Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome VII

 | 
Georges Lote

Deuxième section : La querelle du vers

Chapitre premier. Les adversaires de la forme versifiée et leur réquisitoire

Texte intégral

1La Querelle du Vers est en rapports étroits avec la Querelle des Anciens et des Modernes. Bien souvent en effet les mêmes hommes jouent un rôle dans l’une et dans l’autre : un Fénelon, qui critique la tyrannie de la mesure et de la rime, donne en même temps des gages aux Modernes en se refusant à admettre que la supériorité des écrivains grecs et latins puisse être considérée, sans aucun examen préalable, comme un article de foi ; un La Motte, qui a nourri contre la forme versifiée les plus âpres griefs, est aussi le même homme qui, loin de partager l’admiration aveugle de Mme Dacier pour Homère, a déclaré que tout n’était point parfait chez ce poète, dont l’œuvre contenait bien des épisodes ennuyeux et dont il devait être permis de discuter les mérites ; un Fontenelle, qui n’apprécie dans le vers que la difficulté vaincue, est en même temps persuadé que les Anciens n’ont pas eu le privilège de l’invention et que l’esprit humain est capable de faire encore bien des découvertes qu’ils n’ont même pas pressenties. En outre les deux Querelles témoignent d’une pareille révolte contre le préjugé de la tradition ; au nom du progrès, les adversaires de la forme versifiée et ceux qui nient la primauté des Grecs et des Latins sont animés d’un même désir d’affranchissement ; les uns et les autres sont convaincus que l’art est indéfiniment perfectible, que les lois du goût n’ont pas été fixées pour toujours, enfin que la littérature doit être soumise au principe de la liberté.

  • 1 . La Motte, T. IV, p. 50.
  • 2 . Fénelon, Lettre à La Motte, janvier 1714, et Lettre à l’Académie.
  • 3 . La Motte, Discours, en tête de la tragédie d’Œdive.

2La Querelle du Vers a des origines assez lointaines. On se souvient des efforts d’Honoré d’Urfé, de Corneille et de Molière, au cours du xviie siècle, pour lutter contre les sévères contraintes de la mesure et de la rime. Leurs tentatives n’ont pas été oubliées, puisque La Motte, dans son Discours sur la Tragédie à l’occasion des Macchabées1, rappelle l’Agésilas de l’auteur du Cid. Et personne non plus n’ignore que Boileau, dans l’une de ses Satires, a montré le désaccord foncier de la rime et de la raison et fait ressortir combien il est malaisé de les faire vivre en bonne intelligence. Le mouvement qui va mettre en question l’existence même du vers français ne se produit donc pas sans qu’il ait été préparé à l’avance. Ce qui le précipite, c’est l’importance de plus en plus grande que prend le théâtre dans la vie de la société française. Qui dit théâtre dit déclamation, et il s’agit justement de savoir par quels moyens on pourrait parvenir à corriger la monotonie de la diction contemporaine, dont beaucoup de gens supportent mal la lourdeur et l’uniformité. Fénelon incrimine les rimes plates de la Tragédie, et leur préfère les entrelacements de l’Ode, auxquels il trouve plus de délicatesse et de grâce. Puis il déclare que cet ornement fait perdre à la poésie sa facilité et son harmonie, sans toutefois désirer qu’on y renonce. Il a même l’audace de louer Ronsard, qui, dit-il, n’avait pas tort « de tenter quelque route nouvelle pour enrichir notre langue et dénouer notre versification naissante »2. La Motte manifeste beaucoup mieux encore l’aversion qu’il ressent pour une métrique qui fait tomber les rimes à des distances prévues, avec la pesanteur d’une chute toujours semblable. Il incrimine le mauvais goût des comédiens, qui ne font rien pour remédier à ce défaut : « Les acteurs seroient presque décontenancés dans le tragique, s’ils n’y parloient en vers. Leur voix, leur maintien, leur geste, tout s’y est mesuré. Ce prétendu langage des dieux qu’on est accoutumé de respecter, leur élève l’imagination, et, réduits au langage ordinaire, ils ne se paroîtroient plus à eux-mêmes si importans, illusion qui leur est nécessaire pour en imposer aux autres … Il leur faudroit plus de finesse que n’en ont quelques-uns, pour saisir dans les phrases étendues de la prose les inflexions délicates que demanderaient les raisonnements et les passions »3. Répondant à La Faye, il s’exprime d’une manière analogue : « Les vers, surtout dans les longs ouvrages, dégénèrent en une monotonie insupportable. L’oreille en est d’abord flattée par le goût de la symétrie, mais elle est bientôt fatiguée par le défaut de variété, et il s’en faut bien que le partisan le plus échauffé de la versification en puisse soutenir une suite aussi longue qu’il le ferait d’un ouvrage en prose ».

  • 4 . Rémond de Sainte-Albine, II, 5.

3Rémond de Sainte-Albine4, qui traite du théâtre, voudrait que les acteurs, dans la comédie, parlassent comme ils le font hors de la scène, ce qui leur arrive dans les pièces écrites en prose, tandis que dans les autres il leur est très difficile d’y parvenir ; il en tire cette conclusion que la prose seule permet une mise en valeur parfaite des moyens dont on dispose dans la déclamation.

  • 5 . Cf. en particulier La Motte, Lettre à Fénelon du 15 janvier 1714, et Fénelon, Lettre à La Motte d (...)
  • 6 . La Lettre à l’Académie de Fénelon n’a paru en librairie qu’en 1716, après la mort de l’auteur.
  • 7 . Il s’agit de l’Ode en faveur des vers, de La Faye ; elle a été mise en prose par La Motte.

