Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome VII

 | 
Georges Lote

Livre second . La poétique classique du XVIIIe siècle

Chapitre IV. Les qualités littéraires de la rime

Texte intégral

1Le vers classique et postclassique, ainsi qu’il a déjà été dit, s’adresse avant tout à l’intelligence, et les satisfactions qu’il accorde aux sens sont des plus modestes. Les poètes ne sont attirés ni par les formes ni par les couleurs ; au point de vue acoustique, les exigences de l’harmonie imitative mises à part, leurs ambitions sont aussi très modérées. Ils écrivent en effet pour un public très attentif aux idées, à la langue et à la pureté du style, mais qui se contente de perceptions auditives assez limitées. De Voltaire, il existe un alexandrin où résonne un accent moderne et qui paraît contenir tout un programme :

Les vers sont en effet la musique de l’âme.

2Or, en fait de musique, l’indigence et la pauvreté du xviiie siècle deviennent manifestes dès qu’on s’efforce de serrer les faits au plus près. Il y a même parfois régression marquée par rapport au xviie siècle. À elle seule, la pratique de la rime le prouve.

3Les critiques qui ont pris la défense de la forme versifiée ont plaidé comme il convenait, avec force et ingéniosité, la cause de la rime, et ils ont ajouté beaucoup d’arguments à ceux qu’avaient présentés, à l’époque de la Renaissance, Ronsard et Jacques Peletier du Mans. Ils ont vu en elle le substitut de la quantité antique. Ils ont dit qu’elle apportait à la mémoire l’aide la plus efficace, qu’elle imposait aux poètes la plus heureuse des contraintes, parce qu’elle les forçait à resserrer leur pensée, à chercher les formules vives et définitives. Elle était, assuraient-us, un agrément pour l’esprit des lecteurs, qui y puisaient un plaisir d’autant plus complet qu’elle était plus rare et plus heureusement trouvée. Enfin elle avait pour mission de charmer l’oreille par des échos qui se renouvelaient sans cesse et qui étaient constamment différents l’un de l’autre. Toutes ces idées ont été développées avec abondance et parfois avec beaucoup de talent par le président Bouhier, Fontenelle, Voltaire, Marmontel et d’autres encore. Mais les plaidoyers des meilleurs avocats sont restés dans le domaine de la théorie : les joies auditives qu’ils avaient promises au public ont été de la plus médiocre qualité, et les grands virtuoses de la rime, qui auraient pu la renouveler par un afflux de combinaisons originales et inédites, ont complètement fait défaut.

  • 1 . Voltaire, Lettres sur Œdipe, V.

4D’ailleurs, à côté des apologies sans réserve, il faut tenir compte de celles qui ont été accompagnées de restrictions. L’accord de timbres qui unit deux vers peut valoir par sa richesse, par son pittoresque, ou par l’éclat de ses sonorités. La richesse résulte du nombre des articulations qui se font écho. Or La Harpe la désire seulement pour les vers lyriques, sans qu’elle lui paraisse indispensable ailleurs, et Louis Racine, qui attache la plus grande importance à l’exactitude dans la correspondance des sons, déclare que les longs ouvrages n’ont pas besoin d’homophonies développées. Voltaire agit lui aussi dans un sens modérateur : « Je ne puis souffrir, écrit-il1, qu’on sacrifie à la richesse de la rime toutes les autres beautés de la poésie, et qu’on cherche plutôt à plaire à l’oreille qu’au cœur et à l’esprit ». Quant au pittoresque, à la nouveauté des correspondances, on leur est tout aussi indifférent. Louis Racine proteste qu’en matière de rime il ne faut ni curiosité ni affectation. Enfin la belle sonorité des finales ne paraît jamais avoir été l’objet de soins particuliers. En l’an VII, c’est-à-dire à une date très tardive, de Wailly, qui donne une nouvelle édition du Dictionnaire des Rimes de P. Richelet, se vante d’avoir augmenté ce répertoire de plus de dix mille mots ; les uns ont été mis en usage pendant la Révolution et se sont implantés dans la langue, d’autres ont été fournis par l’histoire, la géographie et la mythologie ; d’autres enfin, et c’est le plus grand nombre, sont empruntés soit au vocabulaire de tous les jours, soit aux sciences et aux arts. Pourtant on ne s’aperçoit pas que ces additions massives aient été beaucoup utilisées par les poètes de l’époque impériale, qui en sont restés à la technique de leurs devanciers. Ce sont les romantiques et les parnassiens qui ont été animés de cette conviction que les belles rimes sont faites pour illuminer les beaux vers. Le xviiie siècle au contraire n’y a jamais pensé. Boileau en effet avait prononcé une fois pour toutes :

La rime est une esclave et ne doit qu’obéir.

5Il suffisait donc qu’elle n’affaiblît pas le sens et qu’elle s’accordât avec la raison, mais son rôle essentiel consistait à marquer convenablement la fin du vers.

  • 2 . Demandre, T. I, p. 110.

6Ainsi orientés, les poètes n’ont pas cru qu’ils dussent renoncer, malgré les avertissements des critiques, à certaines négligences que s’étaient permises leurs devanciers. Ils ont continué d’employer consécutivement des rimes masculines et féminines de même timbre, comme dans ces alexandrins que cite Demandre2 :

Et toutes les vertus dont s’éblouit la terre
Ne sont que faux brillants, et que morceaux de verre.
Un injuste guerrier, terreur de l’univers,
Qui sans sujet, courant chez cent peuples divers …

7ou dans les suivants, que condamne de Wailly :

  • 3 . De Wailly, p. 527.

Tels de antres du Nord échappés sur la terre,
Précédés par les vents, et suivis du tonnerre,
D’un tourbillon de poudre obscurcissent les airs,
Les orages fougueux parcourent l’univers.3

  • 4 . Demandre, T. I, p. 110.

8Non moins fréquemment, ils ont repris des rimes qu’ils venaient d’utiliser au lieu de ne les faire reparaître qu’à quelque distance. « Dans les poëmes …, dit encore Demandre4, où les rimes sont suivies ou mêlées selon un ordre régulier et uniforme, la même rime ne doit revenir qu’après un certain intervalle : on exige au moins six vers entre deux ; encore si cette rime étoit formée par un même mot, il faudroit l’éloigner beaucoup davantage ». Pourtant Voltaire, suivant en cela le mauvais exemple d’autres poètes, dont l’un a été Racine lui-même, n’a pas respecté cette règle :

Soudain Potier se lève, et demande audience :
Chacun, à son aspect, garde un profond silence.
Dans ce temps malheureux, par le rime infecté,
Potier fut toujours juste, et pourtant respecté.
Souvent on l’avait vu, par sa mâle éloquence,
De leurs emportements réprimer la licence,
Et, conservant sur eux sa vieille autorité,
Leur montrer la justice avec impunité. (La Henriade, IV)

  • 5 . D’Açarq, p. 170.

9La même faute dépare la série suivante, à propos de laquelle d’Açarq5 fait observer que « cette rime en é fermé revient trop tôt » :

Aucun d’eux ne connaît ce sang qui doit couler
Ni le nom de ce roi qu’ils doivent immoler.
Narbas leur est dépeint comme un traître, un transfuge,
Un criminel errant qui demande un refuge ;
L’autre comme un esclave, et comme un meurtrier
Qu’à la rigueur des lois il faut sacrifier. (Mérope, I, 4)

10Crébillon ne s’est pas montré plus sévère :

Dieux ! qu’est-ce que j’entends ? Quoi, prince, Zénobie
Vient de vous confier le secret de ma vie !
Ce secret de lui-même est assez important
Pour n’en point rendre ici l’aveu trop éclatant.
Vous connoissez le prix de ce qu’on vous confie
Et je crois votre cœur exempt de perfidie. (Rhad. et Zén., IV, 4)

  • 6 . Idem, p. 145.

11« Les poètes qui sont un peu délicats sur la versification, note le même d’Açarq6, ne remontrent une rime qu’après trois autres rimes différentes ».

12Naturellement la règle en faveur de laquelle interviennent les critiques cesse d’être applicable s’il y a dessein prémédité du poète et s’il a voulu reprendre les mêmes finales pour produire un effet. Mais ces jeux de timbres sont extrêmement rares au xviiie siècle, qui les admet seulement dans la poésie badine et méprise d’instinct les curiosités de pure forme. En voici pourtant un exemple de Voltaire, dans une epître qu’il écrivit pour répondre à une pièce de fantaisie que lui avait adressée le marquis de Villette :

Mon Dieu ! que vos rimes en ine
M’ont fait passer de doux moments !
Je reconnais les agréments
Et la légèreté badine
De tous ces contes amusants
Qui faisaient les doux passe-temps
De ma nièce et de ma voisine.
Je suis sorcier, car je devine
Ce que seront les jeunes gens,
Et je prévis bien dès ce temps
Que votre muse libertine
Serait philosophe à trente ans :
Alcibiade en son printemps
Etait Socrate à la sourdine.
Plus je relis et j’examine
Vos vers sensés et très plaisants,
Plus j’y trouve un fond de doctrine
Tout propre à messieurs les savants,
Non pas à messieurs les pédants
De qui la science chagrine
Est l’éteignoir des sentiments.
Adieu, réunissez longtemps
La gaieté, la grâce si fine,
De vos folâtres enjouements,
Avec ces grands traits de bon sens
Dont la clarté nous illumine.
Je ne crains point qu’une coquine
Vous fasse oublier, les absents :
C’est pourquoi je me détermine
A vous ennuyer de mes ents
Entrelacés avec des ine. (.Epîtres, CXX)

13Les filiales en -ine sont un peu moins vulgaires que celles en -ents ; ces dernières sont de la qualité la plus médiocre.

  • 7 . Idem, p. 183. Mais on admet au contraire fin : lin comme si in n’était pas un son simple.

14On rime assez richement, sans oublier, conformément aux recommandations des traités, la consonne d’appui devant les toniques dont la sonorité semble assez faible, c’est-à-dire que l’on considère comme insuffisante l’homophonie né : clarté et qu’on veut au moins clarté : santé. Ainsi d’Açarq proteste contre ces deux alexandrins de Voltaire, où l’accord des terminaisons se réduit à la voyelle u7 :

Que déjà dans ses fers Egiste est retenu.
Qu’on observe mes pas … C’est moi qui l’ai perdu. (Mérope, IV, 4)

15Mais tous les mots sont bons, pourvu qu’ils soient de même timbre en leur finale, et l’on accepte tout ce qui se présente sans rien écarter ni dédaigner, sauf les rimes éclatantes et pittoresques que rechercheront les poètes du xixe siècle.

16On accueille les désinences verbales, participes présents ou passés, parfaits, infinitifs. Ebranlèrent : étincelèrent, s’useront : s’écrouleront sont chez Thomas, étincelante : tremblante, brillante : brûlante chez Lefranc de Pompignan, sacrés : égarés, glacés : renversés, effrayés : foudroyés, quittés : excités chez Saint-Lambert, répétés : précipités, opposés : brisés, échappé : frappé chez Colardeau, blanchissantes : rejaillissantes, brillante : flottante chez Delille. De son côté Voltaire a uni enlevèrent : cultivèrent, alarmer : aimer, abhorré : inspiré, dissimulez : tremblez, plaindre : craindre, trembler : appeler ; rien que dans l’Aveugle, d’A. Chénier, on relève errant : soupirant, glissante : mugissante, infortuné : amené, bruyante : dansantes, luisants : pesants, gisant : languissant, révérés : honorés, venu : connu, admirer : respirer, colorés : dorés. Les terminaisons adverbiales sont au contraire beaucoup plus rares, bien qu’on en découvre quelques-unes, comme voluptueusement : tranquillement qui se trouve chez Bernis. Tels sont les résultats de sondages rapides opérés sur quelques centaines de vers à peine. Toutes ces rimes ne donnent aucune peine et se rencontrent avec la même abondance chez tous les poètes. À peine font-ils parfois effort pour substituer à deux mots de nature semblable des mots d’espèce différente, remplaçant par exemple l’accord de deux participes par celui d’un participe et d’un substantif, etc., d’où des associations comme étouffant : éléphant, imprudemment : clément, enrage : passage, console : frivole, qui sont dans Voltaire.

17Cependant, même dans ce dernier cas la valeur de leurs rimes n’en est généralement pas améliorée, car ils ne se font aucun scrupule d’aller les chercher dans les séries les plus interminables de Richelet. C’est en vain que Pope, s’inspirant de Boileau, avait mis les versificateurs en garde contre des échos trop facilement réalisés :

  • 8 . Je cite d’après la traduction de l’abbé Du Resnel ; ce morceau est emprunté à Saint-Evremond (cf. (...)

Jamais de tours nouveaux, jamais de traits sublimes.
Mêmes expressions et toujours mêmes rimes ;
Partout où nous voyons couler de clairs ruisseaux,
Il faut vous préparer au doux chant des oiseaux.
On aperçoit toujours une jeune bergère
Assise mollement sur la tendre fougère.
Entendez-vous les eaux murmurer et frémir.
Vous n’êtes pas en vain menacé de dormir.
Et pour finir des vers dont la rime est usée,
Vient un je ne sçai quoi qu’ils appellent pensée :
Un rien embarrassé dans un tissu de mots
Un certain feu follet qui contente les sots.8 (II, v. 207-218)

  • 9 . J’ai cité ce texte de Fontenelle, cf. supra, p. 116. J’y ai ajouté (cf. ibid., n. 1) un autre tex (...)
  • 10 . Afin qu’on puisse mieux s’en rendre compte, je donne pour un certain nombre de pièces de vers, de (...)

