Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La connaissance de la langue grecque dans la France médiévale vie-xve s.

 | 
Pascal Boulhol

L’hellénisme des Ordres Mendiants

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’appartenance à la congrégation dominicaine d’un helléniste comme Guillaume de Moerbeke, ou l’obédience franciscaine d’un partisan de l’étude du grec comme Raymond Lulle (que nous verrons bientôt), n’est pas l’effet du hasard. Les Ordres Mendiants – essentiellement les Dominicains et les Franciscains –, montrèrent, presque dès leur fondation, un grand intérêt pour les langues « orientales » (grec, hébreu, syriaque, arménien, arabe, tartare), pour certaines utiles à la bonne compréhension de l’Écriture sainte, et toutes indispensables à l’apostolat et à la prédication chez les schismatiques ou les païens. Berthold Altaner, dans les années 1930, examina de manière approfondie la pratique missionnaire, théologique et polémique du grec chez les Mendiants, du xiiie au xve siècle1. Si les noms qu’il cite sont rarement ceux de « Français », l’aspect international des ordres religieux et la grande mobilité de leurs membres font que la France, et Paris en particulier (pôle intellectuel et p...

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540