Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Évolution littéraire d'Aleksandr Grin

 | 
Paul Castaing

Conclusion générale

Texte intégral

1Si l’on s’en tient strictement au parcours qui conduit l’écrivain à sa pleine maturité. — et c’est là l’objectif que se proposait le présent travail -, on peut considérer que l’essentiel du message est déjà délivré dans les trois œuvres majeures, celles que retiendra avant tout la postérité : Voiles écarlates, le Monde étincelant et Celle qui court sur les vagues. Non que d’autres écrits, contemporains ou postérieurs, ne leur soient comparables par l’invention créatrice, mais la vision du monde est désormais stabilisée et le fond du discours ne change pas. Ce sont maintenant comme des variations sur quelques thèmes de prédilection avec toutefois, dans les dernières années, une tendance plus nette à la confidence autobiographique et une coloration générale foncièrement pessimiste. Y figure notamment en bonne place le procès du progrès technique responsable, selon l’auteur, par le rythme étourdissant qu’il impose, d’anesthésier les virtualités de l’âme humaine. Esclave de sa propre ingéniosité, l’homme court le risque, par sa faute, de se métamorphoser en machine. L’opposition entre homme-robot et homme-vivant déjà esquissée dans le Monde étincelant, se précise dans la Chaîne d’or (où tout un chapitre un peu marginal par rapport à l’action — est consacré à Ksaveri, l’automate-prophète) et reçoit sa pleine expression dans le récit fantastique l’Automobile grise. Ici, le héros sombre dans le cauchemar pour avoir voulu, au prix d’un meurtre, appeler à la vie véritable — celle de l’âme, lente et contemplative — une femme de cire remarquablement belle qui, par sortilège, a usurpé toutes les apparences, adopté tous les travers de l’existence heurtée et superficielle de l’homme moderne. Une fois de plus, avec la Chaîne d’or, est dénoncée la puissance maléfique de l’argent destructeur de l’amour. Le même thème résonne encore dans Djessi et Morguiana où deux sœurs, la ténébreuse et cupide Morguiana et la lumineuse Djessi se dressent face à face comme des allégories de la haine et de l’amour. Toujours prêt au départ comme à l’affrontement, le héros grinien, à la suite de Thomas Garvej, continue de garder jalousement ses distances vis à vis de la société corruptrice. H reste cet éternel marginal tout tendu vers un Destin irréalisé qui doit le conduire, selon le cas, vers le “pays des pays”, le “pays lointain” ou le “monde étincelant”, royaumes intérieurs où s’accomplissent la rencontre et la fusion des âmes-sœurs dans une chaste communion à l’authentique Beauté. Aux couples Grej-Assol’, Drud-Tavi, Garvej-Daisy répondent ceux du nar-rateur et de Susy dans l’Attrapeur de rats, de Duroc et de Molly dans la Chaîne d’or, de Davenant et de Consuelo dans La route qui ne mène nulle part. Et, de même que la foi emprunte des chemins imprévisibles, de même cette quête de l’Inaccompli est-elle jalonnée de signes esthétiques — tableaux, mélodies, sculptures — qui surgissent, parfois dans un contexte irrationnel, au détour de l’itinéraire initiatique. L’art en effet, comme Grin le rappelle une fois encore dans son Fandango, possède une puissance magique capable d’abolir l’évidence de la matière et de projeter le héros dans un univers surréel.

2Et pourtant, dans les dernières œuvres, les portes de l’évasion semblent se refermer. La route qui ne mène nulle part est l’histoire désabusée d’un rêve piétiné, l’envers tragique des Voiles écarlates. Et, bien que le jeune Tirrej Davenant soit finalement “sauvé” sur son lit de mort par un geste rédempteur (la main d’une inconnue au cœur pur et au nom prédestiné de Consuelo se pose sur son front), on reste sous l’impression de cet ultime aveu : “O, Galeran, j’aurais pu beaucoup accomplir mais dans une contrée et au milieu d’hommes qui, peut-être, n’existent pas ”. Dans la même veine d’inspiration, la Sensitive — le tout dernier roman seulement ébauché — montre des êtres vulnérables et innocents, totalement inadaptés au monde, et qui survivent, retranchés dans un vieux fort en ruines, image du bunker moral auquel Grin condamne finalement son héros. D’où viennent cette blessure, cet aveu douloureux de l’échec, ce tableau presque complaisant du rêve écrasé par les pesanteurs du monde ? Sans doute de ce que chez Grin, comme chez d’autres tenants de l’idéalisme athée, l’homme reste à lui-même sa propre référence. Aucun principe transcendant et unificateur ne vient sublimer les conflits, effacer les antagonismes, justifier les souffrances. L’idéal ne peut jamais être concilié avec le monde trivial.

3Ce thème de l’impossible réconciliation avec le monde, tout comme les autres motifs évoqués plus haut, constituent l’ossature de ce que l’on peut appeler l’idéalisme d’A. Grin. Le terme est ici à prendre non comme système philosophique rigoureusement argumenté mais comme un courant de pensée, une approche des faits plus intuitive qu’intellectuelle qui rejette avant tout le rationalisme, le positivisme, le matérialisme. Sa principale conviction est, qu’au delà du monde sensible — celui des phénomènes apparents — existe un univers spirituel, une sur- ou trans-réalité invisible, seulement accessible aux yeux de l’âme. Cet idéalisme, dont la tradition remonte au Mythe de la Caverne, est éternel. Il a connu, au cours des temps, de nombreuses résurgences et illustrations en art comme en littérature. Le symbolisme est une de ces résurgences de même que le romantisme, un siècle plus tôt. Les grandes œuvres de Grin ont des points communs avec le symbolisme russe. Grin lui-même affirmait que le Monde étincelant était un roman symboliste. En effet, bien des arguments plaideraient en faveur d’un rattachement de Grin à cette école littéraire : même conscience farouche de la liberté souveraine de l’artiste, même conception de l’art comme recherche du mystère de l’être, même idéalisation de l’éternel féminin, même sentiment que le monde moderne urbanisé est un enfer pour l’homme. Et, pour la forme, même tendance à l’allégorie, même recherche de la métaphore. Pourtant, trop de traits séparent par ailleurs Grin des symbolistes pour que l’on puisse se risquer à une complète assimilation. D’abord, et bien que Grin ait eu des contacts personnels avec les poètes contemporains : Blok, Brjussov, Sologub, qu’il les ait pratiqués et souvent admirés (il aimait à déclamer des poèmes de Blok, rendait hommage à Sologub, à l’occasion pastichait Bal’mont, adressait à Brjussov des “cher Maître” un peu solennels, puisait aux mêmes sources littéraires, l’œuvre de Poe entre autres), il n’a jamais collaboré à leurs publications, jamais fréquenté leurs cénacles. Il est vrai que son œuvre a mûri à l’époque où l’école symboliste se désagrégeait, mais aussi, et ce point est important, il lui manquait cette hérédité intellectuelle, cette culture universelle, cette érudition même qui faisaient des symbolistes russes des aristocrates de l’esprit. Malgré sa boulimie de lecture, il restait un autodidacte, prisonnier de ses origines plébéiennes et de son passé de vagabond. Au demeurant, il était réfractaire à toute exaltation mystique et sans doute agacé par le flirt imprudent de bien des symbolistes avec la révolution. La révolution, il la connaissait pour lui avoir naguère payé tribut, elle n’était pour lui ni un mythe ni une construction mentale et la rupture avait été totale. Pour ces raisons, et même s’il se situe dans la mouvance du symbolisme, Grin ne peut être rattaché entièrement à cette école. Par contre, et c’est l’idée qui a guidé ce travail, il est digne d’être considéré comme un représentant majeur, comme un maître de la prose idéaliste dans la littérature russe où la veine idéaliste a surtout été illustrée par des poètes. En remontant dans le passé, il est intéressant de relever sinon une filiation directe — du moins des affinités entre Grin et V. Odoevskij, une des figures de proue de la génération romantique. Un récit comme la Sylphide, écrit en 1837, présente plus d’une analogie avec des situations et des caractères typiquement griniens. Grin a non seulement perpétué la tradition de l’idéalisme littéraire, mais il l’a fait, sans aucune concession ni compromission, dans un contexte politique et idéologique devenu redoutablement hostile. N’est-il pas remarquable que les pages les plus significatives de son message aient été écrites et publiées en Russie dans les années mêmes où, l’un après l’autre, les penseurs et écrivains idéalistes étaient condamnés au bannissement ? Rien qu’à ce titre, Grin mérite mieux que la place insignifiante qui lui est dévolue dans leurs études par les historiens de la littérature. Et même si son œuvre, prise dans son ensemble, est inégale, une fois ramenée à l’essentiel et débarrassée de toutes les interprétations partisanes dont elle a fait l’objet, elle constitue, pour les lettres russes, un phénomène incontournable.

4Déjà, en 1915, dans une nouvelle au titre prémonitoire : l’Assassinat d’un romantique, Grin imaginait qu’en 1985 de terribles “zélateurs de la simplicité”, achèveraient, au nom du “progrès”, de massacrer les derniers poètes. Bien que mort en 1932, l’écrivain a eu le temps de voir sa prophétie en bonne voie de réalisation. Or, toute son œuvre appelle à la résistance, elle affirme le droit de chacun à un destin individuel, fût-ce au prix d’un conflit avec la société. Bien plus que l’exotisme de ses décors, c’est cette défense de la personne, entité spirituelle irréductible au collectif, qui a valu à Grin, dans la Russie stalinienne, sa disgrâce officielle mais aussi — il faut le souligner — sa popularité jamais démentie auprès du lecteur.

© Presses universitaires de Provence, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540