18Finales en -eux, en -ible, en -âge, en -ance, en -esse, et toutes celles qui leur ressemblent sont mises à contribution sans aucune parcimonie. On a, de Lefranc de Pompignan, durable : coupable, rigoureux : affreux, innocence : vengeance, rivages : sauvages, puissance : abondance, terrible : visible, inépuisable : misérable ; de Saint-Lambert, prudence : abondance, fortuné : couronné, erreur : horreur, tendresse : ivresse, terrible : sensible ; d’Ecouchard-Lebrun, glorieux : précieux, inexorable : irréparable, deux : audacieux, outrage : courage, glorieuse : victorieuse ; de Colardeau, impétueux : écumeux, espérance : silence ; de Voltaire, table : délectable, ténébreux : bienheureux, raisonnables : semblables, directeur : séducteur, tristesse : faiblesse, politiques : publiques, bonté : regretté, hommage : ouvrage, éternelles : nouvelles, pénible : impossible. Dans l’Aveugle, d’A. Chénier, on rencontre immortelle : éternelle, misérable : comparable, huileuses : mielleuses, formidable : misérable, mobiles : débiles, sanglant : brûlant, terrible : horrible. Quelques pages, prises au hasard, apportent toujours la plus riche des moissons, mais une moisson qui met au jour les matériaux les plus vils. Le précepte de Fontenelle selon lequel la rime, pour être bonne, devait être formée de « mots bien étonnés de se trouver ensemble »9, n’a pour ainsi dire jamais été appliqué, sauf accidents rares, par les poètes du xviiie siècle, qui se sont contentés des associations les plus banales10.

19Une règle sur laquelle avaient insisté les critiques classiques voulait qu’on évitât d’unir les mots qui présentaient entre eux quelque convenance. Il s’ensuivait d’abord qu’on ne pouvait rimer les simples contre les composés, ni deux composés entre eux. Ici les infractions sont assez rares, bien qu’elles se rencontrent parfois : on relève jours : toujours chez Dorat, Delille et A. Chénier, rassemble : ensemble dans Saint-Lambert, temps : printemps, nom : renom dans Ecouchard-Lebrun, repose : dispose, convaincu : vaincu dans Roucher pour un nombre de pages plus considérable que celui qui a fait l’objet des précédents dépouillements. Au contraire les mots qui s’appellent mutuellement, ceux qu’une longue habitude a accoutumés d’aller ensemble et les antonymes foisonnent, ce qui prouve une magnifique indifférence pour la qualité des rimes. Lamierre, Voltaire, Colardeau, Delille, A. Chénier ne reculent pas devant moi : toi, qui revient partout avec persistance ; Chénier associe nous : vous, Voltaire siens : miens, qui sont des fins de vers vraiment peu ambitieuses. Gloire : victoire ou gloire : mémoire, campagnes : montagnes, pleurs : douleurs, eaux : vaisseaux, vin : festin, bocage : feuillage, poudre : foudre, vallons : monts, âme : femme ou âme : flamme, ville : tranquille, fer : enfer, fille : famille, guerre : terre, cœur : vainqueur, étoiles : voiles, or : trésor sont monnaie courante. Les poètes n’hésitent pas à unir vieillesse : jeunesse, qui est dans Voltaire et dans Ecouchard-Lebrun, ou ennemis : amis, que présente Roucher, ou père : frère, qui s’étale sans vergogne dans de nombreux poèmes. Apparier des mots terminés par le même suffixe, comme l’a fait Voltaire pour encyclopédistes : économistes, solécisme : exorcisme, Bernois : Genevois, Anglais : Français, est un exercice de tout repos et qui ne mérite aucun applaudissement.

20Le résultat est tel qu’on peut l’attendre. Le lecteur qui a la curiosité d’entrer en contact avec l’un quelconque des poètes les plus réputés du xviiie siècle traverse de mornes plaines où aucune rime ne retient son attention, parce que rien n’a été prévu pour procurer quelque plaisir à l’esprit ou à l’oreille, malgré toutes les belles dissertations des critiques, très riches en fait de promesses. Il suffit pour s’en rendre compte d’ouvrir J.-B. Rousseau, ou Crébillon, ou Voltaire. Je m’en tiens à un seul exemple, que je vais chercher dans Delille, à la première page venue, au milieu d’un développement sur les abeilles :

Toutefois si l’hiver, alarmant ta prudence,
Te fait de tes essaims craindre la décadence,
Epargne leurs trésors dans ces temps malheureux,
Et n’en exige point un tribut rigoureux ;
Mais parfume leurs toits, et prends les rayons vides
Dont viennent se nourrir leurs ennemies avides.
La chenille en rampant gagne leur pavillon,
Le lourd frelon se rit de leur faible aiguillon ;
Le lézard de leur miel se nourrit en silence ;
Leur travail de la guêpe engraisse l’indolence ;
Des cloportes sans nombre assiègent leurs palais,
Et l’impure araignée y suspend ses filets.
Mais plus on les épuise, et plus leur diligence
De l’état appauvri répare l’indigence. (Géorgiques, IV)

21La rime assurément est riche, mais d’une de ces richesses qui font pitié. On notera qu’il n’y a pas dans tout le passage la moindre invention verbale, mais que les mots les plus ordinaires s’y trouvent accouplés selon les modes les plus communs, que les épithètes les plus usées se font écho, que Delille, en quatorze vers, emploie six fois la banale homophonie de substantifs en -ence. Ces pauvretés suffisent à ses contemporains et ne l’empêchent pas de passer pour un grand poète. Il n’est d’ailleurs ni moins varié ni plus plat que n’importe lequel de ses émules.

