Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Colloque de Marseille

La responsabilité collective dans les Provinciales

Dominique Descotes

Texte intégral

  • 1 Hobbes, Léviathan, éd. F. Tricaud, Sirey, p. 166.
  • 2 Provinciales, éd. Cognet, p. XLIV ; Voltaire, Le Siècle de Louis XIV, in Œuvres historiques. Pléia (...)
  • 3 Voltaire, Lettres philosophiques, éd. Naves, Garnier, p. 141.

1L'idée de responsabilité collective a mauvaise réputation. En théorie, la responsabilité est toujours personnelle : nul ne saurait être rendu comptable d'une action librement accomplie par son voisin ; le loup n'a pas droit de châtier l'agneau sous prétexte que son frère ou quelqu'un des siens a commis une médisance. La responsabilité ne peut être collective que dans le cas où l'acte est le fait d'un groupe constitué en association, formant une personne morale, au sens où l'entend Hobbes : "une multitude d'hommes devient une seule personne quand ces hommes sont représentés par un seul homme ou une seule personne, de telle sorte que cela se fasse avec le consentement de chaque individu singulier de cette multitude"1. L'amalgame, pratiqué par les polémistes peu scrupuleux, en est la caricature : il consiste à dissimuler la diversité réelle des individus derrière un caractère commun, fût-il inessentiel, pour faire peser sur tous le même reproche, sans discrimination. C'est un reproche constamment répété, du P. Nouët à l'abbé Maynard, que l'auteur des Provinciales a eu tort de présenter les jésuites comme "un vaste corps dans lequel il n'y avait nulle distinction à faire", et dans lequel tous étaient responsables des opinions de théologie morale de quelques particuliers. Voltaire, disciple des jésuites, l'a dit mieux qu'eux : "tout le livre portait sur un fondement faux. On attribuait adroitement à toute la Société les opinions extravagantes de plusieurs jésuites espagnols et flamands. On les aurait déterrées aussi bien chez les casuistes dominicains et franciscains ; mais c'était aux jésuites qu'on en voulait"2. Il a même souligné expressément la parenté de ce sophisme fondamental des Provinciales avec celui des Pensées : Pascal écrit "contre la nature humaine à peu près comme il écrivait contre les jésuites. Il impute à l'essence de notre nature ce qui n'appartient qu'à certains hommes. Il dit éloquemment des injures au genre humain", alors qu'il ne fait que projeter sur lui les qualités de quelques individus. Il commet ainsi un sophisme a dicto secundum quid ad dictum simpliciter, une confusion de l'essence avec l'accident qui est le secret de l'amalgame. Le "misanthrope" fanatique se doublerait donc d'un polémiste malhonnête3. Le reproche vaut qu'on y regarde de près.

  • 4 Nouvelle Histoire de l'Eglise, III, Réforme et Contre-Réforme par H. Tuchle, C. Bouman et J. Le Br (...)
  • 5 Sainte-Beuve, Port-Royal, III, 9, éd. Leroy, Pléiade, tome 2, p. 144-145.
  • 6 Adam, Du Mysticisme à la Révolte, Fayard, p. 29-33; Fumaroli, L'Age de l'Eloquence, Droz, p. 234.
  • 7 Descartes, lettre à Huygens du 9 mars 1638.
  • 8 Pinthereau, La Naissance du Jansénisme, découverte à Monsieur le Chancelier par le Sieur de Prévil (...)

2Il est certain que, dans la polémique, Pascal bénéficie d'un avantage de poids : il a préparé son terrain, alors que les jésuites improvisent leur défense. L'idée que ces derniers forment un corps uni sous un seul chef n'est pas une nouveauté ; elle est très largement admise. Il appartient à l'esprit de la Compagnie que chaque jésuite soit "fonction de son ordre", par un "engagement rigoureusement dirigé" qui exclut l’individualisme4. Non sans arrière-pensée, Sainte-Beuve rappelle les règles de saint Ignace : "dès que je serai entré en religion, mon premier soin sera de m'abandonner entièrement à la conduite de mon Supérieur [...]. Je dois être entre les mains de mon Supérieur comme une cire molle qui prend la forme qu'on veut [...]. Je dois me regarder comme un corps mort, qui n'a de lui-même aucun mouvement"5. Toujours prompts à vanter leur ordre, les jésuites mêmes ont contribué à la réception d'une image qui pouvait aisément être prise en bonne part. Mais les gallicans et les "bons français" voient dans cette discipline un vice : compromise dans la Ligue, obligée à son retour en France de s'appuyer sur la cour, la Compagnie de Jésus leur apparaît comme une cabale politique plus que comme un simple ordre religieux ; c'est à leurs yeux la "cinquième colonne" du Saint-Siège et de l'Espagne6. Aussi l'esprit du public est-il préparé à l'idée que les jésuites sont toujours d'accord entre eux, les particuliers n'ayant d'autre opinion que celle de leur Société : "je sais", écrit Descartes, "l'union et la correspondance qui est entre ceux de cet ordre", elles suffisent pour que "le témoignage d'un seul" lui permette d'espérer les avoir tous de son côté7. Avant Pascal, Saint-Cyran s'est attaqué à leur esprit de corps, à leur ambition et à leur manière de se défendre inconditionnellement les uns les autres. Peut-être même y eut-il quelques tentatives de briser cette belle unité : le P. Pinthereau, dans sa Naissance du Jansénisme, cite et commente une lettre de décembre 1622, où Jansénius demande à Saint-Cyran un ouvrage d'un ex-jésuite, propre à "faire une mutinerie entre les Gorphorostes mêmes" : "on voit bien", glose Pinthereau, "qu'il prend plaisir à ce livre", grâce auquel "il espère bien Dieu aidant qu'il pourra produire quelque révolte parmi eux"8.

  • 9 Voir Œuvres complètes, éd. Mesnard, II, p. 1294 ; dans la première impression du Triangle arithmét (...)

3L'argumentation de Pascal sur la responsabilité collective des jésuites est brièvement développée dans la cinquième Provinciale ; les réponses des ennemis de Port-Royal l'ont conduit à lui donner ensuite une forme plus étoffée, qui est devenue presque canonique. Elle consiste à montrer que la multitude des jésuites forme une personne morale douée d'une seule volonté, de sorte que l'ensemble de la Société est responsable des actes de chacun de ses membres, et réciproquement chaque membre répond des actes du tout. L'originalité de la méthode provient essentiellement de la manière dont Pascal évite de recourir à plusieurs démonstrations particulières, grâce à un raisonnement qui, d'un coup, montre universellement la vérité de sa proposition. Dans sa structure, l'argument rappelle la célèbre "Conséquence douzième" du Traité du Triangle arithmétique, où apparaît pour la première fois le raisonnement par récurrence, ordinairement appelé "induction mathématique"9. Cette proposition consiste à montrer que, dans un triangle arithmétique, "deux cellules contiguës étant dans une même base", comme les cellules E et C, "la supérieure" C" est à l'inférieure "E" comme la multitude des cellules depuis la supérieure jusques au haut de la base à la multitude de celles depuis l'inférieure jusques en bas inclusivement". Ainsi :

  • 10 C'est la disposition du Triangle chez Stevin ou Hérigone, par exemple.

