Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Évolution littéraire d'Aleksandr Grin

 | 
Paul Castaing

Annexes

Annexe I. Alexandr Grin et la critique littéraire : K. Paustovskij et A. Grin

Texte intégral

K. Paustovskij et A. Grin

1En 1932, A. Grin se mourait à Staryj Krym dans la solitude. À la gêne matérielle, à la misère physique venait s’ajouter la malveillance des représentants officiels de la littérature soviétique. Pour la première fois peut-être, Grin ressentit douloureusement son isolement. Dans sa détresse, il se plaignait d’être abandonné de tous ses confrères écrivains. Après sa mort, la conspiration du silence fut organisée pendant quelque vingt ans autour de son nom. Pourtant, durant cette période où l’on tentait, pour des raisons idéologiques, d’étouffer la voix du réprouvé, un jeune écrivain, Paustovskij, fit preuve, pour sauver son œuvre de l’oubli, d’un remarquable courage.

  • 1 Voici, par années, les principales publications de Paustovskij concernant Grin :
    1936 Skazočnik (oč (...)

2C’est à Paustovskij que l’on doit la réhabilitation officielle de Grin. Inlassablement, à partir de 1936, dans des articles, des études, des conférences et jusque dans son œuvre littéraire (où Grin — nous le verrons — devient un personnage romancé), Paustovskij défend avec ardeur la mémoire de Grin1. Une telle marque de fidélité était particulièrement méritoire à une époque où la critique ne manquait pas, au nom d’un réalisme socialiste dogmatique, de vilipender cette admiration inavouable et de confondre souvent dans une réprobation indignée (assortie parfois de menaces) le “chevalier du Rêve” récemment disparu, avec son fougueux avocat.

  • 2 Paustovskij prend soin de préciser l’édition, ce qui permet de dater exactement cette “découverte” (...)
  • 3 Provody učebnogo korablja, op. cit.
  • 4 Skažocnik, op. cit.

3Dans La rose d’or, Paustovskij raconte avec quelle intense émotion il découvrit, dans sa jeunesse, quelques nouvelles de Grin, parmi lesquelles Des bateaux à Liss2. Cette lecture devait laisser en lui une trace ineffaçable. Quelques années plus tard, en 1924, il rencontre l’écrivain dans les locaux de la rédaction du journal moscovite Na Vahte. “Je le vis alors pour la première et la dernière fois. Je le regardais comme si venait [...] d’apparaître le capitaine du Vaisseau fantôme ou Stevenson en personne”. Il n’ose approcher ce personnage de légende. “Je me taisais. Et pourtant, j’avais terriblement envie de lui dire combien il avait enchanté ma jeunesse par le vol gracieux de son imagination, quels pays féeriques fleurissaient dans ses récits sans jamais défleurir, quels océans sur des milliers de milles scintillaient et grondaient, berçant de leur rumeur les jeunes cœurs impavides”3. Cet émerveillement juvénile, Paustovskij le ressentira toute sa vie. Pour lui, Grin restera toujours un magicien capable, par les sortilèges de son art, de griser le lecteur aussi bien qu’une coupe de vin. Il a de son œuvre plutôt une perception sentimentale et même sensuelle qu’une appréciation intellectuelle. Il éprouve un “vertige”, une “ivresse” à respirer avec l’odeur épicée des ports de Liss ou de Zurbagan, le vent embaumé de l’Aventure. Dans son esprit, Grin est entièrement lié à la mer. Il le baptise “poète des lagunes et des ports”4 et l’associe volontiers aux “levantins”, ces écrivains du Sud qu’il évoque dans La mer Noire ou Le récit de ma vie et dont le berceau commun fut le port d’Odessa.

  • 5 Oleša Ju, Pis’mo pisatelju Paustovskomu Lit. gazeta, 26 août 1937.
    Soluhin V, Dobrota in S liričesk (...)

