Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome VII

 | 
Georges Lote

Première section : Nature et définition de la poésie

Chapitre V. But de la poésie

Texte intégral

1La poésie, art d’imitation, mais aussi art noble, n’est pas sans posséder en elle quelque raison d’être qui, dès les temps les plus anciens, l’a imposée au respect des hommes, et qui, dans la suite, lui a assuré un succès durable, un prestige qui n’est pas encore aboli. Quel est donc son but, à quels besoins de notre nature correspond-elle, quelle influence peut-elle exercer sur nous ? Ce sont là des questions qui ne sont pas nouvelles, puisqu’elles ont été longuement débattues depuis l’époque de Ronsard. Mais il ne semble pas qu’au xviiie siècle elles aient beaucoup perdu de leur intérêt : on les discute en effet dans de nombreux ouvrages de critique. Peut-être certains auteurs ne le font-ils que pour sacrifier à la tradition ; d’autres au contraire laissent bien voir que ce problème leur tient à cœur et qu’il est lié aux principes généraux qui déterminent leurs idées littéraires.

2La doctrine selon laquelle la poésie n’aurait d’autre objet que d’être utile à l’humanité, sans poursuivre des fins d’aucune autre sorte, ne rencontre pas de défenseurs bien décidés. Cependant ce qu’ont écrit les poètes du xvie siècle sur son rôle et ses destinées n’est pas sans avoir laissé des traces importantes et profondes. Nombre de lettrés se refusent à voir en elle une simple distraction qui flatte tour à tour nos sens ou notre esprit. Ils lui cherchent des titres qui lui assurent une dignité, et s’irritent du dédain quelque peu ironique que lui a témoigné Platon. On n’a qu’à se pencher sur son histoire pour constater l’importance politique et sociale qu’elle a possédée et pour trouver les raisons de l’admiration que les générations successives lui ont vouée. Ainsi on comprendra mieux en quoi elle consiste, et on apercevra, sous des apports plus récents, le vieux fond par lequel elle se recommande toujours à nous.

  • 1 . Abbé Massieu, p. 25 et p. 30-36.

3Elle est née en portant avec elle les signes d’une utilité très apparente. Elle servait alors à instruire et elle a rendu d’éminents services. L’abbé Massieu à cet égard est armé de certitudes inébranlables : « Il est certain, dit-il1, que si on la considère dans la pureté de sa première institution, elle fut inventée d’abord pour instruire les hommes, et pour leur apprendre les vérités les plus importantes de la religion, de la politique et de la morale … Les plus anciens et les plus beaux morceaux de poësie qui soient au monde sont consacrés à la gloire du vrai Dieu ». Un peu plus loin, il reprend les développements de Jacques Peletier du Mans et de ses contemporains : « Les poètes ne furent pas seulement les premiers théologiens : ils furent encore les premiers politiques. On sçait combien ils contribuèrent dans ces siècles grossiers à polir les hommes, à les rassembler dans les villes et à les unir par les liens d’un intérêt commun. Ce grand ouvrage fut un des miracles de l’harmonie et du nombre. De là ces fables qui se sont répandues dans l’univers, qu’Amphion au son de sa lyre avait bâti les murs de Thèbes, qu’Orphée, par la douceur de son chant, avait adouci les bêtes féroces et amolli les rochers. Ceux qui composerent des loix pour ces républiques naissantes les exprimèrent en langage poëtique, persuadés que ce langage concilioit à ces loix plus de respect, qu’il leur donnoit plus d’énergie et plus de force, et qu’il avait je ne sçay quoi de plus propre à les imprimer dans l’esprit et dans la mémoire ». On ne saurait contester, selon les vues du même auteur, que tous les genres poétiques sont nés de l’intention de former les mœurs et d’enseigner aux hommes à vivre en état de société, sans qu’ils aient de droit de se nuire les uns aux autres, et dans le respect d’une hiérarchie qui place les héros au rang suprême. Mme Dacier, pour faire l’éloge de l’Épopée, l’avait considérée comme un genre éminemment utile. L’abbé Massieu affirme qu’Homère, dans ses deux poèmes, s’est proposé d’assurer le repos public et « d’établir le bonheur des états et des familles ». Partout il n’aperçoit que des intentions moralisantes : dans l’Ode, qui, en chantant les exploits des grands hommes, engage tous les autres à les imiter ; dans la Tragédie, qui s’efforce de modérer nos passions ; dans la Comédie et la Satire, qui combattent nos vices et nos ridicules ; dans l’Élégie, qui accorde de justes regrets à ceux qui les ont mérités ; dans l’Églogue enfin qui célèbre l’innocence et les joies de la vie champêtre.

  • 2 . De Jouvenel, p. 123 et 141.
  • 3 . De Jouvenel, p. 123 et 141.

4De Jouvenel et l’abbé Mallet, dont le premier a écrit avant l’abbé Massieu, et le second un peu après lui, se sont montrés moins exclusifs. Les développements qu’on vient de lire sont déjà amorcés par De Jouvenel, selon lequel la poésie, dans les âges les plus reculés, n’avait qu’un but d’enseignement, bien qu’elle se recouvrît déjà de fables mystérieuses destinées à faire accepter plus facilement les sentences morales qui en formaient l’essentiel. Au cours des siècles, la recherche de la beauté littéraire a primé les intentions utilitaires, mais celles-ci n’en subsistent pas moins et se manifestent dans tous les genres, bien qu’à des degrés divers : « De tous les poëtes il n’y en a point qui instruisent plus agréablement que les lyriques, puisque, outre la cadence harmonieuse de leurs vers, l’on trouve chez eux des pensées et des maximes admirables, et exprimées d’un tour si aisé et si spirituel que, pour peu qu’on ait de goût, on ne peut les lire sans en profiter »2. C’est à peu près la même doctrine que soutient l’abbé Mallet. Il étendrait volontiers à tous les genres la formule castigat ridendo mores, par laquelle on définit ordinairement la comédie. Il montre que la littérature s’efforce toujours d’enseigner, mais en répandant sur ses préceptes moraux tous les charmes et tous les agréments possibles : « A ces traits, on reconnaît aisément que le but de la véritable poésie est d’instruire en amusant : utile dulci. Voilà sa devise ; plaire est le moyen, instruire la fin »3. Les grands poètes, épiques, tragiques et comiques n’ont jamais eu d’autre intention que de régler les mœurs, de représenter le vice comme odieux et la vertu comme aimable, d’inspirer aux hommes l’amour du bien et de la vérité.

  • 4 . La Motte, Discours sur la Poësie, T. I.
  • 5 . F.M.A.D.M.D.B.D., p. 2.

5Mais une autre école envisage la question d’une manière tout à fait différente. Sans tenir compte des théories que les écrivains de la Renaissance avaient extraites des ouvrages de l’Antiquité et qui avaient persisté jusqu’au xviiie siècle, parce qu’elles avaient pour elles la force de la tradition, la dure logique d’un La Motte4 tire les conséquences du principe d’esthétique générale qui régit la poésie. Du moment que celle-ci est un art d’imitation, et qu’elle a pour premier devoir de s’inspirer de la nature, on n’a pas le droit d’oublier que cette nature est parfaitement neutre, qu’elle ne se préoccupe ni du bien ni du mal. Il faut bien voir les choses telles qu’elles sont. Quelle qu’ait été la poésie à son origine, elle n’a d’autre but que de plaire, et non d’instruire. Elle ne se préoccupe pas de policer les mœurs ni de guérir les hommes de leurs passions mauvaises. Elle peint, et parce qu’elle peint, elle est indifférente à la morale. Elle utilise les fictions communément reçues parce qu’elles sont belles et qu’elles flattent notre imagination, mais elle ne les juge jamais quant à leur fond et elle ne les choisit pas parce qu’elle les croit vraies. Elle s’accommode des idées fausses des hommes, sans songer à les approuver ou à les combattre, ce que personne ne réclame d’elle. Si elle agissait autrement, elle sortirait de son rôle, qui est de divertir les hommes. Tel est son véritable objectif, et c’est pour cela qu’elle fait appel à toutes les parures, à tous les ornements qui peuvent la rendre-plus-agréable. L’Anonyme d’Avignon, en 1747, défend les mêmes idées. Sans doute les poètes, dans des temps très anciens, ont été les premiers théologiens du monde et les premiers maîtres en fait de politique. Il en est qui sont encore d’excellents précepteurs en fait de mœurs et qui cherchent à instruire ; il en est qui sont vertueux et honnêtes, et qui évitent les peintures propres à corrompre les cœurs ; mais ils ne cherchent pas tous à assurer le triomphe de la morale, tandis que tous, autant qu’il est en eux, cherchent à captiver l’esprit, à trouver de belles expressions et à charmer l’oreille : « Quelle est la fin de la poésie ? Egalement indifférente à embellir le vice ou la vertu, son unique but est de plaire … Destinée à parer indifféremment tous les sujets, toutes les règles visent uniquement à l’harmonie du vers, à la beauté des images, à la finesse des tours, à la cadence, à l’ordre, à la justesse, en un mot à tout ce qui peut mettre un ouvrage à portée de plaire à l’imagination »5.

