Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'imposture littéraire dans les Provinciales de Pascal

 | 
Roger Duchêne

Documents

13. Somme des péchés, par le père Bauny

Texte intégral

A - [Conditions du péché]

1Pour pécher et se rendre coupable devant Dieu, il faut savoir que la chose qu'on veut faire ne vaut rien, ou au moins en douter, craindre ou bien juger que Dieu ne prend plaisir à l'action en laquelle l'on s'occupe, qu'il la défend, et nonobstant la faire, franchir le saut et passer outre. Car pas une action n'est imputée à l'homme à blâme, si elle n'est volontaire, et pour être telle, il faut qu'elle procède d'homme qui voit, qui sache, qui pénètre ce qu'il y a de bien et de mal en elle; volùntarium (dit-on communément avec le philosophe) est quod fit a principio cognoscente singula, in quibus est actio ; si bien que, quand la volonté, à la volée et sans discussion, se porte à vouloir, ou abhorrer, faire, ou laisser quelque chose, avant que l'entendement ait pu voir s'il y a du mal à la vouloir, ou la fuir, la faire ou la laisser, telle action n'est ni bonne, ni mauvaise, d'autant qu'avant cette perquisition, cette vue et réflexion de l'esprit, dessus les qualités bonnes, ou mauvaises de la chose, à laquelle l'on s'occupe, l'action avec laquelle l'on la fait n'est volontaire, comme elle est lors, qu'après que l'entendement a vu, pesé, et considéré avec réflexion, les qualités dudit objet, la volonté s'y porte, s'y attache, et le veut, ce qu'elle peut faire formellement, virtuellement, ou bien tacitement. Formellement, quand par un acte exprès, elle appète, ou hait, embrasse ou bien rejette ce qui lui est représenté par l'intellect, comme bon ou mauvais ; virtuellement elle est censée y consentir, quand le consentement actuel et formel, qu'elle y aurait auparavant donné, dure encore, comme il faut le croire quand on ne l'a révoqué, interrompu, ou empêché, par quelque acte qui lui serait contraire. Le consentement est interprétatif et tacite, quand fortement l'on ne s'oppose au mal, que prudemment l'on doit appréhender qu'il ne nous gagne, et que l'on a reconnu être en l'objet; auquel la volonté ou quelque autre faculté, se va insensiblement attachant ; par exemple, l'on s'aperçoit qu'on a en la partie supérieure quelque complaisance au mal d'autrui, en l'inférieure, du dérèglement, par le plaisir qu'elle y sent, lequel plaisir est pour précipiter l'homme à sa ruine, et le porter à y prêter consentement, si promptement il ne le désavoue, soit en le méprisant, soit en faisant quelque action qui lui soit opposée, en ce cas-là, s'en dispenser, ne s'en vouloir donner la peine, c'est tacitement approuver ledit plaisir que la partie concupiscible sent, et y donner consentement, autant qu'il faut pour se couler dedans le vice, perdre Dieu et sa grâce ; beaucoup plus s'il est formel, car lors la volonté veut actuellement le mal, n'était qu'il ne fût de conséquence, comme serait une pensée légère d'indignation, un sentiment subit et prompt de haine, et de colère.

B - [Conditions de l'absolution des récidivistes]

2Si ceux qui récidivent, et souvent, peuvent être reçus au sacrement, quoiqu'on n'y voie aucun amendement ? Suarez, de Craff. Reginaldus, Navarre disent clairement que non [...] Vivaldus, Diana et Sancius, aux lieux que dessus, sont d'avis tout contraire. Voici comme en parle Sancius [...] Infero octavo filium-familias, non potentem ejicere domo ancillam, cui saepe copulatur, fore absolvendum toties, quoties vere poenituerit, non solum quando aliqua emendatio notatur. ut tenet Suares. verum quando nullus apparet profectus. Cette opinion peut être suivie si les personnes dont il est question sont touchées d'une vraie repentance de leurs fautes, car comme dit saint Hierosme [...] rapporté par Grat au c.Septies 22 de la distinct.3 de poenitentia, non solum septies, sed septuagies septies delinquenti, si convertatur ad poenitentiam, peccata condonantur.

3Et comment, et par quoi, saura-t-on que lesdits pénitents sont dedans le regret tel qu'il faut, pour pouvoir être absous ?

4Si effectivement ils se sont amendés, si depuis qu'ils se sont confessés, ils ont moins fait de fautes que devant, si fui et évité toutes ou quelqu'une des occasions d'y retomber, si mis en effet ce que l'on leur avait commandé pour se prévaloir des rechutes, avec toutes ou partie de ces circonstances, l'on les doit recevoir au sacrement.

5Et quand elles manqueraient, néanmoins on les pourrait absoudre si en effet on les y voyait disposés par le regret desdites fautes, accompagné de résolution de s'en garder à l'avenir, avec l'aide de Dieu, Beia tom. I cas.39. En quoi l'on les doit croire, s'ils le disent, cum ipsi sint sui accusatores, defensores, et testes, bien que souvent il est à présumer telles résolutions ne passer pas le bout des lèvres, comme il arriverait si nonobstant tout ce qu'ils auraient dit et promis par le passé audit confesseur, ils n'auraient laissé de se porter avec excès et liberté plus grande dedans les mêmes fautes que devant : hoc casu differenda esset absolutio, nominato aliquo spatio intra quod poenitens conatum adhiberet, ad criminis emendationem, postea absolutionem accepturus. Aegid. de Koninch [...].

6Qui ferait le contraire pècherait-il ?

7Ce n'est pas mon opinion, car nonobstant ces si grandes et fréquentes rechutes, le pénitent peut être touché d'un si puissant regret de son crime que le confesseur n'ait sujet avec raison de révoquer en doute s'il se veut amender. Quoi posé, ledit pénitent vero propositu affecta, qui se résout aux pieds du prêtre de mettre fin à ses péchés passés, dignus est absolutione toties quoties, mérite d'en recevoir pardon, quantum-cunque nulla notetur emandatio, bien qu'il ne s'en amende, Sancius [...].

8(Chapitre XLVI, Quand l'on ne doit absoudre le pénitent, question 6).

© Presses universitaires de Provence, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540