Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Évolution littéraire d'Aleksandr Grin

 | 
Paul Castaing

Chronologie1

Texte intégral

  • 1 Le présent travail reprend, avec quelques modifications et précisions supplémentaires, la Chronolo (...)
  • 2 Par la suite, les dates seront données en “nouveau style”.

11880 (11/23 août)2. Naissance d’Aleksandr Stepanovič Grinevskij à Slobodskoj, chef-lieu de district du gouvernorat de Viatka. Son père, Stepan Evseevič (Evzibievič), polonais d’ascendance noble, avait pris part en 1863 au soulèvement national. Il était alors élève de terminale au gymnase de Vitebsk. Condamné à la déportation à vie, exilé en Sibérie, il s’était, après son mariage en 1872 avec Anna Stepanovna Ljapkova, originaire de Viatka, fixé à Slobodskoj ou il exerçait, en 1880, les modestes fonctions d’employé dans une brasserie. Le couple qui était resté longtemps sans enfant avait adopté une orpheline, Natal’ja (dont il est question dans le chapitre Sébastopol du Récit autobiographique (Avtobiografičeskaja povest’).

  • 3 24 800 d’après le Baedeker, Paris, édition de 1902.

21882. La famille Grinevskij déménage à Viatka, où naîtront les jeunes sœurs d’Aleksandr, Ekaterina et Antonina. L’atmosphère étouffante de cette petite ville d’un peu plus de 20 000 habitants3, perdue entre la Volga et l’Oural, fera de Grin un ennemi impitoyable de la mesquinerie provinciale. Le père trouve un emploi de comptable à l’hôpital du zemstvo.

31889 (automne). Aleksandr entre à l’école technique (real’noe učilišče) de Viatka.

  • 4 Lire à ce sujet La fuite en Amérique (Begstvo v Ameriku) in le Récit autobiographique, (Avtobiogra (...)

41891 (février). Il en est exclu en deuxième année pour avoir écrit une inoffensive satire sur ses maîtres4.

51892 (octobre). Admission à l’école primaire municipale dont le cycle d’études est de quatre années.

61893. Anna Stepanovna meurt de la tuberculose peu après avoir donné naissance à Boris, le jeune frère d’Aleksandr. Stepan Evseevič se remarie avec la veuve d’un lecteur de psautier et adopte son fils Pavel, un enfant de neuf ans.

71896 (mai). Fêtes du couronnement de Nicolas II.

81896 (1 juin). Aleksandr, au terme du cycle de quatre ans à l’école primaire, reçoit une “attestation de fin d’études” avec pour moyenne générale la note de 3 sur 5 (passable). L’éducation physique est la seule matière où il obtienne l’appréciation “bien”.

  • 5 V. P. Kalickaja, Souvenirs, cité par V. Sandler in A. S. Grin, Džessi i Morgiana, Lenizdat 1966, p (...)

91896 (23 juin). Le “conseil de famille” décide d’envoyer Aleksandr à Odessa dans l’espoir de faire de lui un matelot de la marine marchande, mais on ne peut lui donner d’argent ni pour son séjour ni pour ses frais d’études : “Quand il (Grin) arriva à Odessa, les inscriptions à l’école de navigation (morehodnye klassy) étaient closes et l’enfant ne fut pas admis”5.

101896 (juin-juillet). Aleksandr, à la recherche d’une place de mousse, hante les asiles de nuit du quartier de la Quarantaine et la gargote (obžorka) des clochards. Pendant quelques semaines il est hébergé au foyer de l’agence de la Société russe de Navigation mixte (SRNM) qui abrite l’“équipage de terre”.

111896 (août). Deux traversées Odessa-Batoum sur le Platon.

121896 (août-septembre). A nouveau hébergé au foyer de la SRNM, il en est chassé à la suite de dénonciations calomnieuses. Il passe ensuite deux semaines à l’hôpital municipal où il est soigné pour un œdème purulent des jambes.

131896 (automne). Embauché à bord du Saint-Nicolas, il décharge des tuiles à Kherson.

141896 (novembre-décembre). Employé comme “marqueur” dans les entrepôts du port d’Odessa.

  • 6 Pâques à bord, (Pasha na parahode), écrit vers 1907 et publié pour la première fois in Kodry, 8,19 (...)
  • 7 L’or et les mineurs op. cit..

151897 (printemps). Voyage à Alexandrie à bord du Cesarevič. Sur cette escapade en terre étrangère, la seule que Grin ait accomplie, on peut lire son témoignage dans deux récits postérieurs6. “Quand, dans ma jeunesse, j’arrivai à Alexandrie (en Egypte) en tant que matelot sur un bâtiment de la Société russe, j’eus l’impression, comme l’immortel Tartarin de Daudet, que le Sahara et les lions étaient tout à côté et qu’il me suffisait de traverser la ville. Après avoir arpenté quelques rues poussiéreuses et brûlantes comme un four, je débouchai sur un canal rempli d’une eau fangeuse. Aucune passerelle ne l’enjambait : sur l’autre rive s’étandaient des plantations et des jardins potagers. Je voyais bien des chemins, des puits, des palmiers mais pas de désert. Je m’approchai du bord même du canal, respirant l’odeur de l’eau croupie, puis je m’en retournai à bord. Là, je racontai qu’un bédouin avait fait feu sur moi mais m’avait raté. Après un moment de réflexion, j’ajoutai que, sur le seuil d’une boutique arabe, il y avait un pot de roses et que j’avais voulu en acheter une mais qu’une belle mauresque, sortant de l’échoppe, me l’avait offerte en me disant : “Seliam aleïkioum”. Est-ce bien cela que disent les jeunes filles arabes en offrant des fleurs, et en offrent-elles à des matelots inconnus, je l’ignore toujours...”7.

161897 (juillet). Retour à Viatka. Les deux cents dernières verstes sont parcourues à pied dans la boue. Aleksandr occupe successivement des emplois d’expéditionnaire dans un bureau et de copiste pour le compte du théâtre local qui lui confie aussi, à l’occasion, des rôles de figuration. Il fréquente quelques jours une école de cheminots mais abandonne par ennui.

  • 8 Courte autobiographie envoyée à S. A. Vengerov le 15 Mars 1913, in Souvenirs sur Alksandr Grin (Vo (...)

171898 (juillet). Départ pour Bakou. Pendant plus d’un an, il mène la vie de la pègre du grand port. Il hante les “bas-fonds”, les asiles de nuit, mendie dans les rues toujours à la recherche d’une embauche de plus en plus improbable en raison de l’état de sa santé, ébranlée par les crises répétées de malaria. Il participe à la lutte contre l’incendie d’un puits de pétrole et, en mai 1899, travaille quelques semaines dans une pêcherie aux environs d’Astrakhan. Plus tard, il comparera cette période de son existence à celle de Maksim Gorkij8.

181899 (automne-hiver). À Viatka où son père l’héberge à nouveau, il gagne quelque argent comme secrétaire d’un avocat puis comme écrivain public pour rédiger requêtes et papiers administratifs des paysans des environs. Il s’emploie aussi comme manœuvre au dépôt ferroviaire de Viatka.

191900 (printemps). Départ dans l’Oural en février dans l’espoir naïf d’y trouver de l’or. Là encore, il exerce différents métiers : ouvrier des hauts-fourneaux, employé aux mines d’or Suvalov, bûcheron etc... En avril-mai, après la débâcle, il participe au flottage du bois (lire à ce sujet le Récit autobiographique).

  • 9 À ce sujet, Mes prisons passées (Tjuremnaja starina) in Džessi i Morgiana op. cit., p. 128.

201900 (août). Retour à Viatka. Il travaille quelques mois comme garçon d’étuve à la station ferroviaire de Murasi aux environs de Viatka. Au moment de Noël, en compagnie de Nazarov, son ancien condisciple de l’école primaire, il fabrique des guirlandes pour le compte de la Maison du Peuple9.

211901 (avril). Après s’être essayé pendant une semaine à la vie de trappeur dans la région de Kotlas, Aleksandr s’engage comme marinier sur les péniches de la Compagnie Bulyčev, à dix roubles par mois. Il descend la Viatka, la Kama, la Volga. À la foire de Nijni-Novgorod où il est allé livrer de l’avoine, il est congédié pour une innocente plaisanterie.

221902 (fin février). Sur les conseils de son père, Aleksandr se porte volontaire pour le service militaire. Il aurait pu y échapper en tant qu’aîné de famille nombreuse. Dès janvier, il cherche à s’engager, mais il est alors jugé inapte pour insuffisance de volume thoracique. Il sera cependant enrôlé au printemps comme fantassin dans le 213e bataillon de réserve Orovajskij cantonné à Penza. Sur cette période nous disposons du témoignage officiel de son “état des services” (poslužnoj spisok) :

23“1902. Mars, le 18 : enrôlé dans le bataillon comme simple soldat.

24Juillet, le 8 : rayé des rôles de bataillon pour désertion.

25Juillet, le 17 : revenu de sa fuite, réinscrit sur les rôles.

26Juillet, le 28 : traduit devant un tribunal.

  • 10 Prométhée (Prometej) III. Molodaja gvardija, 1967, pp. 306-309.

27Novembre, le 28 : rayé des rôles du bataillon pour désertion10.

  • 11 Mes prisons passées, op. cit., p.129.

28La sanction du tribunal pour la première désertion avait été de trois semaines de prison au pain et à l’eau. Une des raisons de cette conduite “agitée” nous est donnée dans la nouvelle autobiographique Mes prisons passées (Tjuremnaja starina) écrite en 1930 et qui est comme un brouillon inachevé du chapitre Sébastopol du Récit autobiographique : “Mon service militaire fut placé sous le signe d’une révolte permanente et frénétique contre l’oppression. Le rêve de mon père de voir la discipline “faire de moi un homme” ne se réalisa pas. Il suffisait que l’on tentât de m’obliger à cirer les bottes de l’adjudant ou à recouvrir de sciure le plancher de la caserne (très propre, soit dit en passant) ou à monter la garde quand ce n’était pas mon tour pour provoquer de ma part de tels scandales que la question de sanctions disciplinaires fut soulevée plus d’une fois”11.

  • 12 A. S. Grin, Éléphant et Caniche in Prométhée op. cit., III, 1967, p. 310.
  • 13 Mes prisons passées, op. cit., p.130.

29Ces souvenirs sont confirmés par la peinture de la vie militaire que nous donnent les premiers récits de l’écrivain : Le mérite du soldat Panteleev (Zasluga rjadovogo Panteleeva) et L’Éléphant et le Caniche (Slon i Moska) “Caniche, le plus mauvais soldat et le plus maladroit des tireurs du peloton, était au service depuis déjà plus d’un an, mais ni la féroce discipline du bataillon de N., ni les coups qui pleuvaient, distribués par tous les supérieurs, ni les “paternelles exhortations”, rien ne pouvait faire de lui un soldat comme les autres”12. Mais surtout Grin prend contact avec le milieu socialiste-révolutionnaire (S. R.) par l’intermédiaire du sous-lieutenant d’active Aleksandr Ivanovic Studencov. À son sujet, Grin écrit dans Mes prisons passées : “Plus d’une fois, il me conduisit à l’appartement des conspirateurs où des séminaristes et des étudiants me donnaient à lire Le vade-mecum du soldat (Soldatskaja pamjatka) de Lev Tolstoï et autres brochures”13. C’est lui qui favorise la deuxième désertion de Grin en lui fournissant des vêtements civils, de l’argent, des adresses dans plusieurs villes et surtout une fausse carte d’identité au nom d’Alksandr Stepanovic Grigor’ev.

  • 14 Cet extrait des Souvenirs de V. P. Kalickaja est cité par V. Sandler dans son article Grin, cet in (...)

301902 (décembre). Grin se lance dans la vie de révolutionnaire professionnel clandestin. Seuls, les mois de juillet à novembre 1903 (Kiev, Sébastopol) trouvent leur reflet dans le Récit autobiographique. Pour la période précédente, les Souvenirs de Vera Pavlovna, la première épouse de Grin, nous apportent quelque lumière : “D’abord (après sa désertion, P. C), il se rendit à Simbirsk, de là, on l’envoya à Nijni-Novgorod. En raison de l’intérêt qu’Aleksandr manifestait pour le travail clandestin, on le jugea apte à entrer dans une organisation clandestine. On l’envoya en “quarantaine” à Tver’. Cela signifiait qu’il devait séjourner dans cette ville sans attirer sur lui l’attention pendant deux ou trois semaines. S’il réussissait à éviter la surveillance policière, le Parti l’enverrait dans une autre ville et lui indiquerait la personne contre laquelle devait être accompli l’acte terroriste. Mais les responsables s’étaient trompés sur Aleksandr Stepanovic : il ne pouvait s’en remettre aveuglément à personne et il en eut vite assez de sa “quarantaine”. Revenu à Nijni-Novgorod, il refusa la mission qui lui avait été confiée. Le Parti décida qu’Aleksandr n’était pas fait pour le travail terroriste et le chargea de la propagande à Saratov. De Saratov, Aleksandr fut déplacé à Tambov où il fit la connaissance de Naum Jakovlevic Byhovskij. Avec ce dernier, il entretint des rapports amicaux jusqu’à la fin de sa vie. Naum Byhovskij n’était pas seulement un révolutionnaire enthousiaste ayant fait à plusieurs reprises l’expérience de la prison et de l’exil, c’était aussi le meilleur des hommes et un généreux camarade. De Tambov, en compagnie de Byhovskij, Aleksandr Stepanovic passa à Ekaterinoslav et, en août 1903, à Kiev. Il fut chargé d’une mission d’un jour à Odessa et, de là, envoyé à Sebastopol”14. A Ekaterinoslav, il rédige des proclamations pour les ouvriers à la demande de Byhovskij qui découvre à cette occasion les dispositions littéraires de son ami. Sur les événements de Sébastopol, on peut se reporter au Récit autobiographique.

311903 (septembre). Grin rencontre Ekaterina Aleksandrovna Bibergal’ (Kiska du Récit autobiographique) dont le nom dans la clandestinité est Vera Ivanovna. Cette dernière, ancienne auditrice des cours supérieurs Bestuzev, avait été déportée à Sébastopol en 1901 pour avoir pris part à une manifestation estudiantine.

321903 (11 novembre). Grin (sous le nom de Grigor’ev) est arrêté sur le quai du Comte pour propagande subversive parmi les fusiliers marins de la garnison de Sébastopol.

331903 (15 décembre). Ekaterina Bibergal’ est envoyée sous escorte dans le gouvernorat d’Arkhangelsk.

341903 (17 décembre). Première tentative malheureuse d’évasion d’Aleksandr Stepanovic.

351905 (22 janvier). “Dimanche rouge”.

361905 (16 février). Ekaterina Bibergal’ s’évade de sa résidence d’exil et se cache à Saint-Pétersbourg.

371905 (22 février). Le tribunal de la marine de guerre de Sébastopol condamne Grin à une déportation de dix ans en Sibérie. Ce verdict relativement clément est obtenu par le célèbre avocat A. S. Zarudnyj (futur défenseur du lieutenant Schmidt), l’accusation ayant réclamé vingt ans. Par la suite, Grin s’adressera encore à Zarudnyj pour lui réclamer de l’aide, notamment financière. Mais, en attendant sa déportation, Grin doit répondre d’un autre délit de propagande révolutionnaire, cette fois devant le tribunal de Féodossia. Grin tentera encore de s’évader de la prison de Féodossia avant d’être à nouveau incarcéré à Sébastopol (ces péripéties sont relatées en détail dans le chapitre Sébastopol du Récit autobiographique).

381905 (14 juin). Le cuirassé Potemkin se mutine devant Odessa.

391905 (17 octobre). Manifeste impérial et amnistie générale des “politiques”.

401905 (21 octobre). Grin, bénéficiant de l’amnistie, est relâché de la maison d’arrêt de Sébastopol. Il est logé pendant un mois environ par un maître d’école S. R. dont il trace un portrait peu flatteur dans le Récit autobiographique : “Ce maître d’école était un beau parleur qui ne faisait rien pour la révolution et se contentait d’effrayer les autres membres de l’Organisation par ses façons de vous aborder dans la rue en criant : “Il faut jeter une bombe !” ou “Quand donc pendrons-nous toute cette racaille ?”.

411905 (Décembre). Grin est à Pétersbourg, envoyé en mission sur sa demande par les responsables du Parti. En fait, Grin est allé retrouver Kiska dont il est amoureux. Mais celle-ci refuse de lier son destin à un homme qui n’a pas dans la cause une foi inébranlable. Après quelques entrevues orageuses, c’est la rupture.

421906 (7 janvier). Au cours d’une rafle de la police politique qui s’efforce de liquider les groupes révolutionnaires terroristes de la capitale, Grin, sous le nom de Nikolaj Ivanovie Mal’cev, est arrêté sur le pont Litejnyj. II est incarcéré à la prison du quartier de Vyborg, dite prison des Croix (Kresty).

431906 (mai). Grin, condamné en avril sans jugement à une déportation de quatre ans dans le gouvernorat de Tobolsk (Sibérie), est transféré à la prison des déportés en instance de départ. Il y reçoit la visite d’une “fiancée”, Vera Pavlovna Abramova, fille d’un conseiller d’État actuel, et membre de la société de la Croix rouge qui se donne pour mission de venir en aide aux prisonniers politiques. Cette rencontre marque Grin profondément.

441906 (15 mai). Départ pour Tobolsk. Sur le chemin de l’exil, à Tjumen’, Grin rencontre son ancien compagnon de clandestinité Naum Byhovskij qui lui fournit un nouveau faux passeport et de l’argent. Il envoie une lettre à Abramova : “Je veux que vous deveniez tout pour moi : une mère, une sœur, une épouse”.

451906 (11 juin). Grin s’évade de Turinsk où il avait été assigné à résidence par le gouverneur de Tobolsk. Par Samara et Saratov, il regagne Saint-Pétersbourg où il trouve refuge chez Vera Pavlovna qui le cache à la police.

  • 15 La Russie littéraire (Literaturnaja Rossija) 28 août 1964. Sur ces événements, on peut également s (...)

461906 (juillet). Estimant sa fausse identité peu sûre, Grin se rend à Viatka, auprès de son père qui lui procure les papiers d’un “honorable citoyen” de trente-cinq ans (Grin en a vingt-six), Aleksej Mal’ginov, décédé à l’hôpital. Sous cette nouvelle identité, Grin regagne la capitale par Moscou où il passera une dizaine de jours. Il y retrouve le providentiel Naum Byhovskij lui-même en route vers un exil à l’étranger. Ce dernier propose à Aleksandr un travail rémunéré. Il s’agit de rédiger d’urgence un texte subversif (agitka) destiné à être répandu dans les casernes. Grin écrit : Le mérite du soldat Panteleev. La brochure est publiée, ce qui vaut la prison à l’éditeur Mjagkov qui ne livre pas le nom de l’auteur au cours de l’enquête. Les exemplaires seront saisis et détruits par la police sauf un seul, conservé à titre de pièce à conviction. Il sera redécouvert en 1961 et publié en 196415.

  • 16 À ce sujet, V. Sandler Un récit inconnu d’Aleksandr Grin (Neizvestnyj rasskaz A. Grina), Prométhée (...)

471906 (septembre). De retour à Pétersbourg, à la demande du comité S. R., Grin écrit un deuxième pamphlet politique, l’Éléphant et le caniche dont le titre est inspiré par le fabuliste I. Krylov. Deux exemplaires, miraculeusement sauvés de la destruction par voie de justice, aboutissent en 1908 dans les bibliothèques publiques de Moscou et de Saint-Pétersbourg où ils ne seront découverts qu’en 196616.

481906 (octobre). Grin écrit son premier récit “littéraire” et légal : En route pour l’Italie (V Italiju) qui est publié le 5 décembre dans les Les Nouvelles de la Bourse (Birževye vedomosti) sous les initiales M-V, A. A. (A. A. Malginov).

  • 17 Dans ses Souvenirs, N. N. Grin, évoquant les circonstances de la première apparition de ce pseudon (...)

491906 (7 avril). Le pseudonyme A. S. Grin apparaît pour la première fois sous le récit Un incident (Slučaj) paru dans le journal le Camarade (Tovarišč)17.

501907 (automne). Vera Pavlovna accepte de partager la vie de Grin. Ils s’installent dans un appartement au n° 44 de la onzième ligne de l’île Vassilievskij. Vera Pavlovna travaille au laboratoire de l’Institut de géologie. Le mariage est impossible en raison de la situation illégale d’Aleksandr Stepanovie.

511908 (février). Parution aux éditions Notre vie (Naša žizn’) de Kotel’nikov du premier recueil de récits Le bonnet magique (Šapka nevidimka) inspirés par l’expérience révolutionnaire.

  • 18 V. P. Kalickaja, Souvenirs, passage inédit (archives de l’auteur).
  • 19 Lire à ce sujet N. Veržbitskij Une âme lumineuse, (Svetlaja duša). Notre contemporain (Naš sovre-m (...)

521908-1910. Grin s’immerge dans la bohème littéraire pétersbourgeoise. Il se lie particulièrement avec Kuprin : “J’aime cet homme, déclarait Grin à son sujet, dans tous ses comportements. Il m’a beaucoup apporté lorsque j’étais un écrivain débutant, au cours de nos fréquentes conversations derrière une table de café”18. Grin boit beaucoup. Ce goût pour la boisson ainsi que son mode de vie déréglé compliquent les rapports du couple. Parmi les littérateurs et journalistes que Grin fréquente régulièrement, citons Leonid Andruson, Pëtr Pil’skij, Nikolaj Veržbitskij. En juillet 1910, sans doute pour enrichir son expérience humaine, Grin vit comme garçon de salle pendant environ un mois dans une léproserie19.

531910 (27 juillet). Vraisemblablement à la suite de la dénonciation d’une de ses relations littéraires (A. I. Kotylëv), Grin est arrêté et incarcéré sous l’inculpation d’usage de faux papiers. Il est condamné à deux ans de déportation dans le gouvernorat d’Arkhangelsk.

541910 (octobre). Vera Pavlovna obtient l’autorisation de se marier avec Grin et de partager son exil. Le mariage religieux est célébré quelques jours avant le départ pour le Nord, fixé au 31 octobre. Grin voyage dans le wagon des détenus, Vera dans celui des voyageurs.

  • 20 Cité par V. Smirenskij, A. S. Grin en déportation, (A. S. Grin v ssylke) Don, 7, 1965, p. 178.
  • 21 Finalement La Vie de Gnor, refusée par Brjussov, sera accueillie par le Nouveau journal pour tous (...)

551910 (12 novembre). Le couple s’installe à Pinéga où il est assigné à résidence. Pinéga est un gros bourg à deux cents verstes d’Arkhangelsk, au conluent de la Pinéga et de la Sotka. Il est essentiellement peuplé de déportés politiques. “Les indigènes prétendent que, de la Dvina septentrionale jusqu’au Kamtchatka en passant par Pinéga, ce ne sont que forêts”20. Pendant plus d’un an, Grin, loin de l’agitation et des tentations de la capitale, partagera son temps entre l’écriture et la chasse dans les forêts, sur les étangs. La nature est magnifique avec ses aurores boréales et ses longues nuits étoilées. Cette période, de son propre aveu, est l’une des plus fructueuses et des plus heureuses de son existence. De son exil, Grin envoie ses premières œuvres importantes : La vie de Gnor (Žizn’ Gnora) à la Pensée russe (Russkaja Mysl’) de V. Brjussov21, Les eaux bleues de la cascade Telluri (Sinij kaskad Telluri) à V. Miroljubov, Le pilori (Pozornyj stolb) au fidèle ami “bohème” L. Andruson.

561911 (10 juin). Grin adresse au gouverneur d’Arkhangelsk la requête suivante : “Je prie très humblement votre Excellence d’autoriser mon transfert de la ville de Pinéga à celle d’Arkhangelsk et de me donner le droit d’y résider jusqu’à expiration de ma peine, soit jusqu’au 15 mai 1912. Ceci en raison d’une maladie de cœur attestée par les médecins d’Arkhangelsk et d’une faiblesse générale exigeant une surveillance médicale permanente et un traitement énergique”. Un mois plus tard, Grin est autorisé à s’installer sur une île de la Dvina septentrionale, Kiogostrov, située en face d’Arkhangelsk.

571911 (15 août). Départ pour Kiogostrov.

581912 (21 mars). Le couple recoit l’autorisation de résider à Arkhangelsk même.

  • 22 Sur l’exil à Arkhangelsk, lire notamment V. Sandler, l’Odyssée d’Aleksandr Grin à Arkhangelsk, (Ar (...)

591912 (18 mai). Le chef de la police au gouverneur d’Arkhangelsk : “J’ai l’honneur d’informer votre Excellence que le résident Aleksandr Stepanov Grinevskij a été, le 15 mai courant, libéré de la surveillance policière et que, le jour même, il est reparti pour son pays”22.

  • 23 E. Hohlov, Les Nouvelles russes (Russkie novosti) 5 juin 1964, n° 992, Paris.
  • 24 Cette anecdote aurait été colportée par S. A. Vengerov (cf. V. Kalickaja, Extrait de mes Souvenirs (...)
  • 25 Souvenirs sur A. Grin, op. cit., pp. 485-486.

601912 (fin mai). “Grin apparut à Pétersbourg, en 1912, nimbé d’une auréole d’insolite et de mystère. C’est alors que commencèrent à circuler sur son compte des légendes principalement nourries du contenu de ses récits publiés dans les hebdomadaires pétersbourgeois. D’aucuns avançaient que Grin était lui-même un aventurier, qu’il avait bourlingué sur toutes les mers et tous les océans en qualité de simple matelot et avait pris part à des batailles homériques dans les bistrots des ports de l’océan Indien”23. On ajoutait parfois des précisions plus infamantes : “En naviguant comme matelot quelque part dans la région de Zurbagan, Liss et San-Riol’, Grin aurait assassiné un capitaine anglais dont il aurait volé les manuscrits”24. À la même époque, Grin écrit à V. Miroljubov : “Ma situation est difficile. De mauvaise grâce, contre leur gré, les journaux et les critiques consentent à me reconnaître ; je leur suis étranger, bizarre, insolite. Pour cette raison, c’est à dire cette lutte continuelle et la fatigue, il m’arrive de boire et de boire comme une bête”25.

611913 (automne). Grin, qui a renoué avec le milieu de la bohème paralittéraire, délaisse de plus en plus Vera Pavlovna. Celle-ci le tient pour responsable de leur existence désordonnée et misérable. Ils finissent par se séparer sans rompre vraiment. Le récit L’enfer restitué (Vozvraščënyj ad) reflète dans une certaine mesure leurs rapports de cette époque. Mort de Stepan Evseevic, le père de Grin.

621914 (février). Cure d’un mois à la clinique psychiatrique du docteur Trošin.

  • 26 V. Vihrov, A. Grin au “Nouveau Satiricon” (A. Grin v “Novom Satirikone”), Moskovskaja Pravda, 12 a (...)
  • 27 L’expression est de M. Levidov, Un étranger de la littérature russe (Inostranec russkoj literatury (...)

631914 (30 juillet). Ordre de mobilisation générale. Grin est réformé pour raison de santé. Durant la guerre, il collabore à un grand nombre de journaux et périodiques de qualité très inégale (citons, entre autres, Le Journal bleu — Sinij žurnal —, Le Vingtième siècle — Dvadcatyj vek —, La Femme — Zenščina — La Guerre — Vojna —, mais aussi Le Nouveau Satiricon — Novyj Satirikon) parfois sous des pseudonymes (Stepanov, Aleksandrov, V. Klemm, E. Moravskaja...). Il s’essaie à tous les genres : poésie, fable, feuilletons, œuvres satiriques, récits fantastiques dans une production foisonnante qui comporte, il faut le dire, pas mal d’écrits littérairement indignes de son talent. “Grin empruntait souvent ses sujets aux faits divers des journaux”26. Il lit Edgar Poe avec passion, cherche obstinément son style, mais, malgré la publication aux éditions Prométhée de ses Œuvres en trois volumes, il reste, pour la critique un écrivain marginal, un “étranger de la littérature russe”27.

641914 (septembre-novembre). Grin, toujours considéré comme politiquement suspect, est filé par la police politique (l’Ohranka).

651916 (décembre). Pour avoir, dans un restaurant, lancé publiquement des invectives à l’adresse de l’Empereur, Grin est interdit de séjour à Pétersbourg. II s’exile en Finlande, à Lounatjoki, station ferroviaire distante de soixante-dix verstes de la capitale.

661917 (février). Révolution à Pétrograd.

  • 28 A. S. Grin A pied vers la révolution (Peškom na revoljuciju) in Džessi i Morgiana, op. cit., p. 13 (...)

671917 (mars). Grin revient à pied de Finlande à Pétrograd. “Le mystère de ce qui s’accomplissait à Pétrograd m’attirait vers la capitale avec une force invincible”28. M. Maeterlinck est, à cette époque, un de ses auteurs préférés.

681917 (8 novembre). Le pouvoir passe entre les mains des bolchéviks.

  • 29 N. N. Grin, De mes notes sur A. Grin (Izzapisokob A. Grine), in Souvenirs sur A. Grin op. cit.,p. (...)

691918 (août). Début de la guerre civile. Grin, invité à collaborer au journal Parole d’honneur (Čestnoe slovo) de P. A. Aševskij, s’installe à Moscou, rue Jakimanka avec N. Veržbitskij. En automne, revenu à Pétersbourg, il a une brève liaison avec Marija Vladislavovna Dolidze. Durant toute l’année, il collabore activement à des journaux d’opposition libérale (ceux de ses amis Kuprin, Averčenko, Amfiteatrov, Izmajlov, Pil’skij) qui seront interdits les uns après les autres. À la fin de l’année, il fait la connaissance de Nina Nikolaevna Mironova29.

701919 (janvier). Grin est admis au Foyer de l’Union des gens de lettres (Sojuz dejatelej hudožestvennoj literatury) fondée l’année précédente par F. Sologub et N. Gumilëv. Il y résidera jusqu’à la fermeture de l’établissement, en avril.

711919 (été-automne). N’ayant pas atteint la limite d’âge (40 ans), il est enrôlé dans l’armée Rouge et affecté aux service des transmissions. Il est envoyé dans la région de Vitebsk, puis à Ostrov aux environs de Pskov. Dans sa giberne, il tranporte le manuscrit d’une nouvelle qui lui tient à cœur et qui porte le titre provisoire de Les voiles rouges (Krasnye parusa).

721920 (mars). Rapatrié à Pétrograd, il y contracte le typhus. À sa sortie de l’hôpital Botkin, sans argent, sans relations, il erre dans la capitale à la recherche d’un gîte hypothétique. Les vicissitudes de cette période serviront de toile de fond au récit fantastique L’attrapeur de rats (Krysolov).

  • 30 Le roman Le trésor des montagnes d’Afrique (Sokrovičše afrikanskih gor) paraîtra une première fois (...)

731920 (mai). Grâce à Gorkij, Grin est accueilli à la Maison des arts (Dont iskusstv) ouverte en décembre 1919 dans l’ancien hôtel Eliseev sur la Mojka, et placée sous l’égide du Commissariat du peuple à la Culture. Gorkij lui fait également attribuer une “ration alimentaire” (paëk) par la Commission centrale pour l’aide aux savants (Central’naja komissija po ulučšeniju byta učënyh dite Cekubu), évoquée dans le récit Fandango, et lui passe commande de deux ouvrages : une biographie de l’explorateur F. Nansen et un récit sur l’aventure de Stanley et Livingstone en Afrique30.

  • 31 V. Hodasevič, Articles littéraires et Souvenirs, (Literaturnye stat’i i vospominanija), éd. Tchekh (...)

741920 (8 décembre). À une soirée littéraire de la Maison des arts, Grin donne lecture de plusieurs chapitres de Voiles écarlates (Alye parusa). V. Hodasevič, son voisin de chambre, en fait, dans ses Souvenirs, le portrait suivant : “Grin, auteur de romans d’aventures, homme ombrageux, tuberculeux, s’acharnait à batailler avec les responsables de la Maison, refusait d’entretenir des rapports avec ses colocataires et, pour se distraire dressait des cafards”31.

751921 (mai). Mariage avec Nina Nipolaevna Mironova (née en 1894). Le couple loue une chambre au n° 11 de la Pantelejmonovskaja, à Pétrograd.

761921 (été). Dans une datcha, louée à Toksovo. au bord d’un lac, Grin travaille à son roman le Monde étincelant (Blistajuščij mir).

771922 (février). Le couple déménage rue Vtoraja Rozdestvenskaja. Dans le courant de l’année, Grin collabore à l’éphémère journal satirique l’Amanite tue-mouches (Muhomor) où il donne quelques croquis au vitriol des “grimaces de la NEP”.

781923. Parution des Voiles écarlates et du Monde étincelant.. Année heureuse. L’argent rapporté par le Monde étincelant permet au couple un voyage d’été en Crimée (ils séjournent à l’hôtel à Sébastopol) et l’acquisition d’un appartement à Pétrograd où ils décident de prendre avec eux la mère de Nina Nikolaevna. De façon générale, pendant les premières années de la NEP, Grin est le bienvenu dans les rédactions et les maisons d’édition. Alors qu’en 1920, il n’avait rien fait paraître, et en 1921 seulement deux courts récits, entre 1922 et 1924, il publie, chaque année plus de dix titres, parmi lesquels, outre les œuvres citées plus haut, Des bateaux à Liss (Korabli v Lisse) et l’attrapeur de rats. En automne, début du travail sur La chaîne d’or (Zolotaja cep’).

  • 32 N. N. Grin, De mes notes... op. cit., p. 343. (le détail sur la boisson, qui figure dans l’origina (...)
  • 33 N. N. Grin, De mes notes, op. cit., p. 347.

791924. “Aleksandr Stepanovič, attiré dans une compagnie de littérateurs bohèmes, se mit à la boisson. C’est ce qui détermina notre départ vers le Midi”32. Le 6 mai, toute la famille part pour Féodossia, en Crimée, et s’installe, au bout de quelques semaines au n° 8 (plus tard n° 10) de la rue Galerejnaja (actuellement, musée Grin). “Dans cet appartement, nous passâmes quatre bonnes et douces années”33.

  • 34 A. S. Grin, Autobiographie (Avtobiografia) in Pisateli, Avtobiografia sovremmenikov, pod red. Lidi (...)

801924 (31 octobre). “J’ai écrit et publié (en comptant les publications ne faisant pas encore partie de recueils) environ trois cent cinquante titres”34.

811925. Parution au Novyj mir de La chaîne d’or et, dans le recueil Sur le rivage nuageux (Na oblačnom beregu), de la nouvelle L’automobile grise (Serij avtomo-bil’), œuvres dans lesquelles l’auteur exprime sa méfiance à l’égard du “progrès”, des biens matériels et du “bonheur” procuré par l’argent. De plus en plus s’affirme sa vision du monde idéaliste, déjà illustrée par Voiles écarlates et le Monde étincelant. Travail sur Celle qui court sur les vagues (Beguščaja po volnam). Création, cette même année, de l’Association russe des écrivains prolétariens (RAPP), inspirée par les principes du Proletkul’t et destinée à établir, dans les lettres russes, l’hégémonie de la nouvelle idéologie. La nouvelle critique ne va pas tarder à prendre Grin pour cible, ce qui contribuera à compliquer ses rapports avec les éditeurs.

  • 35 N. N. Grin, De mes notes, op. cit., p. 338. En fait, l’éditeur Vol’fson ne respectera pas ses enga (...)

821926 (automne). Grin achève Celle qui court sur les vagues, mais le roman ne trouvera d’éditeur qu’en 1928. En février 1927, contrat avec les éditions La Pensée (Mysl’) en vue de la publication des Œuvres complètes : “Nous ignorions encore que nous étions tombés entre les mains d’un affairiste sans scrupules qui nous a causé par la suite bien des ennuis (un procès ruineux, P. C.) et, pour le moment, nous faisions des rêves dorés”35.

  • 36 N. N. Grin, De mes notes, op. cit., p. 352.

831928. Travail simultané sur deux romans, Djessi et Morguiana (Dzessi i Morgiana) et Du côté ombre (Na tenevoj storoné) qui deviendra La route qui ne mène nulle part (Doroga nikuda). Le couple déménage rue Verhne-Lazaretnaja. De façon générale, mis à part de brefs voyages d’affaires à Moscou et Leningrad, Grin mène une vie retirée. Les quelques visites amicales de voisinage à M. Volosin, dans sa maison de Koktebel’, se transforment parfois en épreuve pour cette nature secrète qui déteste les mondanités36.

  • 37 N. N. Grin, A. S. Grin, Courte biographie, (A. S. Grin, Kratkaja biografija) in Héritage littérair (...)
  • 38 Le roman restera inachevé. De brefs extraits en ont été publiés en 1935 (Histoire de Degž, Istorij (...)

841929-1930. Parution, au prix de difficiles pourparlers, de Djessi et Morguiana et de La route qui ne mène nulle part. “En 1929-1930, les livres d’Aleksandr Stepanovic cessèrent, pour ainsi dire, d’être imprimés. La direction de la RAPP exigeait de lui qu’il se réformât et qu’il écrivît des œuvres inspirées par les mœurs contemporaines”37. Les difficultés financières (malgré la somme rapportée par le procès gagné contre Vol’fson, l’éditeur peu scrupuleux des Œuvres complètes) incitent le couple à déménager en novembre 1930 à Staryj Krym, petit village noyé dans la verdure, à vingt verstes de Féodossia, et où ils estiment que la vie sera moins chère et l’approvisionnement plus facile. Grin esquisse un nouveau roman la Sensitive (Nedotroga) auquel il ne cessera de réfléchir durant les deux dernières années de sa vie38.

  • 39 N. N. Grin, De mes notes, op. cit., p. 380. Le Récit autobiographique paraîtra par chapitres entre (...)

851930. Grin travaille au Récit autobiographique qu’il pense intituler d’abord Légende sur moi-même (Legenda o sebe), mais, en tête du manuscrit, il écrit Sur terre et sur mer (Na suše i na more). “J’arrache ma dernière chemise. Je désirais écrire mon autobiographie nettement plus tard, quand j’aurais senti que mon inspiration artistique était tarie (...) et j’aurais commencé non pas par mes années d’enfance, comme je le fais pour gagner un morceau de pain, mais par les années de bohème, 1912 et les suivantes..."39.

861931 (printemps). Lors de son dernier voyage à Moscou, Grin apprend que ses livres sont peu à peu retirés des bibliothèques publiques.

  • 40 N. N. Grin, De mes notes, op. cit., p. 380.
  • 41 Ibid., p. 386.

871931 (août-septembre). “Début de la maladie d’Aleksandr Stepanovie. Nous vivons avec beaucoup de difficultés — matérielles et morales —, Aleksandr Stepanovie ne publie presque plus rien. La RAPP nous asphyxie”40. Grin fait des démarches pour obtenir auprès de l’Association des Ecrivains prolétariens une retraite à l’occasion du vingt-cinquième anniversaire de son activité littéraire. Il ne reçoit pas de réponse. Gorkij, contacté par l’entremise du poète G. Sengeli, reste lui aussi muet41.

881932 (mai). Nina Nikolaevna échange à des moniales sa montre en or contre une maisonnette avec jardin exposé au sud, pour qu’Aleksandr Stepanovič, mourant, puisse, aux beaux jours, demeurer couché dehors, à l’ombre d’un noisetier.

891932 (juin). Parution, aux éditions Les écrivains à Leningrad, du Récit autobiographique en volume séparé.

901932 (8 juillet). Grin meurt d’un cancer de l’estomac et des poumons. Il est enterré au cimetière de Staryj Krym. La “maison des moniales” est transformée en filiale du musée Grin de Féodossia dont le conservateur fut, jusqu’à sa mort en 1970, Nina Nikolaevna.

Notes

1 Le présent travail reprend, avec quelques modifications et précisions supplémentaires, la Chronologie parue précédemment dans les Cahiers du monde russe et soviétique, 3, vol. XII, Paris, 1971.

2 Par la suite, les dates seront données en “nouveau style”.

3 24 800 d’après le Baedeker, Paris, édition de 1902.

4 Lire à ce sujet La fuite en Amérique (Begstvo v Ameriku) in le Récit autobiographique, (Avtobiografičeskaja povest’) Œuvres en six volumes, Moscou, éd. Pravda, 1965, VI, pp. 233-236 (Sobranie sočinenij v šesti tomah. Cette édition sera désormais signalée par les deux lettres S. S.) Toutes les citations des œuvres de Grin ou d’autres ouvrages en russe seront données (sauf indication contraire) dans la traduction de l’auteur.

5 V. P. Kalickaja, Souvenirs, cité par V. Sandler in A. S. Grin, Džessi i Morgiana, Lenizdat 1966, p. 496.

6 Pâques à bord, (Pasha na parahode), écrit vers 1907 et publié pour la première fois in Kodry, 8,1970, pp. 128-129 ; L’or et les mineurs, (Zoloto i sahtëry) Don, 7,1965, pp. 172-180 (première publication en 1925).

7 L’or et les mineurs op. cit..

8 Courte autobiographie envoyée à S. A. Vengerov le 15 Mars 1913, in Souvenirs sur Alksandr Grin (Vospominanija ob Aleksandre Grine), Lenizdat, 1972, p. 150.

9 À ce sujet, Mes prisons passées (Tjuremnaja starina) in Džessi i Morgiana op. cit., p. 128.

10 Prométhée (Prometej) III. Molodaja gvardija, 1967, pp. 306-309.

11 Mes prisons passées, op. cit., p.129.

12 A. S. Grin, Éléphant et Caniche in Prométhée op. cit., III, 1967, p. 310.

13 Mes prisons passées, op. cit., p.130.

14 Cet extrait des Souvenirs de V. P. Kalickaja est cité par V. Sandler dans son article Grin, cet inconnu (Grin, kotorogo vy ne znaete) Volga, 8, 1967, p. 161.

15 La Russie littéraire (Literaturnaja Rossija) 28 août 1964. Sur ces événements, on peut également se référer aux articles suivants : V. Sandler Quatre années sur les traces de Grin (Cetyre goda sledom za Grinom), Prométhée V, 1968, pp. 190-207, et, du même auteur, Accueillez Grin qui vient vous voir (Vstrečajte, k vam idët Grin), Avrora III 1972, pp. 68-71. La chronologie proposée pour les mois de juillet à septembre 1906 s’appuie sur cette dernière étude.

16 À ce sujet, V. Sandler Un récit inconnu d’Aleksandr Grin (Neizvestnyj rasskaz A. Grina), Prométhée, III, 1967, pp. 306-309.

17 Dans ses Souvenirs, N. N. Grin, évoquant les circonstances de la première apparition de ce pseudonyme, affirme qu’il aurait été imaginé par l’auteur, à la demande de A. A. Izmajlov, rédacteur des Nouvelles de la Bourse, à l’occasion de la publication du récit Les oranges, (Apel ‘siny) paru le 7 juillet 1907, (in Souvenirs sur A. Grin, op. cit., p. 396).

18 V. P. Kalickaja, Souvenirs, passage inédit (archives de l’auteur).

19 Lire à ce sujet N. Veržbitskij Une âme lumineuse, (Svetlaja duša). Notre contemporain (Naš sovre-mennik) 8, 1964, p. 103.

20 Cité par V. Smirenskij, A. S. Grin en déportation, (A. S. Grin v ssylke) Don, 7, 1965, p. 178.

21 Finalement La Vie de Gnor, refusée par Brjussov, sera accueillie par le Nouveau journal pour tous (Novyj žurnal dlja vseh) dirigé par V. Miroljubov que Grin considérait comme son “parrain” en littérature. Par contre, la Pensée russe, (Russkaja Mysl’) non sans hésitations, publiera (en 1912) La tragédie du plateau de Suan proposée par Grin à la rédaction peu de temps avant son exil.

22 Sur l’exil à Arkhangelsk, lire notamment V. Sandler, l’Odyssée d’Aleksandr Grin à Arkhangelsk, (Arhangel’skaja odisseja A. Grina), in Le Nord, (Sever) 1969, n° 8, pp. 97-114, et V. Kalickaja, Deux années d’exil (Dva goda v ssylke), in Souvenirs sur A. Grin op. cit., pp. 180-194.

23 E. Hohlov, Les Nouvelles russes (Russkie novosti) 5 juin 1964, n° 992, Paris.

24 Cette anecdote aurait été colportée par S. A. Vengerov (cf. V. Kalickaja, Extrait de mes Souvenirs (Iz vospominanij) in Souvenirs sur A. Grin, op. cit., p. 179) et connue de V. Veresaev, ibid, p. 377. Grin lui-même la rappelle dans l’avant-propos de sa nouvelle Les aventures de Gini (1912). Excédé par les divers ragots qui couraient sur son compte, Grin aurait décidé d’en faire une anthologie intitulée Légende sur ma personne (Legenda o sebe) qui aurait servi d’introduction à son Autobiographie. À ce sujet, Souvenirs sur A. Grin, passim, pp. 576-577.

25 Souvenirs sur A. Grin, op. cit., pp. 485-486.

26 V. Vihrov, A. Grin au “Nouveau Satiricon” (A. Grin v “Novom Satirikone”), Moskovskaja Pravda, 12 août 1965.

27 L’expression est de M. Levidov, Un étranger de la littérature russe (Inostranec russkoj literatury), le Journal des journaux (Žurnal žurnalov) 1915, n° 4, pp. 3-5.

28 A. S. Grin A pied vers la révolution (Peškom na revoljuciju) in Džessi i Morgiana, op. cit., p. 131.

29 N. N. Grin, De mes notes sur A. Grin (Izzapisokob A. Grine), in Souvenirs sur A. Grin op. cit.,p. 322.

30 Le roman Le trésor des montagnes d’Afrique (Sokrovičše afrikanskih gor) paraîtra une première fois en 1925, puis en 1927, aux éditions la Jeune Garde (Molodaja Gvardija) dans une version abrégée pour la jeunesse. Grin romance à l’extrême l’aventure des explorateurs anglais et donne la première place à Gent, un héros imaginaire, typiquement “grinien”. Quant à la biographie de Nansen, elle ne sera jamais achevée. Un extrait en sera publié en 1970 (Literaturnaja gazeta, 26 août). Le manuscrit intégral avec des annotations marginales de Gorkij est conservé aux Archives d’État (CGALI, fonds 127, n° 26). Sur l’aide de Gorkij à Grin, lire N. P. Izergina, A. S. Grin et M. Gorkij, Vcënye zapiski Kirovskogo pedinstituta, vypusk 20, Kirov, 1965, pp. 84-85.

31 V. Hodasevič, Articles littéraires et Souvenirs, (Literaturnye stat’i i vospominanija), éd. Tchekhov, N. Y., 1954, p. 406. Sur le passage de Grin à la Maison des arts, lire aussi les témoignages de M. Slonimskij (Kniga vospominanij) et de V. Roždestvenskij, À la Maison des arts (Vdome iskusstv), M. 1962, pp. 190-217.

32 N. N. Grin, De mes notes... op. cit., p. 343. (le détail sur la boisson, qui figure dans l’original (archives de l’auteur), est resté inédit de même que tout le chapitre intitulé Grin et l’alcool (Grin i vino). À propos des escapades de Grin à cette époque, I. Sokolov-Mikitov, ancien compagnon de bohème des années 1914-1915, signale dans ses Souvenirs une rencontre à Moscou : “Nous nous rencontrâmes à Moscou en 1924 sur le boulevard de Tver’ dans la Maison de Herzen où avait été installé une sorte de foyer d’écrivains. Y vivaient Prišvin. S. Klyžkov, P. Orešin et d’autres hommes de lettres. Grin et moi occupions la même chambre” (Davnie vstreči, Sovetskij pisatel’, 1975, p. 85).

33 N. N. Grin, De mes notes, op. cit., p. 347.

34 A. S. Grin, Autobiographie (Avtobiografia) in Pisateli, Avtobiografia sovremmenikov, pod red. Lidina, M., 1928.

35 N. N. Grin, De mes notes, op. cit., p. 338. En fait, l’éditeur Vol’fson ne respectera pas ses engagements, d’où le procès intenté par Grin en 1929. Sur les quinze volumes prévus, huit seulement verront le jour.

36 N. N. Grin, De mes notes, op. cit., p. 352.

37 N. N. Grin, A. S. Grin, Courte biographie, (A. S. Grin, Kratkaja biografija) in Héritage littéraire (Literatumoe nasledstvo) Moscou, 1965,74, pp. 667-668.

38 Le roman restera inachevé. De brefs extraits en ont été publiés en 1935 (Histoire de Degž, Istorija Degža, 30 dnej, n° 3, pp. 17-28), en 1936 (La Sensitive, Nedotroga, Ogonëk, n° 2-3, pp. 10,22) et en 1965 (Esquisses du deuxième chapitre du roman “la Sensitive”, Nabroski vtoroj glavy romana “Nedotroga”, extrait des brouillons conservés au CGALI, publication V. Rossel’s, N. Grin, in Literaturnoe nasledstvo 74, pp. 664-667). Le manuscrit le plus complet se trouve peut-être dans les archives de K. Paustovskij (cf. O novelle, in Rasskazy, ocerki i publicistika. M, 1972, pp. 373-374).

39 N. N. Grin, De mes notes, op. cit., p. 380. Le Récit autobiographique paraîtra par chapitres entre décembre 1930 et septembre 1931 dans les journaux Le trappeur (Sledopyt) et L’étoile. (Zvezda).

40 N. N. Grin, De mes notes, op. cit., p. 380.

41 Ibid., p. 386.

© Presses universitaires de Provence, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540