Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire du vers français. Tome VII

 | 
Georges Lote

Première section : Nature et définition de la poésie

Chapitre premier. La poésie est une imitation

Texte intégral

  • 1 . E. Faguet, Histoire de la Poésie française, T. VI, p. 13. Il est vrai qu’il a dit exactement le c (...)
  • 2 Au mot ”Opéra”.
  • 3 . T. I, p. ix.

1Selon des idées qui sont courantes au xviiie siècle, tous les arts sont étroitement apparentés et consistent avant tout dans une imitation. Mais il en est qui se trouvent entre eux dans des rapports plus étroits qu’avec les autres, au sujet de quoi les critiques sont d’ailleurs assez souvent divisés. La peinture est une imitation ; la poésie, la musique, l’éloquence le sont également. Voltaire se montre très préoccupé d’éloigner la poésie de la musique, tandis que J.-J. Rousseau, qui est presque le seul à le faire, l’en rapproche : « La poésie, dit le premier dans un texte qu’a cité E. Faguet1, ne doit pas être une musique ; l’opéra accoutume les jeunes gens à se connaître en mots plus qu’en esprit et à préférer leur oreille à leur âme ». Le second, dans un article de l’Encyclopédie2, affirme au contraire que c’est avec la poésie que la musique, art d’imitation, offre les analogies les plus grandes. D’autres insistent sur la similitude de l’éloquence et de la poésie. « La poësie, écrit en 1749 l’auteur de la Poëtique française à l’usage des Dames3, selon la définition d’un auteur célèbre, est l’éloquence harmonieuse. C’est l’art de peindre avec force, netteté, délicatesse et harmonie. La peinture, la musique, l’éloquence et la poësie sont sœurs ; mais il y a une plus grande ressemblance et une union plus intime entre ces deux dernières, qui assurément sont les aînées des deux autres. Le but de la peinture et de la musique est uniquement de plaire, et d’enchanter l’une les yeux, l’autre les oreilles. L’éloquence et la poésie parlent à l’esprit, et au cœur surtout ; mais non contentes de plaire, l’une et l’autre prétend encore à l’honneur d’instruire. Au reste, l’éloquence cède sans peine la gloire de charmer à la poésie, dont la cadence et l’harmonie plus marquées flattent plus agréablement l’oreille ; et dont les mouvemens plus impétueux et plus rapides se font sentir au cœur avec plus de force ».

  • 4 . Abbé Trublet, T. IV, p. 217-218.
  • 5 . Précis des Lois du goût, p. 216.

2Cependant c’est à l’adage d’Horace, ut pictura poesis, que se rallient la majorité des critiques. Ils le reproduisent avec une complaisance inlassable et le développent abondamment. L’abbé Dubos en a fait l’idée fondamentale de ses Réflexions critiques sur la Poésie et la Peinture. La même opinion a été exprimée avec plus ou moins de force par Fénelon, La Motte, Marmontel et bien d’autres écrivains. « C’est un grand éloge, remarque l’abbé Trublet4, quand on dit d’un poëte qu’il est peintre et d’un peintre qu’il est poëte … La poësie est cet art ingénieux qui donne de la couleur et du corps aux pensées ». Mais voici une comparaison beaucoup plus détaillée, qui date de 1777 : « Nous avons d’excellentes poëtiques, déclare un anonyme5, mais peut-être n’avons-nous pas encore une véritable idée de la poésie … La poësie est l’art d’embellir la vérité par les couleurs de l’imagination. Ut pictura poesis. Le peintre parle à nos yeux, le poëte parle à notre esprit. Un ouvrage, même en vers, est-il dénué d’images ? il est prosaïque … Les sujets les plus poëtiques sont ceux qui nous offrent des spectacles intéressants et variés : telles sont les grandes scènes de l’histoire et les beautés de la nature : en un mot, tout ce qui peut fournir des sujets aux peintres en fournit aux poëtes ». La conviction que les images sont essentielles à la poésie introduit encore dans la discussion, comme on vient de le voir, un mot éminemment favorable au rapprochement qu’on établit entre les deux arts.

  • 6 . Encyclopédie, au mot ”Poème” ; Hardion (T. III, p. 10) ne dit pas autre chose : « La poësie, obs (...)
  • 7 . Aristippe, p. 236.

3Sur le fait même de l’imitation, tout le monde est d’accord, depuis La Motte jusqu’aux Encyclopédistes. C’est là une conception ancienne, acceptée par le xviiie siècle après l’avoir été par le xviie, et qui vient d’Aristote. Sulzer rappelle que ce philosophe a défini la poésie comme un art d’imitation dont les instruments sont le langage, l’harmonie et le rythme6. Mais quel peut être l’objet de l’imitation du poète, comme de tous les autres artistes ? C’est exclusivement la nature, sous peine de tomber dans l’extravagance et dans l’arbitraire : l’art ne peut rompre de parti pris tout contact avec la vérité et le réel. L’homme en effet est incapable de rien créer, car alors il usurperait un privilège que s’est réservé l’Être des êtres. Il est né au contraire pour imiter, ce qu’il fait depuis sa naissance jusqu’à sa mort, avec plus ou moins de spontanéité et d’intelligence : « L’imitateur sans génie copie servilement, déclare Aristippe7 ; il se traîne sur les traces de son maître ; il ne sait point s’initier au sujet ; il n’y met ni chaleur ni intérêt ; il se borne enfin à dessiner trait pour trait. L’homme de génie imite aussi, mais non en écolier. Son imitation n’est pas un assemblage de pièces rapportées ; il refond ses matériaux, et, par une disposition adroite, il en forme un tout homogène ; cette reproduction paraît si neuve, si différente d’une composition vulgaire, qu’elle passe pour originale, et qu’on la regarde comme une invention ».

  • 8 . F.M.A.D.M.D.B.D., p. 2.

4Copier exactement la nature ne doit pas être le but de l’artiste soucieux de réaliser une œuvre parfaite. Et d’abord l’art doit fuir les représentations grossières et basses. Les conventions qui règlent l’activité des peintres sont également bonnes pour les poètes. Elles commandent de s’attacher aux grands sujets, qui exaltent en nous les nobles passions et qui s’adressent aux facultés les plus hautes de notre âme. Le bon goût et les règles de la décence interdisent de reproduire les trivialités qui déshonorent trop souvent le réel ; le burlesque doit être proscrit parce qu’il est indigne d’esprits sérieux et qu’on peut le considérer à juste titre comme une espèce de dérèglement intellectuel. La poésie en particulier doit éviter les sentiments vulgaires qui sont au moins aussi condamnables que les libertinages du pinceau. Son rôle, selon un anonyme de 17478, est de « fournir des délassements délicats à une société polie, et de nouveaux motifs de vertus aux honnêtes gens ». La Motte, Sabatier de Castres, de Jouvenel défendent la même doctrine, qui est communément acceptée et qui limite déjà largement la liberté de l’artiste. Ces idées s’accordent naturellement avec le principe de la hiérarchie des genres : ce qui donne son prix au poème lyrique, ce sont les pensées élevées et les maximes admirables qui le caractérisent. Au contraire les vers badins et légers sont situés en dehors de la grande littérature proprement dite. Bien que l’abbé Joannet et même l’abbé Mallet se montrent assez indulgents pour la poésie marotique, qui a été cultivée par Voltaire, J.-B. Rousseau, Chaulieu, Panard et Gresset entre autres, il est visible qu’avec ses mots archaïques, son vocabulaire ”lois” que certains nomment ”gothique”, ses enjambements et ses libertés de syntaxe, elle n’est aux yeux de tous qu’un amusement sans portée, et qu’on ne l’appelle ”poésie” que parce qu’elle n’est pas écrite en prose ; d’ailleurs par son fond elle ne vaut pas mieux que par sa forme.

  • 9 . Hardion, T. III, p. 14.

5Cependant il arrive que l’artiste se trouve dans l’obligation de reproduire des objets rebutants ou de peindre des personnages qui font horreur. Il n’est pas impossible qu’il puisse y parvenir sans blesser les esprits délicats. Tout dépend de la qualité de son imitation, de la façon dont il représente la vérité historique ou légendaire, de la manière dont il sait parer la réalité. Avec beaucoup de savoir-faire, il réussit souvent à toucher son public. Boileau l’avait fait remarquer en des vers que Hardion9 approuve sans réserve :

Il n’est point de serpent ni de monstre odieux
Qui par l’art imité ne puisse plaire aux yeux.
D’un pinceau délicat l’artifice agréable
Du plus affreux objet fait un objet aimable. (Art poët. III, 1-4)

  • 10 . Encyclopédie, au mot ”Poësie”.
  • 11 . Aristippe, p. 240.

6Si l’ouvrage est exécuté de main de maître, les plus difficiles ont tout lieu d’être satisfaits : « Le plaisir qu’on sent à voir les imitations que les poëtes savent faire, note le chevalier de Jaucourt10, des objets qui auroient excité en nous des passions dont la réalité nous aurait été à charge, est un plaisir pur : il n’est pas suivi des inconvéniens dont les émotions sérieuses, qui auroient été causées par l’objet même, seroient accompagnées. Voilà d’ou procède le plaisir que fait la poésie ; voilà encore pourquoi nous regardons avec contentement des peintres dont le mérite consiste à mettre sous nos yeux des aventures si funestes qu’elles nous auroient fait horreur si nous les avions vues véritablement. Une mort telle que la mort de Phèdre ; une jeune princesse expirante avec des convulsions affreuses, en s’accusant elle-même de crimes atroces dont elle est punie par le poison, seroit un objet à fuir ». L’Antiquité avait compris que l’art ne doit pas effrayer, ni même susciter en nous une aversion insurmontable pour les spectacles qu’il nous offre : « On sait que la règle constante des Anciens, déclare Aristippe11, était de ne jamais permettre à la douleur d’altérer les traits de la beauté. Le Gladiateur mourant, la Niobée, le Laocoon en sont des exemples. Ce n’est pas qu’une expression convulsive dans les traits du visage n’eût été bien plus effrayante ; mais la peine qu’elle aurait faite n’eût pas été mêlée de plaisir. Les Grecs prenaient le même soin de donner dans la tragédie, aux passions les plus violentes, soit dans l’action, soit dans le langage, tout le charme de l’expression ; la force même avait son élégance ».

  • 12 . T. II, p. 64.
  • 13 . F.M.A.D.M.D.B.D., p. 12.
  • 14 . Abbé Mallet, Principes pour la Lecture des Poëtes, T. I, p. 37 ; cf. T. II, p. 3-4.
  • 15 . Cette citation que fait l’abbé Mallet est empruntée à une Lettre insérée dans le Cours de Peintu (...)
  • 16 . Domairon, p. 21.

7Mais prenons une hypothèse beaucoup plus favorable, celle où la réalité, belle en elle-même, présente pourtant quelques détails qui peuvent blesser par leur trivialité ou par leur bassesse. Alors l’artiste doit éliminer ces détails déplaisants pour ne retenir que ceux qui sont agréables. Si ceux-ci manquent de vigueur ou ne se manifestent que trop rarement, il convient de les renforcer ou d’en accroître le nombre. Ainsi une bonne imitation doit tendre à améliorer la nature fruste et sauvage : « L’art, selon la Poëtique françoise à l’usage des Dames12, est pour le goût ce que la raison est pour les hommes. La raison retranche aux hommes l’usage de certains amusemens enfantins qu’elle leur fait envisager comme indignes d’eux et leur indique les seuls plaisirs nobles et légitimes. L’art retranche sagement des ouvrages d’esprit tous les traits indécens, toutes les puérilités, toutes les saillies déréglées d’enthousiasme fougueux où la nature impétueuse se laisse quelquefois emporter ». C’est dans ce sens également que s’exprime l’Anonyme de 174713 : « La poésie doit offrir la nature non telle qu’elle est en elle-même, avec l’odieux mélange de ses beautés et de ses taches, mais également attentive à corriger les défauts qu’elle a, et à suppléer aux perfections qu’elle n’a pas. La poésie doit nous la peindre parée de toutes ses graces, et exemte de toutes les ombres qui pourraient en ternir l’éclat ». Au besoin, si la réalité n’est pas assez flatteuse, l’imitateur éclairé, au lieu de s’attacher à reproduire tel modèle qu’il a sous les yeux, peut en composer un avec des éléments dispersés qu’il réunit d’autorité, sous la seule condition qu’il réussisse à satisfaire l’esprit de ceux auxquels il s’adresse : « Il en est de la poésie comme de la peinture, écrit l’abbé Mallet14. Or, dans celle-ci, dit un maître de l’art15, « il y a un second vrai, dont l’usage consiste à suppléer dans chaque sujet ce qu’il n’avoit pas, mais ce qu’il pouvoit avoir, et que la nature a répandu dans quelques autres, et à réunir ainsi ce qu’elle divise presque toujours ». Les poètes, dans leurs tableaux et leurs images, doivent procéder comme les peintres : ils ne descendront jamais au-dessous de ce que leur offre la nature ; ils ne se contenteront pas davantage de la reproduire exactement, mais au contraire ils feront effort pour s’élever au-dessus d’elle, en s’inspirant des figures que nous ont laissées les maîtres les plus illustres. Ces figures, plus grandes, plus majestueuses, plus belles que l’humble réalité, n’en sont que plus parfaites et nous enchantent davantage. À son tour Domairon16 reprendra la même idée : « La poésie ne présente que des objets parfaits en eux-mêmes. Mais comment parvient-elle à donner à ces objets le degré de perfection nécessaire, lorsqu’ils ne l’ont pas en eux-mêmes ? Le voici. Le poète rassemble les plus beaux traits de la même espèce qu’il voit épars dans la nature et qui peuvent former un tout parfait en son genre … Lorsque le célèbre peintre Zeuxis voulut peindre une beauté parfaite, il pensa bien qu’il ne pourrait pas en trouver un modèle existant dans la nature. Que fit-il ? Il observa les plus beaux traits de différentes belles personnes, les rassembla, en forma un tout, et parvint à montrer sur la toile une beauté dans sa plus grande perfection ».

  • 17 . R. Bray, p. 156.

8D’une manière plus générale, l’imitation repose sur un choix et comporte un triage attentif des éléments qui sont offerts par la réalité. Cette conception était déjà familière au xviie siècle, qui admettait avec Aristote que la copie doit surpasser le modèle. R. Bray en a réuni de nombreux témoignages17. Colletet, en 1657, a écrit dans son Discours sur le Poème bucolique : « Ce n’est pas tout que de représenter la nature ; il la faut représenter par ce qu’elle a de plus noble et de plus beau. Autrement on choque les lois de la bonne poësie et de la bienséance même ». Costar dit de Théocrite : « Voulant représenter naïvement la nature, il a soigneusement éloigné de notre vue ses laideurs et ses défauts, et s’est particulièrement attaché à l’imitation dans ce qu’elle avait de plus beau et de plus capable de nous donner du plaisir ». Voici enfin un passage du P. Rapin : « Ce n’est pas assez de s’attacher à la nature, qui est rude et désagréable en certains endroits : il faut choisir ce qu’elle a de beau d’avec ce qui ne l’est pas ».

  • 18 18. La Motte, Réflexions sur la critique (1719) – Œuvres, T. III, p. 199. P. Dupont (Houdar de la (...)
  • 19 . La valeur de l’artiste se révèle par la qualité de ses imitations, par l’adresse et l’intelligenc (...)

9La Motte18, qui fut un prosateur de grand talent, a défendu la même théorie avec beaucoup d’ampleur et d’éclat : « On dit communément que la poësie n’est qu’une imitation de la nature, mais cette définition vague n’éclaircit rien, et il faut savoir précisément quel sens on y attache, au mot de nature et à celui d’imitation. Entend-on par nature tout ce qui existe, tous les objets, tous les caractères particuliers des hommes et leur diverse manière de penser : si on l’entendait ainsi, et que toute poësie fût bonne dès qu’elle imite un objet réel, on seroit autorisé par là à peindre les objets les plus rebutans, les caracteres les plus froids et les plus bizarres. Phœnix, dans son discours à Achille, aurait pû ne s’en pas tenir au vin que ce heros rejettoit sur lui dans son enfance ; il aurait pu s’étendre à mille autres détails plus choquans, dont je crains même de donner l’idée, tant je sens que toute nature n’est pas bonne à peindre … Il faut donc entendre par le mot de nature une nature choisie, c’est-à-dire des caractères dignes d’attention, et des objets qui puissent faire des impressions agréables ; mais qu’on ne restreigne pas ce mot d’agréable à quelque chose de riant : il y a des agrémens de toute espèce, il y en a de curiosité, de tristesse, d’horreur même. Or si la poësie consiste dans l’imitation d’une nature choisie, il s’ensuit que celui qui la choisit le mieux, en l’imitant d’ailleurs aussi-bien que les autres, est le plus grand poëte de son temps : il s’ensuit aussi qu’à mesure que le monde s’embellit par les arts et qu’il se perfectionne par la morale, la matiere poëtique en devient plus belle, et qu’à dispositions égales, les poëtes doivent être meilleurs. Je demande encore ce qu’on entend par le mot d’imitation : est-ce une ressemblance entiere et scrupuleuse de l’objet particulier qu’on peint ? Si on l’entendait ainsi, on retomberait dans les inconveniens que j’ai déjà marquez. On seroit autorisé à mettre, comme Homère, des choses insensées dans la bouche des sages, et à faire commettre des lâchetez aux braves, parce qu’il n’y a ni sage, ni brave à qui cela ne puisse arriver. Il faut donc entendre par imitation, une imitation adroite, c’est-à-dire l’art de ne prendre des choses que ce qui en est propre à produire l’effet qu’on se propose. Car il ne faut jamais séparer dans le poëte son imitation de son dessein. C’est ce dessein qui, pour ainsi dire, donne la loi à l’imitation ; c’est lui qui prescrit ses véritables bornes, et qui la rend bonne ou mauvaise, selon qu’elle le sert ou qu’elle le dément »19

10À ce point de son raisonnement, La Motte juge à propos de s’exprimer plus clairement encore, afin qu’il ne subsiste aucun doute sur sa pensée. Et de nouveau il affirme que l’imitation du poète ne va pas sans un choix prémédité des détails qu’il va produire : « Un historien, par exemple, peint les hommes en particulier, pour les faire connaître tels qu’ils sont. Il a raison d’allier dans la même personne les grandes qualitez et les grands défauts, d’y faire voir cette alternative de vices et de vertus qui n’est que trop ordinaire aux hommes : son imitation est excellente, parce qu’elle est conforme à son dessein ; mais si un poëte peint la même personne dans le dessein de la faire admirer, et qu’il ne supprime pas ce qui nuiroit à l’admiration qu’il veut exciter : son imitation est mauvaise, parce qu’elle contredit ses vûes. Si je peins un lion sans autre dessein que de le peindre, je puis employer avec succès tout ce qui le caractérise ; mais, si je ne le peins qu’en le comparant à un héros dans certaines circonstances, je suis obligé alors de n’en dire que ce qui convient à l’action de mon héros, et, si je m’emporte au-delà, le vrai, le noble même ne laissera pas d’être une faute, et mon imitation, sans pecher contre la verité, pechera contre mon dessein, ce qui suffit pour la rendre vicieuse. Le poëme, la tragedie, la comedie, l’ode, la satyre, la pastorale, tout cela imite la nature, mais dans des vuës différentes, et, souvent, ce qui est une bonne imitation dans l’un de ces genres, en seroit une fort mauvaise dans l’autre ». Au terme de cette dissertation, il conclut ainsi : « Je croirois donc qu’il faudroit définir la poësie, l’art qui par le discours en vers, imite la nature avec choix et avec dessein sensible de donner certaines idées, ou d’exciter certains sentimens. Par le discours, je distingue la poësie de la peinture et de quelques autres arts ; par le discours en vers, je la distingue de l’éloquence qui imite aussi la nature ; par le choix, je détermine son agrément, et, par le dessein, je détermine sa justesse ».

  • 20 . Abbé Fragnier, Dissertation sur l’Eglogue, p. 129.
  • 21 . La Motte, Discours sur l’Eglogue, T. III, p. 302.

11Ainsi, tout en prenant son point de départ dans la nature, l’art ne la représente pas telle qu’elle est dans la réalité. Il ne la reproduit que partiellement et le plus souvent revêtue d’ornements divers qui la rendent agréable et qui la font préférer à la vérité toute nue, celle-ci trop brutale et souvent rebutante. « Toute poësie est une imitation, déclare l’abbé Fra-gnier20. La poësie bucolique a pour but d’imiter ce qui se passe et ce qui se dit entre les bergers. Mais elle ne doit pas s’en tenir à la simple représentation du vray réel, qui rarement seroit agréable ; elle doit s’élever jusqu’au vray idéal, qui tend à embellir le vray, tel qu’il est dans la nature, et qui produit, dans la poësie comme dans la peinture, le dernier point de perfection ». La formule à laquelle aboutit La Motte est celle de la ”belle nature” c’est-à-dire d’une nature expurgée et richement parée. Il est revenu bien des fois sur cette question, qui lui tenait à cœur, et jamais il n’a varié : « Quoique rien ne plaise que ce qui est naturel, a-t-il dit encore21, il ne s’ensuit pas que tout ce qui est naturel doive plaire. Il faut choisir et trier pour trouver l’agréable, et c’est une mauvaise manière de soutenir le choix d’un sentiment, de soutenir seulement qu’il est dans la nature. Quelquefois, sur ce principe, on honore le grossier et le bas du beau nom de naïveté. Qu’importe la naïveté sans l’agrément ? Je n’épouserai pas le mauvais goût d’un auteur qui n’amasse, pour ainsi dire, que des chardons dans le même champ où il aurait pû cueillir des fleurs ».

  • 22 . Abbé Batteux, Principes de Littérature, T. I, p. 51. Plus loin (ibid., p. 94), il pose cet axiome (...)
  • 23 . Abbé Mallet, Principes pour la Lecture des Poëtes, T. I, p. 37.
  • 24 . Domairon, p. 21.

12Cette doctrine, qui a un caractère nettement classique, a rencontré le plus grand succès parmi les écrivains du xviiie siècle. Ils l’ont reprise pour leur propre compte, tellement elle leur paraissait s’imposer par sa justesse. « Il faut conclure que si les arts sont imitateurs de la nature, écrit l’abbé Batteux22, ce doit être une imitation sage et éclairée, qui ne la copie pas servilement, mais qui, choisissant les objets et les traits, les présente avec toute la perfection dont ils sont susceptibles : en un mot, une imitation où on voie la nature non telle qu’elle est en elle-même, mais telle qu’elle peut être, et qu’on peut la recevoir par l’esprit ». L’abbé Mallet dit à son tour que « la poësie n’est pas une imitation sèche de la nature toute seule, mais de la belle nature »23. Domairon pense de même24 : « Pour être vraiment poète, il faut inventer et peindre. L’art d’inventer consiste à trouver les objets qui existent et où ils sont, ceux qui peuvent exister et où ils peuvent être, à présenter des actions, des images, des sentimens réels, ou possibles et vraisemblables. On imite la nature, en représentant fidelement un objet tel qu’il existe, ou tel qu’il peut vraisemblablement exister. On imite la belle nature, en représentant fidèlement un objet aussi parfait que nous pouvons le concevoir, soit qu’il existe, soit que, n’existant pas, il puisse exister. C’est cette dernière représentation que fait la poésie ».

  • 25 . Abbé Batteux, Principes de Littérature, T. I, p. 43.
  • 26 . Marmontel, Eléments de Littérature, au mot ”Vérité relative”, T. VI, p. 449.
  • 27 . Idem, ibid., au mot ”Récitatif”, T. VI, p. 2.

13On aboutit ainsi à admettre que l’art a pour devoir de se plier aux conceptions de l’esprit. Il est donc beaucoup plus intellectuel qu’asservi à la réalité. Personne, ou presque personne, ne songe à le contester. L’artiste achève ce que la nature a laissé à l’état d’ébauche incomplète. Il ne nous livre pas la vérité totale, mais une vérité stylisée, une vraisemblance agréable. L’abbé Batteux le reconnaît sans déplaisir : « Je conclus que les arts, dit-il25, dans ce qui est proprement art, ne sont que des imitations, des ressemblances qui ne sont pas dans la nature, mais qui paraissent l’être, et qu’ainsi la matière des beaux-arts n’est point le vrai, mais seulement le vraisemblable ». Marmontel l’affirme avec plus de force encore à plusieurs reprises. Il le déclare dans cette courte phrase : « Dans l’imitation poétique, la vérité relative est souvent contraire et toujours préférable à la vérité absolue »26. Mais ailleurs il fait l’apologie des artifices savants qui nous masquent l’imparfaite et souvent cruelle réalité ; ce sont ces artifices seuls qui retiennent notre attention et qui nous charment : « Le principe de tous les arts qui se proposent d’imiter la nature, est que l’imitation soit quelque chose de ressemblant, et non pas de semblable. L’imitation est donc un mensonge, soit dans le moyen, soit dans la manière dont elle fait allusion ; et ce qu’il y a de singulier, c’est que le témoignage confus que nous nous rendons à nous-mêmes que l’art nous trompe, est la cause du plaisir sensible et délicat que nous éprouvons à être trompés. Il doit donc y avoir dans l’imitation une ressemblance, afin que l’ame y soit trompée ; mais il doit y avoir en même temps une différence sensible, afin que l’ame s’aperçoive et jouisse confusément de son erreur. Ce n’est pas que la nature même, présentée sur un théâtre avec toute sa vérité, comme dans les combats de gladiateurs ou d’animaux, ne pût faire une sorte de plaisir, si en elle-même elle étoit assez belle et assez touchante ; mais ce plaisir seroit l’effet direct de la réalité, et non l’effet de la surprise que l’art nous cause quand nous admirons son adresse, et que, semblable à Galathée, elle se cache, et se laisse apercevoir encore en se cachant. Alternativement savoir et oublier que l’imitation est un artifice ; sentir à chaque instant le mérite de l’art, en le prenant pour la nature ; jouir par sentiment des apparences de la vérité, et par réflexion des charmes du mensonge : voilà le composé réel, quoiqu’ineffable, du plaisir que nous font les arts d’imitation »27.

  • 28 . Abbé Mallet, Principes pour la Lecture des Poëtes, T. I, p. 37.
  • 29 . Cité par Aristippe, p. 237.

14À lire ces lignes, on est bien obligé de reconnaître que Marmontel est un très remarquable esthéticien, et on admire son talent d’analyste ainsi que la subtilité de son intelligence, même si l’on ne partage pas complètement ses vues. Il ne craint pas de désigner les choses par leur nom, et les mots ne lui font pas peur. D’autres, comme l’abbé Mallet28, ont aussi parlé de ce ”cond vrai” que recherche la poésie et sans lequel elle tomberait dans la bassesse. Sauf J.-J. Rousseau et les préromantiques qui ont subi son influence, l’opinion des critiques du xviiie siècle est unanime à cet égard. Le grand débat ouvert sur la primauté de la nature ou de l’art se termine presque toujours au bénéfice de celui-ci, même chez Diderot, dans le Paradoxe sur le Comédien, même chez Grimm, dont les lignes suivantes viennent appuyer ce qu’a écrit Marmontel : « D’un autre côté, a-t-il dit29, la confidence du mensonge, établie entre l’artiste et son spectateur, donne aux ouvrages de l’art cet attrait secret et piquant qui séduit et qui enchante ; et ce n’est pas la chose elle-même qu’on désire voir, mais l’imitation la plus vraie et la plus heureuse de cette chose, sans quoi il faudrait envoyer une belle statue de l’atelier de Praxitèle à celui d’Apelles, pour lui donner des carnations et les vives couleurs de la déesse de la beauté ; car enfin il n’est pas douteux qu’une statue coloriée ne soit pas plus près de la nature qu’un bloc de marbre blanc qui ne tient la vie que du génie du statuaire ». Mais ces théories ont une fâcheuse influence sur l’idée qu’on se fait de la poésie ; elles lui enlèvent son élan et sa spontanéité ; elles tendent à faire d’elle un exercice qui procède surtout de l’intelligence, mais qui n’a presque rien à voir avec la sensibilité et l’émotion, celles-ci trop peu soumises au contrôle de l’esprit et de la raison. On va pouvoir s’en rendre compte.

Notes

1 . E. Faguet, Histoire de la Poésie française, T. VI, p. 13. Il est vrai qu’il a dit exactement le contraire ailleurs : « La poësie est une espèce de musique, il faut l’entendre pour en juger » (Lettres philosophiques, XXII, éd. Lanson, p. 134).

2 Au mot ”Opéra”.

3 . T. I, p. ix.

4 . Abbé Trublet, T. IV, p. 217-218.

5 . Précis des Lois du goût, p. 216.

6 . Encyclopédie, au mot ”Poème” ; Hardion (T. III, p. 10) ne dit pas autre chose : « La poësie, observe-t-il, imite par des paroles mesurées et tellement arrangées qu’il en résulte une harmonie conforme aux objets, aux passions, aux mœurs, aux sentiments qu’elle a l’intention d’imiter ».

7 . Aristippe, p. 236.

8 . F.M.A.D.M.D.B.D., p. 2.

9 . Hardion, T. III, p. 14.

10 . Encyclopédie, au mot ”Poësie”.

11 . Aristippe, p. 240.

12 . T. II, p. 64.

13 . F.M.A.D.M.D.B.D., p. 12.

14 . Abbé Mallet, Principes pour la Lecture des Poëtes, T. I, p. 37 ; cf. T. II, p. 3-4.

15 . Cette citation que fait l’abbé Mallet est empruntée à une Lettre insérée dans le Cours de Peinture de Piles.

16 . Domairon, p. 21.

17 . R. Bray, p. 156.

18 18. La Motte, Réflexions sur la critique (1719) – Œuvres, T. III, p. 199. P. Dupont (Houdar de la Motte, p. 231) a relevé comme il convenait l’importance de ce passage.

19 . La valeur de l’artiste se révèle par la qualité de ses imitations, par l’adresse et l’intelligence qu’il y déploie. Loin de s’y montrer servile, il doit tout mettre en œuvre pour y donner la preuve de son originalité et de son goût. « La bonne imitation est une continuelle invention, déclare L. Racine. Il faut, pour ainsi dire, se transformer en son modèle, embellir ses pensées et, par le tour qu’on leur donne, se les approprier, enrichir ce qu’on lui prend, et lui laisser ce qu’on ne peut enrichir. » (Dissertation sur l’utilité de l’Imitation, p. 240).

20 . Abbé Fragnier, Dissertation sur l’Eglogue, p. 129.

21 . La Motte, Discours sur l’Eglogue, T. III, p. 302.

22 . Abbé Batteux, Principes de Littérature, T. I, p. 51. Plus loin (ibid., p. 94), il pose cet axiome : « Les arts sont l’imitation de la belle nature ».

23 . Abbé Mallet, Principes pour la Lecture des Poëtes, T. I, p. 37.

24 . Domairon, p. 21.

25 . Abbé Batteux, Principes de Littérature, T. I, p. 43.

26 . Marmontel, Eléments de Littérature, au mot ”Vérité relative”, T. VI, p. 449.

27 . Idem, ibid., au mot ”Récitatif”, T. VI, p. 2.

28 . Abbé Mallet, Principes pour la Lecture des Poëtes, T. I, p. 37.

29 . Cité par Aristippe, p. 237.

© Presses universitaires de Provence, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter