Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La connaissance de la langue grecque dans la France médiévale vie-xve s.

 | 
Pascal Boulhol

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Durant tout le Moyen Âge français, l’étude du grec fut soit inexistante, soit exceptionnelle, souvent précaire et toujours très circonscrite : on s’y adonnait dans de rares abbayes, comme Corbie, Saint-Arnoul de Metz, à la rigueur Saint-Germain d’Auxerre dans la seconde moitié du ixe siècle, peut-être Fleury au xiie siècle pour la copie et la calligraphie, et surtout, évidemment, Saint-Denis ; on la pratiqua encore à Laon sous Charles le Chauve, ou plus tard, de façon intermittente, à l’université de Paris et accessoirement à Avignon au temps des papes. L’aire de l’hellénisme gaulois, qui était méridionale (Provence et couloir rhodanien) à la fin de l’Antiquité, s’était déplacée vers le nord après l’éclipse mérovingienne, et son foyer principal fut l’abbaye de Saint-Denis du ixe au xiie siècle. Le rôle de vecteurs et de diffuseurs joué par les moines irlandais est certain pour tout le Haut Moyen Âge, même s’il n’apparaît de manière claire et nette qu’à l’époque de la seconde renaiss...

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540