Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La connaissance de la langue grecque dans la France médiévale vie-xve s.

 | 
Pascal Boulhol

L’oubli du grec dans le monde mérovingien

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La subsistance, ici ou là, de touches d’érudition, d’intérêts lexicologiques ou de prétentions pédantes ne doit pas cacher la brutale réalité : l’étude grammaticale du grec, dans la Gaule du vie siècle comme ailleurs, disparut bel et bien, cédant la place, au mieux, à un usage superficiel de la langue comme « message symbolique, signe sacral, distinctif ou ornemental, formule, stéréotype, citation recherchée, réminiscence obscure, voire coquetterie »1. Une certaine immigration d’Orientaux plus ou moins hellénophones (en particulier des commerçants « syriens »), attestée dans quelques grandes villes gauloises2, n’y fit rien : aucun texte ne suggère le maintien de l’enseignement du grec en Gaule aux vie et viie siècles3. À cette époque, l’école épiscopale4, qui dans une vingtaine de villes gauloises a succédé aux écoles profanes, est exclusivement latine, et ses programmes, axés sur l’étude des « lettres sacrées » (Bible, hagiographie, littérature patristique), ne prévoient aucun appr...

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540