Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La connaissance de la langue grecque dans la France médiévale vie-xve s.

 | 
Pascal Boulhol

L’héritage de l’Antiquité tardive

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Parlé çà et là sur la côte méditerranéenne depuis l’époque des premières fondations de comptoirs helléniques (Marseille, en 600 av. J.-C. selon la tradition), le grec demeurait dans la Gaule du ive siècle de notre ère, malgré une régression certaine qui était d’ailleurs générale en Occident1, une langue vivante2, connue et pratiquée par les négociants comme par les doctes, et même obligatoire dans la profession médicale3. Le phénomène est naturellement plus sensible dans la partie méridionale et littorale du pays, plus exposée au rayonnement du commerce méditerranéen, et où était peut-être plus vif qu’ailleurs le souvenir de la dette des Gaulois envers ces Grecs auxquels ils avaient jadis emprunté leur alphabet4. Pour le ive siècle comme pour la période précédente, l’épigraphie grecque de la Provence, de proportions très réduites par rapport à sa contrepartie latine, mais néanmoins plus riche que celle des autres régions de la Gaule, atteste modestement (avec trois inscriptions !) l...

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540