4Cette proposition crée un rapport entre cellules voisines d'une même base, que Pascal étend à tout le Triangle arithmétique, et à toutes ses bases universellement, sans procéder au coup par coup, c'est-à-dire sans démonstration particulière pour chaque base. Le raisonnement repose sur deux lemmes. Le premier, assise de l'induction, montre que la relation est véritable sur une base quelconque du Triangle : elle "se rencontre dans la seconde base ; car il est bien visible que Φ est à σ comme I à I". Pour des raisons de commodité, nous appellerons "horizontale" cette relation interne à chaque base, comme si le Triangle que Pascal présente sous la forme d'une potence apparaissait comme une pyramide10. Le second lemme, lui, part d'une hypothèse : "si cette proportion se trouve dans une base quelconque, elle se trouvera nécessairement dans la base suivante", ce qui se démontre aisément par la règle de génération des cellules. Cette fois, la liaison est "verticale", puisqu'elle touche les bases successives, chacunes affectées d'un exposant correspondant à un nombre naturel, et formant ainsi une hiérarchie. Comme le premier lemme montre que l'hypothèse supposée dans le second est vraie, la relation "est nécessairement dans toutes les bases ; car elle est dans la seconde base par le premier lemme ; donc par le second elle est dans la troisième base, donc dans la quatrième, et à l'infini". Ainsi est établie une loi générale qui fait du Triangle un ensemble unitaire où une relation, démontrée sur un cas particulier, peut être considérée comme certaine sur toute l'étendue du tableau.

5Il serait bien difficile de dire si la parenté du raisonnement des Provinciales avec cette "Conséquence douzième" est volontaire ou non. Peut-être le désir d'universalité suffit-il à l'expliquer : l'esprit géométrique, qui cherche toujours les solutions les plus générales, rejoint en l'occurrence, les nécessités de la polémique.

  • 11 Provinciales, éd. Cognet, p. 86 et p. 252.
  • 12 Ibid., p.74.

6La diversité des casuistes et l'existence de deux sortes de confesseurs sont des principes que Pascal rappelle constamment dans les Provinciales : "n'ai-je pas fait voir", écrit-il, "que votre principal intérêt est d'en avoir de tous avis pour servir à tous vos besoins ?" Les casuistes sont "fort souvent de différents avis", et "ne s'accordent au contraire presque jamais" ; "il y a peu de questions où vous ne trouviez que l'un dit oui, l'autre dit non"11. La difficulté consiste à surmonter cette diversité sans la nier, en montrant qu'elle n'empêche pas que les jésuites ne forment un corps uni12. La construction de la personne morale s'opère au moyen de deux liaisons de consentement, horizontale et verticale.

  • 13 Ibid., p. 88 et p. 253.
  • 14 Sixième Ecrit des Curés de Paris, ibid., p.454.
  • 15 Sixième Ecrit.., ibid., p. 449, et Pensées, éd. Lafuma, Luxembourg, fragment 954.

7La première est fournie par l'accord des casuistes sur la doctrine de la probabilité : ils diffèrent dans leurs opinions, mais sont d'accord sur le fondement, la théorie des opinions probables, que Pascal expose d'après Escobar. L'entente des individus est rendue nécessaire par la règle du P. Bauny : "quand le pénitent, dit-il, suit une opinion probable, le confesseur le doit absoudre, quoique son opinion soit contraire à celle du pénitent" ; ainsi les casuistes "se prêteront leurs sentiments les uns aux autres, et seront obligés d'absoudre ceux qui auront agi selon les opinions que chacun d'eux condamne"13. Dans le cas des jésuites, la démonstration est encore plus aisée, dans la mesure où l'expérience prouve qu'ils ne manquent jamais de se défendre les uns les autres ; Pascal cite cet aveu de Caramuel à propos d'une résolution du P. Lamy : "puisqu'il l'a une fois imprimée, il doit la soutenir, et nous devons la défendre, comme étant probable"14. Les jésuites "font gloire et affectent de faire connaître à tout le monde qu'ils font profession de défendre tous ensemble les sentiments de chacun d'eux. Ils espèrent par là se rendre redoutables et hors d'atteinte en faisant sentir que qui en attaque un les attaque tous". Un fragment des Pensées résume cette attitude : "nous nous soutenons jusqu'à périr"15.

8La relation verticale, d'ordre juridique, unit les différents degrés de la hiérarchie de la Compagnie, des Supérieurs aux subalternes ; elle montre que les actes du corps sont guidés par une tête. Les jésuites "ont un ordre particulier de ne rien imprimer sans l'aveu de leurs supérieurs", de sorte que tous leurs ouvrages ont "l'esprit de la Société" :

  • 16 Provinciales, éd. Cognet, p. 74, 157 et 332-333.

"Vous composez véritablement un corps uni sous un seul chef ; et vos règles [...] vous défendent de rien imprimer sans l'aveu de vos supérieurs, qui sont rendus responsables des erreurs de tous les particuliers, sans qu'ils puissent s'excuser en disant qu'ils n'ont pas remarqué les erreurs qui y sont enseignées, parce qu'ils les doivent remarquer, selon vos ordonnances"16.

  • 17 Ibid., p. 74.
  • 18 Ibid., p. 333.

9L'hypothèse selon laquelle les jésuites n'ont aucun dessein arrêté, "et que chacun a la liberté de dire à l'aventure ce qu'il pense" n'est donc pas admissible : "un si grand corps ne subsisterait pas dans une conduite téméraire, et sans une âme qui le gouverne et qui règle tous ses mouvements"17. "C'est donc avec raison", conclut Pascal, "qu'on vous reproche les égarements de vos confrères, qui se trouvent dans leurs ouvrages approuvés par vos supérieurs et par les théologiens de votre Compagnie"18. La liaison horizontale permet de reprocher à tous les doctrines de chacun, la liaison verticale de présenter cette complicité des membres comme l'effet d'un dessein prémédité. Dans la polémique, Pascal en tire le même avantage que dans le Triangle arithmétique : il suffit de montrer qu'un casuiste de la Compagnie a soutenu une proposition de morale relâchée, pour prouver que tous les jésuites, du haut au bas de la hiérarchie, approuvent cette décision.

  • 19 ibid., p. 252.
  • 20 Daniel, Réponses aux Lettres Provinciales de L. de Montalte, ou Entretiens de Cléandre et d'Eudoxe (...)

10Les polémistes jésuites ont tenté de répondre en attaquant chacune de ces deux relations. Le P. Nouet a contesté la validité de l'horizontale, soutenant que, sur le duel comme sur toutes les autres matières, les casuistes ne sont pas de même avis, et qu'on ne saurait imputer aux uns les doctrines des autres; mais comme ils s'accordent pour dire que "la probabilité d'un sentiment n'empêche pas la probabilité du sentiment contraire", Pascal n'a pas de peine à répondre19. Le P. Daniel, lui, s'en est pris à la liaison verticale, en soutenant que la surveillance effectuée par les Supérieurs sur les publications n'est pas effective : le Général ne peut lire "tous les livres qui s'impriment par les jésuites dans toutes les parties du monde", il donne "pouvoir aux Provinciaux d'approuver les livres qui se font dans leur district", et ceux-ci "nomment pour cela trois personnes, sur le suffrage desquels ils donnent ou refusent leur approbation"20. En fait, cet argument, qui vise à dissoudre la responsabilité des Supérieurs, ne porte guère, car Pascal a bien indiqué dans la dix-septième Provinciale, que le devoir de surveillance imposé par les "ordonnances" de la Compagnie est sans excuse. Dom Petitdidier a développé l'argument : "il est vrai que vos Généraux ne lisent pas tous les livres qu'ils permettent d'imprimer, non plus tous vos Provinciaux, mais ils n'en sont pas moins responsables pour cela". A quoi il ajoute, affectant le même réalisme que le P. Daniel :

  • 21 Petitdidier, Apologie des Lettres Provinciales de Louis de Montalte. contre la dernière réponse de (...)

"S'il ne s'agissait que d'un petit nombre de propositions mauvaises qui se fussent trouvées dans un ou deux de vos théologiens, on pourrait les excuser, tant qu'ils n'en auraient pas été avertis, et toute la faute retomberait sur leurs approbateurs. Mais il s'agit, non d'un ou deux de vos casuistes, mais de tous, ou presque tous ceux qui ont imprimé [...]. A qui persuaderez-vous que vos Généraux eux-mêmes n'en aient pas été informés ?"21.

  • 22 Nouet, Quatrième Imposture, in Réponses aux Lettres Provinciales publiées par le Secrétaire du Por (...)
  • 23 Daniel, Op. cit., p. 42-43 ; Nouet, Préface à la Deuxième Réponse..., in Réponses..., p. 47.

11Faute de pouvoir détruire l'argument de Pascal, ses adversaires ont aussi tenté de le tourner, en soutenant que, croyant frapper les jésuites seulement, l'auteur des Provinciales atteint bien d'autres théologiens, et même l'Eglise entière. Cette réponse consiste à enlever sa force à l'idée de responsabilité collective en étendant démesurément, en tout cas au-delà de ce que voulait Pascal, la dimension de la collectivité. Dans sa Quatrième Imposture, le P. Nouet rétorque à la septième Provinciale que Pascal reproche au jésuite Lessius une maxime sur le droit de se venger d'un soufflet, alors que celui-ci ne faisait que rapporter une opinion de Victoria "célèbre casuiste, qui n'est pas de cette Société", mais dominicain22. En général, la doctrine des opinions probables "est plus ancienne que les jésuites", et "leur est si peu particulière, qu'avant qu'on l'eût décriée par les horribles peintures qu'on en a faites, [...] on l'enseignait partout. De sorte que les jésuites pour se disculper là-dessus ont montré dans un livre fait exprès que ce sentiment [...] n'est pas plus de leur Société que de la Sorbonne, que de la Faculté de Théologie de Louvain, que des Jacobins, des Cordeliers et de tous les autres" ; le P. Nouet a même affirmé qu'elle remonte à saint Thomas23. Quant à la manière dont les livres sont examinés, le P. Daniel rétorque :

  • 24 Daniel, Op. cit., p. 33-34.

"Vous êtes bon [...] de donner encore dans ce panneau. Vous appelez cet ordre un ordre particulier, comme si cela ne nous était pas commun avec presque toutes les communautés et tous les corps où il y a de la régularité et de la subordination ; mais ce n'est que contre nous qu'on s'avise de le faire valoir"24.

12Il suffit de montrer ensuite que les censures de Pascal atteignent les autorités reconnues dans l'Eglise pour rendre l'argument redoutable. Ainsi, le P. Pirot soutient que si l'on reproche aux casuistes l'usage de la probabilité, on doit aussi s'en prendre au Pape, aux rois, aux cours souveraines et subalternes du Royaume, en un mot à toutes les puissances civiles et religieuses ; assez curieusement, il va jusqu'à en appeler aux parlementaires :

  • 25 Pirot, Apologie pour les Casuistes, Vie Objection, p. 75-76.

"C'est à vous, Messieurs les Avocats, qui avez la capacité et l'éloquence, à prendre en main la défense des opinions probables, et à venger le tort que ces nouveaux Docteurs veulent faire à la mémoire des Innocents, des Hostiensis [...] et semblables interprètes du droit canon, sans parler de ceux qui ont fait des commentaires sur le droit civil et sur les coutumes [...]. L'oppression que souffrent les casuistes et les confesseurs mérite [...] que les Parlements les protègent, et qu'ils considèrent que les jansénistes accusant les confesseurs de juger sur des probabilités, font le procès à tous ceux qui se mêlent de la justice en France"25.

  • 26 Cinquième Ecrit..., in Provinciales, éd. Cognet, p. 432 et 434-435.

13Pascal a esquissé une réponse dans le cinquième Ecrit des Curés de Paris, où après avoir montré que calvinistes et jésuites s'accordent pour soutenir que la doctrine des opinions probables est "celle de l'Eglise romaine, et que tous les Catholiques tiennent", il rétorque en demandant aux Protestants "qui les a appris à tirer cette bizarre conséquence : les jésuites sont dans cette opinion, donc l'Eglise y est aussi ; comme si sa règle était de ne suivre que les maximes des jésuites"26. La liaison de consentement ainsi rompue, l'extension de responsabilité devient impossible. Comme on pouvait s'y attendre, Dom Petitdidier a poussé sa pointe, soutenant que Pascal n'avait pas eu tort de rendre les jésuites principalement et même presque exclusivement responsables de la probabilité. Il est vrai, avoue-t-il, que Pascal a affirmé que les jésuites n'étaient ni les inventeurs ni les seuls tenants de cette doctrine ; mais à partir du moment où l'on admet qu'elle est pernicieuse, ils "ne peuvent être que très coupables de l'avoir adoptée, et ensuite répandue dans le monde".

  • 27 Petitdidier, op. cit., p. 77-78.

14"Ils ont beau dire que d'autres que leurs Auteurs l'ont aussi enseignée, ou même qu'ils l'ont enseignée avant eux, cela ne les excuse pas. On sait que c'est une maxime de droit, qu'en matière de crime, il n'y a point de garantie. Il suffit à leurs adversaires que les jésuites enseignent la Probabilité, pour donner droit de les accuser de tout le mal que renferme cette doctrine, sans se mettre en peine si d'autres qu'eux l'ont enseignée. Si c'est un poison, ils ne sont pas moins empoisonneurs en la débitant avec d'autres, que s'ils étaient les seuls qui la débitassent. Que si d'autres ont enseigné cette doctrine avant les jésuites, c'est la faute des jésuites de les avoir suivis"27.

15En fait, ajoute Petitdidier, "on ne voit guère d'autre Compagnie que la leur s'acharner à la défendre, et dans le meilleur des cas, "si les jésuites ont suivi d'autres docteurs au commencement, ils sont à présent à la tête de tous". Comme "le gros des théologiens de la Société, et presque tous, admettent le système des opinions probables, le corps des jésuites se rend [...] responsable non seulement de toutes les propositions relâchées qui sont répandues dans les écrits de ces théologiens particuliers, mais encore de celles qui se trouvent dans les théologiens qui ne sont pas jésuites, pourvu que ces Pères ne les aient pas dégrades du titre d'auteurs graves". Au surplus, il n'est pas vrai "que la doctrine de la probabilité soit la doctrine de tous les docteurs, de tous les ordres et de toutes les universités", car, après les Provinciales, ceux "qui avaient embrassé cette doctrine", dominicains, bénédictins, franciscains et oratoriens, "se sont déclarés hautement et par des écrits publics contre les probabilités" ; les jésuites "ont pris une route toute opposée", comme l'attestent les ouvrages du P. Pirot et du P. Tambourin parus après les Petites Lettres :

  • 28 Ibid., p. 78 sq., p. 91, p. 106-107 et p. 121-122.

"Ne trouvez-vous donc pas mauvais, mon R. Père, puisque la Société s'opiniâtre à ne pas condamner cette doctrine licencieuse, pendant qu'on la condamne partout [...], qu'on la regarde comme votre doctrine, qu'on vous en attribue toute la corruption, et qu'on vous charge de toutes ses suites"28.

  • 29 Provinciales. éd. Cognet, p. 254.

16Il est difficile de dire jusqu'à quel point Pascal aurait suivi son apologiste, mais cette argumentation paraît conforme à ses principes. Ce qu'en revanche Petitdidier n'a pas exposé, c'est sa signification spirituelle : grâce à l'idée de responsabilité collective, la diversité des opinions probables fait apparaître la "duplicité de cœur" d'une Société qui se prépare toujours deux voies. De là la condamnation qui clôt la treizième Provinciale : "Vae duplici corde, et ingredienti duabus viis"29.

  • 30 Ibid., p. 204.
  • 31 Ibid., p. 205.

17Pour apprécier l'usage que Pascal fait de cette argumentation, il ne suffit pas d'écouter les protestations formulées par les membres de la Compagnie, du P. Nouet à l'abbé Maynard, contre la "malice" des Provinciales. Du point de vue technique, en effet, l'argumentation est conforme aux principes posés dans la onzième lettre, notamment à la règle de discrétion30. Elle ne porte que sur un point, la morale et la "politique" de la Société. Pascal avait pourtant certainement en main des renseignements qui lui auraient permis d'aller beaucoup plus loin, et de citer des cas où des jésuites viennent au secours, non des opinions de leurs confrères, mais de leurs dérèglements personnels. Arnauld et Nicole ont dû lui fournir des dossiers là-dessus, il le dit clairement : "je vous ai épargnés : [...] je n'ai parlé en aucune sorte contre ce qui vous regarde chacun en particulier ; et je serais fâché d'avoir rien dit des fautes secrètes et personnelles, quelque preuve que j'en eusse"31. La thèse de la responsabilité collective prendra une forme assez différente quelques années plus tard, dans la Morale pratique des jésuites :

  • 32 Il s'agit de la Compagnie de Jésus.
  • 33 Morale pratique..., Préface, in Arnauld, Œuvres, éd. de Lausanne, XXXII, p.7.

"Il serait [...] très aisé de prouver que la plupart des maximes de sa morale32 ne sont fondées que sur le libertinage de ses particuliers, qu'elle entreprend de justifier. Si un d'entre eux séduit une de ses pénitentes, et se sert d'une fausse révélation pour couvrir du nom de mariage ses impuretés et ses sacrilèges, un autre de la Société, pour justifier ce crime, ne manque pas d'enseigner qu'un Religieux profès peut se marier sur une révélation probable. Si les uns publient des calomnies contre les personnes les plus innocentes, parce qu'ils s'imaginent qu'ils font quelque préjudice à la Société, les autres enseignent qu'un religieux peut non seulement perdre de réputation, mais tuer même ceux qu'il prévoit pouvoir nuire à la gloire de sa communauté. Enfin, si quelques-uns sont assez malheureux pour inspirer aux sujets des meilleurs princes des desseins contre leur vie, et contre la tranquillité de leurs Etats, les autres font des volumes entiers pour justifier ces assassins et ces meurtriers, et toute la Société même en fait des Saints et des Martyrs, principalement s'ils sont de ses enfants.
Ne peut-on donc pas dire avec vérité que les particuliers de la Société ne commettent point de désordres qu'on ne puisse très justement lui imputer ?"33.

18C'est justement ce que Pascal ne dit pas. Il semble avoir refusé d'entrer dans la polémique ad personam et de se servir de certains documents, de peur d'enfreindre les règles de rhétorique chrétienne qu'il s'est lui-même imposées. Arnauld et Pontchateau ont moins de scrupules, encore qu'ils en usent avec discrétion. Il faut sans doute voir là une preuve que Pascal n'agit pas en simple "secrétaire de Port-Royal", et qu'il conserve son indépendance dans sa manière de conduire sa polémique, même par rapport à ses meilleurs amis.

  • 34 Nouet, Réponse à la douzième Lettre..., in Réponses..., p. 294-295.
  • 35 Marande, Considération sur un Libelle du Port-Royal..., cité d'après l'édition des Œuvres de Pasca (...)
  • 36 Provinciales, éd. Maynard, Introduction générale, p. 42-43.
  • 37 Nouet, Première Réponse..., in Réponses..., p. 8-9.

19Les jésuites ont tenté de retourner contre l'auteur des Provinciales ses propres armes. A vrai dire, l'argument de responsabilité collective n'a pas chez eux tout à fait le même sens, car ils ont le bras séculier de leur côté : s'ils cherchent à lier leur adversaire anonyme au parti janséniste, c'est que, faute de pouvoir l'identifier et l'arrêter, ils espèrent l'atteindre dans ses amis et ses proches. Les P. Nouet et Morel affirment donc sans hésiter que l'auteur des Provinciales ne saurait être isolé, et qu'il a avec lui tout le groupe janséniste qui corrige, imprime, débite et fait lire partout ses ouvrages34. Ils affirment aussi l'existence d'une hiérarchie dans le parti de Port-Royal, grâce à la distinction des "docteurs jansénistes" et du "secrétaire" qui écrit pour eux. Les premiers, Arnauld notamment, sont supposés être de mauvais chefs, qui usent mal de leurs lumières ; d'après la formule de Marandé, "ces Messieurs ont tous leurs officiers qui les suivent et les accompagnent partout à la mode des Princes"35. Ce sont les écrivains à gages. Le courant antijanséniste a toujours tenté de présenter Pascal comme l'un d'entre eux, plus brillant que les autres pour le style, mais ignorant en théologie, incapable de mesurer la portée de la doctrine qu'il défend, ne comprenant rien "au jeu horrible qu'on lui faisait jouer" : "exécuteur des hautes œuvres du jansénisme [...] ce n'était pas lui qui portait la sentence ; il se bornait à immoler les victimes qu'on lui désignait"36. A partir de là, le raisonnement coule de source : les auteurs des Provinciales, dit le P. Nouet en usant du pluriel collectif, "étant jansénistes, sont hérétiques", et "c'est ce qui avait fait juger à un grand homme de notre temps, et le fléau du jansénisme, que l'on pouvait ne donner autre réponse à ces mauvaises lettres que ces trois mots, les jansénistes sont hérétiques"37.

  • 38 Provinciales, éd. Cognet, p. 216 et p. 329-333.
  • 39 Ibid., p. 332 et p. 203.

20Pascal avait prévu la manœuvre. Il a fait de "Montalte" un solitaire, "sans force et sans aucun appui humain", soutenu seulement "par la vérité et la sincérité". Il n'est soumis à aucune liaison de consentement "horizontale" : il est "libre, sans engagement, sans attachement, sans liaisons, sans relations, sans affaires" et surtout il n'est pas "de Port-Royal". "N'étant attaché ni à quelque communauté, ni à quelque particulier que ce soit", il est soustrait à toute liaison "verticale", en dehors de la seule que les jésuites ne puissent lui reprocher : "je n'ai d'attache sur la terre qu'à la seule Eglise catholique, dans laquelle je veux vivre et mourir, et dans la communion avec le Pape son souverain chef"38. Il conclut donc nettement que s'il a, lui, le droit de tenir la Compagnie pour une personne morale, celle-ci n'a pas le même avantage : "je vous admire, mon Père, de considérer ainsi tous ceux qui vous sont contraires comme une seule personne" ; car lui est à part : "je vous déclare hautement et nettement que personne ne répond de mes Lettres que moi, et que je ne réponds de rien que de mes Lettres". Cette déclaration permet même à Pascal de retourner contre les jésuites leur propre attaque ; puisque la "vérité des choses" ne justifie pas leur manière de considérer tous leurs ennemis comme une seule personne, cette tactique ne peut s'expliquer que par la malveillance : "votre haine les embrasse tous ensemble, et en forme comme un corps de réprouvés, dont vous voulez que chacun réponde pour tous les autres". On revient ainsi à la onzième Provinciale, puisque cet amalgame injuste est une marque que les "répréhensions" des jésuites partent d'un "esprit d'impiété et de haine", et non de "piété et de charité"39.

21Sur ce point, comme sur bien d'autres, Pascal avait préparé méthodiquement sa stratégie ; ses adversaires, réduits à la défensive, ont improvisé tant bien que mal, sans parvenir vraiment à se hausser au même niveau. Mais dans une polémique, l'impréparation ne pardonne guère.

22M. Mesnard. -Cet avant-goût de la thèse de M. Descotes sur l'argumentation pascalienne montre avec quelle perspicacité, quelle pénétration il sait retrouver l'unité entre les œuvres les plus différentes de Pascal en cherchant la clé de son argumentation dans ses œuvres scientifiques.

23M. Duchêne. -J'admire beaucoup ce que vient de dire M. Descotes, mais je reste un peu sur ma faim. Vous avez bien montré, Monsieur, cette solidarité horizontale et cette solidarité verticale, mais on aurait aimé, au delà de la description, un petit jugement de valeur. On aurait voulu savoir pourquoi cette méthode, dont vous avez dit vous-même qu'elle risquait d'entraîner avec elle tous les casuistes et pas seulement les casuistes jésuites, cette méthode donc n'a pas marché jusqu'au bout. Si le raisonnement par récurrence avait opéré complètement, il aurait dû emporter non seulement les casuistes jésuites, mais encore tous les casuistes possibles, y compris ceux de Port-Royal. Or ça n'a pas fonctionné ainsi sur le public, ce qui montre du moins que celui-ci n'a pas vu que c'était un raisonnement par récurrence ! Autre preuve qu'il ne l'a pas vu : c'est vous qui l'avez découvert et personne n'avait eu avant vous l'idée que c'en était un ! Vous avez sans doute raison du point de vue du raisonnement et de la fabrication du texte. Il n'en va pas de même du point de vue littéraire, c'est-à-dire de l'effet obtenu sur le public.