4Ne nous étonnons pas que les premiers essais littéraires de Paustovskij portent la marque de l’influence de Grin. Des écrivains, des critiques ont noté cette filiation. Olesa par exemple, dès 1937 ou, plus récemment, Šklovskij et Solouhin5. Parmi les récits de jeunesse qui révèlent le mieux cette influence, nous citerons Les blancs nuages (1920). En voici rapidement le thème : Egorov est possédé par la soif de l’aventure. Il veut retrouver le pays “des blancs nuages” dont l’évocation par un grand-père poète avait bercé son enfance. Devenu marin, il est déçu par la monotonie prosaïque de son existence. Le port d’Odessa avec ses “escaliers lugubres”, ses “ténèbres humides”, ses “petits matins pluvieux” distille la tristesse et l’ennui. Malade, Egorov fait un rêve. Or, dans son rêve, il retrouve sa “vraie patrie”, le “pays des blancs nuages”. Il lui apparaît sous l’aspect d’un port tropical. Partout, dans les ruelles, sur les places, sur les terrasses sont suspendues des lanternes multicolores. Aux balcons, des perroquets rouges mêlent leurs cris à ceux d’une foule en liesse où se côtoient nègres et Chinois. Sur les quais, le long de palais de marbre déambulent les capitaines au long cours tout chamarrés d’or. Les couleurs criardes, le bruit, l’odeur violente des cales, les parfums capiteux d’une végétation exubérante lui tournent la tête, le miracle de la mer s’accomplit. Dans cette ambiance de carnaval, Egorov — devenu Parnel’ — découvre Mary, incarnation de l’éternel féminin, symbole d’amour et de beauté.

5Si nous nous attardons sur ce récit, c’est qu’à notre avis, mieux qu’aucun commentaire, il montre ce que Paustovskij a retenu de sa lecture de Grin : l’appel exotique et surtout le conflit entre la vie rêvée (ici le mythe voluptueux du pays “aux blancs nuages”) et la vie réelle (la grisaille malsaine et déprimante d’Odessa). Ce conflit trouve une solution éphémère et illusoire dans le refus de la réalité.

  • 6 L’expression est empruntée au critique A. Roskin, auteur d’une étude sur Paustovskij intitulée Put (...)
  • 7 Le caractère autobiographique du récit Morskaja privivka nous est confirmé par le passage suivant (...)
  • 8 Dans Kolhida (chapitre Dikaja koška), on trouve l’expression : socialisticeskije tropiki (des trop (...)

6La critique des années 30 était donc fondée dans une certaine mesure à soupçonner l’avocat de Grin de plaider sa propre cause. Pourtant, dès cette époque, Paustovskij change sa manière littéraire. Il est difficile de déterminer exactement la date de rupture avec la “période grinienne”. Les critiques ne sont pas tous d’accord sur ce point. Certains décèlent encore dans Les nuages étincelants (1928) et même dans La Colchide (1934) ou La mer Noire (1936) des “rechutes” d’influence grinienne. Mais, en général, ils admettent que Paustovskij a trouvé sa route “en quittant le pays de Grin”6. Paustovskij lui-même reconnaît que l’exotisme fut pour lui une maladie de jeunesse, maladie quelque peu honteuse, convient-il. Dans Fragments de pensées, il raconte son chemin de Damas, c’est-à-dire comment il eut la révélation de la beauté véritable : celle de la réalité. Il comprit alors qu’aucune création imaginaire — si colorée qu’elle fût — ne pouvait se comparer à la magnificence du monde réel. Dès 1935, il avait inséré cet épisode dans un récit fortement autobiographque Morskaja privivka7. Bref, Paustovskij, conjurant les sortilèges griniens, trouve sa voie en polémiquant avec le Grin de sa jeunesse, c’est-à-dire avec lui-même. Quelques récits illustrent bien ce changement. Dans Étiquettes pour produits coloniaux (1924), le petit Juif Josif Šiffrit, touché par le virus de l’exotisme, rêve de fuir son village de Kleck dans la région de Minsk. “Les noms de Séville, Los Angeles, Guadarrama lui montaient à la tête comme la vodka”. Aveuglé par sa passion, il entraîne sa famille dans de folles errances à travers les ports de la mer Noire. Sa femme, puis sa petite fille meurent, victimes de son obsession. Alors, désespéré, il reconnaît qu’il n’a été qu’un “stupide rêveur” (“glupyj fantazër”). Dans Canicule (1928) et d’autres récits, il démythifie les pays exotiques (Afrique, Extrême-Orient ou Amérique du Sud) qu’il présente comme des enfers de “fièvres, de mort noire et d’exploitation de l’homme par l’homme”. Cela ne signifie pas du reste que Paustovskij ait renoncé définitivement à son goût pour les paysages chauds et colorés, mais il se fait désormais le chantre de ce qu’on pourrait appeler un exotisme national où seront célébrées les beautés naturelles de la Russie et des républiques soviétiques. Son nouveau héros ne sera pas un nostalgique, un chasseur de mirages, mais un lutteur, un ingénieur enthousiaste qui œuvre pour ses compatriotes : Mironov, dans Fièvre (1924), Otto Teneberg, dans Docks du café (Kofejnaja gavan’ 1926), Gabunja, dans La Colchide, par exemple. Ils établissent des plans pour transformer par irrigation les terres arides du Sud en paradis tropical où fleuriront les orangers, où pousseront le café et la canne à sucre. Ils veulent acclimater les magnolias sur les bords du golfe de Finlande. Production, révolution et exotisme sont habilement conciliés. En respectant les exigences de l’idéologie officielle, Paustovskij peut donner libre cours à son rêve secret. La formule que l’on trouve dans Fièvre lui servira désormais de sauf-conduit : “La Russie est le seul pays de légende sur la Terre”8.

  • 9 Poterjannyj den’, op. cit.
  • 10 Cité par Levickij dans son livre : K. Paustovskij, Mosk. pisatel’ M. 1963, p. 35.

7Etant donné sa nouvelle orientation, il fallait bien que Paustovskij malgré sa profonde sympathie pour Grin, assortît ses louanges de quelques réserves. Aussi déplore-t-il cette négation obstinée et désespérée de la réalité. Il eût été si simple d’ouvrir les yeux ! Grin aurait alors compris que dans la Russie socialiste son rêve devenait réalité : “Le soleil qui chauffe ses bateaux n’était pas notre vrai soleil. Il ressemblait davantage à une boule de verre emplie de vapeur dorée”9 ou, plus explicitement : “Si Grin avait appliqué son imagination frénétique et son talent à la vie véritable — celle qui est comme celle qui doit être — sans doute serait-il au rang des écrivains dont l’humanité entière prononce le nom avec amour”10. En somme, Paustovskij regrette que Grin n’ait pas suivi sa propre évolution en mettant son imagination au service du bonheur présent et futur de ses contemporains.

  • 11 Skazočnik, op. cit. “Seulement dans ses dernières années, à la veille de sa mort, dans les paroles (...)
  • 12 Žisn’ Grina et Skazočnik, op. cit.
  • 13 La description de Gart dans Čërnoe more correspond parfois mot pour mot à celle que Paustovskij do (...)
  • 14 Un personnage portant le nom de Gart existe déjà dans le récit Lihoradka (1924). Il est le capitai (...)

8Ayant ainsi consenti quelques habiles concessions à l’accusation (la critique sociologique des années 30-40), Paustovskij ne renonce pas pour autant à soutenir la cause de Grin. Il avance l’hypothèse que l’écrivain, détourné provisoirement de la réalité par des conditions d’existence inhumaines, n’a pas eu le temps de se réconcilier avec la vie. D’ailleurs, il note dans ses derniers récits une tendance au réalisme11. Il souligne que Grin, avant sa mort, éprouvait “une forte attirance nostalgique pour ses semblables, ce qui ne lui était jamais arrivé auparavant”12. Pour illustrer sa thèse, il imagine un curieux personnage de littérature fiction, Gart, qui tient à la fois de Paustovskij et de Grin. Il est (par son physique, son caractère, les traits généraux de son œuvre) l’écrivain Grin13, auquel Paustovskij, par un étrange phénomène de mimétisme littéraire, prête justement sa propre évolution. Il le soumet à cette métamorphose que la RAPP exigeait en vain de Grin dans les dernières années de sa vie et à laquelle Paustovskij s’était, pour sa part, si consciencieusement appliqué. Ce caractère hybride du personnage se révèle nettement lorsqu’on étudie sa genèse. Il apparaît dans le cycle de nouvelles La mer Noire — 193614, à l’époque précisément où Paustovskij écrit le récit autobiographique Morskaja privivka (1935). Or, Gart de La mer Noire et l’écrivain de Morskaja privivka présentent des ressemblances évidentes. Leur monde imaginaire, leur solitude, leur désarroi intérieur, leur physique même et jusqu’à l’environnement géographique et humain dans lequel ils évoluent sont identiques. Tous deux reçoivent la révélation salvatrice du monde réel grâce au contact fraternel de gens simples qui entreprennent de les guérir. Le personnage de Dymcenko par exemple, le vieux pêcheur révolutionnaire, est commun aux deux œuvres. Gart, après métamorphose, devient un héros typique de Paustovskij deuxième manière. “Je n’éprouve plus d’intérêt pour l’imaginaire, déclare-t-il, puis il écrit une nouvelle pour attirer l’attention sur un procédé mis au point par son ami, le météorologue Junge, et destiné à anéantir le terrible bora, fléau de Novorossiisk. Même sujet, mêmes personnages principaux (Gart, Junge, Dymcenko) avec quelques variantes dans la pièce Des cœurs simples (1940). Gart, réconcilié avec sa patrie et ses semblables, écrit, au dernier acte, un nouveau récit : “Un marin bourlinguait par le monde à la recherche de sa blague à tabac. Les forêts séculaires succédaient aux océans, les déserts aux forêts, les montagnes sauvages aux déserts, les cités bruyantes aux montagnes, la blague à tabac restait introuvable, et, sans elle, cet original ne pouvait vivre. Personne ne pouvait l’aider à découvrir le précieux objet. Or, voilà qu’une petite écolière conseilla au marin de revenir chez lui et de vérifier s’il n’avait pas oublié sa blague à tabac sur le banc où il déposait ses vêtements avant de dormir. Revenu chez lui, le marin retrouva sa blague à tabac”.

9Le symbole est clair. Dans cette confession, Gart reconnaît s’être longtemps égaré dans les impasses tortueuses de son imagination alors qu’autour de lui s’épanouissait le monde juste, beau et chaleureux après lequel il languissait.

10Si l’on en croit Paustovskij, Grin, avec le temps, se serait donc conformé aux critères littéraires définis par les instances officielles. Malgré cette hypothèse audacieuse et, d’autre part, en dépit de diverses tentatives pour faire admettre l’utilité du rêve, du lyrisme, du romantisme en général dans la société socialiste, Paustovskij ne put dissimuler les graves insuffisances de l’héritage laissé par Grin. L’avocat plaide coupable. Et même si, en fin de compte, il gagne son procès (Grin, grâce à ses nombreuses interventions est ressorti de l’ombre), il a néanmoins imposé de lui l’image d’un artiste inachevé et qui n’avait jamais atteint sa majorité.

  • 15 Grin (Gart) ou ses personnages sont souvent chez Paustovskij associés à l’idée d’enfance et de jeu (...)

11Étant donné le prestige de Paustovskij et l’autorité qu’on lui reconnaît en matière d’études griniennes, son jugement (subjectif au point qu’il se confondait lui-même avec la représentation qu’il se faisait de Grin) risquait de porter un préjudice considérable à la véritable personnalité de l’écrivain. Une nouvelle légende allait-elle altérer son image ? C’est ce qui se produisit. La critique des années 50-60 emboîtant le pas à Paustovskij — trop souvent sans examen préalable approfondi — nous brosse le portrait, généralement bienveillant, parfois même enthousiaste, d’un éternel adolescent, d’un rêveur impénitent un peu anachronique dont les livres d’aventures, poétiques certes et pleins d’impulsions généreuses restent obstinément fermés aux graves problèmes qui préoccupent nos contemporains. Grin est alors condamné à la “Detgiz” (éditions enfantines15 d’où il a — de nos jours encore — bien du mal à s’évader).

12Il nous paraît indispensable de dépasser l’analyse de Paustovskij. Analyse d’ailleurs n’est pas ici le mot qui convient. En artiste, il a admirablement ressenti un aspect authentique et original de l’œuvre de Grin, sensible surtout dans les récits de jeunesse : la poésie de l’exotisme engendré par une certaine forme de révolte contre la réalité. Il a, par dessus tout, vibré au lyrisme de Grin, il a partagé sa soif de pureté et d’absolu et cédé au charme de son imagination. Ces traits trouvaient en lui un écho profond. Or, l’époque où Paustovskij, sous la bannière du rêve, est entré dans les lettres soviétiques n’était pas particulièrement favorable aux idéalistes. La solidarité qui l’a porté vers Grin était de celles qui unissent les réprouvés. Faire admettre le romantisme de Grin était une victoire dont il ne pouvait que bénéficier lui-même. Cette remarque n’enlève rien au courage qu’il a manifesté du reste dans d’autres circonstances.

13Mais la vision qu’il a eue de Grin est sommaire et bien incomplète. Tout se passe comme si Paustovskij s’en était définitivement tenu à sa première impression de jeunesse (or, au moment de cette révélation, Grin était loin d’avoir donné le meilleur de lui-même !), comme si, au cours des années, il n’avait rien remarqué de l’ascension de l’écrivain qui, de roman en roman, dévoilait aux lecteurs une vision du monde toujours plus élaborée. Grin, pour lui, restait prisonnier d’un décor. Or, des grands romans de la maturité se dégage toute une philosophie qu’il ignore. Paustovskij laisse entendre que Grin n’a pas dépassé le stade de ses propres égarements d’adolescent. Il le juge irréaliste avec sa prétention de refaire le monde en rêvant. Il lui reproche de ne pas avoir transformé son “rêve” en programme social. En fait, toute une dimension de Grin lui échappe. Leur conception du “rêve” est fondamentalement différente. De là vient le malentendu. Certes ; la foi en l’homme est égale chez les deux écrivains. Mais, à l’humanisme extraverti de Paustovskij qui se propose de faire le bonheur de l’homme en transformant ses conditions de vie politiques, sociales et géographiques s’oppose, chez Grin, un humanisme introverti tendant à refaire l’homme par ce cheminement intérieur qui est seul de nature à l’épanouir.

14Non seulement Grin ne croyait pas aux bienfaits de la révolution sociale, mais, à en juger par certaines œuvres, il semblait la considérer comme un égarement. Les voies du bonheur selon lui sont individuelles et non collectives. Son héros se révèle dans le conflit qui l’oppose à ses semblables. Par cette épreuve nécessaire, il prend conscience de son identité et s’engage sur la route périlleuse du progrès intérieur. D’où la tonalité inquiète et quasi dramatique de son œuvre.

  • 16 Dans son article sur Grin publié en 1935, le critique M. Levidov (Lit. gazeta, 15 février 1935) dé (...)

15Les récits de Paustovskij, au contraire, sont généralement teintés d’optimisme. Dans La mer Noire, la passion du lieutenant Smidt, ce Christ de l’ère moderne, semble annoncer l’avènement de la fraternité sur terre. Pour les héros de Paustovskij, le souverain bien réside dans une harmonie avec le monde environnant, harmonie qui s’établit naturellement dans les conditions sociales nouvelles créées par la Révolution d’Octobre16.

16Ainsi, au-delà des apparences, deux philosophies inconciliables se heurtent. Pour avoir — peut-être involontairement — ignoré celle que contient le message de Grin, Paustovskij a mutilé la portée et la signification de son œuvre. Sans doute, grâce à lui, Grin est sorti de l’ombre, mais il reste, maintenant, à lui redonner son vrai visage.

Notes

1 Voici, par années, les principales publications de Paustovskij concernant Grin :
1936 Skazočnik (očerk) Lit. gazeta 5 janvier 1936.
Čërnoe more, God XII, Al’manah 9 M, 1936 pp. 148-303. Dans cette œuvre, l’on retrouve l’essai précédent Skazočnik sous le même titre.
1937 Poterjannyj den’, Znamja n° 6, 1937, p. 31.
1939 Žizn’Grina, in Grin Zolotaja cep’, Avt. povest’, Sov. pisatel’ M. 1939 pp. 3-23. Cette étude sert d’introduction à sept volumes d’œuvres choisies de Grin publiées entre 1956 et 1964.
1940 Vstupitel’naja stat’ja in Grin A. Rasskazy Detgiz M. 1940. Prostye Serdca (p’esa v 4-h dejstvi-jah i 6 i kartinah) Gosizdat, Iskusskvo M-L 1940. Adaptation théâtrale de la nouvelle Čërnoe more.
1946 Rasskaz, kаl Žanr hudozestvennoj literatury (22 mars 1946, conférence prononcée devant l’Union des écrivains), publiée post mortem in Novyj mir 1970, n° 4 sous le titre K.Paustovskij : Iz raznyh let.
1948 Vospominanija о Kryme, in K. Paustovskij : Krymskie rasskazy, Simferopol’ 1948, pp. 3-5.
1955-1964 A. Grin in Zolotaja roza.
1957 Vmeste predislovija in Sobr. cočinenij v 6, i tomah M. 1957 t.I p. 13.
Potok žizni, Zametki о proze Kuprina.
1959 Volšebnik, Predislovie k A.Grin Alye parusa Gosizdat det. lit. USSR Kiev, 1959.
1960 K rasskazu Elda i Antogeja, Komsomol’skaja pravda, 17 janvier 60 (voskr. prilozenie).
1963 Provody učebnogo korablja, Novyj mir, 1963 n° 10.
1964 Arhangel’skie nahodki. Lit. gazeta, 29 août 1964.
1965 Posleslovie in Grin : Alye Parusa M. Detgiz Bib. Prikl’učenij 1965.

2 Paustovskij prend soin de préciser l’édition, ce qui permet de dater exactement cette “découverte”. Il s’agit d’un recueil de nouvelles paru en 1916 sous le titre Sinij kaskad Telluri, Plemja Siurg, Universal’naja biblioteka, n° 1142, Paustovskij avait alors vingt-quatre ans.

3 Provody učebnogo korablja, op. cit.

4 Skažocnik, op. cit.

5 Oleša Ju, Pis’mo pisatelju Paustovskomu Lit. gazeta, 26 août 1937.
Soluhin V, Dobrota in S liričeskih posicij M. 1965, p. 46.
Sklovskij V, Ščastie otkryvat’ mir, Izvestija 16 février 1965 et
Kapitan dal’nego plavanija. Lit. Rossija 26 mai 1967.

6 L’expression est empruntée au critique A. Roskin, auteur d’une étude sur Paustovskij intitulée Putešestvie iz strany Grina (Lit. Kritik n° 5,1938, pp. 167-187). Il est certain que cette influence se retrouve jusque dans l’emploi des métaphores. Dans Morskaja privivka, on lit à propos d’une femme : ulybka napomilana vnesapnyj blesk, métaphore typiquement grinienne.

7 Le caractère autobiographique du récit Morskaja privivka nous est confirmé par le passage suivant extrait de Neskol’ko otryvoenyh myslej (in Sobranie soe v 8-i tomah, 1967, t. I, pp. 5-18). “Ce n’est pas sans lutte intérieure que j’ai rompu avec l’exotisme pur. J’ai écrit là-dessus un récit intitulé Morskaja privivka”.

À propos de son engouement puis de sa désaffection pour l’exotisme, lire aussi Povest’ o zizni, en particulier, dans le livre III, les chapitres Getman naš bosiackij et O Firinke, vodoprovode i melkih opasnostjah.

8 Dans Kolhida (chapitre Dikaja koška), on trouve l’expression : socialisticeskije tropiki (des tropiques socialistes).

9 Poterjannyj den’, op. cit.

10 Cité par Levickij dans son livre : K. Paustovskij, Mosk. pisatel’ M. 1963, p. 35.

11 Skazočnik, op. cit. “Seulement dans ses dernières années, à la veille de sa mort, dans les paroles et les récits de Grin, apparurent les prémices annonciatrices d’un rapprochement vers la réalité”, et Žizn’ Grina, op. cit.

12 Žisn’ Grina et Skazočnik, op. cit.

13 La description de Gart dans Čërnoe more correspond parfois mot pour mot à celle que Paustovskij donne de Grin dans Žizn’Grina.

14 Un personnage portant le nom de Gart existe déjà dans le récit Lihoradka (1924). Il est le capitaine d’une embarcation en service sur le fleuve Amazone. Cet aventurier solitaire, égoïste, qui “bâille d’ennui et d’indifférence”, retrouve un sens à la vie en aidant activement une révolte d’ouvriers. Par la suite, il émigre en Russie révolutionnaire où il peut “hisser le pavillon rouge sans avoir à s’enfuir dans une Guyane pourrie et méprisée de tous les nègres”. Il est intéressant de noter qu’à ce nom de Gart est déjà liée l’idée d’une métamorphose, d’une conversion à l’action.

15 Grin (Gart) ou ses personnages sont souvent chez Paustovskij associés à l’idée d’enfance et de jeunesse. Exemples, dans Cërnoe more, “Gart était considéré par les gamins comme leur conseiller secret”, ou encore : “Gart ne se sentait vraiment bien qu’avec les enfants. Leur conception du monde ne différait en rien de la sienne”. Dans Arhangel’skie nahodki : “J’ai souvent écrit sur Grin dans La rose d’or. M’adressant aux lecteurs, je demandais si Grin était utile à notre époque. Et je donnais moi-même une ferme réponse : “sans aucun doute, surtout à notre jeunesse”. Ces allusions, par leur fréquence, ont beaucoup contribué à établir la réputation de Grin comme d’un écrivain pour enfants. Paustovskij, en 1965, rédige encore la postface à trois romans de Grin (dont Celle qui court sur les vagues) publiés par la Detgiz dans sa série “Aventures”.

16 Dans son article sur Grin publié en 1935, le critique M. Levidov (Lit. gazeta, 15 février 1935) développe une idée chère à Paustovskij : Grin n’avait pas compris que la Révolution était en train de “grinifier” (grinizirovala) la vie. Et il ajoute : “Lisez le récit Doblest’ de Paustovskij : c’est du Grin. Dans ce récit publié en 1934, Paustovskij raconte l’histoire d’un petit garçon sauvé grâce au grand mouvement de solidarité qui unit, dans un port soviétique, tous les habitants, du dernier clochard au président du Gorsovet. En conclusion de cet édifiant apologue, un bateau anglais lance un télégramme : “Félicitons mille fois et envions marins ayant une si magnifique patrie”. Or, cette évocation en teintes pastel d’un paradis terrestre est à notre avis de l’anti-Grin. Les enfants ou adolescents qu’on trouve dans son œuvre sont souvent en butte à l’hostilité, à la brutalité des adultes. Les épreuves qu’ils subissent les rendent dignes du bonheur. (Assol’, Davenant, etc.).

© Presses universitaires de Provence, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540