Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Documents

15. Réponse à la lettre d'une personne de condition, par Antoine Arnauld

Texte intégral

[...] IV. Question touchant la raillerie

1La dernière des questions que vous y proposez sur ce sujet, savoir si ces auteurs ecclésiastiques en traitant des matières aussi importantes que sont celles qui regardent les mystères de la foi ont employé pour sa défense quelques railleries, me semble devoir être traitée la première, parce que vous y marquez vous-mêmes que c'est ce nouvel écrit, intitulé Les Enluminures, qui a recueilli vos doutes et vous a porté a proposer les autres questions.

2Sur quoi je vous dirai, Monsieur, qu'il n'est nullement étrange qu'un homme pieux comme vous ait eu de la peine à croire, ainsi que vous le témoignez, que les anciens Pères aient usé de raillerie dans les défenses des vérités de la foi. Car vous saviez que ç'ont été les hommes du monde les plus sérieux et les plus graves, et qu'ils ont tâché de retracer dans leur vie celle de Jésus-Christ figurée dans l'Evangile, où l'on voit partout une gravité merveilleuse dans ses actions et dans ses paroles. Ces Pères mêmes, comme vous le rapportez, ont marqué de plus qu'il est bien écrit qu'il a pleuré, mais qu'il n'est point écrit qu'il ait jamais ri. Ces raisons vous font conclure qu'il est hors d'apparence de croire que ces disciples de Jésus-Christ et ces docteurs de l'Eglise n'aient pas été toujours sérieux dans leurs ouvrages.

3Mais on peut considérer, Monsieur, que Jésus-Christ a plutôt fait dans l'Evangile la fonction de docteur et de prédicateur de la justice que celle d'écrivain et de défenseur de la vérité contre ceux qui la combattent, puisque les anciens Pères ont marqué particulièrement qu'il n'a jamais rien écrit. De sorte que c'est dans la tradition de son Eglise qu'on doit rechercher la conduite de son esprit en ce point de discipline comme en quelques autres, quoique saint Basile et saint Augustin témoignent, comme on le verra ci-après, qu'il n'a pas été éloigné d'établir par son propre exemple la pratique qu'ont suivie les Pères de son Eglise.

4Ainsi, Monsieur, il a condamné les fausses joies du corps et de la sensualité, et les ris de dissolution et de débauche, dans la vanité et l'impureté desquels il témoigne que les riches du monde se répandent par le dérèglement de leur cœur, et par l'intempérance de leurs mœurs. Mais il n'a pas condamné les joies de l'esprit et les ris de jugement et de raison, lesquels au contraire le Saint-Esprit semble approuver dans l'Ecriture, lorsqu'il dit qu'il y a un temps de pleurer et un temps de rire, et lesquels nous voyons avoir été seulement modérés, mais non pas rejetés absolument par les saints, comme on le pourrait vérifier par plusieurs exemples. Il a condamné les ris des fous et les bouffonneries déréglées dont parle saint Paul, qui ne viennent que de légèreté, d'indiscrétion et de vanité. Mais il n'a pas condamné les ris des sages et des vertueux, qui viennent de la lumière de la prudence et du discernement de l'esprit, qui se rit et se moque aussi légitimement des choses vaines et ridicules comme il est touché d'indignation pour les méchantes et les criminelles. Rideam vanitatem, an exprobrem caecitatem ? dit Tertullien.

5Le prophète Jérémie écrit : Ses œuvres sont vaines et dignes d'être raillées et moquées. Et dans cette fameuse épreuve de l'impuissance des faux dieux adorés par Achab roi d'Israël, et de la puissance du vrai Dieu adoré par le roi de Juda et soutenue par Elie contre tous les faux prophètes, lorsque ce saint prophète vit qu'ils avaient invoqué leur Baal depuis le matin jusqu'à midi et que Baal n'était point venu pour faire tomber le feu du Ciel sur le sacrifice dressé sur l'autel, il commença, dit l'Ecriture, à les railler et à les juger en leur disant : "Criez plus haut. Car peut-être que ce Dieu ne vous entend pas à cause qu'il parle à d'autres, ou qu'il est dans une hôtellerie, ou en chemin, ou qu'il dort et ne peut être réveillé que par un grand bruit". Illudebat illis Elias dicens : Clamate voce majore. Deus enim est et forsitan loquitur, aut est in diversorio, aut in itinere, aut certe dormit, ut excitetur. Le prophète Daniel se rit et se moque devant le roi d'un artifice grossier, dont lui et ses peuples avaient été trompés jusqu'alors. Et risit Daniel, et tenuit regem ne ingrederetur intro, au rapport de l'Ecriture.

6C'est la sagesse de Dieu même qui est le premier modèle de ces ris des prophètes et des saints. Elle déclare qu'elle usera de moquerie et d'insulte dans la perte des méchants. In intéritu vestro ridebo et subsannabo. Elle inspire aux justes d'en user de même. Ils riront et se moqueront, super eum ridebunt, dit le Saint-Esprit, en voyant la vengeance divine tomber sur le fou, qui n'a pas mis sa confiance au Seigneur. Saint Basile remarque que Jésus-Christ, voulant représenter la folie du riche qui ne pense qu'à amasser des richesses et à croître se greniers, ne lui parle qu'en l'appelant fou. Et cette moquerie, dit ce Père, lui est plus sensible que le châtiment. Et saint Augustin dit que lorsque saint Paul, ayant dit au grand prêtre : Dieu vous frappera, muraille blanchie, répondit pour s'excuser qu'il ne savait pas que celui qu'il avait traité si injurieusement fût le grand prêtre, il n'employa cette excuse que pour se moquer et se rire d'eux, sachant fort bien, dit saint Augustin, que ce pontife tenait la place du grand prêtre dans cette assemblée, mais le regardant comme déchu de sa dignité, et éludant par cette moquerie le mépris qu'il faisait de sa puissance et couvrant sa hardiesse à lui reprocher hautement son injustice.

V. Que les saint Pères se sont servis quelquefois de la raillerie

7Ce principe que vous voyez, Monsieur, être établi sur les Ecritures saintes, a porté les saints Pères à mêler avec adresse des rencontres agréables, et qui font rire, avec les raisons les plus fortes et les discours les plus ecclésiastiques. Ce qu'ils ont fait quelquefois dans leurs lettres, comme on en voit de très ingénieuses et de très plaisantes dans celles de saint Paulin, lesquelles d'ailleurs sont des plus dévotes de l'antiquité, et dont saint Augustin dit qu'elles sont toutes coulantes de lait et de miel, et toutes riches des biens de son âme, qui étaient des dons de Dieu les plus excellents.

8Saint Jérôme est celui de tous les Pères qui en a le plus usé dans ses lettres, quoiqu'il fût si austère et si pénitent. Si vous lisez, Monsieur, sa lettre 99, vous verrez comme il raille agréablement un grammairien fort vain et qui faisait l'agréable et l'orateur, et qu'il lui conseille charitablement de cacher la plus remarquable partie de son visage et de demeurer dans le silence, s'il voulait passer pour beau et pour éloquent. Si vous lisez la 101 à saint Pammaque De la manière la plus excellente de traduire, vous verrez comme il se joue de ceux qui se glorifiaient de leur insuffisance, comme si, dit-il, les diserts et les éloquents eussent été tous des voleurs et des hommes coupables de divers crimes. Si vous lisez la lettre 84 à Magne, orateur de Rome, qui poussé par Ruffin, ennemi du saint, l'avait repris de ce qu'il citait les auteurs païens dans ses livres, vous verrez qu'après s'être justifié sur ce point, il le prie de conseiller à celui qui l'avait porté à lui écrire, c'est-à-dire à Ruffin que le saint savait être fort ignorant dans les belles-lettres et peu versé dans la lecture des auteurs profanes, que n'ayant point de dents, il ne portât point envie a ceux qui en avaient et qui mangeaient, et que n'ayant que les yeux d'une taupe, il ne méprisât pas les yeux des chèvres. Si vous lisez la 63 à Océan et plusieurs autres, vous en trouverez encore de très agréables.

9Nous voyons aussi que saint Bernard, quoique si grave et si sérieux, ayant une beauté d'esprit admirable, non seulement use de quelques railleries, mais, ce qui est bien plus extraordinaire, se sert même des termes de l'Ecriture pour les exprimer, comme lorsque pour détourner le Pape Eugène de se rendre juge des procès qui étaient en grand nombre dans sa cour, il lui dit : Dies diei eructat lites, et nox nocti indicat malitiam. Et que parlant de l'élection du même Eugène, son religieux, à ceux qui l'avaient élevé au souverain pontificat, il dit élégamment : Quasi descenderet de Jérusalem, et non magis ascenderet de Jéricho, sic incidit in latrones. Ce qu'il ne disait pas sérieusement, honorant trop les cardinaux de l'Eglise romaine pour en parler de cette sorte, principalement dans cette action très sainte qu'ils avaient faite, mais usant de cette élégante raillerie pour leur marquer qu'ils lui avaient volé son repos et dérobé la tranquillité de son âme, dont il jouissait dans son monastère.

