Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La connaissance de la langue grecque dans la France médiévale vie-xve s.

 | 
Pascal Boulhol

L’époque carolingienne : du retour timide à la floraison du ixe siècle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les exigences de la diplomatie et les relations, qui étaient encore bonnes en ce temps1, avec une Byzance désormais exclusivement hellénophone font supposer l’existence d’interprètes dans la Gaule du viiie siècle2 : en 767, à Gentilly, un débat contradictoire sur la Trinité et les images opposa des clercs romains à des ambassadeurs envoyés par Constantin V, et des liens d’amitié, à cette occasion, se nouèrent entre Francs et Grecs3, ce qui était propre à stimuler l’hellénisme à la cour franque. Les relations diplomatiques donnaient lieu à des échanges de présents qui pouvaient également contribuer à l’étude des langues. Entre 758 et 763, le pape Paul Ier envoya à Pépin le Bref un antiphonaire, un responsaire, un livre de grammaire d’« Aristole » (sic pour Aristoteles ?)4, des traités de Denys l’Aréopagite, des traités de géométrie, d’orthographe, de grammaire, tous écrits en langue grecque, et une horloge nocturne »5. On s’est beaucoup interrogé sur la destination de cette petite bi...

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540