Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome VII

 | 
Georges Lote

Première section : Nature et définition de la poésie

Chapitre IV. La poésie se caractérise par sa forme versifiée

Texte intégral

  • 1 . Molière, Bourgeois Gentilhomme, II, 6.

1Cette dernière définition est encore beaucoup plus simple que la précédente ; elle est beaucoup plus superficielle encore et elle n’a certainement pas donné beaucoup de peine à celui qui en a été l’auteur, car elle frappe l’œil le moins prévenu. Elle est sans doute bien ancienne ; elle est présentée d’une manière comique par Molière dans la célèbre formule : « tout ce qui n’est point prose est vers, et tout ce qui n’est point vers est prose »1, où le mot ”vers”, et non le mot ”poésie” sert d’antonyme à celui de ”prose”. Une telle manière d’envisager les choses rencontre une faveur particulière au xviiie siècle dans le clan des réformateurs qui ont déchaîné une guerre inexpiable contre la versification.

2À leur avis, la seule différence qui sépare la poésie de la prose est que la première est asservie aux lois de la mesure et de la rime, tandis que la seconde ne l’est pas. La Motte en administre la preuve en usant d’une méthode pour ainsi dire mathématique. Du consentement universel, remarque-t-il, une tragédie de Racine est un poème. Mais elle ne l’est que par sa forme, en d’autres termes parce qu’elle observe le syllabisme, la césure et la rime. Si l’on replace les mots dans leur ordre logique, et si l’on en change quelques-uns pour faire disparaître l’accord des timbres, rien ne se perd de la substance du texte, et pourtant ce qui reste n’est plus que de la prose. Le passage suivant, de Mithridate, ne laisse aucun doute à cet égard. C’est Xipharès qui parle, et, conformément aux habitudes de la tragédie, il s’exprime en alexandrins :

On nous faisoit, Arbate, un fidelle rapport.
Rome en effet triomphe, et Mithridate est mort.
Les Romains vers l’Euphrate ont attaqué mon pere,
Et trompé dans la nuit sa prudence ordinaire.
Après un long combat, tout son camp dispersé
Dans la foule des morts en fuyant l’a laissé ;
Et j’ai sçû qu’un soldat dans les mains de Pompée
Avec son diadême a remis son épée.
Ainsi ce roi qui seul a durant quarante ans
Lassé tout ce que Rome eut de chefs importans.
Et qui dans l’Orient balançant la fortune
Vengeoit de tous les rois la querelle commune
Meurt et laisse après lui, pour venger son trépas,
Deux fus infortunés qui ne s’entendent pas. (Mithr., 1,1)

3Cependant il suffit de procéder à quelques modifications insignifiantes pour que ce morceau prenne un caractère entièrement différent :

  • 2 . La Motte, I. IV, p. 398 sq., Comparaison de la première Scène de Mithridate avec la même Scène, (...)

On nous faisoit, Arbate, un récit fidelle. Rome triomphe en effet, et Mithridate est mort. Les Romains ont attaqué mon pere vers l'Euphrate, et ils ont trompé dans la nuit sa prudence ordinaire. Tout son camp dispersé, et fuyant après une longue bataille, l'a laissé dans la foule des morts; et j'ai sçû qu'entre les mains de Pompée, un soldat a remis son épée avec son diadême. Ainsi ce roi qui durant quarante ans a lassé lui seul tout ce que Rome eut de chefs considérables, et qui, balançant la fortune de l'Orient, vengeoit la querelle commune de tous les rois, meurt et laisse après lui, pour venger sa mort, deux fils malheureux qui ne s'accordent pas.2

  • 3 . Idem, ibid., p. 410.

4On pourrait réduire cela en équation. En représentant par a le matériel verbal de l’écrivain et tout ce qu’il emporte avec lui, et par b la versification, on aurait a + b = poésie, et a – b = prose : « Ce qu’il y a de bien honteux, c’est que l’estime la plus brillante soit attachée à ce mérite, et que, toutes choses égales d’ailleurs, la seule versification mette tant de distance entre les auteurs »3.

  • 4 . Idem, ibid., p. 413.