22Que faudrait-il pour animer les finales de ces vers ? D’abord rejeter toutes celles que leur grand nombre rend parfaitement indésirables, ou ne les admettre que dans des mots qui ont par eux-mêmes quelque couleur, et qui sont éloignés l’un de l’autre par leur sens. Vides : avides vont mal ensemble, parce que ce sont deux adjectifs et qu’on les a vus trop souvent cheminer de compagnie ; vides : cantharides, ou chrysalides, ou pyramides vaudrait beaucoup mieux. Palais : filets est encore assez terne, tandis que palais : cabriolets ou pistolets, ou triolets aurait été plus satisfaisant. Ce qui manque aux rimes du xviiie siècle, et qui fait l’intérêt de celles des romantiques et des parnassiens, ce sont quelques mots exotiques placés de loin en loin, des termes techniques et des noms propres. Les mots exotiques sont complètement absents, et il est tout à fait exceptionnel que Voltaire ait apparié Moustapha : fetfa. Les termes techniques se rencontrent chez les poètes didactiques ; on peut citer raquette : rejette, signe : vigne, secrets : engrais, sainfoins : soins, formes : ormes, terrain : romarin, retraite : baguette, barbares : fanfares, signale : pétale, cerise : conquise, popularité : thé, bitume : consume, opale : orientale, qu’on rencontre dans L’Homme des champs de Delille. Mais pourquoi faut-il que trop souvent l’auteur les groupe deux par deux, de telle sorte qu’ils paraissent s’appeler mutuellement et ne produisent plus qu’un effet assez médiocre, comme dans les exemples suivants : marteaux : métaux, genou : cou, gouffre : soufre, chevreuil : écureuil, gondole : boussole, microscopes : télescopes, pierreries : draperies, pinceaux : tableaux ? Les noms propres enfin trouvent assez souvent place à la fin des vers, qu’ils riment entre eux ou avec un substantif ordinaire. Parfois on constate qu’il y a initiative personnelle de l’auteur et qu’il sort des sentiers battus. Ainsi Voltaire associe publier : Ribalier, Liège : privilège, La Baumelle : immortelle, oubli : Mably, Calvin : dessein, abbé Grisel : éternel, Châtillon : Crébillon, art : Hondart, hasard : Vaugirard, horizon : Newton, Cromwell : Texel, Massillons : Bignons, remplace : Colasse. Mais, tout compte fait, il ne présente ces nouveautés qu’avec une discrétion exemplaire, qu’on retrouve chez tous ses contemporains, tandis que le Boileau des Satires et des Epîtres se montrait beaucoup moins réservé et manifestait une invention beaucoup moins timide. Ce qui abonde au contraire, ce sont les noms propres empruntés à l’Antiquité et dont les finales ont été francisées, Achille : asile, Apollon : vallon chez Lefranc de Pompignan ; Thémire : sourire, Cythère : téméraire chez Bernis ; Grèce : allégresse, Rhodope : Calliope, Apollon : Hélicon chez Ecouchard-Lebrun ; Syrie : aguerrie, Arménie : Isménie, Mithridate : éclate, Carbulon : Néron, Thyeste : reste chez Crébillon ; Grèce : vieillesse, Euménide : parricide, fer : Jupiter, Carie : patries, azurée : Nérée dans A. Chénier ; on en rencontre de cette sorte à toutes les pages des tragédies, où elles affluent. Mais beaucoup de ces rimes sont complètement usées ; les autres n’intéressent guère, parce que rien dans leur sonorité ne frappe l’oreille, et qu’Apollon : vallon ne cause aucune surprise, pas plus que ne fait vallon : talon.

23Au xviie siècle, les rimes sonores et pittoresques étaient déjà exclues des grands genres. Pendant toute la période postclassique, il ne leur a pas davantage été permis d’y reparaître. Lorsque Voltaire en a rencontré quelques-unes chez l’un de ses contemporains, son indignation a éclaté : « Est-il possible qu’après les vers de Racine, des barbares aient osé forger des vers tels que ceux-ci :

Le lac, où vous avez cent barques toutes prêtes,
Lavant le pied des murs du palais où vous êtes,
Vous peut faire aisément regagner Tetsuco ;
Ses ports nous sont ouverts. D’ailleurs, à Tebasco …
Ne les bravons donc point, risquons moins et que Charle
En maître désormais se présente et lui parle.
Ce prêtre d’un grand deuil menace Tlascala.
Est-ce assez ? sa fureur n’en demeure pas là.

  • 11 . Voltaire, T. XLII, p. 442-444 ; Dict. phil., article “Vers et Poésie”. Il est en outre l’auteur d (...)
  • 12 . Marmontel, El. de Litt., T. VI, p. 121-122, article “Rime”.
  • 13 . Les rimes de la Henriade ne dépassent pas le niveau le plus courant.

24Est-ce sur le théâtre d’Iphigénie et de Phèdre, est-ce chez les Hurons, chez les Illinois, qu’on a fait ronfler ces vers et qu’on les a imprimés ? »11. À tous les points de vue, ce passage lui semble écrit dans un style abominable ; mais il proteste spécialement contre « le lac qui peut faire aisément regagner Tetsuco, et dont les ports sont ouverts d’ailleurs à Tebasco ». Nul doute que ces deux mots, placés à la fin du vers, ne l’aient indisposé. Marmontel, avec beaucoup plus de sang-froid, nous a indiqué un des motifs qui détournaient les poètes de rechercher des homophonies inédites : « A mesure qu’un poème, a-t-il écrit12, a, par son caractère, plus de beautés supérieures ; plus de grandeur et d’intérêt, le foible mérite de la rime y devient plus frivole et moins digne d’intérêt. Il est encore de quelque conséquence dans la partie descriptive de l’épopée13, où la tranquille majesté du récit laisse apercevoir à loisir tous les agrémens accessoires du style. Mais, dès que la passion s’empare de la scène, soit dramatique, soit épique, l’harmonie elle-même est à peine sensible ; le vers se brise, les membres se confondent, la rime frappe en vain l’oreille, l’esprit n’en est plus occupé ».

25Cependant, au xviie siècle, ainsi que je l’ai montré, les belles trouvailles avaient encore accès dans la comédie, où quelques grands virtuoses, Scarron, Regnard, et même parfois Molière, nous ont laissé les preuves de ce qu’ils étaient capables de faire. Mais, au xviiie siècle, la comédie elle-même repousse toute fantaisie, sans doute par souci de sa dignité : elle est aussi morne, aussi décolorée que l’ode ou la tragédie ; il n’y a guère plus d’une dizaine de rimes éclatantes et rares dans Le Glorieux de Destouches ou La Métromanie de Piron. Elles sont très peu fréquentes dans les pièces données sur les scènes de la Foire, où les poètes se contentent généralement, pour occuper les oreilles de leurs auditeurs, de répéter des finales assez ordinaires : un long couplet des Troqueurs (se. 1), de Vadé, est bâti uniquement à l’aide de terminaisons en -âge et en -ot qui n’ont rien de bien original. Les ariettes des opéras-comiques accumulent aussi les mêmes timbres sans égard à leur qualité. Dans une courte page de L’Amitié à l’Epreuve (1,9), de Favart, je note quatre désinences verbales en rois qui se font suite, et quatre en -roit. Ailleurs, dans Minette à la Cour (I, 8), Favart s’est montré mieux inspiré en faisant appel à quelques termes techniques, équipages : pages, fontanges ; franges, dentelles : nouvelles, frisure : ceinture, ce qui lui arrive peu souvent et qu’on chercherait en vain dans Les Trois Sultanes, parce que cette pièce appartient à un genre plus relevé. Le souci des homophonies pittoresques est tout à fait exceptionnel, même dans le théâtre le plus libéré ; une chanson en couplets de quatre octosyllabes, insérée dans la prose du Petit Matelot, de Pigault-Lebrun, comédie représentée en l’an IV, nous en apporte cependant un exemple : chaque quatrain se termine par le mot tabac, avec lequel s’accordent successivement ab hoc et ab hac, almanac, tillac, tic-tac, Monsieur de Crac, son petit sac ; mais ce n’est là qu’un éclair. Au contraire la saine raison s’offusque de tout ce qui sent la singularité, la recherche et l’effort ; c’est pour ce motif que Boileau avait reproché à La Motte d’avoir associé sphinx et syrinx, qui choquaient sa sagesse.

  • 14 . Marmontel, £2. de Litt., T. VI, au mot “Rime”. Malgré Marmontel, les rimes des contes et des épig (...)