24M. Descotes. -Pour ce qui est de la fabrication, il arrive à Pascal, dans tous les domaines, de dissimuler ses recettes. Ainsi, pour beaucoup de textes dont on a repéré les aspects scientifiques, il les aurait sans doute volontairement gommés, parce qu'il s'adresse souvent à des gens cultivés, mais qui ne sont pas nécessairement des scientifiques. Il ne fait pas de mathématiques dans une lettre qui s'adresse à un public d'honnêtes gens et de femmes.

25M. Duchêne. -"Je ne suis pas de Port-Royal." Comment échapper à cette phrase ? Si l'on admet que les Provinciales sont un roman épistolaire où il y a un personnage qui dit "je" et qui évolue de l'indifférence à la conversion et se trouve finalement du côté des jansénistes contre les jésuites parce qu'il a, après enquête, au bout de dix-sept ou dix-huit lettres, constaté que la vérité est de ce côté-là, cette affirmation n'a aucun caractère scandaleux. Si on met au contraire l'accent sur le fait que l'instance qui dit "je" est un personnage fictif dans les dix premières lettres, et qu'à partir de la onzième, elle correspond à un personnage qui assume les lettres précédentes, de telle sorte qu'on ne peut plus guère distinguer le personnage mis en scène à la première personne et la personne même de Pascal, alors, à ce moment-là, dire "Je ne suis pas de Port-Royal", ça devient une magnifique équivoque, d'autant plus scandaleuse que les Provinciales ont dénoncé les équivoques. Car il est bien vrai que Pascal n'est pas stricto sensu de Port-Royal, mais il est bien vrai aussi qu'il est "le secrétaire de Port-Royal". Si l'on se borne à lire comme moi le texte littérairement, cela n'a aucune importance, mais si on le lit moralement, c'est une autre affaire, et je me demande comment vous percevez, vous, cette sorte de déclaration.

26M. Descotes., -Cela pose le problème de la relation de Pascal et du personnage qui écrit. Il y a une règle d'honnêteté dans la polémique qui fait qu'on ne peut pas tout inventer. On peut inventer un peu, mais on ne peut tout fausser. Pascal ne fausse pas. Quand il dit : "Je ne suis pas de Port-Royal", ça veut dire : "Je ne suis pas un de ces messieurs de Port-Royal qui y sont à demeure". La traduction de Nicole sur ce point est nette et souvent citée. On pourrait tout au plus reprocher à Pascal, non pas d'être de Port-Royal, mais d'être janséniste et "hérétique". Là-dessus, il a sa réponse toute prête : la théologie de Port-Royal, qui n'est pas ce fantôme qu'on appelle jansénisme, mais l'augustinisme tout pur.

27M. Sellier. -Il faut lire ce texte dans son contexte, qui est très clair. Pascal dit : "Je ne suis pas de ces Solitaires qui..." Nous y retrouvons l'opposition entre Port-Royal et Pascal, qui se sait condamné par un certain nombre de Solitaires en désaccord avec lui. Quand on lit le texte, on est surpris de voir qu'il dit : "Vous auriez de la chance, mes Pères, si c'étaient ces solitaires qui s'attaquaient à vous ; malheureusement pour vous, c'est moi qui vous frappe". Et il cite ensuite un texte biblique : "Je remplirai leur visage de honte et je déchaînerai le rire contre eux." Dire : "Je ne suis pas de Port-Royal", cela veut dire : "Je sais qu'il y a, dans Port-Royal, tout un parti qui n'est pas d'accord avec moi, mais c'est moi qui me bats." Je crois vraiment qu'il n'y a aucune équivoque dans ce texte.

28M. Le Guern. -Je trouve votre rapprochement avec le le triangle arithmétique tout à fait séduisant. Mais pour qu'il y ait raisonnement par récurrence, il faut deux conditions : la première, la continuité ; d'autre part, que ça aille ad infinitum. La continuité, vous avez montré comment elle était construite, comment au contraire, Pascal s'efforçait de montrer que, de son côté à lui, il n'y avait pas de continuité. Seulement, un raisonnement ad infinitum. paradoxalement, est moins efficace que si l'on place une limite. Or, le coup de génie, me semble-t-il, c'est de placer une limite précise, nette, une frontière au fonctionnement de la récurrence. Il s'agit des jésuites, et paradoxalement les casuistes non jésuites sont épargnés. Les jésuites répondant à Pascal ne s'étaient pas rendu compte de cette nécessité de mettre une limite. Ils reprochaient à l'auteur des Petites Lettres de reprendre les arguments de l'auteur de la Théologie morale des jésuites, lequel avait repris ceux du pasteur Dumoulin. Les Secondes Réponses montrent la conformité des reproches et des calomnies publiés par les jansénistes contre les jésuites avec ceux que Dumoulin avait publiés avant eux contre l'Eglise romaine. Au fond, les jésuites vont trop loin dans l'application de ce système de récurrence. Ils vont si loin qu'ils ne sont plus pris au sérieux, parce qu'il suffit alors à Pascal de dire : "Je ne suis pas protestant, je n'ai aucun lien avec Dumoulin" pour que tombe l'objection. Chez lui, la limitation aux jésuites me semble être de l'ordre de la recherche de l'efficacité.

29M. Descotes. -Il y a en effet un problème de limite. Sur ce point, j'ai cité Layman tout à l'heure. L'essentiel dans le raisonnement par récurrence pour les mathématiciens modernes, c'est effectivement l'infini. Mais ce qui intéressait surtout Pascal, c'était d'étendre une propriété uniformément à l'ensemble d'une figure présentée véritablement comme une unité. Je ne prétends pas pour autant que Pascal a pris son triangle arithmétique et "calculé les jésuites". Il y a souvent des formes d'argumentation qui sont parentes ; celle-ci m'a paru intéressante dans la mesure où elle permet d'opposer l'aspect systématique de la méthode de Pascal à l'aspect assez désordonné des Réponses aux Provinciales qui, au fond, donnent des coups d'épée dans le noir.

30M. Carraud. -Ce qui ne me paraît pas évident dans votre propos, c'est l'introduction de l'opposition de l'horizontal et du vertical, deux mots qui ne figurent évidemment à aucun moment dans le Triangle, puisque le triangle arithmétique peut se retourner et se mettre dans n'importe quelle position. Il n'y a pas de différence entre l'horizontal et le vertical, c'est une figure symétrique. Les mêmes chiffres se reproduisent par rapport à sa hauteur.

31M. Descotes. -Horizontal et vertical dans le triangle, c'est une formule que j'ai utilisée pour faciliter l'exposé, pour désigner la progression des bases, car, là, les colonnes ne sont pas les mêmes : les bases diffèrent les unes des autres ; il y a symétrie de part et d'autre de la dividente.

32M. Carraud. -Il n'y a qu'un axe de symétrie ?

33M. Descotes. -Bien sûr. Pour parler d'horizontal et de vertical, il faut présenter le Triangle en le faisant basculer, sous la forme d'une pyramide.

34M. Carraud. -C'est donc un risque que d'introduire horizontal et vertical et d'en faire la différence ?

35M. Descotes. -D'accord.

36M. Carraud. -D'autre part, la récurrence mathématique n'intéresse à aucun moment les individus, mais seulement des propositions. On peut passer par un système de récurrence de la proposition (a + b) à (a + b), puis (a + b), etc. Or, il n'y a pas cette instance propositionnelle dans le corps des jésuites. Il s'agit toujours d'individus. Dire que ce que l'on dit de l'un peut se dire de tous les autres, certes. Mais vous faussez l'usage cohérent du modèle mathématique, qui porte sur des propositions ou des combinaisons.

37M. Duchêne. -Et l'on n'avait pas eu besoin de modèle mathématique pour poser le type de solidarité affirmé par Pascal. Son argumentation sur ce point se trouve déjà dans la Théologie morale des jésuites et dans tous les ouvrages qui attaquent les jésuites comme un corps constitué. Si vraiment on a posé déjà cette "solidarité horizontale et verticale" avant lui, cela ôte un peu de sa force de conviction à votre exposé. Pascal a dû être confirmé dans ce type de pensée par sa formation mathématique : ça lui donnait une légitimité supplémentaire. Mais au fond, c'était un argument surtout polémique, parce qu'on savait bien que les hommes sont différents, que leurs idées sont différentes. Vouloir raisonner par récurrence en les identifiant, c'est forcément, si j'ose dire, une imposture...

38M. Descotes. -La question n'est pas tellement de savoir ce qu'ils sont, mais de quoi ils sont responsables.

39Un auditeur. -La solidarité des jésuites, on l'avait déjà posée sur le plan politique, au sujet du tyrannicide, au moment de la mort d'Henri IV et des différentes tentatives d'assassinat antérieures. On avait amalgamé des textes de Suarès et de Bellarmin sur ce sujet, ce qui est aussi de la polémique, peut-être pas très juste en la matière.

40M. Bernos. -Quelques-uns des casuistes poursuivis ne sont pas jésuites. Comment expliquer ces exceptions ? Je pense à Diana et à Caramuel.

41M. Descotes. -Pascal n'a jamais dit qu'il n'y avait que les jésuites de corrompus.

42M. Bernos. -Pourquoi alors s'en prend-il à Diana plus qu'à tel autre ? Avez-vous une idée des raisons du choix de Pascal ?

43M. Descotes. -C'est à cause des compilations d'auteurs, de casuistes faites par les jésuites. Escobar par exemple est un compilateur. Il reconnaît comme auteurs graves des non-jésuites, et cela suffit pour les faire entrer dans la logique de Pascal. Ils sont "autorisés" en quelque sorte, cautionnés par des jésuites.

44M. Paldacci. -Un mathématicien qui aurait été dans votre jury de thèse aurait pu, je crois, vous faire l'objection suivante : vous appliquez une analogie à deux objets qui sont différents de nature en ce que les termes du triangle arithmétique non seulement composent un ensemble qui est infini, mais aussi un ensemble qui est ordonné strictement, c'est-à-dire qu'à chaque terme, vous pouvez assigner un numéro d'ordre et un seul. Il y a entre eux une relation logique qui n'existe évidemment pas entre les différents membres de la Compagnie de Jésus.

45M. Descotes. -Je me suis bien gardé de dire que c'est strictement la même chose. Je soutiens seulement qu'il y a une communauté de technique d'argumentation frappante. Je ne dirai jamais que les jésuites sont des chiffres ni que la Compagnie est infinie. Je ne peux évidemment pas démontrer que le modèle mathématique soit à l'origine de la cinquième Provinciale. Mais l'inspiration géométrique est constante chez Pascal, dans les Pensées, comme dans les premiers textes des Provinciales à propos des questions de définition nominale. Que l'argumentation relève de l'ordre de la géométrie et de celui de la polémique, les objets changent mais les procédés restent souvent les mêmes. Ainsi dans l'argument du pari : c'est du calcul, et pourtant il s'agit bien de polémique. Il s'agit d'un usage polémique de techniques qui sont d'origine géométrique. De même dans le divertissement, il s'agit de l'usage polémique de méthodes de physique expérimentale. Mais il y a bien sûr adaptation.

46M. Mesnard. -La mathématique est un langage qui peut s'appliquer à toutes sortes d'objets. Les opinions probables par exemple sont virtuellement en nombre infini, alors que la vérité ne peut être qu'unique. Il y a donc là un schéma mathématique qui fonctionne très bien chez Pascal. A partir du moment où on se fonde sur la probabilité, on récuse la vérité. Pascal a un peu hésité entre les critères. Il parle d'abord du sûr : "Je ne cherche pas le probable ; je cherche le sûr." Puis, dans la seconde partie des Provinciales et constamment dans les Pensées, il parle de vérité : ce qui s'oppose au probable, c'est le vrai. Mais le vrai n'est pas toujours facile à identifier."Rien ne donne l'assurance que la vérité. Rien ne donne le repos que la recherche sincère de la vérité" (Laf. 599). Quand il n'y a pas de vérité nettement connaissable, il y a la recherche sincère de la vérité ; c'est cela la bonne foi, c'est cela l'attitude morale pour Pascal. Dans la doctrine de la probabilité, on examine, en quelque sorte sans que la conscience ait à intervenir, les opinions des uns et des autres, puisque toute opinion défendue par un auteur grave doit être prise en compte par les confesseurs au moment de décider s'ils doivent absoudre ou non le pénitent. A ce moment-là, il n'y a plus de critère de vérité ; il y a simplement des opinions (le mot opinion est peut-être encore plus important que le mot probable), et c'est en fonction de ces opinions que l'on juge. Pour Pascal, il faut ou bien la vérité proprement dite ou l'adaptation de cette vérité à une situation concrète. Comme il n'y a de morale que des cas particuliers, elle devient ainsi casuistique.

47M. Duchêne. -M. Descotes a utilisé l'expression "la doctrine des opinions probables". Je me demande si cette expression n'est pas une invention de Pascal, ou du moins des jansénistes. Les jésuites ne l'avaient pas employée avant lui. Dire "la doctrine des opinions probables" en parlant des jésuites, c'est déjà d'une certaine manière être de Port-Royal. Il y a des opinions probables. Escobar, les jésuites citent des opinions probables ; ils ne se réfèrent jamais sur ce point à une doctrine. L'art de Pascal est d'avoir fait de ce qui était une juxtaposition d'opinions, un système, c'est-à-dire une doctrine. Mais dire doctrine, c'est entrer dans le système de Pascal. Vous le disiez, Pascal a choisi son terrain, et les autres ont eu la sottise de l'y suivre.

48M. Le Guern. -Dans les Impostures du père Nouet, il n'y a pas un exposé de la doctrine des opinions probables, mais une liste des conditions qui rendent une opinion probable. Comme Nouet renvoie à Suarès, on peut considérer que cela n'a pas été fabriqué pour la circonstance. On oppose les questions certaines et indubitables d'un côté, et de l'autre, celles qui tombent en dispute. Les opinions probables interviennent dans le second cas. Il faut qu'elles soient accompagnées de quatre conditions, énoncées par Suarès. La première, que l'opinion ne choque point les vérités universellement reçues dans l'Eglise. La seconde, qu'elle ne blesse point le sens commun. La troisième, qu'elle soit fondée en raison et appuyée d'une autorité sans reproche. La quatrième, que, si elle n'a pas la voix générale de tous les docteurs, elle n'en soit pas aussi généralement abandonnée.

49M. Duchêne. -Cela montre qu'il y a des conditions pour qu'une opinion soit probable, mais ne fonde absolument pas une doctrine des opinions probables et, moins encore, un système d'opinions probables tendant à exempter les hommes du péché. Il n'y a rien là de ce qui est dénoncé dans les Provinciales.

50M. Descotes. -Mais Pascal reprocherait à ces conditions de ne pas en être vraiment, et de faire dépendre la vérité des opinions du nombre des gens qui les soutiennent ! C'est la quatrième condition rappelée par M. Le Guern. Pascal a dû être frappé par la présentation des opinions probables dans le livre d'Escobar, qui est un manuel, une sorte de cours.

51M. Duchêne. -On touche justement le cœur du débat. Si le livre d'Escobar est un manuel, une liste de cas non organisés, un recueil semblable à ceux que les juristes utilisent tous les jours pour décider en fonction de la jurisprudence, en faire une lecture destinée à prouver que l'auteur y a exprimé une doctrine, une pensée orientée vers un but précis, c'est changer totalement la nature de l'ouvrage que l'on prétend présenter objectivement au public.

52M. Le Guern. -De très nombreuses remarques d'Escobar ont pour but de montrer que telle opinion -même due à tel homme célèbre- n'est pourtant pas une opinion probable, parce qu'elle est contradictoire soit à la doctrine de l'Eglise, soit au bon sens. Pascal fait comme si on pouvait toujours suivre une opinion quand elle vient d'une autorité. Il n'a même pas perçu la différence, parce que sa définition de l'opinion probable est décalée par rapport à celle rapportée par le père Nouet.

53M. Mesnard. -Je voudrais revenir sur la question du rapport de Pascal à Port-Royal. L'expression "secrétaire de Port-Royal" a été reprise et considérée comme évidente par Roger Duchêne. Pour ma part, je la refuse en tant qu'elle est une expression polémique, qui vient des adversaires de Pascal. D. Descotes a bien fait comprendre l'intérêt qu'ils avaient à le considérer comme représentatif d'un groupe. Cette idée ne repose que sur la fameuse anecdote de Marguerite Périer d'après laquelle Pascal aurait été invité par ses amis de Port-Royal, et notamment par Arnauld, à écrire les Provinciales. Je considère cette anecdote comme absolument fausse, de même que beaucoup d'autres anecdotes provenant de la même source. Elle raconte une conversation qui aurait eu lieu à Port-Royal à un moment où ni Pascal ni Arnauld ne s'y trouvaient. Cela met la puce à l'oreille. Il y a plus décisif : lorsque Nicole raconte les mêmes événements, lui qui en a été témoin alors que M. Périer avait un peu plus de dix ans à l'époque, lorsque donc, dans le commentaire des Provinciales écrit en 1657, aussitôt après la publication de l'œuvre, Nicole raconte cette entrevue, il la raconte tout autrement. Quelqu'un, dit-il, lança l'idée d'un factum. Tous approuvèrent ce dessein, mais person­ne ne s'offrait pour le réaliser. "Alors Montalte, qui n'avait encore presque rien écrit et qui ne connaissait pas combien il était capable de réussir dans ces sortes d'ouvrages, dit qu'il concevait à la vérité comment on pouvait faire ce factum, mais que tout ce qu'il pouvait promettre, était d'en ébaucher un projet en attendant qu'il se trouvât quelqu'un qui pût le polir et le mettre en état de paraître." Qui s'est proposé pour écrire les Provinciales ? Pascal lui-même. Personne ne lui a rien demandé. Le témoignage de Nicole montre que c'est lui qui a pris la décision. Il l'a prise parce qu'il était compétent. J'appuierai cette idée sur le fait que les Ecrits sur la grâce ne sont pas postérieurs, mais antérieurs aux Provinciales. Ce qui le prouve en particulier, c'est l'emploi du terme pouvoir prochain dans les Ecrits sur la grâce, emploi qui n'a lieu que dans les Ecrits sur la grâce les plus anciens. Les Ecrits sur la grâce chevauchent sur la première Provinciale. A partir du moment où, dans celle-ci, Pascal a dit refuser l'expression pouvoir prochain et l'exclure du vocabulaire, il ne l'emploie pas davantage dans les Ecrits sur la grâce ; il ne parle plus que de "pouvoir plein et entier". Il cesse d'employer une expression scolastique pour en utiliser une plus ordinaire qui désigne la même chose. Parce que Pascal était en train d'étudier les questions se rapportant à la grâce, il était en état d'aborder immédiatement la polémique. Il venait d'écrire aussi un ouvrage qui marque beaucoup les premières Provinciales : "L'Esprit géométrique". C'est un ouvrage de logique, et il n'est pas surprenant que, pénétré de ces idées, il ait transformé les débats théologiques en débats logiques. On a considéré Pascal comme le secrétaire de Port-Royal pour une autre raison : on a retrouvé des notes de travail sur lesquelles il a construit les Provinciales. Mais ces notes, il en existe essentiellement pour les Provinciales morales, c'est-à-dire sur un sujet dans lequel tout le monde était compétent, selon ce qu'on dit habituellement. Mais pour la grâce, on n'a pas de ces notes : Pascal avait tout à sa disposition. Il connaissait parfaitement la polémique antérieure, ayant une connaissance précise de ce qui s'était publié sur la grâce, sur la morale, sur toutes sortes de sujets, dans le milieu de Port-Royal. C'était là une documentation qu'il avait lui-même recueillie, bien avant d'écrire les Provinciales. Il avait constitué une collection de textes polémiques dont on a encore une partie, conservée à la Bibliothèque Mazarine. L'essentiel de la documentation utilisée par Pascal, c'est la documentation imprimée qu'il avait collectionnée et qu'il connaissait très précisément. D'autre part, il s'est documenté lui-même en même temps qu'il faisait son travail. Il lit lui-même certains casuistes, tels Escobar. On lui apporte aussi de la documentation. Il y a dans le manuscrit des Pensées un autographe d'Arnauld fait de citations de Diana ; il est indiscutable qu'il a reçu des remarques d'Arnauld. Il a reçu cette documentation, mais cela ne veut pas dire qu'il ne l'ait pas mise lui-même en œuvre. Tous ceux qui travaillent ont besoin de recevoir parfois des renseignements de ceux qui sont autour d'eux. Pascal, je crois, a beaucoup tenu à son indépendance vis-à-vis de Port-Royal. S'il insiste avec tant de fermeté sur le fait qu'il n'est pas de Port-Royal, c'est qu'il considère que c'est lui qui parle. Il est, bien sûr, dans la mouvance de Port-Royal, et encore d'un certain Port-Royal : Arnauld et Nicole sont proches de lui, mais Lemaître de Sacy, Singlin appartiennent à un autre monde, fort opposé à l'attitude qu'il prend. Même par rapport à Arnauld et Nicole, il tient ses distances, et le texte qui fournit la clé de son attitude, est celui cité par Philippe Sellier, bien antérieur aux Provinciales. En 1648, rendant visite à M. de Rebours, qui est un autre Singlin, pourrait-on dire, un homme très méfiant au regard de ce qu'il y avait de bruyant, de mondain, de profane en Pascal, celui-ci lui dit : "Nous avons lu vos livres et ceux de vos adversaires ; c'est assez pour vous dire que nous sommes de vos sentiments." Pascal tient à dire quel est son avis. Il prend position à titre personnel. Il ne se considère pas comme un membre d'un groupe dont il doit refléter les opinions. Il est un particulier, un esprit, une conscience qui prend position sur des problèmes qu'il résout dans des sens voisins de ceux de ses amis, mais qu'il résout par lui-même. De même, dans l'Entretien avec M. de Sacy qui est, à mon avis, un peu antérieur aux Provinciales, on voit que, malgré la communauté de pensée profonde, malgré la référence augustinienne commune, il y a une différence considérable de point de vue, notamment dans le fait que Pascal accorde une valeur à la raison, à la culture profane que Sacy ne lui accorde pas. Donc l'accord avec Port-Royal s'accompagne toujours d'une prise de position personnelle, y compris dans les Provinciales. L'abbé Cognet, en note à la seizième Provinciale, écrit en substance que cette lettre est moins bonne que les autres, étant faite de beaucoup de citations mises bout à bout, et donc qu'elle n'est pas de Pascal, qui a été obligé d'aller très vite pour des raisons d'impression. Or, Pascal a une façon personnelle de travailler que l'on saisit bien par exemple dans les Ecrits sur la grâce. Quand un de ses écrits est un brouillon ou un premier jet, il reste très près des citations, qui sont mises bout à bout, sa part personnelle étant moins importante. Plus il avance, plus il se détache des citations, plus il les fond dans son texte. Dans la seizième Provinciale, la démarche est typiquement pascalienne. Pascal n'est pas arrivé au bout de son travail parce qu'il n'avait pas eu assez de temps, qu'il s'est contenté d'accumuler les citations là où il aurait davantage fondu les textes dans sa propre création. Quel que soit le point de vue adopté, on retrouve la personne de Pascal, qui prend position d'une façon qui ne doit rien, en dernier lieu, au groupe auquel il appartient.

54M. Duchêne. -Sur l'importance de la prise de position de Pascal, je suis tout à fait d'accord avec vous : ce n'est pas le texte qui a fait Pascal, c'est Pascal qui a fait son texte. Il y a une présence de Pascal : on voit "la main de Pascal". Pour le reste, je trouve que, paradoxalement, vous avez beaucoup apporté d'eau au moulin d'une façon d'interpréter un "Je ne suis pas de Port-Royal" que Pascal aurait pu dire aussi selon moi. Se proposer pour écrire un factum (puis plusieurs) en réponse à l'attente d'une communauté, c'est déjà une façon de s'insérer dans cette collectivité. Telle est l'attitude de Pascal. On cherche quelqu'un, et il dit : "Pourquoi pas moi ? ". Quand d'autre part un groupe vous fournit de la documentation pendant tout le temps que vous travaillez, c'est que les gens de ce groupe vous sentent de leur côté. Ils savent bien que vous allez parler en leur faveur et que vous appartenez à leur communauté. Ils ne se donneraient pas tant de mal s'ils vous jugeaient absolument indépendant ! Le travail, que vous reconnaissez avoir été en-partie collectif, fournit un deuxième argument en faveur de la solidarité de Pascal et de Port-Royal. Quant au fait que Pascal, à l'intérieur de ce groupe et dans cette solidarité, affirme son indépendance de jugement et de création, tous les éléments de son caractère l'y portent : sa violence, peut-être son orgueil, ses excès. Il est une personnalité. Mais on est à Port-Royal entre personnalités fortes, et je suppose que la mère Angélique ou Arnauld ou même Nicole auraient revendiqué de la même façon très fortement leur individualité. Pour chacun d'eux, on voit pareillement leur main ! Philippe Sellier a raison de renvoyer au contexte et d'expliquer : "Je ne suis pas de Port-Royal" par "Je n'appartiens pas au groupe des Solitaires". C'est ce que signifie littéralement le texte de la lettre, dans lequel Pascal avoue aussi que certains Solitaires ne sont pas d'accord avec lui. Il n'en reste pas moins que les lettres constituent dès ce moment-là une œuvre destinée à un certain public, et que ce public-là doit beaucoup plus voir les solidarités (celles que Jean Mesnard reconnaissait tout à l'heure) que des nuances de sens qui sont effectives mais qui montrent que l'expression a et ne peut pas ne pas avoir pour le lecteur, une signification équivoque. Il était sûrement impossible de faire autrement. La polémique obligeait Pascal à dire : "De toutes façons, vous ne m'aurez pas. Vous pouvez mettre en prison tous les gens de Port-Royal : je continuerai à écrire". Car c'est cela aussi que veut dire le "Je ne suis pas de Port-Royal". Pour montrer la force que lui donnent l'anonymat et la solitude, Pascal n'avait pas d'autre moyen que d'employer une expression qui est équivoque. Et c'est cela qui pose finalement un problème moral, à moins de considérer, comme je le propose, l'instance qui dit "je" comme celle d'un personnage surtout littéraire.

Notes

1 Hobbes, Léviathan, éd. F. Tricaud, Sirey, p. 166.

2 Provinciales, éd. Cognet, p. XLIV ; Voltaire, Le Siècle de Louis XIV, in Œuvres historiques. Pléiade, p. 1071.

3 Voltaire, Lettres philosophiques, éd. Naves, Garnier, p. 141.

4 Nouvelle Histoire de l'Eglise, III, Réforme et Contre-Réforme par H. Tuchle, C. Bouman et J. Le Brun, Seuil, p. 161-162.

5 Sainte-Beuve, Port-Royal, III, 9, éd. Leroy, Pléiade, tome 2, p. 144-145.

6 Adam, Du Mysticisme à la Révolte, Fayard, p. 29-33; Fumaroli, L'Age de l'Eloquence, Droz, p. 234.

7 Descartes, lettre à Huygens du 9 mars 1638.

8 Pinthereau, La Naissance du Jansénisme, découverte à Monsieur le Chancelier par le Sieur de Préville ; J. Gravius, Louvain, 1654, p.52-53. Lettre du 9 décembre 1622. Le mot Gorphorostes désigne, dans le code des correspondants, les jésuites. Le titre de l'ouvrage en question est Recueil des Articles qui sont proposés par Théophile Eugène au Roi très chrétien pour la réformation des (jésuites) en France, an 1615 (le texte remplace jésuites par Gorphorostes, et Pinthereau fait en marge l'interprétation).

9 Voir Œuvres complètes, éd. Mesnard, II, p. 1294 ; dans la première impression du Triangle arithmétique, il s'agit de la Conséquence XI, ibid., p. 1187. Sur l'aspect mathématique du problème, voir Hara, L'œuvre mathématique de Pascal, Mémoirs of the Faculty of Letters Osaka University, XXI, Mars 1981, p. 48 sq.

10 C'est la disposition du Triangle chez Stevin ou Hérigone, par exemple.

11 Provinciales, éd. Cognet, p. 86 et p. 252.

12 Ibid., p.74.

13 Ibid., p. 88 et p. 253.

14 Sixième Ecrit des Curés de Paris, ibid., p.454.

15 Sixième Ecrit.., ibid., p. 449, et Pensées, éd. Lafuma, Luxembourg, fragment 954.

16 Provinciales, éd. Cognet, p. 74, 157 et 332-333.

17 Ibid., p. 74.

18 Ibid., p. 333.

19 ibid., p. 252.

20 Daniel, Réponses aux Lettres Provinciales de L. de Montalte, ou Entretiens de Cléandre et d'Eudoxe, D. Donati, Amsterdam, 1697, p. 34.

21 Petitdidier, Apologie des Lettres Provinciales de Louis de Montalte. contre la dernière réponse des PP. jésuites intitulée Entretiens de Cléandre et d'Eudoxe. Van Rhin, Delft, 1698, 2 vol. ; t. I, p. 59-60.

22 Nouet, Quatrième Imposture, in Réponses aux Lettres Provinciales publiées par le Secrétaire du Port-Royal contre les PP. de la Compagnie de Jésus sur le sujet de la Morale desdits Pères, M. Hovius, Liège 1658, p. 105. Voir Provinciales, éd. Cognet, p. 118.

23 Daniel, Op. cit., p. 42-43 ; Nouet, Préface à la Deuxième Réponse..., in Réponses..., p. 47.

24 Daniel, Op. cit., p. 33-34.

25 Pirot, Apologie pour les Casuistes, Vie Objection, p. 75-76.

26 Cinquième Ecrit..., in Provinciales, éd. Cognet, p. 432 et 434-435.

27 Petitdidier, op. cit., p. 77-78.

28 Ibid., p. 78 sq., p. 91, p. 106-107 et p. 121-122.

29 Provinciales. éd. Cognet, p. 254.

30 Ibid., p. 204.

31 Ibid., p. 205.

32 Il s'agit de la Compagnie de Jésus.

33 Morale pratique..., Préface, in Arnauld, Œuvres, éd. de Lausanne, XXXII, p.7.

34 Nouet, Réponse à la douzième Lettre..., in Réponses..., p. 294-295.

35 Marande, Considération sur un Libelle du Port-Royal..., cité d'après l'édition des Œuvres de Pascal des Grands Ecrivains de la France, V, p. 8.

36 Provinciales, éd. Maynard, Introduction générale, p. 42-43.

37 Nouet, Première Réponse..., in Réponses..., p. 8-9.

38 Provinciales, éd. Cognet, p. 216 et p. 329-333.

39 Ibid., p. 332 et p. 203.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/1074/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540