5La démonstration semble irréfutable. Cependant elle ne suffit pas encore à La Motte. Quelques pages plus loin, il la complète en faisant remarquer que la poésie, au contraire de ce que certains ont prétendu, ne consiste pas dans des images brillantes, dans un style et des tours qui lui sont propres. D’autres ont combattu cette théorie ; il en montre lui aussi la faiblesse à propos de Racine, qui s’exprimait sans aucun faste, avec des mots assez ordinaires : « J’entens par poësie, dit-il en reprenant la définition qu’on en donne communément, les expressions audacieuses, les figures hyperboliques, tout ce langage reculé de l’usage ordinaire, et particulier aux écrivains qui font profession d’idées rares et de peintures énergiques. Si l’on cherche cette sorte de poësie chez Racine, on y en trouvera infiniment moins qu’on ne pense, et son grand mérite est qu’en effet il n’y en ait gueres. Il fait parler des personnages occupés de divers intérêts et agités de passions violentes. Il a dû suivre la nature et ne leur prêter que des discours convenables à leur dignité et à leur situation, beaucoup de noblesse et d’élégance, puisque l’état des acteurs tragiques le demande ; mais nul effort, nulle recherche d’ornemens ambitieux. Autrement ce ne seroit plus Pyrrhus, Andromaque ou tel autre qui parleroient, ce seroit Racine »4. Donc, en allant au fond des choses, il est clair comme le jour que tout le mystère réside dans la forme versifiée, sans laquelle il ne subsiste que de la prose.

  • 5 . Fontenelle, T. III, p. 178.
  • 6 . Idem, T. I, p. 170.

6L’opinion que la poésie se caractérise par le syllabisme et la rime plaît aux rationalistes parce qu’ils en excluent volontiers la sensibilité et l’émotion. Bien naturellement, Fontenelle défend cette idée : pour lui le grand attrait de la poésie réside dans ce fait qu’elle offre à l’écrivain de grandes difficultés qu’il doit surmonter pour enclore sa pensée dans des bornes fixées à l’avance et pour trouver de place en place les accords de timbres prescrits par les règles de la versification. Il ne s’agit d’ailleurs pas là de vains exercices par lesquels le poète prouve sa virtuosité, mais de combinaisons qui possèdent en elles-mêmes un agrément sensible et qui flattent heureusement l’audition. Il l’a dit dans le mémoire intitulé Sur la Poësie en général. À côté de cette brève formule : « la gêne, qui fait l’essence et le mérite brillant de la poésie », on rencontre le développement suivant, plus détaillé, où il expose les deux raisons qui motivent son point de vue, en accordant pourtant plus d’importance aux satisfactions que doit recueillir l’esprit qu’au contentement que ressentira l’oreille : « Indépendamment du fond des sujets qu’elle traite, la poësie plaît à l’oreille par son discours mesuré, et par une espèce de musique, quoiqu’assez imparfaite … Au plaisir que lui font les vers par la régularité des mouvemens dont elle est frappée, il se joint un autre plaisir causé par le premier, et qui par conséquent n’a pas si immédiatement sa source dans un organe corporel : l’esprit est agréablement surpris que le poëte, gêné comme il l’étoit dans sa manière de s’exprimer, ait pu s’exprimer si bien. Il est visible que cette surprise est d’autant plus agréable que la gêne de l’expression a été plus grande et l’expression plus parfaite… Sur ce principe, la plupart de nos poètes modernes auroient grand tort de se relâcher sur la rime … Si la difficulté vaincue fait un mérite à la poësie, certainement la difficulté retranchée ou fort diminuée ne lui en fera pas un ; et si la contrainte lui est nécessaire pour la distinguer de la prose, et lui donner le droit de s’élever au-dessus d’elle, n’est-ce pas la dégrader que de la rapprocher de ce qu’elle mépri-soit ? »5. Fontenelle est revenu sur cette question dans son Discours lu dans l’Assemblée publique (de l’Académie) le 25 août 1749 : « Qu’est-ce que la rime, dira-t-on ? N’est-ce pas une pure bagatelle ? J’en conviens, à parler selon la pure raison ; mais le nombre réglé des syllabes, un repos fixé au milieu de nos grands vers, ou la césure, ne sont-ce pas aussi précisément des bagatelles de la même espèce ? Traitez-les comme vous voulez traiter la rime, négligez-les autant, les proportions gardées, et vous n’aurez plus de poësie françoise, rien qui la distingue de la prose »6.

  • 7 . De Jouvenel, p. 10.
  • 8 . Gaullyer ; p. 10.
  • 9 . Encyclopédie, au mot ”Prose”.
  • 10 . Rivarol, p. 264.

7De pareilles idées séduisent un certain nombre de critiques, qui ne réussissent pas à établir une différence très nette entre la poésie et l’éloquence. Déjà de Jouvenel a écrit en 1712 que « la poësie, considérée par ses dehors, est un art agréable, qui, par une cadence harmonieuse et par un certain arrangement de mots renfermez dans des bornes prescrites, flatte l’oreille, recrée l’esprit et touche le cœur »7. Le grand dommage est qu’il se soit abstenu de la considérer autrement que par ses dehors. Gaullyer de son côté, en 1728, déclare qu’« un poëme n’est autre chose qu’un discours en vers »8 ; et Rémond de Saint-Mard, quelques années plus tard, se montre incapable de tracer une ligne de démarcation bien franche entre les orateurs et les poètes, en dehors de la mesure du vers que ceux-ci doivent nécessairement observer. Un anonyme, dans l’Encyclopédie, refuse le nom de poème au Songe de Scipion et à Télémaque, bien que ces ouvrages soient écrits en style noble et poétique, ce qui revient à identifier la poésie avec la forme versifiée. Beauzée est du même avis en ce qui concerne Télémaque9. Rivarol enfin abonde dans le même sens et plaide en faveur de la rime, tant combattue par d’autres, « et pourtant si nécessaire pour donner à la versification moderne cet air de chant qui la distingue de la prose »10.

  • 11 . Cf. supra, p. 40.
  • 12 . L. Racine, Œuvres, T. V, p. 104.

8Il est évident que cette manière d’envisager les choses contient une certaine part de vérité. Le vers en effet, dans la déclamation du xviiie siècle beaucoup plus que dans notre diction moderne, comporte des suspensions et des chutes de la voix qui ne sont pas celles de la prose, parce qu’elles se produisent à place fixe. Et d’autre part les rimes, puisque les enjambements sont prohibés, se font exactement sentir. C’est parce que Sulzer a négligé ce point de vue que sa définition de la poésie, que nous avons relatée d’autre part11, reste quelque peu insuffisante. Certains critiques, sans confondre la poésie avec la forme versifiée, n’ont pas ignoré le rôle que jouait celle-ci et se sont tenus sur une position moyenne. C’est le cas de L. Racine, qui lui accorde le rôle d’un précieux adjuvant : « La poësie est inséparable de la versification. Quoique l’une soit l’ouvrage de la nature, et que l’autre soit l’ouvrage de l’art, leur union est devenue inséparable, parce que l’art ne fait que suivre les intentions de la nature, quand il en perfectionne les ouvrages. La musique fut d’abord sans règles. Des transports de joie inspirèrent les chants, et, pour rendre ces chants harmonieux, l’art en vint régler la cadence. Des transports pareils inspirerent la poësie naturelle, c’est-à-dire un discours plein de figures hardies et d’expressions vives ; l’art, pour rendre ces discours plus harmonieux, vint en régler la mesure, et, pour les mêmes raisons qu’il avoit établi les loix de la musique, il établit celles de la versification »12.

  • 13 . Abbé Batteux, T. I, p. 139 ; Jaucourt, Encyclopédie, au mot ”Poësie”.

9L’abbé Batteux, sans renoncer à la distinction nécessaire, concède qu’« un poème sans versification ne seroit pas un poème », et Jaucourt, dans l’Encyclopédie, reproduit la même observation, en remarquant que le vers est doué d’une harmonie propre, différente de celle de la prose et dont on ne saurait nier le charme13.

  • 14 . Fénelon, Dialogues sur l’Eloquence, I.
  • 15 . La Motte, T. II, p. 553.

10Quant à admettre que la poésie réside uniquement dans la forme versifiée, c’est là une bien autre affaire. Une vive opposition s’élève contre cette théorie, que beaucoup jugent trop simple. Comme le dit fort bien de Jouvenel, on se borne alors à ne considérer les choses que par leur aspect extérieur. S’il n’a tiré lui-même aucun profit de cette idée, d’autres l’ont présentée avec plus d’insistance et défendue avec une habileté plus grande. Fénelon a fait ressortir que la versification n’était pas la poésie : « Le vulgaire ignorant, a-t-il dit14, s’imagine que c’est là la poësie : on croit être poëte quand on a parlé, ou écrit en mesurant ses paroles. Au contraire, bien des gens font des vers sans poësie, et beaucoup d’autres sont pleins de poësie sans faire de vers ». La Motte n’a pas été moins net : « La rime et la mesure peuvent subsister avec les idées les plus triviales et le langage le plus populaire ; et la poésie, qui n’est autre chose que la hardiesse des pensées, la vivacité des images et l’énergie de l’expression, demeurera toujours ce qu’elle est, indépendamment de toute mesure. Le Cocu imaginaire est versification sans poésie, et le Télémaque est poësie sans versification. Je n’ai garde de m’appesantir sur les preuves d’une vérité qui se démontre d’elle-même »15.

  • 16 . Abbé Trublet, Réflex. sur le Prose et les Vers fr., T. IV, p. 391.
  • 17 . Abbé Batteux, T. I, p. 138.
  • 18 . Jaucourt, Encyclopédie, au mot ”Poësie”.
  • 19 . A. François, Lyrisme et Géologie, p. 18-19.

11L’abbé Trublet proteste contre l’abus qu’il y a à jouer sur les mots, sans qu’on veuille bien s’apercevoir qu’ils ont un sens exact : « Il y a deux sortes de discours, le discours libre et le discours mesuré et rimé. J’appelle le premier prose et le second vers. Je n’appelle point celui-ci poësie. La poësie est commune d’elle-même à la prose et aux vers. Elle consiste dans le stile, au lieu que la versification ne consiste que dans l’arrangement méchanique des paroles. Ainsi la prose peut être poétique… Le discours mesuré et rimé a été principalement inventé pour le plaisir de l’oreille »16. L’abbé Batteux pose la question d’une façon un peu différente. Voir dans la versification l’essence de la poésie est donner de ce dernier art, éminent entre tous, une définition assez basse et presque avilissante, car à ce compte « la poésie ne seroit qu’un jeu d’enfant, qu’un frivole arrangement de mots »17. Il est suivi en cela par son fidèle Jaucourt, qui l’a élu pour guide et qui lui emprunte même ses formules : « D’autres ont cru, écrit celui-ci18, que la poësie consistoit dans la versification ; ce préjugé est aussi ancien que la poësie même … Cette mesure ne constitue jamais ce qu’on appelle un vrai poëme, et si elle suffisoit, la poësie ne seroit qu’un jeu d’enfant, qu’un frivole arrangement de mots, que la moindre transposition feroit disparaître. Il n’en est pas ainsi de la vraie poësie ; on a beau renverser l’ordre, déranger les mots, rompre la mesure, elle perd l’harmonie, il est vrai, mais elle ne perd point sa nature ; la poësie des choses reste toujours ». À plus forte raison un J.-J. Rousseau se refuse-t-il à croire que c’est le vers qui fait la poésie. A. François a relevé ce passage que contiennent ses Carnets en 1754, au moment où il songeait à écrire une Histoire du Valais : « Je célébrerai des mœurs pures. Comment être poète en prose ? »19. Le citoyen de Genève est donc convaincu que la forme libre de la prose peut être elle aussi poétique. « Ce problème de la versification en prose, remarque A. François, hantait tous les beaux esprits de l’époque. La versification classique française, avec ses alexandrins ronronnants et monotones, ne paraissait plus capable de capter une source fraîche. Tout au plus pouvait-elle suffire encore aux tragédies, aux discours philosophiques de Voltaire. Mais, pour traduire une inspiration plus spontanée, plus libre, en un mot pour servir d’instrument au lyrisme, il n’en pouvait être question. On cherchait autre chose, une nouvelle forme qui ne serait plus asservie à la rime et à la césure, et se plierait mieux, tout en restant harmonieuse et musicale, aux mouvements de l’âme ».

  • 20 . La Motte, Discours sur la Tragédie à l’occasion d’”Œdipe, T. IV, p. 396.
  • 21 . Jaucourt, Encyclopédie, au mot ”Poëme en prose”.

12Nous retrouverons plus loin les deux importantes questions auxquelles nous avons fait allusion au cours de ce chapitre, celle de l’intérêt que suscite chez le lecteur l’habileté du versificateur à vaincre les difficultés de la mesure et de la rime, et celle du poème en prose, car l’une et l’autre ont été discutées abondamment au cours de cette Querelle du Vers qui a divisé les lettrés du xviiie siècle. Mais il est évident que beaucoup de critiques, en nombre toujours croissant, ont renoncé à confondre le vers avec la poésie et à faire consister celle-ci dans un simple mécanisme, de telle sorte que la définition, de prime abord séduisante, qui se basait sur des caractères purement extérieurs, n’a pu résister à leur critique, ni surtout au démenti que lui infligèrent les faits. C’est le Télémaque de Fénelon qui en a montré l’insuffisance. Ce roman, dont le succès s’est prolongé pendant fort longtemps, a rompu les barrières qui séparaient la poésie de la prose et provoqué une véritable révolution littéraire : « Si M. de Fénelon, proclame La Motte20, ne s’était pas mis au-dessus du préjugé qui veut que les poèmes soient en vers, nous n’aurions pas le Télémaque, si brillant cependant des beautés même qu’on appelle poëtiques, qu’on ne s’avise pas d’y souhaiter la parure des vers ». D’autres poèmes en prose, en grande abondance, ont succédé à celui-là, selon le modèle qu’en avait donné Fénelon. La faveur de ce nouveau genre nous est attestée par de nombreux témoignages, parmi lesquels il suffira de citer les lignes suivantes de Jaucourt dans la définition qu’il en a donnée et qu’on peut lire dans l’Encyclopédie21 : « ouvrages où l’on retrouve la fiction et le style de la poësie, et qui par là sont de vrais poëmes, à la mesure et à la rime près ; c’est une invention fort heureuse. Nous avons obligation à la poësie en prose de quelques ouvrages remplis d’aventures vraisemblables et merveilleuses à la fois, comme des préceptes sages et praticables en même temps, qui n’auroient peut-être jamais vu le jour, s’il eût fallu que leurs auteurs eussent assujetti leur génie à la rime et à la mesure : l’estimable auteur du Télémaque ne nous auroit jamais donné cet ouvrage enchanteur s’il avoit dû l’écrire en vers. Il est de beaux poëmes sans vers, comme de beaux tableaux sans le plus riche coloris ».

Notes

1 . Molière, Bourgeois Gentilhomme, II, 6.

2 . La Motte, I. IV, p. 398 sq., Comparaison de la première Scène de Mithridate avec la même Scène, réduite en prose. La Motte s’est livré à un autre travail analogue en réduisant en prose l’Oie de La Faye.

3 . Idem, ibid., p. 410.

4 . Idem, ibid., p. 413.

5 . Fontenelle, T. III, p. 178.

6 . Idem, T. I, p. 170.

7 . De Jouvenel, p. 10.

8 . Gaullyer ; p. 10.

9 . Encyclopédie, au mot ”Prose”.

10 . Rivarol, p. 264.

11 . Cf. supra, p. 40.

12 . L. Racine, Œuvres, T. V, p. 104.

13 . Abbé Batteux, T. I, p. 139 ; Jaucourt, Encyclopédie, au mot ”Poësie”.

14 . Fénelon, Dialogues sur l’Eloquence, I.

15 . La Motte, T. II, p. 553.

16 . Abbé Trublet, Réflex. sur le Prose et les Vers fr., T. IV, p. 391.

17 . Abbé Batteux, T. I, p. 138.

18 . Jaucourt, Encyclopédie, au mot ”Poësie”.

19 . A. François, Lyrisme et Géologie, p. 18-19.

20 . La Motte, Discours sur la Tragédie à l’occasion d’”Œdipe, T. IV, p. 396.

21 . Jaucourt, Encyclopédie, au mot ”Poëme en prose”.

© Presses universitaires de Provence, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter