Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La connaissance de la langue grecque dans la France médiévale vie-xve s.

 | 
Pascal Boulhol

L’éveil tardif de l’étude du grec à la fin du xve siècle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour un complexe ensemble de raisons – où se mêlent l’éloignement géographique, l’histoire du peuplement, la politique, la religion et la sociologie – la connaissance du grec dans la France médiévale était donc à la fois rare et généralement imparfaite. L’hellénisme était mal vu de l’Église – qui pourtant à la même époque en faisait grand cas au-delà des Alpes1 ; suspect auprès des théologiens de la Sorbonne, il était absent de l’Université avant 14582, dédaigné des rois et des mécènes potentiels qu’étaient les grands seigneurs, et privé du secours qu’aurait apporté la présence d’immigrés s’il avait existé dans le royaume de France des colonies grecques semblables à celles de l’Italie. L’étude du grec ressortissait par conséquent à l’initiative individuelle, ou tout au plus à la tradition intellectuelle d’un foyer isolé. Les manuscrits grecs étaient, on l’a vu, rarissimes. Si l’on excepte Saint-Denis en son « âge d’or » du xiie siècle (avec Jean Sarrazin et Guillaume le Mire), la Fr...

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540