6Ces dernières idées, qui n’excluent pas forcément la morale de la poésie, mais qui ne prétendent pas la lui imposer comme une obligation, ni en faire un de ses caractères essentiels, sont en somme celles qui ont rallié au xviiie siècle la majorité de l’opinion. Au contraire celles dont l’abbé Massieu a présenté la défense n’offraient plus qu’un intérêt historique, bien qu’elles demeurassent très flatteuses pour les poètes, auxquels elles assignaient un rôle social éminent. Certes la théorie selon laquelle la poésie ne cherche qu’à plaire contribue à la faire passer pour un art frivole et assez vain, qui ne se préoccupe que fort peu de la vérité. Mais elle est en harmonie avec tout le système littéraire de l’époque. C’est en se plaçant au point de vue du seul plaisir du lecteur que certains critiques vantent les difficultés de la forme versifiée, dont les habiles savent triompher en suscitant l’admiration de leur public. C’est aussi en se plaçant au même point de vue que d’autres contestent l’agrément qui découle du vers, dans lequel ils voient un obstacle choquant à la perfection du style, à la justesse de l’expression, et même à la clarté du discours. Et c’est encore pour la même raison qu’on fait volontiers consister la poésie dans les ornements prodigués, dans l’emploi des figures de rhétorique et dans l’usage des fictions mythologiques, de telle sorte que l’apprêt l’emporte sur le fond : ainsi l’art opprime la nature, étouffe la sensibilité et abolit l’émotion.

  • 6 . Mme de Staël, De l’Allemagne, 1, 10.

7On imite la réalité à grand renfort de procédés médiocres et convenus qu’il nous appartiendra de mettre en lumière ; mais on réfrène la fantaisie ailée, l’imagination et les élans de l’âme. On veut peindre, mais pour peindre on décrit, et la poésie, malgré l’opposition de quelques cœurs sensibles, s’oriente de plus en plus vers le didactisme à la suite de Boileau et de Pope. Un J.-J. Rousseau, il est vrai, sent profondément qu’elle ne réside pas dans des artifices de langage, où dans les finesses que peut inventer un esprit ingénieux, et quelques Encyclopédistes, comme lui, sont d’opinion qu’elle doit être quelque chose de plus large, de plus vivant et de plus humain. Mais les choses vont ainsi, jusqu’au jour où Mme de Staël, interprète de tous ceux que ne satisfait pas la conception classique, lance à son tour une protestation qui résume, sous une forme plus véhémente, ce que quelques-uns avaient déjà dit à voix basse et en usant de paroles plus discrètes : « La poésie lyrique, écrit-elle dans une page empreinte d’un puissant romantisme6, s’exprime au nom de l’auteur même ; ce n’est plus dans un personnage qu’il se transporte, c’est en lui-même qu’il trouve les divers mouvements dont il est animé … De beaux vers ne sont point de la poésie ; l’inspiration, dans les arts, est une source inépuisable, qui vivifie depuis la première parole jusqu’à la dernière … Il faut, pour concevoir la vraie grandeur de la poésie lyrique, errer par la rêverie dans les régions éthérées, oublier le bruit de la terre en écoutant l’harmonie céleste, et considérer l’univers entier comme un symbole des émotions de l’âme … Boileau, tout en perfectionnant le goût et la langue, a donné à l’esprit français, l’on ne saurait le nier, une disposition très défavorable à la poésie. Il n’a parlé que de ce qu’il fallait éviter ; il n’a insisté que sur des préceptes de raison et de sagesse, qui ont introduit dans la littérature une sorte de pédanterie très nuisible au sublime élan des arts. Nous avons en français des chefs-d’œuvre de versification ; mais comment peut-on appeler la versification de la poésie ? »

Notes

1 . Abbé Massieu, p. 25 et p. 30-36.

2 . De Jouvenel, p. 123 et 141.

3 . De Jouvenel, p. 123 et 141.

4 . La Motte, Discours sur la Poësie, T. I.

5 . F.M.A.D.M.D.B.D., p. 2.

6 . Mme de Staël, De l’Allemagne, 1, 10.

© Presses universitaires de Provence, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter