Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Colloque de Marseille

Vers l'invention d'une rhétorique : les Provinciales

Philippe Sellier

Texte intégral

1A la date du 27 janvier 1656, l'un des Solitaires de Port-Royal, Saint-Gilles, consigne dans son Journal : "Aujourd'hui a commencé à paraître une lettre imprimée de huit pages in-4° adressée à un provincial touchant ce qui se passe en Sorbonne". Il ajoute le 12 février, juste après la publication de la troisième Provinciale : "On éprouve que ces petites pièces font beaucoup plus d'effet que les autres plus longues et plus considérables, car en peu de temps on y est agréablement instruit de la vérité. Cela choque toujours de plus en plus les adversaires."

  • 1 Pascal, Œuvres complètes, éd. J. Mesnard, Paris, DDB, t. I, 1964, p. 470 et 474.
  • 2 Les progrès ont été d'autant plus remarquables que, dans les Provinciales, Pascal se trouvait obli (...)

2Qui pouvait bien être l'auteur ? M. Arnauld, selon quelques-uns, note Saint-Gilles, mais selon "la plupart", "et plus vraisemblablement", M. Pascal1. De cet adverbe, seule Gilberte Périer nous permet de percer l'énigme. Dans sa Vie de Monsieur Pascal, la sœur aînée date de la fin de 1653 - Biaise "avait alors environ trente ans " - la conversion décisive, le choix par son frère d'une existence où l'essentiel devient l'ascèse, la prière, l'étude de l'Écriture sainte et "un amour ardent et sensible pour toutes les vérités de la foi [...] cet amour le portait sans cesse à détruire tout ce qui pouvait s'opposer à ces vérités." Force est de situer au cours des années 1654 et 1655 - au plus tard - un travail rhétorique qui va métamorphoser l'auteur encore embarrassé de l'ample lettre Sur la mort (17 octobre 1651) en l'un des maîtres de la légèreté française2. En effet, Gilberte fait suivre immédiatement son témoignage sur la conversion et sur les méditations bibliques de tout un paragraphe consacré à l'originalité de la rhétorique pascalienne :

  • 3 Ed. Mesnard des Œuvres complètes, I, 582-583 (§ 34-37).

3"Il avait une éloquence naturelle qui lui donnait une facilité merveilleuse à dire ce qu'il voulait ; mais il avait ajouté à cela des règles dont on ne s'était point encore avisé, et dont il se servait si avantageusement qu'il était maître de son style ; en sorte que non seulement il disait tout ce qu'il voulait, mais il le disait en la manière qu'il voulait, et son discours faisait l'effet qu'il s'était proposé. Et cette manière d'écrire naturelle, naïve et forte en même temps, lui était si propre et si particulière qu'aussitôt qu'on vit paraître les Lettres au Provincial, on vit bien qu'elles étaient de lui, quelque soin qu'il ait toujours pris de le cacher, même à ses proches."3

4Le topos nature / culture, dons / travail, se discerne aisément dans ce texte. Il s'appliquait sans difficulté à un auteur dont les capacités s'étaient déjà manifestées dans la controverse sur le vide (1647) ou dans la lettre à Christine de Suède (1652). Mais Gilberte n'en souligne pas moins l'importance du travail de mise au jour d'un style, travail effectué avant même le coup de tonnerre des Provinciales.

  • 4 Ed. Cognet des Provinciales, p. XXVIII.
  • 5 Cours d'agrégation sur les Provinciales (1984), diffusé par le Centre National d'Enseignement par (...)

5Une fois de plus, le témoignage de la sœur aînée s'avère capital. Divers indices viennent le confirmer. II explique non seulement le "plus vraisemblablement" de Saint-Gilles, mais aussi le fait - attesté par Nicole - que Pascal, au moment où Port-Royal cherchait une meilleure plume que la plume pourtant réputée du grand Arnauld, rompit le silence général des Messieurs et se proposa, assurant "qu'il concevait à la vérité comment on pouvait faire ce factum"4. La rapidité extraordinaire avec laquelle fut rédigée la Première lettre, jugée par tous immédiatement à publier, en dit long sur la virtuosité à laquelle il était parvenu. Autre confirmation, apportée par les recherches les plus récentes de M. Jean Mesnard : "L'année 1655, celle qui fait suite à la seconde conversion de Pascal et précède l'année des Provinciales, est marquée par une activité que les historiens n'ont pas encore soupçonnée. Pascal y compose l'Entretien avec M. de Sacy [...] ; l'Abrégé de la vie de Jésus-Christ ; L'Esprit géométrique [...]. C'est enfin l'année où Pascal entreprend les Ecrits sur la Grâce."5.

  • 6 Voir "Rhétorique et apologie : Dieu parle bien de Dieu", dans Méthodes chez Pascal, Paris, P.U.F., (...)

6Pour ma part, ayant insisté dès 1976 sur la conviction pascalienne que pour parler de Dieu on ne saurait mieux faire que d'imiter la rhétorique de Dieu, telle qu'elle se révèle dans la Bible6, comment ne soulignerais-je pas que Gilberte nous met en présence de cette originalité essentielle, quand elle lie, comme elle le fait, les deux paragraphes consacrés l'un à l'Ecriture sainte, l'autre à la méditation rhétorique : c'est au moment où Biaise, converti, s'est plongé dans la Bible, qu'il a commencé à se forger une rhétorique issue de la Bible.

7Hélas ! de ce travail d'où est sorti un écrivain, nous ne savons rien de précis. Rien de comparable aux connaissances dont nous disposons sur le labeur qui, d'un essayiste pour revues fin de siècle, a fait surgir le romancier d'A la recherche du temps perdu. A partir des Provinciales, puis des Pensées il est possible de reconstituer - non sans difficultés - l'évolution de leur auteur en matière de style. Mais avant janvier 1656 ? Nous en sommes réduits à des inductions, à propos de ces "règles" inédites dont Pascal se trouvait déjà maître à cette époque.

8Gilberte, heureusement ! répète que l'une des caractéristiques de l'écriture pascalienne était la "force", l'efficacité calculée. Cela revient à mettre en relief l'importance que son frère attribuait à ce que la tradition rhétorique appelait le flectere. Adoptons ici cette seule perspective, et nous découvrirons à l'œuvre trois de ces "règles dont on ne s'était point encore avisé".

9La première des règles déjà acquises au début de 1656 n'est autre que la recherche du discontinu et de la cassure, active à la fois dans le champ de la dispositio et dans celui de l'elocutio.

  • 7 Ainsi, pour l'année 1655, tous les numéros à sujet unique comportent huit ou douze pages. Des numé (...)
  • 8 Sur l'écriture par "Lettre", voir les fr. 38-4, 39-5, 41-7, 43-9, 45-11, 27-408... Le premier numé (...)

10Lorsque Pascal se propose pour défendre la théologie de la grâce, en janvier 1656, à quelle forme littéraire songe-t-il ? Va-t-il reprendre celle du traité, celle des longues lettres-dissertations de plusieurs de ses amis ? Pas du tout. Il s'arrête à la forme volante de certains pamphlets de la Fronde, et plus précisément au format même et au nombre de pages de la Gazette, créée par Renaudot en 1631 : huit pages in-4°, et éventuellement douze7. Bien plus, il est en avance par rapport à cette même Gazette, lorsqu'il fait appel à des techniques journalistiques comme le "courrier des lecteurs" de dernière heure (à la fin de la Quatorzième ou de la Seizième). Pascal donne ses lettres de noblesse au journalisme théologique : avec les dix premières Provinciales, il joue au correspondant de presse : multipliant les interviewes, passant au grand reportage, il informe les provinciaux des événements de l'heure. De là, l'une des particularités de nombreux débuts de lettres et quelquefois de leur fin, qui consiste à lier : annonce de la reprise prochaine de tel thème, ou d'un changement de sujet ; rappel de ce qui avait été traité précédemment. Nous saisissons ici une démarche fondamentale de l'écriture pascalienne : polir des formes brèves, discontinues, tout en marquant fortement que cette fragmentation en "lettres" séparées va de pair avec l'unité d'un dessein d'ensemble. Peut-être l'écrivain a-t-il découvert peu à peu, au fil de la controverse de 1656-1657, l'efficacité et l'éclat d'une telle disposition, qu'il affinera et théorisera pour son Apologie sous le nom d'"ordre du cœur". On s'explique en tout cas que la forme des Lettres successives ait été retenue d'emblée pour le projet d'apologie, et que les Provinciales s'y trouvent citées comme l'un des modèles à imiter8.

11Après un usage dévastateur de l'interview, notre théologien-journaliste change de "genre journalistique" : avec la onzième Provinciale, il pratique la "lettre ouverte" (aux jésuites, puis au seul père Annat).

  • 9 Pour nous en tenir à la question du jansénisme, dès 1642-1643, le théologal Habert, auteur de troi (...)
  • 10 Voir Sainte-Beuve, Port-Royal, Pléiade, t. II, p. 85 s. et p. 956-959.

12Il importe de souligner les conséquences de ce compagnonnage entre théologie et pratiques journalistiques. Comme Gazette, les Provinciales ne se bornent pas à transporter les controverses religieuses sur la place publique - ce qui ne serait pas nouveau9 - elles visent à faire jouer à plein un pouvoir qui, lui, ne fait que commencer à s'affirmer, celui de la presse. Contre les puissances de l'Etat et de l'Eglise hiérarchique, la presse se révèle capable de soulever l'opinion. Non sans qu'évidemment l'establishment ne tente tout pour faire taire une clameur aussi puissante. De là, pour les Provinciales, l'anonymat, la clandestinité, les autodafés d'Aix ou de Paris, la mise à l'index... Et, pour résister, l'organisation de pré-lectures, la diffusion de "Bonnes feuilles", l'augmentation rapide des tirages en fonction de l'accueil, les envois sans commandes, etc…10. Par cet appel éclatant à l'opinion publique, par l'effervescence des deux groupes antagonistes, par une victoire en quelque sorte "à retardement" - les "fantasques décisions" des casuistes ne seront condamnées par Rome qu'en 1665 et 1679 - la campagne des Provinciales annonce le rôle de la presse dans l'affaire Dreyfus.

  • 11 Fr. 1002 (éd. Lafuma), où Pascal, en 1662, reprend ce qu'il se faisait écrire par le Provincial ap (...)
  • 12 Fr. 610-503 (rayé), à propos des "discours".

13Appel à l'opinion publique, à une époque où les femmes gouvernent pour quelques décennies la vie littéraire, cela impliquait un type d'écriture particulier. La règle des règles, répètent alors les écrivains, c'est de plaire... C'est-à-dire, surtout, de plaire aux femmes. De nombreux témoignages attestent ce fait. Pascal a révélé l'attraction exercée par le public féminin sur l'écriture des Provinciales "J'ai cru qu'il fallait écrire d'une manière propre à faire lire mes lettres par les femmes et les gens du monde, afin qu'ils connussent le danger de toutes ces maximes"11. Est-ce à dire que l'écrivain aurait pris pour modèle - comme on l'a maintes fois répété - la lettre mondaine, avec la légèreté que lui avait conférée Voiture, dont les Œuvres connaissent une réédition chaque année depuis leur publication en 1650 ? C'est bien peu probable. Il suffit de songer à l'exécution méprisante des badinages du père Le Moyne, dans la Onzième Lettre, pour douter d'une pareille filiation. De ses Provinciales 2, 4 et 5 - si souvent comparées à des comédies-Pascal lui-même trouvait que "cela est haut et sérieux"12. Et de fait, la véhémence des lettres 11 à 18 affleure déjà dans les précédentes.

  • 13 Transcrit par Sainte-Beuve dans son Port-Royal (éd. citée, II, 956-958).

14Inutile d'imaginer en Pascal un disciple de Voiture, et aventureux de supposer de sa part une étude approfondie de Montaigne, que rien ne permet de déceler à la date de 1656. L'aisance des Provinciales, leur légèreté pré-voltairienne - Candide chez les jésuites - n'ont été favorisées que par une familiarité exceptionnelle avec le grand monde. Pascal, même s'il connaît bien certains des Messieurs de Port-Royal, n'a jamais rien eu d'un "Solitaire". Certains des membres du groupe port-royaliste avaient été des habitués de l'hôtel de Rambouillet ; l'auteur des Provinciales fréquentait, comme La Rochefoucauld, le salon de Mme de Sablé. Mais l'une des destinataires privilégiées auxquelles pensait sans aucun doute Montalte n'était autre que la brillante comtesse du Plessis-Guénégaud, à laquelle nous savons que Pascal envoya la sixième Provinciale "avant que de la donner au public, pour savoir son sentiment et celui de ses amis. "En effet, poursuit le jésuite Rapin dans son Histoire du jansénisme, "comme elle prenait aisément l'empire, par la qualité de son esprit, sur ceux qui l'approchaient, ce fut à elle à qui on s'adressa de Port-Royal, où elle avait de grandes liaisons, afin qu'elle fît valoir les Petites Lettres auprès de ces beaux esprits, en les obligeant à en appuyer le succès de leurs suffrages dans le monde, où ils s'étaient acquis tant de crédit." Or ces amis, qu'elle recevait dans son salon de l'hôtel de Nevers, constituaient "la compagnie la plus choisie de Paris, tant de gens de Robe que de la Cour... le prince de Marsillac, depuis duc de La Rochefoucauld, le maréchal d'Albret, la marquise de Liancourt, la comtesse de La Fayette, la marquise de Sévigné, d'Andilly de Pomponne, depuis secrétaire d'Etat [...] et tout ce qu'il y avait de brillant parmi la jeunesse de qualité"13.

15Contrairement à ce qu'on serait tenté d'imaginer, il existe, au cours des années 1650, une véritable osmose entre le groupe de Port-Royal et les salons. De là une paradoxale célébration de 1'"honnêteté", une alliance entre culture théologique et aisance mondaine qu'on a baptisée - à propos d'Arnauld d'Andilly - "l'augustinisme en habits de Cour". De là aussi, dans l'ordre littéraire, la prédilection peu à peu affirmée de Port-Royal pour la légèreté des formes brèves et sa contribution capitale à l'essor d'une belle langue française, fluide, allégée de son fardeau de latin. La formation des femmes - au milieu du xviie siècle - est fondée sur la maîtrise du français et l'ouverture à la culture italienne ; celle des hommes, essentiellement sur le latin, un peu de grec et les rudiments de l'aristotélisme scolastique. Ce n'est pas un hasard si le latin est absent des Provinciales, comme il l'est de nombreux écrits port-royalistes. Ou, plus exactement, Pascal ne s'en autorise l'usage-à la fois bref et redonnant, puisque la citation est de toute façon traduite - qu'à des fins très précises. Ainsi l'auteur des Petites Lettres ne nous apparaît plus aujourd'hui comme un météore : il se détache, avec éclat il est vrai, au sein de tout un mouvement littéraire.

16On pourrait être séduit ici par un parallèle entre Pascal et Racine. En effet le dramaturge a eu la chance d'accéder à la création au moment où se trouvait toute préparée la forme tragique la plus adaptée à son propre génie (le huis clos, la durée restreinte, la violence des passions, la retenue des gestes et du langage...). Pascal, qui tend irrésistiblement à la brièveté - comme l'attestent tous ses écrits, morcelés en "lettres" ou en unités courtes - n'a-t-il pas bénéficié, lui aussi, d'une convergence miraculeuse entre ses préférences d'une part et, de l'autre, l'essor de la littérature épistolaire, le développement de la presse et des pamphlets, le goût -mondain et port-royaliste - pour les formes brèves ? En fait, le parallèle avec Racine se révèle fallacieux. Avec son impétuosité habituelle, Pascal force le cours des choses : la Gazette existait, mais pas en théologie de la grâce. De la lettre mondaine Montalte ne s'est pas inspiré vraiment. Quant aux formes brèves, l'auteur des Provinciales devance le mouvement plutôt qu'il ne l'accompagne : c'est en 1659 seulement que Port-Royal publiera l'Epigrammatum delectus, anthologie de formes brèves tirées de Martial, ou constituées de proverbes français, italiens et espagnols ; la même année La Rochefoucauld commence à élaborer ses Maximes, en les communiquant à Mme de Sablé, dont le salon occupait le premier étage du... monastère de Port-Royal de Paris, au faubourg Saint-Jacques.

  • 14 Les courriers en "vers burlesques" de Loret, ou de son prédécesseur Saint-Julien, n'ont-ils pas in (...)

17En réalité Pascal a construit sa rhétorique en s'inspirant avant tout de la rhétorique de Dieu dans l'Ecriture sainte. Le Nouveau Testament s'offrait à lui avec ses vingt et une lettres (sur vingt-sept textes). Dieu, qui connaît mieux que les rhéteurs païens les papillonnements de l'homme déchu, et l'incapacité de la plupart à se fixer, a montré la voie de la brièveté, de la variété, de la simplicité forte. Tout s'est passé comme si Pascal - se sentant autorisé par l'exemple de saint Paul, puis par celui des Pères, à écrire par lettres courtes en théologie - avait perçu les affinités du genre épistolaire avec la pratique des premiers journaux. D'ailleurs certains de ceux-ci étaient composés sous forme de lettres, tel était le cas de la célèbre Muse historique (1650-1665) de Loret, adressée à Mlle de Longueville, bientôt duchesse de Nemours, qui séjournait dans ses châteaux de Coulommiers ou de Trie. Ces lettres à une provinciale, Loret les appelait déjà des "gazettes épistolaires" (29 septembre 1652). Composées en octosyllabes, elles fournissaient aussi un exemple de nouvelles présentées dans un registre comique, d'un comique qui - comme celui d'innombrables Mazarinades - nécessiterait bien des transformations pour ne pas choquer dans un débat de théologie14.

18Ainsi s'impose l'invention pascalienne. Il fallait une hardiesse et une vivacité d'esprit peu communes pour relier tant de réalités certes pré-existantes, mais qui pouvaient paraître à des distances infinies les unes des autres : fondre en un alliage original saint Paul et la Gazette, introduire la comédie en théologie, concilier le recours aux citations et la légèreté, ouvrir enfin aux religieux de la Compagnie de Jésus une brillante carrière de marionnettes dans la littérature française : bientôt s'agiteront le père Canaye de Saint-Evremond et le jésuite Berthier de Voltaire.

19"Il n'est rien tel que les jésuites. J'ai bien vu des jacobins, des docteurs et de toute sorte de gens ; mais une pareille visite manquait à mon instruction. Les autres ne font que les copier." Si je cite l'ouverture allègre de la quatrième Provinciale, ce n'est pas seulement pour appuyer la mention des jésuites, c'est pour signaler combien il serait facile de retrouver la propension pascalienne au discontinu et à la cassure à d'autres niveaux que le découpage en lettres. Les exemples fourmillent de la rapidité où l'écrivain excelle : les deux derniers paragraphes de la Troisième Lettre fournissent, sans aller bien loin, un autre exemple de cette alacrité, trop connue pour qu'on y insiste.

  • 15 Ed. Cognet, p. 51, puis 128. Voir The Rhetoric of Pascal, Leicester, 1966, p. 86-87.

20La seconde "règle" déjà acquise en 1656 consiste à privilégier une panoplie de figures que presque tous les théoriciens du temps dénonçaient comme excessives. Pascal, qui maîtrise admirablement l'art d'être bref, sait aussi multiplier - là où il les juge efficaces - les redondances, les pléonasmes travaillés. Ainsi, à la fin de la troisième Provinciale, la théologie si originale des casuistes relâchés se voit désignée par ce long syntagme : "les inventions nouvelles qu'on fabrique tous les jours à notre vue". Patricia Topliss, dans sa Rhetoric of Pascal, a souligné le caractère systématique de ces insistances dès les Provinciales, par exemple dans la septième, où le bon Père s'exclame : "C'est, me dit-il, notre grand et incomparable Molina, la gloire de notre Société, qui par sa prudence inimitable..."15.

  • 16 Seizième Lettre, p.300 ; voir p. 303 : "... par leurs adorations perpétuelles envers ce sacrifice (...)
  • 17 Troisième Lettre, p. 51. La polyptote joue avec les flexions d'un même mot ("O vanité des vanités" (...)

21Pascal a opté pour une esthétique de la répétition, contrairement aux vœux du grammairien Vaugelas, qui n'approuvait que du bout des lèvres les répétitions stylistiques. Ce choix se décèle sous diverses pratiques, dont la plus simple consiste en un harcèlement par le même vocable. Qu'on écoute, par exemple, la fin brutale de la Quatorzième Lettre, qui multiplie les reprises des termes "homicide" et "crime" ! Mais d'autres figures ont reçu de la tradition rhétorique des noms que l'on peut s'efforcer de ressusciter. Qui résisterait à cette rafale de polyptotes : "Voilà un crime que Dieu seul est capable de punir, comme vous seuls êtes capables de le commettre. Il faut être aussi humble que ces humbles calomniés pour le souffrir avec patience, et il faut être aussi méchant que de si méchants calomniateurs pour le croire"16. Compliquons un peu, en mêlant aux charmes de la polyptote ceux de la dérivation "C'est ici une hérésie d'une nouvelle espèce. Ce ne sont pas les sentiments de M. Amauld qui sont hérétiques. Ce n'est que sa personne. C'est une hérésie personnelle. Il n'est pas hérétique pour ce qu'il a dit ou écrit, mais seulement pour ce qu'il est M. Arnauld"17.

  • 18 Quinzième Lettre, p. 295-296.

