Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La connaissance de la langue grecque dans la France médiévale vie-xve s.

 | 
Pascal Boulhol

Les xe-xie siècles : des temps obscurs ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Qui savait encore le grec en Francia occidentalis autour de l’an mil ? Même un esprit aussi universel que Gerbert d’Aurillac, qui devint le pape Silvestre II (999-1003), ignorait cette langue1. La survie de l’hellénisme au monastère de Fleury est, du moins pour les xe et xie siècles, une vue de l’esprit, produit de la naïve conception de la connaissance du grec dont j’ai parlé (p. 5 et n. 1). La Lotharingie, passée sous le contrôle du Saint Empire germanique, offre un dossier plus consistant. La vigueur des études grecques n’y fut sans doute pas étrangère à la personnalité du duc Brunon, que son frère Otton (empereur en 962) nomma, également, contre l’usage, archevêque de Cologne (953-965) : Brunon passait en effet pour un fin helléniste, et son hagiographe Ruotger le dépeint même comme l’animateur d’un véritable cercle palatin d’études grecques2. Les foyers lotharingiens d’études grecques au xe siècle étaient l’abbaye Saint-Arnoul de Metz – où une main de la fin du xe siècle, à la ...

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540