4Ce ne sont là que quelques indications préliminaires destinées à montrer quelles ont été les raisons profondes de cette contestation, qui a divisé le xviiie siècle et quels ont été les motifs auxquels ont obéi les novateurs. Bien entendu on ne s’en est pas tenu à ces considérations assez simples, et c’est le procès du vers tout entier qu’on a instruit, avec un acharnement toujours croissant. Le débat ne prend une forme vive qu’à partir de 1709, date à laquelle La Motte publie son Discours sur la Poësie en général et sur l’Ode en particulier. Mais La Motte lui-même semble avoir obéi aux suggestions de son ami Fontenelle, dont les Réflexions sur la Poësie, qui paraîtront seulement en 1742, ont été écrites, selon le témoignage de l’abbé Trublet, dès 1685 ; on peut en conclure qu’une certaine propagande orale précéda le manifeste de 1709. À la suite de celui-ci s’engage une discussion courtoise entre La Motte d’une part et Fénelon de l’autre5 ; l’archevêque de Cambrai s’efforce de tenir la balance égale entre les novateurs et les défenseurs de la tradition ; il donne tour à tour raison aux uns et aux autres, puis il fait connaître ses sentiments au public dans la Lettre à l’Académie (1714)6, ouvrage rempli de finesses et de nuances où il évite de prendre nettement position, et qui, pour ce motif, ne tranche rien d’une manière définitive. L’abbé de Pons intervient à son tour en 1717, en publiant sa Dissertation sur le Poème épique. Mais La Motte revient à la charge avec une ode en prose adressée au cardinal Fleury, qui lui vaut une réplique de son ami La Faye, à laquelle lui-même répond7. En 1726, il fait représenter sans succès une tragédie intitulée Œdipe, qu’il a écrite en vers, et qu’il imprime ensuite avec un Œdipe en prose. Voltaire, lui aussi auteur d’un Œdipe qui a vu les feux de la scène en 1716, le publie en 1730 avec une préface dans laquelle il combat les théories de La Motte, et celui-ci rencontre bientôt un nouvel adversaire dans la personne de La Chaussée, dont l'Epître à Clio est de 1732.

  • 8 . Buffon, Fragment sur l’Art d’écrire. Cf. abbé Maury, Eloge de Fénelon, note 5 : « Quand j’appelle (...)
  • 9 . Je renvoie aux ouvrages suivants, qui sont cités par ailleurs dans la bibliographie générale : Ch (...)

5Depuis longtemps déjà, la mêlée est devenue générale. Des hommes obscurs ou célèbres ont déposé dans le procès ouvert, l’abbé Dubos en 1719, Chansierges en 1726. La bataille est d’ailleurs assez confuse, car les novateurs sont partagés en une droite relativement conservatrice et une gauche très radicale ; tantôt ils s’en prennent à la rime seule, tantôt ils attaquent la versification tout entière et veulent que la prose soit appelée à remplaçer le vers. Tel encore, qui un jour s’est montré presque modéré, recommande un autre jour des solutions révolutionnaires. Et inversement il arrive qu’un traditionnaliste jette du lest et fasse des concessions au parti adverse, ce qui est le cas de Voltaire en maintes circonstances. Pourtant l’intervention de celui-ci, à cause des arguments qu’il a fait valoir dès la préface d’Œdipe, a été décisive, et l’on peut dire que c’est lui qui a sauvé le vers français classique, sans qu’il ait pourtant réussi à empêcher des irrégularités et des innovations qu’il réprouvait. Cette cause lui tenait à cœur et il la défendit avec une inébranlable ténacité jusqu’à ses derniers jours. Car les théories de La Motte, même après sa mort, survenue en 1731, continuèrent longtemps d’agiter l’opinion publique. Elles eurent l’adhésion de Terrasson, de Dudos, de Montesquieu et de Buffon8, que d’autres problèmes préoccupaient davantage. D’autres manifestèrent leurs sentiments avec une ardeur encore plus passionnée : le président Boulier, l’abbé Nadal, le P. du Cerceau, l’abbé Massieu, Louis Racine prirent parti pour le vers, tandis que l’abbé Prévost, l’abbé Trublet, de Longue et d’autres plus obscurs l’attaquèrent avec un certain acharnement9. On opposa des affirmations à d’autres affirmations, des autorités à d’autres autorités, sans toujours s’apercevoir que la forme versifiée, semblable en cela aux langues d’Esope, pouvait être utilisée pour le bien ou pour le mal, selon l’usage que l’écrivain savait en faire, que par exemple elle pouvait être une source de prolixité ou de concision, servir la pensée ou la desservir. Ce qu’il y a du moins de certain, c’est que la campagne dont La Motte a été l’initiateur a eu, malgré la victoire de Voltaire, des conséquences qui ne sont point du tout négligeables ; elle a exercé une puissante influence sur les idées de Diderot, créateur du drame en prose, ainsi que sur celles de Sébastien Mercier et de Beaumarchais ; elle est même à l’origine de la réforme romantique à laquelle aboutit logiquement cette longue préparation.

6L’offensive dirigée contre le vers par les novateurs vise à la fois la mesure et la rime, qu’ils critiquent bien souvent pour des motifs analogues, bien que cette dernière surtout soit le but de leurs attaques. Nous allons nous efforcer de mettre en lumière leurs arguments. Ici il n’est plus question de chronologie ; il s’agit seulement de classer les raisons alléguées et de les présenter dans un ordre satisfaisant. Nous commencerons par les griefs qu’a soulevés l’obligation du numérisme pour passer après cela à ceux qui ont été formulés contre la rime. Nous examinerons ensuite le plaidoyer des partisans de la tradition.

  • 10 . Montesquieu, Lettres persanes, 197.
  • 11 . Abbé de Pons, p. 133.

7On sait que Montesquieu, dans les Lettres persanes10, a condamné la poésie d’une manière générale, parce qu’elle subissait des contraintes irrationnelles dont il était tout naturel que les esprits bien faits dussent souffrir. Lorsque Rica visite l’une des grandes bibliothèques de Paris, son guide lui montre avec dédain les ouvrages des poètes : « Ce sont ici les poètes, lui dit-il, c’est-à-dire ces auteurs dont le métier est de mettre des entraves au bon sens et d’accabler la raison sous les agrémens comme on ensevelissait autrefois les femmes sous leurs ornemens et leurs parures ». Si l’honnête homme, comme le prétendent Saint-Evremond et l’abbé de Pons, ne s’intéresse qu’au bon sens, la mesure syllabique est l’une des pires contraintes que celui-ci ait à subir. Fénelon fait observer que pour remplir le vers, on lui donne un tour fastueux et noble qui est souvent poussé jusqu’à l’enflure, de telle sorte que les personnages de théâtre parlent un langage sans vraisemblance, en dehors de toute vérité humaine, enflé et presque ridicule. La Motte, dans le Discours qu’il place en tête de son Œdipe, s’approprie cette remarque, demande qu’on rapproche de nous les héros de tragédie en donnant à leurs propos un style plus simple qui rendrait l’action plus réelle et plus saisissante. Il est certain en effet que jamais des généraux, des princes et des princesses n’ont discuté du sort des peuples ou gémi sur leurs infortunes à grands coups d’alexandrins. « Ces nombres, dit l’abbé de Pons11, … donnent à la diction un air contraint et bizarre qui, loin de plaire à qui n’y seroit pas habitué, lui causeroit au contraire un sentiment désagréable qu’il trouveroit moyen de justifier. A quoi bon, s’écriroit-il, à quoi bon cet art pénible, qui fait perdre aux pensées leur vérité et leurs grâces naturelles ? Depuis quand s’est-on avisé de faire plier la raison sous le joug d’un langage follement mesuré ? Ce qu’on peut me dire avec élégance dans l’idiome ordinaire, pourquoi me le présenter dans un langage effrayant, qui porte avec lui l’appareil du travail et de l’affectation ? »

