Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Évolution littéraire d'Aleksandr Grin

 | 
Paul Castaing

Deuxième partie. Vers l'idéalisme (1914-1920)

Conclusion de la seconde partie

Texte intégral

1La période que nous venons d’étudier est celle des miniatures et des brefs récits. Durant les années 1914-1920 la production de Grin, abondante, inégale dans sa qualité, déconcerte d’abord par la diversité des thèmes abordés, des genres représentés. On y trouve pêle-mêle des reportages, des pamphlets, des pastiches, des poésies, des récits d’imagination pure, des allégories moralisatrices, des méditations philosophiques, des réflexions sur l’Art. Cette profusion pourrait être la marque d’une pensée brouillonne qui se cherche sans se trouver. Il n’en est rien, car, entre Le tireur de Zurbagan (1913), apologie du surhomme, et Voiles écarlates (1918-1920), poème sur le dialogue des âmes, Grin a parcouru une route décisive. Nous avons tenté de retrouver, dans la matière littéraire foisonnante qui séparent ces deux récits, le cheminement qui a conduit notre auteur de la “décadence vulgaire” à un idéalisme sans mélange.

2L’histoire qui s’abat sur la Russie comme un cyclone, semble jouer dans l’évolution de la pensée de Grin le rôle d’un révélateur. C’est l’épreuve de vérité. Les tendances profondes, originales, authentiques sont accusées, soulignées, tous les emprunts artificiels, balayés. La guerre — holocauste révoltant —, la Révolution — avènement du Mufle-roi — sont perçues comme d’éclatantes et cruelles démonstrations de l’hypothèse initiale. Elles confirment Grin dans sa méfiance vis-à-vis de la Société, le poussant à se retrancher dans un individualisme encore plus farouche. Par contre, l’expérience vécue de la violence lui révèle le mensonge d’un nietzschéanisme vulgaire et le détourne définitivement de la tentation du “surhomme”. La misère, les souffrances physiques et morales, la solitude imposées aux individus au nom d’une justice et d’un bonheur collectifs illusoires font sortir ses personnages de leur citadelle d’orgueil : ils ont soif désormais de chaleur humaine. Alors apparaît l’image du chevalier qui chasse le personnage de “l’homme à l’étui”. Egoïsme, appétit de puissance, violence, tous ces fruits empoisonnés de la “décadence vulgaire” tombaient ainsi un à un, secoués par le vent de l’Histoire.

3Cependant, la vraie révélation de ces années ne doit rien à l’actualité. Sous l’influence de diverses lectures, notamment celles d’Edgar Poe et de Maurice Maeterlinck, Grin découvre l’homme cosmique. Cette révélation libératrice, riche d’espoir, remplace maintenant la conception périmée, déprimante de l’homme social. La condition humaine doit être vécue à l’échelle d’un Univers énorme et mystérieux où règne le Destin. La surréalité existe pour les âmes subtiles, délivrées des chaînes de l’intelligence conceptuelle. Le héros de Grin se spiritualise, s’affine, tout tendu vers la perception des voix de l’inconnu.

4Ainsi peuvent être hissées les magnifiques Voiles écarlates. Elles marquent une escale essentielle sur la route vers l’idéalisme. Dans cette symphonie résonnent déjà les thèmes nouveaux, ceux qui formeront la trame des grandes œuvres des années 20.

5Jamais Grin n’avait été si proche, ni par l’inspiration, ni même par la forme, de la grande tradition du symbolisme russe.

© Presses universitaires de Provence, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540