22Ces martèlements lexicaux se trouvent souvent renforcés par la dureté des antithèses : ainsi Montalte dénonce les impostures hardies d'une Compagnie répandue par toute la terre, et qui sous des habits religieux couvre des âmes si irréligieuses, qu'ils commettent des crimes tels que la calomnie, non pas contre leurs maximes, mais selon leurs propres maximes"18.

  • 19 Lettres 6 et 16, éd. Cognet, p. 113 et 309 ; voir aussi la lettre 14, p. 273 : les édits du Roi "n (...)

23Ailleurs, les martèlements prennent la forme redoutable de la réversion, souvent considérée comme un paroxysme de l'antithèse : "J'entends bien, lui dis-je, mais si d'une part vous êtes les juges des confesseurs, n'êtes-vous pas, de l'autre, les confesseurs des juges ?" Plaise au Ciel que l'illustre Compagnie de Jésus démontre la conformité de foi - en ce qui concerne l'Eucharistie - entre Calvin et Arnauld, puisque alors le Port-Royal ne sera pas d'intelligence avec Genève, mais Genève d'intelligence avec le Port-Royal et toute l'Eglise"19.

  • 20 Lettre 15, p. 293-295.

24La propension pascalienne à imposer une pensée engendre aussi diverses pratiques qui relèvent de l'hyperbole. Tout d'abord, l'auteur des Provinciales s'enchante visiblement des expressions superlatives, qu'il s'agisse des superlatifs grammaticaux (le plus, le moins...) ou de leurs équivalents sémantiques : ridicule, plaisant, admirable, abominable, insigne, scandaleux, extrême, etc. De là le traitement de faveur dont a été l'objet, sur trois pleines pages, la formule du père Valeriano Magni : "Mentiris impudentissime", à laquelle fait écho cette traduction d'un autre passage : "Ce sont des imposteurs insignes, et de très habiles et très impudents menteurs"20.

  • 21 Ed. Cognet, p. 216. Voir aussi la lettre 17 (p. 331) : " étant libre, sans engagement, sans attach (...)

25Patricia Topliss a, par ailleurs, mis en lumière l'abondance chez Pascal de mots tels que : "plein, seul, unique, nul, aucun, rien, personne, partout, toujours, jamais, et en particulier ne...que... et tout, tous, toutes." Elle en fournit d'excellents exemples, comme celui-ci, emprunté à la douzième Provinciale : "Il n'est pas vraisemblable qu'étant seul, comme je suis, sans force et sans aucun appui humain, contre un si grand corps, et n'étant soutenu que par la vérité et la sincérité, je me sois exposé à tout perdre"21.

  • 22 Pages 220-221.

26Le plaisir sans mélange que Pascal prend à l'hyperbole est habituellement sans grand risque, sinon pour les jésuites, du moins pour les lecteurs. Nul ne se trompera sur le sens de la plupart des textes. Pourtant, dans un petit nombre de cas, deux difficultés peuvent se présenter. La première, qui a plusieurs fois induit en erreur P. Topliss, consiste à prendre pour hyperboliques des formulations qui correspondent très exactement à la pensée pascalienne. Il ne suffit pas de rencontrer l'un des termes usuels de l'hyperbole pour qu'il y ait effectivement hyperbole : ainsi, lorsque la Douzième Lettre nous renvoie à la vérité qui ne change jamais"22, il s'agit d'opposer aux évolutions préconisées par la Compagnie de Jésus le caractère inaltérable et invariable de la Révélation, dont Pascal est intimement convaincu. Telle affirmation, fausse à nos yeux, n'en paraissait pas moins certaine à Pascal : la véritable religion a "toujours été" sur la terre (fr. 316-284), conviction si importante qu'elle devait fournir à l'Apologie l'un de ses arguments essentiels, la"Perpétuité". Telle assertion abrupte ne paraîtra hyperbolique que si l'on méconnaît à l'intérieur de quelle vision du monde elle se trouve énoncée : "La vraie et unique vertu est donc de se haïr" (fr. 471-564). Ici l'effroi n'est que le symptôme d'un contresens.

  • 23 Ed. Cognet, p. 258. Pascal transpose ici la fameuse formule par laquelle Vincent de Lérins proposa (...)

27Beaucoup plus redoutable se révèle la seconde difficulté. Elle s'impose, par exemple, à propos de la quatorzième Provinciale, où nous pouvons lire, sur le sujet de l'homicide : "Voilà, mes Pères, les principes du repos et de la sûreté publique qui ont été reçus dans tous les temps et dans tous les pays, et sur lesquels tous les législateurs du monde, saints et profanes, ont établi leurs lois, sans que jamais les païens mêmes aient apporté d'exception à cette règle, sinon lorsqu'on ne peut autrement éviter la perte de la pudicité ou de la vie"23. Dès son ouverture, la lettre insiste sur le caractère "naturel" - "qu'y a-t-il de plus naturel... ?" - de l'horreur pour l'homicide. Or, Pascal connaissait bien l'étendue de la pratique de l'infanticide, et de tant de coutumes qui démentaient l'universalité dont il fait état. Il s'agit donc bien d'une présentation hyperbolique de l'éclat des lumières naturelles, destinée à faire honte aux jésuites d'être plus aveuglés que les païens (représentés en fait par les seuls Romains). Là où les perplexités commencent, c'est quand on compare ces hyperboles à nombre de textes des Pensées sur les caprices des conduites et l'impossibilité d'établir une loi naturelle. Ne convoquons que le fragment consacré à "la vanité des lois", où l'apologiste écrit à propos de la vraie justice :

28"Certainement s'il [l'homme] la connaissait, il n'aurait pas établi cette maxime, la plus générale de toutes celles qui sont parmi les hommes, que chacun suive les mœurs de son pays. L'éclat de la véritable équité aurait assujetti tous les peuples. Et les législateurs n'auraient pas pris pour modèle, au lieu de cette justice constante, les fantaisies et les caprices des Perses et Allemands. On la verrait plantée par tous les Etats du monde, au lieu qu'on ne voit rien de juste ou d'injuste qui ne change de qualité en changeant de climat [...] Plaisante justice qu'une rivière borne ! Vérité au-deçà des Pyrénées, erreur au-delà [...]

29Le larcin, l'inceste, le meurtre des enfants et des pères, tout a eu sa place entre les actions vertueuses. Se peut-il rien de plus plaisant qu'un homme ait le droit de me tuer parce qu'il demeure au-delà de l'eau...?" (Fr. 94-60)

30Contradiction ? Non, simple fidélité à l'hyperbole, dans une perspective différente : il s'agit maintenant de mettre sous le regard de l'incroyant l'incertitude de toutes choses. L'apologiste pose d'ailleurs les principes à partir desquels il lui est possible de faire varier les perspectives : "Il y a sans doute [scil. sans aucun doute] des lois naturelles, mais cette belle raison corrompue a tout corrompu " (fr. 94-60). Il n'en reste pas moins qu'en présence de telles hyperboles, on éprouve quelque difficulté à préciser ce que pouvait être chez Pascal la "pensée de derrière".

  • 24 La première citation provient des Entretiens d'Ariste et d'Eugène [1671] de Bouhours, Paris, Colin (...)

31Quoi qu'il en soit, l'étrangeté d'un recours à ce point systématique sautait aux yeux vers 1650-1680, où les théoriciens toléraient avec peine l'hyperbole, si même ils ne la condamnaient pas comme "ennemie de la vérité" ; l'un d'eux fulminait contre ces "hyperboles, qui épouvantent d'abord, et qu'on ne croit pas un quart d'heure après"24. Mais, même si l'on quitte le xviie siècle, rarement dans notre littérature cette figure de rhétorique a été maniée avec autant de force et d'efficacité.

32La troisième des "règles" d'elocutio déjà acquises en 1656 consiste en une imitation originale des prophètes d'Israël. La Renaissance et l'époque classique, en particulier les bonnes plumes de la Compagnie de Jésus, pratiquaient surtout les modèles prestigieux de la rhétorique latine : Cicéron et Quintilien. A un Pascal les jésuites apparaissaient comme plus familiers des rhétoriques romaines que de l'Epitre aux Romains. L'auteur des Provinciales et des Pensées a poussé à ses dernières conséquences un principe certes déjà formulé avant lui, mais demeuré en définitive assez timidement appliqué par ses prédécesseurs : la Bible propose aux hommes, non seulement un message vital, mais aussi une panoplie de formes rhétoriques insurpassables pour parler de Dieu. Nous l'avons vu à propos de la "lettre", les genres littéraires et les procédés stylistiques de la sainte Ecriture - Ecriture par excellence - se proposent à toute écriture chrétienne. La Bible nous met en présence de la rhétorique de Dieu. Impossible à un vrai chrétien, dans une controverse chrétienne, de ne pas s'inspirer de cette Rhétorique inspirée.

33Pleinement développé dans l'Apologie - où Pascal se modèlera tantôt sur le Livre de Job, tantôt sur le Livre des Proverbes, tantôt sur l'Ecclésiaste, sans parler évidemment du Christ lui-même-ce principe de soumission à l'Ecriture de Dieu anime déjà l'élaboration des Lettres Provinciales. Dans sa Onzième Lettre, Montalte ne justifie-t-il pas son recours au rire par l'exemple de Dieu et des prophètes ?

34Ce qui frappe le plus, à considérer les Provinciales, c'est leur parenté avec la vigueur de ces mêmes prophètes. Il ne s'agit pas simplement d'une rencontre de hasard. Pascal nous a dévoilé lui-même sa conviction qu'il lui fallait reprendre les armes d'Isaïe ou d'Ezéchiel et - pour paraphraser une formule fameuse - faire de la théologie à coups de marteau. Dans le courant de l'année 1658, très probablement, il compose pour un évêque inconnu un Projet de mandement contre l’"Apologie pour les casuistes", publiée par le jésuite Pirot. Il commence par se placer - ce qui ne nous étonnera pas - sous le patronage de saint Paul :

35Qui ne dirait que saint Paul a vu ce qui se passe aujourd'hui à nos yeux, où des hommes, sous l'habit de la piété, présentent aux fidèles une morale qui bannit l'amour de Dieu, qui est l'essence de la piété ; qui autorisent la calomnie [...] et qui sont enfin tombés dans des excès qui les ont rendus la risée de tout le monde ? "

  • 25 Ed. Cognet, p. 462-464. Pascal fait allusion à la Deuxième Lettre à Timothée (III, 5), dont la fin (...)

36Mais il ne tarde pas à remonter jusqu'aux prophètes. "Comme le dit Jérémie : C'est des [faux] prophètes que l'abomination est née, et c'est de là qu'elle a rempli toute la terre... "25. Et Pascal de poursuivre :

  • 26 Ed. Cognet, p. 465. Suivent des citations de Malachie, d'Isaïe et de Jérémie.

37"De la même manière que la piété des saints de l'Ancien Testament consistait à s'opposer aux nouveautés des faux prophètes, qui étaient les casuistes de leur temps : de même la piété des fidèles doit maintenant avoir pour objet de résister au relâchement des casuistes, qui sont les faux prophètes d'aujourd'hui. Et nous ne devons cesser de faire entendre à nos peuples ce que les vrais prophètes criaient incessamment aux leurs..."26.

38On peut se demander si Pascal n'a pas acquis une plus vive conscience de cette identification aux prophètes au moment où il élaborera la onzième Provinciale. Car le message prophétique s'adresse rarement à un individu, à moins qu'il ne s'agisse d'un responsable du Temple ou de l'Etat. Le changement de destinataire des lettres correspondrait à ce tournant. Interprétant le présent à la lumière des exigences de Dieu, le vrai prophète fustige les relâchements de ses contemporains ; mais bien souvent aussi, sa parole est toute de consolation. L'auteur des Provinciales, lui, n'a repris que les oracles sévères :

  • 27 isaïe, I, 10. Apostrophe analogue dans la Quatorzième Lettre: "Voyez donc maintenant, mes Pères, d (...)

"Entendez la parole du Seigneur,
chefs de Sodome,
écoutez l'ordre de notre Dieu, peuple de Gomorrhe !"27.

39Il emprunte à Isaïe ou à Ezéchiel tout un lexique, "un vocabulaire de l'attaque et de la déroute "(Jean-Jacques Demorest). L'inclination de l'imaginaire pascalien à combattre s'autorise et se nourrit des nombreuses menaces prophétiques : partout la guerre, les embûches, les guets-apens, la risée... : "C'est une étrange et longue guerre que celle la violence essaie d'opprimer la vérité." La péroraison de la douzième Provinciale offre un exemple saisissant de ces amples scènes d'affrontement auxquelles Pascal trouve des délices insurpassables : "Quand la force combat la force" - Montalte s'enchante de ce vocable - "la plus puissante détruit la moindre : quand l'on oppose les discours aux discours, ceux qui sont véritables et convaincants confondent et dissipent ceux qui n'ont que la vanité et le mensonge [...] la violence n'a qu'un cours borné par l'ordre de Dieu, qui en conduit les effets à la gloire de la vérité qu'elle attaque, et triomphe enfin de ses ennemis, parce qu'elle est éternelle et puissante comme Dieu même."

  • 28 La Rhétorique (1675), II, 5.

40Deux autres traits manifestent l'influence des prophètes. D'abord l'abondance de ce que les linguistes appellent les allocuteurs : apostrophes, questions, impératifs, qui brusquent et fouettent ceux à qui Montalte s'adresse. En second lieu, le refus absolu des "modalisateurs", c'est-à-dire des procédés par lesquels un écrivain indique qu'il n'assume pas entièrement son énoncé. Le classicisme modalise : "Il y a mille moyens, écrit B. Lamy, de tempérer les expressions hardies dont on est quelquefois contraint de se servir. On y peut apporter ces adoucissements : Pour ainsi dire, si j'ose me servir de ces termes, pour m'exprimer plus hardiment"28. Or jamais Isaïe n'écrit : "Comment la cité fidèle est-elle devenue une prostituée, si j'ose me servir de ce terme." Les textes pascaliens répugnent aux si j'ose dire et aux peut-être. Dans les Pensées, l'apologiste a consigné une notation rhétorique qui montre à quel point ce refus de la modalisation était concerté : "Révérence parler : il n'y a de mauvais que leur excuse" (fr.636-772).

41A lui seul, le "prophétisme" pascalien, tout juste évoqué ici, appellerait une vaste étude.

42Que conclure, sinon d'abord que Gilberte était pleinement fondée à souligner l'originalité de son frère ? Si partielle que puisse paraître une enquête limitée à la perspective du flectere, elle confirme à quel point, en rhétorique comme ailleurs, Pascal innove.

  • 29 Voir "Imaginaire et rhétorique dans les Pensées", à paraître dans les Actes du congrès de London ( (...)

43L'étude de l'écriture pascalienne se révèle à poursuivre en fonction de deux questions : l'une est posée par le texte de Gilberte, qui ne restreint pas à la "force" les qualités de cette éloquence nouvelle : en quoi consistaient donc les autres "règles" inédites dont son frère usait dès 1656 avec tant de maîtrise ? La seconde est fournie par l'évolution même de l'œuvre : manifestement, au fil même des Petites Lettres, puis à mesure qu'avançait le projet d'apologie, Pascal a approfondi sa méditation sur l'art du langage29.

44Si, depuis la fin du xiie siècle, la théologie avait malheureusement oublié la parenté entre la foi et la littérature, ces deux surgissements de "la vraie vie", les Provinciales sonnèrent comme un rappel, comme un retour éclatant à la littérature biblique. De là l'étonnement des contemporains devant une œuvre dont la Grèce ni Rome n'offrait nul exemple.

45M. Mesnard. -Cette très belle communication complète les analyses déjà nombreuses que M. Sellier a consacrées à la rhétorique et au style de Pascal, notamment en 1976, lors du colloque de Clermont-Ferrand. L'exposé s'est terminé sur un point d'interrogation qui annonce, je suppose, la prochaine étude sur ce thème.

46M. Duchêne. -Je vais parler sans modalisateurs ! L'Evangile, utilisé par Pascal, est, dites-vous, le langage de Dieu même. C'est vrai. Mais Bossuet pense et dit la même chose quand il s'agit de faire une oraison funèbre ou un sermon, œuvres non polémiques, dans lesquelles il entend lui aussi se conformer au style des Pères de l'Eglise. Ce n'est pas si facile et l'Eglise demeure très inquiète dès que l'on veut traduire l'Ecriture, parce qu'a traduire la rhétorique de Dieu dans un autre langage, on risque de la fausser. C'est une première question : Pascal ne reprenait-il pas dans les Provinciales une attitude commune ? On peut se demander ensuite si sa violence découle véritablement de l'emploi prétendu du langage de Dieu. Car s'il y a la violence du style biblique et des figures de style qui vont avec lui (vous l'avez bien montré), il y avait d'un autre côté, autour de lui, un autre modèle, le modèle de la polémique de la Fronde. Comme absence de modalisateurs et comme violence absolue, on ne peut trouver mieux ! C'est pourquoi je verrais volontiers cette absence et cette violence dans les Provinciales comme la conséquence du genre littéraire employé, le genre polémique. A quoi il faut ajouter une nuance : ne pas parler des Provinciales comme d'un tout, car ce que vous avez dit de l'abondance des questions ou des impératifs, etc... me paraît vrai surtout à partir de la onzième lettre. Dans les dix précédentes, quand il y a une question, elle est bien gentille, bien polie, souvent ironique, du personnage que j'appelle "l'enquêteur". Pascal, alors, n'interroge ni n'invective son correspondant, et les invectives contre dominicains et jésuites n'interviennent qu'à de rares moments, disons à la fin de la troisième et de la dixième Provinciale.

47M. Sellier. -Cela fait trois questions. Sur la première, l'idée que la rhétorique même de Dieu est inspirée n'est pas originale. Elle a été développée chez les Pères de l'Eglise, mais le grand théoricien qui l'a reprise, c'est Erasme. J'ai fait comme si c'était nouveau parce que, comme toujours, Pascal va à l'extrême : il est le seul écrivain, me semble-t-il (je modalise), qui ait tiré toutes les conséquences de cette idée. Beaucoup de jésuites auraient souscrit à l'idée qu'il fallait s'inspirer du modèle biblique, mais en réalité ils utilisaient surtout le corpus antique. Quand l'oratorien Bernard Lamy étudie les figures de la rhétorique, sur trois exemples, il en prend deux dans l'antiquité, puis montre ensuite qu'Isaïe aussi avait une rhétorique : le modèle prééminent reste donc le modèle antique. Ma réponse ? L'originalité de Pascal, c'est l'extrémisme, la prise au sérieux de la rhétorique inspirée que la Bible révèle.

48Pour les pamphlets de la Fronde, je suis tout à fait d'accord avec vous. Si le modèle absolu reste la Bible, on peut choisir un certain nombre de textes littéraires dans la mesure où ils sont conformes à ce premier modèle. Par exemple, la Bible pratique une esthétique du vagabondage : dans ses 71 livres, on trouve toutes sortes de genres littéraires, on saute d'un sujet à l'autre. On doit donc écrire de cette façon. Or il existe un grand prédécesseur de Pascal qui a écrit ainsi : Montaigne. On peut adopter l'esthétique de Montaigne, puisqu'elle est justifiée par le modèle absolu, qui est la Bible. De même, on imitera les formes brèves de Martial, parce qu'il existe des formes de ce type dans la Bible. Autrement dit, pour ce que vous indiquez sur la Fronde, je suis d'accord, mais Pascal avait à se justifier comme chrétien de cette violence, et c'est la Bible qui lui en apporte les moyens. Sur la troisième question, il est vrai que les premières Provinciales diffèrent des dernières, encore que la véhémence apparaisse dès le début. Dans les Pensées, il y a un fragment où Pascal parle de ses Provinciales, de celles de ses Provinciales que nous trouvons très comiques, et c'est pour dire : "Cela est haut et sérieux", c'est-à-dire qu'il n'y a guère de lettres où, à un moment donné, le masque de Candide ne tombe, et où on ne découvre Démosthène, comme dirait Sainte-Beuve. L'indignation y surgit.

49M. Plainemaison. -En complément à ce que M. Sellier a dit de la rhétorique de la répétition, je relèverai quelques thèmes que Pascal martèle tout au long des Provinciales : que les jésuites sont des fauteurs de guerre, auxquels il dit : "Laissez l'Eglise en paix." Le thème : "Beaucoup de bruit pour rien", qu'il ressasse. Le thème : "Vous avez trompé le Pape." Le thème : "Les jésuites sont des menteurs." Le thème du mystère et du secret aussi, puis enfin le thème : "Un contre tous." C'est à dessein que j'ai recours à des formules. C'est ce que Pascal cherchait.

50M. Paldacci. -Quand vous dites avec raison que Pascal a puisé sa violence rhétorique dans l'Ecriture ou dans les prophètes, je pense à Agrippa d'Aubigné. Il n'est pas de meilleur exemple. Il serait intéressant de faire voir distinctement à quoi tient la différence. Deuxième remarque, bien banale : si vous utilisez des modalisateurs dans l'énoncé d'un théorème, en particulier du théorème de Pascal sur l'hexagone inscrit, vous arrivez nécessairement à un effet de ridicule : "Ces points, -si je puis me permettre- sont alignés." Peut-être est-ce dans la formation de géomètre de Pascal qu'il faut voir aussi ce refus de ménagement.

51M. Sellier. -Tout à fait d'accord. J'ai même risqué, dans un autre texte, une formule pour définir Pascal : Isaïe géomètre.

52M. Ronzeaud. -Vous avez montré l'efficacité de la forme polémique épistolaire, et je crois que le corpus de la Fronde est très important à cet égard. Si on se livrait à un inventaire quantitatif dans le recueil de Moreau, on s'apercevrait que l'entrée "lettre" est parmi les plus fréquentes. On retrouve plus tard le même processus dans la polémique religieuse. Chez Jurieu et bien sûr chez Bayle. La lettre est donc vraiment une forme qui a fait preuve de son efficacité dans la recherche de la conviction du public, et beaucoup s'inspireront de Pascal à cet égard.

53M. Descotes. -Il faudrait faire une petite différence entre une rhétorique forte et une rhétorique violente. La rhétorique forte, c'est au fond, la rhétorique royale, celle qui est légitime ; la rhétorique violente, c'est celle qui fait du mal, celle qui est malveillante, et elle peut être aussi bien douce que brutale. Il faut tenir compte, je crois, des règles de la onzième Provinciale, ce qui permet de modérer un certain nombre de points où Pascal dit aux jésuites : "Je ne vous ai pas brutalisés, je vous ai épargnés sur beaucoup de points, je ne vous ai pas attaqués sur les points qui ne doivent pas entrer en débat, et surtout, je n'ai pas souhaité votre perte." Cela permet à la rhétorique de Pascal d'être forte sans être méchante. Cela permet surtout une certaine ironie, par exemple quand il dit en substance aux jésuites : "Evidemment, j'y vais fort, je me moque de vous, j'admets que mon ironie est assez dure, mais vous devriez me remercier parce que je n'y ai pas été aussi fort que j'aurais pu, et de toute façon, je n'emploie pas vos procédés à vous qui, eux, sont des procédés de violence." Il convient donc de distinguer une rhétorique tyrannique (terme que Pascal emploie dans les Pensées, qu'il s'efforce de ne pas pratiquer), et la rhétorique royale qui, effectivement, correspond à l'inspiration que vous dites.

54M. Sellier. -Ce n'est pas, dites-vous, une rhétorique méchante. Personnellement, je suis de l'avis de certains port-royalistes, et je trouve que cette rhétorique présente un certain nombre de défauts du point de vue religieux. Il y a une réponse aux Provinciales dans les Mémoires de Lancelot. Celui-ci raconte la vie de Saint-Cyran, avec un chapitre intitulé "De la raillerie". C'est une réfutation en forme de la onzième Provinciale. Saint-Cyran avait beaucoup réfléchi sur ce qu'il appelle "l'onction", mot qui n'avait pas encore le sens ecclésiastique un peu ridicule qu'il a pris. Saint-Cyran disait : "Quand vous discutez avec un adversaire, vous pouvez frapper, mais il faut qu'à tout moment votre adversaire sente que vous êtes un frère pour lui." Or, franchement, il y a beaucoup de textes dans les Provinciales où l'on ne sent pas que le jésuite est un frère pour Pascal ! Celui-ci a inventé le personnage du jésuite-marionnette, qui a fait une grande carrière dans la littérature française, comme vous le savez, avec Saint-Evremond et Voltaire. Ca ne sonne pas chrétien, et je comprends bien l'hostilité de la mère Angélique, de Singlin, de Lancelot à la pratique des premières Provinciales.

55Deuxième point : pour la onzième Provinciale, je me demande si on ne se méprend pas. Nous y trouvons une sorte de traité en forme sur le rire en théologie où Pascal explique qu'il a eu raison dans les dix premières lettres de faire comme il a fait. La preuve ? Dieu l'a fait, la Bible le fait. On se dit : "Voilà un magnifique traité en faveur du rire en théologie." La conclusion normale ? Pascal va continuer. Or, il s'arrête. Quelquefois, dans la chaleur d'une discussion, nous tenons tête à l'interlocuteur ; puis, rentrés chez nous, nous nous disons : au fond il avait raison. Pascal a fait de même. On a l'impression de quelqu'un qui compose un splendide traité pour se défendre dans la onzième Provinciale et qui, ensuite, à partir de la douzième, fait comme si c'étaient les autres qui avaient raison. Pascal change de style. Plus de jésuite-marionnette, comme vous l'avez bien montré vous-même. Il change de destinataire et s'attaque directement aux vrais jésuites. Cela change tout.

56M. Le Guern. -Pour ce qui est de la répétition, elle existait avant les Provinciales. C'est une des tendances constantes du langage de Pascal, et c'est net dès le récit des expériences de 1647. En revanche, la rhétorique de l'excès intervient, elle, avec les Provinciales. Quant au style biblique, ce que vous en avez dit est vrai pour chaque ligne des Ecrits des curés de Paris. Pour les Provinciales, c'est à mon avis moins vrai. Vous parliez de la lettre de Pascal sur la mort de son père. Elle me paraît très maladroite. C'est une affaire d'éthos décalé. Ce que Pascal ressent, sa douleur très profonde d'avoir perdu son père, ne correspond pas au rôle qu'il se donne dans cette lettre, le rôle de celui qui console. Ses arguments, il les y met en se forçant, et sa lettre est mortellement ennuyeuse parce qu'il se contraint, parce qu'il n'y a pas cette spontanéité qu'on sent le plus souvent dans les Provinciales.

Notes

1 Pascal, Œuvres complètes, éd. J. Mesnard, Paris, DDB, t. I, 1964, p. 470 et 474.

2 Les progrès ont été d'autant plus remarquables que, dans les Provinciales, Pascal se trouvait obligé de manipuler les matériaux les plus pesants : chapelets de citations, références, objections. Voici quelques exemples des didactismes de 1651 : "Je commencerai ce que j'ai à dire par un discours bien consolatif [...] C'est que nous devons chercher la consolation à nos maux [...] dans Dieu. Et la raison en est que toutes les créatures ne sont pas la première cause des accidents que nous appelons maux [...] Que si nous suivons ce précepte..." Ensuite s'égrène la litanie des Considérons...".- Il est intéressant de constater que le retour le plus marqué du didactisme s'opère dans la Provinciale que Pascal dit ne pas avoir eu le temps d'assez polir, la seizième, qui, surchargée de citations, aurait nécessité un long travail (à la différence de la première) : "Et si vous ignorez la raison de cette diversité, je vous dirai, mes Pères, que la cause pour laquelle Dieu a établi ces différentes manières de recevoir une même viande [scil.nourriture], est la différence qui se trouve entre l'état des chrétiens en cette vie et celui des bienheureux dans le ciel... " (éd. Cognet, Paris, Garnier, 1965, p. 314). Les "considérations" qui suivent s'inscrivent dans des moules comparables à ceux de la lettre Sur la mort. "

3 Ed. Mesnard des Œuvres complètes, I, 582-583 (§ 34-37).

4 Ed. Cognet des Provinciales, p. XXVIII.

5 Cours d'agrégation sur les Provinciales (1984), diffusé par le Centre National d'Enseignement par correspondance. Dans ce même cours, M. Mesnard met en évidence la valeur du témoignage de Nicole sur la réunion où Pascal "proposa lui-même son concours" (p. 8). Ma seule hésitation porterait sur la date des textes de l'Entretien avec M. de Sacy, qui me semblent plus tardifs.

6 Voir "Rhétorique et apologie : Dieu parle bien de Dieu", dans Méthodes chez Pascal, Paris, P.U.F., 1979.

7 Ainsi, pour l'année 1655, tous les numéros à sujet unique comportent huit ou douze pages. Des numéros de quatre pages, intitulés "Nouvelles ordinaires", sont consacrés aux nouvelles en vrac. La Gazette ne contient ni indication de destinataire, ni courrier des lecteurs, ni "Brève" de dernière heure.

8 Sur l'écriture par "Lettre", voir les fr. 38-4, 39-5, 41-7, 43-9, 45-11, 27-408... Le premier numéro renvoie à l'édition des Pensées du Mercure de France (1976), le second à l'édition Lafuma (Seuil, 1962). Sur les Provinciales comme modèles, voir les fr. 618-745 et 610-703. J. Mesnard a remarquablement mis en lumière la tension entre discontinuité et unité de vision :"L'unité de l'ensemble rappelle celle d'une constellation", dans l'article intitulé "Pourquoi les Pensées de Pascal se présentent-elles sous forme de fragments ?" (Papers on French Seventeenth Century Literature, 1983, n° 19, p.635-649).

9 Pour nous en tenir à la question du jansénisme, dès 1642-1643, le théologal Habert, auteur de trois sermons anti-janséniens, avait été blâmé par Arnauld d'avoir pris "le peuple pour juge de la matière la plus difficile de toute la théologie" (préface de l'Apo1ogie de M. Jansenius, 1644). Curieusement, la situation va s'inverser : ce sont les port-royalistes qui vont faire appel à l'opinion publique, et les jésuites qui vont s'en plaindre, eux qu'Arnauld accusait encore, en 1651, de ne travailler que "pour les vendeurs de gazettes", de n'avoir pour leurs "plus fameux libraires que les crieurs de gazettes et d'almanachs" et d'appeler "les vérités que saint Paul a enseignées à l'Eglise Romaine les pures nouvelles que saint Paul a fait retentir aux oreilles des Romains " (Remontrance aux Pères jésuites, dans les Œuvres complètes d'Arnauld, t. XXIX, p. 500). Sur Habert, voir R. Duchêne, supra, chapitre 1 ; le chapitre 4 évoque la parenté des Provinciales avec le journalisme (p. 26).

10 Voir Sainte-Beuve, Port-Royal, Pléiade, t. II, p. 85 s. et p. 956-959.

11 Fr. 1002 (éd. Lafuma), où Pascal, en 1662, reprend ce qu'il se faisait écrire par le Provincial après sa deuxième Lettre : Elles [vos Lettres] ne sont pas seulement estimées par les théologiens ; elles sont encore agréables aux gens du monde, et intelligibles aux femmes mêmes." L'un des billets cités à la suite de la deuxième Provinciale émane d'une "personne" que Nicole appelle dans sa traduction "insignis foemina".

12 Fr. 610-503 (rayé), à propos des "discours".

13 Transcrit par Sainte-Beuve dans son Port-Royal (éd. citée, II, 956-958).

14 Les courriers en "vers burlesques" de Loret, ou de son prédécesseur Saint-Julien, n'ont-ils pas influencé la composition des Enluminures... (1654), attribuées à Sacy ? Le rapprochement a été effectué par M. Mesnard dans son Séminaire sur "La Presse et ses substituts au xviième siècle" (1982-1983), où fut citée comme exemple du badinage de Loret cette notice nécrologique peu courante :
"[Elle] Avait plus d'appâts et trésors
Dans le coffre que dans le corps."

15 Ed. Cognet, p. 51, puis 128. Voir The Rhetoric of Pascal, Leicester, 1966, p. 86-87.

16 Seizième Lettre, p.300 ; voir p. 303 : "... par leurs adorations perpétuelles envers ce sacrifice perpétuel ".

17 Troisième Lettre, p. 51. La polyptote joue avec les flexions d'un même mot ("O vanité des vanités"), tandis que la dérivation joue avec plusieurs mots dérivés d'une même origine ("Ton bras est invaincu, mais non pas invicible") : voir P. Fontanier, Les Figures du discours, Paris, Flammarion, 1977, p. 351-353.

18 Quinzième Lettre, p. 295-296.

19 Lettres 6 et 16, éd. Cognet, p. 113 et 309 ; voir aussi la lettre 14, p. 273 : les édits du Roi "n'ont pas fait que le duel fût un crime ; ils n'ont fait que punir le crime qui est inséparable du duel."

20 Lettre 15, p. 293-295.

21 Ed. Cognet, p. 216. Voir aussi la lettre 17 (p. 331) : " étant libre, sans engagement, sans attachement, sans liaison, sans relation..." Lettre 18 (p. 357) : "Toute l'Eglise était dans une peine extrême, et personne ne nous le [le sens de Jansenius] voulait expliquer." (citées par P. Topliss, p. 117-119).

22 Pages 220-221.

23 Ed. Cognet, p. 258. Pascal transpose ici la fameuse formule par laquelle Vincent de Lérins proposait de discerner ce qui appartient à la foi catholique : Quod ubique, quod semper, quod ab omnibus creditur.

24 La première citation provient des Entretiens d'Ariste et d'Eugène [1671] de Bouhours, Paris, Colin, 1962, p. 34 ; la seconde de Bretteville, L'Eloquence de la chaire et du barreau, Paris, 1681, p. 297 (citées par P. Topliss, p. 288). Le florilège serait enrichi sans difficulté : un Sorel concède qu' "On ne les doit pas toujours condamner comme des mensonges et des impostures. On est quelquefois obligé de s'en servir..." (De la connaissance des bons livres, 1672, p. 318).

25 Ed. Cognet, p. 462-464. Pascal fait allusion à la Deuxième Lettre à Timothée (III, 5), dont la fin exhorte à réfuter les faux prophètes "à temps et à contre-temps" (IV, 2) ; puis à Jérémie, XXIII, 15. On se rappelle aussitôt la quinzième Provinciale, où l'on découvre que la mention "sous des habits religieux" renvoie à saint Paul et celle, apparemment élogieuse, d'"une Compagnie répandue par toute la terre" aux imposteurs dénoncés par Jérémie (éd. Cognet, p. 295-296).

26 Ed. Cognet, p. 465. Suivent des citations de Malachie, d'Isaïe et de Jérémie.

27 isaïe, I, 10. Apostrophe analogue dans la Quatorzième Lettre: "Voyez donc maintenant, mes Pères, duquel de ces deux royaumes vous êtes. Vous avez ouï le langage de la ville de paix, qui s'appelle la Jérusalem mystique, et vous avez ouï le langage de la ville de trouble, que l'Ecriture appelle la spirituelle Sodome : lequel de ces deux langages entendez-vous ? lequel parlez-vous ? " (éd. Cognet, p.272).-Déjà Louis de Grenade, dans La Rhétorique de l'Eglise, avait recommandé l'imitation de Jérémie et de Moïse (préface et livre II, chapitre 7), mais il les faisait alterner avec Cicéron et Quintilien.- Les jésuites, eux, n'appréciaient pas ce recours aux prophètes : "Mais, Monsieur, ne vous aveuglez pas jusqu'à ce point, que de croire que ces excès et ces emportements soient pris pour des ravissements des saints, et des extases des prophètes... " ("Réponse à la onzième lettre des jansénistes", publiée dans les Réponses aux Lettres provinciales..., Liège, Hovius, 1658).

28 La Rhétorique (1675), II, 5.

29 Voir "Imaginaire et rhétorique dans les Pensées", à paraître dans les Actes du congrès de London (Ontario), tenu du 26 au 28 avril 1984 : Thématique des "Pensées".

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540