Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La connaissance de la langue grecque dans la France médiévale vie-xve s.

 | 
Pascal Boulhol

Le xiie siècle : épanouissement italien, premières redécouvertes françaises

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La « renaissance du xiie siècle » vit fleurir en France l’étude de la philosophie des Grecs plus que celle de leur langue : on se contenta encore de traductions latines, et un lexique grec plus ou moins douteux ne fournit guère, même à des penseurs profonds, que des bibelots d’inanité sonore. Lancée au siècle précédent par Anselme de Cantorbéry et son Proslogion (1078), la mode des titres hellénoïdes, lesquels révèlent bien plus l’ignorance que la connaissance du grec, ne se dément pas, et produit le Dragmaticon (sic !) de Guillaume de Conches (entre 1144 et 1149), le Policraticus et le Metalogicon de Jean de Salisbury (vers 1159-1160), etc.

Tout autre était la situation de l’Italie, où les études grecques n’avaient pas connu la même éclipse, comme en témoignent entre autres, à Milan, la figure du docte archevêque Grossolano († 1117), et à Venise l’œuvre considérable du clerc vénitien Jacques, qui à Constantinople, durant le deuxième quart du xiie siècle, traduisit divers traités d’A...

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540