26Si l’on veut rencontrer de la verdeur et de la fantaisie, il faut descendre jusqu’aux bas fonds de la littérature, ce qui témoigne du mépris qu’on a pour les rimes curieuses et sonnantes. Ce sont les bouts-rimés qui constituent leur vrai domaine, car la règle du jeu les y rend indispensables : « On regarde comme un tour de force, dit Marmontel14, d’employer des rimes bizarres, et cela est permis dans des poèmes badins, comme le Conte et l’Epigramme ; mais dans le vrai rien n’est plus facile, et rien ne seroit de plus mauvais goût dans un poème sérieux. De cent personnes qui remplissent passablement des bouts-rimés hétéroclites, il n’y en a quelquefois pas une en état de faire quatre vers élégants. L’extrême difficulté dans l’emploi de la rime est de la rendre à la fois heureuse et naturelle … On sent que ce mérite exclut également la rime triviale et la rime forcée ». Je me contente de transcrire une pièce d’un niveau encore inférieur à celui des bouts-rimés, dans laquelle l’auteur a donné libre cours à son caprice :

Alaric
A Dauzic
Vit Pégase
Qui jouoit avec Brébeuf
Au volant dans un œuf
Au pied du mont Caucase.
Sûr du fait.
Don Japhet
Courut chez Pline
Et puis s’en va de Goa
Boire à Guipuscoa
Chopine.
Mais la reine Cléopâtre
Faisoit cuire dans son âtre
Un marron
Que Baron
Jette aux poules,
Dans le temps que Jézabel
Mangeoit en Israël
Des moules.
Alors Job
Chez Jacob
Prit un masque
Et s’en fut à Loyola
Chanter alléluia
Sur un tambour de basque.
Phaëton
Au tonton
Fut la dupe,
En jouant contre Psyché,
Qui perdit au marché
Sa jupe.

27Ces vers sont de Vadé : leur intention est évidente, elle s’accuse encore par le fait qu’il s’agit là d’un amphigouri, c’est-à-dire de ce que le Moyen Age avait appelé une “fatrasie”, et que les phrases ne présentent aucun sens. Le poète, si on peut lui donner ce nom en la circonstance, s’amuse tout simplement à réunir des mots dont les consonnes éclatantes le divertissent. Amusement puéril, dira-t-on, et plaisanterie d’un homme peu grave. Assurément. Mais Vadé a du moins senti ce qui a échappé à ses contemporains les plus célèbres, à J.-B. Rousseau comme à Voltaire et à Delille : il a compris que la rime avait en elle une valeur acoustique, et que, si on voulait se donner la peine de l’élargir et de la renouveler, on pourrait tirer d’elle de remarquables effets.

Notes

1 . Voltaire, Lettres sur Œdipe, V.

2 . Demandre, T. I, p. 110.

3 . De Wailly, p. 527.

4 . Demandre, T. I, p. 110.

5 . D’Açarq, p. 170.

6 . Idem, p. 145.

7 . Idem, p. 183. Mais on admet au contraire fin : lin comme si in n’était pas un son simple.

8 . Je cite d’après la traduction de l’abbé Du Resnel ; ce morceau est emprunté à Saint-Evremond (cf. supra, p. 93, qui lui-même remonte à Boileau (Sut. II, v. 37 sq.).

9 . J’ai cité ce texte de Fontenelle, cf. supra, p. 116. J’y ai ajouté (cf. ibid., n. 1) un autre texte fort intéressant de Marmontel.

