Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Évolution littéraire d'Aleksandr Grin

 | 
Paul Castaing

Première partie. Aleksandr Grin et la décadence vulgaire (1906-1913)

Chapitre II. Décadence littéraire et bohème pétersbourgeoise

Texte intégral

1La crise intellectuelle qui a marqué la fin du xixe siècle en Europe est de nature philosophique. Les progrès spectaculaires de la science et de la technique semblaient alors avoir établi définitivement le règne de l’Intelligence. Ils justifiaient l’optimisme de ceux qui croyaient en la toute-puissance de l’esprit pour ravir à l’Univers la clef de son mystère. Mais voici que le doute venait à nouveau tarauder ce bel optimisme : ce monde matériel auquel on arrachait un à un ses secrets n’était-il pas illusion, simple décor en trompe-l’œil qui dissimulait la véritable réalité, elle-même inaccessible aux méthodes de l’empirisme et aux spéculations des savants ? Renaissait l’éternel débat entre raison et irrationnel et, avec lui, l’inquiétude métaphysique. L’empreinte de cette inquiétude se reconnaît, à la charnière des deux siècles, dans toutes les manifestations de la pensée : art, littérature, philosophie.

2La Russie n’a pas échappé à ce “mal du siècle”. Au début des années 90, quelques intellectuels se révoltèrent contre le positivisme dogmatique qui était de règle dans les décennies précédentes. Cette révolte, née dans l’opprobre et l’indignation générales, allait bientôt (dès les premières années du xxe siècle) gagner à sa cause une grande partie de l’intelligentsia. C’est ce mouvement qui reçut le nom ambigu de “décadence”.

3Décadence par rapport à l’idéologie dominante des années soixante. Ce méchant sobriquet de “décadents” lancé par les Parnassiens contre les Symbolistes français et introduit à ce titre en Russie a été, plus tard, repris par la critique soviétique et largement utilisé pour la période 1890-1917. Elle l’applique indifféremment à tous ceux qui, dans le domaine de la pensée, s’éloignent du matérialisme athée, et, dans celui de l’esthétique, des principes du réalisme (“critique” ou “accusateur”). C’est ainsi que voisinent curieusement sous la même bannière le philosophe mystique V. Solov’ëv et, par exemple, M. Arcybašev, auteur de romans licencieux.

4La crise décadente fut ouverte par un drame : la mort du sacré. Croyance absolue en la science, dévouement sans limites à la collectivité étaient les deux vertus majeures de l’ancienne foi. Elles avaient naguère inspiré les populistes dans leur “marche au peuple”. Que se passait-il donc ? Les émules de Bazarov allaient de déceptions en déceptions : le peuple les avait rejetés, la “réaction” semblait la plus forte et même les lois les plus fondamentales de la science étaient remises en cause par des découvertes toutes récentes (celle de la radioactivité entre autres). Les idoles anciennes, une à une, s’écroulaient.

  • 1 D. S. Merežkovskij : Des causes de la décadence et des courants nouveaux de la littérature russe. (...)

5Les personnages de Tchékhov témoignaient déjà de ce désarroi grandissant. Dans Une morne histoire, le vieux professeur Nicolaj Stepanovič, après une longue existence consacrée à la science, au bien de l’humanité, découvre avec désespoir son vide intérieur, son impuissance à comprendre le sens de la vie, la vanité de son titre de savant. La science, affirme Merežkovskij en 1893, n’est qu’un rempart, un obstacle entre notre âme et les mystères du cosmos, et il proclame : “Nous sommes libres, nous sommes seuls !”1.

  • 2 Bal’mont : Tol’ko Ijubov’ (Rien que l’amour).
  • 3 A. Kuprin : Poedinok (Le duel). Ch. XXI.

6L’individualisme farouche — opposé à l’altruisme de la période précédente — est un trait caractéristique de la “décadence”. Affirmé d’abord de façon provocante par les chefs de file de l’école symboliste russe (Bal’mont : “Je hais l’humanité ; je m’enfuis loin d’elle. Ma seule patrie est mon âme déserte”2, Brjussov et son cycle poétique Moi seul), cet égotisme de principe se transforme vite en un puissant mouvement de libération de l’individu dont on retrouve la marque jusque dans l’œuvre d’écrivains très éloignés du symbolisme. Nous le voyons s’exprimer très nettement par exemple dans les propos des héros de Kuprin. Ecoutons Nazanskij dans Le duel : “Je dis que l’amour de l’humanité a cessé d’enflammer le cœur des hommes et qu’il s’est envolé en fumée. Il est remplacé par une nouvelle croyance divine, elle-même immortelle : l’amour de soi...”3.

7Mais cette perte de la foi ancienne, ce mépris des valeurs si longtemps vénérées, cette liberté vertigineuse soudain acquise, cette solitude face aux mystères impénétrables de l’Univers sont générateurs d’angoisse. Le pessimisme — opposé à l’enthousiasme des années précédentes — est une autre caractéristique de l’esprit du temps. La vie n’a plus de sens, elle se brise dans une mort absurde, elle s’achève dans le néant. Cette vision désespérée de la condition humaine où domine le tourment de la mort trouve une interprétation magistrale dans les œuvres de L. Andreev. La vie d’un homme, pièce écrite en 1906, est pleine du sentiment de l’Absurde. L’homme, sorti des ténèbres du non-être, retourne aux ténèbres de l’oubli. Il est le jouet d’une force muette, le Destin, d’un pouvoir sourd et impitoyable qui a tracé le “cercle de fer” qu’il doit parcourir. Cette puissance occulte (“l’inconnu en gris” de la pièce) venue d’un au-delà impossible à appréhender est la seule réalité immuable. L’homme avance en aveugle, environné de nuit. Il n’est maître ni de ses joies ni de ses peines qui se succèdent sans que change pour lui l’essentiel : la marche à la mort, au néant, au non-être. Que signifient alors, devant cette irréductible prédestination, les amitiés, les amours ? Même le Mal et le Bien deviennent notions relatives et ambiguës. Le bonheur est impossible, tout est illusion. L’homme — pitoyable marionnette — reste la proie d’une “Providence” sourde à ses prières comme à ses malédictions. L’absurde ici atteint des dimensions cosmiques.

8Cet égoïsme, ce pessimisme — symptômes essentiels du “mal du siècle” — s’exprimaient depuis longtemps déjà dans la littérature occidentale, celle des pays anglo-saxons en particulier. Ils s’étaient ensuite développés en Russie à la faveur de certaines circonstances historiques et sociales. Mais ces nouvelles tendances d’importation ne s’enracinèrent vraiment qu’en acquérant avec la philosophie idéaliste allemande post-kantienne une base théorique. Un siècle plus tôt, l’âme russe s’était révélée dans sa lutte contre l’idole du rationalisme voltairien. Fécondée par le romantisme allemand, par Goethe, Schiller, Schelling, elle avait donné à son pays ses premiers génies nationaux. L’histoire de la pensée se répète : mettant un terme à l’hégémonie du positivisme, les “décadents” en révolte contre leurs pères, reconnaissent Schopenhauer comme leur maître à penser. Le “siècle d’argent” — que leur apparition inaugure — nous apparaît comme un écho lointain et infiniment mélodieux du “siècle d’or” de la littérature russe.

  • 4 L’expression est empruntée au livre de l’historien et philosophe Boris Murav’ëv : Histoire de la M (...)

9En fait, ce “siècle d’argent” qui réunit toute une pléiade d’esprits brillants, de penseurs et de poètes raffinés, mérite mieux le nom de Renaissance que celui de décadence. Par son fruit le plus noble, le symbolisme (car c’est avant tout dans cette école que se sont révélées les nouvelles tendances), il exprime magnifiquement les aspirations fondamentales de l’âme russe qui s’épanouissaient à nouveau librement après des années d’engourdissement dans le conformisme du matérialisme dogmatique. Ces poètes qui, dans le sillage de Schopenhauer, avaient tué le Dieu-Raison, renié l’ancienne culture utilitariste, connu l’expérience du pessimisme, allaient maintenant se jeter dans la recherche fiévreuse d’une foi nouvelle. Avec Blok et après V. Solov’ëv, ils pressentent une réalité invisible dont notre monde n’est qu’un grossier reflet. Car “l’homme russe n’est pas fait pour vivre avec un cœur froid”4; il a besoin de croire, il a soif d’absolu. Cette quête d’une raison d’espérer allait s’exercer dans des sens très divers, comme en témoigne l’exceptionnelle fermentation philosophique et religieuse qu’a connue cette époque. Il fallait coûte que coûte échapper au scepticisme desséchant, se délivrer de l’obsession du Néant.

  • 5 Les œuvres complètes de Nietzsche ont été publiées en Russie par les éditions Scorpion (1904-1905) (...)

10Parmi les nombreuses influences qui se sont alors exercées en Russie, celle de Nietzsche, le briseur de dogmes, nous semble particulièrement importante5. Aux poètes symbolistes, le Nietzsche romantique de la période wagnérienne, celui de La naissance de la tragédie apportait l’espoir d’une rédemption dans l’Art, un culte nouveau : celui de la Beauté. L’Art qui appréhende l’Univers comme phénomène esthétique est seul capable de se concilier avec l’absurdité apparente de la condition humaine. La poésie, la musique portées à leur plus haut degré de perfection sont extase dionysiaque, fusion avec le cosmos. L’ultime mystère de l’être reste accessible à l’artiste qui n’a pas laissé s’atrophier son génie mystique. Les symbolistes russes cherchent dans le Zarathoustra, non pas l’aspect prophétique, non le mythe du surhomme, mais un poème symbolique tout fulgurant d’aphorismes, exemplaire par sa technique d’approche de la Connaissance fondée sur le délire visionnaire et l’instinct mystique.

11Nostalgie d’un absolu, culte de la beauté se rejoignent dans un commun besoin de pureté. Pour tous, l’art est catharsis, rachat, élévation vers Dieu. Cette soif de pureté s’exprime magnifiquement chez l’un des représentants les plus prestigieux du symbolisme : F. Sologub. Son œuvre est d’abord un réquisitoire passionné contre la laideur d’une société grotesque, cruelle et vicieuse, contre toute la “pesanteur du monde”. La beauté même (chez lui, le rêve, la légende) qu’il chante comme les autres symbolistes ne permet qu’une évasion furtive, qu’une rémission éphémère à la souffrance, à la blessure qu’inflige l’existence. Elle n’est pas victoire définitive sur le Mal. Et Sologub ne peut vraiment pas échapper au pessimisme de Schopenhauer. La mort lui apparaît comme le seul refuge possible à l’étincelle divine, fragile virtualité mise en chacun de nous à la naissance, mais qui s’éteint inexorablement, étouffée par le monde corrompu. Les enfants avec leur sensibilité exacerbée au Mal, leur fragilité, leur innocence, sont les héros préférés de Sologub. Une pulsion de mort les pousse souvent au suicide, car ils sentent d’instinct que la mort libératrice les préservera de la souillure du monde. Ici, comme dans le “Tristan” de Wagner — lui aussi tout imprégné de la philosophie de Schopenhauer —, on retrouve les trilogies romantiques : amour — nuit — mort, vie — soleil — souillure. Il y a chez Sologub une telle méfiance de la chair, un si intense sentiment de la chute, de la nature diabolique du sang et, parallèlement, une telle aspiration à la lumière éthérée, à l’amour désincarné que l’on songe irrésistiblement aux gnostiques. Il faut tuer le corps pour retrouver l’apesanteur, la pureté originelles. Ainsi Sologub, contrairement à la plupart des autres symbolistes, n’a pas su échapper au “mal du siècle”, au pessimisme. Mais son œuvre qui est affirmation de la supériorité du spirituel sur le matériel, de l’âme sur la chair, nous semble exprimer l’essentiel de ce qui fait l’éclat de la renaissance russe. Cette grande élévation morale est le facteur commun à tous les symbolistes de la deuxième génération (les symbolistes dits “mystiques” qui régnèrent sur les lettres russes de 1900 à 1910).

12Cette “renaissance” toute pétrie d’humanisme, de culture antique et occidentale se développa au sein de quelques cénacles des deux capitales. Mais les thèmes qui l’inspiraient ne restèrent pas longtemps son apanage exclusif. D’abord vilipendés et conspués par le public et la majorité des écrivains demeurés fidèles à la tradition, ils finirent par se répandre et devinrent à la mode. Ils ne purent alors échapper aux risques de la vulgarisation. Et c’est l’origine de tout un courant de la littérature russe qui présente pour sa part, les signes d’une véritable décadence.

13Cette mode semble avoir atteint son apogée surtout après l’échec partiel de la révolution de 1905. On assiste alors chez les intellectuels à un désintérêt croissant pour la chose politique et sociale. Les extrémistes renoncent aux espoirs qu’ils avaient placés dans le soulèvement populaire ; les modérés se disent satisfaits du nouveau régime constitutionnel. Cette apathie politique est sans doute favorisée par un libéralisme sans précédent et une croissance économique qui semblait mettre pour longtemps le pays à l’abri d’une nouvelle convulsion sociale. La sécurité matérielle est assurée, le spectre du terrorisme, conjuré. Toute une fraction de l’intelligentsia se démobilise et, désaxée, devient une proie facile pour le “mal du siècle”. En littérature, le réalisme critique passe pour une faute de goût navrante, l’enthousiasme démo

14cratique pour une survivance ridicule, toute idéologie en général, pour une naïveté impardonnable. On proclame la “mort” de Gorkij.

  • 6 Allusion à la poésie de Blok : Neznakomka (L’inconnue).

15Dans les journaux littéraires ou pseudo-littéraires destinés au grand public fleurissent maintenant les feuilletons mélodramatiques, les nouvelles désespérées. Une vague morbide déferle sur la presse, submerge les vitrines des libraires jusque dans les halls des gares. L’individualisme “philosophique”, porté à un degré caricatural, tourne à l’exaltation de l’égoïsme le plus grossier. Le mysticisme descendu dans la rue se détériore en passion de l’occultisme et du charlatanisme. Les tables tournent chez le bourgeois. Les prostituées sont pompeusement baptisées “Neznakomki”6. Mais c’est surtout la pensée de Nietzsche qui donne lieu aux déformations les plus spectaculaires. Dégénérée, abâtardie, dénaturée par des gens qui la connaissent surtout par ouï-dire, elle va inspirer la nouvelle littérature à la mode.

  • 7 F. Nietzsche : Ainsi parlait Zarathoustra — Troisième partie : "Des trois maux” : “Volupté, cepend (...)
  • 8 Ibid.

16Ce que cette mode retient de Nietzsche, ce n’est pas l’opposition entre l’apolli-nien et le dionysiaque, ni le mythe de l’éternel retour, mais l’enseignement du surhomme et la prédication de Famoralisme. Des formules qui symbolisent la ruine de l’Absolu, comme “Dieu est mort” ou “tout est permis” sont prises au pied de la lettre. Les fondements de la morale élémentaire sont bannis et étiquetés : préjugés petit-bourgeois. Ce que Nietzsche redoutait le plus au monde : “l’irruption dans ses jardins des porcs et des exaltés”7 fut réalisé à grande échelle. Se fondant sur le chapitre “Des trois maux” où Nietzsche réhabilite les trois choses les plus maudites de ce monde : volupté, despotisme, égoïsme”8, les champions de cette vraie décadence vont proposer un nouveau héros comme antidote au pessimisme de l’époque. Sa conduite sera guidée par l’obéissance inconditionnelle aux instincts, la satisfaction immédiate de tous les désirs “naturels”. En premier lieu, la libération de l’homme (et de la femme) passe par la liberté sexuelle. Après la renaissance toute spiritualisée du symbolisme, on retombe brutalement sur terre. L’extase mystique est remplacée par la jouissance physiologique, au culte du spirituel se substitue l’apologie de la chair.

  • 9 L’explication de cette expression est donnée par A. M. Red’ko dans son livre : Recherches littérai (...)
  • 10 À ce sujet, lire l’intéressante étude de V. Polonskij : “sur les problèmes du sexe et la littératu (...)

17À cette nouvelle orientation pseudo-nietzschéenne de la littérature russe, à cette “saison balnéaire”9 qui se prolongea même après la Révolution10, apportèrent leur contribution bien des auteurs de l’époque, et parfois non des moindres. À côté des A. Kamenskij, O. Mirtov, Vinnicenko maintenant oubliés, Z. Hippius, V. Brjussov proposent des archétypes de l’“Homme nouveau” dans leurs romans : La poupée du diable et Extraits du journal intime d’une femme. Mais, dans ces œuvres, ils ne sont que pâles imitateurs du chef de file incontesté, du fondateur de la nouvelle école : Mihail Arcybašev. Son roman Sanin mérité qu’on s’y arrête car il est, à lui seul, toute une encyclopédie des états d’âme et des comportements de cette décadence vulgaire.

  • 11 M. P. Arcybašev : Sanin (1907, Réédition Bradda Books, 1969, p. 59).
  • 12 Ibid., p. 164.
  • 13 Ibid., p. 60.
  • 14 Ibid, p. 96.

18Sanin est le personnage positif. Il est opposé à Jurij Svarožič, l’intellectuel désorienté, miné par le doute, ayant tout tenté et revenu de tout : “Que signifient tous nos efforts, les constitutions et les révolutions, quand nous sommes impuissants à nous représenter, même approximativement, l’avenir de l’humanité ?”11. Ce sentiment de n’avoir aucun empire sur le cours de l’histoire, ni sur l’évolution de la nature dont les fins dernières nous échappent (les progrès de la science ne font que soulever de nouvelles énigmes) le paralyse, le condamne à l’inaction, en fait “un homme de trop” comme l’histoire russe en a connu à d’autres époques. Il est dévoré par le besoin de croire, mais l’on a découvert que les dieux, comme les hommes, sont mortels : “De même que la loi mosaïque a été balayée de la scène du monde, que sont morts Bouddha et les dieux de l’Hellade, de même Christ est mort... C’est la loi de l’évolution”12. Et encore : “Je ne sais au nom de quoi l’on peut vivre, en quoi l’on peut croire. Peut-être marcherais-je avec joie au supplice de la croix si je pensais que ma mort sauverait le monde, mais je n’ai pas même cette foi...”13. Une seule certitude demeure : la mort, devant laquelle chacun reste seul. La mort n’est pas passage vers un au-delà, mais fin du monde apocalyptique, mais souffrance et horrible pourrissement de la chair : “Elle est affreuse en elle-même et, pour celui qui prend conscience de ce qu’est la vie, cette fin inéluctable et violente ne peut qu’empoisonner toute joie”14. Incapable de supporter cette malédiction, il se suicide. Notons que sa mort volontaire est différente de celle des enfants de Sologub. Ceux-ci aspirent à l’éternelle purification ; lui, n’attend de la mort que putréfaction et néant.

  • 15 Ce diminutif péjoratif ne vise-t-il pas méchamment le philosophe VI. Solov’ëv ?
  • 16 Sanin, p. 235.

19En face de ce nouvel Hamlet rongé par des scrupules et le démon de l’introspection, Sanin est “l’homme naturel”. Il considère toute métaphysique et toute morale comme vaticinations gratuites et jeux dérisoires de l’esprit. Il n’a d’ailleurs aucun mal à persuader Solovejčik15, le petit juif qui incarne la tradition judéo-chrétienne, de la vanité de son idéal “ascétique”. Ebranlé par les arguments limpides de Sanin, Solovejčik ne peut, lui non plus, échapper au désespoir (“Je ne sais plus comment il faut vivre”16). Et il se pend.

  • 17 Ibid., p. 88.
  • 18 Ibid, p. 241.
  • 19 Ibid., p. 132.
  • 20 Ibid, p. 138.

20Sanin exprime ainsi son credo : “Je ne sais qu’une chose, c’est que je vis et je désire que la vie ne soit pas pour moi un supplice. Pour cela, il faut avant tout satisfaire ses désirs naturels... Le désir est tout. Quand meurent les désirs en l’homme meurt sa vie même, et quand il tue ses désirs, c’est lui-même qu’il tue”17. Il méprise fort ses semblables qui n’ont pas compris cette simple vérité et, au passage, polémique avec Gorkij : “On crie : l’homme, c’est admirable, c’est important, c’est inconcevable, l’homme est un roi !... Un roi de la nature qui n’a jamais eu l’occasion de régner ; il ne sait que souffrir et trembler de peur, il craint jusqu’à son ombre !”18 À l’homme — créature répugnante — il oppose la nature puissante et sauvage19. À quoi bon donner le jour à des enfants qui viendraient salir cette nature ? “Procréer est l’acte le plus ennuyeux, le plus dégradant, le plus douloureux, le plus insensé”20.

  • 21 Ibid, pp. 225-226.
  • 22 Ibid., p. 229.
  • 23 Ibid., p. 167.
  • 24 Ibid, p. 188.

21Rien ne résiste à cet antéchrist des temps modernes : ni le Sermon sur la montagne21, ni, naturellement, le tolstoïsme qui en découle (représenté ici par le pitoyable Von-Deitz), ni la religion de la souffrance qui imprègne la pensée de Dostoevski22. La religion en général est nuisible23. La morale ? “un corridor sombre”24. N’avoue-t-il pas lui-même avec complaisance un penchant incestueux pour sa sœur ? Toutes ces prétendues valeurs sont vieilleries à mettre au clou de l’histoire. Le souverain-bien pour Sanin, la justification de toute action est la volupté limitée à sa seule interprétation sensuelle. La sensualité, dans toutes ses manifestations, est la raison de vivre du héros moderne.

22La dernière phrase du roman Sanin où l’on voit le héros s’éloigner à grands pas puissants dans la steppe inondée par l’aurore : (“étincelant se leva le soleil, et il semblait que Sanin allait à sa rencontre”) est un rappel évident de la conclusion du Zarathoustra : “Ainsi parla Zarathoustra et il quitta sa caverne, ardent et fort comme un soleil du matin au sortir des sombres montagnes”.

23On le voit, il n’y a chez Arcybašev que caricature de la pensée de Nietzsche. Chez Nietzsche, le nihilisme absolu est conséquence d’une hypertrophie de la conscience morale. Celle-ci tourmente l’âme et la tient éloignée du repos. Chez Sanin, le refus des valeurs anciennes vient de l’atrophie de l’instinct moral, l’irrespect est la conséquence de la paresse et de l’outrecuidance. Tandis que Nietzsche, sans se lasser, recherche la vérité (car la vérité est conquête provisoire), poursuite qui l’entraîne au nomadisme intellectuel, parfois aux contradictions internes, enfin à l’incapacité de présenter une synthèse (nulle part le philosophe ne définit exactement ce que sera le surhomme, et ce n’est pas sans raison que Nietzsche se nommait lui-même “le dom Juan de la connaissance”), Sanin, lui, éclate de vanité et de béate autosatisfaction. S’il est dom Juan, c’est au sens le plus vulgaire du terme. Chez Nietzsche, on trouve un souci constant de perfectionnement intérieur, cet “amoraliste” ne parle que de la nécessité de l’effort (“créer de nouvelles valeurs”), de discipline, de dépassement de soi. Chez Sanin, il n’y a qu’abandon aux impulsions, atonie de la volonté, cynisme. “L’homme, affirme Nietzsche, est un pont tendu entre la bête et le surhomme”. Chez Arcybašev, le pont risque d’être franchi en sens inverse. Sanin, livré à ses instincts, amorce un retour vers la bête. Si Nietzsche prétendait vaincre le pessimisme métaphysique par l’extase dionysiaque, Sanin affirme vaincre l’ennui de vivre par le culte orgiaque de la dive bouteille. Du Dionysos antique il ne restait plus, hélas, qu’un satyre aux pieds fourchus.

  • 25 A. Verbickaja : Kl’uci sčast’ja (Sovremennyj roman v 2-h častjah), Moscou, 1910. À titre de compar (...)

24L’opposition entre l’intellectuel enlisé dans ses contradictions et acculé au désespoir et le “héros fort” de type nietzschéen, surhomme au petit pied, devient après Sanin et pendant une bonne dizaine d’années, un des axes de la nouvelle littérature. Profitant de cette mode, A.Verbickaja va pouvoir tirer au nombre, fabuleux pour l’époque, de cinq cent mille exemplaires son roman : Les clefs du bonheur25.

  • 26 Kljuci sčast’ja, T. I. pp. 102, 108.

25Ce roman “contemporain” (comme l’annonce le sous-titre) se déroule sur un fond apocalyptique de pogroms et d’incendies de gentilhommières. Le naufrage de la noblesse foncière donne comme un avant-goût de l’écroulement prochain et inévitable de toute une société en pleine décadence. Car si Verbickaja reprend l’argument central de Sanin et prône l’amour libre : “Nous vivons l’étrange époque de la libération de la chair. C’est l’aube d’un jour nouveau... Sachez que la libération du corps, c’est la porte ouverte du temple de la liberté, etc.. etc...”26, il ne s’agit pas cependant d’un simple démarquage d’Arcybašev. Notre romancière systématise les thèses de Sanin, les enrichissant d’un réquisitoire en règle contre une société engluée dans le mensonge. Ce mensonge est responsable de la dégénérescence de l’être humain.

  • 27 Ibid., p. 97.
  • 28 Ibid., p. 105.
  • 29 Ibid.. p. 22.
  • 30 Ibid., p. 147.

26Son héros Jan (c’est lui qui détient les “clefs du bonheur”) est un étudiant anarchiste recherché par la police. Il n’a rien de l’apathie ni du nihilisme dédaigneux de Sanin. Barbe blonde follette, œil de poète, visage racé, mains fines d’intellectuel, il a déclaré la guerre à la société. Il n’exalte pas le meurtre terroriste, mais le considère comme un mal inévitable ; ce qu’il vise avec ses bombes, ce n’est pas l’homme, mais ses idées : “Il faut lutter non contre les individus isolés, mais contre les idées qui régentent le monde. Il faut détruire les vieux dogmes”27. Jan, comme Sanin, croit à l’avènement de l’homme “fort et beau”, libéré des entraves des préjugés, enfin guidé par son égoïsme et ses instincts naturels. Mais son règne ne pourra s’installer que si les racines de la morale chrétienne sont extirpées définitivement du code de conduite de l’homme policé. À son élève Manja, Jan donne le conseil suivant, variation sur le fameux thème : “périssent les faibles !” : “Oh, la pitié ! Ne laissez jamais cette mauvaise herbe envahir votre cœur ! Les faibles s’agrippent aux jambes des forts et les entraînent en arrière. Les faibles, les pitoyables, comme le boulet au pied du bagnard, se traînent à notre suite, freinant le vol de l’âme, brisant par la pesanteur de leur amour, par leur besoin de compassion, les ailes de notre rêve...”28. Manja, ainsi chapitrée, grandit dans la révolte. Elle n’a que mépris pour son frère et sa sœur qui se sont chargés — par compassion — de son éducation. Ils sont eux-mêmes des orphelins, humiliés et offensés, pauvres mais honnêtes, embourbés dans une existence lugubre de labeur et de vertu. Victimes du devoir, de ce culte grotesque du travail et de l’altruisme, ils dépérissent, se dessèchent corps et âme, condamnés à la solitude, à l’amertume d’une décrépitude précoce. A travers Manja, Verbickaja dénonce le caractère pernicieux des institutions sociales, de l’école en particulier qui, tuant dans l’œuf les instincts naturels, nivelle les individus et les prépare à s’intégrer au “vulgum pecus”29. Ce troupeau, la foule, est éminemment répugnant : “Partout grouille la foule avec son âme plate, insatiable... Le silence lui est insupportable. Ne lui sont accessibles que les impulsions et les sentiments grégaires... De tout temps, j’ai fui les gens dans la montagne”30. L’auteur de cette déclaration très “zara-thoustrienne” est Steinbah, un Onegin de bazar, un juif millionnaire et contaminé par le mal du siècle, qui a engagé Jan comme jardinier pour lui permettre d’échapper à la police.

  • 31 Ibid., p. 70.

27Nous ne nous serions pas attardé si longuement sur ce roman, n’était la grande diffusion qu’il connut en son temps. Il est extrêmement caractéristique de ce que nous décrivons ici comme la “décadence vulgaire”. On y trouve une rapsodie de nombreux thèmes symbolistes — grossièrement traités. Nietzsche y est omniprésent. Wagner apparaît ici et là (on suggère que Manja sauvera Steinbah, comme Senta le Hollandais volant). La Beauté y est encensée comme une divinité. Seulement, il s’agit le plus souvent des avantages du corps féminin. C’est exceptionnellement que l’émotion esthétique naît d’un autre spectacle. Retenons tout de même le passage où Manja, comme jadis l’empereur Néron, reste éperdue devant la beauté des incendies allumés par les S. R. dans les campagnes ukrainiennes31.

  • 32 Cf. V. Pozner : Panorama de la littérature russe, Paris, 1929, pp. 216-217.
  • 33 De 1896 à la Révolution, Gorkij est revenu fréquemment sur la même question, prenant ainsi la tête (...)
  • 34 La réaction violente de Gorkij à la parution de ce récit assez anodin montre la tension des esprit (...)

28La période d’entre les deux révolutions fut donc marquée en Russie par le triomphe de cette peu glorieuse école littéraire. Si elle avait la faveur d’un large public, elle ne faisait tout de même pas l’unanimité. Les plus acharnés à la combattre étaient, bien entendu, d’une part, les symbolistes qui y voyaient — à juste titre — une contrefaçon caricaturale de leur propre inspiration, d’autre part, les réalistes qui en ressentaient l’existence comme une atteinte à la dignité humaine. Pour une fois, les combattants des deux camps se serraient les coudes, face à l’ennemi commun, Belyj, dans de nombreux articles, fustige “la canaille du train des équipages”, laissant entendre que ces auteurs de best-sellers, venant à la traîne des symbolistes, n’étaient que vils profiteurs32. Gorkij, de son côté, mène une guerre sans merci contre ce qu’il appellera “la décennie honteuse de la littérature russe”. L’essentiel de ses griefs est réuni dans un réquisitoire méthodique : La désagrégation de la personnalité, étude compacte éditée par “Le Savoir”, en 190933. L’origine du mal est la perte de lien avec la collectivité. De là découlent les deux maladies du modernisme : individualisme et pessimisme qui sont qualifiés de dérèglements de voyous (huliganstvo). Aux idéologues de la décadence — de dangereux psychopathes — Gorkij ne pardonne pas de salir l’image sacrée du révolutionnaire, ce saint laïque auquel même les “ennemis de la révolution” : Tolstoï, Turgenev, Gončarov, et jusqu’à Leskov et Pisemskij rendaient jadis hommage. Ainsi, les auteurs et leurs œuvres (L. Andreev : Les ténèbres, Le récit des sept pendus ; M. Arcybašev : Sanin ; F. Sologub : La légende créée, et même A. Kuprin — l’enfant terrible du réalisme — : Le mal de mer)34 sont confondus dans un même anathème solennel. Autre sacrilège : la peinture blasphématoire de la Femme, naguère magnifiée dans sa mission d’épouse et de mère, souvent élevée à la dignité de camarade de lutte, maintenant ravalée au stade de “jument hystérique”. Sans parler, bien entendu, du portrait diffamatoire du moujik et du travailleur : des bêtes brutes qui n’émergent de l’ivresse que pour récriminer, incendier et — comble d’infamie ! — parler de socialisme.

  • 35 F. Troziner : Scènes de la vie de bohème, op. cit., Ch. II : “La Maison mystérieuse”.
  • 36 Ibid., Ch. X, “Guerre intestine”.
  • 37 G. Ivanov : Peterburgskie zimy, op. cit., p. 53.

29La bohème littéraire pétersbourgeoise, telle qu’elle nous est apparue, avec son goût de l’extravagance et son culte du non-conformisme, se trouvait — on s’en doute — à la pointe du modernisme. Toutes les tendances de la mode y rencontraient un écho favorable, surtout celles qui choquaient le bourgeois ou rompaient en visière avec la tradition. Il n’est que de parcourir le feuilleton de Troziner pour s’en convaincre. Dans les discours des “bohèmes” on ne rencontre que sarcasmes pour les matérialistes grossiers, “objets animés”, sans idéal, sans désirs, sans rêves, sans but, sans espoir, sans témérité, sans audacieux envols vers les étoiles, les fiers sommets où vit la libre pensée de l’homme”35. Cette “libre pensée” est toute nourrie d’occultisme. Il n’est question que de “magie indienne”, de métempsycose, de phénomènes surnaturels, de maisons hantées. Nietzsche est reconnu comme un Maître. Dans un accès de découragement et d’autocritique — nettement aggravé par l’abus de la vodka —, un pilier de la bohème s’adresse en ces termes à ses compagnons : “Qui donc êtes-vous ? Vous vous considérez comme des disciples russes de Nietzsche. Vous imaginez être des sortes de surhommes auxquels tout est permis et, forts de cette conviction, vous vous enlisez dans l’inconduite, la soulographie, le scandale, la débauche et toutes sortes de turpitudes...”36. On devine, à travers ces propos, à quel degré d’avilissement était tombé le mythe audacieux du surhomme ! Cet engouement pour le philosophe allemand est confirmé par G. Ivanov37. Les bistrots et les restaurants littéraires jouent le rôle de foyers qui recueillent avidement toute théorie nouvelle pour la diffuser ensuite dans le grand public par le truchement des écrivains et folliculaires familiers de ces lieux. L’individualisme, le mépris pour la foule-troupeau, le désengagement politique sont de règle.

  • 38 Ibid., pp. 99-102.

30Mais, surtout, le pessimisme — le spleen — règne sur la bohème. Pour certains — plus qu’une simple affectation — il est le regret profond d’avoir raté son existence, d’être passé à côté de l’essentiel, il est désespoir sincère. De cette ambiance désenchantée témoignent unanimement les chroniqueurs de la bohème : Norvežskïj, Troziner, G. Ivanov. Par exemple, ce dialogue sur le suicide, au petit matin, entre Ivanov et le poète Ljubar, dans la salle déserte du Chien errant38. En un tel milieu, il n’était pas rare que la théorie fût suivie d’exécution pratique.

31Sur le chapitre de l’esprit bohème, A. Grin, connaisseur averti, est un témoin particulièrement précieux. M. Slonimskij rapporte une conversation qu’il eut avec Grin dans les années vingt. Ce dernier évoquait un souvenir déjà lointain : “Il me racontait les mœurs du restaurant Vienne où se réunissaient écrivains et artistes. Il se souvint tout à coup d’Ostogorskij.

  • 39 M. Slonimskij : Kniga vospominanij, L. 1966, p. 75.

32“Il y avait un lycéen taciturne de ce nom. Il venait, s’asseyait à une table, toujours silencieux. À toute question, il répondait d’un mot et s’enfonçait à nouveau dans le silence. Un jour, sans crier gare, il se trancha la gorge”39.

33Effectivement une épidémie de suicides sévissait à Pétersbourg, à laquelle la bohème et ses zélateurs n’étaient évidemment pas étrangers.

  • 40 A. Grin S. S. I, 272.
  • 41 E. A. Koltonovskaja : Kritičeskie etjudy — Rasskazy Grina — S. Peterburg, 1912.

34Parmi les récits inspirés à Grin directement par le milieu de la bohème, certains restituent très précisément l’atmosphère de ces restaurants “littéraires” derrière lesquels on voit se profiler le Capharnaüm, les clubs de la Fontanka et les bistrots de la Place au Foin. Dans Le vaisseau fantôme (1909), une compagnie d’artistes et d’étudiants après avoir passé des heures dans un “buffet”, termine la nuit au tripot : “L’ennui avait rassemblé ces six personnes, épuisées de vivre, écœurées par elles-mêmes, excitées par le café et l’alcool...”40. Le spleen les enchaîne les uns aux autres, car ils ont peur du vide, mais ils ne peuvent échapper à la solitude, briser les murs que l’égoïsme invétéré a édifiés autour d’eux. À propos de ces personnages “neurasthéniques, aux tempes creuses, aux visages marqués par l’alcool, aux yeux pochés”, un critique contemporain s’écrie : “Qui ne reconnaîtrait en eux la bohème de la capitale ?"41. Les Aventures de Ginč nous introduisent également dans un cercle de poètes et d’écrivains. Au cours d’une conversation, ils passent en revue les thèmes à la mode : problème de la Femme, de l’hypnose, etc.. Dans leur groupe, comme dans le précédent, on ne trouve qu’états d’âme crépusculaires et mélancolie. Dans Le Quatrième paie pour tous, ce sont trois journalistes qu’un insupportable malaise intérieur chasse de café en café. Ils cherchent à fuir l’angoisse qui les tenaille : “Les mouches crèvent, dit Kryga ; inventons quelque chose.

  • 42 A. Grin S. S. II, 213.

35– Tout est inventé, rétorqua sombrement Ivanov”42.

  • 43 A. Grin S. S. II, 214.
  • 44 A. Grin S. S. II, 216.
  • 45 A. Grin S. S. II, 218.

36Effectivement, ni les séances de “communion des âmes”, ni les tentatives pour “arracher son secret au ciel”, ni l’attente de la “belle Inconnue”43 n’arrivent plus à les sauver du marasme où ils s’enlisent. Alors que ses compagnons cherchent l’oubli dans les bras des prostituées, Kryga rentre dans son garni. De sa fenêtre il contemple tristement la Néva. Une sirène hurle sur le fleuve. À ce moment précis, dans la chambre voisine, retentit un cri déchirant “long, assourdissant, comme un écho de la voix métallique du navire”44. Ce cri où s’exprime toute l’angoisse d’une époque, d’un milieu, est poussé par un étudiant, une de ces multiples épaves anonymes que charrie la capitale. “Pourquoi donc vivre ? Je m’ennuie, il fait froid... froid...”45 déclare-t-il à Kryga qui, aussitôt, reconnaît en lui un frère.

37Ce court récit nous semble particulièrement évocateur du pessimisme qui sévissait dans le milieu que fréquentait Grin. Par sa concision, son relief, il rappelle le tableau “Le cri” (1893) du peintre norvégien Edvard Munch. Face au public, sur un pont, un personnage, la bouche ouverte, les yeux agrandis par la peur, pousse vers le ciel un cri sans fin. À l’arrière-plan, l’eau, la terre, le ciel se confondent, se brouillent dans un entrelacs de courbes hallucinées. Cette épouvante irrationnelle, c’est bien le mal du siècle, c’est bien le grand désarroi des intellectuels qui, dans la bohème pétersbourgeoise, comme toutes les tendances du moment, s’amplifie démesurément. Grin, dans ses récits, souligne fortement l’atmosphère tragique et morbide de la bohème, sa désespérance sans issue.

  • 46 Le critique Nevedomskij (Cf. Norvežskij, op. cit., p. 135) et Amfiteatrov (Cf. Gorkij, Razrušenie (...)

38À cette époque où les vitrines des libraires étaient envahies par les romans de Przybyszewski, Verbickaja, A. Kamenskij, Arcybašev, O. Weininger, plusieurs critiques lancèrent l’expression de “période viennoise” de la littérature russe46. C’est dire à quel point les contemporains eux-mêmes étaient conscients du lien entre la production littéraire de la bohème et les manifestations vulgaires de l’esprit du temps. Effectivement la presse boulevardière, accueillante aux écrivains besogneux et obscurs, s’était mise au goût du jour. Le public, d’ailleurs, réclamait que l’on traitât des “questions maudites” : superstitions, occultisme, suicide et, surtout, du “problème du sexe”.

  • 47 Le Journal bleu (Sinij Zurnat) 1912, n° 6, p. 18.
  • 48 Le Nouveau journal pour tous (Novyj Zumal dlja vseh), 1908, n° 6, p. 124.
  • 49 VI. Kohanovskij : Le fauve (Zver’), 1910, n° 17.
  • 50 M. Arcybašev : La mort de Baskin (Smert’ Baškina), 1910, n° 15, pp. 6-10.

39Il est curieux de feuilleter les vieilles collections d’avant-guerre du Journal bleu. Ce ne sont que réclames pour des éditions du genre Livre des miracles et des secrets (destiné à ceux qui “désirent acquérir une puissance extraordinaire, connaître les propriétés magiques des plantes et des pierres, posséder le talisman d’amour”)47, manuels de chiromancie, d’astrologie, de magie noire et blanche (“à ne pas confondre avec la vulgaire prestidigitation !”). Des “médecins, disciples de Charcot” vantent leurs panacées fondées sur l’hypnose et le magnétisme. Un certain docteur L. L. Honoré affirme : “L’idée maîtresse de toute mon activité est la foi dans la supériorité des forces spirituelles sur les forces matérielles. Ma méthode thérapeutique fondée sur cette conviction va bien au-delà de la médecine officielle...”. Au bas des pages, des réclames plus discrètes pour des potions et des dragées “souveraines en cas de virilité défaillante”. Sous la rubrique “Belles-Lettres”, les récits sont tout inspirés par les préoccupations du jour. Il faut à tout pris du sensationnel. Et les auteurs font assaut d’imagination : histoires de vampires, de maisons hantées où se perpètrent de sombres meurtres, des crimes sadiques commis sous l’emprise irrésistible de l’instinct sexuel. Les titres eux-mêmes sont suggestifs : La diablesse, roman abominablement criminel en trois parties de N. Šebnev, L’hypnotiseur de B. Vallens, etc.. Le Nouveau journal pour tous qui, dans l’ensemble, est d’une plus haute tenue littéraire, n’échappe pas non plus à la contagion moderniste. On y commente avec gravité le livre du professeur Auguste Forel’ : La question sexuelle. “Le problème du sexe ne cesse d’occuper notre attention [...] car il touche au phénomène sensoriel le plus fondamental de notre existence”48. Dans le même numéro, on vante un énorme manuel de “magie pratique” du docteur français Papus. Paraissent des récits inspirés par “la vie d’une jeune prostituée”49. M. Arcybašev a toute facilité pour exposer complaisamment sa peu tonifiante philosophie : “L’immortalité, quel ennui ! La vie, quelle platitude ! Le plus agaçant c’est que la mort soit chose affreuse, alors, bien sûr, on hésite à s’envoyer au diable de sa propre main. Ainsi, on vit longtemps, longtemps, arpentant ce cimetière que l’on nomme existence”50.

40Ce sont précisément les idées d’Arcybašev qu’on retrouve le plus fréquemment illustrées par la plume des bohèmes. À la fatigue de vivre, à la tentation de la mort, un seul antidote : la sensualité. Une illustration caractéristique de ce leitmotiv nous est fournie par les récits de VI. Lenskij, ami de Grin et familier du Vienne, publiés dans Le Nouveau journal pour tous en 1909-1910.

  • 51 VI. Lenskij : Ustalost’ — Novyj Žurnal dlja vseh, 1910, n° 19, pp. 31-56.

41Dans La fatigue est analysée longuement l’asthénie, plus morale et intellectuelle que physique d’un homme jeune. De cet ennui de vivre vient le délivrer fort à propos une tuberculose foudroyante. La conclusion nous présente une image du héros, Vaguin, crachant le sang : “Il se vidait de son sang. En même temps — comme il semblait à Vaguin — s’échappait enfin de son corps la fatigue, laissant place à la sérénité, au calme souverain d’un suave et profond repos”51.

  • 52 VI. Lenskij : Bol’nica — Novyj Žurnal dlja vseh, 1909, n° 7.

42Le même auteur, dans sa nouvelle L’hôpital, nous fournit en quelque sorte le contrepoison à ce virus de mort qui habite obligatoirement l’enfant du siècle. L’atmosphère morbide de l’hôpital — sur laquelle Lenskij s’appesantit à dessein — est destinée à inspirer l’horreur de la mort, à provoquer un dégoût salutaire pour la hideur de la maladie, la décrépitude de la chair. La raison de vivre se cache dans la volupté. Il faut donc — on en revient toujours là — cultiver en soi la sensualité, fin dernière de l’Être. Hélène, l’héroïne, sur son lit d’hôpital, se remet lentement du typhus. Au cours de sa convalescence, elle sent monter en elle une sève bienfaisante qui, développant à l’extrême la réceptivité de ses sens, lui révèle la raison profonde de l’existence. Forte de ce viatique, la voici prête à affronter le Mal. Elle regarde désormais d’un œil dédaigneux et indifférent la douleur qui l’entoure et qui ne saurait plus la concerner. L’amour malheureux de son frère ? le deuil d’Aglaë, l’infirmière qui a perdu son enfant ? l’agonie de ses voisins de chambre ? “elle considérait tout avec mépris, se réjouissant égoïstement de cette sensation nouvelle : les forces de vie qui envahissaient son corps”52.

43Ainsi Schopenhauer et Nietzsche se trouvaient à nouveau réunis et confrontés dans une dialectique simpliste et manichéenne où l’âme et le corps — les deux polarités fondamentales de l’être humain s’affrontaient sans merci. Qui devait l’emporter de l’âme altérée de néant ou du corps possédé par l’appétit de vie animale, c’est-à-dire de jouissance ? Pour Hélène, le corps triomphait. Mais l’issue du combat est toujours incertaine. Une voisine de lit, elle, vient de se suicider : “Son corps jeune et vigoureux aspirait à la vie, avait soif de jouissance, mais son âme exténuée, glacée de douleur avait inspiré à sa main tremblante de saisir le poison et de le porter à ses lèvres.

  • 53 Ibid, p. 40.

“Je ne peux pas, je ne veux pas, criait le corps secoué d’effroi.
– Il ne reste rien d’autre à faire, gémissait l’âme et elle poursuivait sa sombre exhortation :
il le faut, il le faut !”53.

44Telle est, rapidement brossée, la toile de fond de la vie littéraire russe au lendemain de la révolution de 1905. C’était l’époque où faisaient rage les manifestations les plus vulgaires de la “vague décadente”. C’est dans l’écume de cette vague — la bohème pétersbourgeoise — que l’écrivain A. Grin a surgi. Il n’est pas indifférent de savoir que des récits comme Le paradis ou L’île Reno qui, en 1909, ont marqué le véritable début de sa carrière furent publiés dans Le Nouveau journal pour tous, à quelques pages des œuvres de Lenskij et dans le contexte journalistique général que nous venons d’évoquer.

45Nous tenterons maintenant de retrouver dans l’inspiration première de notre auteur l’influence éventuelle de l’esprit du temps.

Notes

1 D. S. Merežkovskij : Des causes de la décadence et des courants nouveaux de la littérature russe. S. Pet. 1893, Ch. IV.

2 Bal’mont : Tol’ko Ijubov’ (Rien que l’amour).

3 A. Kuprin : Poedinok (Le duel). Ch. XXI.

4 L’expression est empruntée au livre de l’historien et philosophe Boris Murav’ëv : Histoire de la Monarchie russe, Payot.

5 Les œuvres complètes de Nietzsche ont été publiées en Russie par les éditions Scorpion (1904-1905) dans la traduction de Ajhenval’d, Bal’mont, Belyj, Brjussov, V. Ivanov.

6 Allusion à la poésie de Blok : Neznakomka (L’inconnue).

7 F. Nietzsche : Ainsi parlait Zarathoustra — Troisième partie : "Des trois maux” : “Volupté, cependant, je veux mettre des clôtures autour de mes pensées et même autour de mes mots, de peur que les porcs et les exaltés ne fassent irruption dans mes jardins !”

8 Ibid.

9 L’explication de cette expression est donnée par A. M. Red’ko dans son livre : Recherches littéraires et artistiques à la fin du xixe et au début du xxe siècle. — Moscou 1924 — “Montrer la femme au bain devint presque obligatoire pour les écrivains... Il fallait choisir une belle journée d’été et conduire le lecteur, au nom du problème du sexe, en ces lieux où se baignent les femmes” p. 177.

10 À ce sujet, lire l’intéressante étude de V. Polonskij : “sur les problèmes du sexe et la littérature érotique” dans son livre : De la littérature contemporaine 0 sovremennoj literature — Gosizdat, M.L. 1929, pp. 201-218.

11 M. P. Arcybašev : Sanin (1907, Réédition Bradda Books, 1969, p. 59).

12 Ibid., p. 164.

13 Ibid., p. 60.

14 Ibid, p. 96.

15 Ce diminutif péjoratif ne vise-t-il pas méchamment le philosophe VI. Solov’ëv ?

16 Sanin, p. 235.

17 Ibid., p. 88.

18 Ibid, p. 241.

19 Ibid., p. 132.

20 Ibid, p. 138.

21 Ibid, pp. 225-226.

22 Ibid., p. 229.

23 Ibid., p. 167.

24 Ibid, p. 188.

25 A. Verbickaja : Kl’uci sčast’ja (Sovremennyj roman v 2-h častjah), Moscou, 1910. À titre de comparaison, notons que les éditions “Le Savoir” de Gorkij tiraient à la même époque de 20 à 30 000 exemplaires.

26 Kljuci sčast’ja, T. I. pp. 102, 108.

27 Ibid., p. 97.

28 Ibid., p. 105.

29 Ibid.. p. 22.

30 Ibid., p. 147.

31 Ibid., p. 70.

32 Cf. V. Pozner : Panorama de la littérature russe, Paris, 1929, pp. 216-217.

33 De 1896 à la Révolution, Gorkij est revenu fréquemment sur la même question, prenant ainsi la tête de la croisade anti-décadente. Lire, en particulier : Paul Verlaine et les décadents. (1896).

34 La réaction violente de Gorkij à la parution de ce récit assez anodin montre la tension des esprits. Kuprin avait eu l’imprudence de choisir, comme victime d’un viol, une militante S. D. !

35 F. Troziner : Scènes de la vie de bohème, op. cit., Ch. II : “La Maison mystérieuse”.

36 Ibid., Ch. X, “Guerre intestine”.

37 G. Ivanov : Peterburgskie zimy, op. cit., p. 53.

38 Ibid., pp. 99-102.

39 M. Slonimskij : Kniga vospominanij, L. 1966, p. 75.

40 A. Grin S. S. I, 272.

41 E. A. Koltonovskaja : Kritičeskie etjudy — Rasskazy Grina — S. Peterburg, 1912.

42 A. Grin S. S. II, 213.

43 A. Grin S. S. II, 214.

44 A. Grin S. S. II, 216.

45 A. Grin S. S. II, 218.

46 Le critique Nevedomskij (Cf. Norvežskij, op. cit., p. 135) et Amfiteatrov (Cf. Gorkij, Razrušenie ličnosti, op. cit.).

47 Le Journal bleu (Sinij Zurnat) 1912, n° 6, p. 18.

48 Le Nouveau journal pour tous (Novyj Zumal dlja vseh), 1908, n° 6, p. 124.

49 VI. Kohanovskij : Le fauve (Zver’), 1910, n° 17.

50 M. Arcybašev : La mort de Baskin (Smert’ Baškina), 1910, n° 15, pp. 6-10.

51 VI. Lenskij : Ustalost’ — Novyj Žurnal dlja vseh, 1910, n° 19, pp. 31-56.

52 VI. Lenskij : Bol’nica — Novyj Žurnal dlja vseh, 1909, n° 7.

53 Ibid, p. 40.

© Presses universitaires de Provence, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540