Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La connaissance de la langue grecque dans la France médiévale vie-xve s.

 | 
Pascal Boulhol

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Qu’est-ce que « savoir le grec » ? La recherche historique et littéraire a longtemps eu, sur ce sujet, une conception très optimiste1 : on étiquetait comme hellénistes les possesseurs de manuscrits grecs, les copistes de textes grecs et les écrivains qui, à l’occasion, citaient des mots grecs ou donnaient des étymologies plus ou moins justes renvoyant à l’ancienne langue hellénique sous l’une quelconque de ses forme dialectes (attique, ionien, dorien, éolien ; koïnè profane ou chrétienne…). Or ces cas attestent seulement l’intérêt culturel (sinon l’ostentation), la capacité technique de reproduire les lettres de l’alphabet, ou enfin un savoir purement lexicologique. Le vocabulaire d’un auteur ne constitue pas une meilleure preuve : connaître quelques mots d’une langue ne revient pas à savoir celle-ci. En outre, les citations de mots ou les étymologies peuvent fort bien être des emprunts à des auteurs ou à des glossaires2. La connaissance d’une langue est celle d’une syntaxe, et se v...

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540