8Car la forme versifiée porte les marques du travail, et même d’un travail extrêmement pénible. Si vraiment, dans toute œuvre littéraire, ce sont les idées qui importent en premier lieu, comment un écrivain peut-il se résoudre de gaieté de cœur à enfermer sa pensée dans des limites fixées à l’avance ? Comment peut-il se résigner à se donner tant de peine pour resserrer ce qu’il veut dire dans un espace sévèrement circonscrit ? Comment un noble esprit, qui a entrepris de traiter un grand sujet, peut-il consacrer son attention à de misérables futilités ? Telles sont les réflexions de La Motte. À son avis, il est puéril de consacrer beaucoup de temps à retourner des syllabes pour parvenir à bien placer la césure, de passer des nuits et des jours à rechercher de quelle façon on satisfera à la loi des nombres :

Pourquoi s’imposer la torture
D’une scrupuleuse mesure ? (La Réputation, 1707)

  • 12 . Fontenelle, T. III, p. 160.

9Fontenelle lui-même, grand admirateur de la difficulté vaincue, reconnaît que les obstacles de la versification sont extérieurs à la poésie, qu’ils deviennent une beauté par le seul caprice de l’art et par la seule raison qu’ils gênent le poète12. Celui-ci, il est vrai, éblouira ses lecteurs en leur montrant qu’il est capable de se tirer d’affaire grâce à une virtuosité peu commune. Malgré tout le syllabisme ne se justifie par « aucune nécessité », par « aucun besoin pris dans la chose ».

  • 13 . Abbé de Pons, p. 135.
  • 14 . Abbé Trublet, T. IV, p. 391.

10Mais cet agrément lui-même, assez semblable à celui que nous éprouvons en voyant un jongleur qui lance et rattrape ses balles sans jamais leur permettre de retomber sur le sol, est combattu par un grave défaut, qui est celui de la monotonie. Les règles adoptées par notre métrique, note Fénelon, engendrent l’uniformité ; elles détruisent « toute suspension de l’esprit, toute attention, toute surprise, toute variété, et souvent toute magnifique cadence ». L’art du versificateur consiste à assurer la permanence des mêmes nombres, à ménager d’exactes symétries. Or cet art fatigue et devient vite insupportable. Une mesure qui varierait sans cesse charmerait certainement les oreilles. Mais l’isométrie est de règle dans les grands poèmes, comme l’épopée et la tragédie. L’abbé de Pons se plaint vivement de l’ennui que dégage un mètre qui ne change pas : « Les vers ne plaisent point par eux-mêmes : il nous a fallu un long commerce avec eux pour n’être guère choqués de leur démarche affectée et de leur air contraint. Quelque variées que soient les choses qu’ils nous présentent, nous sommes toujours un peu blessés de les voir paraître sous des signes si uniformes ; la répétition obstinée des mêmes nombres et des mêmes terminaisons est encore aujourd’hui une source d’ennui. Pourquoi donc les aimons-nous, ces vers, avec tous les défauts que nous leur reconnaissons ? »13. À cette dernière question il ne trouve qu’une réponse : la raison en est que nous sommes prisonniers d’une longue habitude, ce qui n’est certainement pas suffisant pour légitimer la forme versifiée. L’abbé Trublet, à qui déplaît la déclamation de son temps, abonde dans le même sens et signale que la monotonie du vers est insupportable à beaucoup de ses contemporains, puisque les meilleurs parmi les comédiens s’efforcent de la masquer et de la rendre moins sensible : « Ce n’est pourtant qu’à l’aide d’un peu d’habitude que l’oreille est flattée par le discours mesuré et rimé. Il choque plutôt qu’il ne flate l’oreille non encore accoutumée ; il fatigue même l’oreille la plus accoutumée pour peu qu’il soit long, quelque parfait qu’il soit d’ailleurs. C’est une des raisons qui engagent les bons acteurs, dans les pièces de théâtre en vers, à en marquer rarement la cadence »14.

11Considérée par rapport au poète lui-même, l’obligation de la mesure est une contrainte particulièrement pernicieuse. Non seulement elle lui fait perdre inutilement un temps précieux ; mais encore elle éteint son ardeur et nuit à ce feu brûlant dont son âme est embrasée et qu’on appelle enthousiasme. L’inspiration, pour produire tout ce qui est en son pouvoir, a besoin de n’être soumise à aucun esclavage. Fénelon fait remarquer que les nécessités du syllabisme appauvrissent, dessèchent et gênent le lyrisme, qu’elles flétrissent, entravent et glacent l’invention, et l’abbé de Pons y voit un obstacle au libre usage de toutes les richesses du sentiment.

  • 15 . Fénelon, Lettre à l’Académie, p. 394.
  • 16 . La Motte, T. IV, p. 394.
  • 17 . Abbé de Pons, p. 137-139.

12En outre la forme versifiée est d’une incommodité qu’on ne fera jamais assez ressortir. Son grand défaut est qu’elle impose aux idées et à la langue des bornes infranchissables. La pensée se meut donc dans un cadre rigide qui lui est éminemment défavorable. Fénelon15, ici encore, a indiqué les périls opposés contre lesquels le poète doit se prémunir. L’un d’eux est une concision exagérée qui conduit à l’obscurité, avec de fortes ellipses qui nuisent à la clarté du style, à cette clarté qui doit être le but suprême de tout écrivain. L’autre est une prolixité languissante qui enlève au discours la netteté et la force qu’on désirerait y trouver ; alors les vers succèdent aux vers ; on les bourre de toute espèce d’inutilités, on les charge d’épithètes oiseuses et de périphrases molles. D’autres critiques ont repris ces arguments et les ont développés. La Motte a fait ressortir que les poètes étaient trop souvent forcés d’employer des mots impropres au lieu des termes exacts qu’on attendrait d’eux16. L’abbé de Pons17 a condamné ces deux vers de Boileau qui lui paraissent pécher contre la pureté et le bon sens :

C’est en vain qu’au Parnasse un téméraire auteur
Pense de l’art des vers atteindre la hauteur.

13Qu’est-ce que la « hauteur d’un art » ? demande-t-il avec quelque raison. Il incrimine aussi les tours embarrassés, les inversions lourdes qui dérangent l’ordre naturel des mots : « On a accordé aux poètes le droit de varier, par des inversions, les constructions usitées dans la prose. C’est cela qui marque l’infériorité de leur art… Que les poëtes ne tirent point vanité de ce droit interdit à la prose. Ce droit même atteste la misère de leur art, misère au besoin de laquelle nous avons été forcés de faire plier la règle françoise qui veut qu’on soulage l’attention par une construction aisée, qui présente à quelque chose près les idées dans leur ordre naturel ».

  • 18 . Demandre, T. I, p. 497.

14À toutes ces faiblesses s’ajoutent encore des fautes grossières de syntaxe, qui sont fréquentes chez les meilleurs auteurs et dont un certain nombre ont été relevées par Demandre18, qui les classe parmi les licences poétiques : « On retranche souvent le ne dans les phrases négatives, comme

  • Sais-je pas que Taxille est une ame incertaine,
    Que l’amour le retient, que la crainte l’entraîne ? (Racine)
  • Sais-je vas que sans moi sa timide valeur… (Racine)
  • Vous semble-t-il pas bien injuste… (Voiture) »
  • 19 . Idem, T. II, p. 88.

15Ailleurs19 il cite ce vers de Bérénice :

Craignez-vous que mes yeux versent trop peu de larmes ?

16« Pour que la phrase fût bien régulière, observe-t-il, il faudroit ne versent ». Voltaire a blâmé Corneille d’avoir écrit, en laissant tomber un ne indispensable :

Si j’ai besoin de vous de peur qu’on me contraigne … (Nic.)

17au lieu de qu’on ne me contraigne, ce qui ne l’a pas empêché de se rendre coupable de la même incorrection :

Et qui, craignant surtout qu’à rougir on l’expose,
D’un refus outrageant veut ignorer la cause. (Zaïre)

18tandis qu’il aurait fallu qu’on ne l’expose. Au contraire Corneille a orné l’alexandrin suivant d’un ne inopportun que lui a reproché avec raison son commentateur :

  • 20 . On pourrait allonger cette liste. Voici encore quelques exemples, tous empruntés à Racine :

Il ne tiendra qu’au Roi qu’aux effets je ne passe20 (Nie.)

  • 21 . Abbé Trublet, T. IV, p. 219.
  • 22 . Poët. fr., T. II, p. 64.
  • 23 . Fontenelle, T. III, p. 170.

19De quelque façon qu’on envisage les choses et sur quelque point qu’on fasse porter un examen attentif, le vers dessert singulièrement la pensée, tout comme il altère le style. Il est un obstacle à la justesse de l’expression, à l’élégance, à la simplicité. Par son numérisme tyrannique, il empêche l’écrivain de se faire entendre dans une forme nette et pure : « En prose on dit ce qu’on veut, déclare spirituellement l’abbé Trublet21 ; en vers ce qu’on peut ». La Poëtique françoise à l’usage des Dames22 reconnaît que l’art, « resserrant l’imagination dans une carrière trop étroite, étouffe bien des beautés ». Fontenelle se montre encore beaucoup plus sincère : « Il y a dans le pays de la poësie une forêt très obscure, et où les rayons du soleil n’entrent jamais. C’est la forêt du galimathias. Les arbres en sont épais, touffus, et tous entrelacés les uns dans les autres. La forêt est si ancienne qu’on s’est fait une espèce de religion de ne point toucher à ses arbres ; et il n’y a pas d’apparence qu’on n’ose jamais la défricher … C’est dans cette forêt que se perd la rivière de la raison »23. Ce galimatias, qui est fréquent dans les œuvres en vers des meilleurs écrivains, est dû à l’obligation de la mesure syllabique. Mais la mesure n’en est pas la seule cause efficiente, car la nécessité de la rime a des conséquences tout aussi néfastes.

  • 24 . Fénelon, L. à l’Ac, VI.
  • 25 . La Motte, Discours sur la Tragédie.
  • 26 . Abbé Dubos, T. I, XI.

20La rime elle aussi est située en dehors de la nature et de la raison. Elle submerge le discours sous un apprêt irréel et lui enlève toute vraisemblance, ce qui est surtout sensible dans, les pièces de théâtre, où pourtant les spectateurs voudraient trouver devant eux des êtres vivants, nobles et de grandes manières sans doute, mais semblables à eux-mêmes, tandis qu’on leur offre d’étranges mannequins qui parlent comme personne n’a jamais parlé, avec des sons qui se font écho à des distances prévues. Il n’est pas vrai que les puissants de la terre combinent de la sorte leur langage ; il est faux que leurs passions leur permettent des phrases à ce point étudiées, où l’on sent à tout instant l’artifice du poète. Ici encore, c’est Fénelon qui donne le branle et qui déchaîne les protestations des novateurs24. Assurément il le fait avec quelque discrétion, et sans trop insister. Mais La Motte appuie davantage et souligne l’absurdité de cette convention25. L’abbé Dubos proteste que « la rime n’est pas l’imitation d’aucune beauté qui soit dans la nature »26. Il est inutile d’insister sur ce point, car les critiques n’ajoutent pas grand-chose à ce qu’ils ont dit au sujet de la mesure.

  • 27 . La Motte, T. TV, p. 395.