10Les Pères n'en ont pas seulement usé dans leurs lettres particulières et autres écrits semblables, mais dans des ouvrages publics, où ils défendaient les vérités de l'Eglise. Ces grands hommes, qui ont éclaté entre les plus sublimes orateurs du monde, et que Dieu tirait presque tous de la profession des belles-lettres et des exercices de l'éloquence, pour les opposer aux philosophes et aux orateurs païens, qui publiaient que la religion chrétienne n'était que pour les idiots et pour les stupides, avaient appris des maîtres de l'art de parler et des plus sages Romains que les plus grands excès sont quelquefois mieux détruits par des paroles agréables, et qui font rire les plus sérieux et les plus graves que par les plus fortes exagérations.

Ridiculum acri Fortius et melius magnas plerumque secat res.

11Et comme ils savaient, au rapport de saint Augustin, que la science de la parole, qui a source dans la souveraine raison de Dieu, doit être consacrée à la défense de la vérité, ils ont pratiqué cette même règle dans leurs écrits, et n'ont point cru bleser ni la gravité ecclésiastique ni la charité chrétienne, mais garder l'une et l'autre lorsqu'ils ont employé des jeux et des rencontres d'esprit agréables, ou pour humilier la vanité, ou pour décrier l'erreur, ou pour détruire des choses basses et extravagantes, ou pour repousser les impostures les plus outrageuses.

12C'est ainsi que saint Irénée, l'un des ornements de notre France, raille les gnostiques en quelques endroits et que saint Jérôme raille Vigilance, Jovinien et les Pélagiens en plusieurs. Il serait aisé, Monsieur, d'en rapporter les passages qui suffiraient seuls pour la justification de ce fait. Mais pour ôter tout sujet de croire que cette conduite ait été particulière à ces deux saints, il faut que je vous rapporte ici un excellent passage de Tertullien, qui est d'autant moins suspect et d'autant plus estimable en cette matière que ç'a été l'un des plus graves et des plus sérieux esprits de l'antiquité, et même rude et sévère jusqu'à l'excès. Vous verrez, Monsieur, avec quelle sublimité de raisonnement il justifie cette conduite, qu'il avait suivie dans son livre pour la foi catholique contre les Valentiniens, et l'établit comme une règle générale des docteurs et des écrivains ecclésiastiques, qui n'est point attachée à la qualité des personnes, contre lesquels (sic) on écrit, soit païens, soit hérétiques, soit catholiques, mais à la qualité des choses et des matières qu'on traite, et aux égarements de ceux dont on est obligé par l'amour de la vérité et de la justice de repousser les actions déréglées, ou les paroles fausses et injurieuses.

VI. Excellent passage de Tertullien sur ce sujet

13Ce que je m'en vas faire, dit-il, n'est qu'un jeu et une escarmouche avant un juste combat. Je me contenterai de les effleurer et de leur montrer plutôt les blessures qu'on leur peut faire que je ne leur en ferai de véritables. Que s'il se trouve des endroits le lecteur soit porté a rire, il jugera aisément que c'étaient les sujets mêmes qui demandaient d'être traités de la sorte. Il y a plusieurs choses qu'on est obligé de réfuter en cette manière, de peur qu'étant proposées en des termes graves et sérieux, on ne leur donne du poids et on ne les rende dignes de quelque respect. Il n'y rien qui soit plus dû a la vanité des hommes que d'être raillée. Et c'est proprement a la vérité qu'il convient de railler, parce qu'elle est gaie, et de se jouer de ses ennemis, parce qu'elle est assurée de la victoire. Il faut seulement prendre garde qu'elle ne se rende pas ridicule par ses railleries, si elle sont sans esprit et indignes d'elle. Mais partout l'on pourra s'en servir avec adresse, c'est un devoir et une vertu que d'en user.

14Vous voyez, Monsieur, dans ce raisonnement si solide et si élevé de cet auteur, par quel principe saint Irénée, saint Jérôme et les autres Pères en diverses rencontres se sont servis de la raillerie.

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540