Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Évolution littéraire d'Aleksandr Grin

 | 
Paul Castaing

Première partie. Aleksandr Grin et la décadence vulgaire (1906-1913)

Conclusion de la première partie

Texte intégral

1Pendant la période qui précède la première guerre mondiale, l’œuvre de Grin est entièrement dominée par le thème du conflit entre l’individu et la société. Dans une atmosphère permanente d’hostilité et d’oppression, l’individu solitaire recherche à la fois les voies d’une survie, les moyens d’accéder au bonheur et de reconquérir sa dignité perdue. Les diverses attitudes adoptées : retour à un primitivisme sensualiste avec exaltation de l’instinct, édification d’une petite forteresse morale, éducation d’une volonté agressive et dominatrice ont toutes un point commun : elles se réclament d’une conception égocentrique du bonheur. L’unique préoccupation du héros est d’assurer sa sauvegarde et son épanouissement envers et contre tous. Le bonheur peut lui être donné par la nature ou par une amante tutélaire, il peut l’arracher de haute lutte au destin, en aucun cas il ne l’obtient dans l’oubli de ses intérêts immédiats ou dans le don de soi-même. C’est avant tout cette religion du “moi” — sous une forme nullement spiritualisée — qui apparente l’œuvre de Grin de 1907 à 1913 à la “décadence vulgaire”, telle qu’elle se manifestait dans la littérature russe d’entre les deux révolutions.

2Ces premiers récits, bien que marqués du sceau de l’époque, ne sont pas seulement des exercices de style. Grin écrit pour se libérer, il s’engage sincèrement, entièrement. Dans les thèmes à la mode : individualisme, pessimisme, il n’a trouvé que la confirmation de son propre scepticisme né d’une expérience vécue mutilante.

3Grin, omniprésent, ne cesse de se raconter. On est frappé de la coloration autobiographique de ses récits qui peuvent être lus comme une confidence, voire comme une confession. On le devine dans des personnages aussi différents que Ginč, Nok ou Valuer.

4Cependant, après sept ans de réflexion, Grin n’avait pas vraiment résolu le problème qui le tourmentait. Sa pensée, dialectique en apparence, progressant par éliminations successives, tournait en fait dans un cercle vicieux. Le tireur de Zurbagan, que l’on peut considérer comme le bilan de cette première période, nous en administre la preuve. Valuer échappe à la tentation du désespoir pour suivre les traces d’Astarot, le surhomme. Mais, en dépit de sa puissance invincible, il demeure prisonnier de la loi de violence et d’égoïsme sur laquelle s’édifie la société. Son évasion, son épanouissement restent illusoires. Il triomphe sans doute, mais en utilisant des armes que Grin, le moraliste, condamne par ailleurs.

5Il y a là un paradoxe qui risquait, à la limite, d’enfermer l’écrivain dans une impasse et de le réduire au silence. Pour échapper à ce cycle infernal : victime ou bourreau, il fallait trouver un critère qui permît de situer le bonheur sur un plan tout-à-fait différent. De nouvelles épreuves : la guerre, la Révolution, la maladie, la solitude sentimentale aideront Grin à spiritualiser son inspiration et à donner ainsi à son œuvre une nouvelle dimension.

© Presses universitaires de Provence, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540