10 . Afin qu’on puisse mieux s’en rendre compte, je donne pour un certain nombre de pièces de vers, des dénombrements complets.
La Motte, Eglogues, Tircis et Lysis – champêtre : maître ; vergers : bergers ; fidèle : belle ; nom : Apollon ; prétendre : apprendre ; champs : chants ; musette : trompette ; inouïs : Louis ; altière : matière ; nuits : fruits ; peinture : nature ; détours : cours ; inutile : facile ; chansons : leçons ; capable : aimable ; amours : secours ; gloire : vietoire ; oiseaux : hameaux ; belle : qu’elle ; vœux : veux ; inspire : dire ; lieux : mieux ; tendresse : déesse ; moissons : chansons ; belles : elles ; maux : rivaux ; Tityre : aspire ; dieux : ambitieux ; invincible : sensible ;.foi : toi ; âme : enflamme ; assidus : plus ; insensée : pensée ; haut : tôt ; image : présage ; Lycas : pas ; alarmes : larmes ; prix : appris ; atteintes : plaintes ; amant : sentiment ; rejette : musette ; triompher : étouffer.
Louis Racine, Odes sacrées, XXI, Les Larmes de la Pénitence – vengeance : offenses ; irrités : bontés ; étendue : confondue ; moi : toi ; naissance : connoissance ; excuser : abuser ; environne : frissonne ; remords : morts ; abîme : sublime ; accens : languissons ; encore : adore ; aimer : nommer ; larmes : charmes ; plaisirs : soupirs ; défense : clémence ; attendrir : ouvrir ; créature : rassure ; moi : toi ; sainte : éteinte ; briser : écraser ; inexorable : coupable ; condamner : pardonner ; désarme : larme ; vainqueur : cœur ; justice : supplice ; rigueur : vengeur ; nécessaire : satisfaire ; mériter : acquitter ; père : colère ; sévérité : déshérité ; âme : flamme ; je te doi : épargne-moi ; enfance : souffrance ; pleurer : murmurer ; calice : complice ; trembler : reculer.
Gentil-Bernard, L’Art d’aimer, I – victoire : gloire ; temps : printemps ; délire : empire ; cour : amour ; adore : implore ; vainqueurs : cœurs ; aime : même ; yeux : dieux ; consacrée : Caprée ; fureurs : horreurs ; système : même ; désirs : plaisirs ; réservée : énervée ; insensés : glacés ; fidèle : belle ; tableau : beau ; profonde : monde ; ingénu : soutenu ; enflamme : âme ; désirs : plaisirs ; avide : Ovide ; cœur : vainqueur ; étincelle : recèle ; ouïr : jouir ; carrière : barrière ; entend : attend ; flamme : âme ; atteint : éteint ; guide : préside ; cour : amour ; constance : alliance ; indiscret : attrait ; partage : volage ; amours : toujours ; maître : connaître ; lois : gaulois ; infidèles : ailes ; sers : fers ; étonne : ordonne ; désirs : plaisirs ; tendresse : maîtresse ; constans : temps ; antère : caractère ; offerts : fers ; élire : délire ; blessé : lancé ; rapides : perfides ; étonné : enchaîné ; poudre : foudre ; feux : vœux ; faire : plaire ; lentement : aimant.
Lefranc de Pompignan, Odes diverses, I, La Mort de J.-B. Rousseau – monde : onde, glacés : dispersés ; montagnes : campagnes ; douleurs : pleurs ; retentirent : gémirent ; Orphée : trophée ; deuil : cercueil ; prodiges : vestiges ; regrets : jamais ; Virgile : fertile ; vie : patrie ; fers : revers ; source : course ; pas : combat ; errante : renaissante ; durable : coupable ; affreux : rigoureux ; suprême -.même ; terni : puni ; innocence : vengeance ; farouches : bouches ; aigreur : fureur ; colère : misère ; terrassé : lancé ; succombe : tombe ; habite : mérite ; grands : errants ; écoutée : persécutée ; mortel : autel ; étonne : couronne ; éternelles : ailes ; dieux : yeux ; capitaine : haine ; sort : mort ; consomme : homme ; délivre : vivre ; vertus : plus ; Achille : asile ; tombeau : berceau ; cesse : Grèce ; rivages : sauvages ; déserts : univers ; bizarres : barbares ; clameurs : blasphémateurs ; carrière : lumière ; lyriques : olympiques ; climats : pas ; éclatante : triomphante ; concerts : univers ; magnanime : sublime ; dociles : utiles ; Apollon : vallon ; désolée : mausolée ; inspirait : éclairait ; maître : disparaître ; harmonie : génie ; sons : leçons ; Pindare : répare ; fatal : rival ; funèbre : célèbre.

11 . Voltaire, T. XLII, p. 442-444 ; Dict. phil., article “Vers et Poésie”. Il est en outre l’auteur de la strophe suivante, qu’il a composée en dérision de Lefranc de Pompignan :
Quand les fiers Israélites
Des rochers de Beth-Phégor
Dans les plaines Moabites
S’avancèrent vers Ackor,
Galgala, saisi de crainte.
Abandonna son enceinte,
Fuyant vers Samaraïm,
Et dans leurs rocs se cachèrent
Les peuples qui trébuchèrent
De Béthel à Sébaim.
On remarquera cependant que Boileau avait écrit ces vers :
Le bonheur, tant cherché sur la terre et sur l’onde
Est ici comme aux lieux où mûrit le coco,
Et se trouve à Paris de même qu’à Cusco :
On ne le tire point des veines du Potose.
Qui vit content de rien possède quelque chose. (Ep., V, v. 54–58)
Mais faut-il s’étonner de l’accès de mauvaise humeur de Voltaire, à une époque où beaucoup de critiques dénonçaient le despotisme de la rime, l’ennui qu’elle dégage, et où nombre de poètes n’avaient d’autre objectif que de la dissimuler autant qu’ils le pouvaient et de la rendre presque insensible ? Cf. supra, p. 88–89 et 123 sq.

12 . Marmontel, El. de Litt., T. VI, p. 121-122, article “Rime”.

13 . Les rimes de la Henriade ne dépassent pas le niveau le plus courant.

14 . Marmontel, £2. de Litt., T. VI, au mot “Rime”. Malgré Marmontel, les rimes des contes et des épigrammes restent assez banales pour notre goût.

© Presses universitaires de Provence, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter