Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Évolution littéraire d'Aleksandr Grin

 | 
Paul Castaing

Deuxième partie. Vers l'idéalisme (1914-1920)

Chapitre III. A. Grin et E. Poe

Texte intégral

1Nous voudrions ici étudier certains aspects de l’influence d’E. Poe sur l’œuvre de Grin.

  • 1 Avtobiografičeskaja povest’, Ohotnik i matros, S. S. VI, 240.

2Les rapports de Grin avec Poe peuvent être suivis sur de longues années. La première révélation a eu lieu — si l’on en croit le Récit autobiographique — vers 1890, lorsque Grin avait seulement une dizaine d’années. “Sous l’influence de Cooper, d’E. Poe, Defoe et du roman de Jules Verne : Vingt mille lieues sous les mers, je commençai à me forger un idéal de vie solitaire dans la forêt”1.

  • 2 Vospominanija ob A. Grine, op. cit., p. 170.
  • 3 Ibid., p. 164.

3Et Poe est encore une des lectures favorites de Grin au début de sa carrière d’écrivain. Sa première épouse, Vera Pavlovna, note dans ses Souvenirs : “Au cours de la première année de notre vie commune, Aleksandr Stepanovič m’offrit un petit volume d’E. Poe en me disant : “Voilà un écrivain génial !”2. Cela se passait en 1907. Vera Pavlovna précise aussi que lorsque Grin avait du mal à trouver un sujet, il relisait “des œuvres “d’aventures”, des romans fantastiques d’A. Dumas, d’E. Poe, de Stevenson, etc”, et que ces lectures “donnaient l’impulsion nécessaire à son imagination”3.

4C’est en effet dans le domaine du thème d’inspiration que l’on peut très tôt déceler une influence de Poe dans l’œuvre de Grin. Pour un écrivain qui se cherchait et qui était beaucoup plus attiré déjà par l’imaginaire et l’allégorique que par le réalisme, Poe devait apparaître comme un maître incomparable dans l’art de la construction cérébrale. De 1907 à 1914 on relève un nombre important de récit écrits sous l’impression directe d’une lecture de Poe. Cela va du pastiche à la réminiscence occasionnelle. Au titre de ces exercices de style, de ces “A la manière de...”, nous citerons par exemple : La péniche sur le canal vert (1909) où le décor conventionnel, l’atmosphère de Poe sont saisis à merveille.

  • 4 Barka na zelënom kanak, Vsemirnaja panorama, 1909, n° 27. Le récit a été republié par la suite sou (...)

5Un médecin rentre la nuit après une opération. Il s’égare dans le labyrinthe d’une banlieue populaire : “Des ruelles sombres et puantes, bordées de fabriques, de bistrots, de maisons abandonnées dont les fenêtres étaient condamnées par des planches (clouées). De rares réverbères diffusaient une clarté blafarde sur la chaussée. J’étais le seul passant, pataugeant avec mes galoches dans les flaques boueuses des trottoirs”. Dans ce décor sinistre, des gémissements s’élèvent. Une jeune fille très belle est étendue sur les pavés. Elle a été renversée par une voiture. Le médecin la transporte dans ses bras jusqu’à la péniche où elle vit avec son père. Mais ce n’était qu’un piège. On l’enferme dans une partie de la cale que l’eau commence bientôt à envahir. Suit une description de l’angoisse qu’éprouve le médecin lorsqu’il se voit condamné à une mort horrible. C’est seulement à la dernière minute qu’il trouve un orifice par où il émerge et sauve sa vie in extremis4.

  • 5 Gostinica večernih ognej, Sinij Žurnal, 1912, n° 47.

6Autre récit d’angoisse où sont utilisés quelques procédés familiers à E. Poe : L’Auberge : “Les feux du soir” (1912). Bien que le sous-titre: “Episode personnellement vécu par l’auteur” annonce un souvenir autobiographique, on reconnaît facilement l’attirail du maître américain : auberge isolée tenue par un nègre inquiétant, son maléfique d’une flûte, disparitions inexplicables, etc., etc...5.

7À des degrés divers, de nombreux récits de cette période doivent ainsi leur décor et leur ambiance générale à E. Poe. En particulier Un événement dans la rue du chien, certains chapitres du Paradis (confessions du comptable et du capitaine), quelques épisodes de L’héritage de Pik-Mik (ce dernier personnage, par son noctambulisme de principe, rappelant le Dupin de Poe) et plusieurs autres nouvelles entrant dans le recueil Histoires énigmatiques qui, ne serait-ce que par son titre, rend hommage au maître.

  • 6 Naivnyj Tussaleto, Argus, 1913, n° 8. Histoires énigmatiques (Zagadočnye istorii), Moscou, Izd. zu (...)

8Les fantaisies hollandaises et italiennes de Poe constituent un modèle particulièrement apprécié par Grin. La barrique d’Amontillado et Le masque de la mort rouge inspirent Le naïf Tussaletto. Le narrateur, selon un procédé mis en honneur par l’auteur des Histoires extraordinaires, affirme avoir retrouvé un “manuscrit du xvie siècle” : la confession d’un certain Carmillo, complice et courtisan du duc Venoro. Comme chez Poe, on retrouve une évocation stylisée de la Florence des Médicis avec cachots et vengeances, stylets et coupes de poison, palais de marbre et lourdes tentures, duc pervers et débauché6.

  • 7 Vsadnik bez golovy, Sinij Žurnal, 1913, n° 26. Как silač ganc Pihgol’c sohranil almazy gercoga Pom (...)

9La veine grotesque caractéristique du récit Le diable dans le beffroi et des Aventures sans pareille d’un certain Hans Pfaall qui ont pour théâtre une Hollande de fantaisie avec bourgeois solennels et engoncés dans leurs traditions se retrouve visiblement dans deux récits de Grin : Le Cavalier sans tête et Comment le colosse Hans Piholts sauva les diamants du duc de Pommercy. Les deux auteurs affichent la même prétention humoristique à la fidélité historique (chez Poe, il est question de médailles et d’inscriptions, chez Grin, il s’agit de parchemins du xviiie et du xlxe siècles dont un “fut retrouvé dans les papiers du peintre Goya, grand amateur de semblables documents”). Décor et acteurs sont identiques : maison de ville avec son beffroi, guet armé d’antiques rapières, bourgmestre emphatique, lieux ou personnages aux noms ridicules et parlants : chez Poe, Vondervotteimittis : “Je me demande quelle heure il est”, chez Grin, Adolph von Gottliebmuchen : “Dieu aime...”. et Valentin Mütterkind : “Le fils à sa mère”7.

  • 8 Strannoe proisšestvie na maskarade, 1914, op. cit. (à rapprocher du Masque de la mort rouge) — Zve (...)

10Citons encore pour terminer ce rapide tour d’horizon des récits portant la marque de Poe : Un étrange événement au bal masqué, Le fauve de Rochefort, Note écrite avant d’être assassiné, L’enregistrement mystérieux8. Tous ces contes se rattachent à l’œuvre de jeunesse de Grin. Après la guerre, lorsque le talent de l’écrivain se sera affirmé et qu’il aura trouvé sa voie originale, ces exercices de style disparaîtront. Son admiration pour E. Poe n’en diminuera pas pour autant. En 1917, il avoue dans la poésie L’esprit bourgeois :

  • 9 Buržuaznyj duh, Novyj Satiricon, 1917, n° 40, p. 2.

“J’aime m’asseoir auprès du feu, un Dumas dans les mains
Ou repasser dans ma mémoire les déductions de Dupin.
Dumas m’apporte l’héroïsme et la passion
Et Edgar Poe, la maîtrise de l’épouvantable”9.

  • 10 Blistajušij mir, S. S. III, 66. La démonstration de Drud-Kruks dans son étrange nacelle au meeting (...)

11Plus tard, dans des œuvres fondamentales et profondément originales comme Le monde étincelant ou L’attrapeur de rats, Grin introduira des épisodes ostensiblement inspirés par E. Poe, comme un hommage rendu, au passage, au maître tant admiré10.

12Poe a donc été pour Grin un maître à écrire. Mais dans quelle mesure a-t-il été aussi un maître à penser ? En effet les récits cités plus haut se trouvent en marge de l’inspiration générale de l’œuvre de Grin, des problèmes moraux ou philosophiques qui le préoccupent. Ils sont comme extérieurs à l’évolution de sa pensée. Mais en a-t-il toujours été ainsi ? L’influence de Poe est-elle limitée aux aspects “techniques” et n’a-t-elle jamais déteint sur la vision du monde de l’écrivain russe ?

  • 11 Zarja (Za rekoj v rumjanom svete...), Novyj žurnal dlja vseh, 1910, n° 16.

13Si l’on considère la première période (l’œuvre d’avant-guerre), une telle influence est difficilement décelable, en tout cas, extrêmement limitée. On peut cependant signaler deux poésies de Poe qui semblent, dès cette époque, avoir retenu l’attention de Grin autant par leur contenu et leur signification que par leur forme. Il s’agit, en premier lieu, de Eldorado dont on trouve l’équivalent russe : L’Aube de Grin. On y voit un chevalier du Moyen Âge, monté sur un alezan, armé de pied en cap : bouclier rouge et glaive acéré, qui marche à la rencontre du soleil levant. Va-t-il se confondre avec la gloire de l’astre naissant ? Hélas ! un pan de sa cape noire soulevée par le vent recouvre le chevalier d’une ombre11. Cette ombre de la cape — la réalité qui masque le rêve — peut être comparée à l’ombre qui tombe sur le cœur d’un autre chevalier : celui qui, chez Poe, part à la recherche de l’Eldorado :

  • 12 Eldorado (E. Poe : Poèmes, édition bilingue, José Corti, 1949, p. 177).

“Gaiement accoutré, un galant chevalier,
Au soleil et par les ténèbres ayant longtemps voyagé, chantant une chanson,
À la recherche de l’Eldorado... Mais il se fit vieux ce chevalier si hardi
Et sur son cœur une ombre tomba, comme il ne trouvait aucun endroit de la Terre
Qui ressemblât à l’Eldorado”12.

  • 13 Čelovek s čelovekom, S. S. II, 422.

14Pour Annie est une autre poésie de Poe que Grin appréciait davantage encore. Dans L’homme face à l’homme, il en fait clairement l’aveu : “Je n’aime au monde qu’un seul poète [...] et, dans son œuvre, par-dessus toute sa poésie Pour Annie”13. Effectivement, ces vers qui chantent “la femme-refuge”, celle qui guérit “de la fièvre appelé vivre” pourraient être placés en épigraphe de bien des récits de Grin de la période 1910-1913.

  • 14 E. Poe : Poèmes op. cit. p. 195.

“Elle m’embrassa tendrement,
Elle me caressa affectueusement
Et je tombai alors doucement
Endormi sur son sein,
Endormi profondément
À cause du ciel de son sein”14,

15lisons-nous dans le poème d’Edgar Poe. Et chez Grin :

  • 15 Košmar, 1,248.

“Elle m’embrassait, m’appelant de tendres noms, elle m’apaisait
Elle me caressait la tête, comme un petit gamin”15 (Un Cauchemar).

16Des situations identiques — nous l’avons vu — se retrouvent dans Elle, dans Cent verstes sur un fleuve et d’autres récits.

17Pourtant, ces deux exemples (qui constituent une preuve supplémentaire de l’intérêt de Grin pour l’œuvre de Poe) ne permettent pas de parler d’une identique perception du monde.

  • 16 Vospominanija ob A. Crine, op. cit., p. 398. Les œuvres de Poe paraissaient sous la direction du p (...)

18C’est après la parution en 1912 aux éditions Scorpion de l’œuvre complète de Poe que Grin accède à la connaissance du génie de l’écrivain américain, dans toute sa profondeur. Il en fera plus tard la confidence à sa seconde épouse Nina Nicolaevna : “Je le connaissais alors depuis longtemps comme écrivain, mais j’ignorais sa vie. Elle m’a bouleversé...”16.

  • 17 Voir aussi M. Slominskij in Vospominanija..., p. 266. Ju. Oleša, Ibid, p. 314,317. A. Gornfel’d, I (...)
  • 18 N. Veržbickij in Vospominanija..., pp. 214-215.

19Tous les témoignages concordent sur un point. Grin vouait à l’époque de la guerre, une sorte de culte à E. Poe17. Dans sa chambre du Pimenov, face au portrait de Vera Pavlovna, était suspendu un portrait de Poe. Sokolov-Mikitov, son colocataire du meublé, parlant de Poe, l’appelle le “maître” de Grin. N. Veržbitskij, autre compagnon de ces années, note dans ses souvenirs : “Nous avions toutes raisons de penser que, parmi ses écrivains préférés, Grin faisait une place de choix à Edgar Poe qui lui était, par l’esprit, particulièrement proche. Quand nous vivions ensemble, il récitait souvent ses vers. Au mur était suspendu un portrait de l’étonnant Américain. Quand on appelait E. Poe “un écrivain purement fantaisiste” Grin se récriait : “Il faut bien comprendre — disait-il — que cet écrivain créait de l’extraordinaire au profit de l’ordinaire le plus banal. Par exemple, il ressuscite miraculeusement une momie égyptienne. Dans quelle intention ? En partant de cet événement surnaturel, il entame un dialogue sur les matières les plus réelles qui soient”18.

20Et c’est précisément cette réflexion qui nous révèle le point essentiel de rencontre entre les deux hommes. Poe enseigne à Grin que l’homme ne se découvre pas dans les grisailles de la banalité (domaine du réalisme), mais dans les situations exceptionnelles : “Aucun homme n’a raconté avec plus de magie les exceptions de la vie humaine et de la Nature” écrit Baudelaire à propos de Poe. Or, Grin, dans les années de guerre, se livre — nous l’avons vu — à une exploration systématique des limites de la conscience, de la résistance humaine, pour tenter de saisir la véritable mesure de l’individu. Le récit de Grin : Au bord du gouffre (1915), écrit lui aussi “à la manière de Poe”, permet de comprendre ce que l’écrivain russe cherchait à cette époque dans la lecture des Histoires extraordinaires.

  • 19 Nad bezdnoj (Dv. vek, 1915, n° 21).

21L’aventure de Brand se situe dans l’Espagne des brigands chère à la tradition romantique. Brand, dans une sierra déserte, tombe entre leurs mains redoutables. Ils le ligotent, l’amènent les yeux bandés au bord de ce qu’on lui dit être un énorme précipice (en fait, il est juché sur un rocher de quelques dizaines de centimètres de haut, au milieu d’une prairie). Les brigands qui se moquent de lui, lui déclarent en partant : “Quand vous en aurez assez de vous tenir au garde à vous, vous irez vous reposer chez le diable !”. Suit la description minutieuse et très “poesque” de tous les états d’âme du “supplicié”, de toutes ses sueurs froides avant sa chute. “Il éprouve de telles transes qu’il serait absurde de les mettre au compte d’un état de pleine conscience” note Grin. Puis survient la chute et ses conséquences inattendues : “La commotion réveilla en moi une intuition jadis endormie. Elle résonna sous la forme d’une mélodie ample, parfaite (appelez cela de la poésie, je vous le pardonne) dont les accents affirmaient solennellement que le départ vers la mort est aussi peu redoutable que la chute dans un précipice imaginaire. Cela est désormais ma foi, cela est ma certitude”19.

22Grin ne se soucie pas plus que Poe de vraisemblance dans ces épreuves imaginaires. Il ne s’agit que d’hypothèses de travail destinées à percer une énigme (en l’occurrence celles des impressions d’un mourant).

23Du visionnaire américain, Grin apprend aussi que l’homme est plongé dans une réalité qui dépasse de très loin le monde des apparences. L’univers onirique de Poe, qui se situe sur la frontière indécise entre rationnel et irrationnel, était riche d’enseignement pour un jeune écrivain qui remettait lui aussi en cause les données immédiates des sens et de la raison. La croyance dans une surréalité est un trait qui apparente incontestablement les deux écrivains.

  • 20 N. N. Grin in Vospominanija..., p. 398. Lire aussi le témoignage de l’écrivain Ju. Dombrovskij, Ib (...)

24Malgré tous ces points communs (mépris du réalisme, recherche des limites de l’homme, croyance dans le surnaturel), Grin était différent de Poe. Cette différence devait s’accuser avec le temps au point que Grin s’irritait dans son âge mûr lorsqu’on soulignait devant lui sa parenté avec l’auteur des Histoires extraordinaires. Le témoignage de Nina Nicolaevna est, à ce sujet, très intéressant : “E. Poe était l’un de ces écrivains qui avaient touché l’imagination d’Aleksandr Stepanovič dès ses jeunes années. Devenu lui-même écrivain, Grin lui témoigna le respect le plus profond et la plus grande affection. Tout en lui émouvait A. S. : sa vie, comme son œuvre. “Un maître incomparable, un artiste puissant” disait-il à son sujet. “Mais on prétend que je suis sous son influence, que je l’imite. C’est faux, c’est un jugement à courte vue. Nous sommes issus d’une même source, amour immense de l’art, de la vie, du mot, mais nous coulons dans des directions différentes. Dans nos intonations, il y a des accords semblables, tout le reste est différent”20.

25Cette orientation divergente dont parle Grin existait en germe dès 1915. La comparaison entre deux récits : Le chemin (1915) de Grin et Les souvenirs de M. Auguste Bedlœ nous aidera à mieux comprendre ressemblances et différences entre le fantastique de Grin et celui de Poe.

26Le chemin nous présente la curieuse aventure d’un jeune homme. Eli Star (c’est son nom) est hanté par un paysage inconnu qui vient se superposer, se substituer même au cadre familier de la ville qu’il habite : “Je me retournai, Kester, la ville prenait un aspect bizarre : les maisons, les rues, les enseignes, les cheminées, tout semblait fait d’une gaze à travers laquelle apparaissaient d’étranges paysages dont les contours se mélangeaient avec les lignes anguleuses de la ville. Une contrée nouvelle, jamais vue, s’étendait au même endroit que la cité. As-tu jamais éprouvé ces troubles de la vue qui dédoublent le monde extérieur ? Cela pourrait te donner une idée approximative de mes impressions, à cela près que les objets étaient pour moi comme transparents et que je voyais simultanément — se fondant, s’enchevêtrant — deux mondes, dont l’un était notre ville et l’autre, une steppe ondulée et fleurie, bornée à l’horizon par des montagnes bleues”. Cette vision le fascine “comme la lumière du soleil fascine un aveugle qui vient de recouvrer la vue. Le magnétisme du pays au-delà des montagnes (la surréalité) est tel qu’Eli Star quitte tout pour répondre à son appel.

27Dans Les souvenirs de M. Auguste Bedlœ d’E. Poe, nous trouvons le même phénomène de superposition d’un paysage exotique à un paysage réel. Le paysage exotique qui s’annonce au narrateur par “l’apparition d’un homme à moitié nu, au visage basané, puis celle d’un palmier” vient bientôt se substituer à la réalité : le tableau familier des Ragged Mountains aux environs de Charlottesville. On assiste ici aussi à la victoire de l’imaginaire sur le réel. “Je me trouvai au pied d’une haute montagne dominant une vaste plaine, à travers laquelle coulait une majestueuse rivière”. Puis, comme chez Grin, le héros s’enfonce dans le décor “surréel”. “Je me levai et descendis vers la cité”.

28Les données initiales des deux récits sont, on le voit, à peu près identiques. Le point commun réside dans la “concrétisation” d’un décor imaginaire, dans l’envahissement du réel par le surréel. Bien que la conclusion soit également semblable (la mort du héros), les deux récits évoluent dans des directions fondamentalement différentes. Pour Poe, le souci du vraisemblable reste constant. Toutes les clés sont données. L’excursion dans le surréel est en fait un rêve provoqué par la double action de l’opium et du magnétisme (Bedlœ vit ce qu’écrit au même instant le docteur Templeton dont il subit l’influence magnétique). Le pays surréel est en fait la ville de Bénarès, les événements rêvés sont précisément l’insurrection de Cheyte-Sing en 1780, Bedlœ est la réincarnation d’un officier anglais, Oldeb, tué au cours de l’insurrection etc, etc.. Poe s’entoure de mille précautions pour faire admettre à la raison l’étrange, l’extraordinaire.

29Chez Grin, aucune préoccupation de ce genre. Poe est cérébral, Grin, poète. La vision de Star reste décrite dans des termes vagues et généraux. Le lecteur ne sait pas ce que Star découvre derrière les montagnes bleues. Star lui-même dont on ne connaît ni l’âge, ni le caractère, ni la situation sociale, ni l’état de santé reste une sorte d’abstraction. Ce qui importe à Grin ce n’est pas d’expliquer l’irréel, de l’acclimater pour le rendre admissible à la raison. Il l’affirme, méprisant toute démonstration. D exige du lecteur un acte de foi. Là où l’entourage de Star ne voit qu’une hallucination, un cas d’exaltation qui relève d’un traitement psychiatrique approprié (réaction normale d’un non-voyant), Star comprend qu’il s’agit d’une révélation qui va bouleverser son existence. Il répond volontairement à l’appel de la surréalité comme on répond à une vocation. Et c’est là la seconde différence entre Poe et Grin, sans doute la plus importante.

30La vie “surréelle” de Bedlœ est un avatar involontaire, générateur d’angoisse. Pour lui, l’évasion onirique est liée à des sentiments pénibles (animosité incompréhensible contre la “populace”, férocité du désespoir, sentiment d’être “perdu et étouffé par de hautes maisons dans le fond desquelles le soleil n’avait jamais envoyé ses rayons”), puis à des sensations douloureuses (tourment d’une mort affreuse par une flèche empoisonnée : “un mal instantané et terrible s’empara de moi, je m’agitai, je m’efforçai de respirer, je mourus”). Pour Grin, au contraire, le surréel contient la promesse du bonheur. Dix ans après sa disparition, on retrouve par hasard le cadavre d’Eli Star aux environs de Rio de Janeiro. “– Il était étendu, parfaitement calme. On aurait dit qu’il dormait. Mais son visage était éclairé par un sourire incompréhensible. Mort, il souriait.

  • 21 Put’ (Le chemin), S. S. III, 307.

31J’inclinai la tête, rendant un dernier hommage à mon jeune ami. “Il souriait”. Avait-il donc vraiment trouvé, avant de mourir, le pays par-delà les montagnes ?”21.

32Cette dernière question sonne comme une affirmation. Grin croit maintenant à la possibilité du bonheur. La révélation d’une quatrième dimension (celle de l’invisible, du “pays par-delà les montagnes”) dresse l’homme dans toute sa stature et lui redonne le sens de sa dignité. L’orientation résolument idéaliste de la pensée de Grin annonce dans son œuvre des accents optimistes tout à fait nouveaux. Et cette irrésistible pulsion vers la lumière, vers le bonheur n’a rien à voir avec l’univers morbide de Poe.

  • 22 S. S. III, p. 429.
  • 23 N. N. Grin in Vospominanija..., p. 398.

33De plus en plus, Grin s’éloignera du Poe “ratiocinant”. Lorsque, à l’époque de Voiles écarlates, parvenu à la maturité littéraire, il tentera de retrouver le cheminement de sa propre inspiration, de définir sa méthode de création, il se situera naturellement par rapport à Poe, son ancien maître. Dans une large mesure, son essai Etre écrivain est une réponse à La Genèse d’un poème (The Philosophy of composition). ‘Tout n’est pas exact dans ce récit” affirme Grin, visiblement choqué par les allures d’homme de science que l’auteur prétend se donner dans son laboratoire littéraire quand il affirme : “La poésie n’est pas le résultat d’une espèce de frénésie subtile ou d’intuition extatique... aucun point de la composition ne peut être attribué au hasard ou à l’intuition... l’ouvrage a marché pas à pas vers sa solution avec la précision et la rigoureuse logique d’un problème mathématique”. L’image est donc sélectionnée puis minutieusement ajustée en fonction du projet initial de l’œuvre. Ainsi du Corbeau : “Alors, se dresse l’idée d’une créature non raisonnable et cependant douée de parole, d’abord perroquet, puis corbeau...”. Pour Grin, c’est tout le contraire : l’image précède l’idée, la façonne, l’impose. Elle émerge de fačon inattendue et irrésistible à la conscience du poète après un long cheminement mystérieux dans les dédales obscurs de l’inconscient. La gestation de l’œuvre littéraire échappe à la volonté de l’artiste, elle est aussi insaisissable que “la vie nocturne d’un somnambule”. Elle naît d’impressions en apparence insignifiantes, qui, à la suite d’une alchimie secrète ressurgissent sous la forme d’une révélation fulgurante. Ainsi l’histoire de Voiles écarlates est-elle née d’une simple impression lumineuse (“un rayon de soleil m’avait fait apparaître une voile rouge, presque écarlate”). Le poète est comme un médium à l’intérieur duquel s’accomplit un “rite sacré” (svjaščenodejstvie). Possédé par l’inspiration, il devient un être d’exception coupé du monde : “Alors l’artiste a recours à la magie pure et simple. Il trace autour de lui le cercle de l’inspiration, et, sous sa protection, il devient invisible. Il est mort pour la société, la famille, la maison, il n’appartient plus ni à l’Etat ni à la terre, le cercle rejette impitoyablement les passions, les promesses, la curiosité, les livres, les amis. À l’intérieur de ce périmètre s’éteint instantanément la flamme de la colère la plus féroce, la jalousie tombe en léthargie, se tait la rumeur des combats, et les vivants dont hier encore on serrait la main avec des sentiments divers, se sont métamorphosés en ombres incertaines”22. Nous sommes loin de l’impassibilité préconisée par E. Poe. Peut-être du reste Grin, comme Baudelaire, ne voyait-il dans cet anti-art poétique qu’une géniale mystification ? Le fait est qu’il gardera toujours une tendresse particulière pour Le Corbeau et Annabel Lee, poèmes où chantent, quoiqu’en dise l’auteur, les voix mystérieuses du Destin et de la passion23.

Notes

1 Avtobiografičeskaja povest’, Ohotnik i matros, S. S. VI, 240.

2 Vospominanija ob A. Grine, op. cit., p. 170.

3 Ibid., p. 164.

4 Barka na zelënom kanak, Vsemirnaja panorama, 1909, n° 27. Le récit a été republié par la suite sous le titre : Lovuška dlja krys. (Le piège à rats).

5 Gostinica večernih ognej, Sinij Žurnal, 1912, n° 47.

6 Naivnyj Tussaleto, Argus, 1913, n° 8. Histoires énigmatiques (Zagadočnye istorii), Moscou, Izd. zurn. “Otečestvo”, 1915, 205 pages.

7 Vsadnik bez golovy, Sinij Žurnal, 1913, n° 26. Как silač ganc Pihgol’c sohranil almazy gercoga Pomersi, (Gerkules, 1912, n° 11).

8 Strannoe proisšestvie na maskarade, 1914, op. cit. (à rapprocher du Masque de la mort rouge) — Zver’ Rošfora, 1915, op. cit. (Le puits et le pendule). Predsmertnaja zapiska, Dv. vek, 1915, n° 3 et Tainstvennaja plastinka, Petrogradskij listok, 24 juillet 1916, sont influencés à la fois par Le chat noir et Le cœur révélateur.

9 Buržuaznyj duh, Novyj Satiricon, 1917, n° 40, p. 2.

10 Blistajušij mir, S. S. III, 66. La démonstration de Drud-Kruks dans son étrange nacelle au meeting de Liss (III, 157) rappelle tout-à-fait l’arrivée du sélénite au milieu de la foule de Rotterdam dans le récit de Poe : Aventure sans pareille d’un certain Hans Pfall (“Poche” : Histoires extraordinaires, p. 198). Dans L’attrapeur de rats (Krysolov) on retrouve sans peine des réminiscences des Aventures d’Arthur Gordon Руm et du récit Le puits et le pendule.

11 Zarja (Za rekoj v rumjanom svete...), Novyj žurnal dlja vseh, 1910, n° 16.

12 Eldorado (E. Poe : Poèmes, édition bilingue, José Corti, 1949, p. 177).

13 Čelovek s čelovekom, S. S. II, 422.

14 E. Poe : Poèmes op. cit. p. 195.

15 Košmar, 1,248.

16 Vospominanija ob A. Crine, op. cit., p. 398. Les œuvres de Poe paraissaient sous la direction du poète Bal’mont qui avait écrit en introduction une étude sur la vie et l’œuvre de l’écrivain américain. De façon générale, la popularité de Poe était grande en Russie au début du siècle. Kuprina-Jordanskaja note dans ses Souvenirs le goût de Kuprin pour certains récits de Poe (op. cit., p. 174). À la même époque, Blok écrit un poème inspiré par Poe (Osennij večer byl, 2-11-1912).

17 Voir aussi M. Slominskij in Vospominanija..., p. 266. Ju. Oleša, Ibid, p. 314,317. A. Gornfel’d, Ibid., pp. 509-510.

18 N. Veržbickij in Vospominanija..., pp. 214-215.

19 Nad bezdnoj (Dv. vek, 1915, n° 21).

20 N. N. Grin in Vospominanija..., p. 398. Lire aussi le témoignage de l’écrivain Ju. Dombrovskij, Ibid., pp. 555-557.

21 Put’ (Le chemin), S. S. III, 307.

22 S. S. III, p. 429.

23 N. N. Grin in Vospominanija..., p. 398.

© Presses universitaires de Provence, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540