pais d'Orlenois,
En douce France, tot droit en Laonois,
S'on vous demande ou est Charles li rois,
Si respondez, pur Dieu, seignor François,
Que le laissastes al siège en Narbonois ! (v. 463-481)

66Chrétien de Troyes, écrivain assez habile, est lui aussi capable de mettre sur pied une période assez longue. En voici une de neuf vers qui n'est pas mal venue :

S'il avoit le san Salemon
Et se Nature an lui eüst
Tant mis qu'ele plus ne peüst
De biauté metre au cors humain,
Si m'eüst Deus mis en la main
Le pooir de tot despecier,
Ne l'an querroie corrocier,
Mes volantiers, se je pooie,
Plus sage et plus bel le feroie. (Cligès, v. 907-915)

  • 30 Éd. de Galeran, Intr., p. xxiv.

67Cependant la phrase du Moyen Age court comme elle veut, et l'ordre des mots y est libre : en voilà assez déjà pour causer des embarras dont on aperçoit déjà des traces dans la tirade précédente. Les gaucheries de construction, amenées par la difficulté de placer à la rime le mot nécessaire, y sont fréquentes. G. Paris, a propos de Guillaume de Dole, en a relevé « la versification hachée », le style bizarre, heurté ». L. Foulet en a dit autant de Galeran30 et il. en a donné deux exemples :

Si l'a la manche en grant valleur
S'amie mis... (v. 6286-7)

68ce qui veut dire : « la manche de son amie l'a mis », et

A la mule scet bien entendre
La fille a la dame aaisier. (v. 4254-5)

69ce qui devrait être exprimé ainsi : « la fille a la dame scet bien entendre a la mule aaisier. » Ajoutons à cela que, dans des propositions qui se succèdent, la syntaxe médiévale ne répète ni les négations, ni les pronoms, ni les conjonctions déjà exprimées, que la coordination et la subordination sont souvent très lâches, de telle sorte que les points d'articulation ne se manifestent que d'une manière assez médiocre, sans compter encore que des ellipses surabondantes, à côté de pléonasmes trop fréquents, viennent encore alourdir un organisme par ailleurs déjà défectueux. Dans ces conditions, il n'est pas étonnant que beaucoup de poètes, quand ils cherchent une forme large, écrivent tout naturellement des vers enchevêtrés où l'on a peine à les suivre. F. Brunot en a donné cet exemple de Jacot de la Forest, qui composa au xiiie siècle le Roman de Jules César, d'après l'ouvrage en prose de Jean de Tuin, lui-même inspiré par la Pharsale de Lucain :

Certes je cuit por voir et bien l'os afermer
Qu'il n'est mes enz ou ciel nul dieu qui puist regner,
Ne qui puist mal ou bien vengier ne meriter,
Ne qui veille cest siecle par reson gouverner,
Ainz le lessent du tot contre droit bestorner.
Quant je voi en cest mont les malvés alever
En richece, en honor, et servir et douter,
Et les bons, qui es maus ne se veulent meller,
Mes par lor simpleté veulent vivre et ouvrer,
Cels i voi vilz tenir, si que nus apeler
Nes veut ne avant trere n'a honor ajoster,
Si lor voi mescheoir et granz maus endurer,
Et les malvés sor els poësté demener,
Ne le doit on dont bien a merveille torner,
Quant on ce siècle voi[t] a tel belloy torner,
Et les maus essaucier et les biens refuser ?

  • 31 Éd. de la Ch. de R., Intr.

70L'auteur de ces vers n'a été, on peut s'en dire convaincu, aucunement inquiet d'une forme aussi embarrassée et ne s'est même pas aperçu qu'elle était défectueuse. Les poètes du Moyen Age ne ressemblent pas au Quintilius d'Horace, qui conseillait l'effort, les corrections et les retouches incessantes jusqu'à ce que la perfection fut atteinte. Ils n'ont aucune idée qu'ils auraient dû « male tornatos incudi reddere versus », précepte que Boileau a rendu par une image analogue. Les maladresses dont ils sont coutumiers sont si flagrantes qu'elles ont été reconnues par Léon Gautier lui même : « Que notre poète, a-t-il dit à propos de l'auteur de la Chanson de Roland31, ait été dominé par le souci du style, par la préoccupation littéraire, c'est ce que nous ne croirons jamais. »

71Toutes les figures de rhétorique classées par les grammairiens de l'antiquité tiennent leur place dans les traités composés au Moyen Age, qui les énumèrent avec un soin diligent. On les enseignait dans les écoles, car elles constituent les ornements du discours. A plus forte raison font-elles partie du matériel indispensable à la poésie, qui a besoin d'une brillante parure. « Le trope, dit Quintilien, est une façon de parler que l'on détourne de sa signification naturelle et principale pour lui en donner une autre, dans la vue d'embellir le style... Ainsi, dans les tropes, ce sont des mots qu'on met à la place d'autres mots, comme dans la métaphore, la métonymie, l'antonomase, la métalepse, la synecdoque, la catachrèse, l'allégorie, et le plus souvent l'hyperbole. » Il mentionne de même d'autres procédés de style, la description, la prosopopée, l'antithèse, la gradation, l'exclamation, l'interrogation, la malédiction ; il conseille, pour représenter plus vivement les objets, l'emploi des images et des comparaisons, et vante ces périphrases dont Virgile a si souvent et si heureusement usé :

Tempus erat, quo prima quies mortalibus aegris
Incipit, et dono divum gratissima serpit.

  • 32 E. Faral, les Arts poèt. du xiie et du xiiie siècles. G. LOTE. — Histoire du vers français, t. III
  • 33 Leys d'Amors, éd. G. - A., t. I I, p.160 et 194 sq.

72On retrouve ce catalogue, plus ou moins réduit ou plus ou moins développé, dans les Arts poétiques en latin qu'a édités E. Faral32. L'Ars Versificatoria de Matthieu de Vendôme, écrit vers 1175, fait ressortir que le charme de la poésie dépend non seulement de la valeur de la pensée, mais encore de la qualité de l'expression, c'est-à-dire des figures, des tropes et des couleurs de rhétorique : métaphores, antithèses, métonymies, synecdoques, périphrases, gradations, tous ces procédés sont ceux auxquels doivent avoir recours les poètes pour donner à leurs œuvres un tour vif et gracieux. La Poetria nova de Geoffroy de Vinsauf, composée vers 1210, dresse à peu près le même catalogue, qu'on retrouve dans l'Ars versificaria (vers 1216) de Gervais de Melkley, ainsi que dans le Laborintus d'Evrard l'Allemand et dans la Poetria de Jean de Garlande. Tous ces auteurs, dont les ouvrages se succèdent au cours d'une centaine d'années, ont obéi à des préoccupations identiques, et cela laisse supposer qu'ils comptaient trouver de nombreux lecteurs. On n'estimait donc pas que des poètes pussent écrire avec agrément s'ils ignoraient les artifices qu'avaient recommandés les grammairiens de l'antiquité. Les Leys dAmors, pour suivre la tradition et pour se conformer à la mode, n'ont eu garde de passer sous silence des questions aussi importantes. Elles ont diligemment énuméré toutes les figures de style en accompagnant chacune d'elles de sa définition : la métaphore, disent-elles33est « le transport ou la translation d'un mot, qui représente un sens différent de celui qui lui est propre, en vertu de quelque ressemblance et convenance qui existe entre le sens qui lui est propre et celui auquel il est transporté » ; la catachrèse est « l'usurpation ou l'emploi d'un autre nom, au défaut du propre, quand il n'y en a pas ; ou bien la catachrèse est l'abus, d'un nom, pour signifier une chose qui n'en a pas » ; elles expliquent également ce que sont la métalepse, la gradation, la métonymie, l'antonomase, la synecdoque, la périphrase, l'hyperbole, l'allégorie, l'exclamation, l'antiphrase, l'énigme, etc., etc. Elles ont approuvé la répétition, généralement proscrite, quand elle était faite avec intention et qu'elle avait une valeur oratoire ; elle s'appelle alors anaphore et trouve son emploi dans les poèmes qui imitent la litanie :

Jehus, del mon comensamen,
Jehus, salutz de totas gens,
Jehns, refugz dels perilhans,
Jehus, confortz dels malenans,
Jehus, dels sans gaugz e Victoria,
Jehus, da nos la tua gloria.

73On en trouve autant en français ; il suffît de rappeler la Ballade-des menus Propos de Villon :

Je congnois bien mouches en lait ;
Je congnois a la robbe l'homme ;
Je conjnois le beau temps du laid, etc.

74Cependant toutes les figures cataloguées par les Arts poétiques ont laissé, d'une manière générale, peu de traces dans les œuvres de nos écrivains. Souvent celles qu'on y rencontre sont dénuées d'originalité. Dans les chansons pieuses par exemple, de nombreuses métaphores, qui font parfois impression, servent à désigner la mère immaculée du Christ ; on la compare à la rose ou aux pierres précieuses ; on l'appelle « dame de paradis », « fontaine de bonté », « étoile de la mer », « royne de l'univers », « colombe des cieux ». Gautier de Coincy, dans le prologue de ses Miracles de la Sainte Vierge, la célèbre avec une touchante ferveur :

Elle est la fleur, elle est la rose
En cui habite, en cui repose
Et jour et nuit Sainz Esperiz...
C'est la douceur, c'est la rousée
Dont toute riens est arousée ;
C'est la dame, c'est la pucele...
C'est la fontaine, c'est le doiz
Dont sourt et vient miséricorde
C'est le tuyau, c'est le conduiz
Par ou tout bien est aconduiz ;
C'est la royne des archanges,
C'est la pucele a cui li anges
Le haut salu dist et porta.

75Mais tout cela vient des poèmes latins liturgiques, dont quelques-uns ont été composés par de rares artistes, et l'on ne voit pas que les poètes de langue vulgaire, lorsqu'ils traitaient des sujets profanes, aient fait preuve de la même invention lyrique ; il faudra-attendre le xve siècle pour qu'une égale puissance de création se manifeste dans d'autres domaines que celui de la piété, et encore cela ne sera-t-il pas le fait de tout le monde.

  • 34 Chanson de Roland, Extraits, p. p. G. Paris, Intr. p. xxviii. Voici cette comparaison : Si com li (...)

76Les images sont extrêmement rares dans nos plus anciens textes. Il n'y a qu'une seule comparaison dans la Chanson de Roland, et G. Paris a cru devoir écrire qu'elle n'avait « rien d'original ni de vu34 ». On peut lire des pages et des pages de nos poèmes épiques sans en rencontrer ; il en est de même dans nos romans d'aventure, et, si l'on parvient à en découvrir quelques-unes, on s'aperçoit que le plus souvent elles ne sont pas de qualité exceptionnelle. L'auteur qui en est le moins avare semble bien être celui du Pèlerinage de Charlemagne, qui fait preuve parfois d'une réelle personnalité. Voici quelques exemples, résultat de lectures assez étendues :

  • N'iert tant forz li halbers d'acier ne blanc ne brun
    Que n'en chieent les mailles ensement com festus. (Pèlerinage)
  • Se galerne ist de mer, bise ne altre venz,
    Qui fièrent ai palais dedevers occident.
    Il le font torneier et menut et sovent
    Come rode de char qui a terre descent.
    Cil corn sonent et buglent et tonent ensement
    Com tabors o toneidres o grant cloche qui pent. (Ib.)
  • Cele ont la charn tant blanche come flor en espine. (Ib.)
  • Altresil fait torner com arbre de molin. (Ib.)
  • Berte chaï pasmee sor un drap noir com saie.
    (Berte aux grands pieds)
  • Ses haubers fu forz et legiers
    Et plus luisanz que argent mier. (Roman de Thèbes)
  • S'en dit ce que ele voudroit,
    Et par li meesmes s'alume
    Aussi com la busche qui fume
    Tant que la flamme s'i est mise. (Chev.au lion)
  • 35 Les images de Chrétien de Troyes, l'un des poètes qui en présentent le plus grand nombre, ne sont (...)

77Quiconque voudra se livrer à de pareilles recherches constatera bien vite qu'il fait maigre récolte35. Au xive siècle, E. Deschamps est à cet égard d'une indigence singulière. Les poètes du xve siècle le sont également, mais ils sont parfois capables de quelque trouvaille où il est évident qu'ils ne doivent rien à personne :

On y voit diables voler
Plus que mouches sur un chien mort. (Martin Le Franc)

78Les comparaisons de Villon, généralement d'un goût réaliste, mais assez peu fréquentes et qui n'ont pas toutes la même valeur, brillent parfois comme des éclairs. On connaît ses pendus :

Plus becquetez d'oiseulx que dez a couldre.

79On peut encore citer :

  • Semblablement, le roy Scotiste
    Que demy face ot, ce dit-on,
    Vermeille comme une amatiste
    Depuis le front jusqu'au menton ?...
  • Il fut rez, chief, barbe et sourcil,
    Comme un navet qu'on ret ou pelle
  • Ainsi le bon temps regretons
    Entre nous, povres vieilles sottes,
    Assises bas, a crouppetons,
    Tout en un tas comme pelotes.
  • Allé s'en est, et je demeure,
    Povre de sens et de sçavoir,
    Triste, failly, plus noir que meure...
  • Les autres sont entrez en cloistres
    De Celestins ou de Chartreux,
    Botez, housez compescheurs d'oystres.

80L'Antithèse a été volontiers cultivée par un certain nombre de poètes. Les traités qui définissaient l'art d'écrire l'appelaient contentio. On la rencontre déjà dans le Roman de la Rose :

Amour, c'est haine amoureuse,
C'est biautez la desleiaus,
C'est la desleiautez leiaus... (II, v. 4294-6)

81Au xve siècle elle devient plus fréquente. Alain Chartier en a usé :

Je pleurs ens et me ry par dehors.

82Cette figure dans le thème du concours institué par Charles d'Orléans et auquel Villon participA :

Je meurs de soif au bord de la fontaine,

83N. Dupire en a donné cet exemple de Molinet :

Folle amour et doulx miel sur querage,
C'est doeul joieux, c'est plaisance dolente,
C'est pleur riant, c'est ung très cher orage,
C'est guerre en paix, c'est paisible tourmente,
C'est vive mort, c'est veillesse récente.
(Response a Busnois. v. 51 sq.)

  • 36 P. Fabri, t. I, p.162 ; N. Dupire (J. Molinet, p.291 sq.) a donné d'utiles indications sur les fig (...)

84Fabri la recommandera encore : « Contention se faict, quand choses contraires ou diviseez se rapportent a ung en termes ou en substance36. » Elle n'a tout de même pas connu la même vague que l'Allégorie, dont ont usé et abusé les poètes depuis le Roman de la Rose jusqu'à la Renaissance pour personnifier des abstractions, et que tout le monde connaît : Desdaing, Fortune, Prouesse, Vieillesse, Enfance, Hasart. Raison, Léauté et tant d'autres, mornes personnages à majuscule, rarement décrits, et que le plus souvent nous ne connaissons ni par le costume ni même par leurs attributs, circulent en rangs pressés dans d'innombrables recueils de vers.

85L'Énumération, à laquelle les grammairiens donnent en latin le nom de congeries, c'est-à-dire d'accumulation » ou « d'entassement » est un procédé d'expression très répandu depuis les origines. A l'époque la plus ancienne, elle paraît dans les dénombrements chers aux Chansons de Geste, lorsque les auteurs cherchent à donner une idée de multitude, ou tout simplement lorsqu'ils désirent allonger leurs laisses grâce à cette bourre d'une utilisation vraiment commode. Ce qu'il y a d'artificiel et d'un peu vain dans ce procédé éclate dans la liste suivante, qui pourrait être continuée indéfiniment :

Jo luin conquis ed Anjou e Bretaigne,
Si luin conquis e Peitou et le Maine,
Si luin conquis Normandie la franche ;
Jo luin conquis Provence ed Equitaigne,
E Lombardie e trestote Romaigne,
Poille et Calabre e la terre d'Espaigne ;
Jo luin conquis e Baïviere et Behaigne,
Ed Onguerie e trestote Polaigne,
Costentinoble, dont il out la fidance,
Ed en Sassoigne fait il ço qu'il demandet.
Jo luin conquis ed Escoce ed Irlande,
Ed Engleterre que i1 tient a sa chambre
Conquis luin ai pais e terres tantes,
Que Charles tient qui at la barbe blanche !
(Ch. de Roland, v. 2327 sq.)

86Plus tard les énumérations, sans cesser de servir à trouver le nombre de vers dont on a besoin, permettent un grand étalage de science verbale, avec abondance de mots techniques et spéciaux, comme dans cette strophe d'une ballade d'E. Deschamps :

De males dagues de Bourdeaulx,
Et d'espées de Cleremont,

  • 37 Cela continue ainsi dans les strophes qui suivent : toutes les armes connues y passent.

De dondaines et de cousteaux
D'acier qui a Milan se font,
De haiche a martel qui confont,
De croquepois, de fer de lance,
D'archegaie qu'om gette et lance,
De faussars, espaphus, guisarmes,
Puist il avoir plaine sa pance,
Qui me requerra de faire armes37.
(Ed. G. Raynaud, t. VII, p.34)

87Elles ne produisent cependant quelque effet, du moins selon notre goût moderne, que dans les sottes chansons ou dans les monologues comiques, surtout quand elles sont mises dans la bouche de personnages dont c'est la manière habituelle que d'étourdir leurs auditeurs sous un flux de paroles, comme font les bateleurs et les mimes. Alors elles sont en situation. Voici les vers que débite le charlatanÉd. G. Huet de Rutebeuf, dans le Dit de l'Herberie :

Jusqu'à la rivière qui bruit
Dou flux des pierres jor et nuit,
Fui pierres querre...
Mont riches pierres en aport,
Qui font resusciter le mort.
Ce sont ferrites,
Et dyamans et cresperites,
Rubiz, jagonces, marguarites.
Grenaz, topaces. Et tellagons et galofaces ;
De mort ne doutera menaces
Cil qui les porte.

88D'une façon analogue on lit dans les Deux Bordeors ribands :

  • 38 Un peu plus loin dans la même pièce (Je connois Hubert Tubuef...) on rencontre une autre énumérati (...)

Je te dirai que ge sai faire.
Je sui jugleres de viele ;
Si sai de muse et de fretele,
Et de harpe, et de chifonie,
De la gigue, de l'harmonie ;
Et el salteire et en la rote
Sai ge bien chanter une note.
Bien sai joer de l'escharbot,
Vif et saillant dessus la table,
Et d'entregiet, et d'artumaire ;
Bien sai un enchantement faire38.

89Cependant, en dehors de ces figures, et abstraction faite également des Couleurs de Rhétorique proprement dites (répétition oratoire, exclamation, interrogation, etc. ), qui, comme l'énumération d'ailleurs, étaient données par le langage ordinaire, toutes les belles choses enregistrées par les Arts poétiques ne paraissent guère avoir fait impression sur les poètes médiévaux. Ils les ont laissées dormir dans leurs cahiers d'école, ou ne les en ont fait sortir que tout à fait exceptionnellement. Ils ont écrit en pauvres, d'une manière inélégante, diffuse et lourde, laissant à de lointains successeurs le soin de mettre en œuvre les leçons des grammairiens latins pour lesquelles eux-mêmes n'étaient pas encore mûrs. Et sans doute ont-ils bien fait de montrer pareille réserve, car il est permis de croire que leur imitation eût été intempérante autant qu'indiscrète, s'ils avaient considéré que leur docilité envers l'enseignement de ces maîtres était la loi suprême de leur art.

90En somme le Moyen Age n'a fait que répéter les préceptes exposés par les théoriciens de l'antiquité sans chercher à les appliquer fidèlement. Pour lui, un beau vers a été avant toutes choses un vers qui était métriquement correct, et l'on ne peut se dissimuler qu'un nombre fixe de syllabes constituant un fragment de sens, avec césure et rime, ne nous donne parfois une certaine impression de solidité et de plénitude, malgré la monotonie des coupes et la simplicité presque constante du vocabulaire : dans le genre narratif, certaines strophes de Saint Alexis et quelques laisses de la Chanson de Roland en seraient d'excellents exemples. On pourrait prétendre que cette perfection, là où elle est atteinte, est pour ainsi dire négative, parce qu'elle ne révèle pas un effort très conscient. Dans l'ordre positif, on doit signaler, à l'époque des poèmes à forme fixe, l'art avec lequel beaucoup de poètes savent choisir le refrain de leurs ballades et l'amener comme la conclusion nécessaire de leurs strophes, de telle façon que, détaché avec force, il trouve un retentissement profond dans la sensibilité de leurs lecteurs ou de leurs auditeurs. Néanmoins, même au point de vue métrique, les vers sont loin de présenter toujours une parfaite correction. Le compte des syllabes, au lieu d'être toujours très strict, est souvent livré à l'arbitraire ; les coupes trop fréquemment ne s'accordent pas avec le sens ; la césure tombe parfois au milieu d'un mot, ou bien la fin du vers enjambe et la phrase va se terminer au début du vers suivant. Naturellement il y a des écrivains qui observent rigoureusement les règles de la versification. Mais il y en a aussi, et ils sont très nombreux, qui accumulent les négligences, soit par ignorance, soit par dédain : un Priorat de Besançon ne le cède en rien à cet égard aux poètes anglo-normands. D'autres, moins irréguliers, le sont tout de même à quelque degré : on écrit comme on peut, et presque toujours on cède à la facilité.

III

  • 39 P. Meyer, Romania, 1909, p.484 et Hist. litt. de la Fr., t. XXXIV, p.372.
  • 40 Anglo-normand Lapidaries (1924).
  • 41 Intr., p. xxxii.
  • 42 M. Duplessy, p.82.
  • 43 Ed. H. Suchier ; ce compte n'est qu'approximatif.

91La rime est certainement l'élément le plus important du vers, celui qui réclame le plus de soin. Or il a fallu beaucoup de temps pour qu'elle parvînt à l'état de pureté que les critiques classiques ont exigé d'elle. Il ne s'agit pas ici de l'exactitude de ses timbres, ce qui fera l'objet d'une étude particulière, mais de sa valeur littéraire et de ce qu'on appelle ses qualités « morales ». Elle a débuté sans gloire, comme une gêneuse qui s'imposait et qu'on ne pouvait éconduire, mais qu'on traitait aussi mal que possible, en ne lui demandant rien autre chose que de produire l'accord dont on avait besoin. Pendant fort longtemps on n'eut aucun scrupule, pour peu qu'on fût en difficulté, à faire rimer un mot avec lui-même. P. Meyer39 a indiqué que c'était là un fait assez fréquent dans le Comput et le Bestiaire de Philippe de Thaon, ainsi que dans le Lapidaire alphabétique ; P. Studer et J. Evans40, dans des poèmes anglo-normands, ont relevé jaspe : jaspe— avrat :avrat — blaunche : blaunche — blanc : blanc — sey : sey ; J. Bédier a compté quatre cas semblables dans le Roman de Tristan41 ; M. Duplessy quatorze dans Guillaume d'Angleterre42 ; il y en a une quarantaine dans la Manekine de Philippe de Beaumanoir43, parmi lesquels le suivant :

Ne par raison nus ne puet faire
Ce qu'il me voldront faire faire. (603.-4)

  • 44 Éd. G. Huet, Iutr., p. XII.
  • 45 Éd. U. Robert, Inlr., p. L.

92Un poète lyrique comme Gautier de Dargies n'est pas exempt de pareilles négligences44. A plus forte raison se rencontrent-elles en grand nombre chez Jean Priorat de Besançon45 :

  • Des malades se prenoit garde
    De lor mises et de lor garde. (2801-2)
  • Qu'as places de lor mestier joent
    Por ce qu'aucunes foiz s'an joent (3697-8)
  • 46 Leys d'Amors, éd. G.-A., t. II, p.101.

93Machaut lui-même à deux reprises, du vers 100 au vers 200 de sa Fonteinne amoureuse, présente la même faiblesse. La première protestation qui se soit élevée contre une facilité aussi fâcheuse est celle des Leys d'Amors46. Mais, elle a été vaine, car Jean Molinet, imité en cela par l'Art et Science de Rhétorique, la renouvelle à la fin du xve siècle, en y ajoutant l'interdiction d'unir deux mots qui ont le même sens, comme aller et ambuller. « Platte redîtte, écrit-il, est quant deux dictions sont mises en rime l'une contre l'autre et sont pareilles en voix et en signification :

Qui veult amis avoir
Il fault argent avoir. »

  • 47 E. Lauglois, Recueil, p.250 et 315. D'une façon analogue, mais qui n'offre pas autant d'inconvénie (...)

94Puis il ajoute : « Tant les plattes redittes que les redittes en sens, rimes en goret et baguenaudes sont contéez pour vice de rethorique, •et son dempnéez en rigoreux examen ; si les fault éviter de toute puissance, et quérir termes plus riches et mieulz recommendez, comme dictions aucunement pareilles, sans estre equivocques, et contraires en signification47. » En d'autres termes, art (artem) ne peut rimer avec lui-même, tandis qu'il le fait fort bien avec il art (ardet). Cette règle deviendra classique.

  • 48 Éd. A. Ewert, 1933, Intr., p. xxv. J'ai déjà attiré l'attention sur ce fait. Cf. supra, t. II, p.1 (...)

95Une autre négligence consiste à user des mêmes désinences à la rime de plusieurs vers consécutifs. C'est là un défaut très répandu, même quand il s'agit de terminaisons banales, comme celles que fournit la conjugaison. Les poètes anglo-normands en sont coutumiers, tels Chardri, Pierre de Peckam, William de Waddington, les auteurs de la Vie de saint Edouard le Confesseur, de la Vie de saint Thomas de Cantorbery: « Les cas où la rime s'étend sur quatre vers de suite, note l'éditeur de Gui de Warewic48, sont très nombreux ; elle peut ainsi s'étendre sur six vers, sur huit, sur dix, sur douze, sur seize, même sur vingt vers, sans que le poète ait eu besoin de variété. » Mais le Roman de Fauvel et le Roman de la Rose, qui ont été écrits sur le continent, présentent des séries semblables, qui ne dépassent pas toutefois quatre, et au maximum six vers. L. Jordan a noté chez Rutebeuf des successions comme umerent : apelerent ; amerent : erent, ou cemetiere : matiere ; maniere : n'iere, ou charité : humilité ; maufé : eschaufé, etc. Fr. Blume en a rencontré tout autant chez Froissart : el : menestrel ; bel, nouvel, ou courtine : boudine ; poitrine : estrine, ou suspens : despens ; géns : diligens. Naturellement J. Priorat de Besançon est coutumier du fait, et sur une grande échelle :

Li granz mers la tierce partie
Du monde tient et signorie,
Et des vanz sanz le soflemant
S anfle par son respiremant
Et croist. ausi meïsmemant,
Se lieve ele hautemant
Et per un soul eschaufemant,
C'on apele rumme ausimant,
Se sarabonde moult formant
Et fait moult grant arandement
Nuit et jor per l'entandement
De doues hores veraiement. (v. 10983-94)

  • 49 Leys d'Amors, éd. G.-A., t. II, p.101 et 104.

96De tels vers, terminés par des substantifs en -ement ou par des adverbes à finale identique, n'ont pas donné beaucoup de peine à écrire. Les Leys d'Amors ont interdit, comme contraire à l'harmonie et à l'euphorie, la reprise à brève distance49 sauf intention ou nécessité, de la même rime ; elles ont estimé que le même mot ne pouvait reparaître en fin de ligne qu'à un intervalle d'au moins vingt vers, et elles ont édicté la même règle au sujet de la césure. Machaut, dans sa Complainte de l'Amant, s'est vanté de n'y avoir employé aucune rime semblable. Les exceptions qu'on rencontre chez lui, comme dans l'Explicit du Confort d'Ami, ou vingt-six vers se terminent en -mis'expliquent comme un trait de virtuosité intentionnel.

  • 50 Ib., t. II, p.90 et 96

97Cependant les Leys d'Amors50 déclarent expressément qu'il n'y a pas vice à associer des mots comme lener, retener, manlener, ou parer : apparer, ou profiter : approfiter, etc., c'est-à-dire que la loi qu'elles ont formulée ne s'applique pas à la rime des mots simples avec leurs composés. La contradiction est évidente, mais elle est la conséquence de l'irrésistible séduction qu'exerce au Moyen Age la rime léonine. De pareilles combinaisons, que notre goût trouve faibles et regrettables, sont alors extrêmement fréquentes. On en rencontre chez Hélinant et Thibaut de Champagne. Au cours du xiiie siècle elles se multiplient. En voici quelques-unes que L. Jordan a relevées dans Rutebeuf : perdu : esperdu — prent : reprent — entendre : tendre — venue : convenue — contredire : dire — mandoit : demandoit — recevoir : decevoir — abatu : combatu. Il y en a un grand nombre chez Machaut, Froissart, Christine de Pisan, chez tous les poètes du xive siècle et du xve. Ce procédé facile et d'un rendement copieux, est recommandé par le Jardin de Plaisance :

Pour habonder ligierement,
En termes l'on doit composer
Par de, dis, corn, sub, proprement,
Et par re aussi disposer.
Qui equivocquer peult, mieulx fait.
Qui n'a equivocque ou compos,

L'ordre de ABC en effect
L'on doit suivre à ce propos.

  • 51 E. Langlois, Recueil, p.252.

98Il l'est également, et même avec un évident enthousiasme, par l'Art Poétique de J. Molinet (H. de Troy), qui se propose d'y rallier tous les poètes : « Pareillement doit le facteur querir aucuns verbes composés de prépositions, comme a, de, re, con, par, sub, car les dis verbes escheient en rime, et ont diverses significations51 » Suit alors un tableau alléchant, destiné à montrer de quelles ressources infinies les versificateurs peuvent disposer, et comment, sans grands efforts, ils peuvent sacrifier à la mode, Le voici :

A De Com Re Par Sou

Prendre Apprendre Desprendre Comprendre Reprendre Souprendre
Faire Affaire Deffaire Confaire Refaire Parfaire Sourfaire
Porter Apporter Déporter Comporter Reporter Supporter
Venir Avenir Devenir Convenir Revenir Parvenir Subvenir
Tendre Attendre Destendre Contendré Entendre Prétendre Subtendre
Verse Averse Diverse Converse Reverse Parverse Subverse
Mettre Amettre Démettre Commettre Remettre Permettre Soubsmettre
Poser Apposer Déposer Composer Reposer Proposer Supposer
Traire Attraire Detraire Contraire Retraire Pourtraire Soustraire
Parer Apparer Desemparer Comparer Reparer Préparer
Tenir Attenir Détenir Contenir Retenir Soustenir

  • 52 P. Fabri, t. Il, p.22.

99On préférerait les rimes pauvres, pourvu qu'elles fussent plus expressives. Mais le Moyen Age en a jugé autrement. C'est P. Fabri qui fera entendre la première protestation, pas trop rigide encore : « Par quoy sont a rejecter, a-t-il dit52, les termes simples avec leurs composez, qui ne varient de substance, mais l'accroissent ou diminuent, comme belle, tresbelle ; bonne, tresbonne ; dire, redire ; faire, parfaire ; plaire, complaire, etc. ; mais ou la composition mue la signification, c'est bonne rithme, comme belle, rebelle ; puissant, impuissant, etc. » Bientôt la tolérance qu'illustre ce dernier exemple ne sera même plus admise et la règle deviendra définitive. C'est également Fabri qui a interdit les rimes « qui ont quelques rapports entre elles », comme le faict : du faict — je participe : du participe — je médiane : les gens de médecine, dont tous les poètes avaient jusqu'alors fait un très large usage ; ce précepte, quelque peu développé et modifié, sera également adopté par les critiques classiques.

  • 53 Leys d'Amors, éd. G.-A., t. II, p.370, Au nombre de ces rimes trop communes, il faut ranger celles (...)

100Le conseil de ne pas employer des rimes trop communes a déjà été formulé par les Leys d'Amors53. Dès la seconde moitié du xiie siècle, beaucoup de poètes provençaux, comme Pierre d'Auvergne, Raimhaut d'Orange, Arnaut Daniel, Peire Bremon, l'auteur de Flamenca en ont senti la faiblesse et ont tenté de réagir. Dans la France septentrionale, c'est surtout dans des poèmes comiques ou dans des sotties que l'on constate quelques efforts dans le même sens. Mais d'une manière générale on continuera de se servir sans aucun scrupule, Rutebeuf aussi bien que Thibaut de Champagne, de désinences verbales, futurs ou participes, d'adjectifs en -eux ou en -ant, en -el ou en -ique, de substantifs en -ité ou en -ation, d'adverbes en -ment, parce que ces rimes sont commodes et nombreuses,. bien que toutes dépourvues de toute originalité. Pierre Fabri est muet à leur égard, et elles traverseront toute l'époque classique sans susciter la moindre protestation, jusqu'au moment où les romantiques s'élèveront avec force contre leur banalité.

  • 54 P. Fabri, t. II, p.8.

101Au contraire, Pierre Fabri met fin pour longtemps à une fantaisie dont avait abusé Froissait, et qui n'est autre que la rime funambulesque de Banville : « Regle generalle, écrit-il54, que tout terme qui peut finer ligne de dix syllabes est masculin et de onze il est féminin, excepté les féminins monosillaibes, comme je, le, se, de, etc., lesquelz seraient bien mis en la dixieme sillaibe, mais ilz sont deffendus d'estre en fin de ligne, pource que ilz sont voluntiers du commencement et moyen de la proposition ou oraison, et l'en ne doibt point commencer en fin de sillaibe et de ligne. Exemple :

Que diras tu de nouveau ? Je di que
Tout va si mal, et si vous di que je
Ay grant paour d'encor pire avoir, se
Dieu tout puissant n'y remédie de
Sa grace, etc. »

102Il s'agit ici de la non-concordance de la rime avec la coupe syntaxique, ce qui est un aspect particulier de l'enjambement. Celui-ci n'est pas encore proscrit comme il le sera plus tard par Malherbe ; du moins lui est-il interdit de prendre cette forme particulièrement provocante, dans des textes qui ne présentent aucun intérêt pittoresque ou comique, tandis que le lecteur reste soumis à l'obligation d'insister sur la dernière syllabe du vers.

  • 55 P. Fabri, t. II, p.17.

103Enfin le même auteur soulève pour la première fois une question qui dans la suite divisera les théoriciens et les poètes, et qui n'a jamais reçu de solution unanimement acceptée. Il s'agit de savoir si la rime est faite pour l'œil, ou pour l'oreille, ou pour les deux à la fois. Peut-être beaucoup de poètes ont-ils pensé de très bonne heure que, dans les mots accouplés, l'identité de la graphie était souhaitable. On pourrait en voir la preuve dans des fins de lignes comme evangelistres : ministres, du Jugement Dernier, ou comme vers (de varius, au lieu de vairs) : envers, lermes (de lacrimas, au lieu de lairmes) : termes, tres (de traxi au lieu de trais) : pres, qu'on rencontre dans le Roman de la Rose, tandis que Molinet, à côté de legitime, associe buitisme : legitisme, sans compter d'autres exemples, en très grand nombre, qu'on pourrait glaner dans d'autres ouvrages. Cependant les manifestations d'une indifférence complète à l'égard des parités d'écriture sont telles, dans les mêmes poètes et ailleurs, qu'on ne saurait s'arrêter à cette idée. En tout cas P. Fabri exige que la rime satisfasse et l'oeil et l'oreille, sans tenter toutefois de justifier son point de vue, mais avec beaucoup de fermeté doctrinale, comme si ce problème ne souffrait pas d'être mis en discussion : « Rithme, dit-il55, est une congrue consonance de lettres, sillaibes, en ortographie et pronunciation en fin de deux lignes ou plusieurs. » D'une manière générale, il est très remarquable que Pierre Fabri,. en certaines parties de son livre, oriente la versification française vers des règles plus strictes et combat certaines de ces négligences

104qui déparent trop souvent les œuvres des poètes médiévaux : chez lui brillent déjà, faiblement sans doute, quelques lueurs de ce qui sera plus tard la sévérité classique. Cependant, au moment où se clôt la période que nous étudions présentement, il reste encore beaucoup à faire, non seulement au point de vue de l'agrément de la métrique, mais encore au point de vue du style proprement dit. La phrase n'est pas encore nette, l'expression demeure trouble et embarrassée, les insuffisances et les impuretés abondent : on croit avoir tout fait quand on a rempli des lignes grâce à des matériaux trop souvent de mauvais aloi, et qu'on les a terminées par une rime léonine ou équivoquée dont la recherche conduit à de dangereux excès. Il faudra beaucoup de temps encore pour que les écrivains se rendent compte que la poésie n'admet pas la médiocrité. Elle doit obéir en effet aux lois d'une esthétique mûrement méditée — quelle que soit cette esthétique, qui variera d'ailleurs au cours des âges — et elle a besoin d'une forme belle et originale afin de rendre tout ce qu'on attend d'elle. Cette idée ne prendra corps que très lentement et ne triomphera qu'après de longs combats.

Notes

1 Ch. Thurot, Notices et extraits, p.417-418.

2 F. Brunetière, La Littérature française au Moyen Age (1880), dans les Etudes critiques, p.15.

3 Dans un article de Romania, en 1931 ; Chrétien de Troyes est-il l'auteur de « Guillaume d'Angleterre » ?, F. Tanquerey a retiré la paternité de cet ouvrage au poète champenois. Il admet pourtant que Guillaume d'Angleterre présente « des ressemblances superficielles peut-être, mais indéniables » avec les poèmes de Chrétien de Troyes, tant au point de vue du style qu'à celui de la versification.

4 M. Duplessy, p.21.

5 Bien entendu le procédé de l'énumération, auquel ils ont recours, est très ancien dans notre littérature (cf. p. ex. Guillaume d'Angleterre, v. 151 sq.) mais c'est à cette époque qu'on commence à en faire un usage assez intempérant, pour le plaisir d'accumuler des mots.

6 Leys d'Amors, ed. G.A., t. II, p.122.

7 F. Brunot, Hist. de la l.fr., t. I, p.519.

8 Jean de Garlande, Poetria, p.894-896.

9 M. Duplessy, p.25-29.

10 E. Deschamps, t. VII.

11 P.134

12 Barbarismes et solécismes ont déjà rencontré l'hostilité de certains grammairiens latins du Moyen Age, notamment de Jean de Garlande dans sa Poetria. p.923.

13 Ceci laisse déjà présager Malherbe.

14 J. Bédier, les Fabliaux, p.306.
G. LOTE.. — Histoire du vers français, t. III.

15 Intr.,p.XVII

16 E. Faral, Arts poétiques, p.129.

17 P. Meyer, Romania, t. XXXVIII, 1909, p.485.

18 Leys d'Amors, éd. G.-A., t. II, p.104 : Le vers répète est le retour dans un ouvrage, contrairement à ce qui doit être, d'un vers entier, placé, avec les mêmes paroles, dans un autre endroit du même ouvrage. Cette répétition a souvent lieu dans les Nouvelles rimées ; mais on l'excuse, quand il y a une interposition de cent vers au moins, ou quand elle est faite par nécessité, par intention et par mesure. Si c'est un vice dans les Nouvelles rimées, c'en est un plus grand dans les autres compositions principales, où une répétition ne peut être excusée que quand on la fait par mesure, intention et nécessité. Dans les grands romans des rois, des empereurs et du Bréviaire d'amour, procédant par accords, on ne peut, à cause de la longueur des ouvrages, observer toutes ces formalités. » Même recommandation, ib., t. I, p.140.

19 Intr., p. LVIII.

20 L. Demaison, en tète de son édition à'Aymeri de Narbonne (1887, Intr., p. civ) a présenté des observations analogues : « A l'époque où fut composé Aymeri de Narbonne, le style des Chansons de Geste était jeté dans un moule passablement uniforme. On abusait alors des expressions banales, des clichés invariablement reproduits chaque fois que l'occasion s'en présentait. Les jongleurs avaient à leur disposition une série de phrases toutes faites, d'un emploi facile, dont ils se servaient sans cesse pour remplir et allonger leurs couplets. Une rime en -ent était-elle nécessaire, leurs héros prenaient saint Clément à témoin de la vérité de leurs discours. Dans une tirade en -is, ils juraient par le cors saint Denis. Dans une tirade en -in, ils avaient toujours le vis fier et faisaient molt a proisier. Ils étaient a la fiere vertu, au fier corage, au corage hardi, etc., lorsque la rime l'exigeait. Il y avait, en un mot, de ces lieux communs pour toutes les rimes et toutes les situations. Bertrand de Bar-sur-Aube n'a pas su se mettre en garde contre ces abus. »

21 Leys d'Amors, éd. G.-A., t. II, p.368.

22 Leys d'Amors, éd. G.-A., t. II, p.88, 94, 98.

23 E. Faral, Arts poët., p.351, n.

24 Cf. supra, t. I, p.268.

25 Leys d'Amors, éd. G.-A., t. III, p.48 sq. et p.63 sq.

26 Voici le texte de Jean de Garlande (Poetria, éd. Mari, p.923) : « Frequens etiam concursio consonancium vitanta est, ut si dicerem hoc modo : te gemmant mundi Virgo commando MariA : hec dictio gemmant finitur a littera qua subsequens dictio incipit, quod vicium est ; debet ergo transponi sic : te mundi gemmam, etc. Sed si frequenter sillabe concurrunt immédiate, victum erit, ut hic : vultus turpis avis, nisi fiat per frequenciam per totum versum causa delectationis et joci, ut in versu quem scolaris fecit de carcerario carceris Parisius :
Vi viro, Thoma, male ledi, dire retortor.
Objiciatur carcerario quod solebat percutere incarceratos, qui vocabatur Thomas ; dixit ergo scolaris hoc modo : o tu, Thoma, dire retortor, id est crudelis flagellator, viro male ledi vi, scilicet tua. »

27 Ed. G. Raynaud, t. VII, p.270-1.

28 Quintilien, Institutio oratoria, V I I I ; Cicéron, de Oratore, III, 53 s q . ; Isidore de Séville, Etymologiarum liber, II, 2 0 ; Leys d'Amors, éd. G.-A., t. I I , p. 1 1 2 . — P. Fabri, t. I I , p. 1 1 2 sq.

29 F. Brunot, Hist. de ta l. franç., t. I, p.354 sq.

30 Éd. de Galeran, Intr., p. xxiv.

31 Éd. de la Ch. de R., Intr.

32 E. Faral, les Arts poèt. du xiie et du xiiie siècles. G. LOTE. — Histoire du vers français, t. III.

33 Leys d'Amors, éd. G. - A., t. I I, p.160 et 194 sq.

34 Chanson de Roland, Extraits, p. p. G. Paris, Intr. p. xxviii. Voici cette comparaison : Si com li cers s'en vait devant les chiens, Devant Rodlant si s'en fuient paien. Ici G. Paris s'est sans doute montré trop sévère.

35 Les images de Chrétien de Troyes, l'un des poètes qui en présentent le plus grand nombre, ne sont généralement pas très originales. Beaucoup ne sont que des lieux communs, sans aucune invention, et se retrouvent ailleurs. Il compare les yeux des femmes, pour leur éclat, soit à deux étoiles, soit à deux chandelles allumées, soit à des escarboucles qui jettent une clarté plus lumineuse que celle de la lune ; leur teint est de la couleur des roses, leurs cheveux de celle de l'or. Dans Cligès, au cours d'un combat, le heurt des épées produit des étincelles semblables à celles que fait jaillir le forgeron en battant sur l'enclume un fer rougi. Dans Lancelot, les armes, en se choquant, font un bruit qui rappelle celui du tonnerre ; un cheval court plus vite « que cerf sur lande » ; les rubis sont plus brillants que le soleil. Dans le Chevalier au Lion, le héros fait voler comme de la paille au vent les mailles d'un haubert, etc.

36 P. Fabri, t. I, p.162 ; N. Dupire (J. Molinet, p.291 sq.) a donné d'utiles indications sur les figures employées par le poète qu'il a étudié.

37 Cela continue ainsi dans les strophes qui suivent : toutes les armes connues y passent.

38 Un peu plus loin dans la même pièce (Je connois Hubert Tubuef...) on rencontre une autre énumération qui embrasse quatorze vers, toute en noms propres et qui n'en finit pas ; elle est totalement dépourvue de saveur.

39 P. Meyer, Romania, 1909, p.484 et Hist. litt. de la Fr., t. XXXIV, p.372.

40 Anglo-normand Lapidaries (1924).

41 Intr., p. xxxii.

42 M. Duplessy, p.82.

43 Ed. H. Suchier ; ce compte n'est qu'approximatif.

44 Éd. G. Huet, Iutr., p. XII.

45 Éd. U. Robert, Inlr., p. L.

46 Leys d'Amors, éd. G.-A., t. II, p.101.

47 E. Lauglois, Recueil, p.250 et 315. D'une façon analogue, mais qui n'offre pas autant d'inconvénients que la faute dont il vient d'être question, certains poètes lyriques, Gace Brûlé et Thibaut de Champagne par exemple, n'ont pas hésité à répéter la rime, dans une même pièce, des mots dont ils s'étaient déjà servi dans une strophe précédente.

48 Éd. A. Ewert, 1933, Intr., p. xxv. J'ai déjà attiré l'attention sur ce fait. Cf. supra, t. II, p.126.

49 Leys d'Amors, éd. G.-A., t. II, p.101 et 104.

50 Ib., t. II, p.90 et 96

51 E. Langlois, Recueil, p.252.

52 P. Fabri, t. Il, p.22.

53 Leys d'Amors, éd. G.-A., t. II, p.370, Au nombre de ces rimes trop communes, il faut ranger celles qui sont indissolublement liées et qui s'appellent l'une l'autre, comme celles que M. Duplessy (p. 82) a relevées dans Guillaume d'Angleterre, où elles reparaissent constamment : les verbes tenir et venir à tous leurs temps, puis lever : grever, signor : grigvor, enquerre : Angleterre, feme : dame, trouer : prover, avoir : savoir.

54 P. Fabri, t. II, p.8.

55 P. Fabri, t. II, p.17.

© Presses universitaires de Provence, 1955

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter