Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La connaissance de la langue grecque dans la France médiévale vie-xve s.

 | 
Pascal Boulhol

L’entrée problématique du grec dans l’université médiévale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Même si quelques hellénistes séjournèrent et travaillèrent alors à Paris1, il est extrêmement vraisemblable, comme nous l’avons vu, que le grec ne fut pas enseigné dans l’Université française du xiiie siècle. Tous ne se résignèrent pas à cette lacune. Tel est le cas, à quelques années d’intervalle, de Raymond Lulle et de Laurent d’Aquilée, sur lequel se sont penchés respectivement Berthold Altaner et Roberto Weiss.

Ignorant lui-même le grec, mais versé dans la langue arabe, le théologien et missionnaire majorcain Raymond Lulle (1233-1316), qui appartenait au tiers ordre de saint François, adressa en 1298 ou 1299 à l’université de Paris une lettre brûlante de prosélytisme où, après avoir fait l’éloge de cette institution, il affirmait qu’il était urgent, en ces temps d’expansion ottomane et de conflit religieux avec des Grecs dont il convenait plutôt de se faire des alliés contre les Musulmans, de créer dans l’illustre université parisienne, phare de la science et flambeau de la chrét...

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540