21Cependant il est encore beaucoup plus difficile de trouver des rimes que de se renfermer dans les limites syllabiques des divers mètres. Le poète y perd un temps beaucoup plus considérable, sans que le profit qu’on en retire compense le labeur qu’on s’est imposé. Car la rime est capricieuse et rétive. La Motte rappelle les plaintes qu’elle a arrachées à Boileau, et il ajoute aux doléances de l’auteur des Satires un détail inédit : « M. Despréaux m’a dit lui-même qu’il avoit été vingt ans à corriger une fausse rime. Je rabats ce qu’il faut de l’hyperbole ; mais il en reste toûjours assez pour être frappé du ridicule des hommes, d’avoir inventé un art exprès pour se mettre hors d’état d’exprimer exactement ce qu’ils voudroient dire ; ou, ce qui est encore pis, pour avoir à sacrifier ce qui seroit dit le plus heureusement, à des conditions que la raison n’a point proscrites »27. La rime suppose une malignité particulière aux efforts du poète. Il suffit qu’il ait rencontré quelque idée heureuse pour qu’il se voie mis dans l’impossibilité de la traduire comme il le désirerait, car « la quinteuse dit noir quand on veut dire blanc ». Sans doute lui arrive-t-il de la maîtriser, mais il n’y parvient pas toujours, et alors c’est elle qui le domine :

Rappelle ces momens stériles
Où, dans un transport convulsif,
De cent mouvemens inutiles
Tu hâtes un sens trop tardif.
Après une pénible attente,
Si quelquefois elle se présente,
Ce n’est point un fruit de ton art ;
Tu ne sçais ce qui le fait naître ;
Le beau qui s’offre semble n’être
Qu’un heureux présent de hazard.
Mais, de ce hazard sans mérite,
C’est peu que ton sens soit le fruit ;
Un trouble plus honteux t’agite
En cherchant le mot qui te fuit.
Jouët de la rime rebelle.
Que de termes t’arrache-t-elle,
Que ton dépit même dément !
Ou tu souffres qu’on t’applaudisse
D’une beauté qu’à son caprice
Tu dois plus qu’à ton jugement. (L’Orgueil poétique)

  • 28 . Idem, Ode de M. de la Faye mise en prose.
  • 29 . Idem, T. II, p. 569.
  • 30 . Abbé Dubos, T. I, p. 333.
  • 31 . Idem, T. I, p. 314.
  • 32 . Fénelon, L. à l’Ac, V.

22D’où cette autre observation, cette fois en prose : « Le travail est louable quand il nous met en état de dire les choses de la meilleure manière qu’elles puissent être dites : il est condamnable au contraire quand il nous ôte la liberté de ce choix »28. Tous les poèmes, à quelque degré, ressemblent à ces bouts-rimés dont les gens sensés ont enfin reconnu l’enfantillage : de pareilles contraintes coûtent beaucoup trop et ferment la porte à la raison29. La Motte fait ressortir que les difficultés qui s’attachent à la forme sont préjudiciables au fond, et que le poète, ainsi privé de son indépendance, ne peut plus s’exprimer comme il le voudrait. À son tour l’abbé Dubos prononce que « la nécessité de rimer est la règle de la poësie dont l’observation coûte le plus et jette le moins de beautés dans les vers »30 ; elle est nuisible à l’inspiration de l’écrivain, qui ne peut prendre son essor naturel parce qu’elle est gênée par l’obligation d’un travail mécanique et qu’elle n’a plus la liberté d’inventer31. N’est-il pas vrai de dire, avec Fénelon, que la versification des Grecs et des Latins était moins opprimante que la nôtre, et que la rime entraîne des embarras plus grands que toutes leurs règles ensemble32 ?

  • 33 . Idem, ibid., ibid.
  • 34 . Fontenelle, Réflexions sur la Poëtique, 1752, T. III, p. 159.
  • 35 . La Motte, T. II, p. 563.

23Elle a encore d’autres défauts. Si on veut se donner la peine de l’écouter, elle frappe par sa monotonie, surtout quand elle est de l’espèce ”plate”, c’est-à-dire quand deux vers masculins succèdent à deux vers féminins en suite indéfinie, comme dans l’épopée, dans la tragédie et, d’une façon générale, dans les grands genres les plus estimés. « La rime, note Fénelon33, nous donne l’uniformité des finales, qui est souvent ennuyeuse, et qu’on évite dans la prose, tant elle est loin de flatter l’oreille. Cette répétition des syllabes finales lasse même dans les grands vers héroïques, où deux masculins sont toujours suivis de deux féminins ». Comme Fénelon, Fontenelle tient à rappeler qu’en prose on juge désagréable le retour des mêmes terminaisons, et il demande pourquoi il en est autrement en poésie : il y a vraiment là de quoi provoquer l’étonnement ironique des gens qui veulent bien réfléchir, et qui ne peuvent manquer d’être frappés d’un illogisme aussi déconcertant : « Avons-nous d’autres oreilles pour la prose que pour les vers ? D’où peut venir cette différence ? »34. La Motte reconnaît que l’homme aime la symétrie. Celle-ci pourtant devient rapidement fastidieuse. L’habileté du poète peut intéresser pendant quelques moments l’auditeur, mais ces finales homophones qui retombent lourdement les unes sur les autres ont vite fait de le rebuter : « Les vers, surtout dans les longs ouvrages, dégénèrent en une monotonie insupportable. L’oreille en est d’abord flattée par le goût de la symétrie ; mais elle est bientôt fatiguée par le défaut de variété, et il s’en faut bien que le partisan le plus échauffé de la versification en puisse soutenir une suite aussi longue qu’il le feroit d’un ouvrage en prose … Si la symétrie est d’un grand charme dans les objets qu’on embrasse d’une seule vûe, il n’en est pas de même pour les objets successifs, et il y faut alors de la diversité ; or les vers ne se présentent que successivement. Eh, quel ennui de les voir défiler deux à deux, toujours avec leur même nombre de syllabes, leurs émistiches superstitieusement observés, et se répondant toujours comme une espéce d’écho ! »35. On relève que l’effet de lourdeur est d’autant plus grand lorsque le sens se termine au bout de chaque vers, parce qu’alors la même chute de la voix se fait sentir à la même place, comme dans les alexandrins suivants, qui sont de Voltaire :

Descends du haut des deux, auguste Vérité.
Répands sur mes écrits ta force et ta clarté ;
Que l’oreille des rois s’accoutume à t’entendre ;
C’est à toi d’annoncer ce qu’ils doivent apprendre. (La Henriade)

24Il faut vraiment la force de l’habitude et l’attrait de la difficulté vaincue pour qu’un esprit bien fait puisse accorder la moindre attention à un ornement aussi stérile et lui trouver quelque piment.

  • 36 . Abbé Dubos, T. I, p. 333.
  • 37 . La Motte, comme on peut s’y attendre, n’a pas manqué d’en faire l’observation : « Prenons-y garde (...)

25D’ailleurs il vaut mieux ne pas écouter les rimes, car, si on le fait, on concède au sens de l’audition une importance qu’il ne doit point avoir, et l’on abandonne le principal pour l’accessoire. C’est en effet la pensée du poète qui constitue l’élément capital de la poésie, et c’est à elle surtout que doivent s’attacher les lettrés au goût sûr, qui dédaignent les bagatelles. En fait, même pour le commun du public, la rime passe inaperçue, et la peine que s’est donnée l’auteur est aussi vaine que déraisonnable. Cela tient à la nature même de cette homophonie qui relie les vers l’un à l’autre. L’abbé Dubos le démontre rigoureusement : « l’agrément de la rime n’est point à comparer avec l’agrément du nombre et de l’harmonie. Une syllabe terminée par un certain son n’est point une beauté par elle-même. La beauté de la rime n’est qu’une beauté de rapport qui consiste en une conformité de désinance entre le dernier mot d’un vers et le dernier mot du vers réciproque. On n’entrevoit donc cette beauté qui passe si vite qu’au bout de deux vers, et après avoir entendu le dernier mot du second vers qui rime au premier. On ne sent même l’agencement de la rime qu’au bout de trois ou quatre vers, lorsque les rimes masculines et féminines sont entrelacées, de manière que la première et la quatrième soient masculines et la seconde et la troisième féminines … Mais pour ne parler ici que des vers où la rime paroît dans tout son éclat et dans toute sa beauté, on n’y sent la richesse qu’au bout du second vers. C’est la conformité de son plus ou moins parfaite entre les derniers mots des deux vers qui fait son élégance. Or la plupart des auditeurs qui ne sont pas du métier ne se souviennent plus de la première assez distinctement lorsqu’ils entendent la seconde, pour être flatez de la perfection de ces rimes. C’est plutôt par reflexion que par sentiment qu’on en connaît le mérite ; tout le plaisir qu’elle fait à l’oreille est un plaisir mince »36. D’autres font remarquer que l’attention s’émousse très vite, et que, dans les scènes les plus pathétiques des tragédies, on oublie complètement l’art du versificateur pour ne s’attacher qu’à la situation elle-même, ce qui est vraiment la preuve que le public s’intéresse assez peu à la rime37.

26Au fond, cette obligation de répéter à la fin des vers des sons concordants déplaît à beaucoup de critiques parce qu’elle va mal avec des principes auxquels ils ont donné une complète adhésion. Le classicisme, on le sait, vise essentiellement à satisfaire l’esprit, et c’est là tout ce que les lettrés attendent de l’art, ou du moins la première exigence qu’ils nourrissent à son égard. Des préoccupations d’ordre auditif leur sont à quelque degré étrangères, pour ne pas dire un peu suspectes quand elles n’ont aucun lien avec les idées, et les novateurs du xviiie siècle sont encore trop près de Boileau et des théoriciens de l’époque précédente pour ne pas rester fidèles à l’esthétique qui leur a été léguée. Leur intellectualisme, faiblissant quand il s’agit de déclamation, se réveille à d’autres moments, et ils condamnent la versification parce qu’elle est une surcharge inutile et qu’elle oppose d’importuns obstacles au plaisir de comprendre, en détournant l’attention de ce qui devrait être son unique objet. Si la poésie doit s’adresser à l’intelligence, pourquoi l’affaiblir par une rime, vaine curiosité qui distrait l’auditeur et l’entraîne dans une voie où il ne rencontrera aucun profit utile ? S’il est admis, et justement admis, que la beauté du style réside dans la force et la propriété des expressions, pourquoi les formes considérées comme supérieures dans la hiérarchie des genres, pourquoi celles qui doivent présenter les idées les plus héroïques et les plus nobles sont-elles, par un singulier illogisme, obligées de recourir au vers, à ce vers qui comporte des jeux de sonorités absurdes et somme toute assez grossiers ? Passe encore pour les pièces pastorales, suggère l’abbé Prévost, ou encore pour les madrigaux, les sonnets et les ballades, qui sont des divertissements sans conséquence ; mais la rime devrait être exclue des poèmes épiques et des poèmes dramatiques autres que les opéras.

  • 38 . La Motte, La libre Eloquence, ode en prose.
  • 39 . Fénelon, L. à l’Ac, V et VI.

27« Rime aussi bizarre qu’impérieuse, mesure tyrannique, s’écrie La Motte38, me pensées seront-elles toujours vos esclaves ? Jusques à quand usurperez-vous sur elles l’empire de la raison ? Dès que le nombre et la cadence l’ordonnent, il faut vous immoler, comme vos victimes, la justesse, la précision, la clarté ». Tel est en effet le ridicule des hommes « qui ont inventé un art exprès pour se mettre hors d’état d’exprimer ce qu’ils voudroient dire », et dont le système de versification interdit « le choix des expressions les plus propres à faire passer exactement dans l’esprit des autres les idées qu’on veut leur donner ». Ce grief est l’un de ceux qu’a formulés Fénelon dans sa Lettre à l’Académie39, et dans sa Lettre du 24 janvier 1714. La rime est funeste à la poésie. « La rime gêne plus qu’elle n’orne les vers … Elle rend souvent la diction forcée et pleine d’une vaine parure. En allongeant les discours, elle les affoiblit. Souvent on a recours à un vers inutile pour en amener un bon ». On lui sacrifie la clarté des termes, le naturel et la noblesse des expressions. Elle est la source d’innombrables chevilles, qui encombrent les meilleurs ouvrages. Dans Horace, le « qu’il mourût » est un trait sublime, mais il est gâté par le vers suivant, dont la seule raison d’être est de fournir un écho à la dernière syllabe de mourût :

Ou qu’un beau désespoir alors le secourût.

28L’abbé de Pons, l’abbé Trublet, Voltaire lui-même ont appuyé les arguments de Fénelon et de La Motte. Ils ont montré que la rime était coupable des mêmes méfaits que la mesure. L’abbé Trublet a écrit que l’une et l’autre apportaient de la langueur au style, qu’elles introduisaient dans les vers beaucoup d’inutilités et de diffusion, qu’on abrégerait de beaucoup les poèmes si on prenait la peine de les réduire en prose. L’abbé de Pons a condamné les vers suivants de Racine :

Ce fils que de sa flamme il me donna pour gage.
Hélas ! je m’en souviens, le jour que son courage …

29car l’ordre naturel des mots aurait dû être celui-ci :

Ce fils qu’il me donna pour gage de sa flamme,

  • 40 . Abbé de Pons, p. 137.
  • 41 . Je les transcris d’après Mlle Roth, p. 106.

30tandis que la nécessité de la rime a entraîné une dure et violente inversion40. Mais c’est surtout Voltaire qui, dans son Commentaire sur Corneille, a fait ressortir avec une sévérité impitoyable les impropriétés, les faiblesses, les mots inutiles qui dégradent les alexandrins du grand poète tragique. Voici quelques-unes de ses remarques41.

Et songez toutes deux que vous êtes Romaines :
Vous l’êtes devenues, et vous l’êtes encor ;
Un si glorieux titre est un digne trésor. (Hor., III, 5)

31« Un titre qui est un digne trésor : il y a là une impropriété manifeste ; mais il fallait rimer avec encor ».

Pompée et ses discours
Pour rentrer en Egypte, étaient un froid secours. (Pomp., I, 1)

32« Un secours n’est ni chaud ni froid. Le mot propre est souvent difficile à rencontrer ; et, quand il est trouvé, la gêne du vers et de la rime empêche qu’on ne l’emploie ».

Je me suis souvenu d’un secret que toi-même
Me donnais hier pour grand, pour rare, pour suprême. (Ment., IV, 1)

33« Un secret suprême ! Voilà à quoi l’esclavage de la rime réduit trop souvent les auteurs ».

Quelque époux que le ciel veuille me destiner
L’hymen me le rendra précieux à son tour,
Et le devoir fera ce qu’aurait fait l’amour. (Rod., I, 7)

34« A son tour est de trop, mais il faut rimer avec le mot amour ».

Appelez ce devoir haine, rigueur, colère ;
Pour gagner Rodogune il faut venger un père. (Rod., III, 4)

35« On voit que colère n’est là que pour la rime ».

Je ne puis y penser sans frémir à l’instant. (Pol., III, 1)

36« On ne peut remarquer avec trop d’attention ces mots inutiles que la rime arrache. Sans frémir dit tout ; à l’instant est ce qu’on appelle une cheville ».

Il se vengerait même à la face des Dieux. (Othon, 1,1)

37« A la face des Dieux est ce qu’on appelle une cheville ; il ne s’agit point ici de dieux et d’autels ».

C’est lui laisser et sur mer et sur terre
La suite d’une longue et difficile guerre. (Pompsée, I, 1)

  • 42 . Saint-Evremond, De la Poësie, T. II, p. 17.

38« Il faut éviter autant qu’on peut ces hémistiches trop communes, et sur mer et sur terre, qui ne sont que pour la rime et font tout languir ». On ajoutera à cela que le souci de la rime incite le poète à donner de nombreuses entorses à la syntaxe et à mutiler les formes grammaticales, enfin que de nombreuses homophonies reparaissent avec persistance, dans des alliances presque indissolubles comme fille et famille, songe et mensonge, province et prince, marques et monarques, lieu et adieu, étrange et venge. « Je ne trouve jamais, avait déjà remarqué Saint-Evremond42, le chant des oiseaux que je ne me prépare au bruit des ruisseaux, les bergères sont toujours couchées sur des fougères, et on voit moins les bocages sans les ombrages dans nos vers, qu’au véritable lieu ou ils sont ».

39Toutes ces malfaçons, qui forment un total imposant, sont dues à la tyrannie de cet ornement ambitieux et ridicule. Ne serait-on pas autorisé à conclure, comme le fait l’abbé de Pons, que « l’art des vers est un exercice frivole, que si les hommes étoient convenus de le proscrire, non seulement nous ne perdrions rien, mais que nous gagnerions beaucoup ? »

  • 43 . Telle est aussi l’opinion de l’abbé Desfontaines, dans sa Traduction de Virgile (1743). Cette idé (...)

40Sans doute les Français riment tous leurs vers, mais les Grecs et les Latins dédaignaient les répétitions de sons auxquelles nous attachons tant de prix. On ne devrait jamais oublier que les Anciens se passaient fort bien de ces échos concertés qui parent la fin de nos vers, et qui ont réussi à s’imposer dans les derniers siècles de leur littérature, par suite de la perversion du goût. « Du côté de l’Orient et du Midi, note l’abbé Prévost, l’on n’ignore pas que c’est à la décadence du grec et du latin qu’il faut rapporter la naissance de la rime dans toutes les langues qui se sont formées de leur corruption ». Il ne s’agit pas là d’un progrès, mais d’une affectation propre aux nations encore dans l’enfance. Cette parure tant vantée du vers a été introduite en Europe à une date relativement récente, et elle convient tout au plus aux peuples du Nord, dont la langue est « grossière et pesante ». Elle est aussi très commune parmi les indigènes d’Asie et d’Amérique ; elle s’est répandue chez nos voisins d’Italie et d’Angleterre ; mais ceux-ci, dans leurs poèmes épiques et dramatiques, y renoncent de plus en plus et sont sur le point de l’abandonner complètement. Chez nous elle s’est implantée à une époque ancienne, et c’est pourquoi elle a des partisans entêtés qui veulent la maintenir coûte que coûte, malgré ses imperfections et sa puérilité. Mais l’usage n’est pas un motif suffisant pour repousser toute réforme ; il ne s’agit pas d’invoquer la tradition à rebours. Bien interprétée, d’une façon intelligente et surtout exacte, elle s’oppose à la rime, qui est une invention barbare43. L’abbé Dubos voit en elle une misérable intruse dont les titres de noblesse sont empruntés et même faux : « On trouve la rime établie dans l’Asie et dans l’Amérique, dit-il. Mais la plupart de ces peuples rimeurs sont barbares ; et les peuples rimeurs qui ne le sont plus, et qui sont devenus des nations polies, étoient barbares et presque sans lettres, lorsque leur poësie s’est formée. Les langues qu’ils parloient n’étoient pas susceptibles d’une poësie plus parfaite lorsque ces peuples ont posé, pour ainsi dire, les premiers fondemens de leur poëtique. Il est vrai que les nations européennes dont je parle sont devenues dans la suite sçavantes et lettrées. Mais comme elles ne se sont polies que longtems après s’être formées en un corps politique, comme les usages nationaux-étoient déjà établis et même fortifiez par le long tems qu’ils avoient duré, quand ces nations se sont cultivées par une étude judicieuse de la langue grecque et de la langue latine, on a bien poli et rectifié ces usages, mais il n’a pas été possible de les changer entièrement … La rime, ainsi que les fiefs et les duels, doit donc son origine à la barbarie de nos ancêtres ». Tel est le dernier argument de ce réquisitoire. Il aboutit à des conclusions plus ou moins radicales qui seront exposées plus loin. Cependant, avant d’énumérer les remèdes par lesquels les novateurs ont prétendu guérir les vices de notre versification, il faut encore étudier les plaidoyers de ses avocats, qui n’ont été ni moins ardents ni moins habiles que leurs adversaires et qui, par leurs efforts tenaces, ont empêché la destruction complète de la forteresse assiégée.

