Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La connaissance de la langue grecque dans la France médiévale vie-xve s.

 | 
Pascal Boulhol

La grande stagnation (xive-xve siècles)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À l’échelle occidentale, le xive siècle peut être tenu pour l’âge des ténèbres en matière d’hellénisme : les connaisseurs de la langue d’Homère y sont rarissimes1, même en Italie, où pourtant l’arrivée de Démétrios Cydonès déclenche en 1369 un grand élan de « philomathie » grecque2. L’intérêt pour la littérature hellénique se heurte à la barrière de la langue, et faute de mieux s’entretient au moyen de traductions. Durant tout le xiiie et le xive siècle, et pratiquement jusqu’aux guerres d’Italie de la fin du xve, les lettrés français et l’Université se contentèrent de lire et de faire lire les auteurs grecs en version latine, puis française (avec le grand travail de traduction lancé par Jean le Bon et poursuivi par ses successeurs). Il faut dire qu’on avait fait de grands progrès en la matière depuis les années 1140. Avant le travail d’Henri Aristippe3, Platon n’était connu qu’à travers la version que Calcidius, au ive siècle ou peut-être au ve, avait donnée du Timée4 ; avant Guill...

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540