Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La connaissance de la langue grecque dans la France médiévale vie-xve s.

 | 
Pascal Boulhol

Le lent progrès du grec au xiiie siècle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La naissance de l’université, autour de 1200 (Paris et Oxford, après Bologne), ne changea pas la situation de la langue grecque en Occident. Dans cette nouvelle institution, le latin domine de manière absolue : c’est la langue des cours et des textes étudiés1, ainsi que celle de la communication entre étudiants. L’apprentissage d’une langue étrangère pouvait difficilement entrer dans le cadre des sept arts libéraux (grammaire, rhétorique et dialectique pour le trivium ; arithmétique, géométrie, astronomie et musique pour le quadrivium), même en étant intégré aux cours de grammaire. En outre, la forme même des cours (lectiones magistrales ou disputationes des étudiants), s’y prêtait fort mal ; seule la meditatio (exercices) eût pu, à la rigueur, s’accorder avec un tel travail. On peut même se demander si la réalité concrète d’un cours collectif pour « grands débutants » était acceptable en ce temps. L’initiation à une langue (quelle qu’elle fût), avec son aspect élémentaire, humble e...

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540