Notes

1 . La Motte, T. IV, p. 50.

2 . Fénelon, Lettre à La Motte, janvier 1714, et Lettre à l’Académie.

3 . La Motte, Discours, en tête de la tragédie d’Œdive.

4 . Rémond de Sainte-Albine, II, 5.

5 . Cf. en particulier La Motte, Lettre à Fénelon du 15 janvier 1714, et Fénelon, Lettre à La Motte du 26 janvier 1714.

6 . La Lettre à l’Académie de Fénelon n’a paru en librairie qu’en 1716, après la mort de l’auteur.

7 . Il s’agit de l’Ode en faveur des vers, de La Faye ; elle a été mise en prose par La Motte.

8 . Buffon, Fragment sur l’Art d’écrire. Cf. abbé Maury, Eloge de Fénelon, note 5 : « Quand j’appelle le Télémaque un poème en prose, j’avoue que Buffon, dont l’opinion était prononcée très hautement en faveur de ce système de La Motte, gâtait étrangement cette cause littéraire, en prétendant qu’on pouvait mieux rendre en prose que l’auteur de Phèdre et d’Athalie les plus belles tirades de Racine ».

9 . Je renvoie aux ouvrages suivants, qui sont cités par ailleurs dans la bibliographie générale : Chansierges, Mémoires de Littérature et d’Histoire, 1726 ; Boulier, Réfutation du Sentiment des Adversaires de la Rime dans la Poësie, en tête de sa Traduction du Poëme de Pétrone sur la Guerre civile, 1737 ; abbé Nadal, Lettre à Mme la Présidente Ferrand, dans les Œuvres mêlées, T. I, 1738 ; le P. Du Cerceau, Réflexions sur la Poësie françoise, p. 8-9, 1742 ; abbé Prévost, Le Pour et le Contre, 1733-1740, t. III, p. 101 et t. VI, p. 64 sq ; abbé Trublet, Réponse aux raisons en faveur de la Rime apportées par M. le Président Boulier, dans le Journal des Savants, février 1787.

10 . Montesquieu, Lettres persanes, 197.

11 . Abbé de Pons, p. 133.

12 . Fontenelle, T. III, p. 160.

13 . Abbé de Pons, p. 135.

14 . Abbé Trublet, T. IV, p. 391.

15 . Fénelon, Lettre à l’Académie, p. 394.

16 . La Motte, T. IV, p. 394.

17 . Abbé de Pons, p. 137-139.

18 . Demandre, T. I, p. 497.

19 . Idem, T. II, p. 88.

20 . On pourrait allonger cette liste. Voici encore quelques exemples, tous empruntés à Racine :

  • Et que m’importe, hélas ! de ces vains omemens (Bér., IV, 2)
  • Je ne me pique point du scrupule insensé
  • De bénir mon trépas Quand ils Vont prononcé. (Ba ;j, I, 1)

Mais je n’ai plus trouvé qu’un horrible mélange
D’os et de chair meurtris et traînés dans la fange. (Att., II, 5).
Dans le premier de ces alexandrins, de est inutile, et le verbe devrait être au pluriel ; d’autre part on ne dit pas prononcer le trépas mais prononcer l’arrêt qui ordonne le trépas ; enfin meurtris au pluriel est inexact, parce que seule la chair peut être meurtrie, mais non pas des os. Cf. Fontanier, T. I, p. 309 ; T. II, p. 343 et 651.

21 . Abbé Trublet, T. IV, p. 219.

22 . Poët. fr., T. II, p. 64.

23 . Fontenelle, T. III, p. 170.

24 . Fénelon, L. à l’Ac, VI.

25 . La Motte, Discours sur la Tragédie.

26 . Abbé Dubos, T. I, XI.

27 . La Motte, T. TV, p. 395.

28 . Idem, Ode de M. de la Faye mise en prose.

29 . Idem, T. II, p. 569.

30 . Abbé Dubos, T. I, p. 333.

31 . Idem, T. I, p. 314.

32 . Fénelon, L. à l’Ac, V.

33 . Idem, ibid., ibid.

34 . Fontenelle, Réflexions sur la Poëtique, 1752, T. III, p. 159.

35 . La Motte, T. II, p. 563.

36 . Abbé Dubos, T. I, p. 333.

37 . La Motte, comme on peut s’y attendre, n’a pas manqué d’en faire l’observation : « Prenons-y garde ; dès qu’une scène est pathétique à un certain point, le spectateur ne sait plus si l’on parle en prose ou en vers ; il est tout occupé du sentiment qui le pénètre ; et si, pendant qu’il pleure, quelqu’un lui venait dire : ”Remarquez-vous la beauté de cette rime, l’émistiche régulier et la cadence de tout ce vers”, n’auroit-il pas pitié de l’admirateur ? Le bon comédien même, en ces occasions, déguise, tant qu’il peut, la rime et la mesure, pour en paroître plus vrai ; et nous lui applaudissons de nous dérober l’art même dont cependant on fait tant de cas » (T. II, p. 556).

38 . La Motte, La libre Eloquence, ode en prose.

39 . Fénelon, L. à l’Ac, V et VI.

40 . Abbé de Pons, p. 137.

41 . Je les transcris d’après Mlle Roth, p. 106.

42 . Saint-Evremond, De la Poësie, T. II, p. 17.

43 . Telle est aussi l’opinion de l’abbé Desfontaines, dans sa Traduction de Virgile (1743). Cette idée-là est universellement répandue au xviiie siècle. De Longue (p. 20-21) est l’auteur des lignes suivantes, écrites avec un admirable sang-froid : « L’on désespéra bientôt de deterrer dans un patois hideux, tel qu’étoit alors le gaulois, quelque emploi méthodique et refléchi des longues et des brèves, sur lequel roule toute la beauté des poësies grecque et latine. L’on se vit donc contraint de se réduire, comme les Orientaux, à quelque arrangement des sillabes, dont le nombre fixeroit le volume de chaque vers … Mais en revanche, et dans le dessein formé de préter à la poèsie récente un ornement inconnu, ou du moins inusité chez les nations polies, l’on souscrivit à disposer les termes de façon que le dernier mot de chaque vers aurait en finissant une consonance aimable avec quelque rival prochain ou éloigné ».

© Presses universitaires de Provence, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter