Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La connaissance de la langue grecque dans la France médiévale vie-xve s.

 | 
Pascal Boulhol

Le regain post-sugérien de l’hellénisme sandionysien

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le précédent chapitre se concluait sur le constat d’un large abandon des études grecques en terre franque (ou française) au cours du xiie siècle. Tous ne baissaient pourtant pas les bras, comme l’exemple de Jean Sarrazin nous l’a montré. Deux exacts contemporains français de Sarrazin nous permettent de compléter le rééquilibrage. Dans la seconde moitié du siècle, l’abbaye de Saint-Denis, renouant avec son passé carolingien, redevint en effet un centre d’étude du grec grâce à l’initiative personnelle d’un homme, Guillaume le Mire, bientôt secondé par un talentueux émule, Guillaume de Londres. Ce renouveau sandionysien, auquel Pierre Gandil a consacré une thèse de l’École des Chartes soutenue en 20031, s’inscrit dans la continuité de l’œuvre de Suger (abbé de 1122 à sa mort en 1151).

On ne doit nullement s’étonner que le rôle de conservatoire des études grecques en France ait été dévolu à la seule abbaye de Saint-Denis. Depuis sa fondation, celle-ci avait lié son existence aux destinée...

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540